La langue française

Assurance

Sommaire

  • Définitions du mot assurance
  • Étymologie de « assurance »
  • Phonétique de « assurance »
  • Évolution historique de l’usage du mot « assurance »
  • Citations contenant le mot « assurance »
  • Images d'illustration du mot « assurance »
  • Traductions du mot « assurance »
  • Synonymes de « assurance »
  • Antonymes de « assurance »

Définitions du mot assurance

Trésor de la Langue Française informatisé

ASSURANCE, subst. fém.

I.− [Avec une idée de protection ou de garantie contre une faiblesse, un péril, etc.]
A.− Action d'assurer; résultat de cette action.
1. Domaine matériel ou techn.Ce qui assure.
a) TECHNOL. Support de quelque chose. ,,Assurance de panier. Osier qui est sous l'osier tors, qui fait l'anse du panier`` (Gattel 1841).
Spéc., arg. Canne (cf. Dict. complet de l'arg. employé dans les Mystères de Paris, 1844, p. 28).
b) ALPINISME. ,,Technique de sécurité utilisée par les alpinistes et consistant à prévenir toute chute d'un grimpeur en le maintenant attaché au bout d'une corde qu'on peut retenir`` (Gautrat 1970).
c) MÉTALL. ,,Excédent de matière que l'on emploie dans une fonte sur le poids présumé de la pièce à couler, et qui est destiné à parer soit à des erreurs de calcul, soit à des accidents imprévus`` (Lar. 19e, Nouv. Lar. ill.).
2. Domaine de l'animé.Ce qui est assuré, état de ce qui est assuré.
a) Vieilli. Lieu d'assurance (iron.). Lieu qui procure la sécurité, prison (cf. mettre qqn en sûreté). ,,Je l'ai mis en lieu d'assurance`` (Ac. 1798-1932).
b) FAUCONN. Oiseau en assurance. ,,En parlant d'un oiseau bien assuré, qui n'est plus attaché par le pied et qui est hors de filière`` (Baudr. Chasses 1834).
c) CHASSE. [En parlant d'un animal] Fermeté et sécurité dans la marche du cerf (cf. Ac. Compl. 1842).
3. Au fig., usuel. [En parlant de pers.] Sentiment d'être assuré contre toute faiblesse, confiance (éventuellement excessive) en soi. Synon. aplomb.Prendre, donner de l'assurance; avoir de l'assurance, manquer d'assurance; une mâle assurance :
1. ... il soufflait un peu entre ses paroles, comme un homme qui a couru; mais ses yeux clairs étaient tranquilles et pleins d'assurance. Hémon, Maria Chapdelaine,1916, p. 46.
B.− DR. Action de garantir contre certains risques moyennant une rémunération convenue; résultat de cette action, garantie. Chambre d'assurance, compagnie d'assurance(s); contrat, police, prime d'assurance.
P. ext. Le contrat lui-même. Contracter, prendre une assurance sur, contre :
2. ... un incendie me faisait penser à l'assurance. Voilà une déesse qui n'est pas aimée, à beaucoup près, comme la fortune. On la redoute; on lui porte de maigres offrandes, sans aucun enthousiasme. Et cela est aisé à comprendre; les bienfaits de l'assurance ne se montrent qu'en même temps que le malheur. Alain, Propos,1921, p. 302.
SYNT. Assurance contre l'incendie, la maladie, la vieillesse ou assurance-incendie, assurance maladie, assurance vieillesse; assurance sur la vie, assurance-vie; assurance(-)automobile; assurance tous risques; assurances maritimes. Assurances sociales (p. oppos. à sécurité sociale). ,,Système de protection sociale (retraites, allocations diverses) qui donne lieu à versement de primes, lorsque ce versement ne revêt pas un caractère d'obligation légale`` (Romeuf t. 1 1956).
P. ell., fam. :
1. Payer l'assurance. Payer la prime d'assurance :
3. Il [Joseph] doit payer des assurances, honorer le notaire... G. Duhamel, Chronique des Pasquier,La Passion de Joseph Pasquier, 1945, p. 112.
2. Au plur. Compagnie(s) d'assurances. Nationaliser les assurances; Conseil National des assurances (Romeuf t. 1 1956) :
4. Je regrette, Tigre, mais l'assurance doit être prévenue dans le délai d'un jour. Anouilh, La Répétition,1950, III, p. 78.
Spéc. Assurance de fraude. Contrebande :
5. Il est des spéculateurs qui, moyennant une prime de quinze, vingt ou trente pour cent, se chargent de faire passer franche d'impôt à la frontière, une marchandise quelconque. On les nommes assureurs de fraude, et leur action assurance. Boucher1835.
P. métaph. Assurance contre (qqc.) (L. Rigaud, Dict. du jargon parisien, L'Arg. anc. et mod., 1878, p. 310 : Assurance contre la soif) :
6. Le double bien que vous nous promettez, vous l'avez vous-mêmes entre les mains. Et le premier est l'assurance contre l'inquiétude, le déliement de l'obligation du travail. Claudel, La Ville,2eversion, 1901, II, p. 459.
II.− Au fig. [Avec une idée de garantie morale ou intellectuelle]
A.− Vx. Sécurité morale, confiance :
7. ... lorsque l'ascendant politique des privilégiés était entièrement anéanti, quelle assurance dans l'avenir ne fallait-il pas pour risquer, en faveur d'un nom, tout ce qu'on possédait déjà de biens réels! Mmede Staël, Considérations sur les princ. événements de la Révolution fr.,t. 1, 1817, p. 364.
