Capital : définition de capital


Capital : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

CAPITAL1, ALE, AUX, adj.

A.− DR. Qui postule une condamnation à avoir la tête tranchée, plus généralement une condamnation à mort. Une accusation capitale, un crime capital :
1. Dès que les deux captifs eurent été amenés devant le roi, leur conducteur fit les plus grands efforts pour exciter contre eux sa colère, et lui arracher, avant toute réflexion, une sentence capitale et un ordre d'exécution à mort. Thierry, Récits des temps mérovingiens,t. 2, 1840, p. 231.
Qui consiste à avoir la tête tranchée, plus généralement à subir la mort à la suite d'une condamnation en justice. Peine, exécution capitale :
2. ... au moment de partir, il (...) me serre la main en disant, assez lentement, ma foi : « quand j'au-rai é-té con-dam-né à la peine ca-pi-ta-le, il faudra dire aux jeunes gens de m'i-mi-ter. » Il y avait des années que je n'avais entendu dire « la peine capitale » pour « la mort ». (...) Mais sans aucune sentimentalité, comme il aurait pu dire : quand je serai mort, il faudra me faire incinérer. Malraux, Les Conquérants,1928, p. 21.
Vieilli, littér. Ennemi capital. Ennemi mortel. Sylvestre. − N'est-ce point quelqu'un de ses amis? Scapin. − Non, monsieur, au contraire, c'est son ennemi capital (Claudel, Le Ravissement de Scapin,1949, p. 1334).
B.− Qui est placé en tête.
1. IMPR. Lettre capitale. Lettre majuscule (cf. capitale2) :
3. ... il savait combien il est difficile de vérifier une écriture au crayon et surtout une phrase tracée en lettres majuscules, c'est-à-dire avec des lignes pour ainsi dire mathématiques, puisque les lettres capitales se composent uniquement de courbes et de droites, dans lesquelles il est impossible de reconnaître les habitudes de la main, comme dans l'écriture dite cursive. Balzac, Splendeurs et misères des courtisanes,1847, p. 323.
2. Au fig.
a) Vx. Ville capitale. Ville principale d'un état, d'une province (cf. capitale1). Le duc (...) fit son entrée solennelle dans sa ville capitale de Dijon (Barante, Hist. des ducs de Bourgogne,t. 1, 1821-24, p. 118).
b) Usuel. Qui est d'une très grande importance, qui est primordial. Une œuvre capitale, un événement d'une importance capitale :
4. Elle [la déposition] émane d'un homme éminent dont le témoignage est, à mon sens, important, capital, décisif. A. France, Crainquebille,1905, 2etableau, scène 1.
SYNT. (Jouer) un rôle capital; un fait, un événement, un problème capital; une question capitale; (être d') un intérêt capital; un élément capital; une chose, une distinction, une erreur capitale.
Emploi subst., vieilli. Le capital est de..., le point capital est de... Synon. le principal, l'essentiel.Le capital est de travailler sérieusement à son salut (Ac.1798-1878).
c) THÉOL. Les sept péchés capitaux. Les sept vices que l'on considère comme la source de tous les autres. Cet homme (...) était l'esclave de celui des sept péchés capitaux que Dieu doit punir le moins sévèrement : Pons était gourmand (Balzac, Le Cousin Pons,1847, p. 10).
P. ext. [En parlant de tout vice, faute grave ou crime] :
5. Voilà le péché capital des générations qui ont précédé la nôtre, voilà le crime de cette ère victorienne, si glorieuse pour l'Empire britannique, et c'est aussi la faute que la Russie tzariste a durement expiée : l'acceptation de la faim et du froid pour les autres, la recherche de tous les délices, alors que des multitudes manquaient du nécessaire. Mauriac, Le Baîllon dénoué,1945, p. 452.
Prononc. et Orth. : [kapital], plur. [-o]. Ds Ac. 1694-1932. Homon. capitale Étymol. et Hist. 1. « Qui concerne la tête » a) tête au sens propre ca 1200 (Chevalier au cygne, éd. C. Hippeau, Paris, 1874, v. 3640 : elme capital); b) tête au sens de « vie » ca 1255 (Pierre de Fontaine, Le Conseil, éd. A. Marnier, Paris, 1846, p. 142 ds R. Hist. litt. Fr., t. 6, p. 292 : menaces capitaus); 2. « principal, essentiel; important » a) 1389 adj. (Lett. de Ch., Pr. de l'H. de Nim., III, 99 ds Gdf. Compl. : court cappital de parlament); b) en relation avec ville, lettre (capitale*); c) 1656-57 subst. (Pascal, Provinciales, 16 ds Œuvres complètes, éd. Brunschvicg, Boutroux et Gazier, Paris, 1904-14, vol. 6, p. 277 ds IGLF Techn. : Annat et Meynier, qui en font le capital de leur accusation). Empr. au lat. capitalis « qui peut coûter la tête à qqn; dangereux, mortel »; « qui se trouve en tête; important »; dér. de caput, -itis « tête » (chef*). Fréq. abs. littér. : 2 087. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 5 023, b) 1 770; xxes. : a) 1 660, b) 2 616.
DÉR.
Capitalement, adv.,vieilli, littér. Extrêmement, au plus haut point. L'article sur Villiers est capitalement intéressant (Valéry, Correspondance[avec Gide], 1942, p. 398). [kapitalmɑ ̃]. 1reattest. a) ca 1355 capitalment « (punir) de la peine capitale » (P. Bersuire, Roman de Tite-Live, ms., Ste-Geneviève, fo141ods Gdf. Compl.) − 1867 (Lar. 19e), b) 1580 « absolument, au plus haut point » (Montaigne, Essais, II, 12 ds Hug.); de capital1, suff. -ment2*, au sens b, déjà en a. prov. captalmen « entièrement » (Titre de 1090, Gallia Christiana ds Rayn., vol. 1, p. 326 a). Fréq. abs. littér. : 2.
BBG. − Sigurs 1963/64, p. 476.

