La langue française

Hardiesse

Définitions du mot « hardiesse »

Trésor de la Langue Française informatisé

HARDIESSE, subst. fém.

I.
A. − [Avec valeur laudative]
1.
a) Qualité de celui, de celle qui est hardi(e) (cf. hardi I A 1a). Démétrius (...)se mit en bataille dans une plaine découverte, avec une hardiesse qui, si elle ne dénotait pas une ignorance complète de l'art de la guerre, semblait témoigner de sa part la certitude de la victoire (Mérimée, Faux Démétrius,1853, p. 110).Mademoiselle Laheyrard s'arrêta brusquement. Elle ne retrouvait plus sa hardiesse accoutumée, elle était pâle et agitait son éventail d'une façon nerveuse (Theuriet, Mar. Gérard,1875, p. 84).Il n'est pas de geôle qui vaille devant un propos de fuite obstiné, pas de barrière ou de fossé que hardiesse et résolution ne franchissent (Gide, Thésée,1946, p. 1432) :
1. Dix fois au moins, enhardi par ma hardiesse même, je me mis en devoir d'éclater en aveux significatifs et tendres, lorsqu'à cet instant suprême, la rougeur me montant au visage, et l'émotion m'ôtant la parole, je remis l'affaire à un moment où je me trouverais sans rougeur et sans trouble. Toepffer, Nouv. genev.,1839, p. 229.
SYNT. a) Faire preuve, manquer, user de hardiesse; montrer de la hardiesse; se signaler par sa hardiesse; admirer, envier qqn pour sa hardiesse; louer la hardiesse de qqn. b) Hardiesse aventureuse, chevaleresque, courageuse, étonnante, extraordinaire, fière, folle, généreuse, incroyable, inimaginable, passionnée, périlleuse, rare, superbe, tranquille.
[Avec un sens atténué] Liberté que l'on prend. J'avouerai que j'ai eu la hardiesse de laisser aux personnages les aspérités de leurs caractères (Stendhal, Chartreuse,1839, p. 2).Excusez ma hardiesse, monsieur, mais il me semble que dans votre énumération des livres sacrés, il y a une lacune (Pailleron, Monde où l'on s'ennuie,1869, II, 1, p. 78).[Lettre au Gouverneur de la Guyane :] Vous priant de bien vouloir me pardonner la hardiesse que je prends en vous faisant parvenir directement ma requête (A.-L. Dussort, Mémoires,1929-1934, dép. par G. Esnault, 1930, p. 13).
P. anal. [Le compl. de nom désigne un animal] Le pétrel ordinaire [mérite] par sa hardiesse le nom d'oiseau de la tempête (Bern. de St-P., Harm. nat.,1814, p. 216).Pour que le prudent matou se fût décidé à cette hardiesse si peu habituelle à sa race, il fallait qu'il eût deviné quelque résolution suprême (Gautier, Fracasse,1863, p. 46).
b) P. ext. Caractère de ce qui est hardi (cf. hardi I A 1 b).
[Le compl. de nom désigne la manière d'être physique ou morale d'une pers.] Il avait de l'élévation dans l'esprit et de la hardiesse dans le caractère (Joubert, Pensées, t. 1, 1824, p. 390).Un enfant d'une douzaine d'années, l'allure pleine de hardiesse et de vie, déjà presque un grand garçon (Loti, Matelot,1893, p. 5).Outre sa réputation musicale, la force de Christophe, sa hardiesse de façons en imposaient à Otto (Rolland, J.-Chr., Matin, 1904, p. 152).
[Le compl. de nom désigne une chose] La troisième partie de la campagne (...) est d'une hardiesse inouïe. Napoléon, découvrant audacieusement Paris, se jetait sur les derrières des armées alliées (A. France, Vie littér.,1890, p. 188).Il souriait en marchant; la hardiesse de son projet subit l'amusait, car il était en mal d'aventure (Gide, Caves,1914, p. 722).
2. En partic. (cf. hardi I A 2)
a) Domaine de la vie intellectuelle.[Le compl. de nom désigne l'expression d'un écrivain, un style, une figure de style] Hardiesse de composition; hardiesse d'une image, d'une locution. [Lorsque Bossuet parle des pyramides d'Égypte] On ne sait qui l'emporte ici de la grandeur de la pensée ou de la hardiesse de l'expression (Chateaubr., Génie, t. 2, 1803, p. 100).La hardiesse incroyable d'un style qui ne cesse jamais cependant d'être élevé, pittoresque, harmonieux (Nodier, Smarra,1821, p. 24) :
