La langue française

Tremper

Sommaire

  • Définitions du mot tremper
  • Étymologie de « tremper »
  • Phonétique de « tremper »
  • Citations contenant le mot « tremper »
  • Images d'illustration du mot « tremper »
  • Traductions du mot « tremper »
  • Synonymes de « tremper »
  • Antonymes de « tremper »

Définitions du mot tremper

Trésor de la Langue Française informatisé

TREMPER, verbe

I. − Empl. trans. [Le compl. dir. (qqc.1) désigne une chose, le compl. circ. (qqc.2) désigne un liquide]
A. −
1. Qqn trempe qqc.1(de qqc.2)
a) Vieilli. Mélanger un liquide, une boisson avec de l'eau ou un autre liquide. Synon. couper.[Le malade] n'usera que d'alimens légers et faciles à digérer, et il trempera beaucoup son vin (Geoffroy, Méd. prat., 1800, p. 478).
Au part. passé. Vin trempé d'eau. Victoire s'accoudait à son tour, en achevant un verre de cassis trempé d'eau-de-vie (Zola, Pot-Bouille, 1882, p. 267).Soupe à l'oignon trempée de lait (Butor, Passage Milan, 1954, p. 39).
b) Mouiller de, imbiber quelque chose avec un liquide que l'on verse ou que l'on répand. Tremper ses vêtements de sueur.
Tremper la soupe*.
Littér. Tremper (qqc.) de larmes. Verser abondamment des larmes sur (quelque chose). Tremper de larmes son mouchoir. Vous étiez venu cacher votre tête dans mes genoux, et tremper de larmes ma robe de bal (Toulet, Tendres mén., 1904, p. 122).À présent se joignait à l'atrocité de l'urticaire la gêne d'un col de chemise trempé; qu'il trempait aussi de ses larmes (Gide, Caves, 1914, p. 776).Au fig. Tremper de larmes son pain. Vivre difficilement. Une pauvre dame (...) qui trempe aujourd'hui de larmes le pain que son travail et celui de sa fille peuvent à peine leur procurer (Jouy, Hermite, t. 4, 1813, p. 194).
PAPET. Tremper le papier. Humecter le papier avant l'impression. Marion était une grosse fille de campagne indispensable à l'exploitation de l'imprimerie: elle trempait le papier et le rognait (Balzac, Illus. perdues, 1837, p. 19).
2. Qqn trempe qqc.1(dans qqc.2).Plonger dans un liquide
a) Plonger dans un liquide pour imbiber. Tremper un biscuit dans du vin, un morceau de sucre dans de l'alcool; tremper une éponge dans l'eau; tremper le linge. Vois la trace des doigts sur la joue. Trempe dans le baquet une serviette, un torchon, ton mouchoir, n'importe quoi (Bernanos, Joie, 1929, p. 657).Long silence. Le mari trempe de la mie de pain dans sa sauce (Sartre, Nausée, 1938, p. 71).
[Début d'une chanson pop.] Marie trempe ton pain. Au lieu de lui répondre, le dominical la prit par les reins et la jeta dans la mare de caillots.« Marie, trempe ton pain dans la sauce! » cria-t-il (Péladan, Vice supr., 1884, p. 308).
Au part. passé. Pain trempé dans du lait. Le goût d'une petite madeleine trempée un jour dans une tasse de thé rappelle à Proust (...) une autre petite madeleine trempée dans une autre tasse de thé chez sa tante Léonie quand il était enfant (Benda, Fr. byz., 1945, p. 193).
Empl. pronom. Tous ces croûtons se trempent dans du beurre fondu (Champfl., Souffr. profess. Delteil, 1853, p. 84).
Arg. [Le suj. désigne l'homme] Tremper son biscuit. Forniquer. À moi l'honneur (...) de tremper mon biscuit le premier. Elle est troussée, elle se serre encore les cuisses pour retenir sa culotte... dans ces cas-là, on tire un peu et on l'écarte. Voilà, je m'enfonce... je n'ai plus qu'à limer comme il faut (A. Boudard, Le Corbillard de Jules, 1979, p. 85).
b) Plonger dans un liquide pour enrober. Tremper une brosse dans la peinture, la plume dans l'encre, un rameau dans l'eau bénite. Versez alors un peu de vernis dans un vase, trempez-y un large pinceau de poils gris (Nosban, Manuel menuisier, t. 2, 1857, p. 188).On peut encore les tremper [les filets de carpe] dans des œufs battus et les paner (Gdes heures cuis. fr.,Grimod de La Reynière,1838, p. 158).
Au fig. Tremper sa plume dans du poison, dans du fiel. Avoir un style acerbe, mordant, calomnieux. L'on déshonore sa plume En la trempant dans du poison (Florian, Fables, 1792, p. 198).
Au part. passé. Aliment trempé dans la pâte à frire. Le pinceau trempé d'encre de Chine (Faure, Hist. art, 1912, p. 182).
