Épreuve : définition de épreuve


Épreuve : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ÉPREUVE, subst. fém.

I.− [Correspond à éprouver A; l'idée est celle de faire subir qqc. à qqn ou à qqc.]
A.−
1. Expérience à laquelle on soumet une (ou la) qualité d'une personne ou d'une chose et qui est susceptible d'établir la valeur positive de cette qualité.
[La qualité est celle d'une chose concr. ou abstr.] Faire l'épreuve de résistance d'un pont, l'épreuve au choc d'un métal, l'épreuve d'une arme à feu. Pour s'assurer de la qualité des tôles et des barres d'acier, [dans la marine militaire], on fait trois sortes d'épreuves (Croneau, Constr. nav. guerre,t. 1, 1892, p. 52):
1. ... quand Leibnitz soumet à l'épreuve critique, tirée de son principe de la raison suffisante, les deux idées de l'espace et du temps, le résultat de l'épreuve est le même pour l'une et pour l'autre. Cournot, Fond. connaiss.,1851, p. 216.
[La qualité est celle d'une pers.] À quoi reconnaît-on qu'une femme qui vit seule n'est pas une « grue »? On ne peut pourtant pas, à titre d'épreuve, lui proposer de l'argent (Romains, Hommes bonne vol.,1932, p. 271).Les souffrances physiques (et les privations) sont souvent pour les hommes courageux une épreuve d'endurance et de force d'âme (Weil, Pesanteur,1943, p. 44).
En partic. [Dans un contexte de combat] Épreuve de force. Confrontation réunissant deux adversaires entre lesquels s'engagera un combat. Deux jours après l'échange des messages, l'épreuve de force s'engagera (De Gaulle, Mém. guerre,1959, p. 189):
2. En septembre 1938, raconte Marat, la CGT donna l'ordre d'une grève générale de 24 heures que les patrons et le gouvernement décidèrent de briser : ce fut une épreuve de force. Vailland, Drôle de jeu,1945, p. 173.
2. Loc. [Le subst. est le plus couramment employé sous cette forme]
a) Loc. verbales
Mettre à l'épreuve. [Le compl. d'obj. dir. désigne une chose concr. ou abstr., une pers.] Soumettre à l'expérience. Il pesait sur le bout de sa botte, tel un bretteur met à l'épreuve la solidité de sa lame (Courteline, Train 8 h 47,1888, 3epart., 3, p. 240).Il connaissait Davis de réputation, et il n'éprouvait aucune appréhension à être mis à l'épreuve par lui (Peisson, Parti Liverpool,1932, p. 51).Je soupçonne une invention du chevalier étranger, pour mettre à l'épreuve mes sentiments (Camus, Chev. Olmedo,1957, 1rejournée, 9, p. 735):
3. ... des thèses générales que nous voudrions mettre à l'épreuve dans cet ouvrage ainsi que dans quelques autres que nous nous leurrons de l'espoir d'écrire encore. Bachelard, Poét. espace,1957, p. 17.
Rem. On rencontre aussi la loc. nom. mise à l'épreuve de. La mise à l'épreuve de mon affection pour eux (Gide, Journal, 1940, p. 40).
Faire l'épreuve d'une chose. L'expérimenter et/ou en vérifier les qualités, l'efficacité. Celle [l'activité] des machines tient du prodige. Je viens d'en faire l'épreuve sur le railway qui mène à Liverpool (Michelet, Chemins Europe,1874, p. 145):
4. Cette prière (...) il suffit, dans les douleurs, de se l'appliquer comme un emplâtre (...) et elle opère de la sorte aussi bien (...) que si on la récitait. J'en ai fait l'épreuve (...) lors de la naissance de mon fils... France, Rôtisserie,1893, p. 12.
Rare et littér. [Le compl. d'obj. indir. désigne un homme] Faire une épreuve de. Éprouver les qualités physiques et morales :
5. ... avant que l'escadre de M. de Ternay mît à la voile, M. de La Marche pensa qu'il aurait le temps de faire une épreuve suffisante de son nouvel écuyer. Sand, Mauprat,1837, p. 218.
b) Loc. prép. À l'épreuve de. [En parlant d'une pers., d'une chose] . Qui peut être soumis à l'expérience, qui est capable d'y résister, de la supporter. Nous autres militaires, nous sommes à l'épreuve d'un bain froid (Mérimée, Théâtre C. Gazul,1825, p. 63).Tu montres ainsi une âme à l'épreuve de la crainte (Miomandre, Écrit sur eau,1908, p. 201).Une large porte, cloutée, solide, à l'épreuve de la hache et de la balle (Bernanos, Joie,1929, p. 649).
Vieilli et absol.
Qui est capable de résister à tout :
6. Mr Buloz m'a porté votre nouvelle qui avait un peu effarouché sa pudeur. La mienne est plus à l'épreuve et je ne crois pas que la moyenne des lecteurs fût plus scrupuleuse. Mérimée, Lettres Delessert,1870, p. 44.
Soumis à quelque chose de pénible, dangereux... et en sortir vainqueur. [Camille :] − ... En voyage, dans une circonstance, je l'ai vu [Conti] à l'épreuve : il a su risquer une vie qu'il aime (Balzac, Béatrix,1839-45, p. 104).
Acheter un cheval à l'épreuve. Après l'avoir essayé. (Cf. DG, Rob.).
c) Loc. à tournure adj. À toute épreuve (cf. Dupré1972).[En parlant d'une pers. ou d'une chose.] Capable de résister à tout, de surmonter toutes les expériences. Il [Tartarin] se dit qu'avec de bons guides, un compagnon à toute épreuve comme Bompard (A. Daudet, Tartarin Alpes,1885, p. 241).Le tsar Nicolas II était un souverain d'une droiture à toute épreuve (Foch, Mém.,t. 1, 1929, p. XXVI):
