La langue française

Affabilité

Sommaire

  • Définitions du mot affabilité
  • Étymologie de « affabilité »
  • Phonétique de « affabilité »
  • Évolution historique de l’usage du mot « affabilité »
  • Citations contenant le mot « affabilité »
  • Traductions du mot « affabilité »
  • Synonymes de « affabilité »
  • Antonymes de « affabilité »

Définitions du mot affabilité

Trésor de la Langue Française informatisé

AFFABILITÉ, subst. fém.

[En parlant d'une pers. ou de son comportement envers autrui] Qualité ou caractère consistant à être affable :
1. ... c'était surtout autour de la reine que les flots de la foule se précipitaient. Il est, je crois, difficile de mettre plus de grâce et de bonté dans sa politesse. Elle a même un genre d'affabilité qui ne permet pas d'oublier qu'elle est reine, et persuade toujours cependant qu'elle l'oublie. G. de Staël, Lettres de jeunesse,1786, p. 138.
2. On nous introduisit auprès de Rivarol qui, en ce moment, était à table avec quelques amis. Il nous reçut avec une affabilité caressante, mêlée toutefois d'une assez forte teinte de cette fatuité de bon ton qui distinguait alors les hommes du grand monde... Ch.-J. de Chênedollé, Extraits du journal,1822, p. 112.
3. L'époque du congrès arrivée, je me rendis à Francfort, où, par l'effet du hasard, j'arrivai le jour même de l'entrée de l'empereur Alexandre. C'était une occasion bien propice sans doute pour solliciter la faveur de lui être présenté; et son affabilité reconnue, la facilité avec laquelle il se laisse approcher, peut-être aussi la circonstance particulière qui me concernait, devaient me faire espérer de l'obtenir facilement; ... E.-D. de Las Cases, Le Mémorial de Sainte-Hélène,t. 2, 1823, p. 594.
4. On peut compter onze vertus morales : le courage, la tempérance, la libéralité, la magnificence, la magnanimité, l'amour modéré des charges publiques, la mansuétude, l'affabilité, la véracité, l'aménité, la justice enfin. F. Ozanam, Essai sur la philosophie de Dante,1838, p. 170.
5. Les trois jeunes gens se saluèrent, sinon avec affabilité, du moins avec courtoisie. A. Dumas Père, Le Comte de Monte-Christo,1846, p. 443.
6. Sa figure est pleine et souriante, mais avec quelque chose de roide et gourmé; son regard est gracieux sans affabilité; on dirait qu'elle sourit provisoirement et que la colère n'est pas loin. E. About, La Grèce contemporaine,1854, p. 338.
7. ... c'était un homme du grand monde, d'un vif esprit, d'une habileté parfaite, et qui avait toute l'affabilité personnelle que donnent le ton et les manières sans la charité, de ces gens bien appris enfin, qui peuvent faire beaucoup de mal, mais qui n'en disent jamais. Ch.-A. Sainte-Beuve, Port-Royal,t. 5, 1859, p. 20.
8. Cependant Gambèr-Aly s'aperçut vite qu'il n'était plus traité avec la même distinction, ni surtout avec la même affabilité. Les commissions lucratives ne lui étaient plus conférées; elles allaient à d'autres; les travaux durs ou astreignants, enfoncer les piquets, raccommoder les tentes, secouer les tapis, l'occupaient une bonne partie du jour. J.-A. de Gobineau, Nouvelles asiatiques,1876, p. 161.
9. Il est impossible d'imaginer une plus charmante affabilité, une aménité plus exquise. E. Renan, Souvenirs d'enfance et de jeunesse,1883, p. 231.
10. Le cérémonieux notaire, qui, tout à l'heure encore, dans le bureau, m'accueillait avec une affabilité distante, m'aborda le premier. P. Bourget, Le Sens de la mort,1915, p. 253.
11. Il prodigua pour moi une amabilité qui était aussi supérieure à celle de Saint-Loup que celle-ci à l'affabilité d'un petit bourgeois. À côté de celle d'un grand artiste, l'amabilité d'un grand seigneur, si charmante soit-elle, a l'air d'un jeu d'acteur, d'une simulation. M. Proust, À la recherche du temps perdu,À l'ombre des jeunes filles en fleurs, 1918, p. 827.
12. ... à ces mêmes roturiers que Saint-Loup eût touchés à l'épaule et pris par le bras, il s'adressait avec une affabilité majestueuse, où une réserve pleine de grandeur tempérait la bonhomie souriante qui lui était naturelle, sur un ton empreint à la fois d'une bienveillance sincère et d'une hauteur voulue. M. Proust, À la recherche du temps perdu,Le Côté de Guermantes, 1, 1920, p. 131.
13. Joie de retrouver Drouin conciliant et accessible; je ne me méprends pourtant pas à tout ce qu'il y a d'apprêt dans son apparente affabilité, mais ne demande qu'à y céder, car, malgré tout, ma sympathie l'emporte. A. Gide, Journal,1924, p. 788.
