La langue française

Satisfaire

Définitions du mot « satisfaire »

Trésor de la Langue Française informatisé

SATISFAIRE, verbe trans.

I. − Empl. trans. dir.
A. − Satisfaire qqn
1. [Le suj. désigne une pers.]
a) Vieilli ou littér. Donner à quelqu'un la réparation absolutoire qu'il attend. [Eugénie] restera dans sa chambre au pain et à l'eau jusqu'à ce qu'elle ait satisfait son père (Balzac,E. Grandet,1834, p. 200).
b) Agir de manière à répondre aux vœux de quelqu'un. Il est difficile de satisfaire tout le monde. Ainsi, mon Toto bien-aimé, rentre en classe avec courage, travaille bien, écris-moi, satisfais ta mère et tes maîtres et pense que je suis à peine un instant sans songer à toi (Hugo,Corresp.,1840, p. 578):
1. ... la question entre nous [Gobseck et Maxime de Trailles] se réduit à savoir si je vous présente des garanties suffisantes pour la somme que je viens vous emprunter (...). Je vais aller chercher quelque chose qui vous satisfera peut-être, s'écria le jeune homme. Balzac, Gobseck,1830, p. 410.
c) Apaiser les besoins, les désirs de quelqu'un, en particulier un désir, une pulsion amoureuse. Daudet lui dit que son amour doit être un peu vieux jeu et satisfaire incomplètement la jeune femme (Goncourt,Journal,1894, p. 538).
d) Satisfaire un créancier. Payer ce qu'on lui doit. Puis, avec le produit de la vente, quatre cent mille francs environ, il parvint à satisfaire les créanciers de Laure, auxquels elle devait à peu près le double (Zola,Curée,1872, p. 465).
e) Répondre aux exigences de logique, de clarté réclamées par quelqu'un. − Monsieur, (...) j'ai passé huit jours à chercher votre nom et votre adresse (...) Je puis vous satisfaire. Monsieur sur le dernier point. J'habite un entresol rue de la Pépinière, 40 (Ponson du Terr.,Rocambole, t. 2, 1859, p. 195).Un dieu « nécessaire et suffisant », un Dieu qui satisfait Descartes, comme le sien satisfait Bourdaloue (Valéry,Variété IV,1938, p. 232).
2. [Le suj. désigne une chose]
a) Répondre aux vœux de quelqu'un. Je ne doute pas, messieurs, que cette fête ne vous satisfasse et que vous ne vous retiriez tous contents de moi (Chamfort,Caract. et anecd.,1794, p. 130).La jeune reine [Thomyris] (...) se penche (...) pour contempler ce spectacle qui la satisfait et la révolte en même temps (Gautier,Guide Louvre,1872, p. 60).
b) Apaiser, soulager le désir, le besoin de quelqu'un. L'entretien fut court; Olivier parla peu, mais avec une expression qui satisfit Béatrix (Genlis,Chev. Cygne, t. 3, 1795, p. 344).
[Le compl. d'obj. dir. désigne un attribut de la pers.] Satisfaire le cœur, les sens. Nulle connoissance ne remplit et ne satisfait l'âme comme celle de soi-même (Bonstetten,Homme Midi,1824, p. 191).Vous vouliez satisfaire à la fois votre âme et votre chair, votre conscience et votre penchant, votre amour, comme vous dites, et votre ambition (Claudel,Soulier,1944, 1erpart., 2ejournée, 9, p. 1032).
c) Répondre au besoin de logique, de clarté de quelqu'un. Cette explication satisfit le public. Les explications de Monsieur Jean lui-même ne me satisfaisaient pas (Mirbeau,Journal femme ch.,1900, p. 101).J'ai encore usé quinze jours sur le premier chapitre, mais qui me satisfait à présent (Gide,Journal,1907, p. 254).
B. − Satisfaire qqc. (un besoin, un désir)
1. [Le suj. désigne une pers.]
a) Agir de façon à combler le besoin, le désir de quelqu'un. Pour arriver à satisfaire cette haine, il fallait se traîner par de longs et obscurs détours (Sue,Atar-Gull,1831, p. 16).Il n'avait que ce vice, la musique, un vice secret qu'il satisfaisait solitairement, courant les théâtres, les concerts, les auditions (Zola,Bonh. dames,1883, p. 430).
