Sécher : définition de sécher


Sécher : définition du Wiktionnaire

Verbe

sécher \se.ʃe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se sécher)

  1. Rendre sec.
    • […] on vient d’inaugurer un séchoir artificiel : c’est un four à chaleur modérée, où l’on dispose les poissons sur des lattes ; au bout de trois jours ils sont séchés à point. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, E. Plon & Cie, Paris, 1883, page 32)
    • Les deux moines qui entraient en charge pour leur semaine de service commençaient par l’abbé : le plus ancien (selon le rang monastique) lavait les pieds et le plus jeune les séchait. — (Terryl Nancy Kinder, L’Europe cistercienne, Zodiaque, 1998, page 135)
    • Elle se soumit avec un abandon lascif aux mains expertes des deux jeunes femmes qui la lavèrent, la séchèrent et lui brossèrent les cheveux […] — (Isabelle Loredan, Les Noces de la Saint-Jean, Harlequin, 2013)
    • En octobre 1854, la boulangère de Méobecq qui, comme c'était l'usage, avait fait sécher du chanvre dans son four avant de le broyer et de le filer, met le feu à la boulangerie : […]. — (Daniel Bernard, Berry d'antan : Scènes de la vie quotidienne, éd. Royer : chroniques d’antan, 2015, §. 1-4)
  2. (Figuré) Faire cesser l’affliction, en parlant des larmes ou des pleurs.
    • Sèche tes pleurs, Serena, sèche tes pleurs & cours annoncer à ta mère la délivrance de Sophronie. — (Louis-Sébastien Mercier, Olinde et Sophronie, drame héroïque , acte 1, scène IV , 1770)
    • Il n’y eût pas une âme qui sympathisât avec celle d’Athanase ; pas une femme, pas un ami ne vinrent à lui pour sécher ses larmes, il les jeta dans la Sarthe. — (Honoré de Balzac, La Vieille Fille, Hauman, Cattoir & Cie, Bruxelles, 1837, page 177)
    • À cette pensée désolante je séchais mes larmes, je reprenais ma tâche en maudissant ma faiblesse, en me disant que mon enfant ressentirait peut-être la réaction de mes chagrins […] — (Eugène Sue, « Thérèse Dunoyer », dans la Revue de Paris, volume 5, 1842, page 165)
  3. Mettre à sec.
    • Ce général des Assyriens, ne pouvant sécher un ruisseau qui fournissait abondamment de l’eau à cette ville, ordonna qu’on le fit répandre sur des lieux sablonneux pour en faire perdre les eaux et pour faire périr de soif les assiégés. — (Louis de Grenade, Traité d’oraison et considérations sur les principaux mystères, vol. 2, traduit par l’abbé Peyronnet, Fr. Guyot, Lyon, 1843, page 96)
  4. (Familier) Boire complètement.
    • Pour toute réponse, le père sécha son Picon et piocha une nouvelle bière dans la glacière. — (Nicolas Mathieu, Leurs enfants après eux, Actes Sud, 2018, page 36.)
  5. (Éducation) Ne pas aller en cours ou à l’école quand cela est obligatoire. Note : On ne peut pas parler de sécher un cours facultatif : on se contente de ne pas y aller.
    • Pourtant, peu d’étudiants séchaient ce cours, et à cela n’étaient que les deux raisons innées de la condition humaine : les filles étaient sérieuses et les garçons, alléchés par les formes avantageuses de leur jeune enseignante, se découvraient soudain intérêt pour les choses de l’esprit. — (Stephen Lear, Le Furet, Books on Demand, Paris, 2011, page 138)
    • Nos lycéens séchaient les cours pour se retrouver dans des bouis-bouis où ils s’essayaient aux jurons employés par leurs parents, la langue brûlée par le café sucré. — (Nick Dybek, La mer les emportera, Presses de la Cité, 2014)
  6. (Par extension) Ne pas venir à un endroit où l’on était attendu.
    • Le président américain, Donald Trump, prétextant un emploi du temps chargé pour sécher le sommet, y a finalement fait une apparition, mais sans prendre la parole. — (Audrey Garric, A l’ONU, les grands pollueurs se refusent à prendre des engagements pour le climat, Le Monde. Mis en ligne le 24 septembre 2019)
  7. (Chimie) Procéder au séchage d’une solution.
    • Les desséchants rencontrés en chimie organique sont des sels anhydres. Ils doivent être inertes chimiquement et absorber l’eau rapidement et efficacement sans se dissoudre dans le milieu organique à sécher. — (Anne-Sophie Bernard, ‎Sylvain Clède & ‎Matthieu Émond, Techniques expérimentales en Chimie : Réussir les T. P. aux concours, Dunod, 2014, 2e éd., page 105)
  8. (Musculation) Perdre du gras pour rendre les muscles plus apparents.
    • Le mercredi, vous pouvez ajouter une petite séance si vous voulez sécher et/ou [sic] améliorer votre sangle abdominale et/ou [sic] exercer le cou et les mollets. — (Olivier Lafay, Méthode de musculation : 110 exercices sans matériel, Éditions Amphora, 2004, page 111)
    • Il s’agit d’un régime souvent utilisé dans le cadre de la musculation pour « sécher », c’est-à-dire perdre de la masse grasse au profit de la masse maigre. — (Vanessa Gouyot, Régimes, chapitre 11, Delachaux & Niestlé, 2014)
  9. (Familier) Mettre une raclée.
    • Il s’est fait sécher par le videur du bar en essayant d’entrer par la force.
  10. (Par extension) (Familier)
    • Cet alcool m’a complètement séché.
  11. (Familier) Tuer.
    • L’oncle Jules m’annonça, avec une fierté joviale, qu’il l’avait « séché sur place » avec une charge de chevrotines dans la nuque. — (Marcel Pagnol, Le temps des secrets, 1960, collection Le Livre de Poche, page 115)

