Affranchir : définition de affranchir


Affranchir : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

AFFRANCHIR1, verbe trans.

I.− Affranchir qqn (de...).
A.− Emploi trans.
1. [Avec compl. d'obj. second.] Affranchir une personne ou une collectivité de qqc. Libérer d'une sujétion, d'une dépendance; p. ext. d'une peine, d'un mal :
1. Il faut affranchir Naples de l'indépendance démagogique, et y établir la liberté monarchique; y briser des fers, et non pas y porter des chaînes. F.-R. de Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe, t. 3, 1848, p. 74.
2. Nulle angoisse n'est plus terrible pour un mystique : se dire que son besoin de croire est tout subjectif, que sa foi de jadis sortait de lui-même et n'était que son œuvre! Et sur le fond vide du ciel se détache la redoutable et consolante figure de celle qui l'affranchira de tous les esclavages et le délivrera de tous les doutes : la mort, ... P. Bourget, Essais de psychologie contemporaine,1883, p. 13.
3. ... l'individu, pour peu qu'il soit affranchi du joug religieux, n'est maintenu dans la voie droite que par la peur du gendarme, ou, tout au moins, du scandale. R. Martin du Gard, Les Thibault,Épilogue, 1940, p. 961.
Rem. Syntagmes fréq. affranchir qqn de l'esclavage, de la tyrannie, de la dépendance, des entraves, de la gêne, du joug, des liens, des fers, des servitudes, de la tutelle de ..., des devoirs, des lois, des nécessités, de la douleur, de la mort, du destin...; affranchir sa patrie, un pays, une ville... de l'esclavage, de la tyrannie.
a) [Le subst. compl. d'obj. dir. désigne une composante morale ou spirituelle ou encore une manifestation de la pers. hum.] :
4. Jeune soldat, où vas-tu? Je vais combattre pour affranchir de la tyrannie de l'homme, la pensée, la parole, la conscience. F.-R. de Lamennais, Les Paroles d'un croyant,1834, pp. 254-255.
Rem. Syntagmes rencontrés affranchir l'esprit d'un mal, la pensée d'un doute...
b) Rare. Affranchir qqn de qqn (c'est-à-dire de l'emprise de qqn) :
5. Les liens de famille, si intimes dans le mariage, le sont très-peu sous d'autres rapports, parce que les substitutions affranchissent trop les fils aînés de leurs parents, et séparent aussi les intérêts des frères cadets de ceux de l'héritier de la fortune. G. de Staël, Considérations sur les principaux événements de la Révolution française,t. 2, 1817, p. 370.
2. [Sans compl. d'obj. second.] Affranchir qqn.
a) DR. Rendre quelqu'un de condition libre. Affranchir un esclave, un serf :
6. ... quelque désireux qu'il fût de maintenir à la jeune dame créole la position et l'état de fortune qu'elle avait toujours eu, il ne s'embarqua pas sans accomplir, de son consentement, un acte religieux et sacré. Ce fut d'affranchir ses esclaves, ceux du moins qui étaient majeurs; pour les enfants, que la loi américaine interdit d'affranchir, ils reçurent de lui leur liberté future, et purent, à leur majorité, rejoindre leurs parents; jamais il ne les perdit de vue. Il les avait présents, savait leur nom, leur âge et l'heure de leur libération. J. Michelet, L'Oiseau,introd., 1856, XXV.
b) Plus gén. Rendre quelqu'un indépendant, libérer (sa conscience, etc.).
[L'ob. dir. désigne une pers. ou une collectivité] :
7. Le moyen de confondre la criminelle conspiration des despotes de l'Europe, c'est de respecter leur complice. Craignez-vous les peuples étrangers? Vous croyez donc encore à l'amour inné de la tyrannie. Pourquoi donc aspirez-vous à la gloire d'affranchir le genre humain? M. de Robespierre, Discours,Sur le jugement de Louis XVI, t. 9, 1792, p. 127.
8. Le despotisme muselle les masses, et affranchit les individus dans une certaine limite; l'anarchie déchaîne les masses, et asservit les indépendances individuelles. F.-R. de Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe, t. 2, 1848, p. 595.