CAPITAL2, AUX, subst. masc.

A.− Biens monétaires possédés ou prêtés, par opposition aux intérêts qu'ils peuvent produire. Constituer un capital; doubler, rémunérer le capital. Remboursez-vous préalablement intérêts et capital des deux sommes que vous avez eu la complaisance de me prêter (Lamartine, Correspondance, 1831, p. 205); en général toute diminution de l'intérêt d'un capital est une banqueroute (Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe,t. 3, 1848, p. 235):
1. M. Gladstone imagina une combinaison hardie, qui consistait à indemniser les landlords en capital, et non pas en revenu. Il calcula, ou il prétendit, que les domaines irlandais rapportaient aux landlords cinq pour cent. Ainsi, pour avoir la valeur en capital d'un domaine, il fallait multiplier par vingt le revenu de ce domaine. Jaurès, Ét. socialistes,1901, pp. 238-239.
1. Spéc. Somme d'argent que l'on fait valoir dans une entreprise industrielle ou commerciale. Firme fondée au capital de cent cinquante mille livres sterling (Hamp, Vin de champagne, 1909, p. 211); amortir le capital investi (G. Berger, L'Homme moderne et son éducation,1962, p. 116):
2. ... le jeune homme (...) lui expliquait le mécanisme du nouveau commerce des nouveautés. Ce commerce était basé maintenant sur le renouvellement continu et rapide du capital, qu'il s'agissait de faire passer en marchandises le plus de fois possible, dans la même année. Ainsi, cette année-là, son capital, qui était seulement de cinq cent mille francs, venait de passer quatre fois et avait ainsi produit deux millions d'affaires. Zola, Au Bonheur des dames,1883, p. 458.
ÉCON. ,,Le capital nominal correspond à l'apport des actionnaires qui constituent une société`` (Mathieu 1970). Capital social. ,,Ensemble des sommes versées par les associés d'une société`` (Pujol 1970). Augmentation de capital. ,,Appel de fonds lancé par une entreprise qui, généralement s'adresse à ses anciens actionnaires`` (Baudhuin 1968) :
3. « Cent francs multipliés par quatre-vingt-dix mille tonneaux font une recette de neuf millions. Le capital social est de six millions. Les actionnaires seront donc intégralement remboursés dans le cours de la première année, et auront en outre trois millions à se partager. Reybaud, Jérôme Paturot,1842, p. 33.»
Au plur. Les capitaux. Argent, ressources financières dont on dispose (et qu'on peut investir dans une entreprise) :
4. Effrayé de la baisse de ses capitaux, un jour où il compta ses écus, Lucien eut des sueurs froides... Balzac, Les Illusions perdues,1843, p. 213.
SYNT. Des capitaux considérables, énormes, immenses, importants; de gros capitaux; des capitaux privés, des capitaux étrangers; attirer, trouver des capitaux; la circulation, la concentration, les mouvements de(s) capitaux.
2. P. ext. Fonds, avoir en argent, fortune possédée par un individu (sans référence à d'éventuels revenus) :
5. Est-ce que la vie n'était pas dure partout aux pauvres diables! Pour réussir, il fallait de l'argent, un capital qui permettait de déjouer la chance, d'espérer, d'attendre le bon moment. Moselly, Terres lorraines,1907, p. 158.
SERV. SOC. Capital-décès. Somme d'argent versée lors du décès d'un assuré social aux personnes qui étaient à sa charge (cf. Jur. 1971).
P. métaph. La santé est mon unique capital (Balzac, Lettres à l'Étrangère,t. 2,1850, p. 86);vous étiez vierge, c'était votre petit capital, il n'aurait pas dû y toucher (Anouilh, La Répétition,1950, IV, p. 108).
B.− Ensemble des moyens de production (biens financiers et matériels) possédés et investis par un individu ou un groupe d'individus dans le circuit économique :
6. Dans l'organisation d'une section donnée, les immobilisations (terrains, immeubles, matériel, etc.) correspondent à des capitaux fixes et par conséquent à des placements à long terme. Les fonds de roulement sont des capitaux circulants; leur degré de liquidité est fonction de leur vitesse de rotation, c'est-à-dire du temps nécessaire à leur parcours d'un cycle financier complet, pendant lequel de l'état liquide ils passent à celui d'investissement pour redevenir liquides. R. Villemer, L'Organ. industr.,1947, p. 194.
1. ÉCON. Capital commercial. ,,Ensemble des apports en espèces, en nature ou mixtes, faits à une entreprise par un entrepreneur seul (...) ou par un groupe d'entrepreneurs`` (Banque 1963). Capital mobilier. ,,Celui qui est représenté par des titres négociables`` (Pujol 1970). Capital immobilier. ,,Ensemble des terrains, bâtiments, matériel d'équipement possédé par une société ou un individu`` (Pujol 1970). Capital foncier; capital d'exploitation. Ensemble des biens non fonciers utilisés dans une entreprise agricole.
P. ext. Ensemble des moyens de production, y compris le travail humain.
Capital variable, ensemble du travail humain nécessaire à une production donnée, par opposition au capital constant, ensemble de biens nécessaires à cette même production (cf. Encyclopaedia universalis, Paris, t. 3, 1969).
2. P. méton.
a) Force économique et sociale que représente le (grand) capital. Le Capital (ouvrage de K. Marx, 1867) :
7. Le capital s'était installé en 1830 comme le seul principe qui, après le droit divin et le droit de la force, eût chance de durée... Proudhon, Les Confessions d'un révolutionnaire,1849, p. 107.
b) Ensemble des détenteurs du capital. Par personnification. ...demanderait des comptes au capital, à ce dieu impersonnel, inconnu de l' ouvrier, accroupi quelque part, dans le mystère de son tabernacle, (Zola, Germinal,1885, p. 1384);la disparition prochaine des patrons, mangés un à un par l' ogre sans cesse affamé du capital, noyés dans le flot montant des grandes compagnies. (Zola, Germinal,1885, p. 1523):
8. ... le capital décide les monopoles, édifie les banques, accapare les substances, dispose de la vie, peut s'il le veut, faire mourir de faim des milliers d'êtres! Lui, pendant ce temps, se nourrit, s'engraisse, s'enfante tout seul dans une caisse; ... Huysmans, Là-bas,t. 1, 1891, p. 24.
9. Guerre à la guerre! Si elle éclate, il faut que le plus grand nombre possible de soldats partent avec cette conviction, bien ancrée, que la guerre est déchaînée par le capital, contre la volonté, contre les intérêts des prolétaires; ... R. Martin du Gard, Les Thibault,L'Été 1914, 1936, p. 102.
C.− Au fig., le plus souvent au sing.
1. Vx. Le capital primitif :
10. Le capital primitif qu'on a tant cherché est cette force dont l'homme est doué et à l'aide de laquelle il peut mettre en valeur toutes les choses que lui présente la nature, dès qu'elles sont en rapport avec ses besoins. Cousin, Philos. écossaise,1857, p. 219.
2. Biens intellectuels, spirituels ou moraux, ou autres biens fondamentaux (tels que la vie). Synon. patrimoine, fonds, acquis.Gaspiller son capital vital (Van der Meersch, Invasion 14,1935, p. 82):
11. − Le défaut de volonté rend inutiles toutes les aptitudes, et sans le talent de tirer parti de ses talents, ceux-ci sont comme s'ils n'étaient pas. L'art de vivre comprend l'art d'administrer ses dons, d'exploiter son capital intellectuel, d'utiliser ses forces. Amiel, Journal intime,1866, p. 90.
12. Jusqu'à présent, de quoi vivaient-ils [tous ces indifférents]? Sur quel capital de grâce? Sur leur baptême et sur l'Ave Maria de leurs aïeux. R. Bazin, Le Blé qui lève,1907, p. 245.
Prononc. Cf. capital1. Étymol. et Hist. 1. 1567 « principal d'une dette, d'une rente » (Junius, Nomenclature, p. 227 ds Gdf. Compl.); 2. 1606 « ensemble des biens que l'on fait valoir » (Nicot, s.v. fond); 3. 1769 (Larue, Bibl. des Négociants, Lyon, s.v. Capital ds Brunot t. 6, 1, p. 336 : c'est en général le bien que l'on a de net, tout ce que l'on doit en étant déduit); 4. 1767 capitaux « ensemble des sommes en circulation, des valeurs disponibles » (Fr. Quesnay, Dialogues sur le commerce et les travaux des artisans, coll. Daire, t. 2, p. 175 ds Brunot, loc. cit.); 5. av. 1832 « richesse considérée comme moyen de production » (J.-B. Say, Cours d'écon. pol., éd. 1843, t. 1, p. 158 ds Littré); 6. 1848 p. ext. « ensemble de ceux qui possèdent les richesses » (L.-A. Blanqui, Aux clubs démocratiques de Paris, 22 mars ds Textes choisis, Paris, Éditions sociales, 1955, p. 116 ds Dub. Pol., p. 205 : la tyrannie du Capital). Soit substantivation de l'adj. capital (capital1*) (cf. le même processus dans le lat. médiév. capitale). Soit empr., par l'intermédiaire des banquiers ital., à l'ital. capitale « partie principale d'une richesse par rapport aux intérêts qu'elle produit » (xiiies., Batt., s.v. capitale3; DEI, ibid.; REW, no1632). Capital est le doublet sav. du terme pop. a. fr. chatel « patrimoine ; biens mobiliers, particulièrement en bétail; capital qui peut produire un intérêt » (cheptel*). Fréq. abs. littér. : 1 189. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 2 242, b) 928; xxes. : a) 1 434, b) 1 782. Bbg. Duch. 1967, § 12.1.

