Raidir : définition de raidir


Raidir : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

RAIDIR, ROIDIR, verbe

I. − Empl. trans.
A. −
1. Rendre raide, priver de souplesse. Synon. ankyloser, contracter, figer.Être raidi de courbatures; le froid avait raidi ses membres. Elle le frictionnait sans relâche, avec une foi entêtée, sans même sentir la crampe qui peu à peu raidissait son bras (Zola, Joie de vivre,1884, p. 1101).Une vache pissait en voussant le dos, en raidissant la queue, dans une posture qui déclenchait le rire (Montherl., Bestiaires,1926, p. 488).
Part. passé adj. Son front pâle, ses membres glacés et roidis, déchirent l'âme de Mathilde (Cottin, Mathilde,t. 4, 1805, p. 256).La tête en arrière, par-dessus le dossier du trône, − blême, raidie, les lèvres ouvertes, − et ses cheveux dénoués pendaient jusqu'à terre (Flaub., Salammbô,t. 2, 1863, p. 165).
Qqn raidit qqc.Tendre énergiquement (un objet souple, un cordage). Raidir un câble; raidir un fil de fer avec un raidisseur:
À peine fûmes-nous à bord que des rafales isolées tombèrent de la montagne; l'une d'elles fut si violente et soudaine que le bateau raidissant sa chaîne cassa ses bosses... Charcot, Mer Groënland,1929, p. 142.
MAR. ,,Reprendre le mou d'une manœuvre dormante ou remplissant la même fonction`` (Merrien 1958). Raidir les haubans, les amarres. Au passif. Pas une écoute qui ne fût consciencieusement raidie! (Verne, Tour monde,1873, p. 117).
2. Empl. pronom. Devenir raide.
a) Qqn se raidit.Le lieutenant cria de chercher un médecin, seulement comme le hussard se roidissait et rouvrait les yeux, il reconnut que ce brave venait de rendre son âme (Erckm.-Chatr., Hist. paysan,t. 2, 1870, p. 202).
b) Qqc. se raidit.La crise se déroule alors d'une façon toujours identique et l'on peut décrire: − une phase de contraction généralisée durant environ une demi-minute; les membres se raidissent, les mâchoires se contracturent (Quillet Méd.1965, p. 334).
B. − Au fig.
1. Rendre plus intransigeant, durcir. L'état du marché de la main-d'œuvre raidit ou assouplit la résistance patronale et agit inversement sur la détermination des salariés (Reynaud, Syndic. en Fr.,1963, p. 141).
Empl. pronom. César se sentait haï, et se roidissait d'autant plus (Michelet, Hist. romaine,t. 2, 1831, p. 278).Les autres, obstinés dans leur foi « pétainiste », se raidirent dans une attitude si intolérante à l'égard de tout et de tous qu'ils se retrouvèrent finalement solitaires (Ambrière, Gdes vac.,1946, p. 136).
2.
a) Rendre plus assuré, plus fort, dans une attitude de résistance. Synon. affermir, durcir.Raidir son âme contre l'adversité. Le trac surmonté raidissait mon attitude, me rendait cassant et dur comme le verre (Arnoux, Chiffre,1926, p. 142).
b) Empl. pronom. Tenir ferme, montrer de la fermeté, du courage. La vie me taille, Heurtebise! Elle fait un chef-d'œuvre. Il faut que je supporte ses coups sans les comprendre. Il faut que je me raidisse. Il faut que j'accepte, que je me tienne tranquille, que je l'aide, que je collabore (Cocteau, Orphée,1927, p. 139).
Se raidir contre.Se raidir contre l'adversité, contre les difficultés. Sa voix se casse, il [mon père] est rouge, ses yeux sont humides, je ne l'avais jamais vu ainsi. Je me raidis contre mon émotion (Aymé, Vaurien,1931, p. 234).
II. − Empl. intrans. Devenir raide.
A. − [Corresp. à raide A 1] Le linge mouillé raidit par la gelée (Ac.).
B. − [Corresp. à raide A 4] [La pente] raidit, hérissée à présent de vignes, rugueuse et grise d'échalas (Ramuz, A. Pache,1911, p. 21).
Prononc. et Orth.: [ʀ εdi:ʀ], [ʀe-], vieilli [ʀwɑ-]. Ac. 1694-1835: raidir; dep. 1878: rai-, roi- (id. ds Littré, Lar. Lang. fr.); Rob. 1985: raide: ,,La var. ancienne roidir est très littéraire dans l'usage moderne``. V. raide. Étymol. et Hist. 1. Ca 1225 part. passé redi « devenu raide » (Pean Gatineau, St Martin, 5343 ds T.-L.); ca 1380 « devenir raide, rigide » (Jean Lefevre, Trad. La Vieille, 152, ibid.); 2. xives. trans. « faire se raidir, faire se tendre » (Testament de Jean de Meun, ms. Bibl. Nat. fr. 12483 [anc. 1132 Suppl. fr.] ds Nouv. Rec. Fabliaux, éd. A. Jubinal, t. 2, p. 175, notes); 3. 1538 pronom. (Est., p. 386, s.v. intendo: se ad firmitatem intendere, se roidir). Dér. de raide*; dés. -ir. Fréq. abs. littér.: 321.
DÉR.
Raidisseur, -euse, adj. et subst. masc.a) Adj. Qui sert à raidir. L'isolation de la coque et la couverture du toit étant réalisées de façon à se trouver à la hauteur des éléments de rive, la coque semble avoir l'épaisseur des éléments raidisseurs de rive (Joedicke, Struct. en voiles et coques,1962, p. 244).b) Subst. masc., technol. Pièce ou appareil servant à raidir un coffrage, une charpente, à tendre un câble, un fil de fer. Ils avaient fait venir un serrurier pour les tuteurs, un quincaillier pour les raidisseurs (Flaub., Bouvard,t. 1, 1880, p. 40).Un tube en tôle de 3 mm d'épaisseur muni de raidisseurs (Romanovsky, Mer, source én.,1950, p. 51). [ʀ εdisœ:ʀ], [ʀe-], fém. [-ø:z]. V. raide. 1reattest. 1873 subst. masc. (Tolhausen, Dict. technol. fr.-all.-angl., p. 754 ds Quem. DDL t. 12); de raidir, suff. -eur2*.
BBG. − Notes de lexicogr. critique. Trav. Ling. Litt. Strasbourg. 1986, t. 24, n o1, p. 228.