Rem. Syntagmes affranchir la femme, les individus; affranchir le genre humain, un pays, un peuple.
[Le subst. compl. d'obj. dir. désigne une composante morale ou spirituelle ou encore une manifestation de la pers. hum.] :
9. J'ai vu l'esprit humain libre, et le cœur de l'homme esclave; et j'ai voulu l'affranchir à son tour, et j'ai tâché de mettre en liberté l'amour. V. Hugo, Les Contemplations,t. 3, 1856, p. 31.
Rem. Syntagmes affranchir le cœur, l'esprit, la pensée...
Emploi abs. :
10. Sachent donc ceux qui l'ignorent, sachent les ennemis de Dieu et du genre humain, quelque nom qu'ils prennent, qu'entre le fort et le faible, entre le riche et le pauvre, entre le maître et le serviteur, c'est la liberté qui opprime et la foi qui affranchit. H.-D. Lacordaire, Conférence de Notre-Dame,1848, p. 246.
3. Emplois arg.
a) Dépuceler :
11. Dépuceler. Affranchir... « elle avait été affranchie à douze berges... » A. Bruant, Dict. français-argot,suppl., 1905, p. 154.
Châtrer (cf. II B 5) :
12. Initier un adepte. Le débarrasser de ses derniers scrupules. Se dit également pour châtrer. Le châtré est en effet affranchi de certaines passions. H. France, Dict.-journal; les compléments, vocabulaire de la langue verte,1907.
b) Initier, renseigner :
13. Une femme... qui m'affranchirait sur les choses bien, ... qui m'explique leurs salades de musique et de littérature. Tu comprends, j'ai besoin d'une femme qui m' relève! A. Simonin, J. Bazin, Voilà taxi!1935, p. 127.
Se laisser affranchir. Être initié au métier de voleur, apprendre à vivre en marge des lois :
14. Lorsque je me suis laissé affranchir à la rebiffe par les fanandels... Ici affranchir est mis pour lorsque j'ai commis mon premier vol, puis un deuxième. F. Vidocq, Les Vrais mystères de Paris,t. 3, 1844, p. 325.
c) Corrompre :
15. ... ainsi l'on dira [au sens de « corrompre »] : affranchir un sinve avec de l'auber, corrompre un honnête homme avec de l'argent, l'engager à taire la vérité; ... F. Vidocq, Les Voleurs,1836, p. 6.
B.− Emploi pronom.
1. [Avec un compl. d'obj. second.]
a) S'affranchir de qqc.
[Le suj. désigne une pers. ou une collectivité] :
16. ... loin de rester dans leur pays soit pour triompher de l'opinion dominante, soit pour s'y réunir, ils ont trouvé plus simple d'invoquer la gendarmerie européenne, afin de mettre Paris à la raison. C'était disaient-ils, pour délivrer la majorité du joug d'une minorité factieuse, qu'on recourait aux armes des alliés voisins. Une nation qui aurait besoin des étrangers pour s'affranchir d'un joug quelconque serait tellement avilie, qu'aucune vertu ne pourrait de longtemps s'y développer : elle rougirait de ses oppresseurs et de ses libérateurs tout ensemble. G. de Staël, Considérations sur les principaux événements de la Révolution française,t. 1, 1817, p. 344.
17. Tous ceux qui sont religieux du fond de l'âme, tous ceux qui donnent leur vie à la défense de Dieu, − s'ils ont eu l'audace de se détacher de la règle catholique et de s'affranchir de l'autorité de Rome, − aussitôt ils deviennent à l'indigne horde qui se dit catholique, non seulement indifférents, mais hostiles; ... R. Rolland, Jean-Christophe,Dans la maison, 1909, p. 1006.
[Le suj. désigne une composante morale ou spirituelle ou encore une manifestation de la pers. hum.] :
18. Encore que la psychologie et la sociologie modernes aient rarement reconnu le principe qui leur permettait de progresser, c'est cependant la présence du travail qui leur a permis de s'affranchir des illusions de la représentation et des mythes intérieurs de la conscience. Sans doute ont-elles, d'abord payé cette libération d'un prix bien lourd, puisque pour éviter le gouffre de la réflexion, elles sont tombées dans celui de la nature et qu'elles ont cru identifier leur méthode avec celle des sciences dites objectives. J. Vuillemin, L'Être et le travail,1949, p. 145.
