La langue française

Décevoir

Sommaire

  • Définitions du mot décevoir
  • Étymologie de « décevoir »
  • Phonétique de « décevoir »
  • Évolution historique de l’usage du mot « décevoir »
  • Citations contenant le mot « décevoir »
  • Traductions du mot « décevoir »
  • Synonymes de « décevoir »
  • Antonymes de « décevoir »

Définitions du mot décevoir

Trésor de la Langue Française informatisé

DÉCEVOIR, verbe.

A.− Vieilli. Tromper, séduire par une apparence qui promet plus qu'elle ne donne. Synon. abuser, duper, leurrer.Il est contre les habitants de Paris. Il veut nous décevoir et nous trahir comme frère Richard, qui en ce moment chevauche avec nos ennemis (A. France, Contes Tournebroche,1908, p. 80).
Rare. Décevoir à.Je me suis laissé un peu trop décevoir peut-être à sa pure grâce de causeur et d'écrivain (Sainte-Beuve, Port-Royal,t. 1, 1840, p. 257).
Rem. On rencontre ds la docum. le subst. fém. décevance. Action de tromper. Synon. vieilli de déception* A. D'âpres décevances (Huysmans, Ste Lydwine, 1901, p. 97).
B.− Causer à quelqu'un une déconvenue, un désappointement en ne répondant pas à son attente, à ses espoirs, ou à ses illusions. Décevoir l'attente, le désir de quelqu'un; décevoir un rêve. Cette évidence c'est l'absurde. C'est ce divorce entre l'esprit qui désire et le monde qui déçoit (Camus, Sisyphe,1942, p. 71):
1. Enfin, tout de même, y a un chapitre où il m'a jamais truqué, jamais déçu, jamais bluffé, jamais trahi (...) pourvu que je l'écoutasse, il était constamment heureux, ravi, comblé, satisfait... Céline, Mort à crédit,1936, p. 424.
2. « Moi, Joseph Pasquier, je n'ai confiance en personne. Et, comme ça, je ne suis jamais déçu... » Duhamel, Chronique des Pasquier,La Nuit de la Saint-Jean, 1935, p. 135.
Emploi pronom. Ah! Ah! Monsieur Ouine, il y a des jours où, quoi qu'il arrive, on est sûr de ne pas se décevoir soi-même, il y a des jours visités par les dieux! (Bernanos, M. Ouine,1943, p. 1373).
Rem. On rencontre ds la docum. l'adj. décevable. Sujet à n'être pas suivi d'effet. Une prognose dissymétrique et toujours décevable (Jankél., Je-ne-sais-quoi, 1957, p. 217). ,,Peu usité`` ds Ac. 1835, 1878.
Prononc. et Orth. : [des̬vwa:ʀ], [desəvwa:ʀ], (je) déçois [deswa]. L'élision s'accompagne d'une tendance à l'ouverture de la voyelle de 1resyll. Tel est sans doute le sens de la rem. de Littré (rejetée avec indignation ds Dupré 1972 : ,,surprenante remarque de Littré!``) : ,,Dans décevoir et les autres mots de cette famille, la prononciation met plutôt un accent grave qu'un aigu``. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1121-35 « tromper » (Ph. de Thaon, Bestiaire, éd. E. Walberg., 181); 2. ca 1360-1400 part. passé « qui éprouve une déconvenue » (Froissart, Chroniques, éd. S. Luce, I, 30, p. 57). Du lat. vulg. dēcipēre, class. dēcipĕre (v. Vään. § 314) « attraper; tromper; causer une déconvenue (Pline) »; le traitement du -c- comme à l'initiale, par suite de la persistance du sentiment de la composition, en relation avec recipere, concipere. Fréq. abs. littér. : 235. Fréq. abs. littér. : xixes. : a) 44, b) néant; xxes. : a) 282, b) 791. Bbg. Guiraud (P.). Le Ch. morpho-sém. du mot tromper. B. Soc. Ling. 1968, t. 63, p. 101. − Lew. 1960, p. 59, 126, 128 (s.v. décevance).

Wiktionnaire

Verbe

décevoir \de.sə.vwaʁ\ transitif 3e groupe (voir la conjugaison)

  1. (Désuet) Abuser, tromper par quelque chose de spécieux et d’engageant.
    • Ces propositions ne tendent qu’à vous décevoir.
  2. Tromper quelqu’un dans son attente, son espérance.
    • Il m’a déçu par sa manière d’agir.
    • Tous ses espoirs ont été déçus.
  3. Rendre vaine une attente, une espérance.
  4. (En particulier) Ne pas répondre aux espoirs qu’on avait mis en lui, en parlant d’un objet, d’une personne, d’une œuvre, etc.
    • Les nouveaux épisodes de Star Wars m’ont déçu.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DÉCEVOIR. (Il se conjugue comme APERCEVOIR.) v. tr.
Abuser, tromper par quelque chose de spécieux et d'engageant. Ces propositions ne tendent qu'à vous décevoir. Il signifie surtout Tromper quelqu'un dans son attente, son espérance ou Rendre vaine une attente, une espérance. Il m'a déçu par sa manière d'agir. Tous ses espoirs ont été déçus.

