La langue française

Tombant

Définitions du mot « tombant »

Trésor de la Langue Française informatisé

TOMBANT, -ANTE, part. prés., adj. et subst. masc.

I. − Part. prés. de tomber*.
II. − Adjectif
A. − Qui tombe, qui passe d'un niveau supérieur à un niveau inférieur. Miettes de pain tombantes.
1. [En parlant des éléments]
a) [En parlant de l'eau] Eaux jaillissantes et tombantes (Bern. de St-P., Harm. nat., 1814, p. 197).Utilisation hydro-électrique de l'énergie des eaux courantes et tombantes (Brunhes, Géogr. hum., 1942, p. 35).
b) [En parlant de précipitations atmosphériques] Qui s'abat. Rosée tombante. Le bruissement régulier des palmes, si semblable aux gouttes de la pluie tombante, versait une illusion de fraîcheur (Louÿs, Aphrodite, 1896, p. 240).
2. [En parlant de la lumière] Le soleil, au ras des toits, mettait des rayons roses, des nappes tombantes qui touchaient déjà les pavés (Zola, Ventre Paris, 1873, p. 893).
3. [En parlant des feuilles, des cheveux, de ce qui mûrit et meurt] Qui se détache. La femme (...), sans remèdes (...), meurt, les cheveux et les dents tombants, rongée (Goncourt, Journal, 1858, p. 505).Elle contemplait d'un air mélancolique le léger tournoiement des premières feuilles tombantes qui descendaient mollement vers le ruisseau (Theuriet, Mariage Gérard, 1875, p. 148).
4. [En parlant de bâtiments] Qui s'écroule, qui s'affaisse. Arche tombante. On m'a conduit au nouveau palais, déjà tombant (Chateaubr., Mém., t. 1, 1848, p. 145).Sérianne en ruines, lamentable, et sale, et abandonné, avec ses pavés disjoints, le sable encore marqué des rigoles d'hiver, ses murs tombants, ses tuiles cassées (...), ses toits crevés (Aragon, Beaux quart., 1936, p. 169).
5. Au fig. ou p. métaph. Je trace mes prédictions sur mes heures tombantes; feuilles séchées et légères que le souffle de l'éternité aura bientôt emportées (Chateaubr., Mém., t. 4, 1848, p. 785).Ce sont des sentiments [chez Ducis] (...) de grandes paroles (...) elles abondent de plus en plus avec les années, comme les flocons de neige dont parle Homère et auxquels il compare les paroles tombantes de Nestor (Sainte-Beuve, Nouv. lundis, t. 4, 1863, p. 382).
B. − Qui tend à aller vers le bas en restant attaché à quelque chose.
1. Qui s'affaisse. Bas tombants; bottes, chaussettes tombantes. La rose alanguie, aux feuilles floches et tombantes (Goncourt, Journal, 1887, p. 679).
En partic. [En parlant du corps] Trait tombant; sourire un peu tombant; commissures, joues tombantes; tombantes mamelles. La malchance qui met des rides tombantes aux coins de la bouche (Montherl., Bestiaires, 1926, p. 436).Elle est belle, si l'on accepte les seins tombants (Gide, Voy. Congo, 1927, p. 759).
2. [En parlant des épaules] Qui se voûte. Sa robe de foulard écru collait à ses épaules un peu tombantes (Flaub., Éduc. sent., t. 2, 1869, p. 160).Des épaules tombantes qui penchaient comme sous un poids (Ramuz, A. Pache, 1911, p. 236).
3. Qui pend naturellement ou qu'on laisse pendre.
a) [En parlant de cheveux] Longs cheveux tombants; boucles à demi tombantes. Elle avait (...) ses grands cheveux tombants comme elle les portait toujours (Vigny, Serv. et grand. milit., 1835, p. 49).
b) [En parlant de tissus] Rideaux tombants; jupes, manches tombantes; robes larges tombantes; grandes redingotes tombantes. Le col (...) avec, posé au dessous, un nœud coquet à coques longues et tombantes (Mallarmé, Dern. mode, 1874, p. 846).Le mohair, c'était un genre alpaga, en plus tombant (Colette, Fin Chéri, Paris, Grasset, 1928 [1926], p. 183).
