Étancher : définition de étancher


Étancher : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ÉTANCHER1, verbe trans.

A.− Arrêter l'écoulement (d'un liquide). Étancher une source, une voie d'eau, du sang. J'étais occupé à étancher avec une grosse éponge l'eau qui s'était infiltrée en abondance par les croisées jusqu'au milieu de mon cabinet (Delécluze, Journal,1828, p. 113).Après avoir lavé et étanché la plaie, nous fîmes fondre du suif sur de la charpie et nous l'adaptâmes sur la blessure (Flaub., Champs et grèves,1848, p. 309):
Je suis presque en nage. Et je n'ai pas, comme le sage Anténor, fils du fleuve Alpheios, la faculté de me tremper dans l'onde paternelle, pour étancher ma sueur, avant de me mettre dans une baignoire polie et de m'oindre d'une huile parfumée. Proust, Guermantes 1,1920, p. 219.
Étancher les larmes. Les faire cesser. Elle revint, son mouchoir sur les yeux et occupée à étancher des larmes de joie (Balzac, Cous. Bette,1846, p. 123).Je sentis que de mes yeux gonflés coulaient des larmes. Je relevai ma voilette sur mon front pour les étancher (Daniel-Rops, Mort,1934, p. 371).
Emploi pronom. [Avec un compl. désignant une part. du corps] Il s'étancha la figure; la sueur, tout à l'heure tiède, fluait, maintenant froide, le long des tempes (Huysmans, À rebours,1884, p. 218).
[Avec ell. du compl.] Aidez-moi, prenez la serviette, étanchez (Cocteau, Enfants terr.,1929, p. 88).
B.− Étancher la soif. L'apaiser en buvant. On répandait du vin sur sa tombe pour étancher sa soif; on y plaçait des aliments pour apaiser sa faim (Fustel de Coul., Cité antique,1864, p. 9).L'eau douce avait, en se gelant, fait éclater le baril qui la contenait. Et, pour étancher sa soif, Maël suçait des glaçons (France, Île ping.,1908, p. 35).
Emploi pronom. à sens passif. Montagnes, que mon souffle a fait germer; torrents, Où s'étanche la soif de mes peuples errants (Leconte de Lisle, Poèmes barb.,1878, p. 89).Le Survenant dont la soif, loin de s'étancher, s'était avivée à la consommation de quelques coups, tira des plans pour boire davantage (Guèvremont, Survenant,1945, p. 228).
Au fig. À aucune époque les poëtes n'ont été heureux. En savez-vous un, parmi les plus favorisés, qui ait jamais pu étancher sa soif de gloire et d'hommages? (Toepffer, Nouv. genev.,1839, p. 61).D'avoir pu (...) parer de tous ses rêves d'enfant une idole vivante, et étancher à mesure sa soif de tendresse, lui a façonné une âme saine (Martin du G., Devenir,1909, p. 30).
Prononc. et Orth. : [etɑ ̃ ʃe], (j')étanche [etɑ ̃:ʃ]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. Cf. étancher2.
DÉR.
Étanchement1 ,subst. masc.Action d'étancher la soif, de l'apaiser. La possession me paraissait de moindre prix que la poursuite et j'en venais de plus en plus à préférer à l'étanchement la soif même, à la volupté sa promesse, à la satisfaction l'élargissement sans rencontres (Gide, Nouv. Nourr.,1935, p. 281). [etɑ ̃ ʃmɑ ̃]. Ds Ac. 1694-1932. 1resattest. fin xiiies. « action d'étancher un liquide » (Gautier de Châtillon ds FEW t. 12, 232a), 1538 (R. Estienne, Dict. latinogallicum, 630bds Rom. Forsch. t. 32, p. 60 : Estanchement de soif); du rad. de étancher étymol. I, suff. -(e)ment1*. Fréq. abs. littér. : 3.

ÉTANCHER2, verbe trans.

