Aménité : définition de aménité


Aménité : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

AMÉNITÉ, subst. fém.

A.− Littér. [En parlant d'un site ou du climat] Qualité de ce qui est agréable à voir ou à sentir, douceur :
1. Nous parcourûmes cet Archipel de la Grèce, où l'aménité des rivages, l'éclat de la lumière, la douceur et les parfums de l'air, le disputent au charme de noms et de souvenirs. F.-R. de Chateaubriand, Les Martyrs,t. 1, 1810, p. 213.
2. Mon belvédère jouit en double des fureurs et des aménités du temps. Les bourrasques et les rayons lui arrivent de première main... H.-F. Amiel, Journal intime,1866, p. 210.
3. 2 mai. Joie de quitter Constantinople, qu'il appartient à d'autres de louer. Riante mer où les dauphins exultent. Aménité des rives de l'Asie... A. Gide, Journal,1914, p. 400.
B.− P. ext. [En parlant d'une pers. ou de ses qualités morales, de son langage] Charme fait de douceur et de courtoisie.
1. [Gén. avec un compl. prép. ou un adj.] :
4. Au milieu de toutes ces privations, elle ne perdait rien de l'aménité de son caractère, ni de l'affabilité, de la bonté extrême et universelle qui l'avaient toujours distinguée. Ch. de Montalembert, Hist. de sainte Élisabeth de Hongrie,1836, p. 209.
2. Emploi abs. Plein d'aménité :
5. ... connaissant le baron comme je le connais, j'en arrive à me demander quel concours de circonstances a pu pousser à un tort aussi grave un homme si paisible et si doux, l'expression même du savoir-vivre, de la courtoisie et de l'aménité. G. Courteline, Le Gendarme est sans pitié,1899, 1, p. 154.
Rem. Assoc. syntagm. et paradigm. fréq. l'aménité du caractère, aménité des manières, aménité des mœurs, aménité des propos; l'aménité et la douceur, aménité et la grâce, aménité et l'affabilité, aménité et le charme.
Par antiphrase (au plur.). Paroles déplaisantes, injures ou critiques. Échanger des aménités, se dire des aménités :
6. Dès qu'on touche au jansénisme proprement dit, on se dérobe difficilement à ces aménités polémiques. Ch.-A. Sainte-Beuve, Port-Royal,t. 1, 1840, p. 296.
7. Ainsi ce sont « les partisans de Dreyfus » qui faisaient retentir le palais des cris de mort à Zola! à l'eau Leblois! mort aux juifs! et autres aménités de chrétienne mansuétude... G. Clemenceau, L'Iniquité,1899, p. 295.
Prononc. : [amenite].
Étymol. ET HIST. − 1. 1358 « (d'un lieu, d'un paysage) agrément, charme fait de douceur » (G. de Digulleville, Trois pelerinages, fo5bds Gdf. Compl. : L'amenité du paradis terrestre), qualifié de peu usité par Rob.; 2. 1740 (Ac. : On l'emploie aussi fig. Il a de l'aménité dans son style. Il n'a nulle amenité dans l'humeur). Au plur., iron., dep. le mil. du xixes. (supra et Lar. 19e), d'apr. l'expression (non iron.) les aménités du style (Rollin, Traité des études 1726-28, IV, II, 1 ds DG). Empr. au lat. amoenitas attesté dep. Plaute, Capt. 774 ds TLL, s.v., 1961, 57 (amoenus dies); au sens « agrément d'un lieu » dep. Cicéron, Prov., 29, ibid., 1960, 53 : amoenitas eum ..., locorum, urbium pulchritudo retinet; au sens « agrément d'une personne » Plaute, Mil., 1172, ibid., 1961, 73 : formam amoenitatemque illius, faciem, pulchritudinem collaudato.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 157.
BBG. − Bailly (R.) 1969 [1946]. − Bar 1960. − Bél. 1957. − Bénac 1956. − Boiss.8. − Daire 1759. − Duch. Beauté 1960, pp. 175-176. − Dup. 1961. − Gramm. t. 1 1789. − Laf. 1878. − Lav. Diffic. 1846. − Noter-Léc. 1912. − Prév. 1755 (s.v. amenité).