8. Mon héros, dors en assurance; Ton sommeil sera respecté; ... Baour-Lormian, Ossian,Minvane, 1827, p. 94.
B.− Garantie de vérité, quasi-certitude :
9. Si l'homme peut prédire, avec une assurance presque entière les phénomènes dont il connaît les lois; si, lors même qu'elles lui sont inconnues, il peut, d'après l'expérience du passé, prévoir, avec une grande probabilité, les événements de l'avenir; pourquoi regarderait-on comme une entreprise chimérique, celle de tracer, avec quelque vraisemblance, le tableau des destinées futures de l'espèce humaine, d'après les résultats de son histoire? Condorcet, Esquisse d'un tableau hist. des progrès de l'esprit hum.,1794, p. 203.
10. Une pareille étude patiemment poursuivie vous fournira, j'en ai l'assurance, des lumières inattendues. Cadet de Gassicourt, Traité clinique des maladies de l'enfance,t. 2, 1880-84, p. 3.
11. En confiance, l'espoir renaissait dans mon cœur; que dis-je : espoir? C'était déjà de l'assurance, et que j'imaginais sentir également chez Alissa; car je doutais si peu de moi que je ne pouvais plus douter d'elle. Gide, La Porte étroite,1909, p. 563.
Avoir, donner l'assurance de qqc., de faire qqc., que + prop. sub. :
12. ... les religieux qui se plaisent dans leur état demeureront, avec toute assurance de protection, dans les maisons où ils sont actuellement... Le Moniteur,t. 2, 1789, p. 383.
13. ... cause perturbatrice dont la raison, par le sentiment qu'elle a de l'ordre des choses, peut deviner l'existence, et en certains cas démêler les effets; comme aussi elle peut, dans d'autres cas, donner la quasi-certitude ou l'assurance morale que nos perceptions et que nos idées ne sont pas affectées de pareilles causes perturbatrices. Cournot, Essai sur les fondements de nos connaissances,1851, p. 575.
C.− P. méton., le plus souvent au plur. Affirmation, protestation, promesse propres à garantir quelque chose :
14. ... il subtilisa les finesses de l'amabilité jusqu'aux clignements de la connivence, aux demi-mots, aux sous-entendus, aux mystères de la complicité; et finalement exalta les assurances d'amitié jusqu'aux protestations de tendresse, jusqu'à la déclaration d'amour, illuminant alors pour nous seuls, d'une langueur secrète et invisible à la Châtelaine, une prunelle énamourée dans un visage de glace. Proust, Du Côté de chez Swann,1913, p. 126.
[Empl. comme formule de politesse à la fin d'une lettre] Veuillez agréer les assurances de ma haute considération :
15. Trouvez bon, Madame, que je me rappelle au souvenir de M. le Comte, et agréez l'assurance de mon très humble respect. Courier, Lettres de France et d'Italie,1813, p. 862.
PRONONC. ET ORTH. : [asyʀ ɑ ̃:s]. Fér. Crit. t. 1 1787 rappelle : ,,Autrefois, on écrivait asseurance`` (cf. aussi Littré et assurer).
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. a) Ca 1164-85 « certitude, garantie » (Gautier d'Arras, Eracle, 5590, E. Löseth ds R. Hist. litt. Fr. t. 2, p. 264 : Et faite soit l'asseürance De tenir ceste couvenance); b) ca 1200 « sentiment de sécurité » (Perceval, éd. Potvin, 36916 ds T.-L. : J'aroie male assëurance, Se g'i aloie, de ma vie); c) 1539 « confiance en soi, aplomb » (R. Estienne, Dict. fr. lat., Paris, p. 42 : Plein d'assurance, qui ne s'estonne en rien, Confidens); 2. a) 1563-83 « contrat de garantie contre certains risques » (Guidon de la mer in de Freville, Mém. sur le commerce maritime de Rouen, I, 347 ds Barb. Misc. 1938-43, t. 5, p. 328 : Asseurance est un contract par lequel on promet indemnité des choses qui sont transportees d'un pays en autre, specialement par la mer et ce par le moyen du prix convenu entre l'assuré qui fait ou fait faire le transport et l'assureur qui promet l'indemnité. Elle se fait et se dresse par contract porté par escrit, appelé vulgairement police d'asseurance); b) 1835 « institution qui garantit contre certains risques » (Ac. : Assurance mutuelle). Dér. de assurer*; suff. -ance*.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 2 072. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 3 189, b) 1 944; xxes. : a) 2 664, b) 3 446.
BBG. − Bach.-Dez. 1882. − Banque 1963. − Barb. Misc. 23 1938-43, p. 328. − Barr. 1967. − Baudhuin 1968. − Baudr. Chasses 1834. − Bél. 1957. − Blanche 1857. − Boucher 1835. − Boud.-Frabot 1970. − Bouillet 1859. − Burn. 1970. − Cap. 1936. − Chabat t. 1 1875. − Comm. t. 1 1837. − Criqui 1967 →. − Dodin 1968. − Dupin-Lab. 1846. − Gautrat 1970. − Gautrat Ski 1969. − Gruss 1952. − Guerber 1967. − Jal 1848. − Kuhn 1931. − Lacr. 1963. − Lafon 1969. − Lal. 1968. − Lar. comm. 1930. − Lar. mén. 1926. − Lauzel-Muss. 1970. − Lavedan 1964. − Le Clère 1960. − Lemeunier 1969. − Le Roux 1752. − Lew. 1960, p. 63, 126. − Littré-Robin 1865. − Marcel 1938. − Math. 1967. − Mathieu 1970. − Méd. Biol. t. 1 1970. − Noter-Léc. 1912. − Réau-Rond. 1951. − Réau-Rond. Suppl. 1962. − Remig. 1963. − Romeuf t. 1 1956. − Soé-Dup. 1906. − Spr. 1967. − Suavet 1970. − Will. 1831.