Raidir : définition du Wiktionnaire

Verbe

raidir \ʁɛ.diʁ\ transitif 2e groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se raidir)

  1. Tendre ou étendre avec force ; rendre raide.
    • A peine fûmes-nous à bord que des rafales isolées tombèrent de la montagne ; l'une d'elle fut si violente et soudaine que le bateau raidissant sa chaîne cassa ses bosses ; le frein du guindeau se rompit ; il fallu mouiller le seconde ancre pour pouvoir le réparer. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Raidissez le bras. — Raidissez la jambe. — Ses membres se raidissent.
    • Il eut bien de la peine à recouvrer l’usage de ses jambes, que le froid avait raidies.
  2. (Intransitif) Devenir raide.
    • Faites raidir les tranches de bacon dans une poêle antiadhésive. Ôtez du feu et laissez refroidir. — (Anne Garnier Carole Dufour, Le nouveau régime booster métabolique : Brûler plus de graisses sans effort, Éditions Leduc.s, 2019)
    • Le linge mouillé raidit par la gelée.
  3. (Pronominal) Se tendre.

Verbe

roidir \ʁwa.diʁ\ transitif ou pronominal 2e groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se roidir)

  1. (Vieilli) Raidir
    • La pierre, trop lourde pour les bras décharnés qui la soutiennent et qu’on sent près de craquer, retombe malgré les efforts du spectre et d’autres petits fantômes qui roidissent simultanément leurs bras d’ombre ; plusieurs sont déjà pris sous la pierre un instant déplacée. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, Charpentier, 1859)
    • « Attention ! » cria Norman, en roidissant l’écoute de manière à présenter l’embarcation debout au vent sous l’action de la barre. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • Au quartier, à l’hôpital, il rencontra les mêmes faces fermées et dures, semblables à celle de son ordonnance, roidie, sortie de l’humanité. — (Isabelle Eberhardt, Le Major,1903)
    • Au moyen de palans je « roidis » les étais et j’amarre le beaupré aussi solidement qu’il est possible sur le pont maintenant rasé à l’avant. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Elle les recevait debout derrière les hommes, aussi grande qu’eux, et plus droite, parce qu’elle se roidissait pour retenir son courage qu’elle sentait la quitter. — (Roger Vercel, En dérive, Albin Michel, 1931, page 42)

