Baigner : définition de baigner


Baigner : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

BAIGNER, verbe.

I.− Emploi trans.
A.− [Le suj. désigne un animé] Mettre dans un bain; tremper et maintenir dans de l'eau ou tout autre liquide un corps, l'une des parties d'un corps (personne ou animal), un objet pour le laver, le rafraîchir, etc. Baigner un chien, un enfant; baigner une brioche dans du lait :
1. ... Yvonne devait le bouchonner, ce corps, le baigner, le doucher, le parfumer, lui donner la meilleure présentation possible, à lui aussi bien qu'à ses compléments, ongles, cheveux, sourcils. Queneau, Pierrot mon ami,1942, p. 83.
SYNT. Baigner ses mains, baigner des plaies; baigner des étoffes dans une cuve de teinturier (Lar. 19e).
P. anal. et métaph. ,,Plonger à plusieurs reprises.``(Lar. 19e, Nouv. Lar. ill.) ,,Baigner ses mains dans l'or`` (Lar. 19e, Nouv. Lar. ill.).
Se baigner.[Suivi d'un compl. d'obj. désignant une partie du corps] Se baigner les yeux, se baigner les tempes avec du vinaigre :
2. De ses mains extraordinairement vivantes l'étranger s'y baigna [dans le petit baquet] le visage, s'inonda le cou, aspergea sa chevelure, tandis que les regards s'acharnaient à suivre le moindre de ses mouvements. G. Guèvremont, Le Survenant,1945, p. 10.
Rem. Dans cette constr. il y a transfert (habituel) de l'idée de possession (baigner ses yeux → se baigner les yeux).
B.− [Le suj. désigne la mer, un lac, un cours d'eau] Entourer, couler dans, auprès de :
3. pile. − Et maintenant notre noble navire s'élance à toute vitesse sur les sombres lames de la mer du Nord. père ubu. − Mer farouche et inhospitalière qui baigne le pays appelé Germanie, ainsi nommé parce que les habitants de ce pays sont tous cousins germains. Jarry, Ubu Roi,1895, V, 4, p. 92.
SYNT. Les continents que baignent ces vastes mers, le fleuve qui baigne ces murs (Ac. 1835); l'eau baigne, comme à Amsterdam (...) le pied des maisons (Huysmans, L'Art mod., 1883, p. 101); côté baignée par des courants chauds (Vidal de La Blache, Principes de géogr. hum., 1921, p. 30).
P. ext. :
4. Sur le vivant, le sang circulant est partout présent. Il bat dans les artères, glisse dans les veines bleuâtres, remplit les vaisseaux capillaires, et baigne tous les tissus de lymphe transparente. Carrel, L'Homme, cet inconnu,1935, p. 82.
Au fig., littér. et souvent au passif. [Le suj. désigne fréquemment une source lumineuse] Envelopper de tous côtés. Cloître baigné d'une fraîcheur de source :
5. Il se sentait renaître dans cette belle aurore glacée, et plein de force, plein de vie. La lumière le baignait, l'entourait, le pénétrait comme une espérance. Maupassant, Contes et nouvelles,t. 2, La Petite Roque, 1885, p. 1048.
[Ou un état d'âme] Être envahi, baigné de tristesse :
6. Avant qu'il lui eût rien demandé, et sans qu'elle eût réfléchi à la fausseté de sa situation, elle appartenait à Jean, en pensée. Elle vivait un rêve magique, tout baigné de lumière et de bonheur, ... Daniel-Rops, Mort, où est ta victoire?1934, p. 166.
