Progrès : définition de progrès


Progrès : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

PROGRÈS, subst. masc.

A. −
1.
a) Vx. Mouvement en avant. Synon. progression.Le progrès du soleil (Ac.).Les enfants sur les plages s'amusent des relatifs progrès des vagues (Gide,Journal, 1896, p.92).
− Domaine milit.Marche en avant; avantage remporté à la guerre. Arrêter le progrès d'un ennemi (Ac.).
b) Fait de gagner du terrain. Synon. propagation.Progrès de la sécheresse, de l'incendie, de la désertification, d'une épidémie. Les désastreux progrès de l'érosion des sols sur les pentes parfois infimes des plaines américaines semblent avoir donné raison aux tenants des champs perpendiculaires à la pente (Meynier,Paysages agraires, 1958, p.92).
c) Au fig. Évolution. Il y a progrès continuel du genre humain vers la vérité, et triomphe incessant de la lumière sur les ténèbres (Proudhon,Propriété, 1840, p.142).
2. Accroissement quantitatif ou intensif d'un phénomène. Les progrès démographiques auraient progressivement multiplié les quartiers les plus petits (Meynier,Paysages agraires, 1958, p.156).
En partic. Progrès d'un fléau, de la mort (ou autres subst. du même parad.). Même sens. La pâleur livide du visage (...) annonce les progrès de l'asphyxie (Bretonneau,Inflamm. tissu muqueux, 1826, p.305).Tous les efforts que vous ferez pour résister ne serviront qu'à accélérer les progrès du mal (Baudel.,Paradis artif., 1860, p.336).Il est vrai que très peu d'animaux tuberculeux succombent aux progrès de la maladie (Nocard,Tubercul. bovine, 1903, p.5).
B. −
1. Processus évolutif orienté vers un terme idéal. Synon. amélioration, avancement, développement, perfectionnement.Être à la pointe du progrès, en voie de progrès; progrès indéfini de l'homme; progrès moral, spirituel; progrès des lettres, des lumières. Esquisse d'un tableau historique des progrès de l'esprit humain (titre de Condorcet, 1794). Les progrès considérables de la médecine permettant de lutter avec efficacité contre la mort (Tiers Monde, 1956, p.170).V. dogme ex. de Sorel:
1. Nous n'avons pas davantage à nous arrêter à une autre cause du progrès de l'irréligion, souvent mise en avant depuis Voltaire, à savoir le progrès des lumières et des sciences. Théol. cath.t.4, 11920, p.761.
SYNT. Progrès évident, marquant, rapide, sensible, sérieux, tangible; accomplir, constater, enregistrer, réaliser, remarquer, observer des progrès.
Progrès technique. ,,Amélioration des moyens de production, grâce surtout au perfectionnement des machines et à la mécanisation du travail`` (Foulq. Sc. soc. 1978). Le progrès technique consiste à épargner à l'artisan le plus possible de travail manuel (Lowie,Anthropol. cult., trad. par E. Métraux, 1936, p.147).Si le développement industriel au XIXesiècle a fortement contribué à prolétariser le monde ouvrier, le progrès technique est aujourd'hui un facteur considérable de progrès humain (Univers écon. et soc., 1960, p.52-8).
Progrès économique, social. [La tendance] qui porte à rechercher l'accord plus que la lutte ou, du moins, la coopération pratique, en dépit des inévitables controverses d'opinions, entre toutes les forces spirituelles vivantes, pour le bien commun des âmes, pour le progrès social (Weill,Judaïsme, 1931, p.200).Le progrès social n'est pas la cause du progrès économique mais sa conséquence. Tel est le principe que Karl Marx a aperçu le premier et dont il a bien marqué l'importance (Fourastié,Gd espoir du XXes., 1969, p.324).V. dogme ex. de Sorel.
2. Le plus souvent au plur. Perfectionnement des connaissances, en particulier scolaires. Céleste est en grands progrès (Flers, Caillavet,M. Brotonneau, 1923, iii, 1, p.19).[Le maître d'étude] contribue largement au succès de l'enfant, à ses progrès et à sa formation (Encyclop. éduc., 1960, p.133):