7. ... ces frondaisons s'offrirent d'elles-mêmes pour former par leur assemblage des nattes souples et résistantes, des récipients à toute épreuve, ... Vidal de La Bl., Princ. géogr. hum.,1921, p. 122.
3. En partic. [L'expérience porte sur la valeur religieuse d'une pers.] Les plaies, morales ou physiques, sont autant d'épreuves bénies qui doivent nous rapprocher de Dieu (A. Daudet, Évangéliste,1883, p. 83).Et après tout, quand je considère l'état des âmes à Vaux-le-Devers, je ne suis pas autrement surpris que Dieu leur ait envoyé cette épreuve (Aymé, Vouivre,1943, p. 81).
4. P. méton. et spéc. [En parlant de choses] Résultat d'un essai, d'une expérience, pouvant être soumis à des corrections ou des retouches.
a) IMPR. ,,Feuille de papier très ordinaire sur laquelle on a imprimé une composition, avant le tirage définitif, et qui sert à la vérification et à l'inscription des corrections`` (Comte-Pern. 1963). Corriger les épreuves; épreuve au taquoir, à la brosse, au rouleau :
8. M. Didot fils nous renvoie la première épreuve de la seconde édition de Marie-Antoinette, en appelant notre attention sur les corrections de son correcteur. Goncourt, Journal,1858, p. 561.
b) GRAV. ,,Feuille d'essai imprimée sur une planche gravée, sur une pierre lithographique, qui permet à l'artiste de juger du degré d'achèvement de son travail et des retouches qui pourraient être nécessaires; (...) toute estampe imprimée d'une planche gravée ou d'une lithographie`` (Adeline, Lex. termes art, 1884). J'attendais les épreuves des gravures retouchées. Vous me répondez que les aciers sont dans les mains des graveurs de lettres (Hugo, Corresp.,1862, p. 421):
9. La gravure sur pierre (...) offre (...) l'avantage de fournir des épreuves plus pures et plus nettes que par exemple celles d'eau-forte. Chelet, Lithogr.,1933, p. 73.
Épreuve avant la lettre. ,,Celle d'une gravure terminée, mais n'ayant pas encore reçu les inscriptions qui doivent l'accompagner (titre, date, dédicace, noms de l'auteur, de l'imprimeur, etc.)`` (Dacier 1944) :
10. On a trouvé (...) dans de vieux meubles et même jusque dans l'épaisseur de ses planchers des épreuves de ses gravures avant la lettre et en grand nombre, ... Delécluze, Journal,1825, p. 134.
P. métaph. :
11. ... beaucoup de nos contemporains à nous, qui reconnaissent dans l'auteur des Mémoires d'un Touriste et de la Chartreuse de Parme comme une épreuve avant la lettre de plusieurs traits de la sensibilité la plus moderne. Bourget, Essais de psychol. contemp.,1883, p. 212.
c) SCULPT. Moulage. Le masque de Napoléon rapporté de Sainte-Hélène par le docteur Antomarchi, et dont une épreuve en plâtre (...) a terrifié mon enfance (France, P. Nozière,1899, p. 28).
d) PHOT. ,,Image photographique positive généralement tirée sur papier, obtenue d'après un négatif transparent`` (Photo 1973). Épreuve positive, négative. Il ouvrit le registre. Je rougis violemment en y apercevant l'épreuve à peine virée d'une photographie que je connaissais bien (Benoit, Atlant.,1919, p. 45):
12. Pour retoucher des épreuves de photographie, mouiller le papier et l'appliquer sur un verre; il adhérera au moins pendant deux heures; retoucher dans l'humide avec aquarelle et rehaut de gouache. Delacroix, Journal,1850, p. 422.
P. métaph. :
13. ... je sais une fenêtre où on voit après un premier, un second et même un troisième plan fait des toits amoncelés de plusieurs rues, une cloche violette, parfois rougeâtre, parfois aussi, dans les plus nobles « épreuves » qu'en tire l'atmosphère, d'un noir décanté de cendres, laquelle n'est autre que le dôme de Saint-Augustin... Proust, Swann,1913, p. 66.
B.− [L'expérience subie a un caractère pénible] L'épreuve débilitante d'une longue maladie (Nélaton, Pathol. chir.,t. 1, 1844, p. 5).Cette petite épreuve météorologique m'a fait songer aux horreurs des climats brûlants, à l'enfer de la poussière et de la soif (Amiel, Journal,1866, p. 371).On a souvent recours à ce délassement après un voyage ou une épreuve fatigante (Faral, Vie temps st Louis,1942, p. 192).
1. En partic. [L'expérience est physiquement et moralement très pénible, très douloureuse] Enfin vint la terrible épreuve de l'ensevelissement (Michelet, Journal,1839, p. 309).La France, tandis qu'elle subissait les épreuves de l'invasion, n'avait jamais oublié les braves Français et Indochinois (De Gaulle, Mém. guerre,1959, p. 488):
14. Personne n'éprouve un désarroi pareil à celui des sujets de cette famille devant l'épreuve du deuil; ils n'arrivent pas à s'arracher aux liens qu'ils avaient contractés avec l'objet aimé... Mounier, Traité caract.,1946, p. 447.