Wiktionnaire

Nom commun

assurance \a.sy.ʁɑ̃s\ féminin

  1. Certitude.
    • On ne peut plus douter de cette nouvelle, on en a une entière assurance. J’ai l’assurance que cette place me sera donnée.
  2. Confiance.
    • Prenez cette étoffe avec assurance, en assurance, elle est fort bonne. En toute assurance.
  3. (En particulier) Confiance en soi-même.
    • Choyé par les siens, protégé par ses aînés, il avait conquis l’assurance, l’arrogance presque de ceux qui se sentent forts, […]. — (Louis Pergaud, Une revanche, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
  4. (Par extension) Ensemble de paroles, de promesses, de protestations par lesquelles on s’efforce de donner à une personne la certitude de quelque chose, ou de lui inspirer de la confiance.
    • Ce ne sont pas là de vaines assurances, des assurances en l’air. — Donner à quelqu’un des assurances de sa fidélité, de son dévouement. — On lui a donné l’assurance qu’il serait nommé. Recevoir l’assurance d’une chose.
  5. Hardiesse.
    • Pour accuser avec une telle assurance, il fallait qu'existât la preuve indéniable de la félonie de François. — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954)
    • C’est un jeune acteur, qui n’a pas encore d’assurance. Prenez de l’assurance.
    • Ayez plus d’assurance. Montrez de l’assurance. Perdre son assurance. Une noble assurance.
  6. (Quelquefois) (Vieilli) Sûreté ; état où l’on est hors de péril.
    • Je l’ai mis en lieu d’assurance.
  7. (Spécialement) Promesse, obligation nantissement, etc., qu’on donne pour servir de sûreté à quelqu’un avec qui l’on traite.
    • Je vous donnerai vos assurances, une bonne assurance. C’est un homme dont il est prudent d’exiger des assurances.
  8. (Spécialement) (Assurance) Contrat par lequel on garantit contre certains risques sa personne ou son bien, ou par lequel, à de certaines conditions, on assure à soi ou à d’autres le paiement d’une somme convenue.
    • Les sociétaires soumis à l’assurance obligatoire auront à supporter deux tiers du montant des cotisations, l'autre tiers est à la charge du patron. — (Statut de la Caisse locale générale de secours en cas de maladie pour l'arrondissement de Metz-campagne - Valable à partir du 1er janvier 1914, § 49, imp. H. Jauch, Metz, 1914, p.80)
    • […] des observateurs, […] signalent chez les campagnards du Lot comme une tare tout à fait caractéristique un individualisme outrancier, féroce, têtu, rétrograde qui leur a laissé ignorer jusqu'à ce jour les bienfaits de la solidarité, de l'entr’aide et même, dans bien des cas, de l'assurance et du remembrement. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