Rem. Le suj. peut être personnifié :
19. Le ciel achevait de s'affranchir des ombres de la nuit. Seule une mince barre violette persistait autour de la terre. G. Guèvremont, Le Survenant,1945, p. 232.
b) [Le suj. désigne une pers.] S'affranchir de qqn :
20. L'ancienne loi tolérait l'esclavage et les apôtres l'ont toléré comme elle. Ils n'ont pas dit à l'esclave : « affranchis-toi de ton maître », tandis qu'ils disaient au luxurieux par exemple : « affranchis-toi de la chair et tout de suite! » G. Bernanos, Journal d'un Curé de campagne,1936, p. 1067.
2. [Sans compl. d'obj. second.] :
21. Une autre sorte d'héritiers, qui lira Hegel plus sérieusement, choisira le second terme du dilemme et pro noncera que l'esclave ne s'affranchit qu'en asservissant à son tour. A. Camus, L'Homme révolté,1951, p. 182.
3. HORTICULTURE :
22. Affranchi (qui a brisé ses entraves). Mot très fréquemment employé en horticulture pour indiquer qu'un végétal greffé a produit des racines sur la partie greffée sur lui, qu'il s'est affranchi de son sujet pour vivre en grande partie de son propre fonds. On dira : cet arbre qui a boudé longtemps, pousse vigoureusement depuis qu'il s'est affranchi. É.-A. Carrière, Encyclopédie horticole,1862, p. 10.
II.− Affranchir qqc. (de...).
A.− Rare. Affranchir qqc. de qqc.
1. Rendre une chose indépendante d'une autre :
23. Comme la science du droit affranchit la norme juridique des préjugés subjectifs, dont le type idéal alourdissait la rationalité de la finalité interne, le « néo-marginalisme » libère les catégories transcendantales qui gouvernent l'économie de toute référence à la psychologie, à la sociologie et aux sciences des faits naturels en général. J. Vuillemin, L'Être et le travail,1949, p. 110.
2. DR. COMM. Rendre franc, exempter d'un impôt, d'une taxe. ,,Cette marchandise est affranchie de tous droits à l'entrée.`` (Littré).
B.− Emplois spéc. Affranchir qqc.
1. ARTS MÉT. Affranchir une futaille. Nettoyer un tonneau de manière que le vin ne soit pas gâté par le bois ou par la lie (Ac. 1835, Ac. Compl. 1842).
2. DR. FÉOD. Affranchir un héritage. Le libérer de quelque servitude, de quelque charge.
3. JEUX. Affranchir une carte. ,,La rendre imprenable, en faisant jouer toutes les cartes qui lui sont supérieures.`` (Lar. 19eSuppl. 1878).
4. MAR. ,,Épuiser au moyen des pompes l'eau qui se trouve dans les cales d'un navire.`` (Gruss 1952).
5. MÉD. VÉTÉR. Affranchir un animal. (S'emploie particulièrement en fr. région.). Le châtrer. (cf. Ac. 1835, Ac. Compl. 1842; cf. I A 3 a) :
24. J'ai acheté deux beaux petits gorins, mais ils ne sont point affranchis. Verr.-On. t. 1 1908.
6. TECHNOL. Affranchir une bille de bois. ,,Dans le façonnage des grumes, sectionner la culée d'abattage perpendiculairement à l'axe, avec une scie passe-partout pour obtenir une bille de qualité marchande.`` (Lar. encyclop.).
Étymol. ET HIST. − 1. Fin xiies. pronom. « se rendre libre (d'un serf) » (Couci, Chansons, p. 123 ds Gdf. Compl. : Ses sers ui sans racheter; Ja ne m'en quier afranchir); 1270-1285 « se rendre libre de ce qui grève » (Beaumanoir, XI, 36 ds Littré : Se clers est marceans, il ne pot afrancir se marceandise par le priviliège de se clergie); 2. 1752 (Trév. : Affranchir un paquet, Affranchir une lettre, affranchir les ports des lettres ou des paquets, c'est payer le port d'un paquet, d'une lettre, en les mettant à la poste, en carrosse, au messager, afin que celui à qui on l'envoie ne le paye pas). Dér. de franc*; préf. a-1*, dés. -ir.