Littré (1872-1877)

DÉCEVOIR (dè-se-voir), je déçois, tu déçois, il déçoit, nous décevons, vous décevez, ils déçoivent ; je décevais ; je déçus ; je décevrai ; je décevrais ; déçois, qu'il déçoive, décevons, décevez, qu'ils déçoivent ; que je déçoive, que tu déçoives, qu'il déçoive, que nous décevions, que vous déceviez, qu'ils déçoivent ; que je déçusse ; décevant ; déçu v. a.
  • 1Abuser par quelque chose d'apparent, de spécieux ou d'engageant. Sire, un peu trop d'ardeur malgré moi l'a déçue, Corneille, Cid, V, 7. Il n'a point déçu Le généreux espoir que j'en avais conçu, Corneille, Poly. II, 2. … Je ne puis concevoir Qu'un esprit jusque-là se laisse décevoir, Corneille, Médée, I, 1. Notre raison est toujours déçue par l'inconstance des apparences, Pascal, dans COUSIN. … Que vois-je, justes dieux ! Cette bague en son doigt déçoit-elle mes yeux ? Rotrou, Bélis. III, 2. Madame, c'est Araspe, ou mon œil me déçoit, Tristan, Panthée, II, 2. Mais l'ouvrier vous a déçus ; Il avait liberté de feindre ; Avec plus de raison nous aurions le dessus, Si mes confrères [les lions] savaient peindre, La Fontaine, Fabl. III, 10. Par quelle trahison le cruel m'a déçue ! Racine, Iphig. V, 3. Cruelle, quand ma foi vous a-t-elle déçue ? Racine, Phèd. I, 3.
  • 2Se décevoir, v. réfl. S'abuser soi-même. Si je ne me déçois, ce mal te vient d'aimer, Régnier, Dial. Plusieurs de sorte se déçoivent En l'examen de ce qu'ils sont, Qu'ils se cherchent en ce qu'ils font, Sans même qu'ils s'en aperçoivent, Corneille, Imit. I, 14. Oui, mon esprit s'était déçu, Corneille, Cid, I, 9.

REMARQUE

Dans décevoir et les autres mots de cette famille, la prononciation met plutôt un accent grave qu'un aigu.

HISTORIQUE

XIIe s. N'est pas amours dont on se peut mouvoir, Ne cil amis qui en nule maniere La [l'amour] bée à decevoir, Couci, XVIII. Ou cil qui prie adès pour decevoir, ib. X. Dedenz quart jur après vint à Senz saint Thomas ; à l'ostel s'en ala : car de l'errer ert las ; à ses clers prist conseil, qui nel deçurent pas, Th. le mart. 57. Willames de Pavie e Jocelins i fu De Naples, qui al rei se sunt del tut tenu, E l'arcevesque eüssent volentiers deçeü, ib. 104. Mais Deus ne li a pas duné si grant poveir, Que ses pechiez nel pusse cum humme deceveir, ib. 30. Ire e malveis conseil unt le rei deceü, Qui l'unt vers le saint humme issi fort commeü, ib. 39. Guardez que Ezechias ne vus deceive, kar il ne vus purrad pas defendre vers mei, Rois, 409. Dun ne sez que pur ço i vint, qu'il te deceust et seust tes privetez e quanques tu fais, ib. 171.

XIIIe s. Comment Berte as grans piés a esté deceüe, Berte, CII. Ignaurès, nous as bien dechutes, Tant com en sommes aperchutes, Lai d'Ignaur. Par le trop aller [il] fut dechus, Et engigniés et percheüs [aperçu], ib. Tretout ausinc vous dis pour voir [vrai], Que li cristal, sans decevoir, Tout l'estre du vergier accusent à ceus qui dedens l'iaue musent, la Rose, 1568. Cis mireors m'a deceü ; Se j'eüsse avant cogneü Quex sa force ert et sa vertu, Ne m'i fusse jà embatu [précipité], ib. 1617. Cist portier, c'est chose seüre, Sunt de si piteuse nature Que se vos dons daignent reçoivre, Il ne vous vodront pas deçoivre, ib. 7554. Li tiers est dolor du lessier, Si cum ge t'ai dit ci-devant, Malement se vont decevant, ib. 5220. Si sachiés que cis font bone uevre, Qui les deceveors deçoivent, ib. 7381. Et il me dit que il me decevoient, Joinville, 194.

XIVe s. En ces icy pourroient estre plusieurs deceus et es autres nul ou pou, Oresme, Eth. IIII. Les malvès, qui sont plusieurs, sont deceus en jugeant quelle chose est bien à faire ou malvaise et à lessier, Oresme, ib. 71.

