La langue française

Aigreur

Sommaire

  • Définitions du mot aigreur
  • Étymologie de « aigreur »
  • Phonétique de « aigreur »
  • Évolution historique de l’usage du mot « aigreur »
  • Citations contenant le mot « aigreur »
  • Traductions du mot « aigreur »
  • Synonymes de « aigreur »
  • Antonymes de « aigreur »

Définitions du mot aigreur

Trésor de la Langue Française informatisé

AIGREUR, subst. fém.

Qualité, état de ce qui est aigre.
A.− Au propre
1. Ce qui produit une impression piquante, désagréable sur les organes des sens.
a) [En parlant d'une des substances : boisson fermentée, aliment, etc. parfois altéré(es)] Saveur aigre.
Rem. Synon. acerbité, acescence, acidité, âcreté. Anton. douceur, exquisité, suavité.
En partic. [En parlant d'un fruit naturellement acide ou encore vert] :
1. Autour de chaque colosse, des rejets sauvages faisaient des taillis, ajoutaient l'emmêlement de leurs jeunes tiges, dont les petites baies avaient une aigreur exquise. É. Zola, La Faute de l'Abbé Mouret,1875, p. 1361.
b) [En parlant d'une odeur] Senteur aigre :
2. Barois emplit les verres de bière fraîche; l'aigreur fermentée se mêle à la fumée des cigarettes. R. Martin du Gard, Jean Barois,1913, p. 326.
Au plur. :
3. À chaque marche qu'il montait, le musc des poudres, les aigreurs de vinaigre de toilette le chauffaient, l'étourdissaient davantage. É. Zola, Nana,1880, p. 1222.
c) [En parlant d'un son] Timbre aigre :
4. On n'a jamais su si cette défaveur venait de l'aigreur particulière de cet instrument ou du jeu volontiers discordant de l'interprète. J. de Pesquidoux, Le Livre de raison,t. 1, 1925, p. 121.
5. Ce fut le thème de l'inexaucement. Comme on se cache en un coin pour mourir, la mélodie choisit l'extrémité du clavier, les touches hautes, et s'y tordit les mains devant l'inexorable, en d'acides notes d'agonie dont le pianiste goûtait l'aigreur avec ses doigts. J. Malègue, Augustin ou le Maître est là,t. 2, 1933, p. 193.
Rem. Synon. acuité, sifflement, stridence.
d) [En parlant d'une teinte ou d'une forme] Coloris aigre, dessin sec :
6. Ses yeux bridés, et dont le bleu léger et profond avait pris avec l'âge la sécheresse et l'aigreur de la faïence, avaient encore des battements de vingt ans, des coquetteries et des langueurs. E. et J. de Goncourt, Charles Demailly,1860, p. 53.
7. « Tenez », cria-t-il en arrachant le torchon mouillé qui couvrait la maquette, « vous avez vu le modèle; voilà comment mon pouce le traduit. Voyez-vous les gracilités, les aigreurs, les acidités de forme, l'élancement maigre des lignes, les seins presque pectoraux; le ventre et les hanches effacés, la croupe petite. J. Péladan, Le Vice suprême,1884, p. 99.
Rem. Dans ce dernier ex., aigreur retrouve peut-être le sens premier du lat. acer.
e) [En parlant d'un phénomène atmosphérique] Violence aigre :
8. « Il fait chaud », me dit-il pour rire, car le vent soufflait en tempête et l'on sentait l'aigreur des premiers froids. A. France, Le Petit Pierre,1918, p. 148.
Rem. Synon. âpreté, dureté.
2. Domaines techn.
a) MÉD. et usuel (gén. au plur.). Sensation pénible d'acidité, régurgitation aigre provenant de troubles gastriques :
9. C'est ainsi que les gargottes des fronts de guerre, au scandale de la médecine, guérissaient parfois des dyspeptiques rebelles! Ils avaient trouvé dans les bombardements une compensation suffisante à leurs aigreurs d'estomac. E. Mounier, Traité du caractère,1946, p. 704.
Rem. Syntagmes aigreurs d'estomac; avoir, causer, donner, éprouver des aigreurs.
b) MÉTALL. Défaut d'un métal aigre, peu ductile, cassant. Aigreur du fer.
Rem. 1. Synon. rigidité, sécheresse. 2. Attesté ds Chesn. 1857, Lar. 19e, Littré, DG et Journal de chimie et de physique 1903-1904, p. 605.
P. ext., GRAV. Au sing. ,,Défaut d'harmonie dans le degré du fini.`` (Lar. 19e, Lar. Lang. fr.). Au plur. ,,Touches noires à l'excès dans les gravures en taille douce et les eaux fortes; elles sont causées par l'inégalité des tailles du burin ou une morsure trop accentuée de l'eau-forte.`` (Ch.-L. Carabelli, [Langue populaire]).
Rem. Attesté ds Ac. 1798-1932, Wailly Vocab. 1818, Boiste 1834, Land. 1834, Besch. 1845, Poit. 1860, Lar. 19e-Lar. Lang. fr., Littré, Guérin 1892, DG, Quillet 1965.
B.− Au fig.
1. [En parlant d'une pers., de son caractère, humeur, mode d'être, etc.] Disposition d'esprit qui conduit à un comportement déplaisant, à des paroles désobligeantes :