c) [En parlant d'une partie du corps, du fait de la fatigue, la lassitude, la maladie] Il arrive, traînant ses semelles, tête basse, bras tombants, s'affale sur une chaise (Vercel, Cap. Conan, 1934, p. 173).Sa paralysie se traduit par l'inertie des paupières qui deviennent tombantes (Garcin, Guide vétér., 1944, p. 131).
[Naturellement] Les regards de Maria se promenaient (...) sur les yeux humides où se lisait la simplicité (...) des animaux, sur les oreilles tombantes au poil lisse (Hémon, M. Chapdelaine, 1916, p. 122).Gros yeux globuleux, aux paupières tombantes (Druon, Gdes fam., t. 1, 1948, p. 72).
En partic. [En parlant de moustaches apprêtées d'une certaine façon] Moustaches tombantes à la gauloise. Les moustaches tombantes, presque grises, qui semblaient prolonger la ligne tombante de la bouche, donnaient au profil une expression de fine brutalité (Malraux, Cond. hum., 1933, p. 236).Sa belle moustache blonde tombante, bien apprêtée (Aragon, Beaux quart., 1936, p. 194).
4. [En parlant de végétaux] Qui se penche vers le sol. Palmes tombantes des massifs. Une chape de froid vous tombait sur les épaules. Parmi ce peuple de sapins aux branches tombantes, des présences se devinaient (Pourrat, Gaspard, 1925, p. 207).
5. [En parlant de l'écriture] Penché (vers la droite). Lignes [d'écriture] précipitées et tombantes (A. France, Lys rouge, 1894, p. 310).
6. Qui, de par sa fabrication, est orienté vers le sol. Leurs extrémités [des wagons plats] sont munies de bouts souvent tombants (Bailleul, Matér. roulant ch. de fer, 1951, p. 98).
C. − [En parlant de la lumière] Qui décline. Jour, soir tombant; heure de nuit tombante. À l'heure où le soleil tombant Ensanglante le ciel de blessures vermeilles (Baudel., Fl. du Mal, 1859, p. 158).Au jour baissant du soir du monde, à la lueur tombante de son dernier soleil (Goncourt, MmeGervaisais, 1869, p. 237).
Expr. À la nuit tombante. À cette époque il n'y avait point de becs de gaz dans les rues de Paris. À la nuit tombante on y allumait des réverbères (Hugo, Misér., t. 1, 1862, p. 549).
D. − Spécialement
1. ASTROL. Maison tombante. Dernière maison de chaque cadran, c'est-à-dire la troisième, la sixième, la neuvième ou la douzième. (Dict. xixes.).
2. ASTRON., vieilli. Étoile tombante. Synon. de étoile* filante.Qui t'a donc si fortement contristée? lui demandai-je (...) Ta mémoire te rappelleroit-elle quelque mauvais rêve? Aurois-tu apperçu des étoiles tombantes lorsque tu saluois la pleine lune? (Crèvecœur, Voyage, t. 1, 1802p. 104).
3. BOT. Calice tombant. V. calice II A.Tige tombante. Tige qui pend vers le sol. (Dict. xixes.).
4. DANSE. Cabriole tombante. Cabriole dans laquelle, ,,après avoir battu, la jambe qui marquait la position (...) redescend de suite, passe devant l'autre jambe et se place en quatrième croisée à terre, les deux genoux pliés`` (Meunier, Danse class., 1931, p. 172). Sissonne tombante. Sissonne dans laquelle, après avoir fait ,, une sissonne simple ou battue au premier temps, et sans s'arrêter, la jambe qui marquait la position en l'air retombe aussitôt en cinquième ou en quatrième à terre`` (Meunier, Danse class., 1931, p. 273).
5. INDUSTR. Ficelle tombante. ,,Dispositif d'accrochage des pieds de tabac sur une ficelle verticale fixée à la partie supérieure du séchoir`` (Tabac 1982).
6. VERSIF. Ballade tombante. ,,Dizaine d'hexasyllabes disposés en aab/aab/baab`` (Morier 1961).
III. − Subst. masc.
