La langue française

Caprice

Sommaire

  • Définitions du mot caprice
  • Étymologie de « caprice »
  • Phonétique de « caprice »
  • Évolution historique de l’usage du mot « caprice »
  • Citations contenant le mot « caprice »
  • Images d'illustration du mot « caprice »
  • Traductions du mot « caprice »
  • Synonymes de « caprice »
  • Antonymes de « caprice »

Définitions du mot caprice

Trésor de la Langue Française informatisé

CAPRICE, subst. masc.

A.− Le plus souvent au sing. Disposition de l'esprit à des enthousiasmes passagers, à des changements brusques dans l'humeur, les résolutions ou les sentiments. Agir au gré de son caprice, par caprice; suivre son caprice. Synon. inconséquence, inconstance, versatilité.Je suis avant tout l'homme de la fantaisie, du caprice, du décousu (Flaubert, Correspondance,1846, p. 225):
1. ... l'œuvre d'art n'est pas un décalque de la réalité, mais une transposition, soumise au caprice, à la volonté, et même « aux infirmités » de l'artiste. Lhote, Peint. d'abord,1942, p. 19.
PARAD. a) (Quasi-)synon. contextuels arbitraire, besoin, délire, désir, enfantillage, fantaisie, hasard, humeur, incohérence, passion; b) (Quasi-)anton. contextuels constance, raison.
B.− Manifestation de cette disposition.
1. [Dans l'ordre de la volonté, du comportement]
a) Manifestation irréfléchie de la volonté, généralement soudaine, obstinée et sujette à de brusques revirements. Ce qui semble caprice, aux yeux des gens sans âme, m'a toujours semblé la raison du cœur (Balzac, Correspondance,1836, p. 46):
2. ... il [Roosevelt] fit une allusion transparente à de Gaulle, en évoquant telle « prima donna » à qui son caprice de vedette avait fait manquer un utile rendez-vous. De Gaulle, Mémoires de guerre,1959, p. 89.
SYNT. Caprice d'enfant, de femme, de malade; avoir des caprices, être plein de caprices, être le jouet des caprices; céder, obéir, se plier, se soumettre aux caprices de qqn; faire les caprices de qqn.
Loc. Passer un caprice à qqn, se passer un caprice :
3. Soyez sérieuse et soyez sage! Nous vous avons passé votre caprice, un caprice prolongé. Mais le caprice est fini, madona. Il faut partir. G. Duhamel, Chronique des Pasquier,Suzanne et les jeunes hommes, 1941, p. 270.
P. ext. [En parlant d'un attribut, d'une faculté de l'homme] Réaction, revirement, modification imprévisible et incontrôlable. Je redoutais surtout mes propres sens et leurs caprices (S. de Beauvoir, Mémoires d'une jeune fille rangée,1958, p. 166):
4. ... soucieuse avant tout qu'une règle d'existence disciplinât les caprices de mes nerfs, ce qu'elle [ma mère] regrettait, c'était moins de me voir renoncer à la diplomatie que m'adonner à la littérature. Proust, À l'ombre des jeunes filles en fleurs,1918, p. 481.
[En parlant d'un animal, d'un groupe d'animaux] Comportement incontrôlé, imprévu :
5. ... c'est (...) de l'ingratitude que de vous garder rancune pour les caprices de votre attelage, car c'est à l'un de ces caprices que je dois d'avoir vu le comte de Monte-Cristo, ... A. Dumas Père, Le Comte de Monte-Cristo,t. 1, 1846, p. 701.
b) En partic., PSYCHOL., lang. cour. Exigence obstinée et irréductible souvent accompagnée de colère. Les « caprices » ou « entêtements » de l'enfant (Mounier, Traité du caractère,1946, p. 412).