C.− P. exagér., souvent au passif. [Fréquemment en parlant de la sueur, des larmes] Mouiller, arroser (une pers., son visage). Baigner les tempes de qqn avec de l'eau froide :
7. Un jour que je traversais le cloître, je vois une sœur converse assise sur la dernière marche de l'escalier, pâle, mourante, baignée d'une sueur froide. Elle était placée entre deux seaux fétides qu'elle descendait du dortoir et qu'elle allait vider. G. Sand, Histoire de ma vie,t. 3, 1855, p. 199.
SYNT. Serrer qqn entre ses bras et le baigner de ses larmes (Dupuis, Abr. de l'orig. de tous les cultes, 1796, p. 241); baigner son lit de larmes, baigner son visage de pleurs (Ac. 1798).
II.− Emploi pronom.
A.− [Le suj. désigne un animé] Se plonger dans l'eau de la mer, d'une rivière, etc., pour le sport ou l'agrément. Plus rarement. Se laver dans une baignoire :
8. ... elle a mis un drap au fond du ruisseau, un drap maintenu par des pierres, bien plaqué au fond de l'eau. Ça a fait comme une grande cuvette toute propre. Et elle s'est baignée. Elle s'est lavée du haut en bas avec une poignée de saponaire. Giono, Regain,1930, p. 143.
Avec ell. du pron. pers. Faire baigner des chevaux, un chien (Ac. 1835-1932).
P. ext., fig. et littér. Se plaire à quelque chose. Se baigner dans le sang. Avoir du plaisir à répandre le sang (des martyrs, de ses ennemis, etc.). Se baigner dans les larmes des malheureux (Ac. 1798, Besch. 1845).
Poét. Se plonger dans. Se baigner dans l'air libre (Nouv. Lar. ill.);cf. aussi Besch. 1845 et Rob. :
9. Il y a dix-huit ou dix-neuf ans, je me baignais avec délice dans la pure métaphysique, je vivais dans la spéculation supérieure, et j'agitais volontiers et passionnément les grandes idées philosophiques. Amiel, Journal intime,1866, p. 220.
B.− [Le suj. désigne un inanimé] Être plongé partiellement. Une tour qui se baigne dans l'eau (Flaubert ds Lar. encyclop.).
III.− Emploi intrans. [Le suj. désigne un animé ou un inanimé] Être plongé dans l'eau ou un liquide quelconque. Baigner dans.Il faut que ces herbes baignent dans l'esprit-de-vin, que ces concombres baignent dans le vinaigre (Ac.1835-1932) :
10. Il y a là un quartier de choix, veiné de filets de graisse, lourd comme de la pierre, divisé en morceaux roussis à la poêle. Comme garniture, du hachis de jambon, du hachis d'oignon, et quelques gousses d'ail. Le tout baigne dans un mélange d'eau et de vin : par moitié. Pesquidoux, Chez nous,1923, p. 116.
Rem. En ce sens baigner dans désigne une immersion totale, d'une durée plus ou moins longue.
P. hyperb. Baigner dans son sang. Être mortellement blessé, être couvert de sang. Baigner sans sa sueur; être baigné de sueur (Ac. 1932) :
11. Alors Tanguy gratta une allumette et vit Ansart, sans connaissance, qui baignait dans son sang. Ambrière, Les Grandes vacances,1946, p. 253.
Au fig. Être plongé dans, être imprégné de :
12. ... certains de ceux qui, dans les barbelés, avaient rêvé d'une patrie renouvelée s'attristent de la médiocrité morale et de l'atonie nationale baignent trop de Français. De Gaulle, Mémoires de guerre,1959, p. 244.
Emplois spéc.