2. À l'époque, (qui n'est pas révolue), où de grands débats se sont élevés entre les poètes, les uns tenant pour les vers que l'on nomme « libres », les autres pour les vers de la tradition, qui sont soumis à diverses règles conventionnelles, je me disais parfois que la prétendue hardiesse des uns, la prétendue servitude des autres n'étaient qu'une affaire de pure chronologie... Valéry, Variété IV,1938, p. 251.
[À propos d'une thèse, d'une doctrine, d'un ouvrage] :
3. Ce livre [les Lettres persanes] est incroyable de hardiesse. On admire que l'auteur pour tout ennui n'ait eu que la crainte passagère de manquer son fauteuil à l'Académie; et ce ne fut qu'un léger nuage. Valéry, Variété II,1929, p. 69.
b) Domaine de l'art et des réalisations demandant une maîtrise particulière.Cette fougue d'imagination, (...) cette hardiesse de pinceau qui distinguent le chef de l'école flamande [Rubens] (Jouy, Hermite, t. 4, 1813, p. 219).Sur le jambage d'une porte, je remarquai en passant une charmante petite statuette de la Vierge, d'une exécution délicieuse et d'une hardiesse d'idée extraordinaire (Gautier, Tra los montes,1843, p. 43).Il faut remarquer aussi [dans l'introduction de l'allegro du quatuor op. 74] la hardiesse et le bonheur des modulations (Marliave, Quat. Beethoven,1925, p. 170) :
4. Il [Matisse] s'avoue un sensuel. L'imprévu continuel, l'ingéniosité, le goût suprême, la hardiesse jusqu'à la gageure, toutes les vertus antérieures [à son installation à Nice] sont vouées à la grâce féminine des odalisques et des jeunes musiciennes d'un Orient de son imagination. Arts et litt.,1936, p. 18-09.
[Le compl. de nom désigne une œuvre, une réalisation] Défi aux lois du sens commun; caractère extraordinaire. Les figures de ce groupe ont des poses pleines de hardiesse et de grâce (Ac.).Derrière une brume bleue, le groupe des gratte-ciel se lève, grandit peu à peu, crève de la tête la brume, offre au soleil des fronts dont aucun édifice humain n'égale la hardiesse (Colette, Pays connu,1949, p. 197) :
5. ... le splendide intérieur de l'hippodrome bâti par les ingénieurs de Fives-Lille; là, dans une prodigieuse altitude de cathédrale, des colonnes de fonte fusent avec une hardiesse sans pareille. Huysmans, Art mod.,1883, p. 242.
P. anal. Je m'émouvais de la solitude des îles, de la hardiesse des caps, de la fragilité de cette langue de terre qui rattache les presqu'îles au continent (Beauvoir, Mém. j. fille,1958, p. 26).
B. − [Avec valeur péj.]
1.
a) [Le compl. de nom désigne une pers.] Effronterie, insolence, témérité. Le vagabond s'avança au milieu du grand chemin avec la hardiesse d'un coquin qui se sent soutenu par un honnête homme (Janin, Âne mort,1829, p. 71).Allez-vous en! lui cria-t-elle, en reculant brusquement, car ce valet avait poussé la hardiesse, jusqu'à la saisir par le bras (Bourges, Crépusc. dieux,1884, p. 275).Comment, marauds, vous avez la hardiesse de vous attaquer à moi? (Claudel, Raviss. Scapin,1952, préf., p. 1335) :
6. Il était agressivement bien habillé. Son costume trop soigné, son teint mat et olivâtre, son visage joli mais étranger, étonnaient. Ses nouveaux camarades le regardèrent avec un intérêt un peu moqueur. Il les dévisagea avec hardiesse et rendit regard pour regard. Il était décidé à faire front de tous côtés et à répondre, s'il le fallait, au mépris par l'insolence. Maurois, Disraëli,1927, p. 21.
b) P. ext.
[Le compl. de nom désigne surtout la manière d'être extérieure d'une pers.] La hardiesse de ses manières me déplaît (Littré).
Caractère provocant. La hardiesse d'un décolleté. Des jeunes filles, décolletées, montraient leurs épaules (...). On en suivait une autre en souriant, tellement la hardiesse de ses jupes collantes semblait singulière (Zola, Nana,1880, p. 1426).
