La langue française

Aplomb

Sommaire

Définitions du mot aplomb

Trésor de la Langue Française informatisé

APLOMB, subst. masc.

A.− [En parlant de la position d'une ligne ou d'un volume] Direction perpendiculaire au plan de l'horizon, telle que l'indique le fil à plomb; position perpendiculaire :
1. D'en bas, quand on les toise [les arbres], leur volume et leur aplomb font tort à leur taille, et leur cime qui s'étale, dont les branches parfois partent à mi-fût, raccourcit aux yeux leur jet. Ils n'ont toute leur stature qu'étendus. Pesquidoux, Le Livre de raison,t. 2, 1928, p. 44.
2. Autour du brasier de lumières à l'aplomb de la coupole, le reste de la nef était très sombre,... Gracq, Le Rivage des Syrtes,1951, p. 190.
SYNT. Prendre l'aplomb; conserver, garder, perdre, tenir son aplomb; à l'aplomb de; l'aplomb d'un mur, d'un édifice, d'un rocher.
D'un seul aplomb. Perpendiculaire et d'un seul tenant :
3. ... ce sont des pics d'un seul aplomb qui ont l'air de venir à la rencontre de la terre plate comme des promontoires au-devant de la mer étalée, ... Pesquidoux, Le Livre de raison,t. 1, 1925, p. 174.
Spéc., IMPR. Donner l'aplomb. Mettre à la verticale :
4. ... on donne l'aplomb et l'équerre nécessaires... É. Leclerc, Nouv. manuel complet de typogr.,1932, p. 51.
B.− P. ext. Répartition régulière du poids, équilibre, stabilité.
1. [En parlant d'une chose] Ce mur tient bien son aplomb, a perdu son aplomb (Ac. 1835-1932).
Spéc., B.-A. Stabilité d'une figure considérée dans la réalité :
5. Le Français ne peut pardonner à ce génie [Cézanne] de l'avoir frustré d'une partie de la réalité palpable, d'avoir négligé l'aplomb et la pesanteur de la bouteille, la rondeur familière du compotier bourgeois, la stabilité de l'arbre et la dentelle connue de ses feuilles, l'intégrité de la maison et sa verticalité confortable, ... Lhote, Peinture d'abord,1942, p. 121.
Manquer d'aplomb. Se dit d'une figure dont la position serait intenable dans la réalité.
P. métaph. :
6. ... la douleur ne donne pas seulement d'utiles leçons : elle contribue aussi plus d'une fois à fortifier tout le corps; elle imprime plus de stabilité, d'équilibre et d'aplomb aux systèmes nerveux et musculaire. Cabanis, Rapports du physique et du moral de l'homme, t. 1, 1808, p. 196.
7. Chacun doit être le magistrat, le roi, le juge de soi-même (...). Nos qualités ne sont qu'un ordre sans lumière, une régularité sans règle, une droiture sans cordeau, un équilibre sans aplomb, ... J. Joubert, Pensées,t. 1, 1824, p. 274.
8. Le français et l'anglais n'ont pas les mêmes aplombs, l'un repose sur les substantifs, l'autre sur les verbes, ... Claudel, Correspondance[avec A. Gide], 1899-1926, p. 184.
2. [En parlant d'une pers. ou d'un animal] :
9. « Il est impossible, s'il faut l'en croire, de réunir à un plus haut degré toutes les qualités qui font une danseuse parfaite : une extrême légèreté; un aplomb imperturbable, qui la rend toujours maîtresse de terminer, quand il lui plaît et comme il lui plaît, le mouvement le plus rapide; ...» Jouy, L'Hermite de la Chaussée d'Antin,t. 4, 1813, p. 45.
10. le cavalier. − Finesse, proportions étroites, rapidité, liant, jusqu'à ses défauts d'aplomb; voilà ce qui en fait [du cheval limousin ou français pur] un animal merveilleux. G. d'Esparbès, La Folie de l'épée,1927, p. 179.
Au fig. [En parlant d'une pers.] Assurance, confiance en soi, aisance dans les gestes et la parole. Avoir de l'aplomb; perdre, retrouver son aplomb :
11. Le bureau étant définitivement constitué, j'ai lu mon discours d'ouverture avec un aplomb et une fermeté assez extraordinaires pour moi. Maine de Biran, Journal,1816, p. 219.
12. Ce fut pour moi une grande satisfaction que de voir le sang-froid et l'aplomb avec lequel mes deux amis s'assirent, s'approchèrent de la table, étalèrent leurs serviettes, et se préparèrent à agir. Brillat-Savarin, Physiol. du goût,1825, p. 180.
13. L'exercice des fonctions représentatives demande un aplomb que je n'avais point encore, une aisance qui ne s'improvise pas. Reybaud, Jérôme Paturot,1842, p. 338.