ASSURANCE (a-su-ran-s') s. f.
  • 1Confiance, sécurité. J'ai la ferme assurance qu'il nous aidera. Avez-vous cependant une pleine assurance D'avoir assez de vie et de persévérance ? Corneille, Poly. I, 1. Et sur ses déplaisirs et son impatience Mon âme prendrait lors une pleine assurance, Molière, Le Dép. I, 1. Désabusez-vous de la pensée qu'après une longue vie la mort vous sera plus douce et plus facile ; ce ne sont pas les années, c'est une longue préparation qui vous donnera de l'assurance, Bossuet, le Tellier. Je pris sur cet oracle une entière assurance, Corneille, Hor. I, 3. Dans vos prospérités mettez plus d'assurance, Voltaire, Œdipe, III, 4. Puis-je sur ton récit fonder quelque assurance ? Racine, Brit. III, 6. Dispose de ma griffe, et sois en assurance ; Envers et contre tous je te protégerai, La Fontaine, Fabl. VIII, 22. Là vous la pourrez mettre avec toute assurance, Et de cette action nul n'aura connaissance, Molière, l'Étour. II, 9. Ne m'abusez-vous point d'un faux espoir, et puis-je prendre quelque assurance sur la nouveauté surprenante d'une telle conversion ? Molière, Don Juan, V, 1. L'amitié que nous conservons ensemble, sans nous en rien écrire, et l'assurance que nous avons l'un de l'autre est une chose rare et singulière, Voiture, I, 122.
  • 2Preuve, garantie. Quelle autre assurance puis-je demander de sa bonne foi ? Personne ne peut avoir aucune assurance d'être dans cet état, Bossuet, Orais. 6. Ainsi par mon hymen vous avez l'assurance Que mille vrais Romains prendront votre défense, Corneille, Sertor. I, 3. Mon honneur par là cherche son assurance, Corneille, Hor. V, 2. Le roi voyait tout le monde autour de lui prendre ses assurances, Anquetil, Ligue, II, 249.
  • 3Promesse, protestation. Je vous donne l'assurance que je ferai tout mon possible. Avec l'assurance de l'impunité. Sur l'assurance que je lui donnai de ne plus lui en faire de semblables, Pascal, Prov. 7. Sur cette assurance, je retournai chez mon docteur, Pascal, ib. 1.

    Dans les formules de politesse qui terminent une lettre, agréez l'assurance de ma considération, de mon dévouement, de mon respect.