b) Apaiser un désir, combler un besoin naturel. Satisfaire son appétit. Sans avoir une conscience lucide de son existence, il satisfaisait sa faim, puis se recouchait aussitôt (Balzac,Peau chagr.,1831, p. 292):
2. Émile ne sait point rester où il s'ennuie, veiller lorsqu'il veut dormir. S'il a faim, il mange; s'il ne peut satisfaire ses besoins ou ses désirs, il ne murmure point: ne connaît-il pas la nécessité? Chateaubr.,Essai Révol., t. 2, 1797, p. 261.
En partic. [Le besoin est un désir, une pulsion amoureuse] Ils restent ainsi sans mouvement, liés ensemble mais non pénétrés, dans l'exaltation croissante d'un inflexible désir qu'ils ne veulent pas satisfaire (Louÿs,Aphrodite,1896, p. 181).
Fam. Satisfaire ses petits besoins. Uriner. Satisfaire ses besoins. Déféquer. Il souriait en se rappelant que Lord Castlereagh avait satisfait le plus humble de nos besoins avant de se couper la gorge (Balzac,Peau chagr., 1831, p. 13).Je veux aller aux commodités satisfaire mes petits besoins! (Courteline,Ronds-de-cuir,1893, p. 67).
c) Contenter un désir affectif ou intellectuel. Je satisfais mon besoin de tendresse en appelant Julie après mon dîner, et je regarde sa vieille robe à damiers noirs qu'a portée maman (Flaub.,Corresp.,1879, p. 187).
d) Remplir une obligation, répondre à une exigence. − Voilà, se dit-il, un homme qui aura certainement employé mon argent à satisfaire les trois vertus théologales du troupier: le jeu, le vin et les femmes! (Balzac,Chabert,1832, p. 70).Toutefois il pense (...) que la prévention ne tire aucune traite sur l'organisme, que c'est une victoire remportée hors des frontières, qu'elle satisfait en même temps la science et la morale (Duhamel,Maîtres,1937, p. 175).
− Dans le domaine écon. et comm.Satisfaire une demande. Synon. exécuter, remplir.Ce n'est un secret pour personne que la « Diamond Trading Corporation » reçoit cinq fois plus de commandes qu'elle ne peut en satisfaire (Combat,19-20 janv. 1952, p. 1, col. 7).Il n'y avait pas assez de blé dans le monde entier pour satisfaire le contrat (Goldschmidt,Avent. atom.,1962, p. 30).
SYNT. Satisfaire l'ambition, l'amour, l'appétit, l'ardeur, les aspirations, le besoin, le caprice, le désir, l'envie, la faim, la fantaisie, le goût, la haine, l'idéal, l'imagination, l'instinct, l'intérêt, l'orgueil, la passion, le penchant, le sentiment, la soif, la tendance, la vanité, la vengeance de qqn.
2. [Le suj. désigne une chose]
a) Combler, donner pleine satisfaction.
[Le compl. d'obj. dir. fait réf. à un aspect de la sensibilité de qqn] Il n'y a que le dernier amour d'une femme qui satisfasse le premier amour d'un homme (Balzac,Langeais,1834, p. 349).La fondation d'un hôpital, quelques secours distribués aux captifs satisfaisaient complètement un idéal de moralité peu exigeant (Gobineau,Corresp. [avec Tocqueville], 1843, p. 50).
[Le compl. d'obj. dir. fait réf. à un aspect de la sensibilité de qqn] Un peu d'or satisferoit mes désirs; mais je ne voudrois pas qu'il fût le prix de l'injustice (Chateaubr.,Essai Révol., t. 1, 1797, p. 136):
3. À quoi t'a servi d'amasser, par ta prévoyance judicieuse, des vins exquis et tout ce qui peut satisfaire le goût et l'odorat, non seulement d'un homme, mais de plusieurs, durant des années, puisqu'il ne t'est plus même permis de boire un verre de vin sans t'exposer à radoter comme une vieille laveuse... Erckm.-Chatr.,Ami Fritz,1864, p. 112.