2. Nous étions du même âge mental: j'avais sept ans et je savais lire, il en avait douze et ne savait pas parler. On disait qu'il était à ses débuts, qu'il avait des progrès à faire... Sartre,Mots, 1964, p.100.
Locutions
(Il) y a du progrès (fam.). ,,Cela va mieux`` (Rob.).
Faire des progrès à l'envers. ,,Être moins compétent, régresser dans ses connaissances`` (Rey-Chantr. Expr. 1979).
C. − Absol. [Comme mot de civilisation, le plus souvent avec une majuscule] Évolution de l'humanité vers un terme idéal. Anton. décadence, régression.Mythe du progrès. Mais à aucune époque de la civilisation le Progrès n'implique une métamorphose comme celles qu'on rêvées les faiseurs d'utopie (Proudhon,Syst. contrad. écon., t.1, 1846, p.372).Ce jour-là vous adopterez (...) comme point de départ absolu et nécessaire du Progrès, l'enseignement gratuit et obligatoire (Hugo,Corresp., 1864, p.473).La situation économique, richesse ou pauvreté, est l'un des grands ressorts de la vie dont elle détermine le mouvement dans le sens du progrès ou de la régression (Le Corbusier,Charte Ath., 1957, p.4):
3. L'apparition d'une ou de plusieurs industries change, dit-on couramment, l'«atmosphère» d'une époque, crée un «climat» favorable à la croissance et au progrès. Perroux,Écon. XXes., 1964, p.148.
POL. Homme(s), gens de progrès (ou autres subst. du même parad.). Personne ouverte aux idées de progrès. Libéral, républicain de progrès. En somme, les radicaux sont gens de progrès (A. Gayet de Bonneville ds Hugo, Actes et par., 2, 1875, p.14).Lorsqu'il se produit une grève, c'est bien autre chose: les bonnes âmes du pays, les gens de progrès et les amis de la République se mettent à discuter la question de savoir qui des deux parties a raison (Sorel,Réflex. violence, 1908, p.84):
4. La réputation de ce livre inspire un tel effroi que, si vous en parlez même aux femmes «dites du progrès», elles vous répondront avec un mouvement d'horreur: −Oh! c'est un très mauvais livre! Fl. Tristan, Promenades dans Londresds OEuvres et vie mêlées, Paris, [éd.] Desanti, 1973 [1839], p.54.
Expr. [Pour exprimer qu'un processus ne peut être stoppé] On n'arrête pas le progrès (Lar. Lang. fr.).
Prononc. et Orth.: [pʀ ɔgʀ ε]. Ac. 1694, 1718: -grés; dep. 1740: -grès. Étymol. et Hist.1. a) 1546 «développement, avancement dans une action» (Rabelais, Le Tiers Livre, XXV, éd. M. A. Screech, p.185); spéc. au plur. 1616 «suite de succès militaires» (D'Aubigné, Les Tragiques, éd. E. Réaume et De Caussade, t.4, p.231); b) 1611 «mouvement en avant dans l'espace» (Cotgr.); 2. 1564 «accroissement par degré, amélioration» (Thierry: faire de grands progretz); 1651 «avancement dans l'affection de quelqu'un» (Corneille, Nicomède, III, 3); 3. 1588 «transformation graduelle vers le mieux» (Montaigne, Essais, II, 12, éd. P. Villey et V.-L. Saulnier, p.497: le progrez de ses estudes); 1644 philos. progrès à l'infini (Descartes, Méditations, III, 21 ds Littré); 4. 1757 «mouvement en avant de la civilisation vers un état de plus en plus florissant» (Mirabeau, Popul., p.240 cité ds Brunot t.6, p.110, note 1). Empr. au lat. progressus «marche en avant; développement des choses; accroissement», dér. de progredior «aller en avant». Fréq. abs. littér.: 5560. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 8835, b) 8033; xxes.: a) 6608, b) 7827. Bbg. Dub. Pol. 1962, p.385. _ Maulnier (Th.). Le Sens des mots. Paris, 1976, pp.183-184. _ Thiele (J.). Bemerkungen zum gesellschaftspolitischen Wortschatz... Beitr. rom. Philol. 1981, t.20, p.291. _ Vardar Soc. pol. 1973 [1970], p.294.