c) Plonger dans un liquide pour obtenir une réaction, un résultat. Lorsque je vais au loin prendre une épreuve, je trempe la feuille de doublure dans un mucilage épais de gomme arabique (Le Gray, Phot. sur papier et verre, 1850, p. 9).
TECHNOL. [Sans compl. prép.] Donner la trempe à. Tremper l'acier. La manière de tirer le fer des mines, de le fondre, de le tremper, de le battre, de le travailler (Erckm.-Chatr., Hist. paysan, t. 1, 1870, p. 208).
Au fig., littér. Qqn/qqc. trempe qqn.Durcir, aguerrir, affermir, fortifier le caractère, les qualités morales de quelqu'un. Tremper les âmes. La discipline consentie trempe les forces et les volontés (Pesquidoux, Livre raison, 1928, p. 261).Le malheur trempe les êtres dignes de ce nom, mais il les trempe surtout contre eux-mêmes, et il tue en eux ce qui est la vie même (Giraudoux, Sodome, 1943, ii, 7, p. 139).
Tremper le caractère. Si vous vous hâtez d'envoyer votre fils interne au collège, dès ses huit ans, « pour lui tremper le caractère » (...) vous avez pour vous, comme on dit, quinte et quatorze en main au noble jeu du Ménélas (Bourget, Physiol. amour mod., 1890, p. 45).
Au part. passé. Personne trempée par l'épreuve. Pour remplir cette tâche ingrate et nécessaire, il eût fallu des hommes d'une énergie trempée par l'expérience (Ambrière, Gdes vac., 1946, p. 149).
Empl. pronom. réfl. L'enfant n'est jamais pacifiste avant treize ou quatorze ans: il doit d'abord se tremper et s'armer pour la vie (Mounier, Traité caract., 1946, p. 560).
3. Qqn trempe qqn (dans qqc.2)
a) [L'obj. désigne une partie du corps, un attribut du suj.] Tremper ses doigts dans la sauce; tremper ses pieds dans l'eau. Il aspire l'air à pleins poumons, et trempe avec délices ses pieds dans la rosée des champs et des guérets (Sandeau, Mllede La Seiglière, 1848, p. 200).Le visage près de la glace, elle trempait son doigt dans un pot, elle appliquait le rouge sous les yeux (Zola, Nana, 1880, p. 1213).
Tremper ses lèvres. Boire en très petite quantité, goûter. Il trempa ses lèvres dans le whisky qu'on venait d'apporter (Martin du G., Thib., Consult., 1928, p. 1128).
Au fig. Tremper ses mains dans le sang. Être responsable ou complice d'un meurtre. Mon fils, si vous avez trempé vos mains dans le sang du roi martyr, confiez-vous à moi (Balzac, Épis. Terr., 1830, p. 442).
b) Empl. pronom. réfl. Se plonger dans l'eau; prendre un bain rapide. Tous les après-midi, Georges devra prendre un bain de mer, ou plutôt, il devra se tremper une seconde dans la mer (Mirbeau, Journal femme ch., 1900, p. 131).
P. exagér. Se tremper de qqc.S'asperger abondamment de. Elle se montrait d'une coquetterie dépensière, se trempait de parfums (Zola, Terre, 1887, p. 95).
Empl. pronom. réfl. indir. Se tremper les mains, les pieds. Attendez une seconde que je me trempe la tête dans l'eau (Duhamel, Terre promise, 1934, p. 47).
c) Se faire tremper. Être complètement mouillé. Des averses tombaient sans relâche, tout Bonneville se faisait tremper pour voir enfoncer les pieux à l'aide d'un pilon (Zola, Joie de vivre, 1884, p. 908).La pluie tombait avec plus de force. « Pourvu qu'elle ne tarde pas: elle se ferait tremper en venant ici. » (Arland, Ordre, 1929, p. 73).
B. − Qqc.2trempe qqn/qqc.1
1. [L'obj. désigne un animé, la pers., un attribut de la pers., p. méton. ses vêtements] Rendre humide par contact ou projection avec un liquide, imprégner les vêtements d'humidité. La vague, la pluie, la sueur trempe qqn, les cheveux, le visage. Nous fûmes rafraîchis par le vent, chauffés par le soleil, la pluie nous trempa jusqu'au dernier fil, la sueur jusqu'au dernier poil (Flaub., Champs et grèves, 1848, p. 304).La pesante masse (...) s'immergea lentement, expulsant hors de la baignoire l'équivalent de son volume d'eau, qui jaillit de tous les côtés, trempant les porteurs, inondant le sol jusqu'au couloir (Martin du G., Thib., Mort père, 1929, p. 1283).
Au part. passé. Chevaux trempés de sueur; yeux trempés de larmes. Je les ai vu ramer [les galériens] tout nus, brûlés par le soleil, trempés par la vague (Aymé, Vogue, 1944, p. 78).