A. − Rare. [À propos de l'eau] Coulée. Le voilà qui s'approcha de la fontaine, essayant d'atteindre le gobelet et de le tenir sous le tombant d'eau claire (A. Daudet, Pte paroisse, 1895, p. 70).[À propos de la lumière] Tombant du jour. Déclin. Dès le soir venu, je savais qu'ils retrouvaient leur petite ferme (...) et qu'ils se dépêcheraient, au tombant du jour, de faire sur leur propre terre un ou deux sillons pour eux-mêmes, pleins d'un grand contentement (Giono, Poids du ciel, 1938, p. 290).
B. −
1. [À propos d'un tissu] Mouvement de ce qui tombe; qualité d'un tissu qui forme de beaux plis quand on le laisse pendre. Les très beaux lainages (...) « Camino » Jersey pure laine, très beau tombant pour robes drapées ou plissées (Le Figaro, 22 nov. 1951, p. 5, col. 7 et 8).
2. Gén. au plur. Restes, résidus, débris industriels (métal, bois, etc.). Aluminium. Tombants de planches (Combat, 19-20 janv. 1952, p. 5, col. 6).Au fig., pop. Ramasser le tombant. ,,Ne pas gagner grand chose`` (Carabelli, [Lang. pop.], s.d.).
3. Vieilli, au fém. [Dans la loc. pop.] À la tombante. ,,À l'instant même, sans délai ni réflexion`` (Nouv. Lar. ill.). Ça va mal, les affaires vont se gâter, les coups et les pleurs sont à la tombante (Rigaud, Dict. jargon paris., 1878, p. 237).
C. − Spécialement
1. FOREST. Tombant de scie. ,,Qualifie les bois dont on mesure et indique les dimensions juste après qu'ils viennent d'être sciés`` (Métro 1975).
2. HÉRALD. ,,Qualifie le chef dont la bordure inférieure est penchée. Qualifie le fer ou la flèche en pal lorsque sa pointe est tournée vers la pointe de l'écu`` (Thiébaud Blason 1982).
3. MAR. ,,Paroi rocheuse limitant un plateau sous-marin et descendant verticalement jusqu'au fond`` (Gruss 1952). Tombant récifal. ,,Pente corallienne (...) surplombante, située à des profondeurs variables sur le front d'un récif`` (GDEL).
Rem. GDEL précise qu'il s'agit du vocab. des plongeurs en scaphandre autonome.
Prononc. et Orth.: [tɔ ̃bɑ ̃], fém. [-ɑ ̃:t]. Att. ds Ac. dep. 1835. Étymol. et Hist. A. Part. prés. adj. 1. a) 1555 « qui tombe » (B. Aneau, Trésor de Evonime, p. 182 ds Gdf. Compl.: gouttes tombantes); 1556 (R. Le Blanc, De la Subtilité, éd. 1566, 460 rods Delb. Notes mss: les estoilles tombantes); b) 1579 « qui s'écroule » (Garnier, Troade, éd. R. Lebègue, 824: des Palais tombans); 2. a) 1642 « qui baisse en intensité » (Corneille, Pompée, III, 1: d'une voix tombante); b) 1644 fig. « qui va à sa ruine » (Id., Rodogune, II, 3: trône tombant); 3. a) 1753 « qui pend, qui tend vers le bas » (Buffon, Hist. nat., Quadrupèdes, t. 1, p. 457: ventre spacieux et tombant [du bœuf]); 1862 paupières tombantes (Hugo, Misér., t. 2, p. 316); 1868 épaules tombantes (Zola, M. Férat, p. 161); b) 1835 cheveux tombants (Vigny, loc. cit.); 1859 moustaches tombantes (Goncourt, Journal, p. 603); 4. 1808 bot. calice tombant (Baudrillart, Nouv. manuel forest., t. 1, p. 56); 1812 tiges tombantes (Mozin-Biber); 5. 1741 au jour tombant (Duclos, Les Confessions du Comte de *** ds Romanciers du XVIIIes., éd. R. Étiemble, t. 2, p. 210); 1778 la nuit tombante (Le Fèvre, Œuvres complètes, t. 1, p. 285 ds Fonds Barbier); 1781 à la nuit tombante (Ramond de Carbonnières, Lettres, t. 1 p. 198). B. Part. prés. subst. 1. 1895 « filet d'eau qui tombe » (A. Daudet, loc. cit.); 2. 1925 cout. « mouvement de ce qui tombe » (Ève, 1ernov., p. 8 ds Quem. DDL t. 16: la grâce subtile des tombants); 3. 1952 mar. (Gruss). Part. prés. adj. et subst. de tomber*. Fréq. abs. littér.: 1 739. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 2 272, b) 3 842; xxes.: a) 3 081, b) 1 544.