sécher \se.ʃe\ intransitif

  1. Devenir sec.
    • Le sable ne produit qu'un effet physique : il divise les particules de chaux et empêche la matière de prendre trop de retrait en séchant, ce qui entraînerait des fendillements. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 48)
    • […] ; on donne un coup de rouleau de gélatine pour obtenir une planéité parfaite, on laisse sécher et on collodionne avec un collodion à 3 % légèrement riciné […]. — (Agenda Lumière 1930, Paris : Société Lumière & librairie Gauthier-Villars, page 248)
    • Mon attention a été attirée par un pantalon de velours côtelé, assez usagé, et qui séchait sur un fil de fer à proximité de la porte de la cuisine, ou plus précisément en face de cette porte. — (Jean-Charles Deniau & ‎Madeleine Sultan, Dominici, c'était une affaire de famille, L' Archipel, 2004)
    • Les pièces de bois, séparées les unes des autres par des taquets pour favoriser la circulation de l'air, séchaient tranquillement pendant un an ou deux. Yolaine Goulet, — (‎André Illan, Paroles d'un ouvrier agricole, Éditions Cheminements, 2000, page 126)
    • Pour faire sécher le foin, l'herbe coupée est étendue puis retournée dans la journée avant d'être ramassée en andains le soir venu. — (Sébastien Lay, Maitrise, non-maîtrise de l'herbage : approche ethnologique des savoirs, dans Prés et pâtures dans l'Europe occidentale, Presses Universitaires du Mirail, 2008, page 231)
  2. (Par plaisanterie) (Vieilli) Ne pas trouver à se marier, en parlant d’une fille.
    • Il me confia un jour qu'il me préférait alors à Mlle Henrion, cette vieille fille triste comme un bonnet de nuit et qui séchait sur pied. — (Michel Jeury, La soie et la montagne, vol.2 :La vallée de la soie, Robert Laffont, 2011, chapitre 2)
  3. (Figuré) (Désuet) Se consumer d’ennui, de tristesse ou être en proie à une vive impatience.
    • On a vu à Copenhague des Lapons regreter leurs montagnes de glace , & sécher de langueur & de chagrin , de ce qu'on leur refusoit la permission d'y retourner. — (Samuel Freiherr von Pufendorf & Antoine-Augustin Bruzen de La Martinière, Introduction a l'histoire générale et politique de l'univers, Amsterdam : Zacharie Chatelain, 1745, volume 6, page V)
    • Oh ! je sais, my love, pourquoi vous êtes venue à la gare. Votre femme de chambre vous a trahie. Elle m’a dit que vous attendiez une robe rose qui ne venait pas, et que vous en séchiez d’impatience. — (Anatole France, Le Lys rouge, 1894, réédition Le Livre de Poche, page 243)
  4. Ne pas trouver la solution.
    • Elle séchait sur son devoir de grammaire. Elle disait qu'elle ne se souvenait plus de la règle des participes. Passés. Les présents ne s'accordent pas. — (Annie Saumont, Koman sa sécri émé, Paris : Julliard, 2005, Robert Laffont/bouquins/segher, 2011)
    • La seule notion de fraternité qui m'intéressait était celle à laquelle j'avais parfois recours lorsque je séchais sur un devoir. A ce moment, un grand frère ne m'aurait pas déplu. — (Jean Bouvier-Cavoret, Qui sont-elles ?, Éditions JMJBC, 2007, page 98)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Sécher : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SÉCHER. v. tr.
Rendre sec. Le soleil sèche les prairies. Le vent sèche les chemins. Ils se mirent devant le feu pour se sécher. Fig., Sécher les larmes, les pleurs, Faire cesser l'affliction. Elle eut bientôt séché ses larmes. Le temps séchera vos pleurs.