2. [Dans l'ordre du sentiment] Affection, inclination vive, subite et passagère pour une personne. Inspirer un caprice à qqn. Synon. toquade :
6. La froideur subite de ses discours (...) porta presque jusqu'à la passion le caprice de Madame d'Hocquincourt; elle lui disait [à Lucien Leuwen] même devant sa société, les choses les plus tendres. Stendhal, Lucien Leuwen,t. 2, 1836, p. 183.
Vieilli. Faire des caprices. Séduire, avoir des succès galants (cf. Ponson du Terrail, Rocambole, t. 1, L'Héritage mystérieux, 1859, p. 268).
P. méton., fam. Personne qui est l'objet d'une inclination passagère :
7. ...en comparant les photographies des divers « caprices » d'une fille ou d'une grande dame (...) on demeure étonné de la fixité de ces âmes soi-disant mobiles. P. Bourget, Physiol. de l'amour mod.,1890, p. 54.
3. P. anal., le plus souvent au plur.
a) Variations imprévisibles auxquelles certaines réalités concrètes ou abstraites sont sujettes. Les caprices de la langue, du langage (Ac. 1835-1932). Nous craignons les retards et les caprices du chemin de fer de Suez (Fromentin, Voyage en Égypte,1869, p. 131).Le docteur était persuadé que la ville serait livrée aux caprices de la maladie (Camus, La Peste,1947, p. 1389).
SYNT. Les caprices de la fortune, du hasard, de la mode, de la nature, du sort, des saisons.
b) P. ext. Changement fréquent dans la forme ou le mouvement :
8. Tout à l'heure je voyais une charmante vallée. À droite et à gauche, de beaux caprices de terrain, de grandes collines coupées par les cultures, et une multitude de carrés amusants à voir; ... Hugo, Le Rhin,1842, p. 16.
Rem. On rencontre ds la docum. un emploi adj. région. ou pop., avec le sens de « capricieux ». L'était si caprice, eç'te femme ed' l'ancien meunier d'And'lot, qu'un soir, à souper, s'était mis en tête, eç'te péronnelle, de n' manger ses pois chiches qu'un par un, avec un' épingl' ed' bonnet (R. Martin du Gard, La Gonfle, 1928, III, 3, p. 1232).
C.− B.-A., LITT., MUS. Œuvre aux contours imprévisibles, dont l'inspiration, la réalisation s'écarte des règles et des conventions habituelles. Synon. fantaisie.Il [le comte] paraissait écouter un caprice d'Hérold écorché sur le piano par sa femme, et courut chez la marquise (Balzac, La Femme abandonnée,1832, p. 304).
Prononc. et Orth. : [kapʀis]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1558 (Bonaventure des Périers, Nouv. récréations, nouv. 127 in Conteurs fr. du XVIes., éd. Gallimard, p. 589). Empr. à l'ital. capriccio attesté ds Batt. d'abord au sens de « frisson (de peur, d'horreur) » au xiiies. (Giamboni) puis au sens de « désir soudain et bizarre; idée fantasque » au xvies. (Bandello). Fréq. abs. littér. : 2 225. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 4 006, b) 4 072; xxes. : a) 2 982, b) 2 067. Bbg. Brinkmann (F.). Metapherstudien. Arch. St. n. Spr. 1876, t. 56, p. 344. − Brüch (J.). Bemerkungen zum französischen etymologischen Wörterbuch E. Gamillschegs. Z. fr. Spr. Lit. 1927, t. 49, pp. 316-317. − Gir. t. 2 Nouv. Rem. 1834, p. 17. − Gonin 1903, p. 290. − Hope 1971, p. 174. − Kohlm. 1901, p. 36. − Quem. 2es. t. 4 1972, p. 44. − Sar. 1920, p. 12. − Wind 1928, p. 186, 206.