Wiktionnaire

Adjectif

tombant \tɔ̃.bɑ̃\

  1. Qui tombe, qui pend.
    • Les tiges de cette plante sont grêles et tombantes.
    • Ils achevaient maintenant leur vie de manière paisible, ils n’étaient pas les derniers à l’heure de l’apéritif, et promenaient avec bonhomie leurs fesses tombantes, leurs seins redondants et leurs bites inactives du bar à la plage, de la plage au bar. — (Michel Houellebecq, Sérotonine, Flammarion, 2019, page 20.)
  2. Qualifie des cheveux longs qu’on laisse pendre.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  3. Qui décline, en parlant du jour.
    • Seuls les professionnels ont tout loisir, du prime matin au soir tombant, d’inspecter cinq mille — voire dix mille crins. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Il rentra de la chasse à la nuit tombante.
  4. (Héraldique) Se dit des armes (javelots, flèches, épées…) qui sont représentés pointe en bas contrairement à l’ordinaire. Pour les autres meubles, on dira plutôt renversé ou versé.
    • Parti : au premier d’or à la moucheture d’hermine de sable en chef et au rencontre de vache du même en pointe, au second d’azur à la moucheture d’hermine d’argent en chef et au rencontre de vache du même en pointe ; à la croix latine alésée d’argent, chargée d’un glaive tombant de sable, brochant sur le tout, qui est de Plouider → voir illustration « glaive tombant »

Nom commun

tombant \tɔ̃.bɑ̃\ masculin (pluriel à préciser)

  1. (Couture) Manière dont tombe un drapé, une étoffe.
    • Ce rideau a un beau tombant.
  2. (Couture) Partie du col qui retombe sur le vêtement et, de ce fait, le masque.

Forme de verbe

tombant \tɔ̃.bɑ̃\

  1. Participe présent de tomber.
    • Il s’engouffra dans le véhicule, tombant sur le siège, et par la vitre entre-baissée il criait, trépignant : "Je veux les têtes, messieurs, les têtes !". — (Jean-François Ménard, De l'autre bord de l'eau, 1994, page 54)
    • Un mois plus tard, les amis de Ouin-Ouin retournent au cimetière et trouvent sur la tombe de sa femme : « Elle est montée au ciel en tombant dans l’escalier. — (Jean-Pierre Foucault, Le dictionnaire drôle de l’Académie des 9, 1985)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TOMBANT, ANTE. adj.
Qui tombe. Les tiges de cette plante sont grêles et tombantes. Des cheveux tombants, Des cheveux longs qu'on laisse pendre. À la nuit tombante, Au déclin du jour, à l'approche de la nuit. Il rentra de la chasse à la nuit tombante.

