Embarras : définition de embarras


Embarras : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

EMBARRAS, subst. masc.

A.− Obstacle au passage résultant d'une accumulation. Quelques gouttes de pluie tombèrent. L'embarras des voitures augmenta (Flaub., Éduc. sent.,t. 2, 1869, p. 8).
[Sans compl.] Vx. Il semblait que le fleuve des fiacres et des piétons augmentât, dans un enchevêtrement inextricable; tandis que le bureau des omnibus aggravait les embarras (Zola, Argent,1891, p. 29).
P. anal., MÉD. Il me reste une dernière remarque à faire : c'est que quelquefois les fièvres intermittentes sont accompagnées d'embarras et d'obstructions dans les viscères (Geoffroy, Méd. pratique,1800, p. 11).Embarras des voies respiratoires. Je me lève avec un tel embarras dans les bronches (Goncourt, Journal,1888, p. 766).Embarras gastrique. Qui empêche les aliments d'être digérés facilement. Un léger purgatif sera utile s'il existe de la constipation ou un état d'embarras gastrique (Nélaton, Pathol. chir.,t. 1, 1844, p. 5).Embarras intestinal (Bloy, Journal,1907, p. 305).
Spéc., vx. État de grossesse. Madame Cornouiller pressa Gudule de nommer l'homme qui, ayant abusé d'elle, la laissait ensuite dans l'embarras (France, Crainquebille,Putois, 1904, p. 72).
B.− Au fig.
1. Gén. au plur. Obstacle qui arrête, qui gêne la réalisation de quelque chose. S'il connaissait mieux le Matelot, ce faiseur d'embarras!... (Pourrat, Gaspard,1925, p. 58):
1. ... « plus nous avons rencontré d'embarras dans la voie où nous nous étions engagé, dit M. Hauréau, plus l'entreprise nous a souri... » Langlois, Seignobos, Introd. ét. hist.,1898, p. 99.
En partic. Difficultés financières :
2. Si l'État, à la suite de la guerre, est tombé dans de nouveaux embarras financiers, ces embarras n'ont rien de tragique et la France en a vu de pires. Bainville, Histoire de France,t. 1, 1924, p. 289.
2. Au sing. (dans diverses loc.).
a) Gêne résultant d'une situation difficile. Éprouver de l'embarras; mettre dans l'embarras; sortir, se tirer d'embarras. En prenant un ton de légèreté qui eût fait deviner son embarras, si Maurice avait eu quelque raison pour le pénétrer (Golzan, Notaire,1836, p. 72):
3. Si son extrême indulgence veut bien avoir pitié de l'embarras où je me trouve et pardonner ce qu'il peut y avoir de léger dans l'expression en faveur de ce qu'il y a de sincère dans le sentiment... J.-J. Ampère, Corresp.,1827, p. 456.
b) P. ext. État d'esprit qui résulte d'une situation difficile; incertitude intellectuelle. Avoir l'embarras du choix. Les missionnaires ont été dans le plus grand embarras pour trouver un terme chinois signifiant Dieu (Renan, Avenir sc.,1890, p. 178):
4. ... afin de cacher l'embarras que me donne une situation toute nouvelle. Mmede Krüdener, Valérie,1893, p. 32.
Prononc. et Orth. : [ɑ ̃baʀa]. Passy 1914 et Barbeau-Rodhe 1930 disent [ɑ ̃baʀ ɑ]. Hésitation confirmée par Rouss.-Lacl. 1927, p. 135. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1552 fr. de la Flandre esp. embarras plur. « obstacles qui entravent la circulation » (Coutumes de Renaix, IX, 1 ds Nouv. Coutumier Général, t. I, p. 1144); 1561 embaras « situation difficile » (Corresp. de Catherine de Médicis, I, 243 ds Barb. Misc. 7, no8); 1660 « état de celui qui ne sait que faire, que penser » (Corneille, Examen de Rodogune ds Œuvres, éd. Ch. Marty-Laveaux, t. IV, p. 426). Déverbal de embarrasser*. Fréq. abs. littér. : 2 500. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 5 177, b) 4 167; xxes. : a) 3 032, b) 2 156. Bbg. Sain. Arg. 1972 [1907], p. 23, 102. − Spitzer (L.). Z. fr. Spr. Lit. 1917, t. 44, p. 221.

