Grever : définition de grever


Grever : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

GREVER, verbe trans.

A. − DR. et usuel
1. Grever qqc.1
a) Qqn1grève qqc1. (de qqn2) par/de qqc2.Faire que (quelque chose) supporte la charge, le poids de (quelque chose) de (quelque chose2). Il peut être défendu aux prodigues (...) de grever leurs biens d'hypothèques, sans l'assistance d'un conseil qui leur est nommé par le tribunal (Code civil,1804, art. 513, p. 94).On avait grevé d'impôts les revenus des particuliers (Say, Écon. pol.,1832, p. 9).Je ne veux pas grever les journaux où j'écris de quatre ou cinq cents francs par jour de timbre (Nerval, Filles feu, Angélique, 1854, p. 520).Elle [la commission] n'ose pas grever d'une telle somme le budget de l'État (Goncourt, Journal,1876, p. 1106).Sept ans, enfin, que vous grevez de quatre mille francs le budget du chapitre 1er(Courteline, Ronds-de-cuir,1893, 4etabl., 1, p. 131).
[Qqc2. non exprimé] L'État peut obtenir des travaux plus nombreux sans grever le budget (Vivien, Ét. admin., t. 1, 1859, p. 55).Ceux qui grèvent et immobilisent la propriété rurale seront éliminés par le rachat (Jaurès, Ét. soc.,1901, p. 45).Chez nous, on ne grève pas l'argent, on grève l'établissement (Barrès, Cahiers, t. 6, 1908, p. 329).
[Qqn1non exprimé] Pour soutenir la betterave, il faut grever la canne (Proudhon, Propriété,1840, p. 295).
[Au passif] Une tonne de houille vendue 30 francs est grevée par le fisc du tiers environ de sa valeur commerciale, soit 10 francs (Proudhon, Syst. contrad. écon., t. 2, 1846, p. 52).
b) Qqc2. grève qqc1.Alourdir (d'une charge financière, d'une servitude). Vous pouvez vous servir de cet argent pour payer les hypothèques qui grèvent votre maison (Balzac, Cous. Bette,1846, p. 327).Nos pertes de lundi vont grever notre budget (About, Roi mont.,1857, p. 195).L'instruction des trois gamins greva terriblement le budget de la maison Rougon (Zola, Fortune Rougon,1871, p. 60).Ces patrimoines seraient transmis aux établissements communaux avec les charges qui les grèvent (Barrès, Cahiers, t. 6, 1908, p. 108).Tel qui pouvait, avant la guerre, s'offrir une 11 CV ou une 14 CV rêve simplement d'acquérir un petit véhicule qui ne grèvera pas trop son budget (Tinard, Automob.,1951, p. 367).Les engrais constituaient une matière première qui leur coûtait beaucoup trop cher et grevait terriblement leur prix de revient (Debatisse, Révol. silenc.,1963, p. 248).
[Au passif] Lorsque des immeubles d'une succession sont grevés de rentes par hypothèque spéciale (Code civil,1804, art. 872, p. 158).Ses terres étaient grevées d'arbres fruitiers, qui se louaient tous les ans au profit du seigneur ou de l'abbaye (Erckm.-Chatr., Hist. paysan, t. 1, 1870, p. 11).Cette vie assez large, grevée par les recherches de toilette, par les dîners offerts à d'utiles parasites, nécessitait des appels réitérés aux capitaux de Rachel (Vogüé, Morts,1899, p. 49).Cette somme se trouvait grevée de beaucoup de frais notables (Duhamel, Notaire Havre,1933, p. 232).Le commerce des bois tropicaux est lourdement grevé par les frais de transport (Forêt fr.,1955, p. 6) :
1. La petite maison de Crevel, car il en était propriétaire, avait un appendice à toiture vitrée, bâti sur le terrain voisin, et grevé de l'interdiction d'élever cette construction, entièrement cachée à la vue par la loge et par l'encorbellement de l'escalier. Balzac, Cous. Bette,1846, p. 185.
[Qqc2. non exprimé] Tous les biens du gueux sont grevés au-delà de leur valeur (Balzac, C. Birotteau,1837, p. 232).
2. Grever qqn2
a) Qqn1grève qqn2de qqc2.Faire supporter (à quelqu'un2) une lourde charge financière, une servitude. Anton. dégrever.L'impôt dont nous grèvent les auteurs (Jouy, Hermite, t. 5, 1814, p. 238).Il ne voulut jamais consentir à grever ses sujets de nouveaux impôts (Montalembert, Ste Élisabeth,1836, p. xxxv).