Absol. Les douces amitiés de l'enfance disparurent derrière moi. J'entrai dans une vie d'épreuve et d'isolement (Michelet, Oiseau,1856, p. XXXI).« Stuart Mill dans l'épreuve et dans l'accablement trouva le repos et le calme, à l'ombre de la poésie de Wordsworth » (Darmesteter ds Barrès, Cahiers,t. 7, 1908-09, p. 313).
2. Spéc. Expérience, examen, test, imposé à une personne afin d'apprécier ses qualités physiques, morales, intellectuelles, dans le but de la juger ou de lui conférer un grade, un titre, une dignité... À peine un petit frisson à fleur de peau du franc-maçon novice auquel on fait subir les premières épreuves (A. Daudet, Tartarin Alpes,1885, p. 189).Il avait dû, à l'âge de la croissance, subir cette épreuve de la préparation à l'École polytechnique, meurtrière aux meilleures santés (Bourget, Disciple,1889, p. 67):
15. ... elles [les jeunes femmes] entrent dans la mer, d'un petit pas rapide qu'arrête parfois un frisson de froid délicieux, une courte suffocation. Bien peu résistent à cette épreuve du bain. C'est là qu'on les juge, depuis le mollet jusqu'à la gorge. Maupass., Contes et nouv.,t. 1, Adieu, 1884, p. 945.
a) HIST. ANTIQUE, et FÉOD. Épreuves judiciaires. Expériences physiques auxquelles on soumettait un accusé en faisant appel au jugement de Dieu pour désigner le coupable (cf. ordalie). Épreuve de l'eau bouillante, du feu, du fer chaud. Les contemporains (...) voyaient dans le martyre une épreuve judiciaire constituant un témoignage en l'honneur du Christ (Sorel, Réflex. violence,1908, p. 277).
b) SCOLARITÉ. Exercice pratique écrit ou oral que subit un élève en classe ou lors d'un examen afin d'être jugé selon ses capacités. Subir les épreuves du baccalauréat, une épreuve de chimie. « Épreuve d'orthographe, mesdemoiselles, veuillez écrire : je ne répète qu'une seule fois la phrase que je dicte » (Colette, Cl. école,1900, p. 195).Piano, violon, violoncelle. Première épreuve éliminatoire : un morceau au choix et le morceau imposé. Deuxième épreuve : morceau imposé, gammes ou exercices à la demande du jury, lecture à vue (Enseign. mus.,t. 1, 1950, p. 14).
Rem. Certains dict. enregistrent un emploi méton. La copie écrite de l'élève. Corriger les épreuves d'un examen (Lar. Lang. fr.).
c) SPORTS
[Dans les courses de chevaux] Distance à parcourir dans une partie liée. Gagner la première épreuve (DG) :
16. ... il ramenait sa jument au sec en la faisant tourner lentement en cercle autour de l'escadron rassemblé comme s'il se fût agi des suites d'une épreuve de haies. Céline, Voyage,1932, p. 41.
Mod. Exercice physique, compétition sportive. Les épreuves d'automobiles sur piste se courent à Brooklands (Morand, Londres,1933, p. 140):
17. Ajoutons que toutes ces épreuves devaient être passées au cours d'une même demi-journée et, en principe, dans l'ordre suivant : lancer (3 essais), saut en hauteur ou longueur... R. Vuillemin, Éduc. phys.,1941, p. 114.
d) En partic. Épreuve par assis et levé. Moyen rapide de recueillir les votes dans une assemblée, consistant à faire se lever successivement ceux qui votent pour et ceux qui votent contre.
II.− Plus rarement, vieilli. [Correspond à éprouver B]
A.− [Dans un domaine concr.] Loc. verbale. Faire l'épreuve de. Faire l'expérience de. Nous avions nous-mêmes fait l'épreuve de cette inconstance des vents, et ceux de l'ouest ne nous avaient quittés que par les 12 degrés (Voy. La Pérouse,t. 3, 1797, p. 185):
18. Là [à Lindaw] Montaigne regretta (...) de n'avoir point emmené avec lui un cuisinier pour s'instruire des recettes allemandes et en pouvoir faire un jour l'épreuve chez lui... Sainte-Beuve, Nouv. lundis,t. 2, 1863-69, p. 164.
B.− [Sur le plan moral] Expérience d'un sentiment, d'un état moral. Il n'avait pas non plus cette pénétration qu'une longue méfiance et l'épreuve du mal finissent par donner aux plus simples (Sainte-Beuve, Port-Royal,t. 5, 1859, p. 42):
19. ... il s'agit ici en effet non pas même des choses (...) impossibles, mais du chantier infini des possibilités, du domaine des difficultés usuelles qui se résolvent par le travail et à longueur de temps, dans l'épreuve de la douleur et de la médiation; ... Jankél., Je-ne-sais-quoi,1957, p. 231.
Prononc. et Orth. : [epʀ œ:v]. Enq. : /epʀøv/. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Ca 1175 esprove « action d'éprouver (quelque chose ou quelqu'un) » (B. de Ste-Maure, Ducs Normandie, éd. C. Fahlin, 34722); 2. av. 1615 typogr. (Pasquier, Lettres, t. 1, p. 662 ds Littré). Déverbal de éprouver*. Fréq. abs. littér. : 4 426. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 5 671, b) 6 882; xxes. : a) 5 202, b) 7 168. Bbg. Interphotothèque. Commission terminol. Paris, p. 9. − Lipka (L.). Kugelsicher- à l'épreuve des balles. In : [Mél. Marchand (H.)]. The Hague, 1968, pp. 127-143. − Quem. DDL t. 9. − Sournia (J.-Ch.). Les Anglicismes méd. Banque Mots. 1972, no4, p. 215. − Termes techn. fr. Paris, 1972, p. 34, 139.