embarras, -

Embarras : définition du Wiktionnaire

Nom commun

embarras \ɑ̃.ba.ʁa\ masculin

  1. Ce qui embarrasse ou résultat de l’action d’embarrasser.
    • Il y a toujours de l’embarras dans cette rue. Un embarras de voitures. Faire, causer un embarras. Se tirer d’un embarras.
    • Entrés dans la campagne, notre embarras commença. — (Gustave Flaubert et Maxime Du Camp, Par les champs et les grèves (Voyage en Bretagne), 1886, Le Livre de poche, page 174, 2012)
  2. (Médecine) Commencement d’obstruction, et surtout d’une accumulation de matières dans l’estomac ou dans les intestins.
    • Il y a un peu d’embarras. Embarras gastrique. Embarras intestinal.
  3. (Figuré) (Familier) Prétention, affectation, attitude de faiseur.
    • Faire de l’embarras, des embarras, ses embarras : Se donner de grands airs, ou afficher des prétentions ridicules, quand on voit le résultat.
    • Cet homme fait bien de l’embarras, bien des embarras.
    • […] Fezensac est malade, ce sera Duras qui mènera tout, et vous savez s’il aime à faire des embarras, dit le duc qui n’était jamais arrivé à connaître le sens précis de certains mots et qui croyait que faire des embarras voulait dire faire non pas de l’esbroufe, mais des complications. — (Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, tome 3, Le Côté de Guermantes, 1920–1921)
  4. (Figuré) Confusion de plusieurs choses difficiles à débrouiller.
    • Il y a de l’embarras dans ce procès, dans cette succession. Il y a de l’embarras dans ses affaires.
  5. (Absolument) Manque d’argent, pénurie.
    • […] de grands embarras financiers avaient conduit le gouvernement à signer avec des compagnies de chemin de fer des conventions que les radicaux avaient dénoncées comme étant des actes de brigandage […] — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, chap. VI, La Moralité de la violence, 1908, p. 281)
    • Le départ des juifs n’avait pas supprimé les embarras financiers de leurs clients et ceux qui avaient besoin de capitaux n’eurent d’autre ressource que de s’adresser aux prêteurs chrétiens (lombards ou cahorsins). — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • Les bijoux plus sérieux, déposés, eux, dans un coffre-fort de banque, furent vendus par moi un jour d’embarras de trésorerie […] — (Marguerite Yourcenar, Souvenirs pieux, 1974, collection Folio, page 68)
  6. Irrésolution dans laquelle on se trouve lorsqu’on ne sait quel parti prendre, ni par quelle voie se tirer de quelque pas difficile.
    • Je me suis vu dans un étrange embarras.
  7. Gêne, malaise que cause la nécessité d’agir ou de parler, lorsqu’on ne sait que faire ni que dire.
    • Il ne pouvait cacher son embarras. Tout le monde s’aperçut de son embarras. Tout trahit son embarras.

Forme de verbe

embarras \ɑ̃.ba.ʁa\

  1. Deuxième personne du singulier du passé simple de embarrer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Embarras : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

EMBARRAS. n. m.
Ce qui embarrasse ou Résultat de l'action d'embarrasser. Il y a toujours de l'embarras dans cette rue. Un embarras de voitures. Faire, causer un embarras. Se tirer d'un embarras. Causer de l'embarras à quelqu'un, Gêner quelqu'un, faire qu'il soit obligé de s'incommoder pour vous recevoir. On dit dans le même sens Je crains d'être pour vous un embarras. Un faiseur d'embarras. Voyez FAISEUR. Il se dit, en termes de Médecine, d'un Commencement d'obstruction, et surtout d'une Accumulation de matières dans l'estomac ou dans les intestins. Il y a un peu d'embarras. Embarras gastrique. Embarras intestinal. Fig. et fam., Faire de l'embarras, des embarras, ses embarras, Se donner de grands airs, ou Afficher de grandes prétentions. Cet homme fait bien de l'embarras, bien des embarras. Il signifie au figuré Confusion de plusieurs choses difficiles à débrouiller. Il y a de l'embarras dans ce procès, dans cette succession. Il y a de l'embarras dans ses affaires. Embarras d'argent, ou absolument Embarras signifie Manque d'argent, pénurie. Il se trouve dans de grands embarras. Cette famille est dans l'embarras, venez à son secours. Tirer quelqu'un d'embarras. Il signifie encore Irrésolution dans laquelle on se trouve lorsqu'on ne sait quel parti prendre, ni par quelle voie se tirer de quelque pas difficile. Il avait l'embarras du choix. Je me suis vu dans un étrange embarras. Sortir d'embarras. Embarras d'esprit, Irrésolution d'esprit. Il signifie également Gêne, malaise que cause la nécessité d'agir ou de parler, lorsqu'on ne sait que faire ni que dire. Il ne pouvait cacher son embarras. Tout le monde s'aperçut de son embarras. Tout trahit son embarras.