AFFRANCHIR2, verbe trans.

Affranchir une lettre, un envoi postal. Payer la taxe postale imposée pour l'envoi d'une lettre, d'un colis; y placer le timbre correspondant :
Désormais, chère amie, quand je t'écrirai par la poste, j'affranchirai la lettre. Affranchis de ton côté quand tu m'écriras par MmeTaillet, car je ne sais comment faire pour rembourser les ports de lettres. V. Hugo, Correspondance,1852, pp. 42-43.
Rem. Dans l'ex. de V. Hugo, la valeur primitive « rendre exempt de taxe pour le destinataire en payant soi-même le timbre » est encore nettement sensible; cette valeur n'est plus sentie auj.
Étymol. ET HIST. − Voir affranchir1étymol. 2.

AFFRANCHIR3, verbe trans.

ÉQUIT. Affranchir un fossé (Littré). ,,Sauter par delà`` (Littré), le franchir.
Prononc. − Forme phon. : [afʀ ɑ ̃ ʃi:ʀ], j'affranchis [ʒafʀ ɑ ̃ ʃi]. Enq. : /afʀã ʃi, afʀã ʃis/. Conjug. agir. 2. Dér. et composés : affranchement, affranchi, affranchissable (cf. Pt Lar. 1968), affranchissant, affranchissement, affranchisseur. Cf. franc.
Étymol. ET HIST. − 1583 équit. « sauter par-dessus » (Gauchet, Plaisir des champs ds Gdf. Compl. : affranchir les buissons). Dér. de franchir*; préf. a-1*.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 639. Fréq. rel. litt. : xixes. : a) 1 285, b) 801; xxes. : a) 876, b) 663.
BBG. (affranchir1-3). − Arveiller (R.). Doc. lexicogr. tirés des dictionnaires. In : [Mélanges Wartburg (W. von)]. Tübingen, 1968, t. 2, p. 264. − Aubert de la Rüe (E.). Le Français parlé aux îles Saint-Pierre-et-Miquelon. Vie Lang. 1969, no208, p. 406. − Bailly (R.) 1969 [1946]. − Bar 1960. − Barber. 1969. − Barr. 1967. − Bél. 1957. − Bénac 1956. − Bible 1912. − Bouillet 1859. − Boiss.8. − Bonnaire 1835. − Caput 1969. − Dheilly 1964. − Dup. 1961. − Éd. 1913. − Éd. 1967. − Esn. 1965. − Gruss 1952. − Guiraud (P.). Mélanges d'étymologies argotiques et populaires. Cah. Lexicol. 1967, no10, pp. 12-15. − Guizot 1864. − Hanse 1949. − Jal 1848. − Kold. 1902. − Kuhn 1931, p. 43. − Laf. 1878. − Larch. 1880. − La Rue 1954. − Lav. Diffic. 1846. − Lavedan 1964. − Le Breton 1960. − Lem. 1966. − Littré-Robin 1865. − Marcel 1938. − Michel 1856. − Romeuf t. 1 1956. − Sandry-Carr. 1963. − Soé-Dup. 1906. − Sommer 1882. − Spr. 1967. − St-Edme t. 1 1824. − Synon. 1818. − Timm. 1892. − Sandry-Carr. Joueurs 1963. − Will. 1831.

Affranchir : définition du Wiktionnaire

Verbe

affranchir \a.fʁɑ̃.ʃiʁ\ transitif 2e groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’affranchir)

