Incomparable : définition de incomparable


Incomparable : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

INCOMPARABLE, adj.

A. − Qui n'est pas comparable à (une autre chose, une autre personne). Au plur. Qui ne sont pas comparables, qui sont de nature différente. Incomparable à, avec qqc., avec qqn; choses incomparables entre elles. Comme il est impossible de soustraire l'une de l'autre ces deux quantités hétérogènes et incomparables [les avantages économiques et les inconvénients moraux], on ne saurait dire laquelle des deux l'emporte sur l'autre (Durkheim, Divis. trav.,1893, p. 16).Pour un moment les Guermantes m'avaient semblé de nouveau entièrement différents des gens du monde, incomparables avec eux, avec tout être vivant, fût-il souverain (Proust, Temps retr.,1922, p. 856):
1. La douleur est incomparable au plaisir (...). D'abord la douleur est première par rapport à une activité de défense qui a pour fonction de repousser ce qui est étranger et hostile à la vie; il n'y a rien avant elle qui puisse être comparé au besoin qui précède le plaisir. L'affectivité précède ici l'activité. Deuxièmement elle n'est aucunement comparable à un manque, à un vide... Ricœur, Philos. volonté,1949, p. 101.
Emploi subst. Voici une autre conséquence de cet état des choses littéraires, qui les soumet à la concurrence et à l'absurdité de la comparaison des incomparables (ce qui exige l'expression en termes simples, et comme homogènes, des produits et des producteurs) (Valéry, Variété V,1944, p. 110).
B. − Qui ne peut être comparé à rien ou à personne d'autre, qui est unique en son genre. Une incomparable violence; une faute incomparable; douleur, tristesse incomparable. La conversation incomparable en sottise des épiciers déguisés en officiers (Vigny, Mém. inéd.,1863, p. 81).Cet Aristide est incomparable pour dénicher des places! (Vogüé, Morts,1899, p. 142):
2. Cette chambre, je ne la trouvais pas belle; je ne pensai pas un moment qu'elle dût l'être; je ne la trouvais pas laide; je la trouvais unique, incomparable. Elle me séparait de l'univers, et j'y retrouvais l'univers. France, Pt Pierre,1918, p. 281.
Emploi subst. à valeur de neutre. L'incomparable nous gêne. Tout notre système du plaisir s'étaye sur la comparaison. Si notre travail nous satisfait, il y a des chances pour qu'il ressemble à des œuvres qui nous préoccupent (Cocteau, Poés. crit. 1,1959, p. 85).
En partic. Qui est unique en son genre par sa qualité, sa valeur, sa supériorité. Synon. inégalable, sans égal, sans pareil, hors de pair, hors ligne.[Le] prince éternel des véritables penseurs, l'incomparable Aristote (Comte, Catéch. positiv.,1852, p. 6).Cette personne d'une grâce incomparable, d'une ravissante élégance, d'un esprit délicat et subtil, d'un charme qui opérait quand il le voulait (Sainte-Beuve, Port-Royal, t. 4, 1859, p. 517).Tu déroules, au milieu d'un sombre mystère, sur toute la surface sublime, tes vagues incomparables, avec le sentiment calme de ta puissance éternelle (Lautréam., Chants Maldoror,1869, p. 140):
3. ... jamais je n'ai senti plus pleines et plus vives mon amitié et mon admiration pour cette personnalité incomparable [Valéry]. Gide, Journal,1942, p. 116.
SYNT. Pays, site incomparable; liqueur incomparable; couleur, odeur, parfum, saveur incomparable; incomparable avantage, privilège; incomparable mérite; incomparable merveille; beauté, charme incomparable; grandeur, noblesse, puissance incomparable; œuvre, science, style incomparable; homme, femme incomparable; acteur, artiste incomparable.
Prononc. et Orth. : [ε ̃kɔ ̃paʀabl̥]. Att. ds Ac. dep. 1794. Étymol. et Hist. [Cf. le dér. incomparablement* ca 1200] 1. Av. 1453 « à quoi rien ne peut être comparé » en mauvaise part faire dommage incomparable (Monstrelet, II, 149 ds Littré); 1463 en bonne part (Proj. de crois. contre les Turcs ap. Leroux de Lincy, Chants hist., p. 51 ds Gdf. Compl.); av. 1475 gloire incomparable (G. Chastellain, Expos. sur la Vérité mal prise ds Œuvres, éd. Kervyn de Lettenhove, t. 6, p. 253); 2. 1484 (Doc. A. de Dinant ds Gdf. Compl. : incomparables a toutes aultres). Empr. au lat.incomparabilis « incomparable ». Fréq. abs. littér. : 991. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 667, b) 1 516; xxes. : a) 1 837, b) 1 727. Bbg. Gall. 1955, p. 46, 455, 488.