  • 4En assurance, loc. adv. En sûreté. Pourras-tu dans son lit dormir en assurance ? Corneille, Nicom. V, 1. Faites-lui perdre temps tandis qu'en assurance La galère s'éloigne avec son espérance, Corneille, ib. V, 5. Et tu fuis ! et tu crois voguer en assurance, Toi qui cent fois des flots éprouvas l'inconstance, Gilbert, Didon à Énée. Vous avez bien mis ceux qui suivent vos opinions probables, en assurance à l'égard de Dieu et de la conscience ; vous les avez encore mis en assurance du côté des confesseurs ; vous ne les avez point mis en assurance du côté des juges, Pascal, Prov. 6. Qu'ils laissent donc le monde en repos, et nos bénéfices en assurance, Pascal, Prov. 19. Vous y êtes aussi peu en assurance, Pascal, ib. 4. Par là vous croyez être en assurance, Pascal, ib. 13.
  • 5Hardiesse, fermeté, audace. Il parle avec assurance Faites donc ; votre haine agit trop mollement ; Peut-être que le temps vous ôterait l'envie Ou l'assurance au moins de nous ôter la vie, Rotrou, Antig. IV, 3. Ceux-ci n'ont pas l'assurance de résister en face aux pécheurs, Fléchier, Serm. I, 265. On vit tant d'assurance En son discours et dans tout son maintien Qu'on ne crut point qu'il se doutât de rien, La Fontaine, Fabl. VIII, 18. L'assurance que vous avez eue de dire que…, Pascal, Prov. 13. Ne cherchons donc point d'assurance et de fermeté, Pascal, édit. COUSIN.
  • 6Nantissement, garantie matérielle. Ne traitez pas si l'on ne vous donne une solide assurance. Et quand ses déplaisirs auront quelque allégeance, J'aurai soin d'en tirer d'abord votre assurance [votre reçu], Molière, l'Étour. II, 4.
  • 7Acte par lequel un assureur s'engage à payer à celui qui perd l'objet assuré une somme fixée dans cet acte. Assurances contre l'incendie. Prime d'assurance, la somme qu'on paye pour être assuré. Compagnie d'assurances, compagnie qui assure contre les différents risques.
  • 8 En termes de fauconnerie, état de l'oiseau qui n'est plus attaché par le pied.

    En termes de chasse, aller d'assurance, aller au pas et sans crainte, en parlant de la bête.

HISTORIQUE

XVe s. Et me fut dit que sur le soir, sur bonnes assurances, Jean de Chastelneux et Raymon s'en vinrent au logis messire Guy de la Tremouille pour jouer et esbattre, Froissart, II, II, 215.

XVIe s. Soubs la foy et asseurance [promesse] du comte…, Montaigne, I, 30. La resolution est asseurance d'une ame reglée, Montaigne, I, 67. Une asseurance de visage, et souplesse de voix et de geste, Montaigne, I, 198. Il ne se donne plus ni treve ni paix entre les sujets du roi ; mais on les met en asseurance et sauve-garde, Loysel, 795. Antigonus s'esmerveilla grandement de sa hardiesse et de son asseurance, Amyot, Eum. 17.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

ASSURANCE collatérale, dans la jurisprudence Angloise, est un acte accessoire, & relatif à un autre dans lequel on stipule expressément une clause, qui étoit censée contenue au premier, pour en assûrer d’autant plus l’exécution. C’est une espece de supplément d’acte.

Assûrance en droit commun, est la sûreté que donne un emprunteur à celui qui lui a prêté une somme d’argent, pour lui répondre du recouvrement d’icelle ; comme gage, hypotheque ou caution.

Assurance, ou police d’assûrance, terme de commerce de mer. C’est un contrat de convention par lequel un particulier, que l’on appelle assûreur, se charge des risques d’une négociation maritime, en s’obligeant aux pertes & dommages qui peuvent arriver sur mer à un vaisseau ou aux marchandises de son chargement, pendant son voyage, soit par tempêtes, naufrages, échouemens, abordage, changement de route, de voyage ou de vaisseau, jet en mer, feu, prise, pillage, arrêt de prince, déclaration de guerre, réprésailles, & généralement toutes sortes de fortunes de mer, moyennant une certaine somme de sept, huit, dix pour cent, plus ou moins, selon le risque qu’il y a à courir ; laquelle somme doit être payée comptant à l’assûreur par les assûrés en signant la police d’assûrance.

Cette somme s’appelle ordinairement prime ou coût d’assûrance. Voyez Prime.

Les polices d’assûrance sont ordinairement dressées par le commis du greffe de la chambre des assûrances dans les lieux où il y en a d’établies ; & dans ceux où il n’y en a point, on peut les faire pardevant notaires ou sous signature privée. Dans les échelles du Levant les polices d’assûrances peuvent être passées en la chancellerie du consulat, en présence de deux témoins.

