Bourgeois : définition de bourgeois, bourgeoise


Bourgeois, bourgeoise : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

BOURGEOIS, OISE, subst. et adj.

I.− Substantif
A.− FÉODALITÉ
1. [Au Moy. Âge] Libre habitant d'une ville, jouissant de certains privilèges. Les bourgeois de Calais :
1. Il n'y a guère, messieurs, que deux sources d'où puissent découler, dans la sphère politique, la grandeur de l'ambition et la fermeté de la pensée. Il faut avoir ou le sentiment d'une grande importance, d'un grand pouvoir exercé sur la destinée des autres, et dans un vaste horizon; ou bien il faut porter en soi un sentiment énergique d'une complète indépendance individuelle, la certitude de sa propre liberté, la conscience d'une destinée étrangère à toute autre volonté que celle de l'homme lui-même. (...). Ni l'une ni l'autre de ces conditions ne s'est rencontrée dans la situation des bourgeois du moyen âge. Ils n'étaient, vous venez de le voir, importans que pour eux-mêmes; ils n'exerçaient, hors de leur ville et sur l'état en général, aucune grande influence. Guizot, Hist. gén. de la civilisation en Europe,1828, p. 32.
P. ext.
a) Citoyen d'une ville. Des riches et honorables bourgeois.
b) Helvétisme. Personne qui possède le droit de cité communal. Une commune ne traite pas toujours identiquement ses bourgeois et les autres citoyens du canton (J.-F. Aubert, Traité de dr. constitutionnel suisse,Neuchâtel, t. 1, 1967, p. 371).
Titre honorifique. La ville de Vienne décernait à Beethoven le titre de bourgeois honoraire (J.-G. Prod'homme, Les Symphonies de Beethoven,1921, p. 363):
2. Ils [les compagnons Imprimeurs] aimaient à se faire donner le titre de bourgeois de Paris, dont ils se distinguaient peu d'ailleurs en public par leur mise toujours soignée. L. Radiguer, Maîtres imprimeurs et ouvriers typographes (1470-1903),1903, p. 100.
2. [Sous l'Ancien Régime] Personne appartenant à la classe supérieure du tiers état (par opposition aux membres de la noblesse, du clergé et à l'homme du peuple) :
3. C'était plus que la mort de son fils qu'il déplorait, c'était la mort de sa maison : une douleur inconnue aux bourgeois et aux manants. T. Gautier, Le Capitaine Fracasse,1863, p. 431.
4. Bien des gens ont raconté l'histoire de la grande révolution du peuple et des bourgeois contre les nobles, en 1789. C'étaient des savants, des hommes d'esprit, qui regardaient les choses d'en haut. Moi, je suis un vieux paysan et je parlerai seulement de nos affaires. Erckmann-Chatrian, Histoire d'un paysan,t. 1, 1870, p. 5.
[P. allus. à la comédie de Molière] Guitry, dans une longue robe de chambre à fleurs, ressemble au bourgeois gentilhomme (Renard, Journal,1901, p. 640):
5. ... parfois l'on est stupéfait, tout au contraire du bourgeois gentilhomme, de voir un ordre bref devenir une très longue phrase, tout un discours. Gide, Le Retour du Tchad,1928, p. 933.
B.− Usuel. Personne appartenant à la classe moyenne et dirigeante, n'exerçant aucun métier manuel et jouissant d'une situation aisée (par opposition au monde ouvrier ou paysan). Grand, gros bourgeois. Nous nous asseyions pour causer, nous mettant comme des bourgeois endimanchés en manches de chemise (E. et J. de Goncourt, Journal,1860, p. 690);Vichy est peuplé de Rouennais et d'une quantité de bourgeois ignobles (Flaubert, Correspondance,1863, p. 96);une sagesse d'économe bourgeois lorrain (Blanche, Mes modèles,1928, p. 27):
6. On voit des familles entières de bourgeois et d'artisans qui partent à cinq heures du soir pour aller au Prater faire un goûter champêtre aussi substantiel que le dîner d'un autre pays, et l'argent qu'ils peuvent dépenser là prouve assez combien ils sont laborieux et doucement gouvernés. Mmede Staël, De l'Allemagne,t. 1, 1810, p. 120.
7. Ils [Étienne, Rasseneur et Souvarine] parlaient l'un après l'autre, d'une voix désolée, et les doléances commencèrent. L'ouvrier ne pouvait pas tenir le coup, la révolution n'avait fait qu'aggraver ses misères, c'étaient les bourgeois qui s'engraissaient depuis 89, si goulûment qu'ils ne lui laissaient même pas le fond des plats à torcher. Zola, Germinal,1885, p. 1256.