Wiktionnaire

Nom commun

caprice \ka.pʁis\ masculin

  1. Volonté irréfléchie, soudaine et passagère.
    • Toutes les actions de Nadir ne furent plus que les caprices sanglants d'un despote cruel et avare; et lorsque des insurrections, habilement fomentées par les prêtres schiites, éclatèrent de tous les côtés, la violence de Nadir se tourna en fureur. — (Louis Dubeux , La Perse, Paris : chez Firmin Didot frères, 1841, p. 364)
    • Soumis au caprice du pouvoir impérial, ces prisonniers ne restèrent pas tous dans les résidences où ils furent saisis. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • Quoique très instruite, elle n'avoit ni les caprices, ni l’humeur qu'on attribue aux gens de lettres, qui tantôt se livrent à une loquacité importune, tantôt se renferment dans un silence méprisant. — (E.-F. Lantier, Voyages d'Anténor en Grèce et en Asie, Paris : chez Belin & chez Bernard, 2e édition revue, an VI, tome 1er, page 35)
  2. Fantaisie.
    • Peuple, songe bien que si par ta faute et par défaut de courage il arrivoit qu'on te foutît sec sur la gueule , tu serois esclave et soumis à tous les caprices de celui qui t'auroit rossé comme un jeanfoutre. — (Sixième lettre bougrement patriotique du véritable Père Duchêne, Paris : Imprimerie de Chalon, 1790, p. 7)
    • Comme tous les édifices de cette époque, le château des comtes de Montgommery ne présentait aucune régularité. Les pères l’avaient légué à leurs fils, et chaque propriétaire avait, selon son caprice ou son besoin, ajouté quelque chose au géant de pierre. — (Alexandre Dumas, Les Deux Diane, 1847, chap.1)
    • Tout ce que le caprice d'une femme peut inventer, je l'obtiens. Mes désirs sont même parfois surpassés. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • – Si je me suis laissé prendre… ou donnée, ce n’était pas par raison, bien sûr, ni par devoir. C’était par… caprice. — (Anatole France, Le Lys rouge, 1894, réédition Le Livre de Poche, page 69)
    • Je suis libre... Rien ne compte que mon caprice... Je m'envoie un type quand ça me plaît... Et ça n'a pas d'autre importance... — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 158)
    • (Figuré)On n’entend que des cris d’oiseaux de mer, goélands et macreuses, qui s’abandonnent aux caprices du vent. — (Jules Verne, Claudius Bombarnac, ch. IV, J. Hetzel et Cie, Paris, 1892)
    1. (Musique) Composition musicale, où l’auteur semble s’abandonner à sa fantaisie.
  3. Inclination pour quelqu’un ou pour quelque chose, qui naît brusquement et qui ne dure pas.
    • Le vrai, indépendant de mes caprices, doit être la règle de mes jugements ; et je ne ferai point un crime à celui-ci de ce que j’admirerai dans celui-là comme une vertu. — (Denis Diderot, Pensées philosophiques, Texte établi par J. Assézat, Garnier, 1875-77)
    • Tous les caprices, je te les supporterai. Mais je ne veux pas que ton cœur parle pour une autre. [...] Des caprices d'une heure ou d'un jour, oui, tu es le maître. De l'amour, non ! — (Michel Zévaco, Le Capitan, 1906, Arthème Fayard, coll. « Le Livre populaire » no 31, 1907)
    • Son humeur tournait au vent de ses caprices constamment changeants. — (Emily Brontë, Les Hauts de Hurlevent, 1847, traduit par Frédéric Delebecque en 1925.)
  4. (Figuré) Irrégularités des changements auxquels certaines choses sont sujettes.
    • […] Tritton poursuit : « Même si les dhimmi pouvaient jouir d'une grande prospérité, ils n'étaient toujours que tolérés, exposés aux caprices des gouvernants et aux passions de la foule. » — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992, p.138)
    • Les caprices de la mode, de l’usage.
    • Les caprices du sort, de la fortune.
    • Les caprices de la langue, du langage.
  5. Pleurs et cris d'un enfant quand celui ci veut quelque chose qu'il ne peut avoir.
    • Mon fils a fait un caprice car il voulait un jouet que je ne lui ai pas acheté.

Forme de verbe

caprice \ka.pʁis\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de capricer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de capricer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de capricer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de capricer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de capricer.

Nom commun

caprice \kə.priːs\

  1. Caprice.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CAPRICE. n. m.
Volonté irréfléchie, soudaine et passagère. Il se gouverne plus par caprice que par raison. Avoir des caprices. Contenter les caprices d'une personne. Être sujet aux caprices d'autrui. Dépendre des caprices d'autrui. Suivre son caprice. Je m'en passerai le caprice. Ce cheval a souvent des caprices. Il signifie aussi Fantaisie. Un caprice bizarre. Un étrange caprice. Il signifie aussi Inclination pour quelqu'un ou pour quelque chose, qui naît brusquement et qui ne dure pas. Elle lui a inspiré un caprice plutôt que de l'amour. Il se dit encore figurément des Irrégularités, des changements auxquels certaines choses sont sujettes. Les caprices de la mode, de l'usage. Les caprices du sort, de la fortune. Les caprices de la langue, du langage. Il se dit particulièrement de Certaines compositions musicales, où l'auteur semble s'abandonner à sa fantaisie. Aujourd'hui on dit plutôt FANTAISIE.