Ces polices doivent contenir le nom & le domicile de celui qui se fait assûrer, sa qualité, soit de propriétaire, soit de commissionnaire, & les effets sur lesquels l’assûrance doit être faite. De plus les noms du navire & du maître, ceux du lieu où les marchandises auront été ou devront être chargées, du havre ou port d’où le vaisseau devra partir ou sera parti, des ports où il devra charger & décharger, & de tous ceux où il devra entrer.

Enfin il faut y marquer le tems auquel les risques commenceront & finiront, les sommes que l’on entend assûrer, la prime ou coût d’assûrance, la soûmission des parties aux arbitres en cas de contestation, & généralement toutes les autres clauses dont elles seront convenues, suivant les us & coûtumes de la mer. Ordonnance de la Marine du mois d’Août 1681.

Il y a des assûrances qu’on appelle secretes ou anonymes, qui se font par correspondance chez les étrangers, même en tems de guerre. On met dans les polices de ces sortes d’assûrances, qu’elles sont pour compte d’ami, tel qu’il puisse être, sans nommer personne.

Il y a encore une autre espece d’assûrance qui est celle pour les marchandises qui se voiturent & se transportent par terre. Cette sorte d’assûrance se fait entre l’assûreur & l’assûré par convention verbale, & quelquefois, mais très-rarement, sous signature privée.

L’origine des assûrances vient des Juifs. Ils en furent les inventeurs lorsqu’ils furent chassés de France en l’année 1182, sous le regne de Philippe-Auguste ; ils s’en servirent alors pour faciliter le transport de leurs effets. Ils en renouvellerent l’usage en 1321, sous Philippe le Long, qu’ils furent encore chassés du royaume. Voyez le détail dans lequel entre sur ce mot M. Savary, Dictionn. du Commerce, tom. I. p. 753, &c.

L’Assûrance ne s’étend pas jusqu’au profit des marchandises ; l’assûreur n’en garantit que la valeur intrinseque, & n’est pas garant des dommages qui arriveroient par la faute du maître ou des matelots, ni des pertes occasionnées par le vice propre de la chose.

L’Assûrance n’a point de tems limité ; elle comprend tout celui de la course : une assûrance par mois seroit un pacte usuraire. Voyez Usure. (GH)

Assurance, s. f. (Marine.) coup d’assûrance, c’est un coup de canon que l’on tire lorsqu’on a arboré son pavillon, pour assûrer le vaisseau ou le port devant lequel on se présente, que l’on est véritablement de la nation dont on porte le pavillon. Un vaisseau peut arborer successivement les pavillons de nations différentes, pour ne se pas faire connoître ; mais il ne peut pas les assûrer. Un vaisseau ne doit jamais tirer sous un autre pavillon que le sien. (Z)

Assurance se dit en Fauconnerie, d’un oiseau qui est hors de filiere, c’est-à-dire, qui n’est plus attaché par le pié ; il y a deux sortes d’assûrances, savoir à la chambre & au jardin ; on assûre l’oiseau au jardin afin de le porter aux champs.

Assurance, fermeté : on dit en terme de chasse, aller d’assûrance, le cerf va d’assûrance ; il ne court point, il va le pié serré & sans crainte.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « assurance »

De assurer, avec le suffixe -ance.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Assurer. L'ancien français employait de préférence asseurement.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « assurance »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
assurance asyrɑ̃s

Évolution historique de l’usage du mot « assurance »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « assurance »