2. En partic. [Le compl. de nom désigne des paroles, des écrits] J'ai souvent entendu parler de la hardiesse de la littérature moderne; mais je n'ai, pour mon compte, jamais cru à cette hardiesse-là (...). Demandez-leur [à tous les confesseurs] le nombre d'incestes (par exemple) enterrés dans les familles les plus fières et les plus élevées, et voyez si la littérature, qu'on accuse tant d'immorale hardiesse, a osé jamais les raconter, même pour en effrayer! (Barb. d'Aurev., Les Diaboliques, Paris, F. Bernouard, 1926 [1874], pp. 331-332).
II. − P. méton., le plus souvent au plur. Ce qui est hardi (acte, réalisation, comportement, parole, écrit). Avoir, oser, se permettre une, des hardiesse(s).
A. − [Avec une valeur laudative]
1. [Correspond à hardi I A 1] Elle se sauva, honteuse et heureuse d'être venue. L'innocence ose seule de telles hardiesses (Balzac, E. Grandet,1834, p. 123).Ces trembleurs traditionnels que toute hardiesse consterne et que toute généreuse tentative épouvante (Du Camp, Hollande,1859, p. 247) :
7. Comme il [le monstre Europe] appartient à un temps, à un continent qui ont vu tant d'inventions prodigieuses et tant de hardiesses heureuses dans tous les genres, il n'est de conquêtes scientifiques ni d'entreprises qu'il ne puisse rêver. Valéry, Variété [I], 1924, p. 45.
2. [Correspond à hardi I A 2]
a) Le plus cour., domaine de la vie intellectuelle.Un assez bon nombre de nos poètes ayant écrit en prose, le style ordinaire en a reçu un éclat et des hardiesses qu'il n'aurait point eus sans eux (Joubert, Pensées, t. 2, 1824, p. 81).Laisse à d'autres les ingéniosités de style, les hardiesses de syntaxe, la poursuite des épithètes rares (Martin du G., Souv. autobiogr.,1955, p. lxxx) :
8. Il y a des auteurs originaux dont la moindre hardiesse révolte parce qu'ils n'ont pas d'abord flatté les goûts du public et ne lui ont pas servi les lieux communs auxquels il est habitué... Proust, Swann,1913, p. 266.
b) Domaine de l'art.La cathédrale [de Tréguier] (...) avec ses nefs élevées, ses étonnantes hardiesses d'architecture (...) semblait faite exprès pour nourrir de hautes pensées (Renan, Ma Sœur,1862, p. 9).Beethoven (...) n'a jamais reculé devant une hardiesse harmonique dont il avait besoin pour traduire la pensée (R. Lenormand, Harm. mod.,1913, p. 134) :
9. ... par sa patience naïve (...) et son coloris vif, avec des tendances inattendues, des hardiesses, des bigarrures, il [Belle] fait songer à Renoir très souvent. Mauclair, De Watteau à Whistler,1905, p. 24.
B. − [Avec valeur péj.] Devant tout le monde je dois saluer et me taire. Quand je parle, c'est une hardiesse bien inconvenante, et dont je dois demander humblement pardon... (Vigny, Chatterton,1835, II, 4, p. 295).Un ouvrage farci de ces brutalités et de ces hardiesses provocantes que les jeunes gens ne ménagent pas à nos oreilles tournées vers le passé (Arnoux, Rossignol napol.,1937, p. 225).
Prononc. et Orth. : [aʀdjεs] init. asp. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Fin du xiies. ardïesce « manière d'être hardie; action, parole hardie » (Gl. d'Oxford ds T.-L.); 2. 1538 « témérité; effronterie » (Est., s.v. audentia); 3. 1669-74 « licence que se permet un écrivain » (Boileau, Art Poétique, IV ds Littré). Dér. de hardi*, suff. -esse*; cf. a. fr. hardement « hardiesse » (ca 1100, Rolland, éd. J. Bédier, 1710), hardiance « id. » (fin xiies., Pierre de Molins, Chansons ds Neuphilol. Mitt., t. 16, p. 91, 8), hardieté « id. » (fin xives., J. Froissart, Poésies, éd. A. Scheler, II, 300, 85). Fréq. abs. littér. : 735. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 295, b) 1 119; xxes. : a) 763, b) 961.