  1. Rendre libre ; déclarer libre.
    • Denis et son fils avaient été serfs des comtes d'Udressier. Claude-Étienne voulut être affranchi. Il le fut à trente ans. Un acte du 20 mars 1763, rédigé par-devant le notaire royal Claude Jarry, en fait foi. — (René Vallery-Radot, La vie de Pasteur, Hachette, 1900, Flammarion, 1941, p. 6)
  2. Décharger ; exempter.
    • On sentait bien que le seul moyen de rendre la vie à cette importante cité, et d’utiliser au profit de l’Europe entière son admirable position, c’était de l’affranchir. — (Anonyme, Espagne. - Cadiz et Gibraltar, Revue des Deux Mondes, 1829, tome 1)
    • L'abbé a renouvelé maintes fois ses supplications, pourque le chapitre de Notre Dame, en considération des immenses travaux qu’il se voit forcé d’entreprendre, affranchisse le monastère des dîmes qu'il paie sur les biens que nous venons de mentionner: […]. — (Léopold van Hollebeke, Lisseweghe, son église et son abbaye, Bruges : Edw. Gailliard, 1863, page 51)
    • Sa compagne, […], était une déesse du plein air et du plein vent, aussi affranchie des soucis du confort qu’une bohémienne de grands chemins. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 13 de l’éd. de 1921)
  3. (Droit féodal) Libérer des servitudes, des charges.
    • Affranchir un héritage,
  4. Payer le timbre postal d’avance pour en libérer le destinataire.
    • Affranchir une lettre, un paquet.
    • Une des deux lettres, qui vous est adressée, est affranchie. — (Eugène Sue, Les Mystères de Paris, 1843)
  5. (Figuré) Tirer d’une sujétion, d’une dépendance.
    • Affranchir un peuple de la servitude, de la tyrannie.
    • Il est affranchi du despotisme qu’on exerçait sur lui, de la dépendance où il était.
  6. Délivrer d'un mal, d'une peine.
    • La mort nous affranchira des misères de ce monde.
    • Votre présence m’affranchit de toute crainte, de toute inquiétude.
  7. (Argot) (Rare) Débaucher, pervertir, c’est-à-dire affranchir des règles sociales.
    • Affranchir un sinve pour grinchir : pousser un honnête homme à voler. — (Vidocq, Les Voleurs, t. 1, 1837)
  8. (Argot) Connaître une question, ne rien craindre.
  9. (Argot) Informer.
    • De plus, Madrigaul m’affranchit que Saltierra est une terreur et un caïd dans le milieu. — (Peter Cheyney, La Môme vert-de-gris, chapitre III, traduction de Marcel Duhamel, Gallimard, 1945)
    • – Vous vous croyez donc en Tunisie?
      – D'après mes petites estimations, oui.
      – Vous feriez un piètre navigateur.
      – Eh quoi! reprends-je, toujours à mi-voix, voudriez-vous me faire croire, Excellence, que nous nous trouvons dans la banlieue de Copenhague?
      La fin de l'altière musique l'empêche de m’affranchir.
      — (San-Antonio, Béru-Béru, Éditions Fleuve noir, 1970, chap.11)
  10. (Argot) (Absolument) Informer des usages du milieu.
    • Je l’ai affranchie avant de me l’envoyer.
  11. (Pronominal) Se libérer ; se délivrer, etc.
    • Le pays de Vaud , de tout temps français par ses habitudes, ses mœurs, son caractère, son commerce, ses besoins, son langage, conspirait, à la faveur du voisinage de la révolution, pour s'affranchir de l’oligarchie bernoise. — (« Mémoires de Napoléon, chap. 2 : Politique du Directoire », dans les Mémoires pour servir à l'histoire de France sous Napoléon, écrits à Sainte-Hélène par les généraux qui ont partagé sa captivité, vol. 6, écrit par le général comte de Monthelon, Paris : chez Firmin Didot père et fils & Bossange frères , Berlin : chez G. Beimer, 1825, page 48)
    • Dans les pays de protectorat, plus que partout ailleurs, il est rare que les représentants de l’État suzerain, après un séjour prolongé au milieu de la race subjuguée, ne s’affranchissent pas des scrupules de l’honnêteté vulgaire. — (Félicien Pascal, L'assassinat de Morès ; un crime d’État, Imprimerie Hardy & Bernard, Paris, 1902, page 35)
    • Lorsque le substrat est une solution aqueuse et le liquide mouillant un alcane, on peut s'affranchir de ce problème en utilisant les propriétés de surface d'un polymère fluoré industriel : le téflon, ou polytétrafluoroéthylène. — (Emmanuel Bertrand, Transitions de mouillage: rôle des interactions entre interfaces, Publibook, 2003, page 54)
    • Quand il drague une fille, ce lourdingue qui s'affranchit des codes de la séduction tombe rapidement dans la vulgarité.
      « Clair c'est un dalleux, il m'a fait un clin d'œil, lui avec moi, mais même pas en rêve ! »
      — (Vincent Mongaillard, Petit Livre de la tchatche : Décodeur de l'argot des cités, First Éditions, 2013)
  12. Rendre une chose indépendante d'une autre.
    • On ne put pas affranchir les pompes. — (Jules Verne, Les Enfants du capitaine Grant, 1846) (pp. 276-285).
  13. (En particulier) (Arboriculture) Rendre un greffon indépendant de son porte-greffe en lui permettant de se développer sur ses propres racines.
  14. (Cartes à jouer) Au bridge, rendre maîtresses des cartes qui ne l’étaient pas au début du jeu.
    • Il s’agit, tout en essayant de faire tomber les honneurs supérieurs, d’affranchir les petites cartes qui accompagnent l’honneur possédé. — (Michel Bessis, Jean-Luc Seret, Les jeux d’affranchissement par la coupe, chinonbridge.free.fr)
  15. (Anjou) Châtrer un animal. (note : en dehors de l'Anjou l'usage est désuet).
    • Couper, châtrer : Affranchir un taureau, un cheval. — (Prosper Poitevin, Nouveau dictionnaire universel de la langue française, tome 1, Éd. Reinwald, Paris 1868)

Verbe

affranchir \Prononciation ?\ 2e groupe (voir la conjugaison)

  1. Châtrer.
  2. Nettoyer pour pouvoir être utilisé en cuisine.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Affranchir : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