Embarras : définition du Littré (1872-1877)

EMBARRAS (an-ba-râ ; l's se lie : un en-ba-râ-z ennuyeux) s. m.
  • 1Obstacle qui barre une voie, un chemin. Il y a de l'embarras dans cette rue. Un embarras de voitures. Quand un autre [carrosse], à l'instant s'efforçant de passer, Dans le même embarras se vient embarrasser, Boileau, Sat. VI. Il ne fallait que l'embarras d'un défilé, quelques marches forcées ou une boutade de cosaques pour nous débarrasser de tout cet attirail [bagages], Ségur, Hist. de Napol. IX, 1.

    Fig. et familièrement. Faire de l'embarras, des embarras, ses embarras, se donner de grands airs, affecter de grandes prétentions.

  • 2Ce qui gêne. J'ai trop de meubles, cela met de l'embarras chez moi. L'embarras fut grand à l'arrivée d'une compagnie qu'on n'attendait pas. Une tête empanachée N'est pas petit embarras, La Fontaine, Fabl. IV, 6. Je ne suis pas de ceux qui font leur volupté Des embarras charmants de la paternité, Delavigne, École des vieill. I, 1.

    Causer de l'embarras à quelqu'un, venir demander à dîner ou à coucher chez quelqu'un qui n'est pas préparé à recevoir.

    Populairement. Ce n'est pas l'embarras, c'est-à-dire ce n'est pas là ce qui peut embarrasser, arrêter, retarder, et, par suite, quoi qu'il en soit, néanmoins ; locution née d'après Mme de Genlis, pendant la Révolution. Ce n'est pas l'embarras, vous arriverez toujours à votre but.

    Embarras de la langue, difficulté à articuler. Il lui est resté de son attaque un embarras de la langue.

  • 3Confusion de choses difficiles à débrouiller. Un procès où il y a de l'embarras. L'embarras de ses affaires inquiète ses créanciers.
  • 4Pénurie d'argent. Cette famille est dans un grand embarras. Nous nous sommes trouvés dans de grands embarras ; Mais depuis quelque temps un oncle, un honnête homme… A bien voulu descendre aux ténébreux manoirs, Regnard, Ménechm. IV, 2. Il est jeune, il a dépensé étourdiment tout son argent, il est dans un extrême embarras, Genlis, Théâ. d'éduc. le Libraire, sc. 3.
  • 5Difficultés résultant d'une multitude d'affaires. Se trouver dans un embarras inextricable d'affaires. Des embarras du trône effet inévitable, Racine, Esth. II, 3. Gardez-vous de vous jeter dans cet embarras, Fénelon, Tél. XXIII. Troïle est utile à ceux qui ont trop de bien ; il leur ôte l'embarras du superflu, La Bruyère, V. Et dans cet éternel fracas De riens pompeux et d'embarras, Gresset, au P. Bougeant.
  • 6Difficulté résultant de ne savoir que faire, que répondre. L'embarras où elle jette les princes, Corneille, Ex. de Rodog. Un autre hymen vous met dans le même embarras, Corneille, Sertor. II, 4. C'est ce qui vous met dans un fâcheux embarras, Pascal, Prov. 12. L'embarras n'était pas petit, parce que, quoi qu'on pût dire, on sentait bien qu'il n'y avait ni grande ni petite église composée de pasteurs et de peuple, où l'on pût montrer la foi qu'on voulait faire passer pour la seule vraiment chrétienne, Bossuet, Var. XIV, § 16. Il n'a point dans ses vers l'embarras de choisir, Boileau, Sat. II. Son cœur, toujours flottant entre mille embarras, Ne sait ni ce qu'il veut, ni ce qu'il ne veut pas, Boileau, ib. VIII.

    Embarras d'esprit, peine d'esprit.

  • 7État de celui qui est interdit, troublé. L'embarras avec lequel je lui parlai l'obligea de me presser, Bussy-Rabutin, dans RICHELET. [S'il] ne confond d'abord par ses doux embarras Tous les raisonnements d'aimer ou n'aimer pas, Th. Corneille, Ariane, I, 3. Télémaque, qui vit son embarras, n'osa lui dire que…, Fénelon, Tél. XXIII. Quand Philoctète dépeignit l'embarras de Néoptolème, qui ne savait pas dissimuler, Télémaque parut dans le même embarras, Fénelon, ib. XVI. Sa physionomie portait l'empreinte de cette espèce de souffrance que cause toujours un extrême embarras, Genlis, Mlle de la Fayette, p. 307, dans POUGENS. Craignez-vous de montrer ce front jeune et timide ? Un si grand embarras sied mal à la vertu, Ducis, Othel. I, 6.
  • 8 Terme de médecine. Embarras gastrique, trouble de la digestion avec nausées, vomissement, et souvent coliques et diarrhée.