Rendre étanche. Étancher une cuve, un tonneau. Les eaux courantes (...) traverseraient les sables les plus arides, à la longue elles y déposeraient un enduit qui étancherait leurs canaux (Bern. de St-P., Harm. nat.,1814, p. 226).Tu serais bien étonné s'il fallait, je ne dis pas gréer un canot, mais tailler une pièce de radoub, étancher une étoupe goudronnée (Nodier, Fée Miettes,1831, p. 71).
Spéc., MAR. Rendre une embarcation étanche en bouchant hermétiquement les interstices :
... si l'on parvenait à boucher la voie d'eau, on pourrait vider la panse; une fois la barque étanchée, elle remonterait à sa flottaison normale, la fracture sortirait de l'eau, et, à sec, la réparation serait aisée, ou du moins possible. Hugo, Travaill. mer,1866, p. 386.
Emploi pronom. à sens passif. [En parlant du bois d'une embarcation] Devenir étanche, sans avoir subi de traitement spécial. Mais il fait pas mal d'eau, ton bâtiment, Pencroff! − Ce n'est rien, Nab, répondit le marin. Il faut que le bois s'étanche! (Verne, Île myst.,1874, p. 219).
Prononc. et Orth. : [etɑ ̃ ʃe], (j')étanche [etɑ ̃:ʃ]. Ds Ac. 1932. Étymol. et Hist. I. 1. [Ca 1100 estanchier « apaiser (la soif) en buvant » d'apr. FEW t. 12, p. 235a]; 1258 son soif n'en estancheroit pas (Mahomet, éd. Y. G. Lepage, 327); 2. ca 1150 « arrêter l'écoulement d'un liquide (ici du sang) » ici intrans. (Thèbes, éd. G. Raynaud de Lage, 8745). II. 1690 « rendre étanche » (Fur.). I orig. discutée; peut-être d'un lat. vulg. *stanticare « arrêter, retenir » dér. de stans, stantis, part. prés. de stare « se tenir debout, immobile; être stable » (FEW, loc. cit.) d'où la notion de « arrêter, barrer ». II dér. de étanche*, dés. -er.
STAT. − Étancher1 et 2. Fréq. abs. littér. : 165.
DÉR.
Étanchement2, , subst. masc.,technol. Action de rendre un corps étanche; résultat de cette action. Pencroff comptait former la suture des bandes d'écorce au moyen de clous rivés, et assurer, avec leur adhérence, le parfait étanchement de l'appareil (Verne, Île myst.,1874, p. 212).Lorsqu'on est en présence de filtrations résultant de la perméabilité générale du sol, l'étanchement est plus difficile à réaliser. De nombreux procédés ont été appliqués, nous citerons celui dit à « l'eau trouble », les corrois argileux et les revêtements maçonnés (Bourde, Trav. publ.,1929, p. 364). [etɑ ̃ ʃmɑ ̃]. Ds Ac. 1932. 1reattest. 1874 (Verne, loc. cit.); du rad. de étancher étymol. II, suff. -(e)ment1*. Fréq. abs. littér. : 1.

Étancher : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ÉTANCHER1, verbe trans.