Aménité : définition du Wiktionnaire

Nom commun

aménité \a.me.ni.te\ féminin

  1. (Vieilli) (Rare) Agrément, en parlant d’un lieu ou d’un air.
    • Oh ! aimable vie policée de nos jardins ! Courtoisie, aménité de potager à «  fleuriste » et de bosquet à basse-cour ! — (Colette, Sido, 1930, Fayard, page 17)
  2. Douceur accompagnée de politesse et de grâce.
    • Il y avait plus d’un grand mois que je n’avais vu Madeleine cinq minutes de suite sans témoin, et plus longtemps encore que je n’avais obtenu d’elle quoi que ce fût qui ressemblât à ses aménités d’autrefois. — (Eugène Fromentin, Dominique, L. Hachette et Cie, 1863, réédition Gründ, page 200)
    • Des bourgeois y vinrent, d'abord, et puis des artistes, des peintres surtout, et de toutes les écoles. Les réalistes y coudoyaient sans aménité les fantaisistes, et les ingristes y avaient avec les coloristes de bruyantes prises de becs ; […]. — (Jean Valmy-Baysse, La curieuse aventure des boulevards extérieurs, Éditions Albin-Michel, 1950, page 173)
    • On se pénétrait de la douceur de la tablée festive où la dureté habituelle du jugement social s’atténue, se mue en molle aménité, et les fâchés à mort de l’année dernière réconciliés se passent le bol de mayonnaise. — (Annie Ernaux, Les années, Gallimard, 2008, collection Folio, page 61)
    • Ils le fixaient sans aménité, comme s'ils le sommaient de justifier sa présence en Occident. — (Pierre Bordage, Wang – I. Les portes d'Occident, « J'ai Lu », 1997, page 255)
    • (Par analogie)[…] j’évitais soigneusement toutes les concessions, toutes les aménités de style qui eussent pu rendre l’Essai sur l’amour moins singulièrement baroque aux yeux des gens de lettres. — (Stendhal, De l’Amour, 1822, 3e préface du 15 mars 1843)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Aménité : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

AMÉNITÉ. n. f.
Douceur accompagnée de politesse et de grâce. Cet homme a de l'aménité, beaucoup d'aménité. Il n'a nulle aménité dans le caractère. L'aménité du caractère. Une grande aménité de mœurs. L'aménité d'un accueil. On dit dans un sens analogue Un style plein d'aménité, l'aménité du style, etc.

Aménité : définition du Littré (1872-1877)

AMÉNITÉ (a-mé-ni-té) s. f.
  • 1Agrément accompagné de douceur. Aménité d'un lieu. Aménité de l'air, de la température. Vous pourrez jouir de l'aménité de la France, que vous aimez, Montesquieu, Corresp. 17.
  • 2Douceur accompagnée de grâce et de politesse. D'Artaguette offrait en lui la loyauté des anciens jours et l'aménité des mœurs du nouvel âge, Chateaubriand, Natch. III, 159.

REMARQUE

Laveaux conteste à l'Académie sa définition d'aménité : Ce qui fait qu'une chose est agréable. Suivant lui, l'aménité ne se dit pas des choses, et on ne peut dire avec l'Académie : L'aménité d'un lieu. Malgré la remarque de Laveaux et bien qu'en effet aménité soit plus souvent employé en parlant des personnes, cependant on peut suivre l'Académie et le dire des choses.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

AMÉNITÉ. Ajoutez : - HIST. XVIe s. La fécondité et amenité de ceste terre, Paradin, Chron. de Savoye, 1552, p. 9.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « aménité »

Étymologie de aménité - Littré

Provenç. amenitat ; d'amœnitatem, d'amœnus, agréable.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de aménité - Wiktionnaire

(1358) Emprunté au latin amoenitas (« charme, agrément, beauté, grâce »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « aménité »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
aménité amenite play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « aménité »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « aménité »