Progrès : définition du Wiktionnaire

Nom commun

progrès \pʁɔ.ɡʁɛ\ masculin, singulier et pluriel identiques

  1. (Absolument) Mouvement en avant de la civilisation, en général ou dans un de ses domaines particuliers.
    • La situation économique, richesse ou pauvreté, est l’un des grands ressorts de la vie dont elle détermine le mouvement dans le sens du progrès ou de la régression — (Le Corbusier, La Charte d' Athènes, Plon, 1943 ; Seuil, Points Essais, 1971, page 4.)
    • Des omnibus automobiles détrônèrent les omnibus à chevaux, et les fraises du Kent elles-mêmes adoptèrent la traction mécanique pour se rendre à Londres, la nuit, et ajoutèrent à leur saveur naturelle les parfums du Progrès— (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910)
    • – Leur Progrès, comme ils disent, ça marche, — déclara M. Tom Smallways, — ça marche, et l'on se demande comment ça peut toujours marcher— (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910)
    • […]: l’économie productive faisait de grands progrès et ces progrès étaient tels que vers 1780 tout le monde croyait au dogme du progrès indéfini de l'homme. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence Chap.II, La décadence bourgeoise et la violence, 1908)
    • La première zone, je la situe dans la montagne : là, jusqu'à présent, l'éloignement, la difficulté des communications, le retard de ce qu'on appelle le progrès et, il faut le dire loyalement, une persistance plus grande du sentiment religieux ont perpétué les mœurs de bon vieux temps. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Le progrès avait parcouru la terre à une allure invincible, croyait-on, pour ne jamais plus à présent trouver le repos. Pendant plus de trois siècles, la longue diastole, régulièrement accélérée, de la civilisation occidentale s’était étendue de toutes parts à travers le globe : […]. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 393 de l’éd. de 1921)
    • De toutes les villes du département du Nord, Douai est, hélas ! celle qui se modernise le plus, où le sentiment innovateur a fait les plus rapides conquêtes, où l’amour du progrès social est le plus répandu. — (Honoré de Balzac, La Recherche de l’Absolu, 1834)
  2. Avancement, mouvement en avant.
    • […]: l'économie productive faisait de grands progrès et ces progrès étaient tels que vers 1780 tout le monde croyait au dogme du progrès indéfini de l'homme. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence Chap.II, La décadence bourgeoise et la violence, 1908)
    • Le progrès du soleil dans l’écliptique.
    • Le progrès journalier du soleil.
    • Arrêter le progrès, les progrès du feu, de l’incendie.
    • L’inondation fait à chaque instant de nouveaux progrès.
  3. (Figuré) Toute sorte d’avancement, d’augmentation en bien ou en mal.
    • Empêcher les progrès d’une maladie.
    • Il a fait de grands progrès dans ses études.
    • Tous les enfants savent qu’ils progressent. D’ailleurs on ne leur permet pas de l’ignorer : « Des progrès à faire, en progrès, progrès sérieux et réguliers… » — (Jean-Paul Sartre, Les mots, 1964, collection Folio, page 197.)
    • Faire du progrès, des progrès dans les bonnes grâces de quelqu’un, dans la vertu, dans la piété.
    • Il fit de grands progrès auprès du prince.
    • La religion catholique fit de grands progrès dans ces contrées.
    • Les sciences ont fait de grands progrès dans ce siècle.
    • Cette circonstance a suspendu, ralenti, arrêté le progrès de la civilisation, le progrès des lumières.
    • Je remarque un grand progrès dans l’intelligence, dans l’instruction de cet enfant.
    • Je m’intéresse aux progrès de cet écolier.
  4. Suite d’avantages remportés à la guerre.
    • Mais les assiégés ont contre-miné pour arrêter les progrès des mineurs ennemis et ont remparé la moitié de la barbacane restée debout. — (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
    • Arrêter les progrès des ennemis.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Progrès : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PROGRÈS. n. m.
Avancement, mouvement en avant. Le progrès du soleil dans l'écliptique. Le progrès journalier du soleil. Arrêter le progrès, les progrès du feu, de l'incendie. L'inondation fait à chaque instant de nouveaux progrès. Il se dit, particulièrement, d'une Suite d'avantages remportés à la guerre. Arrêter les progrès des ennemis.