2. Qqc.2trempe qqc.1Humidifier, mouiller abondamment.Le chemin était trempé par la pluie (Musset, Mouche, 1854, p. 289).
P. métaph. Le soleil, héros de toutes les fêtes de la ruche, pénètre à petits pas craintifs et trempe d'ombre et d'azur les murailles de cire et les rideaux de miel (Maeterl., Vie abeilles, 1901, p. 228).
Au part. passé. Chemin, jardin trempé de pluie; linge trempé de sang:
La Seine, lourde, coulait, triste et boueuse des pluies dernières, entre ses berges rongées par les crues de l'hiver; et toute la campagne trempée d'eau, semblant sortir d'un bain, exhalait une saveur d'humidité douce sous la tiédeur des premiers jours de soleil. Maupass., Contes et nouv., t. 1, Hérit., 1884, p. 519.
P. métaph. Campagne trempée d'aurore. Comment renoncer à tant de lumière? (Mauriac, Th. Desqueyroux, 1927, p. 255).
Empl. pronom. à sens passif. Le banc, mal aplani, se trempait d'une humidité si gluante, qu'ils devaient se tenir fortement pour ne pas glisser (Zola, Germinal, 1885, p. 1573).
II. − Empl. intrans.
A. − Qqc.1trempe dans qqc.2Être plongé dans l'eau, dans un liquide, en totalité ou en partie et pour un certain temps. La Flandre, la moitié de la France, sont plongées dans les brouillards; Venise elle-même trempe dans les lagunes (Baudel., Salon, 1846, p. 104).Elles sont là [les bougies], l'une à droite, l'autre à gauche d'une soucoupe où une branchette verte trempe dans de l'eau (Ramuz, Gde peur mont., 1926, p. 209).
[P. méton.] Être plongé dans un contenant. Tremper dans un vase. Les fleurs coupées trempent à la cave dans des seaux d'eau fraîche (Colette, Cl. école, 1900, p. 279).
Faire tremper, mettre (à) tremper qqc. Plonger dans l'eau pour rafraîchir, assouplir, attendrir, etc. Faire tremper du contre-plaqué. Avant de les employer [les tiges], on les met tremper dans l'eau, si elles ne sont plus vertes (Nosban, Manuel menuisier, t. 2, 1857, p. 229).P. ell. Nous allâmes nous installer derrière le Vert-Galant, sur la berge de la Seine (...).Tu as de la ficelle? me demanda Modigliani.Non, pourquoi faire?Ben, pour aller tremper les bouteilles au frais, il fait chaud (Cendrars, Bourlinguer, 1948, p. 200).
Faire tremper, mettre à tremper (du linge). Plonger dans l'eau, dans la lessive pour décoller les impuretés. Essanger le linge, c'est le mettre à tremper longuement, avant lessivage, dans un bain d'eau alcaline ou savonneuse (Lar. mén.1926,p. 193).
Faire tremper (les légumes, les fruits secs). Réhydrater avant la cuisson. Les pois chiches doivent tremper longtemps dans l'eau froide avant d'être préparés comme les haricots (Ac. Gastr.1962, s.v. pois chiche).
P. anal. Baigner dans une source de lumière, de couleurs. Des lignes d'arbres, à la verdure jaune et chaude encore de soleil, trempent et baignent dans la chaleur et la poussière des tons du soir (Du Bos, Journal, 1921, p. 8).
B. − Au fig. [Le suj. désigne une pers.] Tremper dans
1. Baigner, être plongé dans un milieu déterminé. Oui, notre génération a trempé jusqu'au ventre dans le romantisme, et nous en sommes restés imprégnés quand même (Zola, L'Œuvre, 1886, p. 391).J'ai trempé dans l'humanité vulgaire; j'en ai souffert (Barrès, Homme libre, 1889, p. 226).
2. [Le compl. prép. désigne gén. un acte à valeur nég.] Participer à, être impliqué, compromis dans, être mêlé à. Synon. arg. être mouillé dans, se mouiller.Tremper dans un assassinat, dans un complot, dans une conjuration, dans une conspiration, dans un crime. N'avait-il pas trempé dans une affaire de drogues, de suicide, l'autre année? (Aragon, Beaux quart., 1936, p. 220).
REM. 1.
Trempabilité, subst. fém.,technol. ,,Propriété que possèdent une grande partie des métaux ferreux, et particulièrement les aciers. On dit qu'ils prennent la trempe`` (Boissier 1975).
2.