14. Le comte de Pelleriès était un jeune monsieur mince, pas très grand, d'une élégance raffinée, même dans la tranchée, avec de beaux yeux gris, une trace de moustache châtain clair, une voix d'une affabilité si cordiale qu'elle en devenait par moments tendre et chaleureuse. J. Romains, Les Hommes de bonne volonté,Verdun, 1938, p. 274.
15. L'amabilité et la bienveillance même, il ignore l'envie et la jalousie : mais son affabilité sonne creux, car elle est faite d'indifférence, de légèreté, de promptitude dans l'adaptation, de moralité indulgente, non de compréhension et de dévouement profonds; il a beaucoup d'« amis », mais un service un peu difficile et un peu dangereux lui fait trouver plus encore d'excuses. E. Mounier, Traité du caractère,1946, p. 183.
16. Dans son costume bleu marine aux plis irréprochables, il intimidait un peu, malgré l'affabilité de ses manières;... J. Green, Moïra,1950, p. 56.
17. Je remarque, une fois de plus, leur curieux comportement l'un vis-à-vis de l'autre, cette sorte de politesse attentive, ce mélange de naturel et d'apprêt qu'ils introduisent dans leurs moindres rapports, cet échange empressé de prévenances, l'affabilité, la tendresse de leurs regards, de leurs sourires, de leurs propos... R. Martin du Gard, Notes sur André Gide,1951, p. 1383.
18. Henri se mit à parler sans conviction. De son côté, il observait Trarieux; celui-ci l'écoutait avec une affabilité un peu condescendante; sûr de ses privilèges, satisfait d'y avoir verbalement renoncé, il se sentait supérieur à la fois à ceux qui ne possédaient rien et à ceux qui n'avaient pas intérieurement consenti à se laisser déposséder. S. de Beauvoir, Les Mandarins,1954, p. 234.
Rem. 1. Besch. 1845 signale le sens suivant qui n'est qu'un emploi allégorique de subst. abstr. : ,,Iconol. Femme jeune d'une physionomie franche, la tête couronnée de fleurs, coiffée d'un voile diaphane, et tenant à la main des roses et des guirlandes.``
Rem. 2. Un ex. (rare) d'emploi au plur. avec valeur concr. :
19. Nos réciproques estimes se maintiennent en respect, l'une contre l'autre accotée; il n'ose pas m'enlever la sienne, craignant qu'aussitôt la mienne ne retombe. Il a pour moi des affabilités protectrices... A. Gide, Paludes,1895, p. 99.
Rem. 3. Syntagmes notés : a) subst. abstr. + adj. : affabilité apparente, - caressante, - charmante, - condescendante, - cordiale, -distante, - extrême, - forcée, - majestueuse, - mondaine, - protectrice, - tendre; b) verbe (ou adj.) + avec (ou sans) affabilité : accueillir -, adresser -, écouter -, parler -, recevoir -, saluer -, sourire -, être traité -; gracieux sans -.
Rem. 4. Associations paradigmatiques : aménité, apprêt, bonhomie, bonté, bienveillance, fierté, grâce, hauteur, manières, parole, politesse, propos, qualité, regard, sourire, voix.
Rem. 5. Autant que l'oubli momentané d'une supériorité (cf. en partic. ex. 1) l'affabilité peut être la pratique (parfois non sans raideur) d'une certaine politesse qui ne se contente pas de faciliter les rapports hum., mais cherche à les entourer de divers comportements secondaires (cf. ex. 7). L'affabilité est gén. une vertu, mais elle peut aussi n'être qu'un superficiel apprêt mondain (cf. les adj. condescendant etc., dans rem. 3 a).
Prononc. ET ORTH. : [afabilite]. Fér. Crit. t. 1 1787 propose la graph. afabilité avec un seul f. Enq. : /afabilite1/.
Étymol. ET HIST. − 1270 « caractère de ce qui est d'un abord aimable » (Introduction d'astron., B.N. 1353, fo50 rods Gdf. Compl. : affabilité et debonaireté); xives. « id. » (Jean Le Bel, Li Ars d'amour, II, III, ch. 52, éd. J. Petit, I, 483 ds Mélanges Duraffour, p. 5 : Cis capitles determine d'une viertu Ki puet estre nommee afabilité, ce est a dire delitables paroles); voir un autre ex. du même aut. cité s.v. affable. Empr. au lat. affabilitas, de même sens dep. Cic., Off. 2, 48 ds TLL, 1171, 45 : affabilitas sermonis; de même, lat. médiév. a) 1050/1060 (concernant les paroles) Sigebertus Gembl., Theod., 4 ds Mittellat. W. : ... delectaretur iocunda et seria affabilitate familiarum ac sapientium; b) 1243/1248 (concernant les manières, l'abord) M. Albert., Summ. creat., II, 1, 41, p. 353 b, 10, ibid. : accipere... magistri affabilitatem et cum illa societatem et amicitiam.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 97.
BBG. − Bailly (R.) 1969 [1946]. − Bar 1960. − Bél. 1957. − Boiss.8. − Daire 1759. − Dup. 1961. − Fér. 1768. − Krings 1961, pp. 133-135; p. 199, 220; p. 268-270. − Lav. Diffic. 1846. − Prév. 1755. − Sommer 1882. − Théol. cath. Table 1929.

