La langue française

Captiver

Sommaire

  • Définitions du mot captiver
  • Étymologie de « captiver »
  • Phonétique de « captiver »
  • Évolution historique de l’usage du mot « captiver »
  • Citations contenant le mot « captiver »
  • Traductions du mot « captiver »
  • Synonymes de « captiver »
  • Antonymes de « captiver »

Définitions du mot captiver

Trésor de la Langue Française informatisé

CAPTIVER, verbe trans.

[Le suj. désigne une pers., ou un attribut, une œuvre d'une pers.]
A.− Vieux
1. [Le compl. désigne une pers., une partie du corps] Faire, retenir prisonnier. J'essayais de dégager des frêles liens qui les captivaient mes mains (Nodier, Smarra,1821, p. 99).
P. métaph. Ce fleuve armé qu'aucun rivage ne captive (Claudel, La Cantate à trois voix,1913, p. 332):
1. ... ils [les brames] sont liés des chaînes de la superstition dont ils veulent captiver leurs compatriotes; ... Bernardin de Saint-Pierre, La Chaumière indienne,1791, p. 135.
Emploi pronom. réfl. Quoi de plus tragique qu'une âme qui se captive alors qu'elle croit se délivrer? (Gide, Feuillets,1916, p. 609).
2. Synon. de capter*.Captiver le suffrage de qqn. P. métaph. J'ai été en sentinelle (...) il fallait étudier l'air, les sons, les odeurs, captiver l'invisible (G. d'Esparbès, Le Briseur de fers,1908, p. 141).
B.− Au fig., usuel. [Le compl. désigne une pers. ou une manifestation de l'activité personnelle] Gagner et retenir l'intérêt de quelqu'un par une sorte de fascination quasi irrésistible. Les beaux-arts et les belles-lettres captiveront mes loisirs (Mmede Staël, Lettres de jeunesse,1791, p. 441):
2. Joseph a repris possession de ma pensée. Il la retient, il la captive, il l'obsède... Il me trouble, m'enchante et me fait peur, tour à tour. Mirbeau, Le Journal d'une femme de chambre,1900, p. 272.
SYNT. Captiver qqn, captiver l'attention, le regard, l'imagination de qqn; captiver un auditoire.
Emploi abs. Une beauté qui caresse sans captiver (Flaubert, Par les champs et par les grèves,1848, p. 185).
Prononc. et Orth. : [kaptive], (je) captive [kapti:v]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Début xves. se captiver « se soumettre » (Gerson ds le dict. de Dochez d'apr. Littré), qualifié de ,,vieilli`` par DG; 2. [1488 « faire prisonnier » d'apr. FEW t. 2, 1, p. 331b]; 1540 (B. de La Grise, trad. de Guevara, L'Orloge des Princes, 1. I, ch. 24 ds Hug.) − 1665 « maintenir prisonnier » (La Fontaine, Contes, éd. H. Regnier, t. IV, Paris, 1887, p. 369), noté comme ,,tombé en désuétude`` par Littré; 3. av. 1559 « charmer, séduire » (Du Bellay, VII, 21, verso ds Littré : L'or des cheveux me captive). Empr. au b. lat. captivare iiie-ives. au sens 2, Itin. Alex. 11 ds TLL s.v., 369, 72, au sens 1, Rufin, ibid., 370, 80. A évincé l'a. fr. chaitiver, de formation pop. (xiiies. « assujettir, rendre esclave » ds Gdf.). Fréq. abs. littér. : 296. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 826, b) 181; xxes. : a) 352, b) 242. Bbg. Tracc. 1907, p. 123.

Wiktionnaire

Verbe

captiver \kap.ti.ve\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Vieilli) Retenir prisonnier.
    • (Figuré) Refusant de se captiver sous une loi d'amour, il ne peut éviter d'être assujetti aux lois les plus dures d'une rigoureuse justice. — (Louis Bourdaloue, Sermon sur la Providence, seconde partie, dans les “Chefs-d'œuvre oratoires de Bourdaloue” ; Garnier-Frères libraires-éditeurs, Paris, 1910, page 115.)
  2. Séduire, gagner.
    • Il donna un exemple mémorable de cette humeur volage lorsqu’il fut envoyé en Irlande par son père, Henri II, dans l’intention de captiver l’opinion des habitants de ce pays, nouveau et important fleuron de la Couronne anglaise. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Simulait-elle l'espièglerie, la naïveté pour mieux le captiver, le capturer. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CAPTIVER. v. tr.
Séduire, gagner. Captiver l'esprit de quelqu'un. Captiver les esprits. Captiver l'attention. Captiver l'admiration.

Littré (1872-1877)

CAPTIVER (ka-pti-vé) v. a.
  • 1Retenir prisonnier. Il captivait sa femme cependant, De ses cheveux voulait savoir le nombre, La faisait suivre en toute heure, en tous lieux, La Fontaine, On ne s'avise pas....

    Tombé en désuétude au propre.