Wiktionnaire

Nom commun

hardiesse féminin

  1. Qualité de celui ou de celle qui est hardi.
    • Le petit Latournelle eut la hardiesse d’épouser cette fille arrivée à l’âge anti-matrimonial de trente-trois ans, et sut en avoir un fils. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Il y avait cependant autant de franche hardiesse dans le visage du chevalier que des traits humains en pouvaient exprimer […] — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
  2. (Quelquefois) Témérité ; insolence ; impudence.
    • La princesse, choquée d’une telle hardiesse, faillit se trahir, mais elle réfléchit que, le petit sabotier croyant avoir affaire à sa pareille, sa prétention n’avait rien d’offensant […] — (Charles Deulin, Manneken-Pis)
    • On peut dire que, depuis plus de trente ans, le pouvoir ecclésiastique a exploité le Concordat au profit de ses intérêts avec une hardiesse croissante. Il l’a audacieusement violé, il l’a violé sans discontinuité dans toutes celles de ses prescriptions qui proclament les droits du pouvoir civil. — (Discours d’Émile Combes à Auxerre, le 4 septembre 1904)
    • Le gracieuse négligence, la hardiesse naïve de la Fontaine furent inappréciées par le grand roi ; mais le froid et correct Boileau donna à la poésie des préceptes tels que Louis les auraient donnés lui-même — (Théophile Lavallée, Histoire des Français depuis le temps des Gaulois jusqu'en 1830, Paris, Charpentier, 1858, 20e éd., t.3, chap.4, p.283)
  3. (Quelquefois) Liberté.
    • Si tu savais combien sont jolies ces Alexandrines, et avec quelle hardiesse elles s’habillent et se parent. — (Out-el-Kouloub, Zaheira, dans « Trois contes de l’Amour et de la Mort », 1940)
  4. Qualité d’un acte hardi.
    • Note : En parlant des choses.
    • La hardiesse de cette entreprise, de ce plan de campagne, de cette stratégie, de cette action étonne. Cette réponse est d’une grande hardiesse.
    • Cette proposition est d’une telle hardiesse que… La hardiesse de ces opinions, de ces doctrines, de cette thèse devait surprendre. La hardiesse d’un geste, des manières.
    • Note : En parlant du style, des expressions, etc.
    • Une grande hardiesse de style. La hardiesse des pensées, des expressions, du plan.
    • Note : Se dit, en termes de beaux-arts, en parlant d’une exécution hardie.
    • Attaquer la note avec hardiesse.
    • Il y a beaucoup de hardiesse dans le jeu de ce musicien.
    • Une grande hardiesse de pinceau, de crayon.
    • Note : Se dit aussi en parlant des ouvrages de l’art qui présentent quelque chose d’extraordinaire, de grand.
    • Les figures de ce groupe ont des poses pleines de hardiesse et de grâce. Cette partie de l’édifice est d’une grande hardiesse. La hardiesse de l’architecture gothique.
  5. Licence que se permet un écrivain, un artiste.
    • Ce tour n’est pas grammatical, mais c’est une hardiesse que l’usage permet.
    • Note : Dans ce sens, on l’emploie souvent au pluriel.
    • Il y a des hardiesses heureuses dans cet ouvrage, dans ce tableau, dans cette musique.
    • Il y a des hardiesses dans cet ouvrage : Il y a, dans cet ouvrage, des choses hasardées.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