FAUCONN. ,,Se dit (...) de l'oiseau de proie, lorsque de lui-même, il se jette dans l'eau, ou qu'il se mouille à la pluie, ou qu'on le plonge dans l'eau après l'avoir poivré`` (Baudr. Chasses 1834); cf. Ac. Compl. 1842 où il est noté comme ,,v. actif et pronom.``, Besch. 1845 et Lar. 19e).
La lune baigne. ,,Quand elle est entourée d'un cercle et que son contour est mal terminé`` (Littré) :
13. La couleur pâle de la lune, les cercles concentriques plus ou moins obscurs dont elle est entourée, ses cornes mal terminées, l'auréole lumineuse qui s'étend autour d'elle et qui fait dire que la lune baigne, sont autant de signes de pluie; ... Journ. Offic.,20 sept. 1873, p. 5 976, col. 1 (Littré).
PRONONC. − 1. Forme phon. : [bε ɳe], (je) baigne [bε ɳ]. Pt Lar. 1968 et Warn. 1968 admettent une var. (Warn. : ,,cour.``) : [beɳe]. Pour Grammont Prononc. 1958, p. 41, il s'agit là d'un fait d'harm. vocalique. Enq. : /beɳ/ (il) baigne. 2. Homon. beignet (homon. de (il) baignait).
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. a) 1155 pronom. « se plonger dans l'eau (pour se laver ou se soigner) » (Wace, Brut, éd. I. Arnold, 8076 : Cil ki esteient engroté d'alcune enferté grevé, Des laveüres bainz feseient, Bainoent sei si guarisseient); b) ca 1176 id. « se plonger dans l'eau et s'y ébattre » (Chr. de Troyes, Cligès, 1142 ds Gdf. Compl. : Droit sor la mer se devestirent, Si se laverent et beignierent); 2. a) ca 1170 intrans. « tremper (dans un liquide) » (Chr. de Troyes, Erec et Enide, éd. W. Foerster, 4598 ds T.-L. : toz ses cors en sanc beignoit); b) ca 1170 id. au fig. « être plongé dans » (Lambert Le Tort, Alexandre de Bernay, Alexandre, éd. H. Michelant, 510, 12 : ne vus penies mie de vo gent abaisier, mais à votre pooir lever et essaucier, et si les faisies tous en rikecce bagnier); 3. av. 1188 trans. « plonger, tremper » (Partonopeus de Blois, 8910 ds Gdf. Compl. : En sanc se lance baigne); 4. a) xiies. « mouiller, arroser » (Destruction Rome, éd. G. Groeber, 562 ds T.-L. : Del sanc que d'els corroit, est la rue bainie); b) 1267-68 « id. (en parlant d'un fleuve ou de la mer) » (Brunet Latin, Trésor, éd. Chabaille, 153 ds T.-L. : un flum qui arouse et baigne toute la terre de Egypte); c) xvies. au fig. « entourer, environner, imprégner » (Du Bellay, Œuvres, I, 96 : Et toy, ô Dieu! qui mon rivage baignes, As-tu point veu une Nymphe craintive, Qui va menant ma liberté captive Par les sommez des plus haultes montaignes?). Du b. lat. balneare attesté au sens 1 dep. le vies. (Plinius Valerianus, 5, 41 ds TLL s.v., 1704, 25) et au sens 3 a en lat. médiév. (Recept. Sangal. I, 38 ds Mittellat. W. s.v., 1328, 20). La forme rég. issue de ba(l)neare est bagner; baigner s'explique par infl. de bain* ou de baing, du lat. balneo (Fouché, p. 387 et 443).
STAT. − Fréq. abs. littér. : 2 251. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 2 820, b) 3 365; xxes. : a) 3 816, b) 3 067.
BBG. − Gir. t. 2 Nouv. Rem. 1834, p. 15. − Gottsch. Redens. 1930, p. 190. − Munster (V.). Die Entwicklung des Fremdenverkehrs im Spiegel der französischen Fachterminologie. Der Österreichische Betriebswirt. 1961, t. 11, pp. 242-245.