[Qqc2. non exprimé] Il les exhorta (...) à bien se garder de trop grever leurs sujets (Barante, Hist. ducs de Bourg., t. 2, 1824, p. 335).On ne pourrait pas établir les retraites sans grever le paysan (Renard, Journal,1907, p. 1125).
DR. Être grevé de substitution (Ac.) Emploi subst. Un grevé (de substitution). ,,Premier donataire chargé de restituer`` (Barr. 1974) :
2. Les dispositions permises par les deux articles précédens, ne seront valables qu'autant que la charge de restitution sera au profit de tous les enfans nés et à naître du grevé, sans exception ni préférence d'âge ou de sexe. Code civil,1804, art. 1050, p. 191.
[Emploi réfl. : qqn1= qqn2] Il tenait état des sommes qui lui étaient prêtées jusqu'aux plus minimes fractions, car il ne voulait pas se grever au-delà d'un certain chiffre (Murger, Scènes vie boh.,1851, p. 29).
b) Qqc2. grève qqn2.Constituer une lourde charge financière. Tous les impôts qui grevaient le pauvre peuple (Barante, Hist. ducs de Bourg., t. 3, 1821-24, p. 123).
[Au passif] À votre défaut, vos héritiers seront grevés de la même obligation (Gobineau, Pléiades,1874, p. 202).Les parents grevés de cette charge (Jaurès, Ét. soc.,1901, p. 202).
B. − Au fig.
1. Grever qqc1.Porter atteinte à la valeur, à l'efficacité (de qqc.). Synon. hypothéquer.
a) Qqn1grève qqc1. par/de/en qqc.2L'écrivain (...) se borne à grever légèrement l'avenir par des engagements outrés (Maurras, Avenir Intellig.,1905, p. 68).La régence, en cherchant, pour les raisons que nous avons vues, les bonnes grâces de l'opinion, greva le règne de Louis XV (Bainville, Hist. Fr., t. 1, 1924, p. 275).
[Qqn1non exprimé équivaut à un impers.] Comment donc subvenir aux nécessités du présent sans (...) grever trop lourdement l'avenir? (Maritain, Human. intégr.,1936, p. 278).
[Au passif; qqc.2non exprimé] Une existence individuelle grevée par mes ancêtres (Ricœur, Philos. volonté,1949, p. 408).
b) Qqc.2grève qqc.1La protection accordée aux princes protestants et à la Prusse, ont grevé l'avenir de notre pays (Maritain, Primauté spirit.,1927, p. 115).Proust (...) a étudié le monde sans aucune des préoccupations qui grèvent si dangereusement l'œuvre de Bourget (Mauriac, Journal 2,1937, p. 152).
[Au passif]
Grevé de. Il m'importe que ma mémoire ne soit pas grevée de mon silence (Chateaubr., Mém., t. 4, 1848, p. 15).Le socialisme procède d'une conception de l'homme, du travail et de la société grevée d'erreurs et de déficiences (Maritain, Human. intégr.,1936, p. 97) :
3. La semaine suivante, M. Beaussier, avec une satisfaction visible, proclama mon abaissement. L'incorrection de mon thème, les solécismes et les barbarismes dont il était grevé me replongeaient soudain dans le dernier tiers de la classe... A. France, Vie fleur,1922, p. 365.
Grevé par. Le maintien de son indépendance [du pays] grevée par une occupation militaire permanente (Joffre, Mém., t. 2, 1931, p. 376).
2. Grever qqn2.Accabler (quelqu'un) d'une charge, la lui imposer sans son accord.
a) Qqn1grève qqn2de qqc.2[Le suj. désigne un inanimé] Il me faut de ce bâton-là faire une idole, l'imposer aux hommes, et les contraindre à des offrandes qui les grèveront de sacrifices (Saint-Exup., Citad.,1944, p. 674).
b) Qqc2. grève qqn2.[Au passif] Cette femme, grevée de la vie, semblait être venue chercher l'autre femme abattue qu'elle devait emporter (Chateaubr., Mém., t. 2, 1848, p. 36) :
4. Les femmes qui se voilaient la face en criant le plus au scandale, à la perversité, étaient précisément Amélie, Zéphirine, Fifine, Lolotte, qui toutes étaient plus ou moins grevées de bonheurs illicites. Balzac, Illus. perdues,1837, p. 142.
Prononc. et Orth. : [gʀ əve], (il) grève [gʀ ε:v]. Ds Ac. dep. 1694. Conjug. : devant syll. muette change [ə] en [ε]. Étymol. et Hist. 1. Ca 1160 « accabler, affliger » (Enéas, éd. J.-J. Salverda de Grave, 184); 2. 1636 « accabler de charges » (Monet). Empr. au lat.gravare « alourdir » dér. de gravis, grave* avec infl. de grèvis, v. grief (FEW t. 4, p. 262). Fréq. abs. littér. : 181.