PROGRÈS se dit figurément de Toute sorte d'avancement, d'augmentation en bien ou en mal. Empêcher les progrès d'une maladie. Il a fait de grands progrès dans ses études. Faire du progrès, des progrès dans les bonnes grâces de quelqu'un, dans la vertu, dans la piété. Il fit de grands progrès auprès du prince. La religion catholique fit de grands progrès dans ces contrées. Les sciences ont fait de grands progrès dans ce siècle. Cette circonstance a suspendu, ralenti, arrêté le progrès de la civilisation, le progrès des lumières. Je remarque un grand progrès dans l'intelligence, dans l'instruction de cet enfant. Je m'intéresse aux progrès de cet écolier. Il se dit absolument du Mouvement en avant de la civilisation. L'idée de progrès chère au dix-huitième siècle. Nier le progrès. Ce philosophe admet une loi du progrès.

Progrès : définition du Littré (1872-1877)

PROGRÈS (pro-grê ; l's se lie : un pro-grê-z incessant) s. m.
  • 1Mouvement en avant. Le progrès du soleil dans l'écliptique. Les progrès d'un incendie. Le Rhin, tranquille et fier du progrès de ses eaux, Boileau, Ép. IV.
  • 2Il se dit de ce qui avance dans le temps, de ce qui se développe. Tout ce qui se perfectionne par progrès périt aussi par progrès, Pascal, Pens. XXIV, 96 bis, édit. HAVET. Il [l'homme], est dans l'ignorance au premier âge de sa vie ; mais il s'instruit sans cesse dans son progrès, Pascal, Fragm. sur le vide. Dieu a voulu faire et marquer l'ébauche de son ouvrage… et, après avoir fait d'abord comme le fond du monde, il en a voulu faire l'ornement avec six différents progrès, qu'il a voulu appeler six jours, Bossuet, Élévat. sur myst. III, 5. Dans le progrès de l'âge, Bossuet, Déf. tradit. commun. II, 31. Le poëme tragique vous serre le cœur dès son commencement, vous laisse à peine dans tout son progrès la liberté de respirer, et le temps de vous remettre, La Bruyère, I. Heureux progrès des ans ! Que son port est plus fier, ses traits plus imposants ! Delavigne, Paria, III, 4.
  • 3 Terme de philosophie. Progrès à l'infini, opinion de ceux qui considèrent les causes comme formant une série indéfinie, sans arriver à une cause dernière et suprême. Et il est très manifeste qu'en cela [la cause qui a produit l'homme être pensant] il ne peut y avoir de progrès à l'infini, vu qu'il ne s'agit pas tant ici de la cause qui m'a produit autrefois comme de celle qui me conserve présentement, Descartes, Médit. III, 21. Supposer un progrès de causes à l'infini, c'est n'en point supposer du tout, Rousseau, Ém. IV.
  • 4Suite de succès militaires et autres. Sans faire passer les choses pour autres qu'elles ne sont, les seuls progrès que nous avons faits cette année, nous sont venus par votre moyen, Voiture, Lett. 82. Il ne faut point douter que des commencements si merveilleux ne soient soutenus par des progrès encore plus étonnants, Corneille, Poly. à la reine régente. L'éclat d'une fortune et le cours d'une vie Par qui l'Empire fait de si fameux progrès, Rotrou, Bélis. III, 5. Cromwell signa un traité avec les Espagnols, qui, assistés de ses forces et profitant de nos désordres, prirent la même année Graveline et Dunkerque, et firent plusieurs autres progrès, Pellisson, Hist. de Louis XIV, I, 1662. Lui seul peut arrêter les progrès d'Alexandre, Racine, Alex. I, 1.