Verbe

roidir \Prononciation ?\

  1. Roidir (devenir plus rigide, rendre plus rigide).

Verbe

roidir \ʁwa.diʁ\ transitif ou pronominal 2e groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se roidir)

  1. (Vieilli) Raidir
    • La pierre, trop lourde pour les bras décharnés qui la soutiennent et qu’on sent près de craquer, retombe malgré les efforts du spectre et d’autres petits fantômes qui roidissent simultanément leurs bras d’ombre ; plusieurs sont déjà pris sous la pierre un instant déplacée. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, Charpentier, 1859)
    • « Attention ! » cria Norman, en roidissant l’écoute de manière à présenter l’embarcation debout au vent sous l’action de la barre. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • Au quartier, à l’hôpital, il rencontra les mêmes faces fermées et dures, semblables à celle de son ordonnance, roidie, sortie de l’humanité. — (Isabelle Eberhardt, Le Major,1903)
    • Au moyen de palans je « roidis » les étais et j’amarre le beaupré aussi solidement qu’il est possible sur le pont maintenant rasé à l’avant. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Elle les recevait debout derrière les hommes, aussi grande qu’eux, et plus droite, parce qu’elle se roidissait pour retenir son courage qu’elle sentait la quitter. — (Roger Vercel, En dérive, Albin Michel, 1931, page 42)

Verbe

roidir \Prononciation ?\

  1. Roidir (devenir plus rigide, rendre plus rigide).

Verbe

roidir \ʁwa.diʁ\ transitif ou pronominal 2e groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se roidir)

  1. (Vieilli) Raidir
    • La pierre, trop lourde pour les bras décharnés qui la soutiennent et qu’on sent près de craquer, retombe malgré les efforts du spectre et d’autres petits fantômes qui roidissent simultanément leurs bras d’ombre ; plusieurs sont déjà pris sous la pierre un instant déplacée. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, Charpentier, 1859)
    • « Attention ! » cria Norman, en roidissant l’écoute de manière à présenter l’embarcation debout au vent sous l’action de la barre. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • Au quartier, à l’hôpital, il rencontra les mêmes faces fermées et dures, semblables à celle de son ordonnance, roidie, sortie de l’humanité. — (Isabelle Eberhardt, Le Major,1903)
    • Au moyen de palans je « roidis » les étais et j’amarre le beaupré aussi solidement qu’il est possible sur le pont maintenant rasé à l’avant. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Elle les recevait debout derrière les hommes, aussi grande qu’eux, et plus droite, parce qu’elle se roidissait pour retenir son courage qu’elle sentait la quitter. — (Roger Vercel, En dérive, Albin Michel, 1931, page 42)

Verbe

roidir \Prononciation ?\

  1. Roidir (devenir plus rigide, rendre plus rigide).

Verbe

roidir \ʁwa.diʁ\ transitif ou pronominal 2e groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se roidir)

  1. (Vieilli) Raidir
    • La pierre, trop lourde pour les bras décharnés qui la soutiennent et qu’on sent près de craquer, retombe malgré les efforts du spectre et d’autres petits fantômes qui roidissent simultanément leurs bras d’ombre ; plusieurs sont déjà pris sous la pierre un instant déplacée. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, Charpentier, 1859)
    • « Attention ! » cria Norman, en roidissant l’écoute de manière à présenter l’embarcation debout au vent sous l’action de la barre. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • Au quartier, à l’hôpital, il rencontra les mêmes faces fermées et dures, semblables à celle de son ordonnance, roidie, sortie de l’humanité. — (Isabelle Eberhardt, Le Major,1903)
    • Au moyen de palans je « roidis » les étais et j’amarre le beaupré aussi solidement qu’il est possible sur le pont maintenant rasé à l’avant. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Elle les recevait debout derrière les hommes, aussi grande qu’eux, et plus droite, parce qu’elle se roidissait pour retenir son courage qu’elle sentait la quitter. — (Roger Vercel, En dérive, Albin Michel, 1931, page 42)

