La langue française

Semblable

Définitions du mot « semblable »

Trésor de la Langue Française informatisé

SEMBLABLE, adj. et subst.

I. − Adjectif
A. − Épith. gén. postposée ou attribut
1. [Détermine un subst. sing. ou plur.] Qui a en commun avec une autre/d'autres entité(s) des caractéristiques essentielles, d'aspect ou de nature, au point de pouvoir être considéré comme appartenant au même type.
a) [Avec compl. subst. introd. par à] Cette soirée fut semblable en apparence à mille soirées de leur existence monotone (Balzac,E. Grandet, 1834, p. 118).L'organisme adulte composé de milliards de cellules semblables, quant à leurs chromosomes, à cette cellule germinale (Ruyer,Cybern., 1954, p. 170).Semblable à soi-même. Inchangé. Le véritable amour est éternel, infini, toujours semblable à lui-même; il est égal et pur, sans démonstrations violentes (Balzac,Lys, 1836, p. 167).Quand ils lui parlaient d'amour elle restait semblable à elle-même, patiente, calme, muette tant qu'elle ne voyait rien qu'il leur fallût dire (Hémon,M. Chapdelaine, 1916, p. 192).
[Le compl. subst. désigne une entité de nature très différente: semblable à introduit le 2eélément d'une compar.] Une invisible main semblait enlever à ce paysage le dernier des voiles dont elle l'aurait enveloppé, nuées fines, semblables à ce linceul de gaze diaphane qui couvre les bijoux précieux (Balzac,Chouans, 1829, p. 12).Il arrive que Dieu, semblable au moissonneur, fauche des fleurs mêlées à l'orge mûre (Saint-Exup.,Citad., 1944, p. 531).
b) [Avec effacement du compl. introd. par à, l'entité servant de réf. étant exprimée dans le cont.] Le fondateur du criticisme arrivait à une théorie de la matière fort peu différente de celle que nous avons esquissée, ainsi qu'à une façon toute semblable d'entendre la constitution des sciences (Renouvier,Essais crit. gén., 3eessai, 1864, p. 149):
1. ... car Margot se ressouvenant des dangers anciens, oublie la douleur de son cou meurtri dans le choc formidable de frayeur qui l'emplit toute à sa vue. Ah ! le corps étiré de l'oreillard, la chute inerte des sœurs sous le plomb cinglant: c'est un danger semblable qui la menace, et, sans comprendre la mort, elle la sent venir dans ce pas lourd qui s'avance vers elle. Pergaud,De Goupil, 1910, p. 199.
Quelque chose de semblable. Ce prince, jadis détesté, fut reçu par des acclamations telles qu'il n'en aurait pas autrefois reçu de semblables des moines, habitants de cet ancien couvent (Chateaubr.,Mém., t. 3, 1848, p. 106).Le moujik fonça de l'avant, comme une force de la nature, et (...) cinq cent mille communistes, portés par ce torrent de cent millions d'hommes, établirent leur dictature; (...) il ne pouvait être question de rien de semblable avec des Anglais, des Français, des Belges (J.-R. Bloch, Dest. du S., 1931, p. 294).
MUS. Mouvement semblable. ,,Celui dans lequel deux ou plusieurs parties harmoniques montent et descendent à la fois`` (Rougnon 1935, p. 40). Synon. usuel mouvement* parallèle.On évitera (...) de doubler une note évoluant chromatiquement au changement d'accord (...). Cependant étant donné la puissance d'expression et d'action harmonique de la basse, et lorsque le mouvement semblable peut être accepté (mais en montant seulement) (...) (Caussade,Techn. harm., 1931, p. 89).
Littér. ou vieilli. [Épith. antéposée] Lentement étouffée, et d'un semblable mal, La splendeur de Paris s'est éteinte avec Elle (Cros,Coffret santal, 1873, p. 70).Même cour carrée, plantée de quelques arbres, dont faisait le tour une haute galerie couverte, élargie à un endroit pour former préau: même disposition des classes tout du long de cette galerie; et sur les murs, entre les fenêtres, semblables moulages de bas-reliefs antiques (Lacretelle,Silbermann, 1922, p. 7).