SÉCHER signifie aussi Mettre à sec. La chaleur a été si violente qu'elle a séché les ruisseaux.

SÉCHER est aussi verbe intransitif et signifie Devenir sec. La plupart des arbres séchèrent à cause des grandes chaleurs. Faire sécher, mettre sécher du linge. Faire sécher des fruits. Cet arbre sèche sur pied. Fig., Sécher sur pied, Se consumer d'ennui, de tristesse ou Être en proie à une vive impatience. Il se dit surtout, par plaisanterie, d'une Fille qui ne trouve point à se marier. Fig., Sécher d'ennui, de langueur, de tristesse, de dépit, etc., Se consumer d'ennui, de langueur, de tristesse.

Sécher : définition du Littré (1872-1877)

SÉCHER (sè-ché ; la syllabe sé prend un accent grave, quand la syllabe qui suit est muette : je sèche, excepté au futur et au conditionnel : je sécherai, je sécherais) v. a.
  • 1Rendre sec. Sécher ses vêtements mouillés par la pluie. Le grand hâle sèche les fleurs. Qu'il soit comme le fruit en naissant arraché, Ou qu'un souffle ennemi dans sa fleur a séché ! Racine, Athal. I, 2. Et j'essuyai mon front que vint sécher la brise, Lamartine, Jocelyn, Prologue.
  • 2Mettre à sec. Il a changé les fleuves en lieux secs et déserts, et séché les sources et les ruisseaux, Sacy, Bible, Psaum. CVI, 33. Nous avons appris qu'à votre sortie d'Égypte, le Seigneur sécha les eaux de la mer Rouge, Sacy, Josué, II, 10.

    Par extension. Déjà l'ardente soif le sèche et le dévore, Ducis, Abuf. I, 3.

    Fig. Je suis trop embarrassé du mauvais succès de mes affaires, et cette inquiétude sèche toutes les pensées de vers, Racine, Lett. 20, à Levasseur.

    Fig. Dans l'argot de certaines hautes écoles, sécher un élève, lui donner des notes par suite desquelles il sera déclaré n'avoir pas satisfait aux examens de sortie (voy. FRUIT 1, n° 2).

  • 3 Fig. Sécher les larmes, consoler, empêcher de pleurer. Quels pleurs ai-je séchés ? dans quels yeux satisfaits Ai-je déjà goûté le fruit de mes bienfaits ? Racine, Bérén. IV, 4. C'est moi, mon ami, qui ai apaisé vos premiers cris, séché vos premières larmes, Al. Duval, Men. de Livonie, III, 11.

    On dit de même : sécher les yeux. Cette pitoyable nouvelle n'a pas séché mes yeux, Sévigné, 115.

    Sécher ses pleurs, cesser de pleurer. Sèche tes pleurs, Sabine, ou les cache à ma vue, Corneille, Hor. IV, 7. D'Antin pleurait et disait que… il sécha et regretta bientôt ses larmes, Saint-Simon, 197, 133. La cuisinière entra, Mlle Hubert sécha ses pleurs, Marivaux, Pays. parv. 3e part.

  • 4 V. n. Devenir sec. Les arbres séchèrent sur pied. Faire sécher des fruits au four. Au même moment le figuier sécha, Sacy, Bible, Évang. Matthieu XXI, 19. Tout le reste du peuple a séché de soif, Sacy, ib. Isaïe, V, 13. Qu'on vous couronne de fleurs, qu'on vous compose des guirlandes, ces fleurs ne seront bonnes qu'à sécher sur votre tombeau, Fléchier, Duch. de Montaus. Sa justice [de Dieu], indignée que vous employiez contre lui ses propres bienfaits… renverse vos fortunes, éteint vos familles, fait sécher la racine de votre postérité, Massillon, Pet. carême, Vices et vert. La superbe Carthage n'était point encore un port de mer ; il n'y avait là que quelques Numides qui faisaient sécher des poissons au soleil, Voltaire, Princ. de Babyl. X. Faut-il demander… pourquoi l'on voit des années qui n'ont ni printemps ni automne, où les fruits de l'année sèchent dans leur fleur ? Vauvenargues, Clazomène ou la Vertu malheureuse.