AFFRANCHIR. v. tr.
Rendre libre, déclarer libre. Affranchir un esclave. Il signifie aussi Décharger, exempter. Affranchir d'impôts. Affranchir une ville de certaines charges. En termes de Droit féodal, Affranchir un héritage, Libérer un héritage de quelque servitude, de quelque charge. Affranchir une lettre, un paquet, En payer la taxe d'avance pour en libérer le destinataire. Il signifie au figuré Tirer d'une sujétion, d'une dépendance. Affranchir un peuple de la servitude, de la tyrannie. Il est affranchi du despotisme qu'on exerçait sur lui, de la dépendance où il était. Il signifie aussi Délivrer de quelque mal, de quelque peine. La mort nous affranchira des misères de ce monde. Votre présence m'affranchit de toute crainte, de toute inquiétude. Il s'est affranchi de toute crainte, de toute gêne, de tout devoir. Ils se sont affranchis de tous les préjugés. Le participe passé

AFFRANCHI, IE, est aussi nom et désigne un Esclave à qui on a donné la liberté. La condition d'affranchi. Les affranchis d'Auguste. Acté, affranchie de Néron.

Affranchir : définition du Littré (1872-1877)

AFFRANCHIR (a-fran-chir) v. a.
  • 1Rendre franc, exempt d'impôt. Le roi affranchit cette ville de la taille. Cette marchandise est affranchie de tous droits à l'entrée.
  • 2 En termes de féodalité, affranchir un héritage, libérer un héritage de quelque servitude, de quelque charge.
  • 3Affranchir une lettre, un paquet, en payer le port en envoyant la lettre, le paquet.
  • 4Rendre libre. Affranchir un esclave. Les noirs des colonies ont été affranchis moyennant indemnité. Thrasybule affranchit des trente tyrans la ville d'Athènes. Dieu ayant affranchi son peuple de la tyrannie des Égyptiens, Bossuet, Hist. I, 4. La gloire d'affranchir le lieu de ma naissance, Corneille, Cinna, III, 3. … je veux l'affranchir ensemble et la venger, Corneille, ib. II, 2. Et d'un si rude joug affranchissons ces lieux, Corneille, Nic. IV, 6.
  • 5Délivrer, en général, de ce qui gêne. Affranchir d'un tribut, de la crainte, du chagrin.
  • 6Figurément. Délivrer d'un mal. Si je puis de sa honte affranchir mon époux, Corneille, Hor. V, 3. Allons donc l'affranchir de ces frivoles craintes, Corneille, Pomp. III, 3. Combats pour m'affranchir d'une condition Qui me livre à l'objet de mon aversion, Corneille, Cid, V, 1. J'attendais que, le temple en cendres consumé, Elle vînt m'affranchir d'une importune vie, Racine, Athal. V. 2. J'aurai d'une rivale affranchi votre amour, Racine, Baj. V, 6. On affranchit Néron de la foi conjugale, Racine, Brit. III, 3. … vos invincibles mains Ont de monstres sans nombre affranchi les humains, Racine, Phèd. V, 3.
  • 7 En termes d'équitation, affranchir un fossé, sauter par delà.
  • 8Affranchir un tonneau, le nettoyer, le purifier, quand le bois est neuf.
  • 9Affranchir un animal, le châtrer.
  • 10 Terme de marine. Affranchir la pompe, lui faire jeter une quantité d'eau plus considérable que celle qui entre dans le bâtiment.
  • 11S'affranchir, v. réfl. À Rome, les esclaves pouvaient s'affranchir à l'aide de leurs épargnes. Tel fut l'accord de la Gaule pour s'affranchir que… Quand les âmes se seront affranchies des liens du corps. S'affranchir d'une règle. Pour s'affranchir d'un joug injustement imposé, Bossuet, Polit. Un homme gémit de l'esclavage où il est [de ses passions] ; et un fonds d'équité, de droiture, de conscience qu'il a dans l'âme, lui fait désirer cent fois de secouer le joug et de s'affranchir d'une telle tyrannie, Bourdaloue, Pensées, t. I, p. 229. Il se faut affranchir des lois de votre empire, Malherbe, V, 11. Et pour s'en affranchir, tout s'appelle vertu, Corneille, Cinna, II, 1. Je saurai m'affranchir, dans ces extrémités, Du secours dangereux que vous me promettez, Racine, Iphig. V, 2. Tu voudrais t'affranchir du joug de mes bienfaits, Racine, Brit. V, 6. Et c'est pour m'affranchir de cette dépendance Que je la fuis partout, que même je l'offense, Racine, ib. II, 2.
  • 12S'affranchir, en jardinage, se dit d'un arbre greffé, quand de l'endroit greffé se produisent des racines qui s'enfoncent en terre.