Péj. Assurance excessive touchant à l'insolence. Ne pas manquer d'aplomb; mentir avec aplomb :
14. ... vous ignorez tout ce que je veux dire. − Je l'ignore en effet, dit MmeMalassis, qui retrouva une sorte d'aplomb et d'impudence au plus fort de cette situation désespérée. Ponson du Terrail, Rocambole,t. 2, Le Club des valets de cœur, 1859, p. 219.
15. Il avait un sacré aplomb, un toupet du tonnerre, familier, bravant le danger. Zola, L'Assommoir,1877, p. 479.
16. Non mais alors quel aplomb! quelle effronterie fantastique! ... Céline, Mort à crédit,1936, p. 502.
C.− Loc. adv. D'aplomb (cf. supra A).
1. Perpendiculairement au plan de l'horizon. Tomber d'aplomb :
17. Nous suivons les jeunes gens dans un sentier rocailleux, sous le soleil de midi qui tombe d'aplomb sur nos crânes. T'Serstevens, L'Itinéraire espagnol,1933, p. 82.
2. P. ext.
a) [En parlant de l'équilibre du corps] Bien d'aplomb; d'aplomb sur ses jambes :
18. Il n'a pas l'air d'aplomb. En effet, l'homme traînait la jambe et ne marchait pas très droit. Arland, L'Ordre,1929, p. 469.
b) [En parlant de l'équilibre moral] :
19. Je sentais Putouarey si bien d'aplomb dans la vie, droit sur sa panse d'homme riche, prenant, sans même se donner la peine de se baisser, la fleur des plaisirs du monde; je le sentais si ferme et si plein de certitudes que j'avais honte, devant lui, de mes faiblesses sentimentales, de mes inquiétudes, de mes dégoûts et de mes timidités. Larbaud, A. O. Barnabooth,1913, p. 269.
c) Fam. [En parlant de l'état de santé d'une pers] . Être, se sentir d'aplomb; (se) remettre ou être remis d'aplomb :
20. Il [Beauchêne] regardait Mathieu. − Vous avez l'air d'aplomb, vous. Comment faites-vous pour ne paraître jamais fatigué? Zola, Fécondité,1899, p. 8.
21. Je n'ai jamais été d'aplomb. Voilà mon bilan si je me prospecte. Et, dans cet état lamentable, au lieu de garder la chambre, j'ai bourlingué partout. Cocteau, La Difficulté d'être,1947, p. 175.
Rem. Attesté ds Nouv. Lar. ill., avec la mention ,,en langage populaire``, ds Rob. et Lar. encyclop. (,,fam.``) et ds Dub., sans indication styl., comme synon. de bien portant.
PRONONC. : [aplɔ ̃]. Fouché Prononc. 1959, p. 411 note que le groupe -mb ,,est muet, avec voyelle précédente nasale, dans aplomb, coulomb, plomb, surplomb`` (cf. aussi V. Buben, Influence de l'orth. sur la prononc. du fr. mod., Bratislava, 1935, p. 169, et Mart. Comment prononce 1913, p. 210). Littré précise que le b ne se lie jamais.
ÉTYMOL. ET HIST. I.− Loc. adv. 1. ca 1200 à plon « à la verticale, perpendiculairement » (Alexandre, p. 503 ds Littré : Li mur sunt haut et fort, de quariaus à plon mis), attest. isolée; 1552 à plomb (G. Paradin, Cronique de Savoie, Lyon, d'apr. M. Bossard ds FEW t. 9, p. 99); 1762 d'aplomb « id. » (Ac. : Aplomb [...] On dit aussi, Ce mur, cette ligne est d'aplomb) mais aussi 1771 à plomb et d'aplomb (Trév. : Aplomb se dit aussi adverbialement, pour dire dans une direction verticale & perpendiculaire à l'horison ... Ce mur n'est pas d'aplomb. Le soleil darde aplomb ses rayons. On en fait ordinairement deux mots. Ce mur est, n'est pas à plomb); 2. 1835 d'aplomb « dans un équilibre stable » (Ac.). II.− Subst. 1. a) 1547 « verticale » (J. Martin, Vitruve ds Delb. Rec. ds DG : La cathete ou aplomb) d'où b) 1688 prendre les aplombs « vérifier qu'une construction est droite et verticale avec le fil à plomb » (Rich. s.v. plomb); c) 1798 escr. et danse « équilibre » (Ac.); 2. au fig. en parlant des pers. a) 1798 « équilibre de la personnalité » (Ac.); b) 1816 « assurance », supra ex. 11. Composé de plomb* et de la prép. à*.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 769. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 911, b) 1 770; xxes. : a) 1 279, b) 774.
BBG. − Barb.-Cad. 1963. − Bél. 1957. − Bruant 1901. − Canada 1930. − Chabat t. 1 1875. − Chauss. 1969. − Chesn. 1857. − Comte-Pern. 1963. − France 1907. − Giteau 1970. − Jossier 1881. − Larch. 1880. − Littré-Robin 1865. − Méd. Biol. t. 1 1970. − Noël 1968. − Noter-Léc. 1912. − Privat-Foc. 1870. − Spr. 1967. − Uv.-Chapman 1956.