Capital : définition du Wiktionnaire

Adjectif

capital \ka.pi.tal\ masculin

  1. Qui est principal.
    • Aussi l’injustice est-elle le défaut capital des natures féminines. Cela vient du peu de bon sens et de réflexion que nous avons signalé, […]. — (Arthur Schopenhauer, Essai sur les femmes, dans Pensées & Fragments, traduction par J. Bourdeau , Félix Alcan, éditeur, 1900 (16e éd.))
    • Ville capitale, ou elliptiquement, comme nom, capitale.
    • Valérie Pécresse pourrait considérer ses propos comme gravement déformés s’ils étaient privés de cet ornement capital. — (Une mise au point de Valérie Pécresse, Le Canard Enchaîné, 13 septembre 2017, page 8)
  2. (Vieilli) Qui a rapport à la tête.
    • Crime capital, celui qui peut entraîner la perte de la tête, la décapitation.
  3. (Figuré) Qui est en tête.
    • Lettre capitale, ou elliptiquement, comme nom, capitale, lettre majuscule.
  4. Qui est d'une très grande importance ; qui est primordial.
    • Les élections françaises vont être capitales en mai et en juin. Cependant je ne crois pas que les positions peuvent changer beaucoup. Le merdouillage continuera de même encore des années. — (Louis-Ferdinand Céline [Louis Ferdinand Destouches], Lettres de prison à Lucette Destouches & à Maître Mikkelsen (1945-1947) : lettre 50 du 30 avril 1946, édition établie, présentée et annotée par François Gibault, éd. Gallimard, 1998)