  • 2 Fig. Soumettre, maîtriser. Un enfant difficile à captiver. Mes affaires me captivent entièrement. Loin de vous captiver, souffrez qu'elles [les grandeurs] vous cèdent, Corneille, Cinna, II, 1. … Quoi ! votre amour souffre qu'on le captive ? Racine, Brit. II, 6. La vengeance à ce point a pu vous captiver, Voltaire, Mérop. IV, 2. Que chacun sous telle puissance Captive son obéissance, Malherbe, V, 28. Soumettre notre raison en la captivant sous le joug de la foi, Bourdaloue, Car. I, Rel. chr. 270. Sacrifiant nos lumières, captivant notre raison, Massillon, Panég. Un saint mart. Tout fidèle doit captiver son entendement, Fléchier, Dauphin.

    Absolument. Les observances deviennent pénibles ; la prière, loin de consoler, gêne et captive, Massillon, Panég. Prof. relig. sermon 2.

  • 3Séduire, gagner. Captiver son auditoire. [Ils] trouvent le secret de captiver les sens, Corneille, Sert. II, 2. Pour charmer le vulgaire, Pour captiver un peuple inquiet et jaloux, Voltaire, Sophon. V, 1. Je la vis captiver et le peuple et l'armée, Voltaire, Sémir. II, 4. Arts trop pernicieux dont l'éclat les captive, Voltaire, Tancr. I, 1. Les femmes cherchent à captiver les hommes de parti, Diderot, Ess. sur Claude.
  • 4 V. réfl. Se captiver, se rendre captif, attentif, soumis. Il faut savoir se captiver. Ce qui le plus me désespère, C'est cet amant parfait et si digne de plaire Qui se captive sous ses lois, Molière, Psyché, IV, 1. Pendant que tu disais en ton cœur rebelle : je ne puis me captiver…, Bossuet, Anne de Gonzague.

HISTORIQUE

XVe s. Infidelité naist de l'orgueil de l'entendement qui ne se veut soumettre ou captiver pour obeir à la Sainte Ecriture, Gerson, dans le Dict. de DOCHEZ.

XVIe s. Dieu accepte notre obeissance, moyennant que nous captivions et mations tous nos sens et desirs pour les rendre sujets à lui, Calvin, 238. L'or des cheveux me captive, Du Bellay, J. VII, 21, verso. Je captive ayséement mes creances soubs l'auctorité des opinions anciennes, Montaigne, II, 15. Le plus grand nombre, au lieu de hausser quelques fois l'esprit, le rabaissent tousjours, et le captivent en la fange de la terre, Lanoue, 528. Quand vous aurez captivé le cœur de tous les François, D'Aubigné, Vie, XCIII. Apprenons à nous captiver et brider nostre appetit, Paré, XXIV, 53. Nostre ame, serve et captivée soubs l'auctorité des leçons d'aultruy, Montaigne, I, 161. Il faut ouyr, considerer et faire compte des anciens, non s'y captiver qu'avec la raison, Charron, Sagesse, préf. de la 2e édit.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « captiver »

Provenç. captivar ; espagn. cautivar ; portug. cativar ; ital. cattivare ; de captivare, de captivus (voy. CAPTIF).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Date à préciser) Du latin captivare.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « captiver »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
captiver kaptive

Évolution historique de l’usage du mot « captiver »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « captiver »

  • Tel est le miracle de l'école. Un bon professeur peut captiver les classes rétives et rendre vivants les enseignements les plus mal conçus. Il peut tout sauver. De François de Closets / Le Bonheur d’apprendre et comment on l’assassine
  • https://www.capital.fr/votre-carriere/voici-les-recettes-pour-captiver-votre-auditoire-au-travail-1373271 Capital.fr, Voici les recettes pour captiver votre auditoire au travail - Capital.fr
  • Ce qui unit des cinéastes aussi différents que Robert Aldrich, Stanley Kubrick et John Boorman ? La folie des grandeurs alliée à un talent fou, leur donnant (à juste titre) la folle prétention de croire qu’ils pouvaient captiver les spectateurs tout en les perdant dans des intrigues brumeuses, inexistantes ou ne menant nulle part. La preuve avec “En quatrième vitesse”, “L’Ultime Razzia” et “Le Point de non-retour”. Télérama, Aldrich, Kubrick, Boorman : trois cinéastes génialement “mégalos”
  • Minecraft Dungeons continue de captiver les joueurs avec sa proposition de jeu de rôle, d’action et de collecte de butin dans le monde de Minecfrat, et Mojang répondra à cette réception en publiant du contenu de manière continue. Dans quelques jours, les joueurs pourront continuer l’aventure grâce à un nouveau DLC qui proposera un contenu intéressant. Breakingnews.fr, L'aventure Minecraft Dungeons se poursuit avec Dungeon Awakens
  • Le choix du réseau ERA Immobilier a été fait surtout pour sa notoriété mais aussi pour le suivi qu’il assure à ses adhérents. Emilie Tellier a également saisi l’intérêt de lancer son projet dans cette ville, étant donné qu’elle bénéficie d’un cadre de vie et un bassin d’emplois susceptibles de captiver un grand nombre de clients. Observatoire de la franchise, ERA Immobilier est désormais mieux implanté dans la Seine-et-Marne grâce à une récente ouverture

Traductions du mot « captiver »

Langue Traduction
Anglais captivate
Espagnol cautivar
Italien catturare
Allemand fesseln
Portugais cativar
Source : Google Translate API

Synonymes de « captiver »

Source : synonymes de captiver sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « captiver »

Partager