Petit bourgeois, petite bourgeoise. Cette affreuse petite bourgeoise empâtée (Montherlant, Le Démon du bien,p. 1346):
8. Le marchand de Québec pensait que la France est un pays riche en églises, pauvre en baptêmes, et qui, par de petits bourgeois trop mesquins dans le détail et trop larges dans leurs vues, dirigeait depuis six ans l'Europe avec honnêteté et non sans honneur. Giraudoux, Siegfried et le Limousin,1922, p. 142.
1. En partic., péj. [Le bourgeois considéré dans son caractère, sa conduite, etc.] Personne soucieuse de sa tranquillité et de son bien-être, dépourvue de grandeur d'âme et d'ouverture d'esprit. Des bourgeois étroits, précautionneux, trembleurs. Le bourgeois de Florence est plus mouton que celui de Paris (Stendhal, De l'Amour,1822, p. 290);le bourgeois est avare, la bourgeoisie est prude (Hugo, Les Misérables,t. 2,1862, p. 616);c'est une de ces respectables bourgeoises à vices secrets et à principes inflexibles (Maupassant, Contes et nouvelles, t. 1, Le Remplaçant, 1883, p. 867):
9. ... (Scribe et Capus, vos grands hommes parisiens, les artistes dont est digne votre société de bourgeois jouisseurs, hypocrites, enfantins, trop lâches pour oser regarder en face leur bassesse) ... R. Rolland, Jean-Christophe,Dans la maison, 1909, p. 1009.
Effaroucher, épouvanter le(s) bourgeois; épater le(s) bourgeois. Terrifie les bourgeois par tes extravagances (Flaubert, Correspondance,1858, p. 273):
10. ... pourquoi vous butez-vous à une chose que vous-même reconnaissez être absurde? (...) − C'est absolument pour épater le bourgeois! E. et J. de Goncourt, Journal,1879, p. 27.
11. ... un critique épateur de bourgeois et dont les éreintements ou les magnificats semblent tirés au hasard dans un chapeau; ... E. et J. de Goncourt, Journal,1889, p. 964.
Traiter qqn de bourgeois :
12. ... « Mais Laforgue, tu sais, on le méconnaît; c'est avant tout un ironiste », de l'air d'avoir trouvé que que chose! Et toi qui le traite[s] de bourgeois et de pleurnichard dans les lettres à sa sœur! J. Rivière, Correspondance[avec Alain-Fournier], 1906, p. 248.
− Domaine esthétique.Personne à l'esprit terre-à-terre, qui n'entend rien ou peu aux choses de l'art. Aux yeux des bourgeois la caricature fait beauté (Stendhal, La Chartreuse de Parme,1839, p. 240):
13. Dans tout homme qui tient une plume (...) le bourgeois voit un inutile; dans chaque bourgeois, l'homme de lettres un ennemi. J. Vallès, Les Réfractaires,1865, p. 111.
2. Spécialement
a) Vx, pop. Patron d'un apprenti, d'un domestique, etc. Comme le cocher demandait : « Où faut-il aller, bourgeois? » il répondit : « Où vous voudrez » (Maupassant, Bel Ami,1885, p. 112):
14. [La fille :] Vous êtes ouvrier (...) quelqu'un peut dire à votre bourgeois qu'on vous a rencontré avec moi (...). Les maîtres n'aiment pas que leurs ouvriers se dérangent (...) [L'ouvrier :] Mon bourgeois ne demeure pas dans ce quartier. Sue, Les Mystères de Paris,t. 1, 1842-43, p. 152.
Maître de maison :
15. ... remplacer un jour la tante, qui était mortelle, et (...) devenir le vrai maître dans cette maison où il n'y avait rien à faire, et où le bourgeois passait pour être coulant, tel fut immédiatement son plan... E. et J. de Goncourt, Sœur Philomène,1861, p. 85.
Au fém. Maîtresse de maison; p. ext., femme, épouse :
16. Vous avez vu la bourgeoise : elle n'est pas commode, (...) pour m'empêcher de sortir, elle (...) ne me laisse que des hardes trop usées pour la ville... Maupassant, Contes et nouvelles,t. 1, Les Dimanches d'un bourgeois de Paris, 1880, p. 296.
17. « ... je vais mettre ma queue de morue et je reviens. Je vais faire dire à ma bourgeoise [Mmede Guermantes] que vous l'attendez tous les deux » Proust, Le Côté de Guermantes 2,1921, p. 580.
b) Arg. [P. oppos. au truand] Celui qui n'appartient pas au « milieu ».
3. [En parlant de militaires, ecclésiastiques, etc.] (Être habillé) en bourgeois. Habillé comme un bourgeois. Policier, flic en bourgeois; officier en bourgeois. Leuwen vola chez lui, revint habillé en bourgeois (Stendhal, Lucien Leuwen,t. 2,1836, p. 217);un gendarme habillé en bourgeois l'accosta dans la rue (Balzac, Splendeurs et misères des courtisanes,1847, p. 173);j'en ai connu, des prêtres, qui s'habillaient en bourgeois pour aller voir gigoter des danseuses (Flaubert, Madame Bovary,t. 2, 1857, p. 61).