Verbe

roidir \Prononciation ?\

  1. Roidir (devenir plus rigide, rendre plus rigide).

Verbe

roidir \ʁwa.diʁ\ transitif ou pronominal 2e groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se roidir)

  1. (Vieilli) Raidir
    • La pierre, trop lourde pour les bras décharnés qui la soutiennent et qu’on sent près de craquer, retombe malgré les efforts du spectre et d’autres petits fantômes qui roidissent simultanément leurs bras d’ombre ; plusieurs sont déjà pris sous la pierre un instant déplacée. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, Charpentier, 1859)
    • « Attention ! » cria Norman, en roidissant l’écoute de manière à présenter l’embarcation debout au vent sous l’action de la barre. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • Au quartier, à l’hôpital, il rencontra les mêmes faces fermées et dures, semblables à celle de son ordonnance, roidie, sortie de l’humanité. — (Isabelle Eberhardt, Le Major,1903)
    • Au moyen de palans je « roidis » les étais et j’amarre le beaupré aussi solidement qu’il est possible sur le pont maintenant rasé à l’avant. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Elle les recevait debout derrière les hommes, aussi grande qu’eux, et plus droite, parce qu’elle se roidissait pour retenir son courage qu’elle sentait la quitter. — (Roger Vercel, En dérive, Albin Michel, 1931, page 42)

Verbe

roidir \Prononciation ?\

  1. Roidir (devenir plus rigide, rendre plus rigide).

Verbe

roidir \ʁwa.diʁ\ transitif ou pronominal 2e groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se roidir)

  1. (Vieilli) Raidir
    • La pierre, trop lourde pour les bras décharnés qui la soutiennent et qu’on sent près de craquer, retombe malgré les efforts du spectre et d’autres petits fantômes qui roidissent simultanément leurs bras d’ombre ; plusieurs sont déjà pris sous la pierre un instant déplacée. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, Charpentier, 1859)
    • « Attention ! » cria Norman, en roidissant l’écoute de manière à présenter l’embarcation debout au vent sous l’action de la barre. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • Au quartier, à l’hôpital, il rencontra les mêmes faces fermées et dures, semblables à celle de son ordonnance, roidie, sortie de l’humanité. — (Isabelle Eberhardt, Le Major,1903)
    • Au moyen de palans je « roidis » les étais et j’amarre le beaupré aussi solidement qu’il est possible sur le pont maintenant rasé à l’avant. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Elle les recevait debout derrière les hommes, aussi grande qu’eux, et plus droite, parce qu’elle se roidissait pour retenir son courage qu’elle sentait la quitter. — (Roger Vercel, En dérive, Albin Michel, 1931, page 42)

Verbe

roidir \Prononciation ?\

  1. Roidir (devenir plus rigide, rendre plus rigide).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Raidir : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RAIDIR. (Quelques-uns écrivent et même prononcent Roidir.) v. tr.
Tendre ou étendre avec force, rendre raide. Raidissez le bras. Raidissez la jambe. Il eut bien de la peine à recouvrer l'usage de ses jambes, que le froid avait raidies. Ses membres se raidissent. Il s'emploie aussi intransitivement et signifie Devenir raide. Le linge mouillé raidit par la gelée.

SE RAIDIR signifie Se tenir ferme. Il faut se raidir contre l'adversité. Se raidir contre les obstacles, contre les difficultés.

Étymologie de « raidir »

Étymologie de raidir - Wiktionnaire

Dérivé de raide avec le suffixe verbal -ir.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « raidir »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
raidir rɛdir play_arrow

Citations contenant le mot « raidir »