XVe s. Adonc se tint pour deçu messire Hue de Cavrelée, Froissart, II, II, 212. Et quand on avoit ainsi couru demie lieue ou plus et on venoit au lieu dont ce hutin ou cri naissoit, on se trouvoit deçu ; car ce avoient esté cerfs ou biches qui s'esmouvoient et fuyoient…, Froissart, I, I, 37. Et quand les Anglois entendirent ce, ils eurent conseil, et virent bien qu'ils estoient deçus en leurs cuiders, Froissart, I, I, 44. Plusieurs seigneurs… sont enclins à leur profit et ne regardent mie loyaument… fors à avoir la mise, et ce les deçoit, Froissart, II, II, 52. Je periray ; c'est ce pour quoi je crie, Quant nulz ne veut fors l'autre decevoir, Deschamps, Complainte de la France. Lors se tint à deçeu du mariage de sa fille, qu'il faisoit appeller madame la daulphine, Commines, V, 18.

XVIe s. Brief ce monde est une deception, Qui nous deçoit sous un très plaisant masque, Marot, I, 304. Il s'ensuit qu'ils ont esté deceus en erreur, Calvin, Instit. 24. Celui qui considere tels faits legerement, et les applique sans jugement, se deçoit, Lanoue, 89. Mais ce n'est mie à l'homme grand trofée, De decevoir un cœur desjà deceu, Ronsard, 947. Ainsin, estant toutes choses subjectes à passer d'un changement en aultre, la raison, y cherchant une reelle subsistance, se trouve deceue, Montaigne, II, 376.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « décevoir »

(XIIe siècle) Du latin dēcipere devenu *dēcipēre en latin populaire ; → voir concevoir et recevoir.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. decebre ; anc. espagn. decebir ; du latin decipere, de de, et capere, prendre (voy. CAPTIF). L'ancien français a deux formes pour ce verbe, deçoivre et decevoir ; la première, ainsi que le provençal decebre, est régulièrement tirée du latin decipere, qui a l'accent sur ci ; la seconde est irrégulière, supposant un verbe decipēre, ou, comme l'espagnol decebir, decipīre.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « décevoir »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
décevoir desœvwar

Évolution historique de l’usage du mot « décevoir »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « décevoir »

  • La faculté de s'aveugler et de se décevoir est la base de tout bonheur, sinon de toute vie. De François Moreau / Les carnivores
  • Toujours prompte à nous décevoir, notre imagination nous perd tout-à-fait dès qu'un être cher la domine. De François Moreau / Les Carnivores
  • Les idéals ayant un penchant si irrésistible à nous décevoir, c’est sagesse que d’en avoir plusieurs. De Henry de Montherlant / Service inutile
  • Pourquoi nous retirer et abandonner la partie, quand il nous reste tant d'êtres à décevoir ? De Emil Michel Cioran / Syllogismes de l’amertume
  • Il y a un devoir envers le public : celui de ne pas le décevoir. De Christian Boltanski / Evene.fr - Octobre 2007
  • Il est dans l'ordre des choses que nous soyons déçus, comme nous-mêmes, nous passons notre vie à décevoir ceux qui ont mis leur foi en nous... De Gilbert Choquette / La défaillance
  • L’excès d’orgueil est un péché courant, mais un homme peut aussi bien décevoir la volonté de Dieu par un excès d’humilité. De Ken Follett / Les Piliers de la terre
  • Il y a ceux qui me croient plus jeune ; il y a ceux qui m'espèrent plus vieux. Aussi je ne dis jamais mon âge de crainte de décevoir les uns et les autres. De Jérôme Touzalin / Le Pommier
  • Les questions les plus belles sont celles qui n’appellent aucune réponse, les plus beaux serments ceux qu’aucune réalité ne viendra jamais décevoir. De Didier Le Pêcheur / Les Hommes immobiles
  • Mais en plaçant ce « serviteur de l’Etat » – il a notamment déclaré, lors de sa prise de fonctions, que « le service de l’Etat doit prévaloir sur tout » – à Matignon, alors que certains espéraient une figure de l’écologie ou un poids lourd politique, Emmanuel Macron ne risque-t-il pas de décevoir ? Les députés LREM ne se sont pas empressés de répondre à nos sollicitations ce vendredi. « Je ne le connais pas, désolé », élude ainsi un député LREM influent. « Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’on ne l’a pas souvent entendu parler d’écologie avant ce jour… », déplore sur Twitter le député ex-LREM Matthieu Orphelin, proche de Nicolas Hulot. , Gouvernement : Avec Jean Castex à Matignon, Emmanuel Macron reprend les rênes

Traductions du mot « décevoir »

Langue Traduction
Anglais disappoint
Espagnol decepcionar
Italien delude
Allemand enttäuschen
Chinois 辜负
Arabe يخيب
Portugais decepcionar
Russe подкачал
Japonais がっかりさせる
Basque huts egin
Corse delusione
Source : Google Translate API

Synonymes de « décevoir »

Source : synonymes de décevoir sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « décevoir »

Partager