Grever : définition du Wiktionnaire

Verbe 1

grever \ɡʁə.ve\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Finance) Faire plier sous un poids trop lourd, en parlant de charges financières.
    • La terre de Saint-Escobille était grevée hypothécairement d'une rente de 800 fr. au profit de l'Hôtel-Dieu de la ville de Dourdan. — (« Hospices de Dourdan contre Tassin de Villiers », Cours de Cassation, 6 mai 1818, dans le Journal du Palais : Jurisprudence française, vol. 14 (1817-1818), Paris : chez F.-F. Patris, 1839, page 791)
    • Le pays est grevé d’impôts.
    • Les frais d’éducation grèvent lourdement le budget d’une famille nombreuse.
    • Propriété grevée d’hypothèques.
    • Grever son budget : s’imposer une lourde dépense.
    • Être grevé de substitution : être héritier ou légataire à charge de substitution.

Verbe 2

grever \Prononciation ?\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Faire grève.
    • « Les responsables de cette institution reconnaissent n’avoir pas respecté le calendrier académique, les cours ne se sont pas déroulés normalement durant cette année. Car on a grevé pendant deux mois », a confié un enseignant de cette Université. — (Rosy Bondala, Après les retards engendrés par des arrêts intermittents des cours, des étudiants de l’UPN redoutent le risque d’un chevauchement, 28 juin 2018)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Grever : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GREVER. v. tr.
Faire plier sous un poids trop lourd, en parlant de Charges financières. Le pays est grevé d'impôts. Les frais d'éducation grèvent lourdement le budget d'une famille nombreuse. Propriété grevée d'hypothèques. Fig. et fam., Grever son budget, S'imposer une lourde dépense. En termes de Jurisprudence, Être grevé de substitution, Être héritier ou légataire à charge de substitution.

Grever : définition du Littré (1872-1877)

GREVER (gre-vé. La syllabe gre prend un accent grave, quand la syllabe qui suit est muette : je grève, je grèverai) v. a.
  • 1Causer un grief, faire tort, apporter du dommage, faire du chagrin. …En l'accès du tourment qui me grève, Régnier, Dial. Ce grand prince [Henri IV], voyant le souci qui la grève [la France personnifiée], Touché de piété, la prend et la relève, Régnier, Épît. I.
  • 2Charger de contributions, d'hypothèques. Il a beaucoup grevé ses propriétés.

    Fig. Grever son budget, s'imposer une lourde dépense.

  • 3Se grever, v. réfl. S'imposer de lourdes dépenses.

HISTORIQUE

XIIe s. Ah ! Dex ! dist Charles, come ai le cuer grevé ! Ronc. p. 183. N'est pas merveilles se m'aïr [je m'irrite] Vers amor, qui m'a tant grevé, Couci, III. Tant par nous a la mer gregiez E si nos a afebleiez, Que à grant peine estum sur piez, Benoit de Sainte-Maure, V. 1447.

XIIIe s. La mort ne me greveroit mie, Se ge moroie es bras m'amie, la Rose, 2473. Haus homs ne puet avoir nul vice, Qui tant lui griet [pèse] cum avarice, ib. 1156. Le [la] contrarietés qui est trouvée contre autrui et non pas contre sei ne me doit pas grever, Beaumanoir, XII, 42.

XVe s. Lui manda que il n'auroit pire ennemy que luy, et le greveroit en toutes les guises qu'il pourroit, Froissart, I, I, 54. Il greva beaucoup au roy de dissimuler de ceste parolle, Commines, IV, 8.

XVIe s. Le vice, la mort… sont subjects graves et qui grevent, Montaigne, III, 305. Il permeit d'appeler devant le peuple à ceulx qui penseroient estre grevez par les sentences des officiers, Amyot, Solon, 30. …Disans estre rompus et grevés [avoir une hernie], Paré, XIX, 23.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Grever : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

GREVER, v. act. (Jurisp.) signifie charger quelqu’un de quelque condition ; ce terme s’applique, surtout en matiere de substitution & de fidéi-commis ; on di grever un héritier ou légataire de substitution ou fidéi-commis : le grevant, gravans, est celui qui met la condition ; le grevé, gravatus, est celui qui en est chargé.