Littré (1872-1877)

CAPRICE (ka-pri-s') s. m.
  • 1Volonté subite qui vient sans aucune raison. L'esprit Qui dans ses caprices s'égaie Et souvent se donne la baie, Régnier, Ép. III. Le chef de cette république Par caprice ou par politique, La changea bientôt de logis, La Fontaine, Fab. VII, 6. Savez-vous quels devoirs, quels travaux, quels services Viendront de mon orgueil exiger les caprices ? Corneille, Rodog. III, 4. Suivez votre caprice, offensez vos amis, Corneille, Nicom. IV, 5. Ce que peut le caprice, osez-le par raison, Corneille, Hor. III, 4. Comme elle a de l'amour, elle aura du caprice, Corneille, Nicom. II, 4. Rien n'égale en fureur, en monstrueux caprices, Une fausse vertu qui s'abandonne aux vices, Boileau, Sat. X. J'étudiai leurs mœurs [des rois], je flattai leurs caprices, Racine, Ath. III, 3. Madame, j'ai sur lui de véritables droits Que je saurais sauver du caprice des lois, Racine, Phèd. II, 2. Il ne faut qu'un caprice, Racine, Brit. V, 8. C'est ma mère et je veux ignorer ses caprices, Racine, Brit. II, 1. L'homme a ses passions… Il a comme la mer ses flots et ses caprices, Boileau, Sat. VIII. Que de caprices la coquette M'a fait essuyer en six mois ! Béranger, Print. et Aut. … Un baiser cueilli sur les lèvres d'Iris, Qui mollement résiste et par un doux caprice Quelquefois le refuse afin qu'on le ravisse, Boileau, Art p. II. Le jeune homme toujours bouillant dans ses caprices, Est prompt à recevoir l'impression des vices, Boileau, ib. III. Le caprice est dans les femmes tout proche de la beauté, pour être son contre-poison, La Bruyère, III. [Humeur] Qui le fait débauché, frénétique, rêvant, Et plus qu'à la raison sujet à ses caprices, Régnier, Sat. V. Votre Vésuve et votre Etna sont pleins de caprices ; ils ressemblent aux petits hommes qui se mettent souvent en colère sans raison, Voltaire, Lettr. Hamilton, 17 juin 1773.

    Familièrement. Il a un caprice pour cette femme, il s'en est épris.

    C'est un séducteur, il a fait bien des caprices, il a attiré sur lui l'attention de bien des femmes.

    Il faut que je m'en passe le caprice, que je satisfasse ma fantaisie d'avoir cette chose-là.

  • 2Saillie d'esprit et d'imagination, en bonne ou en mauvaise part. Ce poëte ne compose guère que de caprice. C'est un auteur plein de caprice. Puis dessus le papier mes caprices je rime, Régnier, Sat. XI. L'élégie en orna ses douloureux caprices, Boileau, Art poét. II. Mais pour bien exprimer ses caprices heureux [de l'amour], C'est peu d'être poëte, il faut être amoureux, Boileau, ib. La ballade, asservie à ses vieilles maximes, Souvent doit tout son lustre aux caprices des rimes, Boileau, ib.

    Terme de musique et, plus particulièrement, de musique instrumentale. Composition où l'artiste écrit au gré de son inspiration, c'est-à-dire sans s'assujettir aux formes qui caractérisent les pièces de musique réglées, telles que les rondeaux, les variations, les menuets, etc. Ce pianiste a joué un fort beau caprice.

  • 3Inconstance, irrégularité, mobilité. Les caprices de la fortune. Les caprices de la mode. Quoi ! la nécessité des vertus et des vices D'un astre impérieux doit suivre les caprices, Corneille, Œdipe, III, 5. Et, croyant qu'il n'y a pas de loi là où il ne voit point de juges, il fait révérer, comme des arrêts du ciel, les caprices du hasard et de la fortune, Montesquieu, Lett. pers. 104. Hélas ! que le sort des humains Est plein d'un étrange caprice ! Chaulieu, à Mme d'Aligre.

    Absolument. Dieu n'a pas abandonné ses élus au caprice et au hasard, Pascal, Prov. 4.

  • 4Caprice de houille, veines de houille qui ne suivent pas leur direction ordinaire.

HISTORIQUE

XVIe s. Nos nouveaux François italianisez disent : quel caprice ! , Léon Trippault, Celthellenisme, au mot FANTAISIE. Et tout ce caprice [l'idée de parler de cela] m'est tombé presentement en main, sur le conte que me faisoit…, Montaigne, I, 100. Elle n'estoit point femme sans caprice [passion], D'Aubigné, Hist. II, 456. Le caprice est une volonté qui vient subitement à quelqu'un sans aucune raison, H. Estienne, Fr. ital. p. 111.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

CAPRICE. Ajoutez :
5Pièce littéraire où l'on n'a pas observé les règles de l'art. Je dirai peu de chose de cette pièce ; c'est une galanterie extravagante qui a tant d'irrégularités qu'elle ne vaut pas la peine de la considérer, bien que la nouveauté de ce caprice en ait rendu le succès assez favorable pour ne me repentir pas d'y avoir perdu quelque temps, Corneille, Éx. de l'Illusion.