  • 5Toute sorte d'augmentation, d'avancement en bien. Il fait des progrès dans ses études. Ce parfait et divin amour Les avançait de jour en jour en ces progrès d'esprit où la vertu s'excite, Corneille, Imit. I, 18. Le grand progrès spirituel N'est pas un goût continuel Des sensibles attraits dont elle [la grâce] te console, Corneille, ib. III, 7. Non-seulement chacun des hommes s'avance de jour en jour dans les sciences, mais tous les hommes ensemble y sont en continuel progrès, à mesure que l'univers vieillit, Pascal, Fragm. sur le vide. Je suis charmé des progrès qu'un petit nombre d'auteurs a donnés à notre poésie, Fénelon, t. XXI, p. 278. Si des intelligences supérieures à l'homme ont aussi un progrès de connaissances, elles volent tandis que nous rampons, Fontenelle, Newton. Une des plus agréables histoires, et sans doute la plus philosophique, est celle des progrès de l'esprit humain, Fontenelle, Gallois. C'est déjà avoir fait un grand progrès que de souhaiter d'en faire, Rollin, Traité des Ét. VI, chap. I, 1re part. I, 6. Conséquences du progrès nécessaire et indéfini de la raison humaine, malgré les interruptions des guerres, L'Abbé de Saint-Pierre, Œuv. t. XV, p. 100. La raison a fait plus de progrès en vingt années que le fanatisme n'en avait fait en quinze cents ans, Voltaire, Lett. duc de Bouillon, 22 déc. 1767. Les progrès [de la civilisation], quoique nécessaires, sont entremêlés de décadences fréquentes par les événements et les révolutions qui viennent les interrompre, Turgot, Ébauche du 2e disc. progrès de l'esprit humain, p. 265. Souvent une chose qui demande moins de génie qu'une autre, exige plus de progrès dans la masse totale des hommes, ID. ib. p. 275. Je dirais volontiers du Pergolèse comme Cicéron disait d'Homère, que c'est avoir déjà fait beaucoup de progrès dans l'art que de se plaire à sa lecture, Rousseau, Lett. sur la mus. franç. Les philosophes auraient suppléé à l'impuissance où nous sommes, pour la plupart, de nous étudier nous-mêmes, s'ils nous avaient laissé l'histoire des progrès de leur esprit, Condillac, Art de penser, II, 3. L'invention et les progrès des sciences sont de la même nature ; ces progrès ne sont que l'invention renouvelée, Bailly, Hist. astr. anc. p. 19.
  • 6Il se dit en mauvaise part, de ce qui s'aggrave, de ce qui empire. Les progrès continuels de la maladie. Un si grand mal faisait des progrès étranges, Bossuet, Hist. II, 2. Il [Dieu] détermine dans sa sagesse profonde les limites qu'il veut donner aux malheureux progrès de l'erreur et aux souffrances de son Église, Bossuet, Reine d'Anglet. Ce progrès en mal dont parle l'apôtre, Bossuet, Rép. aux préjugés, 5.
  • 7 Absolument. Se dit du mouvement progressif de la civilisation, des institutions politiques. Nier le progrès. Être partisan du progrès.
  • 8Avancement dans la faveur, dans l'affection. Les progrès d'un favori dans les bonnes grâces du prince. Vous avez dans son cœur fait de si grands progrès…, Corneille, Nicom. III, 3. Est-ce donc là, madame, Tout le progrès qu'Achille avait fait dans votre âme ? Racine, Iph. III, 6. Passion qui avait fait dans son cœur beaucoup de progrès, Hamilton, Gramm. 9.
  • 9 Terme de musique. Progrès de la fugue, la suite de la fugue, à partir du point où toutes les parties ont fait chacune leur entrée, et où tous les fils du discours musical sont liés ensemble.