Épreuve : définition du Wiktionnaire

Nom commun

épreuve \e.pʁœv\ féminin

  1. Action d’éprouver quelque chose ou quelqu'un, essai, expérience qu’on fait de quelque chose à surmonter.
    • Ce blindage est à l’épreuve des balles.
  2. Partie d'examen ou de concours ; compétition sportive.
    • Ceux qui, à la première épreuve, auraient manqué complètement la pancarte blanche, devaient se retirer immédiatement et renoncer à concourir. — (Alexandre Dumas, Othon l’archer, 1839)
    • Épreuve écrite de français au baccalauréat.
  3. Malheur, obstacle de la vie, danger, etc.
    • Les catholiques ne se sont jamais découragés au milieu des épreuves les plus dures, parce qu'ils se représentaient l'histoire de l'Église comme étant une suite de batailles engagées entre Satan et la hiérarchie soutenue par le Christ. — (Georges Sorel, Lettre à Daniel Halévy, 15 juillet 1907, dans Réflexions sur la violence, 1908)
    • Tous semblaient faire partie des terribles épreuves que Dieu infligeait à son peuple, sans qu'aucun, apparemment, n’inspirât le moindre sentiment que ses croyances et pratiques religieuses méritassent quelque investigation, a fortiori fussent empreintes de la moindre légitimité. — (Henry Laurens, John Tolan & Gilles Veinstein, L' Europe et l’Islam: Quinze siècles d’histoire, Éditions Odile Jacob, 2009)
  4. (Typographie) Feuille d’impression sur laquelle on indique les corrections, les changements que devra faire l’imprimeur.
    • En 1822, lorsqu'il corrigeait les épreuves de cette espèce de voyage moral en Italie et en Allemagne, l'auteur, […], traita le manuscrit, […], avec ce respect aveugle que montrait un savant du quatorzième siècle pour un manuscrit de Lactance ou de Quinte-Curce qu'on venait de déterrer. — (Stendhal, De l'Amour, 1re préface de 1826)
    • Chez d'autres, le manque d'habitude de lire typographiquement produit le même résultat; des fautes évidentes leur échappent sur trois épreuves, et ils les taxent de fautes typographiques. — (A. Frey, Nouveau manuel complet de Typographie, nouvelle édition revue, corrigée & augmentée par M.E. Bouchez, Manuels-Roret, 1857, part.1, page 188)
    • C’était son dernier livre, celui sur lequel il comptait le plus. Avec quel soin minutieux ses mains, déjà tremblantes de fièvre, avaient corrigé les épreuves ! — (Alphonse Daudet, Le dernier livre, dans Contes du lundi, 1873, Fasquelle, collection Le Livre de Poche, 1974, page 182.)
  5. (Gravure) Premières feuilles qu’on tire sur une planche gravée pour juger de l’état du travail et voir s’il n’y a pas de fautes.
    • C'était une vaste salle, une sorte d'atelier encombré de sièges, de plans et d'épreuves de gravures, avec, dans un coin, une presse où luisait la plaque de cuivre rouge à laquelle Marie de Médicis travaillait alors. — (Michel Zévaco, Le Capitan, 1906, Arthème Fayard, coll. « Le Livre populaire » no 31, 1907)
  6. (Par extension) Toute estampe tirée après que le travail est entièrement terminé.
    • La première épreuve de cette estampe n’est pas bien venue. - Voilà une belle épreuve.
  7. (Finance) Monnaie de collection frappée sur un flan qui a subi un polissage poussé au moyen de matrices dont les parties les plus hautes sont polies.
  8. (Cinéma) Film brut après développement et avant montage.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Épreuve : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉPREUVE. n. f.