A.− Arrêter l'écoulement (d'un liquide). Étancher une source, une voie d'eau, du sang. J'étais occupé à étancher avec une grosse éponge l'eau qui s'était infiltrée en abondance par les croisées jusqu'au milieu de mon cabinet (Delécluze, Journal,1828, p. 113).Après avoir lavé et étanché la plaie, nous fîmes fondre du suif sur de la charpie et nous l'adaptâmes sur la blessure (Flaub., Champs et grèves,1848, p. 309):
Je suis presque en nage. Et je n'ai pas, comme le sage Anténor, fils du fleuve Alpheios, la faculté de me tremper dans l'onde paternelle, pour étancher ma sueur, avant de me mettre dans une baignoire polie et de m'oindre d'une huile parfumée. Proust, Guermantes 1,1920, p. 219.
Étancher les larmes. Les faire cesser. Elle revint, son mouchoir sur les yeux et occupée à étancher des larmes de joie (Balzac, Cous. Bette,1846, p. 123).Je sentis que de mes yeux gonflés coulaient des larmes. Je relevai ma voilette sur mon front pour les étancher (Daniel-Rops, Mort,1934, p. 371).
Emploi pronom. [Avec un compl. désignant une part. du corps] Il s'étancha la figure; la sueur, tout à l'heure tiède, fluait, maintenant froide, le long des tempes (Huysmans, À rebours,1884, p. 218).
[Avec ell. du compl.] Aidez-moi, prenez la serviette, étanchez (Cocteau, Enfants terr.,1929, p. 88).
B.− Étancher la soif. L'apaiser en buvant. On répandait du vin sur sa tombe pour étancher sa soif; on y plaçait des aliments pour apaiser sa faim (Fustel de Coul., Cité antique,1864, p. 9).L'eau douce avait, en se gelant, fait éclater le baril qui la contenait. Et, pour étancher sa soif, Maël suçait des glaçons (France, Île ping.,1908, p. 35).
Emploi pronom. à sens passif. Montagnes, que mon souffle a fait germer; torrents, Où s'étanche la soif de mes peuples errants (Leconte de Lisle, Poèmes barb.,1878, p. 89).Le Survenant dont la soif, loin de s'étancher, s'était avivée à la consommation de quelques coups, tira des plans pour boire davantage (Guèvremont, Survenant,1945, p. 228).
Au fig. À aucune époque les poëtes n'ont été heureux. En savez-vous un, parmi les plus favorisés, qui ait jamais pu étancher sa soif de gloire et d'hommages? (Toepffer, Nouv. genev.,1839, p. 61).D'avoir pu (...) parer de tous ses rêves d'enfant une idole vivante, et étancher à mesure sa soif de tendresse, lui a façonné une âme saine (Martin du G., Devenir,1909, p. 30).
Prononc. et Orth. : [etɑ ̃ ʃe], (j')étanche [etɑ ̃:ʃ]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. Cf. étancher2.
DÉR.
Étanchement1 ,subst. masc.Action d'étancher la soif, de l'apaiser. La possession me paraissait de moindre prix que la poursuite et j'en venais de plus en plus à préférer à l'étanchement la soif même, à la volupté sa promesse, à la satisfaction l'élargissement sans rencontres (Gide, Nouv. Nourr.,1935, p. 281). [etɑ ̃ ʃmɑ ̃]. Ds Ac. 1694-1932. 1resattest. fin xiiies. « action d'étancher un liquide » (Gautier de Châtillon ds FEW t. 12, 232a), 1538 (R. Estienne, Dict. latinogallicum, 630bds Rom. Forsch. t. 32, p. 60 : Estanchement de soif); du rad. de étancher étymol. I, suff. -(e)ment1*. Fréq. abs. littér. : 3.

ÉTANCHER2, verbe trans.