10. [À Victor Hugo] J'ai d'affreuses, de mauvaises pensées (...) j'analyse tout avec perfidie et une secrète aigreur. Quand on est ainsi, il faut se cacher, tâcher de s'apaiser; laisser déposer son fiel sans trop remuer le vase... Ch.-A. Sainte-Beuve, Correspondance générale,t. 1, 1818-1869, p. 198.
11. L'imagination travaille continuellement à boucher toutes les fissures par où passerait la grâce. Tout vide, (non accepté) produit de la haine, de l'aigreur, de l'amertume, de la rancune. S. Weil, La Pesanteur et la grâce,1943, p. 26.
12. ... des querelles violentes et douloureuses éclatèrent entre prisonniers quand la monotonie des mois eut fait de ces étroites communautés, après quoi nous avions soupiré d'abord, des mondes sans espoir et sans échappée où l'aigreur et l'ennui corrodaient les âmes. F. Ambrière, Les Grandes vacances,1946, p. 57.
13. ... en beaucoup de diocèses français, la médiocrité des moyens de vie cause une naturelle aigreur chez les clercs; entre intégristes et progressistes, la distance est plus grande et surtout l'antipathie plus militante qu'entre chacun de ces groupes et ses voisins, radicaux de droite ou communistes; entre les anciens et les cadets de l'action catholique, la mésintelligence est patente. Philosophie, Religion, 1957, p. 4403.
Rem. 1. Synon. acrimonie, agressivité, amertume, animosité, antipathie, colère, dépit, fiel, haine, humeur, irritation, perfidie, pique, rancœur, rancune, ressentiment, rudesse, sécheresse, sévérité. Anton. affabilité, amabilité, aménité, apaisement, attrait, bienveillance, bonté, calme, charme, civilité, complaisance, humanité, paix, sérénité, tendresse. 2. ,,On dit, qu'Il y a de l'aigreur, quelque aigreur, un peu d'aigreur entre deux personnes pour dire, qu'Il y a quelque commencement de brouillerie entre l'une et l'autre.`` (Ac. 1798-1932; cf. également Land. 1834, Besch. 1845, Poit. 1860, Lar. 19e, Littré, Guérin 1892, Quillet 1965).
Loc., rare. Tourner quelqu'un à l'aigreur :
14. Les tiraillements d'estomac, l'attente du dîner, puis le vin reiche, mirent les convives dans une disposition nerveuse, et les tournèrent à l'aigreur. Les esprits étaient à l'humeur, la parole était pointue. Chacun se boudait et boudait les autres. Tous, d'ailleurs, avaient un fond de noir et d'irritation. E. et J. de Goncourt, Charles Demailly,1860, p. 326.
2. Gén. au plur. Propos déplaisants en raison de leur caractère heurté, voire méchant :
15. (6 h. s.) Relu Le Lys dans la vallée (de Balzac). Souvenir de mon adolescence, avec quelles impressions mélangées et contradictoires! À la moitié du premier volume, ma patience était à bout. Ce déluge de crudités, d'aigreurs et de dissonances dans le style, m'avait agacé les nerfs. H.-F. Amiel, Journal intime,14 juin 1886, p. 319.
16. Le véritable homme d'État ne se laisse jamais conduire par le sentiment. Il est au-dessus de la haine comme de l'amour. Mais quel repos pour nos oreilles, fatiguées d'injures, de griefs, d'aigreurs et de rodomontades! J.-R. Bloch, Destin du siècle,1931, p. 88.
Prononc. : [εgʀ œ:ʀ]. − Rem. Gattel 1841 transcrit le mot avec [e] fermé.
Étymol. ET HIST. − 1. xies. judéo-fr. aigror, « saveur, odeur piquante » (Darmesteter-Blondheim, Gloses fr. dans les comment. talmudiques de Raschi, II, Johns Hopkins Studies in Romance lit. and lang., vol. XI, 1937, art. 17 cité par Lévy Trésor 1964, p. 8 b); 2emoitié xives. aigreur « id. » (Gloss. Aalma, éd. M. Roques, Rec. gén. des lexiques fr. du Moy.-Age, t. 2, p. 8, gl. 109 : accetosus, -sa, -sum : plain d'aigreur); xives. arreur [lire acreur?] « id. » (Secrés de Salerne, ms. Modène Este 28, p. 273 ds Gdf. Compl. : [Pistacee] ont ung poy de arreur en ponticité, et pour ce confortent le foye et destoupent ses vaines); 2. 1492, 10 oct. « sentiment d'amertume » fig. (Ord., XX, 347, ibid. : Les Anglois ont conceu tel despit et aigreur à l'encontre de nous que ...). Dér. de aigre*, adj.; suff. -eur*; le judéo-fr. aigror xies. est prob. issu du lat. acror « saveur piquante » sens propre, Diosc., 1, 137 ds TLL s.v., 434, 36.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 394. Fréq. rel. litt. : xixes. : a) 607, b) 793; xxes. : a) 438, b) 467.
BBG. − Bar 1960. − Bél. 1957. − Bénac 1956. − Boiss.8. − Chesn. 1857. − Daire 1759. − Darm. Vie 1932, p. 132. − Dup. 1961. − Fér. 1768. − Guizot 1864. − Lar. méd. 1970. − Lar. mén. 1926. − Littré-Robin 1865. − Noter-Léc. 1912. − Nysten 1814-20. − Privat-Foc. 1870.