  • Oui, mais j’ai beau me raisonner, me roidir, je ne peux plus rester seul chez moi, parce qu’il y est. Je ne le verrai plus, je le sais, il ne se montrera plus, c’est fini cela. Mais il y est tout de même, dans ma pensée. Il demeure invisible, cela n’empêche qu’il y soit. Il est derrière les portes, dans l’armoire fermée, sous le lit, dans tous les coins obscurs, dans toutes les ombres. Si je tourne la porte, si j’ouvre l’armoire, si je baisse ma lumière sous le lit, si j’éclaire les coins, les ombres, il n’y est plus ; mais alors je le sens derrière moi. Je me retourne, certain cependant que je ne le verrai pas, que je ne le verrai plus. Il n’en est pas moins derrière moi, encore. , Guy de Maupassant - Lui ? - Psychanalyse-Paris.com
  • « Ma stratégie était de finir les boucles en 50 minutes environ pour avoir une dizaine de minutes à me ravitailler et me reposer, sans que le muscle n’ait le temps de se raidir. Et par trois fois, j’ai terminé la boucle en moins de 40 minutes pour pouvoir m’allonger et dormir un peu », explique Maxime Gauduin. , Un Nordiste a couru 275 km en 41 heures, quasiment non-stop
  • L'ancien Madrilène a aussi dans l'intervalle fêté ses 35 ans, un âge où les genoux des attaquants "normaux" commencent normalement à grincer et leur dos à se raidir. Les Echos, C1: Ronaldo, 35 ans et toujours géant | Les Echos
  • Pour se coiffer facilement chez soi sans avoir besoin d'aller prendre rendez-vous chez le coiffeur, il existe un grand nombre d'appareils que vous pouvez acquérir. Parmi eux, le lisseur pour cheveux. Comme son nom l'indique, il va vous permettre de raidir vos cheveux, ou bien de leur donner la forme que vous souhaitez. Il est très facile à utiliser et rencontre un très grand succès. Très répandus sur le marché, les fers à lisser vont pouvoir avoir des plaques dans diverses matières, tandis que les températures de chauffe peuvent également varier. D'un modèle à l'autre, les options seront différentes, ainsi que les prix. Afin de vous aider à trouver le meilleur lisseur pour cheveux selon vos besoins et votre nature de cheveux, voici une sélection de plusieurs modèles. Remington, L'Oréal Professionnel, Dyson, Madame Paris, et bien d'autres, vous pourrez vous faire une bonne idée de l'offre disponible, afin de mieux comprendre les options qui s'offrent à vous. On vous laisse découvrir notre sélection et faire votre choix. leparisien.fr, Quel est le meilleur lisseur cheveux ? - Le Parisien
  • L’édifice ne vit pas le jour d’un coup et vécut au rythme des hésitations et des difficultés de financement. Des fondations délicates à établir, des dimensions colossales et l’énormité de la coupole faillirent compromettre sa stabilité. Malgré un « ferraillage » généralisé censé raidir les maçonneries, des fissures, apparues dès 1778, semblèrent donner raison à ceux qui doutaient de la faisabilité d’un tel projet. En 1806, le renforcement des piles de transept, assuré par l’architecte Jean-Baptiste Rondelet, principal collaborateur de Soufflot depuis 1770 au Panthéon, stabilisa néanmoins l’édifice, achevé, enfin, en 1812. D’autres modifications, liées à des changements d’affectation jusqu’à la fin du XIXe siècle, brouillèrent encore quelque peu l’unité initiale. Il n’empêche : le Panthéon, selon l’architecte Brébion l’Aîné, chef d’agence de Soufflot, « réunit (toujours), sous une des plus belles formes, la légèreté des édifices gothiques et la magnificence de l’art grec ». Connaissance des Arts, Soufflot et le renouveau néoclassique : le Panthéon, le chantier d'une vie | Connaissance des Arts
  • Pour la marinade, mélanger le sucre restant, la sauce soja, le vinaigre de riz, le mirin et le piment béarnais. Rincer les filets de maquereaux sous l’eau froide, éponger et mettre à mariner dans le mélange précédent pendant environ 1 H. Egoutter et passer le chalumeau côté peau pour raidir légèrement le maquereau. Europe 1, Concombres en gelée

Images d'illustration du mot « raidir »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « raidir »

Langue Traduction
Corse stiffen
Basque stiffen
Japonais 硬化する
Russe жестче
Portugais endurecer
Arabe تصلب
Chinois 变硬
Allemand versteifen
Italien irrigidirsi
Espagnol endurecer
Anglais stiffen
Source : Google Translate API

Synonymes de « raidir »

Source : synonymes de raidir sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « raidir »


Mots similaires