HARDIESSE. (H est aspirée.) n. f.
Qualité de celui qui est hardi. Manquer de hardiesse. Avoir de la hardiesse. Parler avec hardiesse et fermeté. La hardiesse à monter à l'assaut. La hardiesse avec laquelle il publie ses doctrines. Une imagination pleine de hardiesse. Hardiesse de conception. Ce peintre a beaucoup de hardiesse. Il se prend quelquefois pour Témérité, insolence, impudence. La hardiesse des manières, de l'attitude, du langage. Je suis indigné de la hardiesse avec laquelle il parle à son père. Il s'emploie quelquefois pour Liberté; et c'est dans ce sens qu'on dit familièrement Excusez si je prends la hardiesse de... Il se dit aussi en parlant des Choses. La hardiesse de cette entreprise, de ce plan de campagne, de cette stratégie, de cette action étonne. Cette réponse est d'une grande hardiesse. Cette proposition est d'une telle hardiesse, que.. La hardiesse de ces opinions, de ces doctrines, de cette thèse devait surprendre. La hardiesse d'un geste, des manières. Il se dit également en parlant du Style, des expressions, etc. Une grande hardiesse de style. La hardiesse des pensées, des expressions, du plan. Il se dit, en termes de Beaux-Arts, en parlant d'une Exécution hardie. Attaquer la note avec hardiesse. Il y a beaucoup de hardiesse dans le jeu de ce musicien. Une grande hardiesse de pinceau, de crayon. Il se dit aussi en parlant des Ouvrages de l'art qui présentent quelque chose d'extraordinaire, de grand. Les figures de ce groupe ont des poses pleines de hardiesse et de grâce. Cette partie de l'édifice est d'une grande hardiesse. La hardiesse de l'architecture gothique. Il se dit en outre des Licences que se permet un écrivain, un artiste; et, dans ce sens, on l'emploie souvent au pluriel. Ce tour n'est pas grammatical, mais c'est une hardiesse que l'usage permet. Il y a des hardiesses heureuses dans cet ouvrage, dans ce tableau, dans cette musique. Il y a des hardiesses dans cet ouvrage, Il y a, dans cet ouvrage, des choses hasardées.

Littré (1872-1877)

HARDIESSE (har-di-è-s') s. f.
  • 1Qualité de celui qui est hardi, qui ose beaucoup. Et ce masque trompeur de fausse hardiesse Nous déguise sa crainte et couvre sa faiblesse, Corneille, Nicom. III, 4. Fortune aveugle suit aveugle hardiesse, La Fontaine, Fabl. X, 14. Avant lui [Louis XIV], la France, presque sans vaisseaux, tenait en vain aux deux mers ; maintenant on les voit couvertes depuis le levant jusqu'au couchant de nos flottes victorieuses, et la hardiesse française porte partout la terreur avec le nom de Louis, Bossuet, Marie-Thér. On sait fort bien que la hardiesse, accompagnée de quelque bonheur, peut prendre impunément l'ascendant partout, Bourdaloue, 10e dim. après la Pentec. Dominic. t. III, p. 205. Les gens qui ont la hardiesse de dire la vérité, Fénelon, Tel. XX. Il avait acquis plus de hardiesse à ne point ménager les préjugés ordinaires, Fontenelle, Delisle. Ils ne portent dans ces places où ils entrent sans lumières et sans connaissances comme sans vocation, qu'une folle estime d'eux-mêmes et une téméraire hardiesse de décider, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. III, p. 375. C'est au théâtre anglais que je dois la hardiesse que j'ai eue de mettre sur la scène les noms de nos rois et des anciennes familles du royaume, Voltaire, Lett. sur Zaïre.
  • 2En un sens défavorable, témérité, insolence. La hardiesse de ses manières me déplaît. N'ayez donc plus la hardiesse de dire que vos décisions sont conformes à l'esprit et aux canons de l'Église, Pascal, Prov. XI. Pour moi, dût l'empereur punir ma hardiesse…, Racine, Brit. V, 5. À ce coupable excès porter la hardiesse ! Voltaire, Zaïre, V, 8.
  • 3Licence. Excusez si je prends la hardiesse de… Il est temps que j'arrête une fois pour toutes cette hardiesse que vous prenez de me traiter d'hérétique, qui s'augmente tous les jours, Pascal, Prov. XVII.