II.− Adjectif
A.− Qui est relatif, qui est propre aux bourgeois; qui est typique de la classe des bourgeois. Classe, société bourgeoise. L'horreur des bourgeois est bourgeoise (Renard, Journal,1889, p. 24);l'athéisme est un produit de la décadence bourgeoise (Maritain, Humanisme intégral,1936, p. 74);grand-père m'avait élevé dans le respect de la démocratie bourgeoise (Sartre, Les Mots,1964, p. 147):
18. − L'énormité du risque, prononça-t-il, n'empêchera sûrement pas la société bourgeoise de faire encore la guerre. Et la guerre nous délivrera de la société bourgeoise. Pas d'autre solution. Il n'y aura de paix que dans l'ordre socialiste. G. Duhamel, Chronique des Pasquier,Vue de la terre promise, 1934, p. 127.
19. ... le caractère sacré du travail manuel est une trouvaille purement et spécifiquement bourgeoise. Montherlant, Les Célibataires,1934, p. 809.
20. Un contre tous : c'était ma règle; qu'on cherche la source de cette rêverie morne et grandiose dans l'individualisme bourgeois et puritain de mon entourage. Sartre, Les Mots,1964, p. 122.
SYNT. a) L'éducation bourgeoise, les mœurs bourgeoises; une maison d'aspect bourgeois; b) L'humanisme, le libéralisme bourgeois; la culture, l'idéologie, la philosophie, la révolution bourgeoise.
1. Spécialement
Vx, pop. Caution bourgeoise. Caution solvable. Comédie bourgeoise. Jouée par des amateurs.
Cour. Cuisine bourgeoise. Cuisine saine, simple et de bonne qualité. Pension* bourgeoise.
2. GASTR. À la bourgeoise. Accompagné d'une garniture composée de carottes, de petits oignons et de gros dés de lard maigre. Du veau à la bourgeoise.
3. Helvétisme (princ. Jura bernois). Qui se rapporte au corps des personnes qui ont le droit de cité dans une commune. Publications des autorités communales, bourgeoises et paroissiales (Feuille officielle du Jura bernois,6 juill. 1974, p. 522);famille bourgeoise (Feuille des avis officiels du canton de Vaud,29 oct. 1974, p. 2726).
B.− Péj. (cf. supra B 1)
1. Qui manque de grandeur d'âme par souci excessif de la sécurité et de la réussite matérielles. Tout ce qui est bas et plat dans le genre bourgeois me rappelle Grenoble (Stendhal, Vie de Henry Brulard,t. 1,1836, p. 111);une société boutiquière et bourgeoise (Hugo, Les Misérables,t. 1,1862, p. 519);tant d'indifférence aux malheurs de la patrie avait quelque chose de mesquin et de bourgeois (Flaubert, L'Éducation sentimentale,t. 2, 1869, p. 166):
21. Admirable, [Racine] sans doute, pour avoir rendu poétiques les sentiments les plus bourgeois et les passions les plus médiocres, ... J. Joubert, Pensées,t. 2, 1824, p. 208.
22. ... aussi (...) est-elle devenue [la noblesse] économe, sage, prévoyante, enfin bourgeoise et sans grandeur. Balzac, La Cousine Bette,1846, p. 126.
23. ... on sentait que Lucie hésitait entre ses aspirations bourgeoises, ses prétentions intellectuelles, et son propre goût qui, malgré son bon goût réputé, était vulgaire. S. de Beauvoir, Les Mandarins,1954, p. 342.
Emploi subst., vieilli. Du dernier bourgeois. Très vulgaire. Me feriez-vous l'honneur d'être jalouse? Prenez garde, ma chère, ce sentiment est du dernier bourgeois (E. Augier, Le Gendre de M. Poirier,1854, II, p. 264):
24. ... être à l'aise est (...) un souhait du dernier bourgeois. Il n'y a que des niais qui puissent prôner si fort le régime de la poule au pot. Renan, L'Avenir de la sc.,1890, p. 428.
− Domaine esthétique.Qui traduit les travers, les sentiments peu élevés, etc. (considérés comme caractéristiques) des bourgeois. Le drame bourgeois, la comédie bourgeoise :
25. À cette époque, dans l'art coquet, libertin et spirituel du dix-huitième siècle (...) apparaît un élément nouveau, l'élément sentimental et bourgeois. T. Gautier, Guide de l'amateur au Musée du Louvre,1872, p. 184.
26. Ce n'était que la découverte d'une nouvelle méthode de travail de la matière, et quand trente ans plus tard, le roman bourgeois classique fut formé, on s'aperçut que les sentiments qu'il décrivait : avidité, avarice, envie, jalousie, amour-propre, vanité, etc., n'étaient pas le propre du tiers-état, mais étaient seulement montrés par lui avec un peu plus de franchise. Arts et litt. dans la société contemp.,1936, p. 5405.