Nom commun

capital \ka.pi.tal\ masculin

  1. Principal d’une dette, d’une rente.
    • En supposant le taux de l’intérêt stationnaire et égal, par exemple, à 5 pour 100, un capital de 100 fr. vaut une rente perpétuelle de 5 fr., […]. — (Joseph Bertrand, Traité d'arithmétique, page 218, L. Hachette et Cie, 1863)
    • Pour le surplus, soit un capital de 4 milliards 25 millions de dollars, la France remit aux États-Unis 62 obligations, datées du 15 juin 1925, et payables au gouvernement des États-Unis ou à son ordre, chacune d'entre elles correspondant à l'une des 62 annuités échelonnées de 1926 à 1988. — (Camille Aymard Devons-nous payer l'Amérique ?, Éditions Ernest Flammarion, 1932, p. 84)
  2. Fonds commercial ou industriel ; sommes que l’on fait valoir dans quelque entreprise.
    • Mais ces belles futaies représentent une valeur commerciale qui a mis en appétit la convoitise du spéculateur, déjà riche de capital, plus riche encore en audace et en influence. — (Thomas Couët, Le bois, voilà l’ennemi !, Revue Franco-Américaine, 1909)
    • Augmenter, doubler son capital, ses capitaux.
    • Le capital de la société s’élève à tant.
    • Le capital social d’une compagnie industrielle.
  3. Biens capitalisés ou accumulés par le travail antérieur. Dans ce sens, on l’oppose généralement au travail salarié.
    • Les biens de production ou capital au sens technique sont l'ensemble des biens qui, employés dans le processus de production et combinés au travail permettent d'obtenir d'autres biens. — (Fernand Guyot, Eléments de macro-économie, Éditions TECHNIP, 1979, p. 41)
    • Répartition de la richesse entre le capital et le travail.
  4. Somme de richesses que possède un individu, une société, une nation.
    • "Élément du patrimoine possédé par une personne physique ou morale, privée ou publique. Il s’analyse en termes de stock." — (Aimé Fay, Le capital en quelques mots)
    • Le capital d’une nation se compose de tous les capitaux des particuliers.
    • Impôt sur le capital.
    • En finance de marché, on parle de marché des capitaux pour toutes les transactions portant sur des apports d'argent stable ou à long terme utilisés pour l'activité économique.
  5. Ressource que l'on accumule ou dont on dispose en réserve.
    • Chaque personne a un capital soleil à la naissance et tous les individus ne sont pas égaux devant le soleil. — (Christian Ngô, Le soleil, Éditions Le Cavalier Bleu, 2005, p. 106)
    • Il a épuisé son capital soleil.
    • Il jouit d’un capital de sympathie auprès du public.
  6. (En particulier) (Sylviculture) Ensemble des bois sur pied, exprimé en volume ou en surface terrière.
    • En pratique, les consignes de martelage précisent si les sylviculteurs doivent plutôt s’orienter vers la capitalisation, la décapitalisation ou bien le maintien du capital sur pied à son niveau actuel (prélèvement de l’accroissement). — (Thierry Sardin, Chênaies continentales, Office national des forêts, 2008, ISBN 978-2-84207-321-3 → lire en ligne)
  7. (Finance) (Au pluriel) Sommes en circulation, quantités considérables d’argent, valeurs disponibles.
    • Le départ des juifs n'avait pas supprimé les embarras financiers de leurs clients et ceux qui avaient besoin de capitaux n'eurent d'autre ressource que de s'adresser aux prêteurs chrétiens (lombards ou cahorsins). — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • On craignait qu'à l'occasion du programme d'aide les capitaux américains ne se ruassent sur l'Europe. Il n'y a pas eu de vague américaine sur l'Europe de l'OECE. — (Gérard Bossuat, L’Europe occidentale à l’heure américaine: 1945-1952, Éditions Complexe, 1992, p. 184)
  8. (Parfois) Capitalisme.
    • Elle ne devint catastrophe que dans sa troisième phase, quand soudain, au milieu d’un ciel serein, la foudre du krach bancaire de New-York frappa l’édifice orgueilleux de la prospérité du capital américain. — (Carl Steuermann, La crise mondiale, traduit de l’allemand, p. 65, Gallimard, 1932)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Capital : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CAPITAL, ALE. adj.
Qui est principal. C'est là le point capital de l'affaire. Affaire capitale. Cette clause est capitale dans le contrat. Défaut capital. C'est son ouvrage capital. Les sept péchés capitaux, Les sept péchés qui sont comme la source de tous les autres. Il signifiait autrefois Qui a rapport à la tête et, figurément, Qui est en tête. C'est dans ce sens qu'on dit encore Crime capital, Celui qui peut entraîner la perte de la tête, la décapitation. Ville capitale, ou elliptiquement, comme nom féminin, Capitale, la Ville principale d'un État, d'une province. La ville capitale d'un royaume. Rouen était la capitale de la Normandie. Il a visité toutes les capitales de l'Europe. Nous irons passer quelques mois dans la capitale. Lettre capitale, ou elliptiquement, comme nom féminin, Capitale, Grande lettre, lettre majuscule. Les capitales se mettent au commencement des chapitres, des phrases, des noms propres, etc. En termes de Typographie, Petites capitales, grandes capitales. Employé comme nom masculin, il signifie le Principal d'une dette, d'une rente. Il a payé les intérêts, mais il doit encore le capital. Il se dit aussi d'un Fonds commercial ou industriel, des sommes que l'on fait valoir dans quelque entreprise. Augmenter, doubler son capital, ses capitaux. Le capital de la société s'élève à tant. Augmentation de capital. Le capital social d'une compagnie industrielle. (Voyez SOCIAL.) Capital productif. Capital improductif. Capital engagé. Il se dit, d'une manière générale, des Produits accumulés d'un travail antérieur. Dans ce sens, on l'oppose souvent au travail actuel. Les rapports du travail et du capital. Il désigne aussi la Somme de richesses que possède un individu, une nation. Le capital d'une nation se compose de tous les capitaux des particuliers. Impôt sur le capital.

