La langue française

Étriqué

Sommaire

  • Définitions du mot étriqué
  • Étymologie de « étriqué »
  • Phonétique de « étriqué »
  • Évolution historique de l’usage du mot « étriqué »
  • Citations contenant le mot « étriqué »
  • Traductions du mot « étriqué »
  • Synonymes de « étriqué »
  • Antonymes de « étriqué »

Définitions du mot étriqué

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉTRIQUÉ, ÉE, part. passé et adj.

I.− Part. passé de étriquer*.
II.− Emploi adj.
A.−
1. [En parlant de choses concr.] Qui manque d'ampleur, de largeur. Meuble, rideaux étriqué(s). Sur les buttes d'alentour, une éruption de lotissements étriqués se disputaient des tas de boue fuyante (Céline, Voyage,1932, p. 107).
En partic.
a) [En parlant d'un vêtement; avec gén. une idée de gêne dans les mouvements] Châle, paletot, veston étriqué. La plupart des héros de M. Coppée passent dans la foule, les épaules serrées dans leurs habits étriqués (Lemaitre, Contemp.,1885, p. 103).
b) [En parlant du corps humain] Qui est serré dans des vêtements trop étroits :
1. Il avait une assez jolie femme, grande, bien faite, solidement charpentée, la taille élégante, un peu étriquée dans de luxueuses toilettes, qui accusaient avec exagération les robustes rondeurs de son anatomie... Rolland, J.-Chr.,Foire, 1908, p. 753.
[En parlant du corps humain, d'une partie du corps; ou d'un mouvement d'un membre] Air, aspect étriqué, buste, dos, geste étriqué. Un petit monsieur fluet, étriqué, maigriot avec le gros nez sensuel de Caragueus (Goncourt, Journal,1884, p. 311).Une pauvre petite, étriquée et chétive (Colette, Cl. école,1900, p. 211).Un corps, c'est si juste, c'est même étriqué, on a envie d'en faire craquer les coutures (Beauvoir, Mandarins,1954, p. 497):
2. Il [Zimmer] semblait grandi trop vite, avait les bras trop longs, les jambes trop hautes, et la poitrine étriquée comme si on l'eût écrasée entre deux planches. Estaunié, Empreinte,1896, p. 47.
2. P. ext. [En parlant d'une surface ou d'un volume habitable] De dimension insuffisante; exigu. Appartement étriqué; salle-à-manger, voiture étriquée. À quatre heures nous fûmes en vue de Bir-El-Bar. Le petit bois de mimosas que j'avais trouvé si étriqué en venant, me sembla une forêt vierge (Du Camp, Nil,1854, p. 293).
B.− Au fig. Qui manque d'étendue, d'ampleur.
1. [En parlant de choses abstr.] Qui ne se développe pas largement. Une vie orientée sur de médiocres buts produit des actes étriqués, sans développement et sans portée (Mounier, Traité caract.,1946, p. 446):
3. La science (...) ne sera parfaite que quand elle sera à la fois analytique et synthétique; exclusivement analytique, elle est étroite, sèche, étriquée... Renan, Avenir sc.,1890, p. 314.
2. [En parlant d'une pers., de sa valeur, de ses qualités morales ou intellectuelles] Qui manque de largeur de vues, qui est attaché à ce qui a peu de valeur :
4. L'homme [Hawthorne] semble un peu étriqué. Il lui a manqué de vivre dans une grande ville, et mieux, dans une capitale. Il est provincial dans ses généralités sur la vie, l'âme, le bien et le mal... Green, Journal,1941, p. 126.
3. [P. réf. aux moyens de subsistance] Qui est au-dessous de ce qui est normal en qualité et en quantité; médiocre. Aujourd'hui (...) tout devient dur, étriqué, anguleux et chagrin (Boylesve, Leçon d'amour,1902, p. 214).Comme il [Alcide] avait dû en faire des économies sur sa solde étriquée... sur ses primes faméliques et sur son minuscule commerce clandestin (Céline, Voyage,1932, p. 200):
5. ... ma vie auprès de Lewis aurait été bien étriquée; étrangère, inconnue, je n'aurais pu ni me faire une existence personnelle ni me mêler à ce grand pays qui ne serait jamais le mien... Beauvoir, Mandarins,1954, p. 498.
Rem. On rencontre ds la docum. l'emploi subst. Cette manie de l'étriqué (comme idée et comme œuvres) détourne des choses sérieuses, mais ça plaît (Flaub., Corresp., 1852, p. 424). Il avait une perception physique de la lourdeur de son ventre, (...) de l'étriqué de ses épaules (Montherl., Célibataires, 1934, p. 844).
Fréq. abs. littér. : 131.