Rendre étanche. Étancher une cuve, un tonneau. Les eaux courantes (...) traverseraient les sables les plus arides, à la longue elles y déposeraient un enduit qui étancherait leurs canaux (Bern. de St-P., Harm. nat.,1814, p. 226).Tu serais bien étonné s'il fallait, je ne dis pas gréer un canot, mais tailler une pièce de radoub, étancher une étoupe goudronnée (Nodier, Fée Miettes,1831, p. 71).
Spéc., MAR. Rendre une embarcation étanche en bouchant hermétiquement les interstices :
... si l'on parvenait à boucher la voie d'eau, on pourrait vider la panse; une fois la barque étanchée, elle remonterait à sa flottaison normale, la fracture sortirait de l'eau, et, à sec, la réparation serait aisée, ou du moins possible. Hugo, Travaill. mer,1866, p. 386.
Emploi pronom. à sens passif. [En parlant du bois d'une embarcation] Devenir étanche, sans avoir subi de traitement spécial. Mais il fait pas mal d'eau, ton bâtiment, Pencroff! − Ce n'est rien, Nab, répondit le marin. Il faut que le bois s'étanche! (Verne, Île myst.,1874, p. 219).
Prononc. et Orth. : [etɑ ̃ ʃe], (j')étanche [etɑ ̃:ʃ]. Ds Ac. 1932. Étymol. et Hist. I. 1. [Ca 1100 estanchier « apaiser (la soif) en buvant » d'apr. FEW t. 12, p. 235a]; 1258 son soif n'en estancheroit pas (Mahomet, éd. Y. G. Lepage, 327); 2. ca 1150 « arrêter l'écoulement d'un liquide (ici du sang) » ici intrans. (Thèbes, éd. G. Raynaud de Lage, 8745). II. 1690 « rendre étanche » (Fur.). I orig. discutée; peut-être d'un lat. vulg. *stanticare « arrêter, retenir » dér. de stans, stantis, part. prés. de stare « se tenir debout, immobile; être stable » (FEW, loc. cit.) d'où la notion de « arrêter, barrer ». II dér. de étanche*, dés. -er.
STAT. − Étancher1 et 2. Fréq. abs. littér. : 165.
DÉR.
Étanchement2, , subst. masc.,technol. Action de rendre un corps étanche; résultat de cette action. Pencroff comptait former la suture des bandes d'écorce au moyen de clous rivés, et assurer, avec leur adhérence, le parfait étanchement de l'appareil (Verne, Île myst.,1874, p. 212).Lorsqu'on est en présence de filtrations résultant de la perméabilité générale du sol, l'étanchement est plus difficile à réaliser. De nombreux procédés ont été appliqués, nous citerons celui dit à « l'eau trouble », les corrois argileux et les revêtements maçonnés (Bourde, Trav. publ.,1929, p. 364). [etɑ ̃ ʃmɑ ̃]. Ds Ac. 1932. 1reattest. 1874 (Verne, loc. cit.); du rad. de étancher étymol. II, suff. -(e)ment1*. Fréq. abs. littér. : 1.

Étancher : définition du Wiktionnaire

Verbe

étancher \e.tɑ̃.ʃe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Arrêter un liquide qui s’écoule.
    • Gillonne, avec un linge imbibé d’eau fraîche, étancha le sang qui s’échappait de l’épaule et de la poitrine du jeune homme, […]. — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre X)
    • En creusant les fondations, ils trouvèrent un courant d’eau qu’ils ne purent étancher.
    • (Figuré)Étancher les larmes.
  2. Rendre étanche.
    • Étancher une cuve.
    • Étancher un tonneau.
    • une fois la barque étanchée, elle remonterait à sa flottaison normale. — (Victor Hugo, Les Travailleurs de la mer, 1866)
  3. (Par extension) Apaiser, en parlant de la soif.
    • (Figuré)Étancher sa soif de connaissance.
    • Fergusson mit de côté un gallon destiné à étancher la soif ardente qu’une chaleur de quatre-vingt-dix degrés rendait intolérable. — (Jules Verne, Cinq semaines en ballon, J. Hetzel et Cie, Paris, 1863)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étancher : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉTANCHER. v. tr.
Arrêter un liquide qui s'écoule. En creusant les fondations, ils trouvèrent un courant d'eau qu'ils ne purent étancher. Étancher une voie d'eau. Fig., Étancher les larmes. Étancher ses larmes. Il signifie aussi Rendre étanche. Étancher une cuve. Étancher un tonneau. Par extension, Étancher la soif, Apaiser la soif.

Étancher : définition du Littré (1872-1877)

ÉTANCHER (é-tan-ché) v. a.
  • 1Arrêter l'écoulement d'un liquide. Étancher une source. Des plus fraîches beautés une foule choisie Vient étancher leur sang, leur verser l'ambroisie, Delille, Imag. VIII.

    Étancher ses larmes, cesser de pleurer. Étancher les larmes de quelqu'un, le consoler.

  • 2 Terme de marine. Étancher une voie d'eau, la boucher, l'arrêter.
  • 3Étancher la soif, l'apaiser en buvant. Dans une extrême disette d'eau que Marc Aurèle souffrit en Germanie, une légion chrétienne obtint une pluie capable d'étancher la soif de son armée, Bossuet, Hist. I, 10. Et de l'eau de ce puits sans relâche tirée, De ce sable étancher la soif démesurée, Boileau, Épît. X.
  • 4S'étancher, v. réfl. Être arrêté, en parlant d'un liquide qui coule. Le sang s'est étanché. Ses larmes se sont étanchées.