HISTORIQUE

XVIe s. Quoyque je ne me contente gueres du progrez que j'y ay faict [dans l'étude de moi-même], Montaigne, II, 60. Nous appellons sauvages les fruicts que nature de soy et de son progrez ordinaire a produicts, Montaigne, I, 234. Et ainsi des autres, comme nous dirons au progrès [par la suite] de ce traité, Paré, XX, 4.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Progrès : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

PROGRÈS, s. m. (Gramm.) mouvement en-avant ; le progrès du soleil dans l’écliptique ; le progrès du feu ; le progrès de cette racine. Il se prend aussi au figuré, & l’on dit, faire des progrès rapides dans un art, dans une science.

Progrès mauvais, (terme de Musique.) on appelle en musique mauvais progrès, quand les notes procedent par des intervalles durs & desagréables à l’oreille. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « progrès »

Étymologie de progrès - Littré

Lat. progressus, marche, de progredi, marcher en avant, de pro, en avant, et gradi, marcher (voy. GRADE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de progrès - Wiktionnaire

Du latin progressus. Progression militaire
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « progrès »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
progrès prɔgrɛ play_arrow

Citations contenant le mot « progrès »

  • D'ordinaire, les choses atroces faites au nom du progrès ne sont en aucune façon un progrès, mais juste des choses atroces. De Russel Baker / Harpers
  • Despote conquérant, le progrès technique ne souffre pas l'arrêt. Tout ralentissement équivalant à un recul, l'humanité est condamnée au progrès à perpétuité. De Alfred Sauvy / Théorie générale de la population
  • Nos progrès en tant que nation dépendront de nos progrès en matière d’éducation. L’esprit humain est notre ressource fondamentale. De John Fitzgerald Kennedy
  • Pour que la loi du progrès existât, il faudrait que chacun voulût la créer ; c'est-à-dire que, quand tous les individus s'appliqueront à progresser, alors, l'humanité sera en progrès. De Charles Baudelaire / Journaux Intimes
  • Croire au progrès ne signifie pas qu’un progrès ait déjà eu lieu. De Franz Kafka
  • Les progrès de l'insomnie sont remarquables et suivent exactement tous les autres progrès. De Paul Valéry / Variété
  • Lorsqu'on crie : "Vive le progrès !", demande toujours : "Le progrès de quoi ?" De Stanislaw Jerzy Lec / Nouvelles pensées échevelées
  • Il ne peut y avoir de progrès véritable qu'intérieur. Le progrès matériel est un néant. De Julien Green / L'oeil de l'ouragan
  • La tradition, c'est le progrès dans le passé ; le progrès, dans l'avenir, ce sera la tradition. De Edouard Herriot / Créer
  • Si le progrès est la loi, la liberté est l'instrument du progrès. De Maurice Schumann
  • Sans progrès, il n’y a pas de paix possible. Sans paix, il n’y a pas de progrès possible. De Kofi Annan
  • Les progrès techniques n’ont pas de conclusion logique dans l’ordre du progrès spirituel. De Pierre André Taguieff
  • Le progrès matériel favorise toutes les autres formes de progrès. De Eugène Cloutier / Croisière
  • Le progrès a encore des progrès à faire. De Philippe Meyer / Les Progrès du progrès
  • La plus haute tâche de la tradition est de rendre au progrès la politesse qu'elle lui doit et de permettre au progrès de surgir de la tradition comme la tradition a surgi du progrès. De Jean d'Ormesson / Réponse au discours de réception à l'Académie française de Madame Yourcenar
  • L'homme raisonnable s'adapte au monde ; l'homme déraisonnable s'obstine à essayer d'adapter le monde à lui-même. Tout progrès dépend donc de l'homme déraisonnable. George Bernard Shaw, Maxims for Revolutionists
  • Un parti d'ordre ou de stabilité et un parti de progrès ou de réforme sont, tous deux, des éléments nécessaires d'une saine condition de vie politique. John Stuart Mill, Sur la liberté, 2 On Liberty, 2
  • Ne pense pas avoir fait le moindre progrès, si tu ne te sens pas inférieur à tous. Geert Groote dit Gérard le Grand, Imitation de Jésus-Christ, II, 2, 12Imitation de Jésus-Christ
  • Le monde, qui baptise du nom de progrès sa tendance à une précision fatale, cherche à unir aux bienfaits de la vie les avantages de la mort. Paul Valéry, Variété, la Crise de l'esprit , Gallimard
  • Les vrais hommes de progrès sont ceux qui ont pour point de départ un respect profond du passé. Ernest Renan, Souvenirs d'enfance et de jeunesse, Préface , Lévy
  • Chaque progrès donne un nouvel espoir, suspendu à la solution d'une nouvelle difficulté. Le dossier n'est jamais clos. Claude Lévi-Strauss, Le Cru et le cuit, Plon
  • Le véritable progrès démocratique n'est pas d'abaisser l'élite au niveau de la foule, mais d'élever la foule vers l'élite. Gustave Le Bon, Hier et demain, Flammarion
  • Ni despotisme ni terrorisme. Nous voulons le progrès en pente douce. Victor Hugo, Les Misérables
  • Le gouvernement est stationnaire, l'espèce humaine est progressive. Il faut que la puissance du gouvernement contrarie le moins qu'il est possible la marche de l'espèce humaine. Benjamin Constant de Rebecque, Réflexions sur les constitutions
  • Le bourgeois ne prétend pas que les choses aillent bien ; tout ce qu'il affirme, c'est qu'elles ne peuvent aller mieux. Emmanuel Berl, Mort de la morale bourgeoise, Gallimard

Images d'illustration du mot « progrès »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « progrès »

Langue Traduction
Corse prugressu
Basque aurrerapena
Japonais 進捗
Russe прогресс
Portugais progresso
Arabe تقدم
Chinois 进展
Allemand fortschritt
Italien progresso
Espagnol progreso
Anglais progress
Source : Google Translate API

Synonymes de « progrès »

Source : synonymes de progrès sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « progrès »



mots du mois

Mots similaires