b) Répondre à une nécessité d'ordre logique, moral, intellectuel. Raisonnement qui satisfait la logique. La recherche exquise de la couleur du son, la recherche des rapports de sonorité, des inflexions indéfinies, des réactions tonales de chaque mot sur les autres, a toujours éveillé et satisfait la sensibilité poétique (G. Dumas, Psychol., 1924, p. 312).
II. − Empl. trans. indir.
A. − [Le suj. désigne une pers.]
1. Vieilli ou littér. ,,Donner satisfaction, réparation`` (Littré).
RELIG. Satisfaire à la justice divine (Marcel 1938). Expier une faute commise aux yeux de Dieu.
2. Combler le désir, l'attente de quelqu'un. Satisfaire à une demande, à un désir, à un vœu. Camusot, qui ne paraissait si sèvère que pour satisfaire aux exigences de la justice et de la police (Balzac,Splend. et mis.,1846, p. 421).Il eût voulu satisfaire à tous leurs besoins, combler leurs désirs permis ou coupables, car il n'enfermait pas la charité du genre humain dans les limites d'un système moral et il avait souci de toutes les misères (Barrès,Cahiers, t. 7, 1909, p. 310).
3. Soulager un besoin physique, naturel. Je sors, sous le prétexte de satisfaire à un léger besoin (Raban, Marco Saint-Hilaire,Mém. forçat, t. 1, 1818-19, p. 94).
4. Répondre aux exigences de logique, de clarté, réclamées par quelqu'un. Un journal qui satisferait pleinement à tous les je voudrais de votre lettre suffirait seul pour illustrer une nation (Jouy,Hermite, t. 2, 1812, p. 350).Le quartier-maître satisfit de son mieux aux désirs de la jeune fille. Glenarvan ne voulait pas l'interrompre, et cependant, vingt questions plus utiles se pressaient dans son esprit (Verne,Enf. cap. Grant, t. 2, 1868, p. 75).
5. Accomplir ce qui est exigé par une règle, par un code; remplir une exigence. Satisfaire à ses devoirs, à un engagement, à une obligation, à une revendication; satisfaire aux goûts du public. Monsieur, je regrette de ne pouvoir satisfaire sur-le-champ à la demande que vous m'avez faite de quatre places de gardes-champêtres (Reybaud,J. Paturot,1842, p. 313).
Satisfaire à une dette. L'honorer. Je n'ai pu satisfaire aux dettes que j'ai contractées sur la foi publique (Constant,Princ. pol.,1815, p. 119).
Satisfaire à une commande. L'exécuter. Pour établir son rucher annuel ou pour satisfaire à une commande, le chasseur a fait choix d'un arbre qu'il sent riche en couvain, en cire et en miel (Pesquidoux,Chez nous,1923, p. 41).
Satisfaire à une question (vieilli). Y répondre. Tel est le programme de mes questions auxquelles je vous prie de satisfaire (M. de Guérin, Corresp.,1834, p. 156).
Satisfaire à la loi, au service militaire. Accomplir son temps à l'armée. Tous les jeunes gens du canton sont sur le point de satisfaire à la loi militaire (Augier,MmeCaverlet,1876, p. 435).
B. − [Le suj. désigne une chose] Il s'agit, en ce moment, pour moi, d'une alliance qui satisfait à toutes les idées que je me suis formées sur le mariage (Balzac,E. Grandet,1834, p. 240).L'espace satisfait à la définition que nous venons de donner du continu physique à trois dimensions (H. Poincaré, Valeur sc.,1905, p. 76).
III. − Empl. pronom.
A. − Empl. pronom. réfl. Qqn se satisfait
1.
a) Contenter un besoin, un désir. Cette jeunesse boit comme un évier, et des liqueurs sans marques. Elle passe sa vie à se satisfaire follement comme dans les rêves (Morand,Ouv. la nuit,1922, p. 132):
4. Il y a beaucoup de traits communs à l'artiste et à l'homme d'action. L'un et l'autre, ne pouvant supporter le désordre de la nature, désirant lui imposer un ordre dont ils portent le modèle en leur esprit et dont le spectacle les enchante. L'artiste se satisfait en créant un monde imaginaire; l'homme d'action en transformant le monde véritable. Maurois,Dialog. commandement,1924, p. 131.