Trempant, -ante, part. prés. en empl. adj.,métall. (Acier) trempant. (Acier) apte à subir le traitement de la trempe. L'acier le plus généralement employé [pour les matrices] est l'acier trempant, au carbone (Champly, Nouv. encyclop. prat., t. 15, 1927, p. 198).Si le métal s'est rompu, c'est qu'il a pris la trempe et que, par conséquent, on a affaire à un acier dur; si, au contraire, l'éprouvette s'est repliée sur elle-même, c'est que l'acier est de nuance douce non trempante (Barnerias, Aciéries, 1934, p. 154).
3.
Trempoter, verbe trans.,rare. Tremper légèrement à plusieurs reprises. Les invités, tout en mangeant des gâteaux secs qu'ils avaient d'ailleurs la faculté de trempoter dans de l'orangeade, parlèrent avec bruyance de leurs petites affaires (Galipeaux, Souv., 1931, p. 175).
Prononc. et Orth.: [tʀ ɑ ̃pe], (il) trempe [tʀ ɑ ̃:p]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. a) 3equart xives. verbe trans. « plonger dans un liquide » (Taillevent, Viandier, p. 9); b) 1568 tremper son épée dans le sang de qqn (Garnier, Porcie, éd. W. Foerster, I, p. 57); 1637 tremper ses mains dans le sang (de qqn) (Corneille, Le Cid, V, 1); c) 1870 tremper ses lèvres dans (Arène, J. des Figues, p. 95); 2. a) 1306 « diluer le vin en y versant de l'eau » (Joinville, St Louis, éd. N. de Wailly,23, p. 12); b) 3equart xives. « imbiber d'un liquide » (Taillevent, op. cit., p. 221); 1547 tremper la soupe (N. Du Fail, Propos rustiques, éd. J. Assézat, p. 93); c) 1723 impr. tremper le papier (M. Fertel, La Sc. prat. de l'impr., p. 251); d) 1924 part. passé subst. peinture au trempé (Coffignier, Coul. et peint., p. 603); 3. 1508 « soumettre un métal à l'opération de la trempe » (Comptes de dépenses de la construction du château de Gaillon, éd. A. Deville, p. 130); 1872 tremper à blanc (Littré); 4. 1613 esprit trempé (M. Régnier, Satyre, XV ds Œuvres, éd. G. Raibaud, p. 202); B. Verbe intrans. 1. a) 3equart xives. « rester plongé dans un liquide » (Taillevent, op. cit., p. 37); b) 1616 tremper en « être mêlé à quelque chose » (D'Aubigné, Hist., I, 234 ds Littré); 1640 tremper dans « id. » (Ablancourt, Annales de Tacite, l. 6 ds Rich. 1680); 1677 tremper dans le sang « être responsable d'un meurtre » (Racine, Phèdre, I, 3); 2. 1876 techn. « enduire de colle, de pâte les parties à coller d'un livre » (Lar. 19e). C. Verbe pronom. 1. 1637 « s'imbiber, se mouiller » (Corneille, Le Cid, III, 6); 2. 1876 « se plonger, prendre un bain de courte durée » (Lar. 19e). Issu par métathèse du r, de temprer, tenprer, formes usitées en a. et m. fr., ca 1155 « adoucir l'eau d'un bain » (Wace, Brut, éd. I. Arnold, 8072), « mélanger, modérer, soumettre un métal à l'opération de la trempe », « plonger dans un liquide » (xiie-xives. ds Gdf., T.-L.), v. FEW t. 13, 1, p. 168a-175a, du lat. temperare (v. tempérer). Fréq. abs. littér.: 925. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1 006, b) 1 460; xxes.: a) 1 929, b) 1 127.
DÉR. 1.
Tremperie, subst. fém.,impr. Local d'une imprimerie où l'on trempe le papier. Le Compositeur doit aller chercher les paquets à distribuer dans les armoires, ou les formes qui sont encore dans la tremperie (Bertrand-Quinquet, Impr., 1799, p. 60). [tʀ ɑ ̃pʀi]. Att. ds Ac. dep. 1835. 1resattest. 1667 « endroit où l'on prépare l'indigo dans une indigoterie » (G. du Tertre, Hist. génér. des Antilles, II, p. 109 ds Arv., p. 481); 1769 « endroit d'une imprimerie où l'on trempe le papier » (Encyclop., Planches, t. 7, p. 7); de tremper, suff. -erie*.
2.
Trempeur, subst. masc.a) Rare. Celui qui trempe quelque chose. [À MmeEdmond Rostand:] On ne savait plus. On barbotait. L'invasion du socialisme au théâtre déroutait les plus artistes. L'artiste devrait-il donc s'occuper désormais de ce qui ne le regarde pas (...) Aurions-nous des Musset économistes, des Marivaux apôtres et trempeurs de soupes populaires? (Renard, Corresp., 1897, p. 184).b) Technol. Ouvrier qui exécute le traitement de la trempe en métallurgie, imprimerie, etc. Trempeur en pièces mécaniques; trempeur-apprêteur de fleurs artificielles (Mét. 1955). [tʀ ɑ ̃pœ:ʀ]. 1reattest. 1611 (Cotgr.); de tremper, suff. -eur2*.
BBG.Bogacki (Kr.). Les Prédicats locatifs stat. en français... Warszawa, 1977, p. 71. − Gohin 1903, p. 371. − Nigra (C.). Metatesi. Z. rom. Philol. 1904, t. 28, p. 3.