SYNONYME

AFFRANCHIR, DÉLIVRER. Affranchir, c'est rendre franc ; délivrer, c'est rendre libre. Rendre franc, c'est élever d'une condition servile à celle d'homme franc ; rendre libre, c'est ôter tout ce qui captive. Délivrer est donc beaucoup plus général et moins précis. Délivrer des esclaves peut aussi bien s'entendre d'esclaves auxquels on donne la liberté, que d'esclaves qu'on arrache au pouvoir de l'ennemi. En revanche, on ne dira pas affranchir des prisonniers, mais affranchir des esclaves, des serfs. L'affranchissement ne s'applique qu'au passage d'une condition sociale à une autre ; la délivrance s'applique à toute sortie hors d'une situation où la liberté nous est ôtée. Quant au sens métaphysique, ces deux mots se confondent beaucoup.

HISTORIQUE

XIIe s. Vendre [elle] me peut ou donner, Ses sers [je] sui sans racheter ; Jà ne m'en quier afranchir, Couci, p. 123.

XIIIe s. Se clers est marceans, il ne pot pas afrancir se [sa] marceandise par le priviliege de se [sa] clergie, Beaumanoir, XI, 36. Il laist bien à afranquir ses enfans et non à aservir, Beaumanoir, XLV, 21.

XIVe s. Et se tu veus dire que tu ne Es mie subgès de fortune, Et que ta grant attrasion [descendance] Afranchist ta condition, Machaut, p. 96.

XVe s. Nous voulons que tu nous affranchisses à tous les jours du monde [les paysans révoltés au roi d'Angleterre], Froissart, II, II, 113.

XVIe s. À fin que sa mort l'affranchist de l'obligation…, Montaigne, I, 30. Qu'ils les delivroient de toutes garnisons, et affranchissoient de toutes tailles, subsides et impots, Amyot, Flamin. 19. Trouvant un fossé, le voulut affranchir : et l'ayant sauté…, Paré, XIX, 7. Ceux des quartiers de Bordeaux qui vendent le bois avec le vin ne se peinent que d'affranchir [purifier] leurs tonneaux neufs pour une seule fois, De Serres, 205, etc. Mesme les beliers sont affranchis [purgés de mauvais goût] par le chastrement, bien que longuement ils aient servi à saillir les brebis, De Serres, 222.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

AFFRANCHIR. Ajoutez :
13On dit au jeu qu'une carte est affranchie, lorsqu'elle n'est plus exposée à être prise. J'ai fait prendre mon roi pour affranchir ma dame.
14On dit en grammaire comparée qu'un suffixe s'est affranchi, quand le sens particulier primitif s'en est assez effacé pour que ce suffixe puisse devenir d'un usage général. Ainsi le suffixe ment, qui ne s'applique d'abord qu'aux adjectifs à sens spirituel, devient aussi, en s'affranchissant, applicable au sens matériel, comme carrément, blanchement.

Un suffixe se forme aussi par affranchissement de deux suffixes agglutinés ; par ex. le suffixe ā primitivement long de Romā, joint au suffixe no, a fait rom-ā-nu-s ; il s'en est affranchi un suffixe composé āno, qui apparaît dans urb-anus, où, autrement, l'ā n'aurait aucune raison d'être.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Affranchir : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

* AFFRANCHIR la pompe. (Marine.) La pompe est dite affranchie ou franche quand ayant jetté plus d’eau hors du vaisseau qu’il n’y en entre, elle cesse de travailler. Voyez Franche & Franchir.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « affranchir »

Étymologie de affranchir - Littré

Provenç. afranquir, afrancar ; espagn. afrancar ; ital. affrancare ; de af pour ad (voy. À), et franc, adj.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de affranchir - Wiktionnaire

(Siècle à préciser) Dérivé de franchir avec le préfixe ad-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « affranchir »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
affranchir afrɑ̃ʃir play_arrow

Conjugaison du verbe « affranchir »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe affranchir

Évolution historique de l’usage du mot « affranchir »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « affranchir »