Wiktionnaire

Nom commun

affabilité \a.fa.bi.li.te\ féminin

  1. Qualité de celui qui reçoit, qui écoute et entretient avec bienveillance ceux qui s'adressent à lui.
    • Sa figure intelligente, dont les traits et le teint trahissaient une assez forte proportion de sang soudanais, […], sévère au repos, prenait par moments une expression de grande affabilité. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 67)
    • L’affabilité de la mère supérieure l'agaçait brusquement. — (Fémi Peters, Notre-Dame-des-Lettres, 2011)
    • Il riait aussi volontiers que de bonne grâce et prodiguait autant d’affabilité pour la dernière des souillons que pour les plus grands seigneurs. — (George R. R. Martin, Le Trône de fer, Traduction de l’anglais par Jean Sola, 1999)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

AFFABILITÉ. n. f.
Qualité de celui qui reçoit avec bonté et douceur ceux qui ont affaire à lui. Il se dit principalement en parlant de la Manière dont on reçoit ses inférieurs. Recevoir avec affabilité. Il a beaucoup d'affabilité. L'affabilité de ce prince lui gagnait tous les cœurs.

Littré (1872-1877)

AFFABILITÉ (a-fa-bi-li-té) s. f.
  • Qualité de celui qui reçoit, écoute et entretient avec bienveillance ceux qui s'adressent à lui. La douceur et l'affabilité si nécessaires dans les grands emplois. N'avait-il pas réconcilié la grandeur avec l'affabilité ? Massillon, Villeroy.