    Être apaisé, en parlant de la soif. La soif de l'hydropique ne s'étanche jamais.

HISTORIQUE

XIIe s. Se jà vos plaies se pourront estanchier, Ronc. p. 97. E jo i leverai un altel à nostre Seignur, si estancherad à tant la murine [mortalité] e l'ocision, Rois, 219.

XIIIe s. Qui sa soif en puisse estanchier, la Rose, 6011. Tant que j'en soie si venchiés, Que lor orguex [leur orgueil] soit estanchiés, Ou qu'il seront tuit condampné, ib. 16086. Dont li fu ses chevaus devant lui amenés, Grans ert [était], fort et isniaus, Baiars fu apelés, Ainc ne pot encore estre estanchiés ne lassés, Ch. d'Ant. v, 543.

XIVe s. Car la mortalitez des boces [bubons pestilentiels] Qu'on apeloit epidemie, Estoit du païs estanchie, Et que les gens plus ne moroient, Machaut, p. 76. Si le sans i commence à courre, il est à paine estanchié, H. de Mondeville, f° 40. [Le sang] Mout petit apriès estanca, Jean de Condé, v. 364.

XVe s. [L'écuyer anglais] savoit paroles pour estancher [il s'agit d'une blessure], Froissart, II, II, 85. Ne trouveroit qui sa fain lui estanchast, Lancelot du Lac, t. III, f° 93.

XVIe s. Et qu'ainsi soit en ce val miserable Jesus mourut pour la guerre estancher, Marot, J. v, 203. La risée en alla incontinent de main en main en la plus part du camp, et ne se pouvoit pas Hannibal mesme estancher de rire, Amyot, Fab. 31. Il en sortit du sang en si grande abondance que l'on ne le pouvoit estancher, Amyot, Agés. 45. Disant ces paroles, elle fondoit en larmes, de telle sorte qu'on ne la pouvoit estancher, Pasquier, Recherches, p. 526, dans LACURNE. Pour m'estancher de ce long discours [y mettre un terme], Pasquier, ib. p. 724. Ceulx especialement qui avec Bertrand chevauchoient eurent du mal à foison ; car il chevaucha si fort qu'il estancha [fatigua] soubz luy deux bons chevaulx, Menard, Hist. de du Guesclin. p. 414, dans LACURNE.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

ÉTANCHER. - HIST.

XIVe s. Ajoutez : Qu'il [le roi d'Angleterre] feroit et establiroit une pareille [table] à celle table ronde pour plus estanchier l'onnour de ses chevaliers, qui si bien l'avoient servi, J. le Bel, Vrayes Chroniques, t. II, p. 25.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « étancher »

Étymologie de étancher - Littré

Wallon, sitanchî, stanchi ; provenç. estancar, estanquar ; espagn. et portug. estancar ; ital. stancare. Estancher signifie dans l'ancien français : fermer une plaie, faire cesser l'écoulement (Lors respondi la dame franche, Qui del plorer esteit estanche, Grég. le grand, p. 75), abattre l'orgueil, faire cesser une mortalité, fatiguer un cheval, apaiser la soif ; l'espagnol estancar signifie arrêter le cours ; l'italien signifie lasser, manquer, s'épuiser ; le provençal signifie étancher, rassasier. Diez le tire du latin stagnare, être stagnant, auquel le sens actif d'empêcher l'écoulement a été donné, et qui a pu prendre le sens figuré de fatiguer (en italien). Il nous paraît plus vraisemblable de proposer un autre stagnare ou stannare qui veut dire resserrer, d'où faire cesser soit un écoulement, soit toute autre chose ; le sens provençal de rassasier s'en déduit facilement ; et c'est de ce sens que vient étancher la soif. Celui de lasser soit dans le français soit dans l'italien est beaucoup plus obscur ; il semble pourtant que estancher, de la signification de faire cesser, est passée à celle de lasser, parce que la lassitude fait cesser l'action à laquelle on se livrait. L'expression mettre à bout ne représente-t-elle pas quelque chose d'analogue ?