Saint-Amand a, dans ses Œuvres, plusieurs pièces intitulées caprices.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CAPRICE, s. f. (en Architecture.) on se sert de ce nom par métaphore, pour exprimer une composition bisarre, quoiqu’ingénieuse, mais qui est éloignée des préceptes de l’Art, tels que sont les ouvrages du Boromini, Architecte d’Italie, de Berin, & de la Joue, Peintres & Dessinateurs François, & de plusieurs autres de nos jours ; par une imagination aussi fertile que déréglée, ils mettent en usage des licences qui autorisent la plûpart des jeunes Architectes sans expérience & sans regle à les imiter, & par là à rendre l’Architecture susceptible de variations, comme les habits, les modes, &c. (P)

Caprice, ou Fantaisie, sorte de piece de Musique libre, dans laquelle l’auteur sans s’assujettir à rien, donne carriere à son génie, & se livre à tout le feu de la composition : le caprice de Rebel étoit estimé dans son tems ; aujourd’hui les caprices de Locatelli donnent de l’exercice à nos violons. (S)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « caprice »

Ital. capriccio ; de capra, chèvre, c'est-à-dire saut de chèvre, chose inattendue ; espagn. capricho.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1558) Emprunté à l’italien capriccio (« frisson, caprice »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Emprunté au français caprice.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « caprice »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
caprice kapris

Évolution historique de l’usage du mot « caprice »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « caprice »

  • Les hommes se gouvernent plus par caprice que par raison. De Blaise Pascal
  • La seule différence qui existe entre un caprice et une passion éternelle, c'est que le caprice dure un peu plus longtemps. De Oscar Wilde / Entretiens
  • L'envie comme le caprice est fille de la liberté. De Francis Bossus / Beautricourt
  • Le caprice de notre humeur est encore plus bizarre que celui de la fortune. De François de La Rochefoucauld
  • Quelque vertu qu'ait une femme, le caprice ne perd pas son droit. De Etienne de Jouy
  • Le caprice est une couverture qui ne peut couvrir tous les lits. De Jack Vance / Le Visage du démon
  • Les caprices ont de la grâce, mais le crime est, pour satisfaire un caprice, d'éveiller une passion durable. De André Maurois / Un art de vivre
  • Le devoir est l'ennemi juré du caprice. L'un commande et l'autre désobéit. De Pierre J.-O. Chauveau / Charles Guérin
  • Je ne dis pas qu’une femme ne puisse avoir un caprice pour son mari, car, après tout, c’est un homme. De Gérard de Nerval
  • Snober ou moquer un média aussi puissant que la télévision, aussi présent et aussi répandu relève d'un caprice de l'esprit ou de sa démission. De Bernard Pivot / Le Métier de lire
  • L'architecture n'est plus un caprice, un luxe ou une calamité, elle devient, édifiée dans le béton, l'acier ou les réseaux, notre terre. De Franck Hammoutène
  • La mer est un élément capital pour la connaissance des peuples. La mer modèle les moeurs comme elle fait les rivages. Tous les peuples marins ont du caprice, sinon de la folie, dans l'âme. De André Suarès / Trois hommes
  • Les hommes ne sont pas nés du caprice ou de la volonté des dieux, au contraire, les dieux doivent leur existence à la croyance des hommes. Que cette foi s'éteigne et les dieux meurent. De Jean Ray / Malpertuis
  • Une femme est un petit animal doux et malin, moitié caprice et moitié sagesse. C'est un composé harmonique où l'on trouve souvent des dissonances qui en font le charme. De Ghislaine Schoeller / Marie d'Ispahan
  • Le choix est le gâteau du caprice.
  • Tous ces caprices philosophiques appelés des devoirs n'ont aucun rapport avec la nature. Charles Fourier, Théorie de l'unité universelle
  • David Gallienne, le grand gagnant très critiqué de cette édition 2020 de Top Chef, a été accusé d’avoir eu des « exigences de diva » pour ses interviews post-victoire. Le cuisinier a tenu à s’expliquer, assurant qu’il n’avait fait aucun caprice. Voici.fr, Top Chef 2020 : accusé d’avoir fait des caprices, David Gallienne s’explique - Voici

Images d'illustration du mot « caprice »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « caprice »

Langue Traduction
Anglais whim
Espagnol capricho
Italien capriccio
Allemand laune
Portugais capricho
Source : Google Translate API

Synonymes de « caprice »

Source : synonymes de caprice sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « caprice »

Partager