2. [Détermine un subst. au plur.] Qui ont en commun des caractéristiques essentielles, d'aspect ou de nature, au point de pouvoir être considérés comme appartenant au même type.
a) [Sans compl. introd. par entre] Les deux frères (...) regardaient fixement devant eux, en des attitudes semblables, pleines d'expressions différentes (Maupass.,Pierre et Jean, 1888, p. 305).Ils marchèrent, leurs deux ombres semblables devant eux: même taille, même effet du col de chandail (Malraux,Cond. hum., 1933, p. 287).
MATHÉMATIQUES
GÉOM. [En parlant de figures] ,,Ayant leurs angles homologues égaux et leurs côtés homologues proportionnels`` (Sc. 1962). Synon. homothétique.Deux divisions sont semblables [quand] (...) trois couples de points homologues divisent les droites qui les portent en segments proportionnels (Hadamard,Géom. ds espace, 1921 [1901], p. 364).Deux trièdres semblables sont nécessairement égaux, ce qui n'est pas le cas de deux triangles semblables. C'est que l'existence de figures semblables est particulière à la géométrie euclidienne (Gds cour. pensée math., 1948, p. 49).
ALG. [En parlant de quantités, de termes] Qui comportent les mêmes lettres affectées des mêmes exposants. De même qu'en algèbre on supprime les quantités semblables, vous bifferez les raisons qui se balancent (France,Vie littér., 1888, p. 14).
[Avec compl. prép. évoquant le domaine ou l'élément de ressemblance] La France, l'Allemagne, l'Angleterre (...), si différentes de destinées, si semblables de misère (Quinet,All. et Ital., 1836, p. 64).Ces deux existences déracinées, différentes par l'âge, semblables par le deuil (Hugo,Misér., t. 1, 1862, p. 525).Deux objets semblables en toutes leurs propriétés font le même usage (Jolley,Trait. inform., 1968, p. 22).
b) [Avec pron. plur. introd. par entre et renvoyant au subst. déterminé] Les avenues étaient tout à fait désertes, et si semblables entre elles qu'ils s'y perdirent (Aragon,Beaux quart., 1936, p. 311).La nature et la méthode des sciences de chaque groupe de deux sont infiniment plus semblables entre elles deux qu'elles ne le sont avec les deux sciences du groupe précédent ou avec celles du groupe suivant (Marin,Ét. ethn., 1954, p. 44).
B. − Épith. antéposée. De cette nature, de ce genre. Synon. tel.
1. Vieilli. [Avec art. indéf.] Toutes mes gloires m'avaient conduit là, au milieu de cette population souffrante et déshéritée. Était-ce la peine de monter si haut pour aboutir à une semblable décadence? (Reybaud,J. Paturot, 1842, p. 431):
2. Je suppose que des êtres soient sensibles à l'influence de ce fluide [fluide supposé et qui pénètre entre les molécules de notre matière] et insensibles à celle de notre matière (...). Ou bien encore, si ces êtres rejetaient notre logique et n'admettaient pas, par exemple, le principe de contradiction. Mais vraiment je crois qu'il est sans intérêt d'examiner de semblables hypothèses. H. Poincaré,Valeur sc., 1905, p. 246.
2. [Sans art.] Lui, du moins, Antricon-Balastor, chargeait à fond, et, contre semblable polichinelle, on avait un assaut à soutenir, après tout (Cladel,Ompdrailles, 1879, p. 279).Je n'ai jamais vu en semblable effervescence cette population de bandits qui, d'ordinaire, se fichent de tout, même de la politique (Colette,Cl. école, 1900, p. 272).
II. − Substantif