2. Qui fait preuve d'un conservatisme étroit :
27. La majorité est de mauvaise humeur. Le discours de Thiers contre lequel elle a voté lui a plu au fond (...) parce que la Chambre est bourgeoise et arriérée. Mérimée, Lettres à la comtesse de Montijo,t. 2, 1870, p. 317.
Rem. On rencontre dans la docum. le néol. d'aut. bourgeoisifié, ée, adj. [En parlant d'une pers. ou d'une chose] Qui se donne ou reflète un caractère ou une allure de bourgeois. Un paysan bourgeoisifié (E. et J. de Goncourt, Journal, 1865, p. 126); une salle à manger bourgeoisifiée (Id., ibid., 1856, p. 284).
Prononc. ET ORTH. : [buʀ ʒwa], fém. [-ʒwa:z]. DG seul prononce [wɑ] avec [ɑ] post. dans bourgeois, cacatois, carquois, chamois, danois, gaulois, grivois, guingois, matois, patois, pavois, putois, sournois, voix. À ce sujet cf. -ois. Ac. Compl. 1842 et Lar. 19ementionnent encore l'anc. forme bourjeois. Ac. Compl. 1842 y ajoute également bourgesie.
Étymol. ET HIST. − A.− Subst. masc. 1. Ca 1100 burgeis « habitant d'un bourg, d'une ville (au Moy. Âge, de bourgs et villes affranchis de la justice féodale) » (Roland, 2691 dans T.-L.); 1393 bourgeois (Ménagier, t. 1, 3 dans Littré); assez peu fréquent dans la lang. littér.; considéré comme ancien dep. Ac. 1932; 2. 1668 « personne qui appartient à la bourgeoisie » (La Fontaine, I, 67, éd. H. Regnier, X, p. 107); 1678-79 sing. collectif (Id., IX, 155, ibid. : Le surprenant spectacle Éblouit le bourgeois); 1680 gros bourgeois, petit bourgeois (Rich.); p. ext. péj. 1635 « personne sans goût, sans culture » (Francion, p. 286, éd. 1635 dans Littré); 3. 1680 (Rich. : Bourgeois. Ce mot parmi les ouvriers veut dire celui qui met en œuvre [travailler pour le bourgeois. Le bourgeois veut cela]); 4. 1793 « personne qui n'exerce pas de métier manuel et qui a le plus souvent une situation aisée » (Jacob., 19 frim. an II-9 déc. 1793 dans Brunot t. 9, 2, p. 711, note 4); 5. 1835 (Ac. : Bourgeois se dit par opposition à Militaire). B.− Subst. fém. 1280 « femme d'un bourgeois » (Clef d'amors, 2072 dans Gdf. Compl.); xves. « femme, épouse » (Coquillart, Monol. du Puys dans Guérin, Dict. des dict. dans Quem. Fichier). C.− Adj. 1418 pain bourgeois « pain mi-bis » (Journ. de Paris, sous Charles VI et VII, p. 52 dans La Curne); 1529 lettre bourgeoise « caractère tenant le milieu entre la gothique cursive et la gothique moderne » (G. Tory, Champ fleury, Lettres françoises, 72 vodans Hug.); 1538 caution bourgeoise « caution solvable et facile à discuter » (Est. d'apr. FEW t. 15, 2, p. 19b); 1611 « relatif, appartenant au bourgeois » (Cotgr.); 1721 maison bourgeoise (Trév.). Dér. de bourg*; suff. -ois (-ais*); ce dér. offre une évolution sém. très différente de celle du mot de base, liée au contexte hist. : d'une part au développement d'une classe sociale moyenne, faite surtout de marchands, intermédiaire entre les nobles et les manants (pagenses, rustici), d'autre part dès le Moyen Âge aux privilèges des bourgeois, habitants des bourgs affranchis de la justice féodale, et au xixes. à ceux des bourgeois p. oppos. à la classe ouvrière. Lat. médiév. burgenses, 1007 « habitants du bourg franc institué par le comte d'Anjou Foulque Nerra, autour d'une abbaye près de Loches » (ds Flach, Orig. de l'anc. France, 1884-1904, t. 2, p. 196 note d'apr. Hollyman, p. 86).
STAT. − Fréq. abs. littér. : 6 666. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 7 121, b) 14 075; xxes. : a) 12 050, b) 7 483.
BBG. − Darm. Vie 1932, p. 130. − Dub. Pol. 1962, passim.Goug. Mots t. 1 1962, pp. 153-156. − Hagnauer 1968, p. 73. − Lecoy (F.). Pain bourgeois, pain faitiz. Pain de retrait. In : [Mél. Lombard (A.)]. Lund, 1969, pp. 101-107. − Lew. 1960, p. 218. − Mat. Louis-Philippe 1951, p. 20, 76, 234. − Morgan (E.). Bourgeois and Philistine. Mod. Lang. R. 1962, t. 57, pp. 69-72. − Quem. 2es. t. 2 1971, p. 8. − Rigaud (A.). La lang. bourgeoise. Vie Lang. 1969, pp. 709-712. − Sain. Arg. 1972 [1907] p. 128. − Sain. Lang. par. 1920, p. 67. − Whitton (D. F.). Cities and Citizens in English and French usage. In : [Mél. Ewert (A.)]. Oxford, 1961, p. 239.