    Par extension. Je vis sa femme [du maréchal de Créquy qui venait d'être défait]… elle n'est pas reconnaissable ; les yeux ne lui sèchent pas, Sévigné, 26 août 1675.

    Se tarir. Cette horrible famine… funeste aux mères qui voyaient sécher leurs mamelles, Bossuet, Hist. II, 8.

    Fig. Les paroles sèchent, la langue sèche, se dit quand on ne peut parler. Que dit-on quand on a tort ? pour moi, je n'ai pas le mot à dire ; les paroles me sèchent à la gorge, Sévigné, à Bussy, 29 mai 1679. La langue de l'impie sécha toujours devant lui de honte et de confusion, Massillon, Or. fun. Dauphin, 2e p.

  • 5Être frappé d'un desséchement, en parlant d'une partie du corps. La jambe droite lui a séché.

    Fig. Si j'avais écrit comme on le désirait, j'aurais bien dit d'autres merveilles ; mais j'aurais eu peur que ma main n'eût séché, Sévigné, 23 janv. 1682.

  • 6 Fig. Languir, dépérir. Je crois qu'avant deux jours je sécherais d'ennui, Corneille, Galerie, IV, 8. Pouvons-nous être témoins de tant de chutes et de tant de malheurs, et n'en pas sécher de douleur comme le prophète ? Bourdaloue, Exhort. char. env. un sémin. t. I, p. 151. Mme de Montespan sèche de notre joie ; elle meurt de jalousie, Maintenon, Lett. à Mme de St Géran, 7 août 1682. Je me consume de chagrins et de veilles : je sèche à vue, Maintenon, Lett. à l'abbé Gobelin, 29 juill. 1676. Que Rohault vainement sèche pour concevoir Comme, tout étant plein, tout a pu se mouvoir, Boileau, Épît. V. Va maigrir, si tu veux, et sécher sur un livre, Boileau, Lutr. IV. On voit quelquefois des enfants qui sèchent et qui dépérissent d'une langueur secrète, parce que d'autres sont plus caressés qu'eux, Fénelon, t. XVII, p. 35. Rousseau a, de son aveu même, séché souvent six mois sur les strophes d'un cantique, Gilbert, Lett. à M. Imbert.

    Éprouver un sentiment d'impatience, de contrariété. On sèche quand on entend sortir ces discours d'une telle bouche [Fénelon] ; n'aurait-on pas plus tôt fait d'avouer une faute humaine…, Bossuet, Préf. Instruct. pastor. 55. La Monsery séchait d'impatience, Hamilton, Gramm. 7. Voici l'heure fatale où l'arrêt [au théâtre, sur une pièce] se prononce ! Je sèche, je me meurs ; quel métier ! j'y renonce, Piron, Métrom. V, 1. Je sèche en attendant la consultation des avocats en faveur de cet infortuné [Calas] qui est mort avec plus de courage que Socrate, Voltaire, Lett. Damilaville, 25 juill. 1766.

    Sécher sur pied, se consumer d'ennui, de tristesse, ou être en proie à une inquiétude qui cause une sorte d'abattement. La répétition du mariage de Monsieur me fait sécher sur pied, Sévigné, 95. Malgré toutes les attentions de mes hôtes, malgré la beauté du séjour de la Haye, je sèche sur pied ; il faut que je vous revoie tous, Diderot, Lett. à Mlle Voland, 3 sept. 1774.

    Mme de Sévigné a dit : sécher sur le pied. On verra bientôt cette dernière sécher sur le pied, 19 août 1676.

    Sécher sur pied, se dit aussi, par plaisanterie, d'une fille qui ne trouve point à se marier.

  • 7Se sécher, v. réfl. Se rendre sec. Les feux bien allumés, ils [les soldats] passèrent la nuit à se sécher, au bruit des imprécations, des gémissements de ceux qui achevaient de franchir le torrent, ou qui du haut de ses berges roulaient et se perdaient dans ses glaçons, Ségur, Hist. de Nap. IX, 13.