A. − masc. sing. à valeur de neutre. Ce qui est semblable. Ce devrait être assez d'un peu de logique et du pouvoir d'ouvrir les yeux, pour discerner le semblable du différent (Renouvier,Essais crit. gén., 3eessai, 1864, p. 94).La critique du témoignage s'appuie sur une instinctive métaphysique du semblable et du dissemblable, de l'un et du multiple (M. Bloch,Apol. pour hist., 1944, p. 55).
B. − sing. ou plur., gén. masc.
1. Personne ou chose semblable à une autre. La guérison par les semblables, c'est de l'homéopathie, en somme (Lorrain,Phocas, 1901, p. 87):
3. C'est un des charmes de la Compagnie qu'elle ne soit pas une pure collection de gens de lettres (...). Les semblables ne sont pas améliorés par les semblables; mais plutôt empirés. Les hommes de même métier s'endurcissent chacun dans sa manière de faire et de différer de ses pairs... Valéry,Regards sur monde act., 1931, p. 294.
[Avec adj. poss.] Il faut que M. Marcel et ses semblables entendent que ces vertus personnelles, que ces intentions généreuses n'entrent précisément pas en ligne de compte (Nizan,Chiens garde, 1932, p. 131).
Plus rare. [Avec de + subst. désignant la/les pers. ou chose(s), élément(s) de réf.] Il suffit qu'il sache et comprenne bien une seule chose pour qu'il se sente en cela le frère et le semblable de tous ceux qui savent et comprennent (Alain,Propos, 1921, p. 201).Il y a des œuvres qui sont les semblables d'autres œuvres; il en est qui n'en sont que les inverses (Valéry,Variété II, 1929, p. 197).
2. [Gén. précédé d'un adj. poss.] Être humain par rapport aux autres êtres humains. À l'heure où ses semblables courent l'héritière ou revendent des autos, le marquis s'était exilé (Montherl.,Bestiaires, 1926, p. 387):
4. Ayant éprouvé que certaines pratiques envers ses semblables avaient l'effet de modifier à son gré leurs affections et de diriger leur conduite, il employa ces pratiques avec les êtres puissans de l'Univers; il se dit: « Quand mon semblable, plus fort que moi, veut me faire du mal, je m'abaisse devant lui, et ma prière a l'art de le calmer (...) » Volney,Ruines, 1791, p. 218.
Rare, au fém. Être humain de sexe féminin. Je vague depuis le matin En proie à des loisirs coupables, Épiant quelque grand destin Dans l'œil de mes douces semblables (Laforgue,Poés., 1887, p. 229).
Prononc. et Orth.: [sɑ ̃blabl]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1165 sanlables « qui se ressemblent » (Guillaume d'Angleterre, éd. M. Wilmotte, 1919); b) 1267 [date du ms.] adj. « qui ressemble à » (Wace, Vie de Ste Marguerite, éd. E. A. Francis, 368, ms. A); c) ca 1265 « sert à introduire le deuxième terme d'une comparaison » (Brunet Latin, Trésor, éd. F. J. Carmody, p. 370); d) 1671 être semblable à soi-même (Pomey); 2. a) 1484 math. nombre semblable (N. Chuquet, Le Triparty en la science des nombres, table des matières ds Quem. DDL t. 1); b) 1639 géom. (Mersenne, Les Nouv. pensées de Galilée, éd. Costabel et Lerner, p. 69); 3. a) 1587 « s'emploie avec une valeur démonstrative pour renvoyer à une chose, une personne dont on vient ou dont on va parler » (F. de La Noue, Discours politiques et militaires, 347 ds Littré); b) 1669 épith. à valeur dém. et toujours antéposé « de cette nature » (Molière, Tartuffe, II, 4); 4. a) 1370-72 subst. « personne ou chose qui ressemble à une autre » (Oresme, Ethiques, éd. A. D. Menut, 425); b) 1406-09 empl. avec un adj. poss. « désigne un être animé considéré par rapport à ceux de son espèce » (Bouciquaut, Livre des fais, éd. D. Lalande, p. 43); 1538 il n'a pas son semblable (Est.). Dér. de sembler*; suff. -able*. Fréq. abs. littér.: 7 928. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 17 735, b) 9 105; xxes.: a) 6 976, b) 9 508. Bbg. Quem. DDL t. 1.