CAPITAUX, au pluriel, se dit, en termes de Finance, des Sommes en circulation, des quantités considérables d'argent, des valeurs disponibles. Les capitaux sont rares. Il possède d'immenses capitaux.

Capital : définition du Littré (1872-1877)

CAPITAL (ka-pi-tal, ta-l') adj.
  • 1Où il s'agit de la tête ou de la vie ; qui mérite le dernier supplice. Procès capital. Intenter une accusation capitale. Condamner quelqu'un à la peine capitale. Et Cinna vous impute à crime capital La libéralité vers le pays natal, Corneille, Cinna, II, 1. Abandonner mon camp en est un [crime] capital, Corneille, Nicomède, II, 2. On a beaucoup loué le regret que Néron témoigna de savoir écrire, à la première sentence capitale qu'il eut à signer, Diderot, Claude et Néron.
  • 2Qui est la tête ou comme la tête de quelque chose. La ville capitale ou, substantivement, la capitale, la ville principale d'un État, d'une province. Dans cette ville capitale, Bourdaloue, Carême, I, Aumône, 146. Hipparque et Ptolémée étaient à Alexandrie en Égypte, et ils la rendirent la capitale de l'astronomie, Fontenelle, Chazelles. À l'âge de vingt-un ans, Linné se rendit à Upsal, qu'on pouvait alors regarder comme la capitale littéraire de la Suède, Condorcet, Linné.
  • 3Lettre capitale ou, substantivement, une capitale, grande lettre, majuscule. En termes d'imprimerie, petites capitales, grandes capitales. La lettre capitale a été ainsi nommée parce qu'elle se met en tête de l'alinéa.
  • 4Principal, essentiel. Le point capital. Clause capitale. Défaut capital. C'est un crime envers lui si grand, si capital, Corneille, Polyeucte, IV, 6. Il n'y a pas d'erreur si capitale contre la philosophie, Bossuet, Préface. Il ne faut pas se flatter, les plus expérimentés dans les affaires font des fautes capitales, Bossuet, Reine d'Angl. Dans une affaire qui serait capitale à lui et aux siens, La Bruyère, 4. Tout devient capital dans la bouche d'un souverain, Massillon, Pet. car. Obst. Il est capital de n'offrir aux enfants que de bons modèles, Fénelon, XVII, 17. On ne sait si on a réussi à corriger, par quelques beautés de détail, un vice si capital [dans une tragédie], Voltaire, Lettr. Richelieu, 19 juill. 1773.

    En termes de peinture, tableau capital, œuvre principale d'un peintre, d'une école.

    Les sept péchés capitaux, péchés source des autres.

    Ennemi capital, ennemi mortel. Dieu les laisse aux diables, ses capitaux ennemis, Bossuet, Démons, 1.

  • 5 S. m. Ce qu'il y a d'essentiel. Le capital est d'avoir de quoi se pousser, Bourdaloue, Car. I, Richess. 9. La pénitence est le capital de notre paix avec Dieu, Bourdaloue, Avent, Nativité de Jésus-Christ, 228. Le capital pour une femme n'est pas d'avoir un directeur, La Bruyère, 3. Le sexe dévot qui fait son capital de dire beaucoup, Bourdaloue, Car. I, Prière, 316. Il ne devrait pas faire son capital d'être lieutenant général, Sévigné, 264. Ensevelis dans l'amour des choses sensibles, ils feront leur capital des biens grossiers de cette vie, Fénelon, XVII, 214. Il ne fait pas assez de cas de ce talent, pour faire son capital de l'étudier, La Bruyère, 8. Comme le disent malicieusement vos pères Annat et Meynier, qui en font le capital de leur accusation, Pascal, Prov. 16. Ma 15e lettre y avait assez répondu [à l'accusation d'hérésie] ; mais vous en parlez maintenant d'un autre air ; vous en faites sérieusement le capital de votre défense, Pascal, ib. 17.
  • 6Le principal d'une dette, d'une rente. Amortir, rembourser un capital. Manger rentes et capitaux, Serait doux, je l'espère, Béranger, Él. de la richesse.
  • 7Ensemble des produits accumulés.

    En langage scientifique, somme des utilités acquises, et non des valeurs comme on dit à tort (voy. VALEUR) résultat du travail antérieur destiné à la satisfaction des besoins ultérieurs. On dit que les facultés acquises de l'homme sont un capital. L'homme fait est un capital accumulé, J. B. Say, Cours d'économie politique, 1843, t. I, p. 154. Le capital d'un artiste est son talent, ID. ib. t. II, p. 164.

    Portion des produits accumulés ou des utilités acquises, destinée à la reproduction, sous forme de provisions, de matériaux et d'instruments. Le premier chasseur était pourvu au moins d'un repas, auquel il a dû la force de saisir sa première proie ; les armes qu'il s'est fabriquées ont été une grande augmentation de son capital ou de ses avances, Dupont de Nemours, Maximes du doct. Quesnay, édit. 1846, p. 391. Tout capital est un instrument de production, J. B. Say. Cours, t. I, p. 158.