Wiktionnaire

Adjectif

étriqué \et.ʁi.ke\

  1. Qui n’a pas l’ampleur suffisante.
    • J’ai fait un grand pas dans l’adaptation au milieu : j’ai adopté le costume indigène. C’est avec un vrai plaisir que j’ai échangé le complet européen étriqué contre ces amples vêtements, chauds en hiver et frais en été […] — (Frédéric Weisgerber, Trois Mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Ernest Leroux, Paris, 1904, p. 103)
    • Elle portait le pagne étriqué et collant que les Égyptiennes du temps des Pharaons léguèrent à la Nubie. — (Pierre Loti, Le Roman d’un spahi, 1881)
    • Comme il [Alcide] avait dû en faire des économies sur sa solde étriquée… sur ses primes faméliques et sur son minuscule commerce clandestin. — (Louis-Ferdinand Céline [Louis Ferdinand Destouches], Voyage au bout de la nuit, Denoël et Steele, Paris, 1932)
  2. (Figuré) Qui manque de grandeur, de souffle, d'invention, en parlant d’une œuvre d’art ou d’un livre. Qui manque d'inspiration, de discernement, d'ouverture d'esprit.
    • Voilà un plan bien étriqué, une scène étriquée.
    • Sec et peu développé. Un discours étriqué.
    • Il y a, de plus dans mon ouvrage [Le Génie du Christianisme] des jugements étriqués ou faux, tels que celui que je porte sur Dante, auquel j’ai rendu depuis un éclatant hommage. — (François-René de Chateaubriand, Mémoires d’Outre-tombe, 2, 13, 11, 1848)
    • Il s’agit d’un mouvement d’expansion qui va du plus étriqué au plus vaste. — (Arnaud Desjardins, L’Audace de vivre, Éditions de la Table Ronde, Paris, 1989, p. 154)
  3. (Figuré) (Se rapportant à une personne) Étroit, mesquin, borné, manquant d’ouverture d’esprit, confiné dans la routine et les préjugés de son milieu.
    • Avoir, mener une vie étriquée .
    • Il ne comprendra pas vos arguments car il a l’esprit étriqué .
    • Condillac, si vanté depuis sa mort pour ses subtiles et ingénieuses analyses, ne vécut pas au cœur de son époque, et n’en représente aucunement la plénitude, le mouvement et l’ardeur […] Il mourut dans l’isolement, atteint d’une sorte de marasme causé par l’oubli. Juger la philosophie du XVIIIe siècle d’après Condillac, c’est se décider d’avance à la voir tout entière dans une psychologie pauvre et étriquée. — (Charles-Augustin Sainte-Beuve, « Diderot », Portraits littéraires, tome 1, 1862)

Forme de verbe

étriqué \e.tʁi.ke\

  1. Participe passé masculin singulier d’étriquer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉTRIQUÉ, ÉE. adj.
Qui n'a pas l'ampleur suffisante. Cet habit est étriqué. Sa robe est étriquée. Ces rideaux sont bien étriqués. Il se dit, figurément, des Ouvrages d'art et des ouvrages de l'esprit. Voilà un plan bien étriqué, une scène étriquée. Discours étriqué.

Littré (1872-1877)

ÉTRIQUÉ (é-tri-ké, kée) adj.
  • 1Qui n'a pas l'ampleur suffisante. Cet habit, ce rideau est bien étriqué.

    Terme de vénerie. Se dit d'un animal qui a peu de corps et qui est haut sur ses jambes.

  • 2 Fig. Voilà un plan bien étriqué. Cette scène est bien étriquée. Ce que j'ai dit des arts dans le Génie du christianisme est étriqué et souvent faux, Chateaubriand, Italie, 51.

    Substantivement. Les longueurs doivent être accourcies ; mais l'étriqué et l'étranglé détruit tout, Voltaire, Lett. d'Argental, 4 oct. 1760.

    L'Académie n'a étriqué que comme adjectif, n'ayant pas le verbe étriquer.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « étriqué »

(XVIIIe siècle) Participe passé adjectivé de étriquer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « étriqué »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
étriqué etrike

Évolution historique de l’usage du mot « étriqué »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « étriqué »

  • PORTRAIT - Dupond-Moretti à la Chancellerie, c’est une force de la nature dans un univers étriqué qui a peur des portes qui claquent. Le Figaro.fr, Eric Dupond-Moretti, un homme entier qui devra s’approprier les codes d’un monde feutré
  • Deuxième victoire de rang pour le FC Barcelone. Après leur carton face à Villarreal (4-1), en weekend, les Blaugranas ont récidivé, mercredi soir. Opposés à l’Espanyol pour le compte de la 35è journée de Liga, les Catalans se sont imposés sur le score étriqué de 1-0. Un but inscrit en début de seconde période par Luis Suarez sur une belle inspiration d’Antoine Griezmann. BENIN WEB TV, Liga : le Barça écarte Espanyol et met la pression sur le Real Madrid
  • Positionné à mi-chemin entre deux segments du marché, l’Opel Mokka semblait condamné à connaître l'échec, comme son grand frère Opel Antara. Sauf que les Européens sont tombés sous le charme : ils se sont montrés sensibles à son allure râblée autant qu'à son rapport avantageux entre prix et équipements. Sa finition jugée plutôt flatteuse a fait oublier le côté étriqué de son habitacle et la rudesse de son moteur Diesel 1.7 CDTI. Son gabarit imposant ? Il est devenu un atout, le Mokka donnant à son conducteur le doux sentiment d’en avoir pour son argent et de dominer la route. Au commencement de la vogue du SUV, il n’en fallait pas davantage pour grimper sur le podium des ventes. Le Mokka s’y est maintenu jusqu’en 2017, devant le Fiat 500X, le Nissan Juke, le Renault Captur et le Peugeot 2008, excusez du peu. Pas mal pour un SUV jugé mal adapté à sa mission.  Challenges, SUV Opel Mokka et Mokka-e. Premières infos officielles - Challenges

Traductions du mot « étriqué »

Langue Traduction
Anglais cramped
Espagnol estrecho
Italien ristretto
Allemand eng
Chinois 狭窄
Arabe ضيقة
Portugais apertado
Russe ограниченный
Japonais 狭苦しい
Basque cramped
Corse abbracciatu
Source : Google Translate API

Synonymes de « étriqué »

Source : synonymes de étriqué sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « étriqué »

Partager