Se satisfaire avec, de qqc.J'ai beau entrer dans les églises, les chapelles, les cloîtres les plus célèbres je m'y satisfais de colonnes, de voûtes pures, mais rien ne provoque ma foi (Giono,Voy. Ital.,1953, p. 199).Elle s'était satisfaite de la banalité de l'existence (Beauvoir, Mém. j. fille, 1958, p. 207).
b) Fam. Assouvir un besoin naturel. [Souvarow] Sans souci des témoins mettait culotte bas, Et se satisfaisait devant toute l'armée (Pommier,Russes,1854, p. 20).
c) P. antiphr. Se satisfaire de peu. Tel est pourtant le désordre de la colère. Quand elle veut compenser l'injure par le châtiment, elle nous fait encore ressentir l'injure, mais elle oublie l'offenseur. Aussi n'est-elle riche en inventions que parce qu'elle se satisfait de peu (J. Vuillemin, Essai signif. mort.,1949, p. 137).
2. [P. méton. du suj.] Si cet hymen étoit l'objet de vos regrets, Monsieur, que votre cœur enfin se satisfasse (Collin d'Harl.,Vieux célib.,1792, iv, 2, p. 89).L'esprit de l'homme qui rêve se satisfait pleinement de ce qui lui arrive (Breton,Manif. Surréal., 1erManif., 1924, p. 27).
B. − Empl. pronom. à valeur passive. Qqc. se satisfait.Les désirs, les passions se satisfont. La vanité se satisfait de grands mots, mais l'orgueil veut de grandes choses (Soulié,Mém. diable, t. 1, 1837, p. 31).Sa religion se satisfaisait d'aller à la paroisse quatre fois par an. On l'a vue en toilette pour Noël (Hugo,Travaill. mer,1866, p. 122).
REM. 1.
Satisfacteur, adj. masc.,littér. Qui satisfait. Et tel écrit vaut comme excitateur ou apéritif de la pensée, et tel autre comme satisfacteur, remplaçant, aliment de pensée (Valéry,Tel quel I,1941, p. 220).
2.
Satisfaisable, adj.,littér. Qui peut être satisfait. Pourquoi ne pas prendre un but à portée de notre main? Quelque désir satisfaisable? (Goncourt,Ch. Demailly,1860, p. 165).
Prononc. et Orth.: [satisfε:ʀ], (il) satisfait [-fε]. Att. ds Ac. dep. 1694. Conjug. v. faire. Étymol. et Hist. A. 1. a) 1219 satisfaire qqc. à qqn « payer » (Cart. de Cysoing, p. 102 ds Gdf. Compl.); b) xives. satisfaire ses creanciers (Le dit des Patenostres ds Jubinal, Nouv. rec. fabl., I, 24b); 2. a) 1579 « mettre fin à l'attente de quelqu'un en exauçant ses désirs » (Larivey, La Veuve, éd. Viollet le Duc, IV, 5, t. 5, p. 177); b) 1650 « donner une explication suffisante à quelqu'un » (Corneille, Don Sanche, V, 3); c) 1647 « accorder la réparation d'une offense, d'un mal qu'on a causé » (Rotrou, Vencesl., I, 2 ds Littré); 3. 1642 avec une chose pour suj. « assouvir un besoin, un désir » (Corneille, Polyeucte, I, 3); 1645 « apporter le contentement à quelqu'un » (Id., Rodogune, I, 7); 4. 1871 satisfaire les besoins naturels (Littré). B. 1. 1370-80 « s'acquitter de ce qui est attendu » (Trad. Ovide remède d'amour, 937 ds T.-L.: satiffier); 2. a) ca 1500 satisfaire à qqn « donner satisfaction à » (Commynes, Prologue, éd. J. Calmette, p. 1); b) ca 1540 satisfaire à Dieu (Nicolas Herberay des Essars, Amadis de Gaule, éd. H. Vaganay, 105); 3. 1834 « en parlant d'une chose, remplir les conditions requises » (Balzac, E. Grandet, p. 471). C. Verbe pronom. 1. 1580 « assouvir un besoin » (Montaigne, Essais, éd. P. Villey et V.-L. Saulnier, p. 146); 1854 « contenter ses besoins naturels » (Pommier, loc. cit.); 2. 1640 se satisfaire de (Corneille, Horace, I, 1). Empr. au lat.satisfacere « satisfaire à, s'acquitter de, exécuter », « satisfaire un créancier », « donner satisfaction à quelqu'un, lui faire agréer des excuses ». Fréq. abs. littér.: 2 481. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 3 996, b) 2 770; xxes.: a) 3 859, b) 3 335.