Bourgeois, bourgeoise : définition du Wiktionnaire

Nom commun

bourgeois \buʁ.ʒwa\ masculin (pour une femme on dit : bourgeoise) singulier et pluriel identiques

  1. (Vieilli) Citoyen d’une ville.
    • Des serfs du moyen âge naquirent les bourgeois des premières agglomérations urbaines; de cette population municipale sortirent les premiers éléments de la bourgeoisie. — (Karl Marx, Friedrich Engels, Le manifeste du parti communiste : I. Bourgeois et prolétaires, 1847)
    • En 1096, le pape Urbain II vint à Carcassonne pour rétablir la paix entre Bernard Aton et les bourgeois qui s’étaient révoltés contre lui et il bénit l’église cathédrale (Saint-Nazaire), […]. — (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
    • La ville et ses plus riches bourgeois veulent surpasser en magnificence les autres cités. La réception est « de gros coutange » mais aussi « chose très admirable ». — (Jean-François Solnon, Quand la Franche-Comté était espagnole, Fayard, 1989)
  2. Celui qui n’est ni noble, ni ecclésiastique, ni militaire.
    • Il n’est pas gentilhomme, mais c’est un simple et honnête bourgeois.
    • Il y a bien des Russes qui épousent des Françaises, bien des gens de soixante-quatre ans qui se marient, bien des comtes qui épousent des bourgeoises. — (Comtesse de Ségur, L’Auberge de l’Ange-Gardien, 1888)
  3. (Familier) (Péjoratif) Personne de condition aisée et fière de cet état de chose.
    • La bourgeoisie est un veau
      Qui s’enrhume du cerveau
      Au moindre vent frais qui souffle;
      Le bourgeois c’est la pantoufle
      Qu’un roi met sous ses talons
      Pour marcher à reculons.
      — (Victor Hugo, Chanson de Gavroche, 1861)
    • On disait seulement en parlant d’elle : « Madame Tellier est une bourgeoise de Fécamp », ce qui laissait supposer qu’elle pouvait vivre de ses rentes. — (Guy de Maupassant , La maison Tellier, 1881, collection Le Livre de Poche, page 22.)
    • Tous ces bourgeois d’aujourd’hui ont l’air d’ouvriers qui auraient gagné le gros lot à la loterie, et qui ne pensent qu’à se goberger. — (Valery Larbaud, Fermina Márquez, 1911, réédition Le Livre de Poche, page 248)
    • Le bourgeois français est un être raisonnable, qui ne se laisse entraîner par la passion que rarement ; il se marie, la trentaine passée, pour faire une fin, selon son expression, à moins que, par hasard, il ne rencontre plus tôt une dot appétissante, une bonne affaire d’argent : alors il sacrifie sa jeunesse à sa femme. — (Paul Lafargue, Sapho, paru dans Le Socialiste, 2 janvier 1886)
    • Les truands se dissimulaient dans toutes les encoignures des maisons, et gare au bon bourgeois cousu d’or, qui rentrait trop tard chez lui. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 43)
  4. (Économie) (Politique) Membre de la classe sociale qui détient les moyens de production.
    • La grande industrie moderne supplanta la manufacture; la moyenne bourgeoisie industrielle céda la place aux millionnaires de l’industrie, aux chefs de véritables armées industrielles, aux bourgeois modernes. — (Karl Marx, Friedrich Engels, Le manifeste du parti communiste : I. Bourgeois et prolétaires, 1847)
    • Chez les possédants, l’agitation sociale réveille une vieille hantise particulièrement vivace chez les bourgeois français : la peur de l’ouvrier. — (Jacques Delpierrié de Bayac, Histoire du Front populaire, Fayard, 1972, page 13)
  5. Homme qui ne travaille pas de ses mains, par opposition à ouvrier ; rentier.
    • Depuis qu’il est retiré des affaires, il vit en bourgeois.
    • Il avait aux jambes des bottes à cœur, comme un tambour-major en bourgeois. — (Eugène Sue, Les Mystères de Paris, 1843)
  6. Les artistes, depuis l’époque romantique, emploient ce mot pour désigner quelqu’un qui est peu versé dans les arts et qu’ils accusent d’avoir le goût vulgaire.
  7. (Histoire) (Marine) Armateur d’un navire corsaire.
    • Le bourgeois devait fournir son navire en bon état et muni des agrès, apparaux, canons et autres armes nécessaires. — (Paul de Joriaud, Jean Bart et la guerre de course sous Louis XIV, 1888)

Adjectif

bourgeois \buʁ.ʒwa\ masculin

  1. Relatif aux bourgeois ou à la bourgeoisie, à ses mœurs, ses us, etc.
    • Il songe qu’en rentrant, il va trouver sa chambre encore chaude, le couvert mis, la lampe prête et tout son petit chez lui bien rangé, avec ce soin bourgeois des comédiens qui se vengent dans la vie privée des allures un peu désordonnées de la scène… — (Alphonse Daudet, La soupe au fromage, dans Contes du lundi, 1873, réédition Le Livre de Poche, page 180)
    • Il l’aimait parce qu’elle était bien élevée, parce qu’elle était honnête et qu’elle en avait l’air, et pour toutes les raisons qu’ont les bourgeois d’aimer leur femme. Car Maurice avait des idées bourgeoises. Ce n’est pas impunément qu’on est venu jusqu’à vingt-trois ans sans casier judiciaire. — (Charles-Louis Philippe, Bubu de Montparnasse, 1901, réédition Garnier-Flammarion, page 80)
    • Une des nobles passions de l’âme bourgeoise est de vouloir payer le plus cher possible tout service reçu. — (Paul Lafargue, Sapho, paru dans Le Socialiste, 2 janvier 1886)
    • D’une manière générale, la densification des sentiments familiaux et l’assujettissement indolore de la sexualité qui caractérisent la conjugalité et l’intimité bourgeoises, en se diffusant dans l’ensemble du corps social, aboutissaient à faire de l’érotisme une spécialité. — (Alain Corbin, Les filles de noce, 1978)
  2. (Péjoratif) Qui a l’allure et les manières de la bourgeoisie.
    • Ce n’était plus le verger d’autrefois, mais un fouillis bourgeois de corbeilles, de pelouses, de cascades, le tout reflété dans une grande boule de métal qui se balançait devant le perron. — (Alphonse Daudet, Maison à vendre, dans Contes du lundi, 1873, Fasquelle, collection Le Livre de Poche, 1974, page 189.)
    • […] : elle était en smoking. Son amie, plus bourgeoise, se prodiguait pour elle en mille soins touchants, au grand scandale de Trique. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
  3. (Péjoratif) (Désuet) Qui n’annonce pas que celui qui le porte soit d’une condition aristocratique, en parlant du patronyme.
    • Ce nom est bien bourgeois.
  4. (Péjoratif) Qualifie des goûts et des idées que des personnes plus hardies ou plus jeunes trouvent timides et surannées.
    • Il a passé deux heures enfermé avec lady Makinson. Je me sens affreusement bourgeois, je n’ai pas cessé de penser qu’elle a deux enfants… — (Georges Simenon, Le Blanc à lunettes, ch. IV, Gallimard, 1937)
    • La littérature érotique embrasse plus de réalités psychologiques que la morale bourgeoise ne voulait en connaître, et que le puritanisme n’en tolère. Or ces réalités, quoiqu’on en juge, sont au moins aussi quotidiennes et obsédantes que les réalités économiques, […]. — (Denis de Rougemont, Comme toi-même : Essais sur les Mythes de l'Amour, Albin Michel, 1961, p.41)
  5. (Péjoratif) Riche ; qui fait partie des classes sociales les plus aisées.
    • Que dès lors « riche bourgeois » fût un pléonasme et qu’il suffît de dire « bourgeois » tout court, cela est hors de doute. — (Le bourgeois, Abel Hermant - 1924)
  6. (Péjoratif) Qui appartient à la bourgeoisie ; qui soutient ou favorise par conservatisme les classes sociales les plus aisées.
    • La presse bourgeoise.
    • La démocratie bourgeoise.
  7. Relatif à Bourg, commune française située dans le département de la Haute-Marne.
  8. Relatif à Bourg-Charente, commune française située dans le département de la Charente.