Wiktionnaire

Nom commun

aigreur \ɛ.ɡʁœʁ\ féminin

  1. Qualité de ce qui est aigre, acide, notamment pour un aliment.
    • Des fruits qui ont de l’aigreur, qui ont une petite aigreur.
    • Ce vin a de l’aigreur.
    • Son but est d'éliminer les substances chimiques responsables de l'aigreur et de l'acidité qui caractérisent la saveur et l'odeur de la graine brute. — (J. J. Asiedu, La transformation des produits agricoles en zone tropicale, 1991)
  2. Renvois que causent quelquefois les aliments mal digérés, et, dans ce sens, on l’emploie plus ordinairement au pluriel qu’au singulier.
    • Cela donne des aigreurs, cause des aigreurs.
  3. (Figuré) État d’esprit qui pervertit l’humeur (qui la ronge comme un acide) ; et qui lorsqu’elle s'exprime mène à proférer des paroles méchantes.
    • C’est un homme qui a beaucoup d’aigreur dans l’esprit, dans l’humeur.
    • Répondre avec aigreur.
    • [...] comment se débarrasser d’un intellectuel comme Roberto Salviano ? Le désigner à la vindicte populiste, à l’aigreur collective. — (Kamel Daoud, Fatwa à l’italienne, Le Point n° 2392, 5 juillet 2018, p. 118)
    • Il y a de l’aigreur, quelque aigreur, un peu d’aigreur entre ces deux personnes, Il y a entre elles un commencement de brouille.
  4. (Gravure) Tailles où l’eau-forte a trop mordu.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

AIGREUR. n. f.
Qualité de ce qui est aigre. Des fruits qui ont de l'aigreur, qui ont une petite aigreur. Ce vin a de l'aigreur. Il se dit aussi des Renvois que causent quelquefois les aliments mal digérés, et, dans ce sens, on l'emploie plus ordinairement au pluriel qu'au singulier. Cela donne des aigreurs, cause des aigreurs. Il se dit figurément d'une Certaine disposition d'esprit et d'humeur qui porte à offenser les autres par des paroles piquantes C'est un homme qui a beaucoup d'aigreur dans l'esprit, dans l'humeur. Parler avec aigreur. Répondre avec aigreur. Il y a toujours de l'aigreur dans ses discours. Il y a de l'aigreur, quelque aigreur, un peu d'aigreur entre ces deux personnes, Il y a entre elles un commencement de brouille. En termes de Gravure, il se dit des Tailles où l'eau-forte a trop mordu.