    Devenir à sec. Quelque temps après le torrent se sécha, car il n'avait point plu sur la terre, Sacy, Bible, Rois, III, XVII, 7.

  • 8Devenir sec. La main qu'il [Jéroboam] avait étendue contre le prophète, se sécha, et il ne put plus la retirer à lui, Sacy, Bible, Rois, III, XIII, 4. Tant de lauriers qui avaient levé leurs têtes jusqu'aux nues, se séchèrent bientôt dans une terre épuisée, Voltaire, Princ. de Babyl. 10.

    Fig. Votre main aurait dû se sécher, se dit pour exprimer que pour rien au monde on n'eût dû faire tel ou tel acte. Votre main aurait dû se sécher avant de signer ce papier. Que du ciel sur les rois les arrêts sont terribles !… Nos mains se sécheraient en touchant la couronne, Si nous savions, mon fils, à quel titre il la donne, Ducis, Hamlet, II, 5.

  • 9Cesser de couler. Ce qui me parut étonnant, c'est que ses larmes se séchèrent tout à coup, Marivaux, Pays. parv. 7e part.

HISTORIQUE

XIIe s. Ensi perdrai tout fors merci crier, Et secherai de duel [deuil] et de pesance, Hist. litt. de la Fr. t. XXIII, p. 576. Tu derumpis les fontaines, tu secchas les fluvies [fleuves], Liber psalm. p. 99. Puis avint que la riviere sechad, Rois, p. 310.

XIIIe s. Nule riens ne seche si tost comme larmes, Latini, Trésor, p. 572. Si com echo… Qui seicha tote d'ardure, Fors la voix qui encor dure, Hist. litt. de la Fr. t. XXIII, p. 717. On doit sayer [essayer] pour mius aprendre, Piecha c'on dist : qui siet, il seche, Baudouin de Condé, t. I, p. 17.

XIVe s. Ne jà il ne l'aura si chier, Qu'il ne le face tout sechier, Et qu'il ne li toille [ôte] vigour, Machaut, p. 27.

XVe s. Pour quoi fait donc dame ne pucelette Si grant dangier de s'amour à ami, Qui sechera soubz le pié com l'erbette ? Deschamps, Profiter de la jeunesse. Ne laissons pas seicher Le passaige des vivres ; Mais que nous soyons yvres, Nous nous irons couchier, Basselin, XLII.

XVIe s. Qu'en dictes-vous, quel dueil, quel ennuy est-ce, De veoir secher la fleur de tous noz champs ? Marot, III, 298. Le meilleur conte du monde se seiche entre mes mains et se ternit, Montaigne, III, 37. C'estoient tapisseries que l'on avoit tendues pour les secher, Amyot, Thém. 54. Quoi ! je ne boy que par procuration ; mouillez-vous pour seicher, ou seichez-vous pour mouiller, Rabelais, Garg. I, 5.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Sécher : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

SÉCHER, v. act. (Gram.) rendre sec, ôter de l’humidité. Voyez l’article Sec.

Sécher, en terme de Batteur d’or, c’est ôter l’humidité que les moules ont pu contracter en battant l’or dedans. On se sert pour cela de la presse avec laquelle on fait transpirer, pour ainsi dire, cette humidité sur l’extérieur des feuillets, d’où on l’évapore en le remuant à l’air.

Sécher, en terme d’Epinglier-Aiguilletier, est l’action d’imbiber l’humidité que les aiguilles ont contractée dans les savonnages, avec de la mie de pain & du son. On se sert pour cela d’un moulin, dans lequel on met le son, la mie de pain & les aiguilles, pour les tourner jusqu’à ce qu’on ne voye plus d’humidité. Voyez Moulin.

Sécher, en terme d’Epinglier, n’est autre chose que d’ôter l’humidité qui est restée sur les épingles après qu’on les a lavées. On les met dans un sac de cuir avec du son, dont on a séparé la farine aussi exactement qu’il a été possible. Deux ouvriers les frottent vigoureusement dans ce sac pendant un tems suffisant. Il y a une autre maniere de sécher les épingles. On les entonne avec un auget dans un coffret de bois soutenu sur deux montans, où l’on le tourne avec deux manivelles à chaque bout. On y met du son passé avec le même soin. Mais cette derniere maniere de sécher les épingles est moins d’usage que l’autre, quoiqu’elle soit aussi bonne, mais apparemment parce qu’elle est plus embarrassante. Voyez les fig. & & les Pl. qui représentent la premiere maniere, & la seconde. Pl. II. de l’Epinglier.