Action d'éprouver, essai, expérience qu'on fait de quelque chose. Faire l'épreuve d'une machine nouvelle. Cette chaudière n'a pas résisté aux épreuves. En style parlementaire, Épreuve à mains levées. Épreuve par assis et levé. Il se dit, dans un sens analogue, en parlant des Personnes. Les francs-maçons font subir des épreuves à ceux qui entrent dans leur ordre. Tenter une épreuve, des épreuves sur quelqu'un. Vous l'avez mis à une rude épreuve. Mettre la constance, la fidélité, la patience de quelqu'un à l'épreuve. Épreuves écrites, Épreuves orales se dit en parlant des Diverses parties d'un examen. Il se dit particulièrement des Malheurs, des dangers, etc., où il est nécessaire de montrer de la fermeté, du courage, de la constance. Passer par de rudes épreuves. Il soutint courageusement l'épreuve, toutes les épreuves de la mauvaise fortune. Cela est à l'épreuve du feu, se dit d'une Chose que le feu ne peut consumer, calciner, altérer. Cette cuirasse est à l'épreuve des balles, de la balle, Les balles ne la percent point. Ce chapeau, ce manteau est à l'épreuve de la pluie, La pluie ne le traverse pas, etc. Fig., Être à l'épreuve de la médisance, de la calomnie, Être au-dessus de la médisance, de la calomnie, ne point craindre les attaques, les atteintes de la médisance, de la calomnie. Être à l'épreuve de tout, être à toute épreuve, Être d'une probité reconnue, d'une fidélité incorruptible, être un homme absolument sûr. Être à l'épreuve de la tentation, de la séduction, Être inaccessible à la tentation, à la séduction. Courage à toute épreuve; zèle, dévouement à toute épreuve, Courage, zèle, dévouement que rien n'ébranle, ne rebute, n'affaiblit. Un ami à toute épreuve, Un ami sur lequel on peut compter dans toutes les occasions. Épreuve judiciaire, Épreuve à laquelle on soumettait la personne accusée d'un crime pour s'en rapporter au jugement de Dieu. Il y avait plusieurs sortes d'épreuves judiciaires : l'épreuve du feu, du fer chaud, de l'eau bouillante, de l'eau froide, du duel, etc. Il se dit particulièrement, en termes de Typographie, d'une Feuille d'impression sur laquelle on indique les corrections, les changements que devra faire l'imprimeur. La première épreuve. La seconde épreuve. Corriger ses épreuves, revoir une épreuve. Mettre le bon à tirer sur la dernière épreuve. Il se dit, en termes de Gravure, des Premières feuilles qu'on tire sur une planche gravée pour juger de l'état du travail et voir s'il n'y a point de fautes. La première épreuve de cette estampe n'est pas bien venue. Il se dit, par extension, de Toute estampe tirée après que le travail est entièrement terminé. Voilà une belle épreuve. Épreuve avant la lettre, Épreuve qui, tirée avant que le titre ou la légende aient été imprimés, bénéficie du meilleur état de la planche. Épreuve avec la lettre. En termes de Photographie, Épreuve négative, Épreuve dans laquelle les teintes sont renversées, c'est-à-dire que les ombres de l'objet y sont représentées par des clairs et réciproquement. L'épreuve faite sur celle-ci et dans laquelle les teintes sont de nouveau renversées, c'est-à-dire ramenées à leur ordre naturel, s'appelle Épreuve positive.

Épreuve : définition du Littré (1872-1877)

ÉPREUVE (é-preu-v') s. f.
  • 1Action d'éprouver, opération à l'aide de laquelle on juge si une chose a la qualité que nous lui croyons. Faire l'épreuve d'une machine nouvelle.

    Fig. Faire l'épreuve d'une chose, en essayer. Assurer par là [par des dévotions à Marie] son salut avec tant de certitude que ceux qui en font l'épreuve n'y ont jamais été trompés, de quelque manière qu'ils aient vécu, quoique nous conseillions de ne laisser pas de bien vivre, Pascal, Prov. 9.