HISTORIQUE

XIVe s. Il determine d'une vertu qui peut estre appellée affabilité ou amiableté, Oresme, Eth. 130.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

AFFABILITÉ, s. f. (Morale.) l’affabilité est une qualité qui sait qu’un homme reçoit & écoute d’une maniere gracieuse ceux qui ont affaire à lui.

L’affabilité naît de l’amour de l’humanité, du desir de plaire & de s’attirer l’estime publique.

Un homme affable prévient par son accueil ; son attention le porte à soulager l’embarras ou la timidité de ceux qui l’abordent. Il écoute avec patience, & il répond avec bonté aux personnes qui lui parlent. S’il contredit leurs raisons, c’est avec douceur & avec ménagement ; s’il n’accorde point ce qu’on lui demande, on voit qu’il lui en coûte ; & il diminue la honte du refus par le déplaisir qu’il paroit avoir en refusant.

L’affabilité est une vertu des plus nécessaires dans un homme en place. Elle lui ouvre le chemin à la vérité, par l’assurance qu’elle donne à ceux qui l’approchent. Elle adoucit le joug de la dépendance, & sert de consolation aux malheureux. Elle n’est pas moins essentielle dans un homme du monde, s’il veut plaire ; car il faut pour cela gagner le cœur, & c’est ce que sont bien éloignés de faire les grandeurs toutes seules. La pompe qu’elles étalent offusque le sensible amour-propre ; mais si les charmes de l’affabilité en temperent l’éclat, les cœurs alors s’ouvrent à leurs traits, comme une fleur aux rayons du soleil, lorsque le calme regnant dans les cieux, cet astre se leve dans les beaux jours d’été à la suite d’une douce rosée.

La crainte de se compromettre n’est point une excuse recevable. Cette crainte n’est rien autre chose que de l’orgueil. Car si cet air fier & si rebutant que l’on voit dans la plûpart des grands, ne vient que de ce qu’ils ne savent pas jusqu’où la dignité de leur rang leur permet d’étendre leurs politesses ; ne peuvent-ils pas s’en instruire ? D’ailleurs ne voient-ils pas tous les jours combien il est beau & combien il y a à gagner d’être affable, par le plaisir & l’impression que leur fait l’affabilité des personnes au-dessus d’eux ?

Il ne faut pas confondre l’affabilité avec un certain patelinage dont se masque l’orgueil des petits esprits pour se faire des partisans. Ces gens-là reçoivent tout le monde indistinctement avec une apparence de cordialité ; ils paroissent prévenus en faveur de tous ceux qui leur parlent, ils ne désapprouvent rien de ce qu’on leur propose ; vous diriez qu’ils vont tout entreprendre pour vous obliger. Ils entrent dans vos vues, vos raisons, vos intérêts ; mais ils tiennent à tous le même langage ; & le contraire de ce qu’ils ont agréé, reçoit, le moment d’après, le privilege de leur approbation. Ils visent à l’estime publique, mais ils s’attirent un mépris universel. Article de M. Millot, curé de Loisey, diocèse de Toul.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « affabilité »

(XIIIe siècle) Du latin affabilitas.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. afablitat ; catal. afabilitat ; espagn. afabilidad ; ital. affabilità ; de affabilitatem, de affabilis, affable.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « affabilité »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
affabilité afabilite

Évolution historique de l’usage du mot « affabilité »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « affabilité »