Wiktionnaire

Verbe

satisfaire \sa.tis.fɛʁ\ transitif, intransitif ou pronominal 3e groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se satisfaire)

  1. Contenter ; donner satisfaction (à).
    • De temps en temps, il en détache de menus fragments, il en agite de pauvres petites images, comme pour mieux aguicher notre curiosité, avec l'intention, peut-être ironique, de ne la satisfaire jamais. — (Octave Mirbeau La Mort de Balzac, 1907)
    • Aucun dealeur local ne peut satisfaire la totalité de la nouvelle demande de cannabis et les jeunes les plus téméraires s’aventurent dans les cités des environs pour s’approvisionner, […]. — (Thomas Sauvadet, Jeunes de rues et trafic de stups, dans Agora : Débats/jeunesse n° 48, L’Harmattan, octobre 2008, page 94)
    • Un enfant qui satisfait son père et sa mère.
    • C’est un homme qui satisfait tous ceux qui ont affaire à lui.
    • On ne peut satisfaire tout le monde.
    • Satisfaire sa passion, sa colère, son ambition, sa vanité, sa curiosité, etc., Se laisser aller aux mouvements de sa passion, de sa colère, de son ambition, etc., et exécuter ce qu’elles conseillent.
    • Satisfaire un besoin, faire ce que ce besoin exige.
  2. (Vieilli) Donner à quelqu'un la réparation qu'il attend.
    • Satisfaire ses créanciers, leur payer ce qui leur est dû.
    • Une femme n’est pas tenue de satisfaire de sa dot les créanciers de son mari, à moins qu’elle ne se soit obligée envers eux.
  3. Plaire à.
    • Satisfaire l’esprit, les sens, le goût, la vue, l’oreille, etc.
    • Cette musique satisfait l’oreille.
    • Cet objet satisfait la vue.
    • Ce discours satisfait l’esprit, la raison.
  4. intransitif Faire ce qu’on doit par rapport à quelque chose, s’acquitter d’une obligation, répondre à une exigence.
    • Pendant longtemps l’airain satisfit à toutes les exigences de la civilisation ; il servait aux arts de la paix comme à ceux de la guerre, […]. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 177)
    • Réciproquement, pour que ces produits puissent avoir quelque chance à l’exportation, il faudra que le « label Cameroun » satisfasse aux goûts de la clientèle étrangère pour une « camerounitude » imaginaire, […]. — (Jean-Pierre Warnier, L'esprit d'entreprise au Cameroun, Éditions Karthala, 1993, chap. 9/p. 226)
    • Satisfaire à une objection, Y répondre.
    1. Note: Satisfaire est toujours accompagné de la préposition à lorsqu’il est suivi d’un complément indirect. Voir Office québécois de la langue française.
  5. (Pronominal) Contenter le désir qu’on a de quelque chose.
    • L’accidentologue, chargé d'étudier l’état de la chaussée, rendra un mémoire d’honoraires de 6 500 euros. L'expert automobile se satisfera de 4 800 euros. — (Jacques Barillon & ‎Paul Bensussan, Le Désir criminel, Odile Jacob, 2004, page 174)
    • […]; et d'autres qui se satisfaisaient de la société présente, se faisaient fort d'en défendre les mérites et l’intangibilité, ou bien souhaitaient simplement qu'on en ravalât un tantinet la façade. — (Jean-François Kahn, L'alternative: pour un centrisme révolutionnaire, Librairie Fayard, 2009, p. 137)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SATISFAIRE. (Il se conjugue comme FAIRE.) v. tr.
Contenter, donner de la satisfaction. Un enfant qui satisfait son père et sa mère. C'est un homme qui satisfait tous ceux qui ont affaire à lui. On ne peut satisfaire tout le monde. Satisfaire ses créanciers, Leur payer ce qui leur est dû. Une femme n'est pas tenue de satisfaire de sa dot les créanciers de son mari, à moins qu'elle ne se soit obligée envers eux. Satisfaire sa passion, sa colère, son ambition, sa vanité, sa curiosité, etc., Se laisser aller aux mouvements de sa passion, de sa colère, de son ambition, etc., et exécuter ce qu'elles conseillent. Satisfaire un besoin, Faire ce que ce besoin exige. Satisfaire l'esprit, les sens, le goût, la vue, l'oreille, etc., se dit des Choses qui plaisent à l'esprit, aux sens, au goût, etc. Cette musique satisfait l'oreille. Cet objet satisfait la vue. Ce discours satisfait l'esprit, la raison. Satisfaire l'attente de quelqu'un, Remplir l'attente, répondre à l'attente de quelqu'un. Il s'en faut que cette œuvre ait satisfait l'attente du public.

SATISFAIRE s'emploie aussi comme verbe intransitif et signifie Faire ce qu'on doit par rapport à quelque chose. Lorsqu'il reçoit un complément, il est toujours suivi de la préposition à. Satisfaire à son devoir. Satisfaire à ses obligations. Satisfaire aux commandements de Dieu. Satisfaire à la loi. Satisfaire à un paiement. Satisfaire à une objection, Y répondre.

SE SATISFAIRE : signifie Contenter le désir qu'on a de quelque chose. Il y a longtemps qu'il avait envie de faire le tour du monde, il s'est enfin satisfait. Le participe passé

SATISFAIT s'emploie comme adjectif et signifie Qui est content. Dieu merci, le voilà satisfait. Il est fort satisfait de sa personne. Il est satisfait de son sort. Un air satisfait, une mine satisfaite.

Littré (1872-1877)

SATISFAIRE (sa-ti-sfê-r'. Marguerite Buffet au XVIIe siècle, Observ. p. 139, dit : Plusieurs coupent ici une s, disant satifaire et satifation ; il faut sonner une s et dire satisfaire et satisfaction) v. a.

Il se conjugue comme faire.

  • 1Causer le sentiment que nous recevons quand les choses sont à notre gré (avec un nom de personne pour sujet et pour régime). Un enfant qui satisfait son père et sa mère. Le pauvre satisfait Dieu par ses souffrances, et le riche par ses charités, Bourdaloue, 8e dim. après la Pentecôte, Dominic. t. III, p. 126. Vous aurez satisfait une mère, une sœur, Et vous aurez surtout satisfait votre honneur, Racine, Théb. II, 3.

    Satisfaire ses créanciers, leur payer tout ce qui leur est dû.

    Satisfaire un homme qu'on a offensé, lui faire réparation. Mon frère, un père enjoint que je vous satisfasse, Rotrou, Vencesl. I, 2. Il a nié : c'est satisfaire les personnes ; et l'on n'a nul droit de se plaindre de tout homme qui se dédit, Molière, G. Dand. I, 8. Je suis certain que vous me satisferez du mal que je souffrirai, Montesquieu, Lett. pers. 67.

    Donner une explication suffisante. Je vous puis sur ce point aisément satisfaire, Corneille, D. Sanche, V, 3. Notre grand Hurtado de Mendoza, dit le père, vous y satisfera sur l'heure, Pascal, Prov. VII. Approchez-vous, Néron, et prenez votre place ; On veut sur vos soupçons que je vous satisfasse, Racine, Brit. IV, 2.