    Faire l'épreuve, signifie aussi recevoir témoignage de, marque de. Un si vaillant disciple aura bien le courage D'en mettre jusqu'au bout les leçons en usage ; L'Asie en fait l'épreuve, Corneille, Nicom. III, 2. La princesse palatine avait les vertus que le monde admire, inébranlable dans ses amitiés, et incapable de manquer aux devoirs humains ; la reine sa sœur en fit l'épreuve dans un temps où leurs cœurs étaient désunis, Bossuet, Anne de Gonz.

  • 2Il se dit au sens moral. La défiance… Ne peut venir d'ailleurs que du manque d'épreuve, Mairet, Sophon. III, 2. De son propre intérêt chacun se fait des lois ; Et l'épreuve m'apprend que du pur artifice Nature, son contraire, aujourd'hui fait l'office, Rotrou, Antig. II, 4. La vraie épreuve du courage N'est que dans le danger que l'on touche du doigt ; Tel le cherchait, dit-il, qui, changeant de langage, S'enfuit aussitôt qu'il le voit, La Fontaine, Fabl. VI, 2. Il veut faire une dangereuse épreuve de sa liberté, Bossuet, Hist. II, 1. J'ai fait de mon courage une épreuve dernière, Racine, Bérén. v. 7.

    Il se dit aussi en parlant des personnes. Tenter une épreuve sur quelqu'un. Quelquefois l'une des parties présente d'elle-même ses esclaves à cette cruelle épreuve [la question], et elle croit en avoir le droit parce qu'elle en a le pouvoir, Barthélemy, Anach. ch. 18.

    Mettre quelqu'un, quelque chose à l'épreuve, essayer si quelqu'un, quelque chose peut suffire, résister, fournir, etc. Je ne veux point mettre ma vertu à l'épreuve, Sévigné, 277. L'Église d'Espagne fut mise à une nouvelle épreuve, Bossuet, Hist. I, 11. Les dures épreuves où il met sa patience, Bossuet, Anne de Gonz. L'autorité met les talents à une rude épreuve, Fénelon, Tél. XI. Il voulut mettre la patience de Télémaque à une dernière épreuve, Fénelon, ib. XXIV.

    Familièrement. Mettre à l'épreuve la patience de quelqu'un, abuser de sa patience.

    À l'épreuve, après avoir essayé. S'étant choisis l'un et l'autre à l'épreuve, La Fontaine, Cal.

    Acheter quelque chose à l'épreuve, l'acheter à condition qu'on l'essayera avant que la vente soit définitive.

  • 3Être à l'épreuve de, pouvoir résister à. Une cuirasse est à l'épreuve du mousquet ; un manteau est à l'épreuve de la pluie.

    Fig. Mon cœur n'est point à l'épreuve des traits Ni de tant de vertus, ni de tant de bienfaits, Corneille, Pomp. IV, 3. Est-il une constance à l'épreuve du foudre Dont ce cruel arrêt met notre espoir en poudre ? Corneille, Rodog. II, 4. À l'épreuve d'un sceptre il n'est point d'amitié, Corneille, Héracl. I, 3. Nous n'avons pas les yeux à l'épreuve des belles, Ni les mains à celle de l'or, La Fontaine, Fabl. VIII, 7. Je ne suis pas encore à l'épreuve de tout ce que vous me mandez, Sévigné, 21. Mon discernement est à l'épreuve de toute dissimulation, Bossuet, Lett. abb. 231. Il n'y a presque plus d'amitié qui soit à l'épreuve de la franchise d'un ami, Fléchier, Duc de Mont. Elle ne fut pas à l'épreuve de cette raillerie, Hamilton, Gramm. 10.

    Absolument. Être à l'épreuve, opposer à tout une force invincible de résistance. … Lorsque la prudence à la valeur s'allie, Il n'est rien à l'épreuve, Corneille, Attila, I, 2. Si ma santé n'était pas à l'épreuve, elle serait fort ébranlée, Sévigné, 570.

    À toute épreuve, même sens. Je crois être à toute épreuve là-dessus, Bossuet, Lett. Corn. 47. La soumission doit être à toute épreuve, Bossuet, Avert. 5. On lui attribuait un courage à toute épreuve, Hamilton, Gramm. 6.