Incomparable : définition du Wiktionnaire

Adjectif

incomparable \ɛ̃.kɔ̃.pa.ʁabl\ masculin et féminin identiques

  1. À qui ou à quoi rien ne peut être comparé.
    • Puis, après une demi-heure d’un incomparable éclat, sans qu’il se fût resserré ni concentré, sans un amoindrissement même partiel de sa lumière, le splendide météore s'éteignit soudain, […]. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • Au bout d'une heure nous atteignons la cime, du haut de laquelle on domine tout l'archipel féroésien; contemplée au crépuscule de minuit, cette vue est d'une incomparable magnificence. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, p.35)
    • Ce chef de gouvernement capable de discuter avec Einstein la théorie de la relativité de l'espace et du temps emprunte à sa vie intérieure un incomparable prestige. — (Pierre Audibert, Les Comédies de la Guerre, 1928, p.84)
    • Le Caux est une terre à blé, mais la vallée verdoyante du Bray est un immense et magnifique pâturage où un élevage intensif se pratique dans des prés incomparables. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)

Adjectif

incomparable

  1. Incomparable.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Incomparable : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

INCOMPARABLE. adj. des deux genres
. À qui ou à quoi rien ne peut être comparé. Un homme d'une sagesse, d'une pitié incomparable. Cette femme est d'une beauté incomparable. C'est un orateur incomparable. Fam., Vous êtes incomparable, se dit par ironie et pour témoigner la surprise qu'on a de ce que quelqu'un fait ou dit.

Incomparable : définition du Littré (1872-1877)

INCOMPARABLE (in-kon-pa-ra-bl') adj.
  • 1Qui n'a pas de terme de comparaison. Pour peu qu'on ait réfléchi sur l'origine de nos connaissances, il est aisé de s'apercevoir que nous ne pouvons en acquérir que par la voie de la comparaison : ce qui est absolument incomparable est entièrement incompréhensible, Buffon, De l'homme, t. IV, p. 154.
  • 2À quoi rien ne peut être comparé. Quelles preuves incomparables Peut donner un prince de soi, Que les rois les plus adorables N'en quittent l'honneur à mon roi ? Malherbe, II, 4. L'assistance incomparable que vous avez rendue à feu monsieur votre frère [mort de la peste] vous doit être maintenant une consolation non pareille, Voiture, Lett. 13. Élevez maintenant, ô Seigneur, et mes pensées et ma voix ; que je puisse représenter à cette auguste audience l'incomparable beauté d'une âme que vous avez toujours habitée, Bossuet, Marie-Thér.

    Il se dit des personnes dans le même sens. Il s'appelle Scapin, c'est un homme incomparable, et il mérite toutes les louanges que l'on peut donner, Molière, Fourb, de Scapin, III, 3. Quand nous faisons besoin, nous autres misérables, Nous sommes les chéris et les incomparables, Molière, l'Ét. I, 2. En louant l'homme incomparable dont cette illustre assemblée célèbre les funérailles, Bossuet, le Tellier. L'incomparable Julie que toute la France a si longtemps admirée, et que toute la France regrette aujourd'hui, Fléchier, Mme de Mont.

    Il est incomparable, se dit par ironie, pour témoigner la surprise qu'on a de ce qu'un homme fait ou dit. Vous êtes vraiment incomparable.