Forme d’adjectif

bourgeoise \buʁ.ʒwaz\

  1. Féminin singulier de bourgeois.

Nom commun

bourgeoise \buʁ.ʒwaz\ féminin

  1. Épouse d’un bourgeois.
  2. (Figuré), (Populaire) Maîtresse de maison ; épouse.
    • Et rien en effet dans son langage, pas plus que dans ses silences ni dans son attitude, ne décela à sa bourgeoise qu’il avait les sens aux aguets et faisait bonne garde. — (Louis Pergaud, La Vengeance du père Jourgeot, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • « Comment va ta bourgeoise ?
      — C’est à ma femme que tu fais allusion ? »

      — (Fantastic Mr. Fox, 2010)
  3. (Vieilli) Sorte de tulipe d’un rouge vif.
  4. (Histoire) Monnaie d’argent. [2]

Forme d’adjectif

bourgeoise \buʁ.ʒwaz\

  1. Féminin singulier de bourgeois.

Nom commun

bourgeoise \buʁ.ʒwaz\ féminin

  1. Épouse d’un bourgeois.
  2. (Figuré), (Populaire) Maîtresse de maison ; épouse.
    • Et rien en effet dans son langage, pas plus que dans ses silences ni dans son attitude, ne décela à sa bourgeoise qu’il avait les sens aux aguets et faisait bonne garde. — (Louis Pergaud, La Vengeance du père Jourgeot, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • « Comment va ta bourgeoise ?
      — C’est à ma femme que tu fais allusion ? »

      — (Fantastic Mr. Fox, 2010)
  3. (Vieilli) Sorte de tulipe d’un rouge vif.
  4. (Histoire) Monnaie d’argent. [2]
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Bourgeois, bourgeoise : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BOURGEOIS, EOISE. n.
Anciennement, Citoyen d'une ville. Bourgeois de Paris. Un riche bourgeois. Un bon bourgeois. Il épousa une riche bourgeoise. Il se dit aussi par opposition à Noble ou à Militaire. Un simple bourgeois. Il n'est pas gentilhomme, mais c'est un honnête bourgeois. Les militaires et les bourgeois. Il se dit quelquefois par hauteur et par dénigrement. Ce n'est qu'un bourgeois, qu'un petit bourgeois. Cela sent bien son bourgeois. Il se dit aussi, par opposition à Ouvrier, d'un Homme qui ne travaille pas de ses mains; ou encore d'un Homme qui, ayant acquis une certaine aisance, a cessé de travailler. Ils vivent en bourgeois. Depuis qu'il est retiré des affaires, il vit en bourgeois. Les artistes, depuis l'époque romantique, emploient ce mot pour désigner Quelqu'un qui est peu versé dans les arts et qu'ils accusent d'avoir le goût vulgaire. C'est un bourgeois. Il est aussi adjectif. Cuisine bourgeoise. Chère, cuisine bonne et simple. Maison bourgeoise, Maison simple et propre, sans luxe ni recherche; on le dit aussi d'une Maison quelconque, par opposition aux Hôtels, aux maisons garnies. Il se dit quelquefois par une sorte de mépris, comme dans ces phrases : Avoir l'air bourgeois, la mine bourgeoise, les manières bourgeoises, Avoir l'air commun et des manières différentes de celles du grand monde. Ce nom est bien bourgeois, Il n'annonce pas que celui qui le porte soit d'une condition bien relevée. Avoir des idées bourgeoises, des goûts bourgeois, Avoir en littérature, en art, en philosophie, etc., des goûts et des idées que des personnes plus hardies ou plus jeunes trouvent timides et surannées.

BOURGEOISE s'emploie comme nom féminin, dans le langage populaire, pour désigner l'Épouse, la maîtresse du logis.

Bourgeois, bourgeoise : définition du Littré (1872-1877)