  • 2Avec un nom de personne pour sujet et un nom de chose pour régime, donner satisfaction à… Quand l'Église ouvre la bouche des prédicateurs dans les funérailles de ses enfants, ce n'est pas pour accroître la pompe du deuil par des plaintes étudiées, ni pour satisfaire l'ambition des vivants par de vains éloges des morts, Bossuet, Yol. de Monterby. Tous les mauvais désirs naissent dans un cœur qui croit avoir dans l'argent les moyens de les satisfaire, Bossuet, la Vallière. Il méprisa ces âmes qui n'apportent d'autres préparations à leurs charges que celle de les avoir désirées… qui n'achètent ces titres vains d'occupation et de dignité que pour satisfaire leur orgueil et pour honorer leur paresse, Fléchier, le Tellier. Hâtez-vous, dit-elle, mon cher Télémaque, de satisfaire ma curiosité, Fénelon, Tél. IV. Il est aisé d'irriter l'amour, quand on ne le satisfait pas ; et fort mal aisé de ne pas l'éteindre, quand on le satisfait, Fontenelle, Dial. 5, Morts mod. Et j'ai cru satisfaire en cet affreux séjour Deux vertus de mon cœur, la vengeance et l'amour, Voltaire, Alz. II, 1. Il y a beaucoup moins de danger à satisfaire la curiosité de l'enfant qu'à l'exciter, Rousseau, Ém. IV.

    Satisfaire l'attente de quelqu'un, répondre à ses vœux, à ses désirs.

    Satisfaire un besoin, faire ce que la nécessité commande. Lieu où l'on satisfait les besoins naturels.

    Satisfaire sa passion, sa colère, son ambition, sa vanité, etc. se laisser aller aux impulsions de sa colère, de son ambition, de sa vanité, etc.

  • 3Avec un nom de chose pour sujet, assouvir. Le sang de Polyeucte a satisfait leurs rages, Corneille, Poly. I, 3.

    Plaire, être agréable. Satisfaire l'esprit, le cœur, les sens, la vue, l'oreille. Son discours ne m'a pas satisfait. Peut-être… Que, se voyant tromper, elle fermait les yeux, Et qu'un peu de pitié la satisfaisait mieux, Corneille, Rodog. I, 7. Voilà tous les honneurs que vous aurez de moi ; S'ils ne vous satisfont, allez vous plaindre au roi, Corneille, Nicom. III, 3.

    Absolument. Voilà, mes frères, à quoi se réduisent toutes les espérances mondaines ; faut-il s'étonner si elles ne peuvent satisfaire ? Fléchier, Serm Samaritaine.

  • 4Lever les doutes. Je ne toucherai à présent qu'à ce qui regarde cette dernière [la comédie], qu'Aristote définit simplement, une imitation de personnes basses et fourbes ; je ne puis m'empêcher de dire que cette définition ne me satisfait point, Corneille, 1er disc. Je supplie qu'on lise sur cette matière [le sentiment des bêtes] le chapitre de l'étendue des connaissances humaines, de M. Locke [Essai sur l'entendement humain] ; si ce qu'a dit ce sage et modéré philosophe ne satisfait pas, rien ne satisfera, Voltaire, Mél. litt. au P. Tournemine, 2e lettre.
  • 5 V. n. Donner satisfaction à, obéir à. En vain, pour satisfaire à nos lâches envies, Nous passons près des rois tout le temps de nos vies à souffrir des mépris et ployer les genoux, Malherbe, I, 3. Grande reine, je satisfais à vos plus tendres désirs, quand je célèbre ce monarque [Charles Ier], Bossuet, Reine d'Anglet. Toute autre place qu'un trône eût été indigne d'elle ; à la vérité, elle eut de quoi satisfaire à sa noble fierté, quand elle vit qu'elle allait unir la maison de France à la royale famille des Stuarts, Bossuet, Reine d'Angl.

    Satisfaire aux besoins naturels, faire ce qu'ils commandent. Vous ne pouvez satisfaire ici à vos besoins, retenez-vous, Dict. de l'Acad. au mot retenir. Satisfaire aux nécessités de la nature, ib. au mot nécessité.

  • 6Faire ce qu'on doit par rapport à quelqu'un ou à quelque chose. Pourrai-je entre vous deux régler alors mon âme ? Satisfaire aux devoirs et de sœur et de femme ? Corneille, Hor. II, 6. Mais, quitte envers l'honneur, et quitte envers mon père, C'est maintenant à toi [Chimène] que je viens satisfaire, Corneille, Cid. III, 4. Je vous déclare que je ne prétends point qu'il [Pourceaugnac] se marie qu'au préalable il n'ait satisfait à la médecine, Molière, Pourc. II, 2. Pendant qu'il [le fils de Condé] s'occupe à relever le prince abattu, il est blessé entre les bras d'un père si tendre, sans interrompre ses soins, ravi de satisfaire à la fois à la piété et à la gloire, Bossuet, Louis de Bourbon. Pour satisfaire à certaines lois du monde, que n'abandonne-t-on pas, et de quoi ne se prive-t-on pas ? Bourdaloue, Purif. de la Vierge, Myst. t. II, p. 185. Ce que j'admire, madame, c'est que vous satisfaites à tout, Voltaire, Lett. à Catherine II, 12 mars 1772. Je vais achever la conquête du monde, Et voir dans l'Orient le trône de Cyrus Satisfaire, en tombant, aux mânes de Crassus, Voltaire, M. de Cés. I, 3.