HISTORIQUE

XVe s. [Les Français] bouterent le feu en plusieurs maisons, et aussi en l'eglise saint Akaire et en l'abbaye, et y firent dommage incomparable, Monstrelet, II, 149. Le throne de netteté et de gloire incomparable as volu ordoier [salir] et souillier par tes escrips, Chastelain, Expos. sur la verité mal prise.

XVIe s. Toute incomparable qu'elle est [la vaillance d'Alexandre], si a elle encores ses taches, Montaigne, II, 8.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Incomparable : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

INCOMPARABLE, adj. (Gram.) ce qui est si parfait dans son genre, qu’on ne trouve rien qui puisse lui être comparé. Combien de choses qui ont été incomparables autrefois, & qu’on ne daigne plus regarder ?

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « incomparable »

Étymologie de incomparable - Wiktionnaire

Emprunté à l’ancien français incomparable, même sens
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de incomparable - Littré

Lat. incomparabilis, de in… 1, et comparabilis, comparable.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de incomparable - Wiktionnaire

Du latin incomparabilis, même sens, de in- « opposé » et comparabilis « comparable ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « incomparable »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
incomparable ɛ̃kɔ̃parabl play_arrow

Citations contenant le mot « incomparable »

  • C'est de la socca, galette niçoise à base de farine de pois chiche et d'huile d'olive, qu'est issue cette chips sèche, peu grasse, au goût incomparable et sans gluten, qui plus est (à partir de 2,50 € les 40 g). Gare à l'addiction ! Les Echos, Notre top 5 des meilleures chips | Les Echos
  • Zizi Jeanmaire s’en est allée. Belle à se damner avec cette voix incomparable, elle était la force gracieuse et la joie de vivre. Danseuse magnifique au corps de déesse, chanteuse gouailleuse, elle avait la passion de la scène et aimait les défis : https://t.co/VpO61gpvjv ladepeche.fr, La ballerine et chanteuse de music-hall Zizi Jeanmaire meurt à 96 ans - ladepeche.fr
  • Toutes les nations ont des raisons présentes, ou passées, ou futures de se croire incomparables. Et d'ailleurs, elles le sont. De Paul Valéry / Regards sur le monde actuel
  • La joie de satisfaire un instinct resté sauvage est incomparablement plus intense que celle d'assouvir un instinct dompté. De Sigmund Freud / Malaise dans la civilisation
  • O Dieu ! qu'est-ce donc que l'homme ? Est-ce un assemblage monstrueux de choses incomparables ? De Jacques-Bénigne Bossuet / Oraison funèbres de Louise de La Vallière
  • Dire je est incomparablement plus modeste que dire nous. Cela devrait aller de soi. De Georges Perros / Échancrures
  • Ne flattez pas le culte d'adjectifs tels que indescriptible, rutilant, incomparable, qui mentent sans vergogne aux substantifs qu'ils défigurent : ils sont poursuivis par la lubricité. De Lautréamont / Poésies
  • Le plus grand succès de notre civilisation moderne est d'avoir su mettre au service de ses dirigeants une incomparable puissance d'illusion. De Gianfranco Censor / Véridique rapport sur les dernières chances de sauver le capitalisme en Italie
  • Le poète jouit de cet incomparable privilège, qu'il peut à sa guise être lui-même et autrui. De Charles Baudelaire / Le Spleen de Paris
  • Les grandes douleurs sont muettes, les petites colères sont une source incomparable de solidarité. De Jean Dion / Le Devoir -10 Janvier 1997
  • Le critique compare toujours. L’incomparable lui échappe.

Images d'illustration du mot « incomparable »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « incomparable »

Langue Traduction
Corse incomparable
Basque paregabeko
Japonais 比類のない
Russe несравненный
Portugais incomparável
Arabe لا يضاهى
Chinois 无与伦比
Allemand unvergleichlich
Italien incomparabile
Espagnol incomparable
Anglais incomparable
Source : Google Translate API

Synonymes de « incomparable »

Source : synonymes de incomparable sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « incomparable »



mots du mois

Mots similaires