  • Le low code a pour ambition de répondre à deux grands enjeux des CIO et des CTO : raccourcir la mise sur le marché des applications à l'heure de la transformation numérique, et contourner la difficulté à recruter des développeurs. Pour rappel, une plateforme low code propose un environnement de développement intégré qui s'affranchit du codage en dur. Pour Alain Fauré, manager au sein du cabinet de conseil Otco, la dénomination low code (ou no code) est limitative. "Au-delà de la génération de code, ces solutions couvrent tout le cycle de vie d'une application depuis le design, la navigation, le test et le déploiement jusqu'à l'exploitation et la gestion des versions", égraine le spécialiste. Cela reste du développement, tempère-t-il. "Ces plateformes permettent de s'affranchir de la partie technique. Mais pas du volet conceptuel et méthodologique : manipulation des données, cinématique des écrans..." , Match des plateformes low code : Google, Microsoft et Salesforce à la manœuvre
  • Mais, n’y a-t-il pas dès lors une contradiction première à vouloir gagner des élections municipales au nom de ce mouvement, alors que, selon la pensée libertaire, le municipalisme requiert de s’affranchir des institutions ? Qu’en est-il de l’autonomie que le concept défend prioritairement ? The Conversation, Listes citoyennes « municipalistes » : une réelle alternative politique ?
  • La filière betteravière sucrière va mieux, mais ce n’est pas pour autant que les choses sont définitivement solutionnées, constate François Thaury, directeur des soft commodities chez Agritel. La faiblesse de la production européenne permet aux cours de s'affranchir un peu du marché mondial et de reprendre de la hauteur. Mais avec les coûts de production qui augmentent, « il faudra s’habituer à ce que la betterave devienne une culture moins rentable ». Terre-net, La filière betteravière sucrière française devient moins rentable
  • Des internautes ont en effet expliqué sur Reddit qu’il était possible, à l’aide d’une petite manipulation sur un navigateur de bureau, de regarder des vidéos sur YouTube sans être coupé par la publicité. Il suffirait d’ajouter un simple point après le .com pour s’en affranchir. 01net, Cette astuce très simple permet de s’affranchir des pubs sur YouTube
  • Au-delà de cette comparaison, trois types d’arguments –  scientifiques, éthiques et pragmatiques  –  permettent de rejeter l’idée qu’il faille, en médecine, s’affranchir des règles en situation d’urgence pandémique. Nous les rappelons ici. The Conversation, L’urgence de la pandémie ne justifie pas de s’affranchir des règles en médecine
  • La Cour de cassation avait déjà jugé que les associés d'une SARL peuvent déroger à une clause des statuts et s'en affranchir par l'établissement d'actes postérieurs, valables dès lors que tous les associés y consentent (Cass. com. 5-10-2004 n° 01-03.496 F-D ; Cass. com. 12-5-2015 n° 14-13.744 F-D : RJDA 8-9/15 n° 578). Dans l’arrêt de 2015, l’accord unanime des associés avait été jugé suffisant pour écarter les statuts interdisant l’exercice d’une activité concurrente par un ancien gérant. , La société peut affranchir son dirigeant du devoir de loyauté - Éditions Francis Lefebvre
  • C’est une avancée technologique et politique majeure pour le gouvernement chinois. En effet, il peut maintenant s’affranchir complètement du système GPS américain et même offrir, voire imposer, sa technologie à d’autres pays. Beidou peut servir à guider non seulement les piétons mais aussi les automobilistes et plus important encore, les porte-conteneurs qui représentent une part très importante du transport de marchandises à travers le globe. “La moitié des pays dans le monde utilisent déjà notre système au lieu du GPS américain”, déclare un porte-parole du gouvernement chinois à une agence gouvernementale. Capital.fr, La Chine finalise son réseau GPS pour rivaliser avec celui des États-Unis - Capital.fr
  • C'est en poussant à bout le mouvement économique que le prolétariat s'affranchira et deviendra l'humanité. De Jean Jaurès / Histoire sociale de la révolution française
  • Seuls les faibles mettent des années à s'affranchir d'une émotion. Celui qui est maître de soi peut étouffer un chagrin aussi aisément qu'inventer un plaisir. De Oscar Wilde / Le Portrait de Dorian Gray
  • Pouvoir d'un péril affranchir ce qu'on aime. De Molière / La princesse d'Elide
  • Et pour s'affranchir de la tyrannie tout s'appelle vertu. De Pierre Corneille / Cinna
  • La charité est injurieuse à moins qu’elle n’aide le destinataire à s’en affranchir. De John Rockefeller

Images d'illustration du mot « affranchir »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « affranchir »

Langue Traduction
Corse per liberà
Basque askatzeko
Japonais 無料に
Russe чтобы бесплатно
Portugais liberar, libertar
Arabe ليحرر
Chinois 释放
Allemand befreien
Italien liberare
Espagnol liberar
Anglais to free
Source : Google Translate API

Synonymes de « affranchir »

Source : synonymes de affranchir sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « affranchir »



mots du mois

Mots similaires