Brusquerie : définition de brusquerie


Brusquerie : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

BRUSQUERIE, subst. fém.

I.− [L'accent est mis sur la violence] Caractère de ce qui est brusque.
A.− [En parlant du comportement physique d'une pers. ou d'un animal] :
1. Dans la journée, on vit arriver Mademoiselle Jenny, qui cherchait après Mariette; son inquiétude était bien marquée dans de longues dents qui, jointes à sa taille et à une certaine brusquerie de démarche, l'apparentaient avec le cheval. Champfleury, Les Aventures de MlleMariette,1853, p. 16.
2. À un moment, l'un d'eux [des enfants] se releva dans un geste de brusquerie et cogna de la tête contre le banc qui se trouvait derrière lui. P. Bourget, Le Disciple,1889, p. 217.
B.− [En parlant du comportement en société] Péj. Rudesse allant jusqu'au manque de politesse. Dire une brusquerie (Ac. 1798-1878); la brusquerie des paroles, des gestes, de la démarche, d'une réplique (Lar. 19e, Lar. 20e). Brusquerie de ton (Sainte-Beuve, Volupté,t. 2, 1834, p. 59):
3. En allant ainsi s'amuser à Montmartre, Santos apprenait à vivre. Il avait eu, au début, une certaine brusquerie de manières et parfois s'était mis dans son tort. Larbaud, Fermina Marquez,1911, p. 35.
C.− Caractère d'une personne brusque et manifestation de ce trait de caractère. Elle [Miss Harriet] avait des brusqueries, des impatiences, des nerfs (Maupassant, Contes et nouvelles,t. 2, Miss Harriet, 1883, p. 872):
4. Le soir où il avait annoncé à sa belle-mère, avec cette politesse un peu compassée qu'il affectait (quitte à laisser échapper un mot ou un geste qui trahissait sa violence et sa brusquerie mal refrénées) qu'il resterait à Saint-Pierre jusqu'en juin, il s'en était excusé. Daniel-Rops, Mort, où est ta victoire?1934, p. 429.
Rem. L'emploi plur. est fréq. dans cette acception.
II.− [L'accent est mis sur la soudaineté et la brièveté] Précipitation, brutalité.
A.− [En parlant d'une action] :
5. La brusquerie fait tout rater! C'est la précipitation qui culbute tous les pronostics! ... Les plus fructueuses entreprises sont celles qui mûrissent très lentement! ... Céline, Mort à crédit,1936, p. 447.
B.− [En parlant d'un objet, et spéc. d'un accident de terrain] :
6. Ce défilé, fort tortueux, n'était jamais à sec, même dans les basses mers. Un courant très secoué le traversait toujours de part en part. La brusquerie des tournants était, selon le rumb de vent régnant, bonne ou mauvaise; tantôt elle déconcertait la houle et la faisait tomber; tantôt elle l'exaspérait. Hugo, Les Travailleurs de la mer,1866, p. 251.
C.− LITT. et PEINT. Puissance, originalité :
7. ... Fénelon, Massillon et Fléchier se touchent par quelques points, et Pascal, Bossuet et La Bruyère par quelques autres. Ces derniers sont sur-tout remarquables par une sorte de brusquerie de pensée et de style, qui leur est particulière. Chateaubriand, Génie du Christianisme,t. 2, 1803, p. 59.
8. Dans l'Écolier [de Reynolds] (...) la magie du clair-obscur, la brusquerie des rehauts trahissent l'étude de Rembrandt et de ses procédés. T. Gautier, Guide de l'amateur au Musée du Louvre,1872, p. 310.
PRONONC. : [bʀysk(ə)ʀi].
ÉTYMOL. ET HIST. − 1666 (Molière, Misanthrope, V, lettre de Célimène dans Rob.). Dér. de brusque*; suff. -erie*.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 302. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 219, b) 341; xxes. : a) 473, b) 629.

Brusquerie : définition du Wiktionnaire

Nom commun

brusquerie \bʁys.kə.ʁi\ féminin

  1. Caractère d’une personne brusque ou qualité de ce qui est brusque.
    • Il n’y avait pas jusqu’au jeune Othon qui n’eût à souffrir de ses brusqueries inconnues jusqu’alors, …. — (Alexandre Dumas, Othon l’archer, 1839)
    • La pluie avait presque entièrement cessé, mais le vent, avec une brusquerie extraordinaire, venait de sauter au sud-est, sans que sa violence eût diminué. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • La reine ne se fâcha pas de cette brusquerie, mais demanda en reculant : « Te crois-tu l'Adonis pour toucher la déesse ? » — (Pierre Louÿs, Aphrodite, Mercure de France, Paris, 1896)
    • Attentivement, corrigeant par la douceur de son regard, par la bonhomie affectueuse et rassurante de ses manières la brusquerie que donnait à ses interrogations le tirailleur interprète, Jacques examina ses malades, …. — (Isabelle Eberhardt, Le Major,1903)
    • Notre avion prenait de plus en plus de vitesse. Par instant, je sentais l'arrière s'agiter, sans brusquerie, par petites secousses. — (Dieudonné Costes & Maurice Bellonte, Paris-New-York, 1930)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Brusquerie : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BRUSQUERIE. n. f.
Caractère d'une personne brusque ou Qualité de ce qui est brusque. Sa brusquerie le rend insupportable. La brusquerie de cette réponse me déconcerta. Se permettre des brusqueries.