Wiktionnaire

Verbe

tremper \tʁɑ̃.pe\ transitif ou pronominal 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se tremper)

  1. Mouiller une chose en la mettant dans quelque liquide.
    • Il leur suffisait de tremper le bout des doigts dans une pipe de cidre ou une cuvée de vin pour changer cidre et vin en bouse liquide ; […]. — (Octave Mirbeau, Rabalan,)
    • Je me rappelai le vol dans le fameux « pot au noir », le long de la côte de l’Amérique du Sud, où je fus obligé de raser les flots jusqu’à tremper les roues du Nungesser-Coli dans la crête d’une haute vague. — (Dieudonné Costes & Maurice Bellonte, Paris-New-York, 1930)
    • Mettez les filets de haddock dans un plat creux, versez le lait par-dessus et laissez tremper pendant 30 minutes. — (Le Cookbook Masterchef, Solar Éditions, 2010, page 56)
    • Tremper un linge dans de l’eau.
    • Tremper du pain un biscuit dans du vin.
    • Tremper sa plume dans l’encre.
    • Se tremper dans l’eau.
    • (Figuré) Tremper ses mains dans le sang, commettre un meurtre, ou seulement l’ordonner, le conseiller, y consentir.
  2. Imbiber d’un liquide.
    • La pluie se remet à tomber, drue et froide, et la nuit s'approche à grands pas. Nous sommes trempés et glacés, et les chameaux portant nos tentes sont bien loin encore. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 28)
    • Daumier montre à ses lecteurs ce qui se passe lorsque les louis-philippards se rendent à la revue et veulent rentrer chez eux. Ils sont trempés par l'eau qui tombe à foison. — (Paul Ducatel, Les premières années de caricatures politiques d'Honoré Daumier 1830-1835, éd. J. Grassin, 2000, p. 202)
    • Tremper son mouchoir de larmes.
    • Tremper la soupe, verser le bouillon sur les tranches de pain.
    • La pluie a trempé la terre, il a plu abondamment et la terre est imprégnée d’eau.
    • Le bébé a trempé sa couche, il a uriné dedans.
  3. Diluer. (Imprimerie) Imbiber d’eau, humecter.
    • Tremper son vin, y mettre de l’eau.
    • Du vin trempé d’eau.
    • Tremper le papier ou, absolument, tremper.
    • Tremper à la main.
    • Tremper au balai.
  4. (Absolument) (Métallurgie) Plonger du fer surchauffé dans un liquide froid pour le rendre dur et élastique.
    • Le fer de sa lance avait été trempé dans le sang d’un taureau mis à mort par des chiens, au moment où ce sang bouillait encore des dernières agonies de l’animal […] — (Alexandre Dumas, Othon l’archer, 1839)
    • La fragilité des aciers carburés trempés, comparable à celle du verre, semble, elle aussi, une propriété caractéristique du carbure trempant du fer β plutôt que du fer β lui—même. — (Bulletin de la Société d'encouragement pour l'industrie nationale, 1896, vol.95, page 266)
  5. (Par extension) Rendre ferme, fort.
    • Ces épreuves avaient trempé son âme.
    • Son cœur s’était trempé dans l’adversité.
  6. (Intransitif) Demeurer quelque temps dans l’eau ou dans un autre liquide.
    • Il y a déjà deux jours que ce linge trempe.
    • Laissez tremper ce cuir dans l’eau.
    • Faire tremper de la morue pour la dessaler.
    • Il faut mettre tremper ces haricots, ces pruneaux pour les amollir.
    • La viande qui trempe trop longtemps perd tout son suc.
  7. (Intransitif) (Figuré) Se mêler d’une affaire douteuse.
    • Tremper dans un crime, dans une conspiration : En être complice.
    • Il n’a pas trempé dans ce crime, dans ce complot.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TREMPER. v. tr.
Mouiller une chose en la mettant dans quelque liquide. Tremper un linge dans de l'eau. Tremper du pain un biscuit dans du vin. Tremper sa plume dans l'encre. Se tremper dans l'eau. Fig., Tremper ses mains dans le sang, Commettre un meurtre, ou seulement l'ordonner, le conseiller, y consentir. Ses mains se trempèrent dans le sang.

TREMPER signifie spécialement et absolument Plonger de l'acier, du fer rougi, etc., dans un liquide froid pour le rendre dur et élastique. Tremper une lame. De l'acier, du verre trempé. Il signifie aussi Imbiber d'un liquide. Tremper son mouchoir de larmes. Tremper la soupe, Verser le bouillon sur les tranches de pain. Tremper son vin, Y mettre de l'eau. Du vin trempé d'eau. La pluie a trempé la terre, Il a plu abondamment et la terre est imprégnée d'eau. En termes d'Imprimerie, Tremper le papier ou, absolument, Tremper, Imbiber d'eau, humecter le papier destiné à l'impression, pour lui donner de la souplesse. Tremper à la main. Tremper au balai.

TREMPER signifie figurément Rendre ferme, fort. Ces épreuves avaient trempé son âme. Son cœur s'était trempé dans l'adversité.

TREMPER s'emploie aussi comme verbe intransitif et signifie Demeurer quelque temps dans l'eau ou dans un autre liquide. Il y a déjà deux jours que ce linge trempe. Laissez tremper ce cuir dans l'eau. Faire tremper de la morue pour la dessaler. Il faut mettre tremper ces haricots, ces pruneaux pour les amollir. La viande qui trempe trop longtemps perd tout son suc. Fig., Tremper dans un crime, dans une conspiration, En être complice. Il n'a pas trempé dans ce crime, dans ce complot. Le participe passé

TREMPÉ s'emploie adjectivement. Cet homme est tout trempé, il a ses habits trempés, Il a été mouillé. On dit familièrement Être trempé comme une soupe. Il est tout trempé de sueur se dit d'un Homme qui a beaucoup transpiré, qui est couvert de sueur. Fig., Un esprit bien trempé, une âme bien trempée, Un esprit, une âme d'une qualité vigoureuse.