Wiktionnaire

Adjectif

semblable \sɑ̃.blabl\ masculin et féminin identiques

  1. Qui est pareil, ressemblant, qui est de même nature, de même qualité, qui a des caractères communs, similaire.
    • Semblable au déplorable malade d’Edgar Poë, Durtal entendait avec terreur des frôlements de pas dans les escaliers, des cris plaintifs derrière les portes. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • Ces deux choses sont semblables entre elles.
    • Il me fit tels et tels discours, et autres semblables.
    • Il y a peu de cas entièrement semblables.
    • Il ne s’est jamais rien vu de semblable.
    • Il n’est pas deux jours de suite semblable à lui-même.
  2. (Absolument) Analogue à ce qui est déjà dit ou déjà fait.
    • Des paroles semblables,
    • De semblables discours, de semblables projets, etc.
  3. (Géométrie) (Au pluriel) Qualifie deux ou plusieurs figures géométriques qui ont leurs angles égaux, chacun à chacun, et dans lesquelles, en outre, les côtés qui comprennent ces angles sont proportionnels.
    • Triangles semblables.

Nom commun

semblable \sɑ̃.blabl\ masculin et féminin identiques. Note : Il est accompagné de l’adjectif possessif.

  1. Humain qui partage la même humanité, la même dignité.
    • Je suis un petit V.R.P. Avec mes modestes semblables, je hante de modestes hôtels incroyables de cambrousse, à Ciron, à Scoury, à Migné et j'en passe ! — (Claude Rank, Il pleut des grenades, Éditions Fleuve Noir, 1974, chap. Rapport R.C.2)
  2. (Au pluriel) Les autres hommes, sans distinction de race et de civilisation.
    • L’humanité nous oblige à avoir pitié de nos semblables.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SEMBLABLE. adj. des deux genres
. Qui est pareil, qui ressemble, qui est de même nature, de même qualité, qui a des caractères communs. Ces deux choses sont semblables entre elles. Ulysse semblable aux dieux. Il me fit tels et tels discours, et autres semblables. Il y a peu de cas entièrement semblables. Il ne s'est jamais rien vu de semblable. Il n'est pas deux jours de suite semblable à lui-même. Des paroles semblables, Des paroles analogues à celles que l'on vient de dire. On dit de même : De semblables discours, de semblables projets, etc. En termes de Géométrie, Triangles semblables, Ceux qui ont leurs angles égaux, chacun à chacun. Figures semblables, Celles qui ont leurs angles égaux, chacun à chacun, et dans lesquelles, en outre, les côtés qui comprennent ces angles sont proportionnels.

SEMBLABLE s'emploie aussi comme nom, accompagné de l'adjectif possessif. C'est un homme qui n'a pas son semblable. Nos semblables, Les autres hommes, sans distinction de race et de civilisation. L'humanité nous oblige à avoir pitié de notre semblable, de nos semblables.

Littré (1872-1877)