Sécher, en terme de Potier, est l’action de laisser évaporer l’eau que la terre renferme. Il faut, pour cette opération, éviter le soleil & le grand air qui feroient crevasser l’ouvrage, ainsi que le feu si on l’y mettoit encore humide.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Sécher : définitions subjectives sur Dicopedia

Dicopedia est un dictionnaire participatif où n'importe qui peut partager sa propre définition des mots de la langue française. L'intérêt de cette initiative est de proposer des définitions subjectives et très diverses, selon l'expérience de chacun. Nous ajouterons dans cette section les définitions de « sécher » les plus populaires.

✍️

Étymologie de « sécher »

Étymologie de sécher - Littré

Wallon, sechi ; Berry, chécher ; norm. séquer ; prov. secar, sechar ; catal. seccar ; esp. secar ; ital. seccare ; du lat. siccare, de siccus, sec.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de sécher - Wiktionnaire

Du latin siccare (« rendre sec »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « sécher »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
sécher seʃe play_arrow

Conjugaison du verbe « sécher »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe sécher

Citations contenant le mot « sécher »

  • Pour rafraîchir vos pièces et y maintenir une température convenable, rien de mieux que d’y apporter de l’humidité : mouiller le sol, les rideaux, laisser sécher votre linge en intérieur, etc. Il faut également ouvrir ses fenêtres tôt le matin et fermer ses volets en journée. ladepeche.fr, 5 conseils pour supporter les fortes chaleurs - ladepeche.fr
  • Une fois la manœuvre effectuée, utilisez un autre torchon légèrement imbibé d’eau tiède pour rincer. Pour sécher le tapis, équipez-vous d’une serviette pour l’essorer, puis laissez-le à l’air libre. Attention à ne pas rouler le tapis s'il n'est pas sec, «on risque de l’abîmer ou de glisser dessus et de se blesser à la prochaine séance», signale Marcia Segal. Madame Figaro, Odeurs, microbes... Comment nettoyer efficacement son tapis de yoga ? - Madame Figaro
  • Puisque tout un chacun n'a pas forcément son smartphone sous la main quand il va se sécher les cheveux, le Tineco Moda One dispose de trois boutons de contrôle sur le manche. L'un permet de mettre sous tension l'appareil et les deux autres sont là pour enclencher trois modes de séchages (Max et Auto sur la même touche, ou Cool séparément). , Tineco Moda One est le premier sèche-cheveux connecté de la marque - Les Numériques
  • Dimanche 12 juillet, à 10 heures, les gendarmes du peloton motorisé de Saint-Julien-en-Genevois avaient pris place sur la RD992, sur la commune de Viry, pour contrôler la vitesse des véhicules circulant en direction de Frangy. Un conducteur a été intercepté après un contrôle à la vitesse de 130 km/h, pour les 80 km/h autorisés. Cet homme de 23 ans, domicilié à Viry, a expliqué qu’il roulait vite « pour faire sécher son véhicule qu’il venait de laver ». Il a fait l’objet d’une rétention immédiate de son permis de conduire et son véhicule a été immobilisé. , Faits-divers - Justice | Haute-Savoie : il roulait vite pour faire sécher sa voiture…
  • De trop me savoir fugitive, je me tairais et l'encre de mon écriture, trop vite, sécherait. De Assia Djebar / Vaste est la prison, 2002
  • Le même soleil fait fondre la cire et sécher l'argile. De Clément d’Alexandrie / Stromates
  • La botanique c'est l'art de sécher les plantes entre des feuilles de papier et de les injurier en grec et en latin. De Alphonse Karr
  • Les larmes ne sécheraient jamais si l’on n’oubliait pas les morts. De Proverbe roumain
  • Donnez-moi un bain sans eau, je n'ai pas le temps de me sécher. De Celmas
  • On peut sécher ses larmes, mais son coeur, jamais. De Marguerite de Valois

Images d'illustration du mot « sécher »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « sécher »

Langue Traduction
Corse asciugà
Basque lehortzeko
Japonais 乾燥する
Russe сушить
Portugais secar
Arabe لتجف
Chinois 变干
Allemand zu trocknen
Italien asciugare
Espagnol secar
Anglais to dry
Source : Google Translate API

Synonymes de « sécher »

Source : synonymes de sécher sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « sécher »


Mots similaires