Brusquerie : définition du Littré (1872-1877)

BRUSQUERIE (bru-ske-rie) s. f.
  • 1Caractère d'une personne ou d'une chose brusque.
  • 2Action, discours brusque et offensant. Le maréchal de Joyeuse, qui ne se communiquait à personne et à qui il échappait des brusqueries fréquentes, Saint-Simon, 29, 83.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « brusquerie »

Étymologie de brusquerie - Littré

Brusquer.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de brusquerie - Wiktionnaire

 Dérivé de brusquer avec le suffixe -erie.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « brusquerie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
brusquerie bryskœri play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « brusquerie »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « brusquerie »

  • Concernant l'argent et le travail, vous allez vous dégager d'une obligation avec satisfaction. Après plusieurs tentatives houleuses et beaucoup de temps sacrifié, la reconnaissance est en vue. Du côté de l'amour, trop brider vos émotions vous enferme sur vous-même, et vous ne vous en rendez pas compte ! Exprimez-vous au lieu de tout garder à l'intérieur, cela sera extrêmement bénéfique, pour vous et pour votre entourage. Concernant l'humeur, les choses s'améliorent. A propos de la santé, évitez toute brusquerie, votre distraction peut vous jouer des tours. , Horoscope du Jeudi 4 juin 2020
  • Stéphane Thidet crée des installations oniriques à partir de gestes souvent simples et d’éléments prélevés dans le monde qui l’entoure, notamment des éléments naturels : l’eau, le feu, la pluie, la glace, les animaux. Par la force de l’image qu’elles dégagent, ses installations embarquent le visiteur dans un univers fictionnel poétique qui fait basculer le lieu investi dans une narration rêvée. Utilisant la brusquerie des forces élémentaires, telle que la puissance de l’eau, l’aridité des matières, la ténacité des plantes, l’œuvre de Stéphane Thidet est empreinte de la force sauvage de la nature, mais également en proie à ses fragilités et fêlures. Pour le théâtre Graslin à Nantes, Stéphane Thidet imagine Rideau, une immense chute d’eau recouvrant la façade du monument. Comme surgissant d’une corniche au-dessus de la colonnade, la cascade, dans un déluge incessant et bruyant, vient frapper dans sa chute les marches du théâtre pour venir ruisseler dans un immense bassin conçu comme une extension potentielle du monument datant de la fin du XVIIIe siècle. Ce gigantesque rideau d’eau, métaphore de l’accessoire théâtral qui masque l’artefact et dévoile le spectacle, renvoie autant à l’activité créatrice à l’intérieur du théâtre qu’au plan d’ensemble de la place, dessiné à l’époque par l’architecte Mathurin Crucy. Celui-ci révélait une volonté de mise en scène : le théâtre domine une place en hémicycle dont les façades identiques forment les premières loges d’un véritable « théâtre urbain ». En utilisant la force physique de l’eau à l’échelle de la ville, Stéphane Thidet fait vrombir le monument alors qu’il plonge le visiteur dans un état de contemplation ambivalente entre le rêve et l’inquiétude d’une force sauvage dont la domestication est vouée à l’échec. Par cet élément naturel et brut qui, au fil des millénaires, transforme les reliefs naturels au gré de son écoulement, Rideau révèle une architecture remarquable façonnée par l’homme autant qu’il provoque le désir d’y pénétrer pour découvrir ce qu’elle enferme. Dans le cadre du Voyage à Nantes Unidivers, Rideau – Stéphane Thidet Place Graslin Nantes samedi 8 août 2020
  • Mais à un moment donné la question de la mise en place d’une session extraordinaire s’est posée et j’ai fait partie de la trentaine de conseillers aux Etats signataires parce que j’estimais qu’il était temps de reprendre nos responsabilités, parce que j’estimais qu’il n’était pas correct que sept personnes seulement assument ces fortes décisions qui touchaient avec brusquerie toute la population suisse. A noter que si j’avais su qu’il en coûterait 3 millions pour trois jours de session ma position aurait probablement été différente. , Il était temps de reprendre nos responsabilités, le...
  • En abordant la question de la place des femmes dans la société et la question du genre, “Calamity” tape en plein dans le mille et balance son porc à sa manière. « Le sujet du film coche les cases de ce dont on a envie de parler », résume Rémi Chayé. Il défend un film sur le droit à la brusquerie pour les filles : « Calamity est un personnage génial, elle représente ce que beaucoup appellent des garçons manqués mais que je préfère baptiser des filles réussies ! » , Cinéma | Et si Calamity Jane créait la surprise à Annecy ?
  • En effet, sa réaction est plutôt saine car il ne veut pas faire de mal à cette femme qu'il aime et qu'il désire. Il a peur et ça le met mal à l'aise. Nous sommes tous animés d'agressivité, les hommes comme les femmes. Comme pénétrer, c'est pénétrer le corps de l'autre, dans l'imaginaire de l'individu, une certaine présence et brusquerie s'impose. Mais il ne faut pas qu'elle soit perçue comme une agressivité. Dans ce cas là, ce sentiment de malaise montre qu'il a peur que sa propre gestuelle puisse s'apparenter à quelque chose de violent, d'insultant, de dénigrant. Sa culpabilité vient le protéger lui-même et, au passage, protéger sa compagne. C'est plutôt extrêmement sain.  Europe 1, LA QUESTION SEXO - Ma femme veut que je sois brutal au lit, que dois-je faire ?

Traductions du mot « brusquerie »

Langue Traduction
Portugais brusquidão
Allemand barschheit
Italien rudezza
Espagnol brusquedad
Anglais abruptness
Source : Google Translate API

Synonymes de « brusquerie »

Source : synonymes de brusquerie sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « brusquerie »



mots du mois

Mots similaires