    Embarras des premières voies, état caractérisé par une langue chargée, jaunâtre, de l'inappétence, la bouche pâteuse, etc.

  • 9Dans le langage familier. Mettre une fille dans l'embarras, la rendre enceinte.

SYNONYME

EMBARRAS, TIMIDITÉ. L'embarras est extérieur ; il tient aux circonstances, et se montre dans la manière d'être. La timidité est intérieure, elle tient au naturel et peut ne pas se montrer. On peut être fort embarrassé sans être timide.

HISTORIQUE

XVe s. Aiant trouvé un embarras de charrettes à la rue de la Feronnerie, D'Aubigné, Hist. III, 546.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Embarras : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

* EMBARRAS, s. m. il se prend au physique & au moral ; au physique, pour tout ce qui empêche la facilité d’un mouvement ou d’une action ; & au moral, pour tout ce qui nuit à l’expédition prompte d’une affaire, ou à la commodité de la vie. On dit les embarras d’une route & les embarras du monde. On dit encore avoir l’esprit embarrassé d’affaires, être embarrassé de quelqu’un, &c.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « embarras »

Étymologie de embarras - Littré

En 1, et barre ; espagn. embarazo ; ital. imbarrazzo.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de embarras - Wiktionnaire

(Date à préciser) Déverbal sans suffixe de embarrasser.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « embarras »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
embarras ɑ̃bara play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « embarras »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « embarras »

  • L'ancien ministre délégué à la Ville, Julien Denormandie s'est retrouvé dans l'embarras lors de la passation de pouvoir avec Nadia Hai. En effet, l'étroitesse de la pièce rendait difficile pour tout un chacun de respecter les gestes barrières. Orange Actualités, L'embarras de Julien Denormandie face à l'absence de gestes barrières lors de la passation de pouvoir
  • Pour avoir crié sa vérité dans le désert, Raspail fut déclaré infréquentable, promis à l’isolement, condamné par le silence et l’embarras. De François d’Orcival / Le Figaro Magazine, 16 janvier 2015
  • Quand on fait beaucoup d'embarras pour raconter ses affaires, c'est qu'elles ne méritent pas qu'on en parle. De Ferdinand Bac / La Flûte et le tambour
  • Quand il nous faut changer d'opinion au sujet de quelqu'un, nous lui comptons cher l'embarras qu'il nous cause. De Friedrich Nietzsche / Par-delà le Bien et le Mal
  • Le commencement et le déclin de l'amour se font sentir par l'embarras où l'on est de se trouver seuls. De Jean de La Bruyère
  • Ceux qui sont à la tête des grandes affaires ne trouvent pas moins d’embarras dans leur parti, que dans celui de leurs ennemis. De Cardinal de Retz / Mémoires
  • De tous les embarras de l'âge, l'expérience n'est pas le moindre. De Georges Bernanos / Sous le soleil de Satan
  • La rue doit être fière d'avoir tant de voitures. Voyez, elle fait des embarras. De André Birabeau
  • En règle générale, aucun homme dans l'embarras n'est tout à fait honnête. De William Thackeray / La foire aux vanités
  • Un fait hors de l'ordinaire est plutôt un indice qu'un embarras. De Arthur Conan Doyle / Sherlock Holmes
  • Grand homme est celui qui laisse après soi les autres dans l'embarras. De Paul Valéry
  • L’humour est une façon de se tirer d’embarras sans se tirer d’affaire. De Louis Scutenaire
  • Une contrebasse, c’est plutôt, comment dire, un embarras qu’un instrument. De Patrick Süskind / La contrebasse
  • La nécessité nous délivre de l’embarras du choix. De Vauvenargues / Réflexions et maximes
  • La trop grande réputation est souvent un embarras. De Proverbe oriental
  • Tous les dogmes finissent dans l'embarras. De Roland Topor
  • Ah ! songeait-il, vivre c'est être de plus en plus embarrassé. Jules Supervielle, L'Arche de Noé, Gallimard

Traductions du mot « embarras »

Langue Traduction
Corse vergogna
Basque lotsa
Japonais 恥ずかしい
Russe конфуз
Portugais embaraço
Arabe مشاكل مالية
Chinois 尴尬
Allemand verlegenheit
Italien imbarazzo
Espagnol vergüenza
Anglais embarrassment
Source : Google Translate API

Synonymes de « embarras »

Source : synonymes de embarras sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « embarras »


Mots similaires