BOURGEOIS (bour-joî, joî-z' ; l's se lie : un bourgeois honorable, dites : un bour-joî-z honorable) s. m.
  • 1Citoyen, citoyenne d'une ville, jouissant des droits attachés à ce titre. Un bourgeois considéré. Une riche bourgeoise. Et ne savez-vous plus qu'il n'est princes ni rois Qu'elle [Rome] daigne égaler à ses moindres bourgeois ? Corneille, Nicom. I, 2. Les bourgeois de Rome sentirent qu'ils s'étaient enlevé à eux-mêmes leur plus zélé défenseur, Le P. Catrou, dans DESFONTAINES. Combien n'a-t-on pas vu de belles aux doux yeux, Avant le mariage anges si gracieux, Tout à coup se changeant en bourgeoises sauvages, Vrais démons, apporter l'enfer dans leurs ménages, Boileau, Sat. X.
  • 2S. m. sing. collectif. Tout le corps des citoyens d'une ville. Le bourgeois a pris les armes.
  • 3 Terme de féodalité. Bourgeois du roi, celui qui était exempté par le roi de toute servitude. On vit des échevins se qualifier bourgeois du roi, Voltaire, Mœurs, 98.
  • 4Personne appartenant à la classe moyenne d'une ville. Un bon bourgeois. Les bourgeois et les ouvriers.
  • 5Le patron ou maître chez lequel un ouvrier travaille. On dit dans le même sens, au féminin, bourgeoise.
  • 6Il se dit par opposition à noble, à militaire. Un simple bourgeois.
  • 7 Par dénigrement, homme sans distinction. Il est sans goût, c'est un bourgeois. Cela sent son bourgeois. Alors lui et ses compagnons ouvrirent la bouche quasi tous ensemble pour m'appeler bourgeois ; car c'est l'injure que cette canaille donne à ceux qu'elle estime niais ou qui ne suivent point la cour, Francion, p. 286 de l'édition de 1635. Vous êtes une sotte et une mal apprise de traiter de bourgeois un officier du roi… moi, bourgeois ! Voyez, je vous prie la simplicité et l'impertinence, Le Théâtre italien de GHÉRARDI, 1690, t. I, p. 437, 438. Et quand nous leur témoignons, Proserpine et moi, que cela nous choque, ils nous traitent de bourgeois et disent que nous ne sommes pas galants, Boileau, Héros de romans.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

1. BOURGEOIS. Ajoutez :
7Bourgeois considéré à différents points de vue. Le bourgeois du troupier, c'est tout ce qui ne porte pas l'uniforme. Le bourgeois du campagnard, c'est l'habitant des villes qui porte un habit. L'ouvrier qui habite la ville n'en connaît qu'un : le bourgeois de l'atelier, c'est son bourgeois à lui, ou, si vous l'aimez mieux, son maître, son patron. Les grands seigneurs comprennent dans cette dédaigneuse qualification de bourgeois toutes ces petites gens qui portent des habits d'Elbeuf première qualité tout comme des comtes et des marquis, mais qui ne sont pas nés… Le bourgeois du cocher de fiacre, c'est tout individu qui entre dans sa voiture… Chez les artistes, le mot bourgeois n'est plus une qualification, c'est une injure, Henry Monnier, les Bourgeois de Paris, Paris, 1854, p. 311.
8 Dans l'Aunis, bourgeois, un poisson, l'ange de mer, squalus squatina, Gloss. aunisien, la Rochelle, 1870, p. 76.
9 Nom d'une monnaie d'argent qui fut frappée sous Philippe le Bel, Bibl. des Ch. année 1876, p. 168.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Bourgeois, bourgeoise : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

* BOURGEOIS, CITOYEN, HABITANT, (Gramm.) termes relatifs à la résidence que l’on fait dans un lieu. Le bourgeois est celui dont la résidence ordinaire est dans une ville ; le citoyen est un bourgeois considéré relativement à la société dont il est membre ; l’habitant est un particulier considéré relativement à la résidence pure & simple. On est habitant de la ville, de la province, ou de la campagne : on est bourgeois de Paris. Le bourgeois de Paris qui prend à cœur les intérêts de sa ville contre les attentats qui la menacent, en devient citoyen. Les hommes sont habitans de la terre. Les villes sont pleines de bourgeois ; il y a peu de citoyens parmi ces bourgeois. L’habitation suppose un lieu ; la bourgeoisie suppose une ville ; la qualité de citoyen, une société dont chaque particulier connoît les affaires & aime le bien, & peut se promettre de parvenir aux premieres dignités.

Bourgeois, on appelle ainsi en terme de Marine le propriétaire d’un navire, soit qu’il l’ait acheté, soit qu’il l’ait fait construire. Si plusieurs marchands s’unissent pour faire l’acquisition d’un navire, on les appelle co-bourgeois.

Ce sont les bourgeois des vaisseaux qui les équipent, qui les frettent, & qui font avec ceux avec qui ils les louent cette espece de traité, qu’en terme de Marine on appelle charte-partie. Voyez Charte-partie.

Quelques auteurs prétendent que le mot de bourgeois est venu du style de la hanse Teutonique, à cause qu’en Allemagne il n’y a que les bourgeois des villes anséatiques qui puissent avoir ou faire construire des vaisseaux ; ce qui fait qu’en ce pays-là on appelle bourgeois tout seigneur & propriétaire de navire : & l’Allemagne a emprunté vraissemblablement ce nom des Romains, qui pendant le meilleur tems de la république ne permettoient pas aux patrices ou sénateurs de posséder ni tenir en propre aucun navire un peu considérable, mais seulement de petites barques ; les simples citoyens ayant seuls le droit d’armer de grands vaisseaux. (Z)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « bourgeois »

Étymologie de bourgeois - Littré

Voy. le suivant.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de bourgeois - Wiktionnaire

 Dérivé de bourg avec le suffixe -ois (« celui qui habite le bourg »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « bourgeois »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
bourgeois burʒwa play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « bourgeois »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « bourgeois »