    Absolument. La mort de Notre Seigneur étant le sacrifice de prix infini par lequel il avait satisfait et payé pour nous, Bossuet, Var. XI. Plus la satisfaction est rude, moins il y a d'empressement à satisfaire, Fléchier, Serm. Médis.

    Donner satisfaction, réparation. Commandez que son bras… Répare cette injure à la pointe des armes ; Il satisfera, sire ; et vienne qui voudra, Attendant qu'il l'ait su, voici qui répondra, Corneille, Cid, II, 7.

    Satisfaire à la conscription, tirer au sort pour le recrutement de l'armée.

  • 7Répondre. Mon cher et grand philosophe, je satisfais, autant qu'il est en moi, aux questions que vous me faites, D'Alembert, Lett. à Voltaire, 6 mai 1760.
  • 8Lever un doute, une difficulté. La censure ne satisfait pas aux objections, Pascal, Prov. III.

    En mathématique, satisfaire aux conditions d'une équation, se dit d'une construction, d'une solution, qui est conforme aux conditions imposées par la question.

  • 9Se satisfaire, v. réfl. Donner satisfaction au désir qu'on a de quelque chose. De force ou de gré, je veux me satisfaire, Corneille, Héracl. I, 2. Si on ne se satisfaisait soi-même en faisant du bien, je ne sais pas pourquoi vous m'en feriez, Scarron, Lettres, Œuv. t. I, p. 223, dans POUGENS. Je vais me satisfaire en les punissant, Sacy, Bible, Osée, X, 10.
  • 10Être apaisé. Nos deux frères sont morts, ma mère suit leurs pas, Et le ciel toutefois ne se satisfait pas, Rotrou, Antig. III, 5.

    Se satisfaire soi-même, se venger soi-même d'une offense.

  • 11Se donner à soi-même une explication suffisante. Les causes, comme à vous, m'en semblent fort obscures ; Je ne me satisfais d'aucunes conjectures, Corneille, Hor. I, 1.

HISTORIQUE

XIVe s. Et ne les auroient de quoy satisfier [payer], Du Cange, satisfacere. Nous fussiemes sateffié de autel pourfit que esdites terres nous deussiemes avoir eu, Du Cange, ib. Je veut et ordonne que mes debtes soient paiés et satisfiés des plus apparilhiés de tous mes biens, Testament de Robert de Namur (comm. par M. Caffiaux)

XVe s. Mais homme de soy nullement Satefier si n'en povoit, Et nul autre ne le devoit, Convers. de St Denis. Monseigneur… pour satisfaire à la requeste qu'il vous a pleu me faire…, Commines, Prolog.

XVIe s. Allez vous en satisfaict, Montaigne, I, 85. Quant je suis allé le plus avant que je puis, si ne me suis je aulcunement satisfait, Montaigne, I, 155. Il est plus aysé de satisfaire parlant de la nature des dieux, que de la nature des hommes, Montaigne, I, 247. Antisthenes me semble avoir satisfaict à celuy qui luy reprochoit…, Montaigne, I, 274. Mes escripts ne contiennent nulle certitude qui me satisface à moy mesme, Montaigne, II, 227. Nous trouvasmes que toute la despense estoit payée et satisfaicte, Carloix, VIII, 29. L'argent qui leur restoit après avoir satisfait à leurs necessitez, Amyot, Caton, 7. Le premier qui se prit à courir pour charger, fut Caius Crassianus, voulant satisfaire à une grande promesse qu'il avoit faite à César, Amyot, Pomp. 101. Ses parens lui conseillerent d'espouser cette jeune fille, à fin que des biens d'elle il peust satisfaire à ses creanciers, Amyot, Cicéron, 52.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

SATISFAIRE, v. act. (Gramm.) contenter quelqu’un, en lui accordant ce qui lui est légitimement dû. On dit satisfaire ses créanciers ; satisfaire à la loi ; satisfaire un homme offensé ; satisfaire à une espérance, à une attente, à une objection, à son devoir. Satisfaire ses passions ; satisfaire ses sens. Cette conduite, ce moyen, cette chose me satisfera. Satisfaire aux ordres que vous avez reçus, à la parole que vous avez donnée ; satisfaire son desir ; il a satisfait sa colere. Il faut que je me satisfasse une fois là-dessus.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « satisfaire »