Littré (1872-1877)

TREMPER (tran-pé) v. a.
  • 1Mettre dans un liquide. Tremper son pain dans du vin, dans la sauce. Pour confirmation du traité, on égorgea un loup, un bélier, un sanglier et un taureau ; les Grecs trempaient leurs épées dans le sang des victimes, et les barbares la pointe de leurs javelots, Rollin, Hist. anc Œuv. t. IV, p. 172, dans POUGENS. Si l'on veut avoir du fer toujours de la même bonne qualité, il faut absolument proscrire cet usage, ne jamais tremper le fer chaud dans l'eau, et attendre, pour le manier, qu'il se refroidisse à l'air, Buffon, Hist. min. Introd. Œuv. t. VII, p. 76. Tantôt, nous déployant ta pompe éblouissante, Pour colorer l'arbuste et la fleur et la plante, D'or, de pourpre et d'azur tu trempes tes pinceaux, Delille, Imag. v.

    Tremper la soupe, verser le bouillon sur les tranches de pain. La soupe est trempée… quand il a trempé la soupe au prisonnier, Lamartine, Joc. V, 173.

    Populairement et fig. Tremper une soupe à quelqu'un, lui donner une trempée, une correction.

  • 2Mouiller, imbiber d'un liquide. La pluie a trempé la terre. Ce formidable amas de lances et d'épées, Qui du sang philistin jadis furent trempées, Racine, Ath. III, 7. Où serait cette justice qui trempe ses flèches dans le sang du pécheur ? Massillon, Carême, Imp. fin. Sénèque disait en confidence à ses amis, que le lion [Néron] reviendrait promptement à sa férocité naturelle, s'il lui arrivait une fois de tremper sa langue dans le sang, Diderot, Cl. et Név. I, 46. Chanterons-nous l'espoir, la tristesse ou la joie ? Tremperons-nous de sang les bataillons d'acier ? Musset, Nuit de mai.

    Terme d'imprimerie. Tremper le papier, ou, absolument, tremper, imbiber d'eau le papier destiné à l'impression.

    Tremper de larmes, verser abondamment des larmes sur. Bandeau, que mille fois j'ai trempé de mes pleurs, Racine, Mithr. V, 1.

    Fig. Tremper ses mains dans le sang, donner la mort, commettre un meurtre, ou seulement l'ordonner, le conseiller. Si Alexandre eût vaincu l'orgueil et la colère, et n'eût point trempé ses mains dans le sang de ses meilleurs amis. Vaugelas, Q. C. III, 12. Dans leur sang odieux [des Romains] j'ai pu tremper mes mains, Racine, Mithr. V, 5. Elle voyait les principaux officiers du palais prêts à tremper leurs mains dans le sang du roi, Fénelon, Tél. VIII.

    Tremper dans le sang, avec un nom de chose pour sujet, faire une nécessité de donner la mort. Ton honneur t'est plus cher que je ne te suis chère, Puisqu'il trempe tes mains dans le sang de mon père, Corneille, Cid, V, 1.

  • 3Tremper son vin, y mettre beaucoup d'eau.
  • 4Tremper du fer, de l'acier, le plonger tout rouge dans de l'eau préparée pour le durcir. Il est tout aussi facile de détremper l'acier que de le tremper ; il suffit pour cela de le faire rougir, et de le laisser refroidir lentement, Thenard, Traité de chim. t. I, p. 379, dans POUGENS.

    Tremper à blanc, tremper rouge clair, etc. tremper l'acier lorsqu'il est chauffé à blanc, chauffé au rouge clair, etc.

    Tremper en paquet, voy. TREMPE, n° 3.

    Fig. Trempez, durcissez vos cœurs de fer dans votre vile décence, rendez-vous méprisables à force de dignité, Rousseau, Ém. IV.

  • 5 V. n. Demeurer quelque temps dans l'eau ou dans un autre liquide. Le papier, le linge trempe. Faire tremper de la morue pour la dessaler. Les oiseaux de rivage, montés sur de hautes jambes nues, y entrent [dans l'eau] assez avant pour que leur corps y trempe, Buffon, Ois. t. XV, p. 209.

    Fig. Vos mains n'ont point trempé dans le sang innocent ? Racine, Phèdre, I, 3.

  • 6 Fig. Être complice, participer à. Qu'avais-je contre vous ou fait ou projeté, Pour me faire tremper en votre lâcheté ? Corneille, Suiv. V, 6. Ma foi, monsieur, si Scapin vous fourbe, je m'en lave les mains, et vous assure que je n'y trempe en aucune façon, Molière, Scapin, III, 6. Jamais l'aimable sœur des cruels Pallantides Trempa-t-elle aux complots de ses frères perfides ? Racine, Phèdre, I, 1. Je n'aime pas un homme que je ne puis aborder le premier, ni saluer avant qu'il me salue, sans m'avilir à ses yeux, et sans tremper dans la bonne opinion qu'il a de lui-même, La Bruyère, V. Loi qui ordonne de révéler les conspirations auxquelles même on n'a point trempé, Montesquieu, Esp. XII, 17. On assure que Despréaux et son ami Racine trempèrent dans l'élection de l'abbé de Mauroy, par le seul motif d'écarter Fontenelle, son concurrent, D'Alembert, Élog. J. Test. de Mauroy. J'ai vu, monsieur, votre notice d'un fragment de Longus nouvellement découvert, c'est-à-dire votre apologie au sujet de cette découverte dans laquelle on vous accusait d'avoir trempé pour quelque chose, Courier, Lett. à M. Renouard.
  • 7Se tremper, v. réfl. Être mis dans un liquide. Leurs vaillantes mains Se tremperont bien mieux au sang des Africains, Corneille, Cid, III, 6.