  • L'horreur des bourgeois est bourgeoise. De Jules Renard / Journal
  • Idéologie et axiologie : des romans porteurs des valeurs bourgeoises ? La famille, la religion et l’argent. L’amour : collage/ mariage. Ces questions supposent qu’on réfléchisse à la question du récit à thèse. Les liens entre Bourgeoisie et République méritent également qu’on s’y attache. , Daudet et la bourgeoisie (Fontvieille, Provence)
  • Par un effet de ruissellement qui a marché (pas comme le fameux ruissellement économique), la course au prestige par les objets-signes donne ensuite lieu à une imprégnation des classes populaires par une culture de consommation bourgeoise. La conclusion est sans appel : “La bourgeoisie, par son complexe d’infériorité originel et par sa tendance compensatrice à surinvestir les objets-signes, tient un rôle fondateur dans la dynamique de consommation. Cette classe incertaine et incomplète qui doit sans cesse prouver son être par l’avoir, signifier son identité par l’objet, a entraîné avec elle tout le corps social.” Les Inrockuptibles, Comment la bourgeoisie a accéléré l’avènement de la société de consommation
  • Comme dans son livre précédent, Bonvicini pose un regard plein d’ironie sur cette classe sociale bourgeoise qu’elle déconstruit avec une cruauté amusée. Mais si Le pays que j’aime faisait référence à l’histoire politique italienne, le propos de ce nouveau roman est plus large, comme une dénonciation de nos sociétés mode Les Inrockuptibles, Quand la romancière Caterina Bonvicini explose la bourgeoisie
  • Le Bourgeois, personnage vedette du roman de mœurs au XIXe siècle : Les modèles littéraires de Daudet et le traitement de la bourgeoisie par ses contemporains : Balzac, Dickens, Flaubert, Les Goncourt, Maupassant, Zola, etc. , Daudet et la bourgeoisie (Fontvieille, Provence)
  • Au XVIème siècle encore, quand le balcon des Capulet devient, sous la plume shakespearienne, le théâtre de l’amour passionnel de Roméo et Juliette, cet élément architectural n’est encore pas si fréquent… Mais tellement romantique ! Pas étonnant donc que le balcon se développe finalement à Paris. Filant, il orne les façades des immeubles bourgeois que l’on aime richement décorées sous le règne de Louis Philippe, avant de prendre (un peu) plus d’ampleur aux deuxième et cinquième étages des immeubles haussmanniens, puis de l’audace à l’époque Arts déco. , [À l’origine] Les balcons, de l’attribut bourgeois à l’espace d’expression démocratique
  • L’auteur plomelinois Bernard Larhant vient de publier, sur le Net, son dernier ouvrage « Crus bourgeois ». Dans cette satire de la société bordelaise tout va pour le mieux dans la vie du brillant avocat d’affaires Fabien Duval, 45 ans, presque marié à Cécile, héritière d’un domaine viticole du Médoc. Séducteur dans l’âme, il ne s’interdit pas une petite entorse, histoire de pimenter un quotidien trop lisse à son goût. C’est sans compter sur l’arrivée au cabinet d’une stagiaire aussi mystérieuse que fouineuse. Que s’est-il passé à Bordeaux, deux décennies plus tôt, en l’absence de Fabien, pour intéresser tant Justine ? Quel secret se cache sous le vernis parfait de la bourgeoisie girondine ? Pour avoir voulu mener sa propre enquête, Fabien va voir sa vie si lisse voler en éclats. Le Telegramme, Bernard Larhant publie « Crus bourgeois » sur le Net - Plomelin - Le Télégramme
  • L'idéal économique des bourgeois est d'augmenter indéfiniment le nombre des consommateurs. De Jules Barbey d’Aurevilly / Omnia
  • Les bourgeois, c'est comme les cochons Plus ça devient vieux, plus ça devient con. De Jacques Brel / Les Bourgeois
  • En art, le dépassement permanent des tabous a tourné au rituel petit-bourgeois. De Stefan Zweifel
  • Il y a des affreux bourgeois, mais aussi des affreux lettrés. De Alfred Capus / Les Pensées
  • Entre hommes, la prétention du plus chaste bourgeois est de paraître égrillard. De Honoré de Balzac
  • C'est plus facile pour un bon ouvrier de devenir un bon bourgeois que pour un bon bourgeois de devenir un bon ouvrier. De Georges Wolinski
  • Dans tout homme qui tient une plume... le bourgeois voit un inutile ; dans chaque bourgeois, l'homme de lettres est un ennemi. De Jules Vallès / Les Réfractaires
  • Bonnes manières et mauvaises moeurs : un grand bourgeois. De Françoise Chandernagor / La Première Epouse
  • Un bourgeois est l'océan du rien. De Edmond et Jules de Goncourt / Journal
  • La patience est une vertu de petit-bourgeois. De Arne Garborg / Hommes fatigués
  • La haine du bourgeois est le commencement de la vertu. De Gustave Flaubert
  • Est bourgeois tout ce qui vit de persuader. De Alain / Les idées et les âges
  • J'appelle bourgeois quiconque pense bassement. De Gustave Flaubert
  • Les bourgeois, ce sont les autres. De Jules Renard / Journal
  • L'horreur des bourgeois est bourgeoise. De Jules Renard / Journal

Images d'illustration du mot « bourgeois »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Vidéos relatives au mot « bourgeois »

Traductions du mot « bourgeois »

Langue Traduction
Portugais burguês
Allemand bourgeois
Italien borghese
Espagnol burgués
Anglais bourgeois
Source : Google Translate API

Synonymes de « bourgeois »

Source : synonymes de bourgeois sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « bourgeois »



mots du mois

Mots similaires