On ne peut en général grever personne, qu’en lui faisant quelque avantage ; c’est ce que signifie la maxime, nemo oneratus nisi honoratus. Voyez Fidéi-Commis & Substitution. (A)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « grever »

Étymologie de grever - Littré

Wallon, grîver, chagriner ; provenç. grevar, gravar, greviar ; espagn. et portug. gravar ; ital. gravare ; du lat. gravari, être à charge, de gravis, pesant (voy. GRAVE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de grever - Wiktionnaire

(Verbe 1) (1636 pour ce sens) Le mot français classique signifie surtout « causer du dommage, frapper d'une charge ». Du latin populaire gravare ou grevare (« charger au sens concret, causer du dommage, affliger au sens d’actes comptables ou justiciables »). Au XVIIe siècle, on ne grève plus ni un chariot ni un bateau, à part, au sens figuré, la barque des impôts ou le char de l’état. Le mot appartient à la même famille que aggraver, aggravation, du latin populaire aggrevare.
(Verbe 2) Dérivé de grève.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « grever »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
grever grǝve play_arrow

Conjugaison du verbe « grever »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe grever

Citations contenant le mot « grever »

  • Le montant total avait donc été bien supérieur aux bénéfices nets de l'année 2017 (679 millions) et les conséquences d'un mouvement long pourraient grever durablement le budget de la compagnie, déjà endettée. Franceinfo, Réforme des retraites : quel est le coût d'une grève ?
  • "Jean Castex souhaite donc prioriser la question du 'financement actuel' du régime", écrivent d'ailleurs nos confrères qui rappellent combien la crise du coronavirus a pu grever le système. Le Conseil d'orientation des retraites (COR) a déjà alerté sur les risques relatifs à l'aggravement du du déficit… Planet, Retraites : les premières annonces du nouveau gouvernement
  • La dette publique française a repris une trajectoire nettement ascendante, après sa relative stabilisation des dernières années. Elle s'est établie fin mars à 101,2% du produit intérieur brut (PIB), soit 2.438,5 milliards d'euros, en hausse de 3,1 points par rapport à fin décembre. La plus forte hausse trimestrielle en près de 11 ans, indique l'Insee. Cette hausse exceptionnelle provient notamment de "la baisse de l'activité au premier trimestre liée à la crise sanitaire et (des) mesures de soutien aux entreprises et aux ménages", comme le chômage partiel et le report des cotisations patronales, qui sont venues grever les comptes des administrations de sécurité sociale, explique l'Insee. Capital.fr, La dette de la France bondit à cause du chômage partiel et du report des cotisations - Capital.fr
  • Occasion pour la patronne « de remercier l’État sur la mise en place du chômage partiel qui a permis de maintenir un salaire pour mes employés (18 CDI) sans trop grever notre trésorerie… » Un système garanti pour ce secteur jusqu’à la fin de l’année : « J’ai aussi repris deux des quatre femmes de chambre en juin, une troisième en juillet. En revanche, je n’ai pas renouvelé les six saisonniers habituels à cette période de l’année ». Seul écueil, l’établissement n’est pas éligible pour diverses clauses financières au fonds de solidarité, alors que le prêt garanti de l’État (PGE), réclamé sur un an, a été bel est bien validé. , Economie | Un projet à 3,6 M€ pour l'hôtel-restaurant du Lac de Madine
  • Vous avez déjà passé 4 ans à grever mais le Burkina resiste. ALLONS SEULEMENT CHACUN AURA POUR SON COMPTE , Syndicats des travailleurs : Une grève générale de 48h prévue les 8 et 9 juillet 2020 - leFaso.net, l'actualité au Burkina Faso
  • Alors que la grève annoncée est un droit corporatif, je crains fort que ça ne soit pas le bon moment pour déclencher aucune grèves surtout, et avant tout, si la grève est destinée à améliorer les conditions de travail des grévistes et pour cause : l’impact dévastateur du COVID sur l’économie mondiale. Les réclamations corporatives, oui, les grévistes sont en plein droit de les clamer sauf que, cela peut se faire sans déclencher une grève car la grève n’arrangera rien. L’économie nationale s’est rétrécie à cause du COVID, que vous greviez ou pas, le gouvernement ne sera pas en mesure de vous satisfaire. Au lieu donc de grever, envoyez tout simplement une délégation à ce dernier avec vos doléances. Le gouvernement prendra note en attendant des jours meilleurs pour vous satisfaire. Bref, grever et l’envoie d’une délégation donneront le même résultat : la prise en note de vos doléances par le gouvernement, mais rien ne se fera entretemps. , Ministère de la jeunesse : Le syndicat annonce une grève de 48 heures les 8 et 9 juillet 2020 - leFaso.net, l'actualité au Burkina Faso
  • S'exprimant lors d'une conférence de presse en ligne, Athanasios Arvanitis a souligné que cette pause ne faisait que grever les perspectives économiques du Liban. Challenges, Le FMI invite les Libanais à s'entendre sur le plan de sauvetage - Challenges

Images d'illustration du mot « grever »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « grever »

Langue Traduction
Corse carricu
Basque zama
Japonais 負担
Russe бремя
Portugais fardo
Arabe عبء
Chinois 负担
Allemand belastung
Italien fardello
Espagnol carga
Anglais burden
Source : Google Translate API

Synonymes de « grever »

Source : synonymes de grever sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « grever »



mots du mois

Mots similaires