  • Elles s'appellent la patience, la discrétion, l'affabilité, la bonhomie, la placidité, le silence... Le philologue Carlo Ossola et le philosophe Roger-Pol Droit expliquent combien elles sont essentielles pour atteindre en société une sagesse à la fois individuelle et collective. France Inter, Patience, silence, gentillesse... Ces sept vertus qui nous rendent meilleurs
  • On y découvrait alors un JGL défait de sa douceur et de son affabilité habituelles qui s’était mué en un artiste exigent et agressif aussi tendu que son fil. Si Zemeckis l’a affublé d’un anglais grimé d’un faux accent français gênant, on perçoit cependant de la part de l’acteur principal une dévotion totale au film qui fait plaisir à voir tandis que transpire à l’écran son amour pour la langue et la culture françaises. Konbini - All Pop Everything : #1 Media Pop Culture chez les Jeunes, Ces 5 films prouvent que Joseph Gordon-Levitt est capable de tout
  • L'affabilité engendre la fortune. De Lao She / Quatre générations sous un même toit
  • Pour son coup d’essai, il réalise un coup de maître en 2015, se faisant élire conseiller départemental du canton de Villeneuve-sur-Lot 1. Dans la foulée, il prend la présidence du groupe d’opposition au conseil départemental. Guillaume Lepers a bien compris que dans cette vieille terre radicale, l’affabilité des hommes compte souvent davantage que le poids des partis. petitbleu.fr, Lepers croit en son heure - petitbleu.fr
  • L’annonce du décès de Laïfa Ouyahia a suscité une vague d’émotions et de compassion, aussi bien sur les réseaux sociaux qu’au sein de la corporation des avocats et de celle des journalistes. Alors que l’on salue la modestie et la discrétion de l’homme et de l’avocat, son affabilité ou encore sa facétie, les hommages posthumes rendus à Laïfa Ouyahia contrastent avec la réputation exécrable d’Ahmed auprès des Algériens. JeuneAfrique.com, Algérie : disparition de Laïfa Ouyahia, le « frère ennemi » – Jeune Afrique
  • « Il avait un grand caractère que j’admirais, parce qu’il savait choisir ses collaborateurs. C’était un homme d’une affabilité légendaire », a déclaré Philippe Mbarga Mboa, ministre chargé de mission à la Présidence de la République. Actu Cameroun, Le patriarche Fotso Victor aura droit à des obsèques publiques
  • 1-Elle est toute excitée ou elle est tout excitée ? Il est toute excitation ou il est tout excitation ? Le mot « tout » peut être adverbe, adjectif ou pronom. « Tout » utilisé comme adverbe accolé à un adjectif signifie « entièrement ». Il est invariable lorsqu’il précède un adjectif commençant par une voyelle. Ex. : Elles sont tout excitées. Mais on écrira « toutes sont excitées », ou « elles sont toutes excitées » (aucune ne fait exception), toutes étant ici un pronom. Devant une consonne, l’adverbe tout s’accorde en genre et en nombre avec l’adjectif qu’il précède si celui-ci est féminin. Ex. : Elle est toute surprise. Tout employé comme adverbe signifiant « entièrement » peut aussi qualifier un nom. Il tient alors lieu d’adjectif. Les mêmes règles d’accord s’appliquent. Ex. : Elle est toute gentillesse, tout obéissance. 2- Et dit-on « elle a tout cueilli les fleurs » ou « elle a cueilli toutes les fleurs » ? Employé comme pronom au singulier, tout désigne quelque chose dans son ensemble. Dans ce cas, tout s’emploie au masculin même s’il rappelle l’idée exprimée par un ou plusieurs mots le précédant puisqu’il ne les représente pas. Ex. : Leur cordialité, leur affabilité, tout exprimait la sérénité chez ces personnes. Tout ne représente pas les mots cordialité et affabilité ; c’est un pronom nominal, soit un pronom qui n’a pas de référent. Tout s’insère bien dans cette phrase : plantes, fleurs, elle a tout cueilli. Mais la forme suivante est incorrecte : elle a tout cueilli les fleurs. On dira : elle a cueilli toutes les fleurs. Le Journal de Montréal, Les mots dits du samedi | Le Journal de Montréal

Traductions du mot « affabilité »

Langue Traduction
Anglais affability
Espagnol afabilidad
Italien affabilità
Allemand freundlichkeit
Chinois 亲切
Arabe الود
Portugais afabilidade
Russe приветливость
Japonais 愛想
Basque affability
Corse affabilità
Source : Google Translate API

Synonymes de « affabilité »

Source : synonymes de affabilité sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « affabilité »

Partager