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de étancher - Wiktionnaire

De l'ancien français estanchier, du roman *stancare [1].→ voir étanche et -er.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « étancher »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
étancher etɑ̃ʃe play_arrow

Conjugaison du verbe « étancher »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe étancher

Évolution historique de l’usage du mot « étancher »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « étancher »

  • Salle Ar Brug, il faut prévoir le rafraîchissement des peintures au niveau de la scène, réparer la chaufferie dont il faut étancher l’extérieur et faire appel à un couvreur pour changer des éléments de bande de rive suite à un coup de vent. L’installation d’un toilette dans le local de réflexologie est demandée et il a aussi été évoqué le manque d’espace qui commence à se faire ressentir pour le commerce de légumes. Une réflexion doit être menée sur ce sujet. Une demande de chauffage a également été demandée pour le foyer ainsi que le gravillonnage devant les vestiaires du terrain de football. Les agents communaux demandent aussi la réalisation d’une dalle dans leur atelier. Un chiffrage est en cours pour étancher les différentes prises d’eau recensées sur le toit de l’église et concernant le logement dans l’ancienne bibliothèque, les travaux de finitions sont en attente du déplacement du compteur EDF. Le Telegramme, Installation de la commission travaux, voirie et bâtiments - Saint-Vougay - Le Télégramme
  • Par ces temps de canicule, les habitants des localités et mechtas de Boudjenada, de Laâlata, de Boumalek, de Rhamna et d’Ouled Lehoua, relevant de la commune de Guelta Zarga, au nord du chef-lieu de la daïra d’El-Eulma, ont du mal à étancher leur soif.  http://www.liberte-algerie.com/, Le martyre des habitants : Toute l'actualité sur liberte-algerie.com
  • Pour étancher la soif pendant le déménagement sous le chaud soleil du 1er juillet, ou pour célébrer une fois que les boîtes sont enfin vidées, voici une bière et trois vins à mettre au frais. Radio-Canada, Suggestions pour agrémenter le déménagement | C'est encore mieux l'après-midi
  • Impressionnant dans les groupes, le Bayern doit encore valider sa place en quarts, en affrontant Chelsea, s'il veut étancher sa soif de triplé. UEFA.com, Au tirage de la Champions League : Bayern une énorme envie de triplé | UEFA Champions League | UEFA.com
  • Les ateliers et les visites sont de retour dans les rues et les musées ruthénois. Petits et grands trouveront de quoi étancher leur soif de patrimoine et de culture tout l’été. centrepresseaveyron.fr, Rodez : s’amuser dans les musées fera partie des animations de l'été - centrepresseaveyron.fr
  • Joaquin Phoenix devrait revenir au film car il est le plus aimé des fans. La performance de Joaquin est considérée comme la plus belle et il est beaucoup aimé par les fans en tant que Joker. Il a fasciné le fandom avec son acte réaliste dans le film et est prêt à étancher à nouveau la soif des fans. Sa performance dans le film lui a fait gagner un Oscar du meilleur acteur. Betanews.fr, CONFIRMÉ!!! Les Joker préférés des fans pour un RENOUVELLEMENT !!! Joaquin Phoenix sera de retour pour étancher votre soif de divertissement !!! Détails à l'intérieur !!! - Betanews.fr
  • On ne peut traverser à gué un fleuve aux courants dangereux. Mais il est toujours possible d'y puiser pour étancher la soif. De Massa Makan Diabaté / Le boucher de Kouta
  • Il faut creuser les puits aujourd’hui pour étancher les soifs de demain. De Proverbe peul

Images d'illustration du mot « étancher »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « étancher »

Langue Traduction
Corse calma
Basque quench
Japonais 癒やす
Russe утолить
Portugais extinguir
Arabe يطفئ
Chinois 淬火
Allemand löschen
Italien spegnere
Espagnol aplacar
Anglais quench
Source : Google Translate API

Synonymes de « étancher »

Source : synonymes de étancher sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « étancher »



mots du mois

Mots similaires