    Plus spécialement, l'instrument de travail. Capital productif, celui qui est employé actuellement à la production. Capital improductif, inactif, oisif, celui qui n'est pas employé.

    Capital-argent ou capital-monnaie, capital-matières, etc. celui qui a la forme de monnaie, de matières premières.

    Dans un sens relatif, notion abstraite d'une somme d'utilités qui ne changent pas avec les objets auxquels elles sont incorporées, et que l'on peut retrouver après un certain temps ou certaines opérations.

    Propriété de ceux qui vivent du revenu de ce qu'ils possèdent.

    Capital d'un individu, somme des richesses que cet individu possède en produits accumulés ; avoir d'une personne : c'est le sens de l'impôt sur le capital.

    Portion de richesse que le possesseur a l'intention de conserver ou de reproduire par le travail ; actif d'une personne. Capital d'un commerçant ; on y fait entrer la clientèle.

    Capital social, capital d'une société de commerce.

    Capital social, capital d'une nation, somme des richesses existantes chez elle. Le capital d'une nation se compose de tous les capitaux des particuliers, J. B. Say, Traité d'écon. polit. 1840, p 69.

    Somme de ces richesses employées dans l'industrie nationale. Leur ensemble [des capitaux productifs] compose le capital d'une nation, ID. Cours, t. I, p. 145.

    On confond souvent le capital et le numéraire ; de là, en termes de finances, capital, argent en circulation. Le capital se cache.

    Fonds disponibles. Les capitaux sont rares.

    Fonds dont un industriel, un commerçant, un agriculteur dispose pour la création ou l'exploitation d'un établissement ou d'une entreprise. Capital ou fonds de roulement, argent ou produits immédiatement échangeables, servant à payer les dépenses d'exploitation.

    Capital fixe ou engagé, celui qui sert sous une forme permanente, fixe, dans des objets qui durent et dont l'efficacité se perpétue sur un grand nombre d'actes de production, tels que les constructions, les machines, les améliorations foncières. Je ne parle pas ici des capitaux engagés dans un fonds de terre et qui sont aussi immobiles que le fonds, Say, Traité, p. 409, note.

    Capital circulant ou de circulation, celui qui se transforme dans l'opération productive, qui circule sans cesse et passe d'une matière dans une autre, telle que les matières premières, les provisions. La monnaie, capital fixe relativement à la société, est un capital circulant relativement à l'individu.

  • 8Lie forte que laisse la potasse au fond des chaudières où l'on fait le savon.
  • 9 S. f. Terme d'art militaire. La capitale, la ligne de convention qui est censée partager un bastion en deux portions égales.

REMARQUE

Cet adjectif se met d'ordinaire après le substantif : ville capitale, ennemis capitaux ; cependant Bossuet a dit aussi : capitaux ennemis.

SYNONYME

CAPITAL, RICHESSE. Richesse, c'est l'ensemble des choses qui servent à la satisfaction de nos besoins. Capital, c'est l'ensemble des moyens de satisfaction résultant d'un travail antérieur. Le capital est l'un des trois éléments de la production : les agents naturels, le travail et le capital. Souvent on oppose capital à fonds de terre.

HISTORIQUE

XIIe s. Et ne remaindra hoem antif [homme âgé] en ta maisun, qui evesche seit de la lei chevel [loi capitale, la religion], Rois, 10. Cel capital [ce châtiment capital] ne deit ne clers ne lais suffrir ; De saint Iglise en puet la dreiture perir, E as clers e as lais puet à perte venir, Th. le mart. 60.

XIVe s. Un tribun ha cité Ceson et li baille jour sur crime capital devant le peuple, Bercheure, f° 54, verso.

XVe s. Ledit conte de sainct Pol estoit lors ennemy capital du duc de Bourgongne, Commines, III, 3. La grant compagnie mauldicte des sept vices capitaulx et mortels, Gerson, Harangue à Charles VI, p. 15.

XVIe s. Le prince de Galles prit si fort à cœur la protection de Pierre contre Henry, qu'il en fit tout son capital, Mém. sur Guesclin, ch. 22. Tenailles capitales [pour les fractures du crâne], incisives, dites bec de perroquet, Paré, VIII, 6. Ce fait, seront appliquées dessus des poudres capitales [céphaliques] de faculté dessiccative, Paré, XVI, 34. Ennemi capital du vice, Ronsard, Odes, V, 23. L'on doit venir par action [en justice, non par saisie] pour loyaux aides ou chevels [aides capitales, dues aux chefs, seigneurs], Loysel, 604. Ceste ville capitalle de vostre duché de Guienne et metropolitaine pour le faict de la religion, Condé, Mém. p. 624.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

CAPITAL.
9 S. f. Ajoutez : Cette zone [la zone de 250 mètres des servitudes militaires] doit être mesurée sur les capitales des bastions et à partir de la crête de leurs glacis, Gaudry, Traité du domaine, t. II, p. 13.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Capital : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

CAPITAL ; il vient du Latin caput, & se dit en différentes occasions, pour marquer la relation de chef ou principal ; ainsi ville capitale signifie la premiere ville d’un royaume, d’une province, d’un état, comme Paris est la capitale de France ; Londres est la capitale d’Angleterre ; Moscou, la capitale de Moscovie ; Constantinople, la capitale de l’empire Ottoman ; Rouen, la capitale de Normandie, &c.

Capital, se dit aussi de la somme qu’on doit rembourser, indépendamment des intérêts ; ainsi 100 liv. au denier vingt, produisent à la fin de l’année 105, liv. dont 100 est le capital, & 5, l’intérêt. Voyez Arrérages, Intérêt, Principal.