Baigner : définition du Wiktionnaire

Verbe

baigner \be.ɲe\ ou \bɛ.ɲe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se baigner)

  1. Immerger et faire séjourner un corps plus ou moins longtemps dans l’eau ou dans quelque autre liquide.
    • Baigner un enfant.
    • On l’a baigné durant quinze jours.
    • Faire baigner des chevaux, un chien.
    • Baigner une partie malade.
  2. Entourer, toucher de la terre ferme, en parlant des océans, des mers, des lacs ou des fleuves.
    • Les continents que baignent ces vastes mers.
    • Le fleuve qui baigne ces murs.
    • Cette rivière baigne la limite de mon jardin.
  3. (Figuré) Envelopper une personne ou une chose en parlant de choses immatérielles ou impalpables.
    • La gamme de couleurs où elle est baignée est d’une somptuosité que l’on ne peut décrire. Depuis le rouge et l’or jusqu’au violet céleste, toutes les teintes frappent ses murailles […]. — (Pierre Louÿs, La ville plus belle que le monument, dans Archipel, 1932)
    • Ce film musical nous baigne dans les années soixante-dix avec tout ce qu'il y a de plus kitch ; mais comme souvent, certains films comme celui-ci, qualifiés de « nanards » par les critiques, deviennent incontournables après leur sortie. — (Canon Ball, Kiss Mania : Kiss par un fan, Camion Blanc, 2012)
  4. (Par hyperbole) Mouiller, arroser.
    • Baigner son lit de larmes.
    • Les pleurs qui baignaient son visage.
  5. (Figuré) Perdre beaucoup de sang, en être couvert.
    • Baigner dans son sang.
    • Nous le trouvâmes baigné dans son sang.
  6. Être plongé entièrement et tremper plus ou moins longtemps dans un liquide.
    • Dans le choc très brutal de l’amerrissage, un croisillonnage céda et l'extrémité de l’aile gauche baignait dans l'écume. — (Jean Mermoz, Mes Vols, p.73, Flammarion, 1937)
    • Il faut que ces herbes baignent dans l’esprit-de-vin, que ces concombres baignent dans le vinaigre.
    • Ce malade baigne dans sa sueur.
    • Être baigné de sueur.
  7. (Figuré) En parlant d'un lieu, être absorbé, rempli d'une ambiance ou d'une odeur.
    • Je marchais le long du hall qui baignait dans le silence et la forte odeur de chloroforme. — (Antonine Maillet, Clin d’œil au Temps qui passe, Leméac, 2019, page 64)
  8. (Figuré) Être possédé par ses émotions.
    • Baigner dans ses chagrins.
  9. (Intransitif) (Figuré) Tout baigne, tout va bien.
  10. (Pronominal) S’immerger dans un liquide.
    • Se baigner les pieds, les yeux, etc.
    • Se baigner dans la rivière, à la mer.
    • Aller se baigner.
    • Cet oiseau aime beaucoup à se baigner.
  11. (Pronominal) (Figuré) Faire mourir beaucoup de gens en leur faisant perdre beaucoup de sang.
    • Se baigner dans le sang.
    • Ce tyran s’est baigné dans le sang de ses sujets.
  12. (Pronominal) (Figuré) Se rendre possédé par ses émotions.
    • Se baigner dans ses chagrins.
  13. (Pronominal) (Martinique) (Guadeloupe) Se laver, se doucher.
    • Je vais me baigner, à plus tard.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Baigner : définition du Littré (1872-1877)

BAIGNER (bè-gné) v. a.
  • 1Faire mettre dans l'eau, mettre dans le bain. Baigner des troupeaux dans le ruisseau. Baigner quelqu'un dans de l'eau tiède.
  • 2Mouiller, inonder. Baigner son visage de larmes. Vous baignant de ses larmes paternelles, Massillon, Exempl. Elle prend ses enfants et les baigne de pleurs, Racine, Phèd. V, 5.

    Fig. Un si touchant regard baigne votre prunelle, Hugo, F. d'automne, 24.

  • 3Couler dans, auprès ou autour, en parlant d'une rivière. Le Nil baigne l'Éthiopie. Le fleuve qui baigne ces parages. La mer qui baigne la Bretagne. J'ai, malgré leurs efforts, soumis à votre règne Ce que le Tibre lave et que le Gange baigne, Rotrou, Bélis. I, 6. Un captif qui voit chaque jour Voguer la plus belle des filles Sur les flots qui baignent la tour, Béranger, Prisonn.
  • 4 V. n. Être plongé dans. Cet arbre baigne dans l'étang. Des olives baignent dans la saumure.
  • 5Se baigner, v. réfl. Se mettre au bain. Se baigner dans la rivière.

    Fig. Il se baigne dans la confiance, Sévigné, 453. Le crédit de Chamillard s'augmentait tous les jours par l'orgueilleux plaisir dans lequel le roi se baignait de former son ministre, Saint-Simon, 96, 12.

    Se baigner dans le sang, se plaire à en répandre. Songe aux fleuves de sang où ton bras s'est baigné, Corneille, Cinna, IV, 2. Qu'un jeune audacieux se baigne dans leur sang, Corneille, Cid II, 9. Que … malgré la pitié dont je me sens saisir, Dans le sang d'un enfant je me baigne à loisir, Racine, Androm. I, 2. Dans l'infidèle sang baignez-vous sans horreur, Racine, Ath. II, 2. Une impie étrangère Se baigne impunément dans le sang de nos rois, Racine, Ath. I, 1. Vengez-vous, baignez-vous au sang du criminel, Voltaire, Mér. IV, 2. Dans le sang innocent ta main va se baigner, Voltaire, Alz. V, 5.

REMARQUE

1. Lorsqu'il s'agit de l'action d'une personne qui prend un bain, le verbe baigner doit toujours être réfléchi ; ainsi on dira : ils sont allés se baigner ensemble ; et non : ils sont allés baigner ensemble. Il ne devient neutre que lorsqu'il exprime qu'un objet trempe dans un liquide.