  • Par rapport à l'argent et le travail, vos rapports avec vos collègues seront excellents et placés sous le signe de l'amabilité. Tant d'aménité ne cacherait-elle pas d'autres intentions, un peu moins louables ? Niveau humeur, rien de bien nouveau. Du côté de l'amour, vous ne serez pas prêt à faire des efforts pour stabiliser votre vie amoureuse. Mais en avez-vous vraiment envie ? Ne laissez pas le doute s'installer pour ceux qui y croient, vous risqueriez de blesser des personnes qui vous aiment sincèrement. Niveau santé, vous aurez la gorge fragile. Préservez-là : taisez-vous un peu ! , Horoscope du Mardi 4 février 2020
  • S’il ne fallait retenir qu’une image de l’élection du maire de Dannemarie, ce serait l’ancien maire, Paul Mumbach, ajustant l’écharpe tricolore sur le costume de son ex-adjoint à la Culture Alexandre Berbett. Avec une certaine aménité. Le maire sortant, battu à 53,70 % le 15 mars, n’a pas pour habitude de montrer son amertume. , Elections municipales | Dannemarie: passation dans le silence, deux mois et demi après
  • Le 20 juin à 15h, Bordeaux est déclarée ville ouverte. Au Verdon, des parlementaires embarquent sur le Massilia pour rejoindre l’Afrique du Nord où ils pensent retrouver le gouvernement. Savent-ils ce qui s’est passé le matin même à l’hôtel particulier du préfet où est installé le président de la République ? Albert Lebrun doit partir pour Port-Vendres et l’Afrique du Nord. Mais une délégation « musclée » arrive qui va le faire changer d’avis. Il est plusieurs récits de cette rencontre, notamment ceux de deux témoins alors présents à Bordeaux et proches de Pétain, Jean Montigny et Emmanuel Berl, e celui d’Henri Guillemin qui en parle longuement dans son livre publié en 1945, La vérité sur l’affaire Pétain. Cette entrevue est aussi un des chefs d’accusation au procès Laval. Les récits sont très proches. Selon Jean Montigny, dont le livre est publié cinq mois après, La délégation qui débarque – à quel titre ? – chez Lebrun est composée d’une dizaine de parlementaires, « Un groupe à Bordeaux a fait interdire tout départ d’une commission gouvernementale hors de la métropole. Il est animé par Gaston Bergery, Adrien Marquet, René Château et Gabriel Lafaye en liaison étroite avec Pierre Laval. C’est ce groupe qui, Laval en tête, a porté à Lebrun le 20 juin un véritable ultimatum : "Si vous voulez partir, ne le faites qu’à titre privé. Donnez votre démission. N’écoutez plus les conseils de ceux qui ont mené le pays aux abîmes… Si vous quittez cette terre de France, vous n’y remettrez plus jamais les pieds". Emmanuel Berl, aux premières loges (il est une des « plumes » de Pétain) raconte : « le mot – grave – de trahison sonne aux oreilles de Lebrun ; Laval ne lui parle pas, il lui hurle ses sommations, jusqu’à ce que Lebrun, abandonnant son aménité proverbiale, lui réponde "Monsieur Laval, plus vous parlez fort, moins je vous entends" ». Henri Guillemain, cite ces propos de Laval : « Nous n’accepterons pas […] que par ce biais presque frauduleux le gouvernement aille continuer en Afrique ce combat qui s’avère impossible […] Deux hommes, le général Weygand et le maréchal Pétain, ont seuls qualité pour dire si la guerre peut être poursuivie. S’ils estiment qu’il faut cesser le feu, nous devons tous nous incliner ». Lebrun remet son départ au lendemain. En réalité, Il ne partira pas. Mais il ne faut pas non plus que les ministres s’en aillent. Dans la soirée, arrive le fameux « faux » d’Alibert qui envoie un courrier signé « Pétain » demandant à tous les ministres de rester sur place et de ne pas quitter Bordeaux. Aucun ne rejoindra le Verdon pour monter sur le Massilia.Des parlementaires ont embarqué sur le Massilia le 20 juin à 17h. Ils sont peu nombreux. 27 seulement. Et aucun ministre. Parmi eux, il y a des partisans de la poursuite de la guerre, comme Georges Mandel, Jean Zay ou Pierre Mendès France qui, après avoir été le plus jeune député de France, a été secrétaire d’Etat dans le deuxième gouvernement Léon Blum. Il y a aussi ceux qui suivent les directives du conseil des ministres : se replier en Afrique du Nord pour négocier dans de meilleures conditions l’armistice. Ils sont accompagnés de leur famille. Et pour la population qui les voit partir, le 21 juin à 14 heures, alors que Bordeaux a été bombardé, alors qu’on ne connait pas encore les conditions d’Hitler, ce départ ressemble à une fuite. C’est sous les insultes que se fait l’embarquement, comme si la population savait que tout était joué. Et tout est joué. Quand le Massilia