Littré (1872-1877)

AIGREUR (è-greur) s. f.
  • 1Qualité de ce qui est aigre. Ce vin, ce lait a de l'aigreur. Le goût ne nous dit rien des sucs exprimés sur notre langue, ni comment ils doivent être faits pour nous causer du plaisir ou de la douleur, de la douceur ou de l'aigreur ou de l'amertume, Bossuet, Conn. III, 8.
  • 2Rapports que causent certains aliments ou des aliments mal digérés. Je suis sujet à des aigreurs d'estomac.
  • 3 Fig. Disposition d'esprit qui se traduit en paroles piquantes. L'aigreur de la discussion. Plaisanteries pleines d'aigreur. Cela leur donne de l'aigreur. Dans toute la maison Il règne un air d'aigreur et de division, Gresset, le Méch. I, 1. Conservant toute l'aigreur qu'ils ont l'un pour l'autre, Sévigné, 412. Je ne garde pour lui, monsieur, aucune aigreur, Molière, Tart. IV, 1. Et l'aigreur de la dame à ces sortes d'outrages, Dont la plaint doucement le complaisant témoin, Est un champ à pousser les choses assez loin, Molière, Éc. des mar. I, 6. Ses aumônes, s'étendant par leur abondance même sur les ennemis de la foi, adoucissaient leur aigreur et les ramenaient à l'église, Bossuet, Reine d'Angl. Pour ne rien rabattre de ses aigreurs et de ses caprices, Massillon, Culte. Pour contenter l'aigreur dont ils étaient animés, il ne leur suffisait pas de parler ; il fallait que la gloire…, Bourdaloue, Pensées, t. III, p. 355. Est-ce un adoucissement que nous prétendons mettre aux avis que nous lui donnons [au prochain], pour en tempérer l'aigreur et pour les lui faire mieux goûter ? Bourdaloue, ib. t. II, p. 299. Chacune a son sujet d'aigreur ou de tendresse, Corneille, Pomp. V, 2. L'impérieuse aigreur de l'âpre jalousie, Corneille, Sertor. I, 1.
  • 4Sentiment pénible. Il y a de l'aigreur entre eux, il y a un commencement de brouillerie. Mon épargne depuis en sa faveur ouverte, Doit avoir adouci l'aigreur de cette perte, Corneille, Cinna, II, 4. Mais comme il est, seigneur, de la fatalité, Que l'aigreur soit mêlée à la félicité…, Corneille, Pomp. V, 5. Voltaire a reproché à Corneille l'emploi d'aigreur dans ces vers, disant qu'il fallait amertume. Mais aigreur peut très bien avoir le sens donné par Corneille, et on le trouvera à l'historique, employé dans Montaigne de la même façon : les aigreurs du mariage.
  • 5Qualité aigre, en parlant d'un métal. Le fer même s'adoucit dans le feu et sous le marteau, et corrige son aigreur naturelle, Bossuet, Connais. V, 4.
  • 6 Au plur. En termes de graveur, tailles trop profondes.

HISTORIQUE

XVIe s. Rondeau où toute aigreur abonde, Va veoir la douceur de ce monde. Telle douceur t'adoucira, Et ton aigreur ne l'aigrira, Marot, II, 416. Les cavitez qui sont entre lesdits grains, causent une aigreur et rudesse à la meule d'où vient sa puissance et action d'aiguiser les outils, Palissy, 283. Aussi la peur surmonte elle en aigreur [force, vivacité] touts aultres accidents, Montaigne, I, 63. Les aigreurs comme les doulceurs du mariage se tiennent secrettes par les sages, Montaigne, III, 343. Son stile sent un beuveur d'eau, un grand travail, et ensemble une aigreur et austerité de nature, Amyot, Cicér. et Démos. 2.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