Du latin satisfacere, de satis (« suffisamment, autant qu'il faut »), et facere (« faire »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. satisfar ; catal. satisfer ; espagn. satisfacer ; portug. satisfazer ; ital. satisfare ; du lat. satisfacere, de satis, assez, et facere, faire. Dans satis-facere, satis est le complément direct de facere ; c'est pour cela que satisfacere est un verbe à complément indirect.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « satisfaire »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
satisfaire satisfɛr

Citations contenant le mot « satisfaire »

  • Il faut compter ses richesses par les moyens qu’on a de satisfaire ses désirs. De Abbé Antoine Prévost / Manon Lescaut
  • Il est moins doux d'assouvir son amour que de satisfaire à sa vengeance. De Paul-Jean Toulet / Les Trois Impostures
  • Le bonheur consiste à avoir beaucoup de passions et beaucoup de moyens de les satisfaire. De Charles Fourier / Théorie des quatre mouvements et des destinées générales
  • Ne vous occupez donc pas de votre famille ! On n'arrive jamais à la satisfaire. De Jules Renard / Journal 1887-1892
  • Il est difficile de vaincre ses passions, et impossible de les satisfaire. De Marguerite de La Sablière / Réflexions ou sentences et maximes morales
  • Il y a deux tragédies dans la vie : l’une est de ne pas satisfaire son désir et l’autre de le satisfaire. De Oscar Wilde / L’Eventail de Lady Windermere
  • Les hommes ont inventé le langage pour leur satisfaire leur envie de se plaindre. De Lily Tomlin
  • Rien ne peut vous satisfaire si vous ne l’êtes pas de vous. De Mary Wortley Montagu
  • Serial killer : personne avec des besoins difficiles à satisfaire. De Anonyme
  • La véritable richesse consiste à se satisfaire de peu. De Fra Angelico
  • Il faut savoir se satisfaire de l'accessoire parfois. De André Langevin / Poussière sur la ville
  • Celui qui sait se satisfaire aura toujours le nécessaire. De Lao-Tseu
  • Les délicats sont malheureux Rien ne saurait les satisfaire. De Jean de La Fontaine / Contre ceux qui ont le goût difficile
  • La mort en abolissant la possibilité de satisfaire nos aspirations anéantira nos désirs. De Henri Aimé Gauthé / Paroles de Poilus - Lettres et carnets du front
  • On peut connaître la vertu d’un homme en observant ses défauts”, disait un philosophe chinois. Cela vaut aussi pour la jeune Communauté d’agglomération Pays Basque. La séquence que nous sommes en train de vivre, avec l’installation des différentes instances communautaires, révèle certaines faiblesses de l’institution et de ses élus. Leur vertu pourrait être leur résolution à ne pas s’en satisfaire, c’est en tout cas ce qu’il faut espérer. Cependant, à l’issue des élections des 15 mars et 28 juin, le conseil communautaire, le conseil permanent et le conseil exécutif ne sont toujours pas le miroir de la société qu’ils représentent. , La communauté d’agglomération, on ne peut pas s’en satisfaire | MEDIABASK | MEDIABASK
  • L’Union Régionale des Professionnels de Santé Infirmière Paca (URPS Paca), qui regroupe 17 000 infirmières libérales dans toute la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, a décidé de réagir aux conclusions du Ségur de la Santé. Pour faire savoir dans un communiqué de presse que ces conclusions sont loin de satisfaire les revendications demandées par la profession à la suite de la crise liée au Covid-19. , Ségur de la Santé. Les conclusions "sont loin de satisfaire les (...) - DestiMed
  • Planifier et s'adapter pour satisfaire les besoins de chaque génération peut sembler irréalisable. Pourtant, l'IA est LA technologie qui permet d’améliorer l'expérience de tous les clients, quelle que soit sa génération, dépendamment de comment on l’utilise. Si les commerçants continuent d'intégrer l'IA dans le parcours de leurs clients, ils conserveront leur avantage compétitif à long terme. , L'intelligence artificielle, allié indispensable pour satisfaire les attentes clients
  • Pour satisfaire au mieux les visiteurs venant découvrir le domaine, une balade vigneronne commentée a été organisée ainsi que des visites de la cave. midilibre.fr, Pique-nique en musique au domaine de Mirabeau - midilibre.fr

Images d'illustration du mot « satisfaire »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « satisfaire »

Langue Traduction
Anglais satisfied
Espagnol satisfecho
Italien soddisfatto
Allemand zufrieden
Chinois 满意
Arabe راض
Portugais satisfeito
Russe доволен
Japonais 満足
Basque pozik
Corse cuntentatu
Source : Google Translate API

Synonymes de « satisfaire »

Source : synonymes de satisfaire sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « satisfaire »

Satisfaire

Retour au sommaire ➦

Partager