  • Qu’est-ce qu’une assurance complémentaire, et en quoi peut-elle m’être utile ? Découvrez les avantages d’opter pour une formule complémentaire en plus de votre assurance principale. Autonews, Assurance auto : pourquoi prendre une assurance complémentaire ?
  • Le pouvoir confère une certaine assurance. De Robert Blondin / 7ème de solitude ouest
  • Etre entier est l'assurance de n'être compris qu'à demi. De Anonyme
  • Le manque d'assurance est signe de faiblesse de caractère. De Moses Isegawa / Chroniques abyssiniennes
  • La lecture apporte à l'homme plénitude, le discours assurance et l'écriture exactitude. De Francis Bacon
  • Il faut à la force, pour tenir son rang, un certain caractère d’assurance. De Charles de Gaulle / Le fil de l’épée
  • Les automobilistes du dimanche baisent comme ils conduisent : pas assez souvent, trop vite et sans assurance. De José Artur
  • La foi est l'assurance des choses qu'on espère. De Roger Mondoloni / L'aube du temps qui vient
  • Je déteste l’assurance méprisante de ceux qui savent à quel moment applaudir pendant les concerts. De Grégoire Lacroix / Les euphorismes de Grégoire - 2
  • Les assureurs ne veulent plus rien assurer sans avoir l’assurance que le risque qu’ils garantissent est devenu inexistant. De Philippe Bouvard / Les Pensées
  • Je ne sais pas ce qui me couvre le moins : les vêtements d’hôpitaux ou ma compagnie d’assurance. De Gene Perret
  • Un homme va au Savoir comme il part pour la guerre. Bien réveillé, avec de la peur, du respect et une assurance absolue. De Juan Carlos Ier
  • Le cigare donne à ceux qui sont pauvres l'illusion de la richesse. Il en donne l'assurance à ceux qui sont fortunés. De Sacha Guitry / L'esprit
  • On dit qu'au fond d'une urne habite l'espérance ; Au fond d'un pot de vin cherchons notre assurance. De Edouard Pailleron / Le parasite
  • Un trop plein de sérieux est signe de médiocrité. Les personnes réellement maîtres de leurs performances ont suffisamment d’assurance pour être déridées. De Michaël J. Gelb
  • Quelques semaines après le réassureur Munich Re, Scor a quitté la Fédération française de l’assurance (FFA), dont il était un membre historique. Le Figaro.fr, Scor claque la porte de la fédération de l’assurance
  • La crise économique pourrait compliquer la donne pour les personnes qui veulent trouver un emploi dans l'assurance. L'épidémie de coronavirus risque en effet de provoquer un coup de frein sur les embauches dans un secteur qui a maintenu ses effectifs ces dernières années, sur fond de numérisation. Les Echos, Coup de frein attendu sur les embauches dans l'assurance | Les Echos
  • Avec Gunther Kraut de Munich Re, et Christian Ryan de Marsh, des entreprises d'assurance allemande et américaine, il a d'ailleurs développé et mis en service, courant 2018, une assurance pandémie. Elle aurait été parfaitement adaptée à la crise sanitaire liée au Covid-19 et aurait protégé des entreprises de la faillite… si ne serait-ce qu'une seule d'entre elles y avait souscrit. korii., Une assurance pandémie aurait pu sauver l'économie du désastre | korii.
  • Entre mars et mai 2020, le confinement a eu raison de l’assurance-vie. Une forte baisse des dépôts a été observé tandis que les épargnants transféraient leurs économies sur leur livret préféré : le livret A. Une année noire donc pour l’assurance-vie, entre retraits massifs et performances en déclin. Retour sur les effets du confinement sur l’épargne des français. Selectra, Assurance vie : des retraits records pendant le confinement
  • Vous avez un problème de serrure ? Celle-ci a été forcée, vous avez perdu votre clé ou cette dernière s’est cassée dans votre serrure ? Les problèmes liés à l’ouverture des logements sont divers. La question est de savoir dans quelle mesure l’assurance habitation prend en charge l’intervention d’un serrurier. , Assurance habitation serrurier ▷ Comparateur et Devis Gratuit - Lecomparateurassurance
  • Recevez le Journal de l’assurance à votre bureau ou domicile Portail de l'assurance, Assurance des copropriétés : les nouveaux règlements effectifs au compte-goutte - Portail de l’assurance
  • Il est nécessaire pour tout locataire d'avoir une assurance habitation. Pour ce qui est le cas d'une colocation, soit un seul contrat est signé avec le nom de l'ensemble des colocataires, soit chacun s'assure individuellement. Mais dans tous les cas, l'assurance doit être souscrite. , Magazine Lifestyle | Bail, assurance... Les cinq conseils pour bien réussir sa colocation

Images d'illustration du mot « assurance »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « assurance »

Langue Traduction
Anglais insurance
Espagnol seguro
Italien assicurazione
Allemand versicherung
Chinois 保险
Arabe تأمين
Portugais seguro
Russe страхование
Japonais 保険
Basque aseguru
Corse assicuranza
Source : Google Translate API

Synonymes de « assurance »

Source : synonymes de assurance sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « assurance »

Partager