  • 4Dans les assemblées délibérantes, épreuve par assis et levé, mode de voter dans lequel ceux qui adoptent, puis ceux qui rejettent se lèvent ; le bureau juge où est la majorité.
  • 5Souffrances, malheurs, dangers, etc. qui éprouvent et qui exigent force et courage. J'ai peine à contempler son grand cœur dans ses dernières épreuves, Bossuet, Duch. d'Orl. Les épreuves par lesquelles ils devaient passer, Bossuet, Hist. II, 6. À quelle épreuve, ô ciel, réduis-tu Mithridate ? Racine, Mithr. IV, 4. On n'essuya jamais des épreuves plus dures, Voltaire, Tancr. v. 3.
  • 6Épreuve judiciaire, manière de décider de la vérité ou de la fausseté d'une accusation, ou même de toute chose en contestation, en usage dans la première partie du moyen âge. Épreuve du feu, de l'eau, de la croix (voy. CROIX, EAU, FEU).
  • 7 Terme d'imprimerie. Feuille d'impression sur laquelle on indique les corrections et les changements que le compositeur doit faire. Ces épreuves sont chargées de corrections. Ce personnage est un vieux licencié qui lit une épreuve d'un livre qu'il a sous la presse, Lesage, Diable boit. 10. Ma méthode étant de travailler toujours sur les épreuves des feuilles, attendu que l'esprit semble plus éclairé quand les yeux sont satisfaits, Voltaire, Lett. Duclos, 1er mai 1761. Je ne suis pas M. de Malesherbes : je n'ai pas, dans mon enthousiasme, corrigé secrètement les épreuves de l'Émile, Villemain, Littér. Tabl. du 18e siècle, 2e partie, 2e leçon.
  • 8 Terme de graveur. Première feuille d'essai d'une planche gravée. Cette épreuve est mal venue.

    Toute estampe tirée après que le travail est entièrement terminé. Épreuve avant la lettre, épreuve après la lettre (voy. LETTRE). Chaque épreuve d'une estampe a ses défauts particuliers qui lui servent de caractère, Rousseau, Héloïse, II, 3.

    Épreuve avec la remarque, celle qui a été tirée avant que l'artiste eût fait disparaître quelque accident, tel qu'une fausse taille.

    Épreuve grise, celle qui a été tirée sur une planche usée.

    Épreuve neigeuse, celle dans laquelle on voit çà et là quelques taches blanches.

  • 9Dans la photographie, épreuve négative, celle qui reproduit le modèle en couleurs inverses, en clair les obscurs, en obscur les clairs : si on veut obtenir une épreuve positive, on applique ce premier dessin négatif sur une autre feuille de papier jouissant de la même propriété, et on expose le tout à la lumière.

HISTORIQUE

XIIIe s. Et quant que l'en [on] a en ceste mortel vie, sueffre nostres sires à avoir por esprueve de l'autre recovrer, Merlin, f° 69, verso. Li rois Aedward le mors [morceau] benoit [bénit], E dist : duoint Deus l'espruf voirs soit [que l'épreuve soit vraie], Edouard le conf. v. 3219.

XIVe s. Les queles [bandes] doivent premierement estre separées du membre en metant une espreuve [sonde] ou semblable entre ce qui est sus la plaie et la plaie ; et o [avec] cele espreuve soit faite separation environ la plaie legierement, H. de Mondeville, f° 41, verso. Une espreuve que l'on met sur la table du roi, De Laborde, Émaux, p. 303.

XVe s. Las ! ils ne me cognoissent mie, Et n'ont pas faict de l'art espreuve, Comme Avicenne et Villeneuve, Nat. à l'alch. errant, 1006. Don à une povre fille, soupçonnée de la maladie de leppre, pour aller aux espreuves en la ville de Soissons, Bibl. des Chartes, 5e série, t. v, p. 139.

XVIe s. Nous en sommes à l'espreuve [nous l'esprouvons], Montaigne, I, 165. Semble elle pas avoir presté sa vie à ceste espreuve de sa patience ? Montaigne, III, 152. Ils ont eu bonne raison de rendre les harnois plus massifs et à meilleure espreuve qu'auparavant, Lanoue, 286. À l'espreuve du pistolet, D'Aubigné, Conf. préf. Quand ils avoyent cuit leur fournée et qu'ils venoyent à tirer mes espreuves, je n'en recevois que honte et perte, Palissy, 313. Pompeius n'estoit point present à ceste espreuve qui se feit de la volunté du senat, Amyot, Pomp. 83. On lui baille [à l'auteur] pour controleur un homme qui prend le tiltre de correcteur, auquel on presente la premiere espreuve… on a recours pour la seconde espreuve à l'autheur, Pasquier, Lettres, t. I, p. 662.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

ÉPREUVE. Ajoutez :
10Liqueur d'épreuve, nom donné à des préparations toxiques que les nègres de l'Afrique tropicale emploient pour connaître si un accusé est coupable ; s'il résiste à l'empoisonnement, il est absous. L'écorce de mancône fournit une de ces liqueurs d'épreuve.

Arbre d'épreuve, au Gabon (Afrique), la fève de Calabar, physostigma venenosum, Baillon, Dict. de bot. p. 247.

11 Terme de turf. Une des manches de la course en parties liées.

REMARQUE

1. On a dit : à toutes épreuves. Avec un esprit sublime, une doctrine universelle, une probité à toutes épreuves, La Bruyère, VIII.