    Familièrement. Cet homme prend des hardiesses qui ne lui appartiennent pas, il s'émancipe trop.

  • 4Nature hardie, caractère hardi, en parlant des choses. Hardiesse d'une entreprise. La hardiesse d'une doctrine, d'une opinion. Le sort va de mes coups servir la hardiesse, Ducis, Lear, V, 1.

    Il y a des hardiesses dans cet ouvrage, il y a des choses hasardées dans cet ouvrage.

  • 5Il se dit du style, des expressions. Une grande hardiesse de style. Souvent dans son orgueil un subtil ignorant Blâme des plus beaux vers la noble hardiesse, Boileau, Art p. IV. Toujours de grandes et de belles idées, toujours vérité et variété dans les images ; hardiesse, ou plutôt audace dans les figures ; propriété, naïveté, noblesse, énergie dans la diction ; vivacité, nouveauté dans les tours ; continuité d'harmonie, il y aurait bien là de quoi faire un auteur divin, D'Olivet, Rem. Rac. p. 54.
  • 6En certains arts, exécution hardie. Une grande hardiesse de pinceau, de ciseau. Cette écriture est d'une grande hardiesse. Le jeu de ce musicien est plein de hardiesse. Attaquer la note avec hardiesse.
  • 7Il se dit du caractère d'ouvrages d'art qui présentent quelque chose d'inaccoutumé et qui n'avait pas été fait jusque-là. La hardiesse d'un pont, d'une voûte.
  • 8Licence que se permet un écrivain, un artiste. Il y a des hardiesses heureuses dans cet ouvrage. On ne peut trop leur redire [aux écrivains en prose] qu'ils sont obligés d'avoir une attention infinie à la propriété des termes ; quant aux poëtes, sachons-leur gré de leurs hardiesses, lorsqu'elles sont dictées par le goût et avouées par le bon sens, D'Olivet, Rem. sur Racine, § 42. Ces sortes de hardiesses font un merveilleux effet dans la poésie, lorsqu'elles sont placées à propos et de loin à loin, D'Olivet, ib. § 41. Ne répétez pas ces hardiesses ; qu'elles soient rares, qu'elles soient nécessaires ; si elles sont inutilement prodiguées, elles feront rire, Voltaire, Mél. littér. Changem. arrivés à l'art dramatique.

SYNONYME

HARDIESSE, TÉMÉRITÉ. Pour transformer la hardiesse en témérité, il suffit d'y adjoindre une épithète péjorative : aveugle hardiesse, folle hardiesse.

HISTORIQUE

XIVe s. Premierement quant est en paour et en hardiesce, la vertu qui est ou moien est fortitude, Oresme, Eth. 48. Et je di que passions sont concupiscence, ire, paour, hardiece, envie, joye…, Oresme, ib. 42.

XVe s. Les nobles François… leur coururent sus par si grand vertu et hardiesse que tous les espouvanterent, Bouciq. I, 24.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

HARDIESSE, s. f. (Morale.) Locke la définit une puissance de faire ce qu’on veut devant les autres, sans craindre ou se décontenancer. La confiance qui consiste dans la partie du discours, avoit un nom particulier chez les Grecs ; ils l’appelloient παῤῥησία.

Le mot de hardiesse, dans notre langue, désigne communément une résolution courageuse, par laquelle l’homme méprise les dangers & entreprend des choses extraordinaires. Si nous envisageons simplement la hardiesse comme une passion irascible, elle n’est en cette qualité ni vice ni vertu, & ne mérite ni blâme ni loüange. Si nous n’avons égard qu’à l’éclat qui paroît briller dans certaines actions, sans considérer que toute affection violente peut également les produire, nous regarderons souvent pour vertu ce qui n’en est qu’une fausse image, & les fruits de la bile passeront dans notre esprit pour les fruits d’une hardiesse admirable.