Capital, ou Fonds dans le Commerce, se dit du fonds d’une compagnie de commerce ou de la somme d’argent que ceux qui la composent fournissent en commun, pour être employée dans leur commerce. Voyez Fonds.

Le capital de la compagnie des Indes d’Angleterre étoit dans le commencement de son institution de 369861 livres sterlins ; on le doubla ensuite, & il va maintenant à plus de 1703422 livres sterlins : quand on a 500 livres dans les fonds de la compagnie, on a alors voix dans les assemblées générales.

Le pouvoir que le roi d’Angleterre donna à la compagnie du Sud d’augmenter son capital, fut la source de tous les malheurs qui arriverent à cette compagnie en l’année 1720. Voyez Compagnie.

Capital, se dit aussi de la somme d’argent qu’un marchand met d’abord dans son commerce, lorsqu’il s’établit pour son compte particulier.

Le mot de capital est opposé à celui de gain ou profit, quoique souvent le gain augmente le capital, & devienne capital lui-même, lorsqu’il est joint au premier capital. Dictionn. du comm. tom. II. pag. 81. (G)

Capital, (crime) est celui pour la réparation duquel on inflige au criminel une peine capitale, comme la perte de la vie naturelle ou civile. V. Crime & Chatiment. (H)

Capitale, (lie) est une lie forte que laisse la potasse au fond des chaudieres où l’on fait le savon. Voyez Savon.

On l’employe, en Chirurgie, en qualité de caustique, & elle entre dans la composition de la pierre infernale.

Capitales, (medecines) sont les préparations des boutiques les plus fameuses & les plus essentielles, remarquables pour le nombre des ingrédiens qui y entrent, pour leurs vertus extraordinaires, &c. comme la thériaque de Venise, le mithridate, &c. Voyez Mithridate, &c. (N)

Capital, (Peinture.) on appelle aussi de ce nom un tableau qu’on suppose d’une grande beauté, si le dessein en est d’une grande ordonnance : un dessein qui ne seroit que de quelques parties, ou même d’une figure entiere, ne seroit point appellé dessein capital. Cependant la perfection d’une figure, la conservation d’un beau morceau, la rareté des ouvrages excellens en ce genre, sont des motifs pour leur appliquer ce mot. (R)

Capitale du bastion, (la) est, en Fortification, une ligne tirée de l’angle flanqué à l’angle du centre du bastion. Elle est la différence du rayon du polygone extérieur & de l’intérieur. Telle est KH, Pl. I. de l’Art milit. fig. 1.

Les capitales des bastions ont depuis trente jusqu’à quarante toises de longueur. C’est sur leur prolongement que l’on se dirige ou conduit dans les tranchées pour approcher du bastion. Voyez Tranchées. (Q)

Capitales, adj. f. pl. on nomme ainsi, dans la pratique de l’Imprimerie, certaines lettres, qui quoiqu’elles fassent partie d’une fonte, & soient du même corps de caractere, different seulement en ce que l’œil en est plus gros, en ce que la figure n’est pas la même, & qu’elles sont moins d’usage, & moins courantes dans l’impression ; ces sortes de lettres n’étant faites que pour la plus grande perfection de l’Art. Elles sont indispensables au commencement d’une phrase, d’un a-linea, au commencement d’un vers, aux noms propres d’hommes, de femmes, de royaumes, de provinces, de villes, &c.

Les petites capitales s’employent suivant le système que l’on se propose de suivre dans un ouvrage. Elles sont d’un œil plus petit que celui des capitales, & leur configuration est la même, aussi en plus petit. Voyez Majuscules & Minuscules.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « capital »

Étymologie de capital - Littré

Provenç. captal, capdal, capital, cheptel ; de capitalis, de caput, tête, principal (voy. CHEF). Capitale, le capital, a donné cheptel (voy. ce mot). La plus ancienne forme est chevel ; capital a été refait, dès le XIIe siècle, sur capitalis.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de capital - Wiktionnaire

(Adjectif) (1200) Du latin capitalis (« relatif à la tête », « qui entraîne la mort, mortel, fatal », « dangereux, funeste, pernicieux », « éminent, supérieur, ingénieux »), dérivé de caput (« tête »).
(Nom commun) (XVI) Soit par substantivation de l'adjectif, soit emprunt, par l'intermédiaire des banquiers lombards, à l'italien capitale ((XIIIe siècle) « partie principale d'une richesse par rapport aux intérêts qu'elle produit »). Ce mot est le doublet savant de l'ancien français chatel, « patrimoine », « biens mobiliers en bétail », qui se retrouve dans cheptel.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « capital »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
capital kapital play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « capital »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « capital »