2. En photographie, l'épreuve négative est proprement la première image dans laquelle toutes les positions sont inverses de la réalité.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « épreuve »

Étymologie de épreuve - Wiktionnaire

(XIIe siècle) Déverbal de éprouver, en ancien français esprove, déverbal de esprover[1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de épreuve - Littré

Voy. ÉPROUVER ; Berry, éprouve ; prov. esproa. La voyelle ou s'est changée en la voyelle eu, comme dans esprouver qui se conjuguait, au présent, j'espreuve, comme trouver, je treuve.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « épreuve »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
épreuve eprœv play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « épreuve »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « épreuve »

  • Du jamais vu dans les annales du baccalauréat marocain! Des candidats pris d’hystérie et fondant en chaudes larmes. La raison invoquée est que l’épreuve de mathématiques de la session ordinaire de l’examen national du baccalauréat était trop dure et difficile. Le Site Info, Bac 2020: l'épreuve de maths provoque une hystérie collective (VIDEOS)
  • Les élèves de terminale ont pu prendre connaissance ce mardi de leurs résultats à cet examen sans épreuve. Avec le mot d’ordre de la «bienveillance» et avant même le rattrapage, le taux de réussite atteint cette année le chiffre historique de 91,5%. Libération.fr, Bac 2020 : les lycées à l'épreuve de l'affichage - Libération
  • Il n’y a rien de plus efficace qu’un défilé de haute couture pour vendre du rêve aux clientes qui, deux fois par an, posent leurs valises dans la capitale et prennent part à la Fashion Week. Idem du côté des joailliers: rien ne remplace les mains gantées de la place Vendôme, déversant leurs carats sur les plateaux de veau velours. Seulement le Covid est passé par là, interdisant rassemblements et long-courriers, clouant la population VIP au sol. Produire une collection dans les temps (quand les artisans, les fournisseurs de tissus et les tailleurs de pierres sont restés si longtemps à l’arrêt), aura été une épreuve. Le nombre de créations, réglementé à 25 silhouettes de jour et de soir par saison par la Fédération de la haute couture et de la mode depuis 2001, a été revu à la baisse. Si les premiers essais de Demna Gvasalia chez Balenciaga (qui annonçait le retour de la maison à la couture dans nos colonnes le 20 janvier dernier) et de la Japonaise Chitose Abe (Sacai) pour Jean Paul Gaultier Le Figaro.fr, Haute couture et haute joaillerie à l’épreuve du numérique
  • Les hommes sont des caisses fermées dont la clé est l'épreuve. De Proverbe arabe
  • Le travail sur l'ego va être une des premières épreuves capitales de la traversée... De Anonyme
  • Le péché porte sa punition. L'épreuve est dans la vertu. De Thérèse Tardif / Désespoir de vieille fille
  • L'oisiveté est une épreuve. De Claire de Lamirande / L'Opération fabuleuse
  • Chaque épreuve est une bénédiction, puisqu'elle purifie et délivre des péchés. De Alice Parizeau / Survivre
  • Il n'y a pas de création sans épreuve... De Fernand Ouellette / La Mort vive
  • Le langage est le seuil du silence que je puis franchir. Il est l’épreuve de l’infini. De Brice Parain
  • Une amitié à toute épreuve repose sur une antipathie réciproque. De Irmgard Keun / Tendre Ferdinand
  • La surprise est l'épreuve du vrai courage. De Aristote / Ethique à Nicomaque
  • Si la vie avait une seconde édition, ah ! Comme je corrigerais les épreuves ! De Oscar Wilde
  • L'épreuve du courage n'est pas de mourir, mais de vivre. De Vittorio Alfieri
  • L'homme progresse tant qu'il accepte les épreuves. De Anthony Lipsey
  • Toute épreuve est une "occasion donnée". De Joseph Malègue
  • L'indifférence est une épreuve. Le succès est une épreuve que l'on réserve à ceux que l'indifférence n'a pas su tuer. De Christian Bobin / Un désordre de pétales rouges
  • En littérature, on corrige ses épreuves. Dans la vie, ce sont les épreuves qui nous corrigent. De Yvan Audouard
  • Mon fils, si tu prétends servir le Seigneur, prépare-toi à l'épreuve. , Ancien Testament, Ecclésiastique II, 1
  • Voilà la difficulté, voilà l'épreuve. Virgile en latin Publius Vergilius Maro, L'Énéide, VI, 129
  • L'épreuve ne tourne jamais vers nous le visage que nous attendions. François Mauriac, Journal, Grasset

Traductions du mot « épreuve »

Langue Traduction
Corse prova
Basque proba
Japonais テスト
Russe тест
Portugais teste
Arabe اختبار
Chinois 测试
Allemand prüfung
Italien test
Espagnol prueba
Anglais test
Source : Google Translate API

Synonymes de « épreuve »

Source : synonymes de épreuve sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « épreuve »


Mots similaires