Littré (1872-1877)

TOMBANT (ton-ban, ban-t') adj.
  • 1Qui tombe. J'espérai qu'en lui Votre trône tombant trouverait un appui, Corneille, Rod. II, 3.

    Cheveux tombants, cheveux longs qui ne sont pas rattachés.

    Il se dit, dans un sens analogue, de la crinière, des plumes. La queue est étagée, un peu tombante et entièrement rousse, Buffon, Ois. t. v, p. 450.

    Étoile tombante, se dit quelquefois pour étoile filante.

    En botanique, tige tombante, tige qui penche vers le sol ; calice tombant, calice dont la chute a lieu au moment de celle des pétales.

    Terme de conchyliologie. Ouverture tombante, ouverture d'une coquille univalve lorsque, ne suivant pas la direction de la spire, elle s'abaisse d'une manière subite.

  • 2Nuit tombante, fin du jour, approche de la nuit. À la nuit tombante.
  • 3Qui est en décadence, qui va vers sa fin. C'était une étrange chose de comparer la synagogue tombante, au point où son endurcissement et sa réprobation était marquée clairement par les prophètes, avec l'Église chrétienne, qui ne doit jamais tomber, Bossuet, Confér. avec Claude, 2. Il [Fénelon] savait l'état tombant du roi, il savait ce qui le regardait après lui, Saint-Simon, 380, 143.

    Jour tombant, fin du jour. Donnez-lui cette lettre, il la portera à son adresse, mais au jour tombant, Genlis, Théât. d'éduc. l'Intrigante, I, 3.

  • 4Se dit d'un son qui faiblit. Lui, d'une voix tombante, offrant ce don fatal…, Corneille, Pomp. III, 1. Les Italiens avaient peu de mots dont la finale se soutînt, et ils en avaient un nombre infini dont la finale était brève et tombante, Marmontel, Œuv. t. VIII, p. 456.
  • 5 Terme d'astrologie. Maison tombante, se dit de la 3e, de la 6e, de la 9e et de la 12e, parce qu'elles sont les dernières de chaque cadran.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « tombant »

(Date à préciser) Participe présent de tomber.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « tombant »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
tombant tɔ̃bɑ̃

Citations contenant le mot « tombant »

  • Erudition. Poussière tombant d’un livre dans un crâne vide. De Ambrose Bierce / Le dictionnaire du Diable
  • Celui qui ne vole pas haut ne se fait pas de mal en tombant. De Proverbe chinois
  • Ainsi de leurs flatteurs les rois sont les victimes ; mais les rois, en tombant, entraînent leurs flatteurs. De Jean Racine / La Thébaïde
  • C'est le propre des imbéciles de se tirer d'une situation fâcheuse en tombant dans une catastrophique. De Jean Dutourd
  • Les gens mariés vieillissent plus vite que les célibataires ; c’est l’histoire de la goutte d’eau qui, tombant sans relâche à la même place, finit par creuser le granit le plus dur. De Alphonse Allais / Le Chat noir - 11 Janvier 1890
  • Shakespeare, en tombant ainsi sur moi à l'improviste, me foudroya. Son éclair, en m'ouvrant le ciel de l'art avec un fracas sublime, m'en illumina les plus lointaines profondeurs. Je reconnus la vraie grandeur, la vraie beauté, la vraie vérité dramatiques. De Hector Berlioz / Mémoires, 1870

Images d'illustration du mot « tombant »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « tombant »

Langue Traduction
Anglais falling
Espagnol que cae
Italien caduta
Allemand fallen
Chinois 下降
Arabe هبوط
Portugais queda
Russe падение
Japonais 落下
Basque erortzen
Corse cascà
Source : Google Translate API

Synonymes de « tombant »

Source : synonymes de tombant sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « tombant »

Tombant

Retour au sommaire ➦

Partager