  • https://www.capital.fr/entreprises-marches/lidl-va-de-nouveau-casser-les-prix-avec-un-piano-1373452 Capital.fr, Lidl va de nouveau casser les prix avec un… piano - Capital.fr
  • https://www.capital.fr/votre-argent/verser-des-allocations-familiales-des-le-premier-enfant-la-proposition-musclee-dun-rapport-parlementaire-1373584 Capital.fr, Verser des allocations familiales dès le premier enfant : la proposition musclée d’un rapport parlementaire - Capital.fr
  • https://www.capital.fr/votre-argent/le-montant-des-bourses-pour-les-lyceens-varie-de-441-euros-a-933-euros-par-an-pour-la-rentree-prochaine-1373270 Capital.fr, Le montant des bourses pour les lycéens l'an prochain dévoilé - Capital.fr
  • https://www.capital.fr/economie-politique/taux-de-reproduction-de-lepidemie-2-nouvelles-regions-repassent-au-dessus-de-1-1373793 Capital.fr, Taux de reproduction de l'épidémie : 2 nouvelles régions repassent au-dessus de 1 - Capital.fr
  • https://www.capital.fr/entreprises-marches/om-mourad-boudjellal-pourrait-il-vraiment-investir-200-millions-deuros-au-mercato-1373858 Capital.fr, OM : Mourad Boudjellal pourrait-il vraiment investir 200 millions d’euros au mercato ? - Capital.fr
  • Delphine Wespiser : L'ex miss France passe un message capital ! Public.fr, Delphine Wespiser : L'ex miss France passe un message capital !
  • Critique : « 1% de la population mondiale détient plus que les 99% restants… Vous trouvez ça normal ? » Ainsi le film introduit-il la notion de capital, dans le sens des ressources économiques énormes accaparées par un très petit nombre de personnes. Il s’agit alors d’étudier dans quelles conditions le capital s’est imposé comme le critère essentiel de domination de certaines couches de la population sur toutes les autres, jusqu’à être à l’origine d’un véritable système de production des inégalités. Pour cela, plutôt qu’une obscure démonstration économique, Thomas Piketty nous propose un voyage dans trois siècles d’histoire aux fondements du capital. Cette étude s’appuie à la fois sur le témoignage de géopoliticiens, historiens ou économistes issus de la sphère universitaire ou journalistique (par exemple Francis Fukuyama, auteur en 1992 de l’ouvrage très remarqué La fin de l’histoire et le dernier homme), mais aussi sur des extraits de films, de dessins animés ou d’archives télévisuelles. La majeure partie du documentaire est faite en « found footage », c’est-à-dire qu’elle reprend des très courtes bandes vidéo issues d’autres films. On découvre ainsi la société très fragmentée de l’Angleterre du XVIIIe siècle au détour d’une scène d’Orgueil et préjugés, la Grande Dépression avec un passage des Raisins de la colère, tandis que Homer Simpson et sa famille illustrent la crise financière de 2008. Certains plans sont d’ailleurs particulièrement efficaces, comme ce travelling sur la Skyline new-yorkaise avec en fond le titre Royals interprété par Lorde. Avoir Alire - Critiques de films, Livres, BD, musique, séries TV, Spectacles, Le Capital au XXIe siècle - Justin Pemberton/Thomas Piketty - critique
  • La vie nous a été donnée en capital ; tous les plaisirs que nous en retirerons seront nos intérêts. De Van Minh
  • La liberté est un bien précieux, mais il faut avoir un petit capital d’exploitation pour la cultiver. De Tristan Bernard / Le Fardeau de la liberté
  • Il ne faut pas tenter de couler le capital : il est insubmersible ; il faut l'arraisonner. De Gilbert Cesbron / Mourir étonné
  • Le temps est le seul capital des gens qui n'ont que leur intelligence pour fortune. De Honoré de Balzac
  • La mémoire de ma mère et ses enseignements ont été, après tout, le seul capital dont j’ai disposé pour affronter la vie. Et ce capital m’a fait devenir ce que je suis. De Andrew Jackson
  • C'est le capital qui, au fond, mène l'église. De Jean-Jules Richard / Neuf jours de haine
  • Le travail, c'est du capital qui ne s'accumule pas. De Paul Laffitte / Jéroboam ou la finance sans méningite
  • Une bonne réputation comme femme et comme ouvrière est plus avantageuse qu'un capital. De C. Desmaisons / Tu seras ouvrière
  • La virginité est une valeur négociable au capital précaire mais au revenu parfois très rémunérateur. De Docteur Camille Stréletski
  • Le capital est chatouilleux et timides sont les prêteurs d'argent. De Rudyard Kipling / Un beau dimanche anglais
  • La santé est un capital précieux qu'il faut constamment alimenter avec de bonnes actions. De Kheira Chakor
  • Le capital ne manque pas. Ce qui manque, c'est la vision. De Michaël Milken
  • L’un a besoin de l’autre : le capital n’est rien sans le travail, le travail rien sans le capital. De Léon XIII
  • Le public est le capital d'un cinéaste indépendant. De Claude Lelouch / Itinéraire d'un enfant très gâté
  • Le capital ne réside pas seulement dans le travail manuel ; l'intelligence est un capital et le zèle aussi. August Strindberg, L'Écrivain
  • Le travail est antérieur au capital et indépendant de celui-ci. Le capital n'est que le fruit du travail et n'aurait jamais pu exister si le travail n'avait pas existé avant lui. Le travail est supérieur au capital et mérite de loin plus grande considération. Abraham Lincoln, Message to Congress, 3 décembre 1861
  • Le Capital mourrait si, tous les matins, on ne graissait pas les rouages de ses machines avec de l'huile d'homme. Jules Vallès, Jacques Vingtras, l'Insurgé
  • L'économie politique l'a proclamé en une formule célèbre : le capital, c'est du travail accumulé. Complétez votre découverte monsieur l'économiste distingué : le capital, c'est le travail de plusieurs accumulé par un seul. Corollaire : le travail, c'est du capital qui ne s'accumule pas. Paul Laffitte, Jéroboam ou la Finance sans méningite, La Sirène
  • Le capital est du travail volé. Louis Auguste BlanquiJean, dit Jean-Richard Bloch, Critique sociale

Images d'illustration du mot « capital »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « capital »

Langue Traduction
Portugais capital
Allemand kapital
Italien capitale
Espagnol capital
Anglais capital
Source : Google Translate API

Synonymes de « capital »

Source : synonymes de capital sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « capital »



mots du mois

Mots similaires