2. On dit : ils le trouvèrent baigné dans son sang. Mais peut-on dire : ils le trouvèrent baignant dans son sang ? Des grammairiens ont condamné cette locution, mais évidemment elle est légitime ; et baignant dans son sang est acceptable au même titre que nageant dans son sang.

HISTORIQUE

XIIe s. Je vous plevis qu'en lor sanc iert [mon épée sera] bagnie, Ronc. p. 43. Dedens le cors son espié [il] a baingnié, ib. p. 89. Et les malades reposer et beignier, ib. p. 159. Et la grant court de France au dous renom Où toute valeur se baigne, Hues de la Ferté, Romancero, p. 182. Iluec curreit une ewe… Là se baignout les seirs pour sa char refreidier, Th. le mart. 94.

XIIIe s. Et li homme estoient si baignié [mouillé], que tout estoient tout ensi comme mort que de le [la] gielée que du froit, H. de Valenciennes, XXVIII. Seiner [saigner] se fet cuntre sun mal ; Al terz jur dist k'il baignereit [se baignerait], Marie de France, Equitan. Que baignier se doivent ensemble, la Rose, 14580. L'on ne puet trere en plet cels qui ovrent en vigne, ne qui se beignent, ne qui sont en moutiers, Liv. de just. 84. Baron, dist-il à eus, ne soiés esmaié ; Moult furent, en vos terres, li plusor aaisié, Vestu et conreé, remué et baignié, Ch. d'Ant. VIII, 415. Et quant Tangrés le voit, à poi qu'il ne forsaigne, L'espée a traite nue, o grant ire se baigne, Ch. d'Ant. III, 135. S'on les trueve noiés où il fust accoustumé d'aler, si comme por baignier, ou por avoir de l'yaue, ou por pesquier [pêcher], Beaumanoir, LXIX, 13. Chanoine, clerc, et roi, et conte Sont trop aver [avares] ; N'ont cure des ames sauver, Mès les cors baignier et laver Et bien norrir, Rutebeuf, II, 1. Mal furent tiex avoirs acquis et gaaigné, Dont li filz et li pere sunt en enfer baigné, J. de Meung, Test. 342.

XIVe s. À la premiere riviere qu'il verroit d'en haut, [l'esprevier] s'en yroit baignier, Ménagier, III, 2.

XVe s. Elle fut percée et baignée [par la pluie] jusques à la peau, Louis XI, Nouv. XL.

XVIe s. Nous contentans de nostre justice, sagesse et vertu, nous sommes bien aises et nous bagnons à nous flatter, jusques à nous priser comme demi-dieux, Calvin, Inst. 3. Que ces contreroleurs se monstrent un peu, et puis qu'ils se bagnent à rejecter des cœurs humains toute reverence de l'Escriture, Calvin, ib. 44. Que nous n'affections point une grace de brocarder et mordre en riant les uns et les autres, comme font aucuns, qui se bagnent [délectent] quand ils peuvent faire vergongne à quelcun, Calvin, ib. 309. J'en laisserai du tout faire à l'Espaigne, De qui la main en nostre sang se baigne, Marot, I, 328. Tout estoit mer ; et la mer qui tout baigne, N'a aucuns borts…, Marot, IV, 27. Il se baigne et delecte à tourmenter toutes sortes de gens, Carloix, IV, 10. Le sang de ceulx qui furent occis sur la grande place seulement, baigna tout le quartier, Amyot, Sylla, 31. Le malade sera purgé, baigné, saigné, Paré, XI,14. L'on doit appliquer estoupades baignées en oxycrat, Paré, XIV, 6.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

BAIGNER.
4 V. n. Ajoutez :

Fig. Il se dit de la lune quand elle est entourée d'un cercle et que son contour est mal terminé. La couleur pâle de la lune, les cercles concentriques plus ou moins obscurs dont elle est entourée, ses cornes mal terminées, l'auréole lumineuse qui s'étend autour d'elle et qui fait dire que la lune baigne, sont autant de signes de pluie ; les étoiles présentent des signes pareils : leur lumière perd de sa vivacité et elles baignent aux approches de la pluie, Journ. offic. 20 sept. 1873, p. 5976, 1re col.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Baigner : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

BAIGNER, v. act. (Gramm.) c’est plonger un corps nud dans l’eau, ou plus généralement dans un fluide, afin que ses parties en soient appliquées immédiatement à la peau. Voyez Bain.