AIGREUR, s. f. se dit, en Medecine, des rapports acides qui viennent des premieres voies. Ces rapports sont produits par les alimens qui prennent dans l’estomac, ou reçoivent de ce viscere une qualité acide à laquelle ils sont quelquefois enclins de leur nature. La foiblesse des organes de la digestion est la cause principale des aigreurs. Aussi les enfans, les femmes, les vaporeux & les convalescens y sont-ils plus sujets que d’autres. On y remédie par les évacuants, les amers absorbans, les remedes toniques, l’exercice, la diette restaurante, &c. (N)

Aigreur, s. f. terme relatif au sens du goût : c’est cette qualité dans une substance, ou la sensation excitée sur les organes du goût par cette qualité, que nous reconnoissons dans les citrons, l’épine vinette, & autres. Exprimer l’aigre du citron, c’est en tirer le jus. (N)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « aigreur »

Aigre ; provenç. et catal. agror.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « aigreur »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
aigreur ɛgrœr

Évolution historique de l’usage du mot « aigreur »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « aigreur »

  • Tous ceux que nous avons longtemps fait attendre dans l'antichambre de notre faveur finissent par fermenter et succomber à l'aigreur. De Friedrich Nietzsche / Humain, trop humain
  • Un policier en voie de faire une arrestation est toujours exaspéré. Il ressent l'émotion du chasseur devant le gibier ou l'aigreur du persécuteur. De Jean-Jules Richard / Ville rouge
  • Une femme, si aimante fut-elle, ne pardonnera jamais à son compagnon de la voir vieillir. Elle est fatalement vouée à l'aigreur et à la haine. De Eugène Cloutier / Croisière
  • Le spectacle insolent d'un couple qui se connaît à vingt ans, s'aime, se l'avoue, se le répète et meurt heureux, remplit d'aigreur la plupart des gens. De Michel Déon
  • On n’attrape pas des mouches avec du vinaigre. Par contre, on peut attraper des aigreurs d’estomac. De Philippe Geluck / Le chat
  • L’injustice est sans doute le sentiment le plus impactant sur l’existence. Il sème l’aigreur, la haine, le désordre et la guerre. Il pourrit l’âme et noircit le cœur. L'Essor Savoyard, Aujourd’hui, le racisme est raciste - L'Essor Savoyard
  • « Il n’y a, pour l’instant, aucun projet dans lequel je pourrais m’inscrire. Un méchant virus est passé par là. Mais il n’y a ni aigreur ni regrets. Un vrai respect mutuel. Et de magnifiques souvenirs qui me remplissent le coeur. Comme il est important pour moi de vous dire au revoir et surtout MERCI. » Le Soir, Thomas Van Hamme quitte RTL - Le Soir
  • Si Sabine Petton prend les choses avec philosophie, Agnès Le Brun, elle, évoque « une boule puante, une dernière cartouche qui fait pschitt car c’est parfaitement clair, légal et autorisé. Tout ça n’est qu’aigreur et diffamation dans une campagne qui tourne à la manœuvre politicienne et qui n’est décidément pas au niveau ». S’agissant des appels téléphoniques, l’élue confirme que son équipe pratique le « phoning ». « Comme l’autre liste. Uniquement sur des numéros qui sont publics », précise-t-elle, pas vraiment surprise de cette attaque dont elle pense connaître le commanditaire. Entre les lignes, un Baron Noir socialiste ayant ses entrées à Paris. Le Telegramme, Municipales : fin de campagne délétère à Morlaix - Morlaix - Le Télégramme
  • On parle d'emballage là ! D'un emballage respectueux et d'en finir enfin avec le plastique à usage unique et qui pollue énormément ! Arrêtez avec votre aigreur et vos rouspétances ! L'Obs, Ces salades seront bientôt vendues dans un sac en papier (et c’est une petite révolution)

Traductions du mot « aigreur »

Langue Traduction
Anglais bitterness
Espagnol acritud
Italien acidità
Allemand sauerkeit
Portugais amargura
Source : Google Translate API

Synonymes de « aigreur »

Source : synonymes de aigreur sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « aigreur »

Partager