Wiktionnaire

Nom commun

aplomb \a.plɔ̃\ masculin

  1. Ligne perpendiculaire au plan de l’horizon indiquée par le fil à plomb.
    • Bien prendre l’aplomb.
  2. (Par extension) Équilibre, stabilité d’un corps solide résultant de l’utilisation du fil à plomb.
    • Ce mur tient bien son aplomb, a perdu son aplomb. - Cette muraille, toute vieille qu’elle est, a bien gardé son aplomb, a conservé son aplomb.
    • Les fauteuils étaient renversés comme après une bagarre, les tables n’étaient plus sous l’aplomb de la suspension, le pupitre à musique était cassé. […]
      Tout de suite, la nonne tirait la table à son aplomb, relevait les chaises, plaçait les fauteuils, ramassait les morceaux de musique.
      — (Jean Giono, Le hussard sur le toit, 1951, réédition Folio Plus, pages 194-195)
  3. (Par extension) (Dessin) Juste pondération des figures.
    • Ses figures manquent d’aplomb. - Cet artiste pèche par les aplombs.
  4. (Par analogie) (Hippologie) Équilibre des parties du corps.
    • Les aplombs d’un cheval.
  5. (Musique) Précision de la rectitude de la mesure.
  6. (Figuré) Certaine assurance dans la manière de se présenter, de parler, d’agir.
    • Et bien! monsieur, lui dit cet homme, qui avait gardé son sang-froid et son aplomb, au milieu des folies de la soirée, vous avez vu nos indépendans; qu'en pensez-vous? — (Julie de Quérangal, Philippe de Morvelle, Revue des Deux Mondes, T. 2,4, 1833)
    • C'était un gros garçon, artiste peintre au moins médiocre, à vue très-courte, moralement s'entend, qui ne doutait de rien et parlait de tout avec un aplomb imperturbable. Il prétendait avoir une grande instruction; mais il est à croire qu'il l'avait reçue sous le sceau de la confession, car il ne révélait jamais rien. Emile Mathieu, L'esprit de famille, Paris : Librairie Hachette & Cie, 1863, page 114
    • – Eh bien, et moi, est-ce que je ne suis pas là ?
      L’autre eut l’aplomb de lui répondre :
      – Que voulez-vous ! On est toujours mieux auprès de ses enfants.
      — (Charles-Louis Philippe, Dans la petite ville, 1910, réédition Plein Chant, page 134)

Nom commun

aplomb \ə.ˈplɒm\ ou \ə.ˈplʌm\

  1. Aplomb.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

APLOMB. n. m.
Ligne perpendiculaire au plan de l'horizon indiquée par le fil à plomb. Bien prendre l'aplomb. Il signifie par extension Équilibre, stabilité d'un corps solide résultant de l'utilisation du fil à plomb. Ce mur tient bien son aplomb, a perdu son aplomb. Cette muraille, toute vieille qu'elle est, a bien gardé son aplomb, a conservé son aplomb.

D'APLOMB, loc. adv. Suivant la verticale. Ce mur est d'aplomb. La tour de Pise n'est pas d'aplomb. Par extension, Ce danseur retombe toujours d'aplomb. Se tenir bien d'aplomb.

APLOMB, par extension aussi, signifie, en termes de Dessin, Juste pondération des figures. Ses figures manquent d'aplomb. Cet artiste pèche par les aplombs. On dit dans un sens analogue, en termes de Manège, Les aplombs d'un cheval. En termes de Musique, il se dit de la Précision et de la rectitude de la mesure. Il se dit figurément d'une Certaine assurance dans la manière de se présenter, de parler, d'agir. Ce jeune homme manque d'aplomb. Pour négocier de pareilles affaires, il faut avoir du sang-froid et de l'aplomb. Il a beaucoup d'aplomb. Cet acteur a de l'aplomb.