franchit les passes de la Gironde, à Rethondes les plénipotentiaires reçoivent de la main d’Hitler dans le wagon historique de l’armistice du 11 novembre 1918, les conditions de l’armistice. On le sait, le gouvernement français avait trois exigences : ne pas livrer la flotte, garder une zone non occupée, garder l’Empire. Les échanges téléphoniques entre Huntziger et Weygand le 21 au soir, puis le lendemain où se tiennent deux conseils des ministres, font qu’en plus il obtient que Bordeaux ne soit pas zone de guerre jusqu’à l’entrée en vigueur de l’armistice, et que les avions militaires ne soient pas livrés. Piètres concessions. L’armistice est signé à Rethondes le 22 juin à 19h50.Les 22 articles stipulent les différents aspects (flotte et aviation désarmée, occupation par l’armée allemande des 4/5 du territoire dont toute la côte atlantique, ligne de démarcation, maintien en captivité des prisonniers de guerre français, livraison à l’Allemagne des Allemands réfugiés, paiement d’une indemnité pour frais d’occupation…). Le soir même, les plénipotentiaires partent pour Paris et de là pour Italie pour signer un autre armistice. Ce sera chose faite le 24 juin à 18h35 à Olgiata près de Rome. L’armistice avec l’Allemagne, comme convenu à Rethondes, devient effectif six heures après cette signature, le 25 juin 1940 à 0h35. SudOuest.fr, Bordeaux en 1940, les enjeux du 16 juin
  • La voix mécanique est sans aménité, dans le ton comme sur le fond: "La violation des règlements entraîne des peines administratives et pénales." L'Obs, Virus: à Treviolo, en Italie, les drones traquent et prennent la température
  • Cette partie périphérique de Casablanca avait vu naître les premiers foyers de prolétaires et attiré les futurs noyaux de syndicalistes et de militants du Mouvement national, notamment feu si Abderrahmane El Youssoufi. Cette situation créait une dynamique et une vie au sein de cette mosaïque ethnique. Confrontés à la pénibilité du travail à l’usine et à sa nouveauté par rapport aux occupations agraires ou pastorales du village d’origine, exposés aux ordres venant de personnages ne parlant pas la langue du pays et affichant dans leur relation avec les ouvriers un air résolu et sans aménité, les travailleurs perdaient petit à petit leur spontanéité et leur naïveté de ruraux. A la place, ils développaient la volonté de s’en sortir, le rejet de l’indignité et l’attachement aux valeurs sociales de base telles que le respect de la parole donnée et la solidarité. Il me semble que ce sont ces pistes de sociabilité que ce microcosme en formation avait essayé de transmettre à la génération de la veille de l’indépendance à laquelle j’appartiens. Quid.ma, Souvenirs en temps de confinement
  • Car "le café qui rouvre, ça représente la vie : nous ressuscitons", résume Pierre devant son verre. À sa droite, Alain reprend "oui, le café, c’est la convivialité, les amis, les potins avec tous les scoops du village et puis le plaisir de se chambrer les uns les autres". Retraité originaire de Paris, lui supporte le PSG, son voisin l’OM. "ça permet de s’éclater un peu la rate de temps en temps", rigolent les deux, avant que le rugby transcende tout clivage. "Quillan, champion de France dans les trois premières divisions", rappelle Pierre. S’assied Stessy. Arrive Myriam. "ça va ma belle ! ?". "Demain, vous avez droit au bisou", prévient-elle, rejointe par son mari, Richard, boucher à deux pas. "La réouverture des bars, c’est fête nationale", décrète ce dernier en commandant, solennel instant qui, à défaut de porter en bière le Covid-19, veut tirer un trait sur ces deux mois et demi. Le café, également carrefour politique indispensable à la France ? "De Macron, on ne dit pas de mal, on ne dit pas de bien non plus", sourit sans aménité la tablée. À Quillan, le marché est resté ouvert durant tout le confinement, il ferait beau voir que soient frappées de nouveaux oukases les fêtes du 15 août et le repas du bœuf, alors que déjà trains et avions entassent les passagers, ricoche la conversation. "Discuter de tout, de rien, avec les amis, ça m’a manqué", reconnaît Stessy, savourant un "jaune". ladepeche.fr, Cafés, restaurants : enfin rouverts ! - ladepeche.fr

Images d'illustration du mot « aménité »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « aménité »

Langue Traduction
Espagnol amenidad
Anglais amenity
Source : Google Translate API

Synonymes de « aménité »

Source : synonymes de aménité sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « aménité »



mots du mois

Mots similaires