    Recevoir la trempe. L'acier est le seul métal qui soit susceptible de se tremper ou de se durcir par un refroidissement subit ; ni le cuivre, ni l'argent, ni l'or, ni aucun des autres métaux, sous un état quelconque, ne paraissent jouir de cette propriété, Thenard, Traité de chim. t. I, p. 379, dans POUGENS.

HISTORIQUE

XIIe s. Et lace l'eaume [le heaume] qui si fu dur tenprez, Ronc. p. 36.

XIIIe s. Comme les grosses gotes sunt bones seur les grosses herbes por bien tremper, Psautier, f° 186. Et Renart li a fet la lope, Por ce que si tost le deçoit, Et li chaitis ne s'aperçoit, Et il li trempe la corroie [l'allèche], Ren. 10247. Douz foiz le jor faisoit tramper [tremper la soupe], Por repaistre les familleuz, Rutebeuf, 44. Le branc que on li çaint moult bons fevres forja, Puis le parfist Galans qui un an le tempra, Ch. d'Ant. V, 127. Son vin trempoit [Louis IX] par mesure, selonc ce qu'il veoit que le vin le pooit soufrir, Joinville, 193.

XIVe s. Mais aucuns qui se voient en fortune tramper, Cuident aucune fois jusques au ciel oser, Guesclin. 15180.

XVIe s. Je trempe mon vin plus souvent à moitié, parfois au tiers d'eau, Montaigne, IV, 290. Jean Hus et Hierosme de Prague, lesquels après longues prisons et disputes furent bruslez, le dernier ayant trempé un an dans un cachot, D'Aubigné, Hist. I, 67. Montluc en ses escrits s'excuse d'avoir trempé en cet affaire, D'Aubigné, ib. I, 234. Voilà Monsieur baffoué des principaux des siens qui n'avoient point trempé à l'entreprise, D'Aubigné, ib. II, 477. Soudainement après le combat on les veit à Rome sur la place, avec leurs chevaux tous trempez de sueur, Amyot, Cor. 4. Il s'osta de dessus sa teste le chapeau de fleurs qu'il y avoit, et, le trempant luy mesme dedans une liqueur de parfum, le luy envoya, Amyot, Pélop. 55. L'homme sage doit tremper sa parole en sens et en raison, premier que de la prononcer, Amyot, Phoc. 7. N'ayant pas le pied ferme, pource que la terre, y estant fort trempée, glissoit, Amyot, Alex. 101. En automne, nous commençons à boire moins, et moins trempé, Paré, Introduct 14. Des vins pressés ou raqués, trempés, allongés et autres de mesnage. - Dans deux ou trois jours le premier trempé ou despensé sera tiré de la cuve et entonné comme le vin, De Serres, 219. Trop n'y pourront sejourner les olives, pourveu qu'elles trempent tousjours, De Serres, 843.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

TREMPER, v. act. (Gram.) c’est plonger dans un fluide un corps pour qu’il s’en mouille ou s’en imbibe ; on trempe la soupe ; on trempe le linge ; au figuré, on a trempé dans cette malice ; on trempe ses mains dans le sang ; tremper a d’autres acceptions. Voyez l’article Trempe.

Tremper les aiguilles, terme d’Aiguillier ; c’est une préparation qu’on donne aux aiguilles pour leur faire acquérir la dureté nécessaire. Pour cet effet on les fait rougir au feu sur un fer plat & recourbé par un bout ; & après les avoir retirées, on les jette dans un bassin d’eau froide. Il faut observer de ne les point trop faire chauffer, ce qui les brûleroit. D’ailleurs, si on les chauffe trop peu, elles ne sont pas assez fermes. Après qu’elles sont revenues ou recuites, le degré mitoyen de chaleur ne peut s’acquérir que par la pratique. Les fig. Pl. de l’Aiguillier, représentent un de ces ouvriers qui jette dans un seau plein d’eau froide les aiguilles qu’il a fait rougir sur une plaque de fer, qu’il tient avec des pinces pour ne pas se brûler.