Littré (1872-1877)

APLOMB (a-plon ; le b ne se lie jamais) s. m.
  • 1Verticalité. Prendre l'aplomb des colonnes. Ce mur a perdu son aplomb.
  • 2 Fig. Assurance dans la manière de se présenter, d'agir. Cet acteur a un aplomb étonnant.
  • 3Se dit, en physiologie, de la répartition régulière du poids du corps sur les membres, et de la direction la plus favorable de ceux-ci considérés comme supports pour le soutien du tronc et l'exécution des mouvements du corps.
  • 4 Terme de peinture. Juste pondération des figures. Ces figures manquent d'aplomb, c'est-à-dire ont l'air de tomber.
  • 5En musique, indique la précision dans la mesure.
  • 6D'aplomb, loc. adv. Verticalement. Le soleil s'élève, il faut gagner la forêt avant qu'il soit d'aplomb sur nos têtes, Bernardin de Saint-Pierre, l'Arcadie, II.

    Être d'aplomb, être ferme sur ses jambes. Cet enfant est d'aplomb sur ses petites jambes.

    Retomber d'aplomb, retomber droit, en équilibre. Il retomba d'aplomb sur ses pieds.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

APLOMB. Ajoutez :

7 Terme d'équitation. Les aplombs d'un cheval, la juste répartition du poids du corps sur les quatre membres.

HISTORIQUE

XIIe s. Li mur sunt haut et fort, de quariaus à plon mis, li Romans d'Alixandre, p. 503.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « aplomb »

De fil à plomb.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

À et plomb, parce que le fil à plomb sert à déterminer la verticalité.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « aplomb »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
aplomb aplɔ̃

Évolution historique de l’usage du mot « aplomb »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « aplomb »

  • Le monde de l'esprit n'est que le monde matériel enfin remis d'aplomb. De Christian Bobin / Le Très-Bas
  • Ils ne manquent pas de culot ni d’aplomb ! Il semblerait que les deux auteurs de vols par ruse ayant déjà sévi le 13 juin dernier à Toul aient remis ça, ce mardi , à Dommartin-lès-Toul. Pas de chance pour eux, ils sont tombés sur un bec, un homme, né en 1932, qui ne s’en est pas laissé compter… , Faits-divers - Justice | A Dommartin-lès-Toul, les faux employés de mairie ont remis ça
  • Avec pas moins de 5,5 millions d'abonnés sur Instagram, Aimee Song prouve que la mode n'a plus de secret pour elle. Et quand il s'agit de donner de l'aplomb à une robe à fleurs, elle joue la carte des accessoires. On retient les santiags, le foulard noué derrière la nuque et le sac boîte. Marie France, magazine féminin, Robe fleurie : comment la porter de façon plus mode en 2020 ?
  • Des lombaires aux cervicales, la zone est souvent sensible, et manque de souplesse. Vous allez l'oxygéner et la détendre en faisant... le chat (marjaryasana). Mettez-vous à quatre pattes, pieds écartés largeur de hanches, idem pour les genoux, et mains à plat, écartées largeur des épaules. Les poignets sont à l'aplomb des épaules, bras tendus. Les genoux sont à l'aplomb des hanches. Seul le dos va bouger. En expirant, les paupières fermées, faites le dos rond, menton vers le sternum, en rentrant le ventre au maximum vers la colonne. Poussez bien dans les paumes de mains. En inspirant, relevez la tête et creusez le dos. Faites des souffles lents sur 4 temps. Puis relâchez en posant le front au sol, fessiers sur les talons et observez le souffle tout le long du dos. LaProvence.com, Santé | Le coin zen : détendre les tensions du dos | La Provence
  • Quelle meilleure idée que de remettre d’aplomb un escalier en pierre oublié aux abords du village ? millavois.com, Comprégnac. Le petit patrimoine rénové

Traductions du mot « aplomb »

Langue Traduction
Anglais aplomb
Espagnol aplomo
Italien aplomb
Allemand gelassenheit
Chinois 沉思
Arabe ثقة بالنفس
Portugais calma
Russe апломб
Japonais 不平
Basque aplomb
Corse aplomb
Source : Google Translate API

Synonymes de « aplomb »

Source : synonymes de aplomb sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « aplomb »

Partager