SEMBLABLE (san-bla-bl') adj.
  • 1Qui est de même apparence. Ces deux idées que je conçois du soleil [sa petitesse apparente et sa grandeur réelle] ne peuvent pas être toutes deux semblables au même soleil ; et la raison me fait croire que celle qui vient immédiatement de son apparence est celle qui lui est le plus dissemblable, Descartes, Médit. III, 9. Ô générosité qui n'a point de semblable ! Mairet, M. d'Asdrub. IV, 4. Du titre de clément rendez-le [Louis XIV] ambitieux ; C'est par là que les rois sont semblables aux dieux, La Fontaine, Poésies mêlées, 28. Tous les hommes sont semblables par les paroles, et ce n'est que les actions qui les découvrent différents, Molière, l'Av. I, 1. L'épée a frappé au dehors ; mais je sens en moi-même une mort semblable, Bossuet, Reine d'Anglet. Souvent, sans y penser, un écrivain qui s'aime Forme tous ses héros semblables à lui-même, Boileau, Art p. III. C'est l'effet ordinaire de notre ignorance de nous peindre tout semblable à nous, et de répandre nos portraits dans toute la nature, Fontenelle, Hist. théât. fr. Œuv. t. III, p. 27, dans POUGENS. S'il faut de l'ordre dans les choses, il faut aussi de la variété ; sans cela l'âme languit ; car les choses semblables lui paraissent les mêmes, Montesquieu, Goût, variété.
  • 2Il se dit quelquefois pour tel. Et, pour être approuvés, De semblables projets veulent être achevés, Racine, Mithr. III, 1.
  • 3 Par extension, qui est le même qu'un autre objet. Comme on ne peut trouver deux visages qui se ressemblent entièrement, on ne peut trouver deux imaginations tout à fait semblables, Malebranche, Rech. vér. II, II, 1. Un sage, selon vous, serait comme nous autres morts, pour qui le présent et l'avenir sont parfaitement semblables ; et le sage par conséquent s'ennuierait autant que je fais, Fontenelle, Dial. 6, Morts mod. Nous ne connaissons point [disent les leibnitziens] deux corps entièrement semblables dans la nature ; et il ne peut en être ; car, s'ils étaient semblables, cela marquerait dans Dieu tout-puissant et tout-fécond un manque de fécondité et de puissance… les newtoniens répondaient : il est faux que plusieurs êtres semblables marquent de la stérilité dans la puissance du créateur, Voltaire, Phil. Newt. I, 3.
  • 4 Terme de géométrie. En général, figure semblable, figure ainsi définie : si d'un point pris dans le plan d'une figure on mène des rayons à tous ses points, si sur chacun de ces rayons on porte des longueurs proportionnelles à la distance comprise entre le centre de similitude et les points de la figure donnée, on obtient une seconde figure qui lui est dite semblable.

    Particulièrement. Triangles, polygones semblables, ceux qui ont les angles égaux et les côtés homologues proportionnels.

    Polyèdres semblables, ceux qui sont compris sous un même nombre de plans semblables, et qui ont les angles solides égaux chacun à chacun.

    Terme d'algèbre. Quantités semblables, celles qui contiennent les mêmes lettres affectées des mêmes exposants.

  • 5 S. m. Le semblable, la même chose. Il n'y a point d'autre animal [que l'homme], tant parfait et tant heureusement né qu'il puisse être, qui fasse le semblable [qui parle], Descartes, Méth. V, 9. Comme de mouvoir le cœur, de digérer les viandes, et semblables, Descartes, Fœtus, 1.
  • 6Être semblable à un autre être. Chaque arbre porte des semences propres à engendrer son semblable, Bossuet, Conn. V, 2. Voilà où M. Jurieu et ses semblables ont entrepris de mener tous les fidèles, Bossuet, 3e avert. 20. On rapporte des pièces de l'un [Corneille] le désir d'être vertueux, et des pièces de l'autre [Racine] le plaisir d'avoir des semblables dans ses faiblesses, Fontenelle, Parall. Corn. Rac. Je n'ai point de complice ; et ces noms méprisables Sont faits pour vos suivants, sont faits pour vos semblables, Voltaire, Triumv. V, 2.

    N'avoir pas son semblable, se dit d'une personne ou d'un objet qu'on ne peut comparer à rien. Cet homme n'a pas son semblable. Une musique, à mon gré, bien supérieure à celle des opéras, et qui n'a pas sa semblable en Italie, Rousseau, Conf. VII.

  • 7Se dit, avec l'adjectif possessif, d'un ou de plusieurs hommes par rapport aux autres hommes. On sait que, dans tous les peuples du monde, sans en excepter aucun, les hommes ont sacrifié leurs semblables, Bossuet, Hist. II, 3. Le bonheur de mes semblables, à quelque distance qu'ils existassent de moi, ne m'a jamais été indifférent, Raynal, Hist. phil. XVII, 30. Aidé, pour tout secours, des soins d'un misérable, Qui dans moi, par pitié, vit encor son semblable, Ducis, Roméo, IV, 5.

HISTORIQUE

XIVe s. Chose semblable aime son semblable, Oresme, Eth. 239.

XVe s. …Et …comme dict le proverbe commun : que chacun aime son semblable…, Bouciq. I, 11. …Si ceulx là leur prestoient l'oreille, que toute la reste des villes de ce royaulme feroient le semblable, Commines, I, 5.