Tremper le papier, fonction dans l’Imprimerie, de l’ouvrier de la presse : on passe légerement dans l’eau, une main entiere de papier, dont l’on pose le tiers, ou la moitié au sortir de l’eau, & dans toute son étendue, sur un ais ; on reprend de cette même main de papier, les deux tiers restans ou l’autre moitié, que l’on passe de même dans l’eau, & que l’on remet sur la premiere moitié ; on continue ainsi à passer tout le papier main à main, & deux ou trois fois chaque main, suivant que l’on juge convenable, eu égard à la qualité du papier & au caractere de la forme ; après quoi pour l’imbiber également & lui faire prendre son eau, on le couvre d’un second ais, que l’on charge d’une pierre très-pesante ; on le laisse dans cet état, un jour ou deux, ayant soin néanmoins de le remanier une fois ou deux avant que de l’employer. Voyez Remanier le papier, Ais.

Tremper a la colle, (Relieur.) c’est mettre de la colle sur le dos des livres quand ils sont endossés & prêts à couvrir ; on trempe les paquets, puis quand ils sont secs on colle les parchemins, & quand cette façon est seche on trempe de nouveau à la colle. Voyez Couvrir.

Tremper les couvertures à la colle, c’est mettre de la colle sur le dedans des couvertures des livres après qu’elles ont été parées. Quand on y a mis de la colle on les plie en deux, & on laisse ainsi imbiber la colle dans la couverture un peu de tems. Voyez Parer, Couvertures, Couvrir.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « tremper »

Issu par métathèse du \r\, de temprer, tenprer, formes usitées en ancien et moyen français « plonger dans un liquide », du latin temperare qui donne tempérer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Wallon, treinpé ; provenç. temprar, trempar ; espagn. templar ; portug. temperar ; ital. temprare ; du latin temperare (d'où, avec métathèse de l'r, tremper).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « tremper »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
tremper trɑ̃pe

Citations contenant le mot « tremper »

  • Mais il doit tremper dans votre tasse : Pour boire, faites-vous fabriquer un hanap ! De Edmond Rostand / Cyrano de Bergerac
  • Si tu vois la barbe de ton voisin brûler, tu peux mettre la tienne à tremper. De Proverbe agenais
  • Quand on veut écrire sur les femmes, il faut tremper sa plume dans l'arc-en-ciel et secouer sur sa ligne la poussière des ailes du papillon. De Denis Diderot
  • S'il est périlleux de tremper dans une affaire suspecte, il l'est encore davantage de s'y trouver complice d'un grand : il s'en tire, et vous laisse payer doublement, pour lui et pour vous. De Jean de La Bruyère / Caractères
  • Le sel a la capacité d’apaiser la douleur causée par les ampoules. Vous pouvez en ajouter dans de l’eau glacée et tremper un chiffon dans le liquide. Ensuite, utilisez le même chiffon sur la cloque. Vous pouvez également mettre du sel dans de l’eau chaude et y tremper vos pieds pendant 15 minutes. Cela vous aidera à réduire l’enflure. Des idées de l'intérieur, du jardin, de l'ameublement et de la décoration., 5 remèdes de grand-mère pour soulager une ampoule
  • Pensez également aux fruits et légumes qui ne nécessitent pas de couverts. Des carottes prédécoupées à tremper dans une sauce au yaourt, des branches de céleri ou des quartiers de pommes à tremper dans un pot de beurre de cacahuète. Les combinaisons possibles sont multiples et délicieuses ! DH Les Sports +, Le pique-nique peut aussi se faire en zéro déchet - DH Les Sports+
  • Le mercure est monté en flèche, vendredi 31 juillet, à Chartres. Pour se rafraîchir, il aurait été tentant d’aller se tremper les pieds sur la place des Épars. www.lechorepublicain.fr, Pourquoi les fontaines et jets d'eau de Chartres sont-ils à l'arrêt ? - Chartres (28000)
  • Mais sache que l’exhiber ou le tremper dans un drink est 1) un crime et 2) une preuve irréfutable d’immaturité.  Le Journal de Montréal, La leçon de séduction de mononcle Richard | JDM
  • La vallée bas-alpine compte une rivière magnifique, le Bès, affluent de la Bléone. Sur ce cours d'eau parfois appelée "Petit Vedon", les visiteurs peuvent se tremper à l'abri des regards et en toute tranquillité, dans une eau fraîche bien agréable en cette saison. Une alternative au lac de Serre-Ponçon, un peu plus loin. LaProvence.com, Sorties - Loisirs | Les Alpes du Sud regorgent de sites pour un plein de fraîcheur | La Provence
  • Cette randonnée vous fera voir la forêt de Fontainebleau sous un jour nouveau. D'un côté, les bords de Seine et de l'autre, le joli village de Samois, avec ses îles, ses petits restaurants et ses cafés. Tout au long de l'itinéraire, vous trouverez plusieurs endroits pour tremper vos pieds, voire vous baigner. Il y a même une plage à la base de loisirs de Bois-le-Roi... mais chut ! , 5 randos pour faire plouf – Que Faire à Paris ?

Images d'illustration du mot « tremper »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « tremper »

Langue Traduction
Anglais soak
Espagnol sumergir
Italien bagnare
Allemand einweichen
Chinois 浸泡
Arabe نقع
Portugais absorver
Russe впитывать
Japonais 浸す
Basque beratu
Corse imbullighjà
Source : Google Translate API

Synonymes de « tremper »

Source : synonymes de tremper sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « tremper »

Partager