Baigner, se dit en Fauconnerie de l’oiseau de proie, lorsque de lui-même il se jette dans l’eau ou qu’il se mouille à la pluie, ou qu’on le plonge dans l’eau quand on le poivre.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « baigner »

Étymologie de baigner - Littré

Wallon, baniï ; picard, bagner ; Berry, beugner ; provenç. et portug. banhar ; espagn. bañar ; ital. bagnare ; de balneare, de balneum, bain, grec βαλανεῖον, bain ; allem. baden ; angl. to bath ; celt. bathain ; sanscrit, bad ou vad, plonger. Bèze dit que plusieurs prononçaient, au XVIe siècle, bagner.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de baigner - Wiktionnaire

En ancien français bagner, plus tard refait en baigner d’après bain. Du latin balneare, altéré en latin populaire en *baneare.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « baigner »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
baigner bɛɲe play_arrow

Conjugaison du verbe « baigner »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe baigner

Évolution historique de l’usage du mot « baigner »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « baigner »

  • Il est également interdit de se baigner à Saint-Valery-sur-Somme, de l’autre côté de la baie de Somme, alors même qu’aucune analyse de la qualité de l’eau n’y est faite : la petite plage, où des cabines sont installées, n’est tout bonnement pas répertoriée comme un site de baignade. Courrier picard, Où se baigner en Picardie, sans risque sanitaire?
  • 
Dans les Hauts-de-France, les jeunes continuent de se jeter dans l'eau depuis les ponts malgré l'interdiction de se baigner.
 À la recherche du grand frisson quand il fait chaud, beaucoup trop chaud à Boran-sur-Oise (Oise). Il fait 32 degrés dans l'air, beaucoup moins dans l'eau. Pour Manon et ses amis, la tentation était trop grande. Plus que le grand saut, c'est la police que les jeunes redoutent, mais les forces de l'ordre leur ont adressé un simple rappel.
 Franceinfo, Prévention : comment se baigner sans danger ?
  • Où va-t-on pouvoir se baigner en Moselle-Est cet été ? , Où va-t-on pouvoir se baigner en Moselle-Est cet été ? - Radio Mélodie
  • Après la noyade ce mardi soir d'un jeune homme de 19 ans à Arnage,nous revenons sur les endroits où l'on peut se baigner en Sarthe. Et cette année, avec le coronavirus, certaines règles ont été mises en place. France Bleu, Où se baigner en toute sécurité en Sarthe cet été ?
  • Dès mardi, le mercure avait grimpé d'un cran, et certains étaient déjà en train de se baigner dans le Rhône, à hauteur du pont Raymond Barre. Cela reste pourtant interdit et dangereux, chaque année, plusieurs incidents graves sont relevés. A Lyon et Villeurbanne, trois arrêtés municipaux datant de 2001, 2005 et 2007 interdisent toute baignade dans le Rhône, dans la Saône, dans le canal de Jonage ainsi que dans les parcs de la Tête d’Or et celui de Gerland. Lyon Capitale, Où se baigner à Lyon alors que les piscines sont fermées ?
  • Un jour, on te dit que reprendre un verre d'alcool ce serait comme aller se baigner sans savoir nager. Quand on sait qu'on va se noyer, on réfléchit. De Jacques Dutronc
  • Quand on va se baigner, on a chacun droit à son mètre carré. Quelqu’un voudrait se noyer, qu’il pourrait pas. De Fernand Raynaud / Vive le camping
  • Quel est donc ce Dieu ? Un Dieu plein de bonté... Un Dieu plein de bonté trouverait-il du plaisir à se baigner dans les larmes? De Denis Diderot / Pensées philosophiques
  • Il faut laisser l'eau se calmer avant de s'y baigner. De Charles Hamelin / De la séduction
  • En Grèce, on a envie de se baigner dans le ciel. De Henry Miller

Images d'illustration du mot « baigner »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « baigner »

Langue Traduction
Corse bagnà
Basque bainatu
Japonais 入浴
Russe купать
Portugais banhar
Arabe استحم
Chinois 洗澡
Allemand baden
Italien fare il bagno
Espagnol bañarse
Anglais bathe
Source : Google Translate API

Synonymes de « baigner »

Source : synonymes de baigner sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « baigner »



mots du mois

Mots similaires