En effet, je trouve cinq sortes de hardiesse, qui ont une fausse ressemblance avec la vraie & la légitime. L’hardiesse militaire n’a souvent d’autre appui que l’exemple & la coûtume : celle des ivrognes est fondée sur les fumées du vin : celle des enfans sur l’ignorance : celle des amans & de tous ceux qui se laissent aller à des passions tumultueuses, sur le desordre qu’elles causent dans leur ame : enfin la hardiesse que les Philosophes moraux nomment civile, reconnoît pour mobile la crainte de la honte. Telle étoit celle d’Hector quand il n’osa rentrer avec les autres Troïens dans Ilium, de peur que Polydamas ne lui reprochât le mépris du conseil qu’il lui avoit donné.

Il est rare de voir dans le monde une hardiesse assez pure, pour ne pouvoir pas être rapportée à l’une des cinq sortes dont nous venons de parler, qui n’ont toutefois que l’apparence trompeuse des qualités qu’elles représentent. De plus elles ne produisent rien qu’un peu d’opium ne fasse exécuter à un turc, un verre d’eau-de-vie à un moscovite, une razade d’arrak à un anglois, une bouteille de Champagne à un françois.

Mais quand la hardiesse est le fruit du jugement, qu’elle émane d’un grand motif, qu’elle mesure ses forces, ne tente point l’impossible, & poursuit ensuite avec une fermeté héroïque l’entreprise des belles actions qu’elle a conçues, quelque péril qui s’y rencontre ; c’est alors que devenant l’effet d’un courage raisonné, nous lui devons tous les éloges que mérite une vertu qui ne voit rien au-dessus d’elle.

Cette sorte de hardiesse, dit Montagne, se présente aussi magnifiquement en pourpoint qu’en armes, en un cabinet qu’en un camp, le bras pendant que le bras levé. Scipion nous en fournit un exemple remarquable, lorsqu’il forma le projet d’attirer. Syphax dans les intérêts des Romains. Pénétré de l’avantage qu’en recevroit la république, il quitte son armée, passe en Afrique sur un petit vaisseau, vient se commettre à la puissance d’un roi barbare, à une foi inconnue, sous la seule sûreté de la grandeur de son courage, de son bonheur, de sa haute espérance, surtout du service qu’il rendoit à sa patrie. Cette noble & généreuse hardiesse ne peut se trouver naïve & bien entiere, que dans ceux qui sont animés par des vûes semblables, & à qui la crainte de la mort, & du pis qui peut en arriver, ne sauroit donner aucun effroi. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « hardiesse »

(Date à préciser) Dérivé de hardi avec le suffixe -esse.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Hardi ; provenç. ardideza ; ital. arditezza. La plus ancienne langue disait hardement.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « hardiesse »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
hardiesse ardjɛs

Citations contenant le mot « hardiesse »