XVIe s. Les pasteurs ont une semblable charge qu'estoit celle des apostres, Calvin, Instit. 849. Si un semblable païsan que celui qui habitoit es rivages du Danube… s'eslevoit aujourd'hui parmi nous…, Lanoue, 347. Je vous juray ma foy, vous feistes le semblable, Ronsard, 251.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « semblable »

De sembler avec le suffixe -able.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Sembler ; provenç. semblable, semlable ; ital. semblabile, sembiabile.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « semblable »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
semblable sɑ̃blabl

Citations contenant le mot « semblable »

  • Un enfant sans père est semblable à une maison sans toiture. De Proverbe cambodgien
  • Le rêve est le semblable qui renvoie éternellement au semblable. Maurice Blanchot, L'Espace littéraire, Gallimard
  • Le dieu mène toujours le semblable vers le semblable. De Homère
  • Ecrire est semblable à respirer. De José Carlos Llop
  • Je fuis mon semblable. Dans tout semblable, il y a un sosie. De Georges Braque / Le Jour et la nuit
  • Seul Dieu a le droit de tuer son semblable. De Eugène Labiche
  • Le moi se construit à l'image du semblable. De Jacques Lacan
  • Le plus semblable aux morts meurt le plus à regret. De Jean de La Fontaine / Fables
  • La fortune est semblable au verre ; plus elle est brillante, plus elle est fragile. De Publius Syrus
  • Sois semblable à Dieu est le commandement de l'humilité. De Alphonse de Châteaubriant / La réponse du Seigneur
  • Celui qui regarde longtemps les songes devient semblable à son ombre. De Proverbe indien
  • Ce jour n'aura pas son semblable. Chaque instant est un joyau inestimable. De Ta Kuan
  • Le rêve de l'homme est semblable Aux illusions de la mer. De Paul-Jean Toulet / Les contrerimes
  • Le plus bel arrangement est semblable à un tas d'ordures rassemblées au hasard. De Héraclite d'Ephèse
  • C'est l'homme qui rend l'homme semblable à la bête humaine. De Jean-Paul Lebourhis / L'exil intérieur
  • La peur aussi rend l'homme semblable à la bête et souvent le fait mourir. De Louise Leblanc / Pop corn
  • Un promeneur a prévu les maîtres nageurs sauveteurs, ce samedi 1er août, à 13 h 15, après avoir trouvé un objet semblable à un obus, coincé entre les enrochements, au pied du sémaphore, jouxtant la plage du Châtelet. Les sauveteurs ont prévenu la gendarmerie et les sapeurs-pompiers, rapidement arrivés sur les lieux. Une équipe de déminage s’est rendue sur place, pour sécuriser la zone. Le maire, Thierry Simelière, et le premier adjoint, François Héry, se sont également rendus sur place. Le Telegramme, Un objet semblable à un obus trouvé au pied du sémaphore à Saint-Quay-Portrieux - Saint-Quay-Portrieux - Le Télégramme
  • Le compost peut-il être une partie de la solution ? Cette méthode consiste à laisser de dégrader des déchets organiques pour qu’ils deviennent un produit semblable à du terreau. Cette pratique est déjà répandue chez les particuliers. « Le Grand Reims met en place des bacs de compost pour le particuliers mais on voit que la Ville ne fait rien au niveau des marchés, pointe ainsi une habituée du Boulingrin. Cela fait deux poids, deux mesures. » Journal L'Union abonné, Comment les marchés de Reims peuvent se mettre au vert

Images d'illustration du mot « semblable »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « semblable »

Langue Traduction
Anglais similar
Espagnol similar
Italien simile
Allemand ähnlich
Chinois 类似
Arabe مماثل
Portugais semelhante
Russe аналогичный
Japonais 似ている
Basque antzeko
Corse simili
Source : Google Translate API

Synonymes de « semblable »

Source : synonymes de semblable sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « semblable »

Semblable

Retour au sommaire ➦

Partager