  • Huître. Coquillage visqueux et glaireux, que la civilisation donne aux hommes la hardiesse de gober sans lui retirer ses entrailles ! Les coquilles sont quelquefois données aux pauvres. De Ambrose Bierce / Le Dictionnaire du diable
  • Les mâles sont surtout hardis avec les filles pauvres. Marcel Aymé, La Jument verte, Gallimard
  • Fortune aveugle suit aveugle hardiesse. De Jean de La Fontaine / Fables
  • Le talent, c'est la hardiesse, l'esprit libre, les idées larges. De Anton Tchekhov / Oncle Vania
  • Les fleurs n'ont-elles pas un langage qui supplée à la timidité comme à la hardiesse des sentiments de celui qui les offre ? De Marie-Nille Pintal / Mission de femme
  • Dans les temps de révolutions, on ne trouve d'habileté que dans la hardiesse, et de grandeur que dans l'exagération. De Talleyrand / Mémoires
  • Le premier symptôme de l'amour vrai chez un jeune homme, c'est la timidité, chez une jeune fille, c'est la hardiesse. De Victor Hugo / Les Misérables
  • La hardiesse ne s’étonne jamais, elle se nourrit d’espérance, et trouve son divertissement dans les rencontres et dans les périls. De Chevalier de Méré / Maximes, sentences et réflexions morales et politiques
  • Vieillesse : période de notre existence pendant laquelle nous composons avec les vices que nous chérissons encore, en vitupérant ceux que nous n'avons plus la hardiesse de pratiquer. De Ambrose Bierce / Le dictionnaire du diable
  • Et puis, chose bizarre, le premier symptôme de l'amour vrai chez un jeune homme, c'est la timidité, chez une jeune fille, c'est la hardiesse. De Victor Hugo / Les Misérables
  • Au contraire, à 0-0, au premier tiers-temps, ils s'enhardissaient et provoquaient un pénalty par Amadou Ba, sur une faute d'Axel Le Floch. Vincent Viot, le portier concarnois, choisissait le bon côté mais le tir d'Hakim Abdallah était parfaitement placé (0-1, 32'). Concarneau déjouait. Evina, par Abdellah, était tout près du 0-2. Les visiteurs étaient justement recompensés de leur hardiesse. Une main dans la surface donnait le deuxième pénalty du match. Ousmane Baldé prenait à contre-pied Léopold Le Maître (0-2, 49'). , Les Thoniers, menés 0-2, renversent la vapeur dans le dernier quart d'heure - concarneau - football | newsouest.fr
  • Pour sa première exposition, « La hardiesse dans la collection agnès b. », la Fab présente une centaine d’œuvres contemporaines, dont certaines réalisées par de grands noms comme Keith Haring, Damien Hirst, Louise Bourgeois et Gilbert et George. Vous pourrez notamment admirer des peintures bariolées de Jean-Michel Basquiat dont un autoportrait, des portraits photographiques réalisés par Andy Warhol, des dessins cartoonesques de Frédéric Bruly Bouabré, des clichés de la NASA, un dessin de Man Ray et des photos étranges du réalisateur américain expérimental Kenneth Anger. , Découvrez la "hardiesse" de la collection agnès b. à la Fab | Arts in the City
  •   Suivez le guide ! Il vous racontera qui était Raoul Dufy (1877-1953), l’un des artistes français les plus marquants du XXe siècle, et vous présentera l’exposition originale de ce peintre, dessinateur, créateur de tissus, décorateur qui a su abolir les frontières entre art majeur et art mineur. Peinture et mode ! Les peintures et dessins mettent en valeur les thèmes qui sont chers à Dufy : la mer, les régates, la musique et les fêtes pavoisées aux couleurs lumineuses. Le public peut également découvrir une autre facette de l’artiste qui a multiplié les expérimentations dans le domaine des arts décoratifs. Il a en effet collaboré avec le couturier Paul Poiret et la société de soierie Bianchini-Férier. Une vingtaine de robes et une soixantaine de tissus donnent un aperçu de la hardiesse et de la justesse des trouvailles de Dufy. Cette exposition invite donc à la découverte de la diversité de l’œuvre d’un chantre de la modernité et du bonheur de vivre. L’exposition présente environ trois cents œuvres issues d’une collection particulière. Unidivers, VISITE GUIDÉE DE L’EXPOSITION TEMPORAIRE Quimper dimanche 5 juillet 2020
  • L’amour à la ville est un film concept comme il s’en faisait beaucoup à l’époque. 6 réalisateurs italiens filment le quotidien de leurs compatriotes sous l’angle de l’amour dans tout ce que cela revêt. La séduction, la timidité, la hardiesse, mais aussi les grossesses non désirées et même la prostitution. Entre fiction et documentaire, les 6 cinéastes, dont Fellini, Antonioni et Lizzani, présentent six histoires très différentes, en noir et blanc, avec des voix off constantes et tournées à Rome sous l’effigie du néoréalisme. Le film est passionnant sociologiquement et subjugue par son authenticité. PublikArt - Webzine Culturel, L'amour à la ville, un film collectif italien passionnant de 1953, en salles le 22 juin

Traductions du mot « hardiesse »

Langue Traduction
Anglais boldness
Espagnol audacia
Italien audacia
Allemand mut
Chinois 大胆
Arabe الجرأة
Portugais ousadia
Russe смелость
Japonais 大胆さ
Basque ausardiaz
Corse audacia
Source : Google Translate API

Synonymes de « hardiesse »

Source : synonymes de hardiesse sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « hardiesse »

Hardiesse

Retour au sommaire ➦

Partager