La langue française

Privé, privée

Sommaire

  • Définitions du mot privé, privée
  • Étymologie de « privé »
  • Phonétique de « privé »
  • Citations contenant le mot « privé »
  • Images d'illustration du mot « privé »
  • Traductions du mot « privé »
  • Synonymes de « privé »
  • Antonymes de « privé »

Définitions du mot « privé, privée »

Trésor de la Langue Française informatisé

PRIVÉ, -ÉE, adj. et subst. masc.

A. − Vieilli. Apprivoisé. Lapin privé. Ils avaient vendu (...) plus de deux cents pigeons-ramiers privés, qui ne voulaient manger que dans la main (Voy. La Pérouse,t.3, 1797, p.191).Elle avait toujours (...) à sa suite un sanglier privé qui remplissait le château de ses grognements (Chateaubr., Mém.,t.1, 1848, p.38).
B. − [P. oppos. à commun, collectif, public]
1. Dont seuls quelques particuliers peuvent faire usage; où le public n'est généralement pas admis. Domicile, quartier, salon privé; porte, route, voie privée; lieux privés; être dans ses appartements privés. C'étaient des contrats avec les propriétaires de rues privées transformées en voies municipales, contrats utiles à la ville dont ils agrandissaient le domaine (Jaurès, Ét. soc.,1901, p.30).
Chemin* privé.
Propriété privée. Les populations de la Grèce et de l'Italie, dès l'antiquité la plus haute, ont toujours connu et pratiqué la propriété privée. On ne trouve pas une époque où la terre ait été commune (Fustel de Coul., Cité antique,1864, p.68).
Empl. subst. masc.
Vieilli. Lieux d'aisances. Il se sent tout à coup, un besoin incommode, fruit de sa peur, sans aucun doute; mais le privé se trouvait dans le corridor, et Giovan n'y fût pas allé, dût-il crever. Nécessité n'a point de loi. Lassé de frétiller d'un pied sur l'autre, le malheureux se soulagea pleinement où il put, aux dépens de son nez (Bourges, Crépusc. dieux,1884, p.315).La réalisation de la gémination est subordonnée à l'existence de certaines conditions qui doivent être préalablement remplies: −affectation à l'école d'un ménage d'instituteurs; −reprise en charge, aux récréations, des garçons par l'instituteur, des filles par l'institutrice; −existence de privés nettement séparés (Encyclop. éduc.,1960, p.100).
[En parlant d'un appartement, d'un bâtiment] Toute cette histoire d'une pairie retrouvée sur un tréteau et d'un bateleur reconnu lord, avait fait éclat à Windsor, dans les privés royaux (Hugo, Homme qui rit,t.3, 1869, p.140).
2. Qui appartient en propre à une ou à plusieurs personnes. Collection, possession privée. Ne croit-on pas raconter un trait de l'âge d'or, si toutefois dans l'âge d'or il y avoit des richesses privées et des impôts publics? (Staël, Allemagne,t.1, 1810, p.279).Ce serait un beau livre à écrire et qui n'épargnerait pas les rois: histoire secrète de la fortune privée des chefs d'État (Barrès, Cahiers,t.7, 1908, p.125).
3. Qui a lieu dans l'intimité, sans public; qui concerne un petit nombre de personnes. Dîner privé; rencontre, réunion, séance privée. Un véritable ami, aux répétitions privées, est un mauvais juge. Il ne nous juge pas du point de vue littéraire ni dramatique: il nous juge du point de vue du succès (Renard, Journal,1902, p.723):
1. Les mères de famille, qui n'ignoraient pas que le nombre de chances de trouver des gendres croissait en raison directe des occasions où leurs filles pouvaient exposer leurs épaules, venaient de se grouper en syndicats. Délibérément, elles renonçaient à se faire une coûteuse concurrence en donnant chacune leurs réceptions privées, et, moyennant des frais minimes, elles recevaient en commun. Martin du G., Devenir,1909, p.142.
Culte* privé. Communion* privée. Conseil* privé. Charte* privée.
Leçon privée. Leçon particulière. [Le médecin] me prescrivit des séances de gymnastique suédoise. Je pris quelques leçons privées avec un grand professeur blond (Beauvoir, Mém. j. fille,1958, p.42).
4. Qui est d'ordre strictement personnel; qui ne concerne pas les autres. Synon. intime, particulier, personnel.Affaire, conversation, correspondance, lettre privée; relation, vengeance privée; qualités, moeurs, situations privées; rendez-vous privé; question, réaction d'ordre privé. La vie intérieure, cette chose privée, cachée, non partageable, non démocratique, est considérée comme un péché par le conservatisme de beaucoup d'éducateurs (Carrel, L'Homme,1935, p.377):
2. −En somme, résuma Maigret, c'est surtout le matin qu'il était dehors. Savez-vous s'il recevait des communications téléphoniques privées? −Cela dépend de ce que vous entendez par privées. Je savais qu'il était correspondant d'un journal de Paris. Il m'avait demandé l'autorisation d'accepter ce poste. Cela lui prenait fort peu de temps, puisque c'étaient les mêmes informations que les nôtres qu'il transmettait... Je lui avais permis de se servir d'une de nos lignes téléphoniques (...). Je n'ai jamais surpris de communication vraiment privée, avec un ami, par exemple... Simenon, Vac. Maigret,1948, p.141.
Vie privée. Anton. vie professionnelle, publique*.On fouille dans ma vie privée. On m'accuse de crimes absurdes. On cherche à m'écraser, il n'y a pas d'autre mot (Duhamel, Combat ombres,1939, p.254).Il y a la vie privée, et elle aussi est importante, et elle aussi a ses devoirs. Une femme, un enfant, les former, les rendre heureux, leur faire traverser ce passage de la vie avec un bonheur qu'ils n'auraient pas eu sans vous, est-ce que, cela aussi, ce n'est pas important? (Montherl., Reine morte,1942, I, 1ertabl., 3, p.147).
Empl. subst. masc. Ce qui fait partie de la vie familiale, personnelle d'un individu, de son intimité; ce qui ne concerne pas les autres. Vivre dans le public et le privé, en redoutant d'être à la merci du voisin, ou acculé à des échanges trop onéreux (Pesquidoux, Livre raison,1928, p.257).Ma vie à moi. C'est du privé, et qui ne regarde personne (Camus, État de siège,1948, 2epart., p.233).
Loc., vieilli. En mon/ton/son propre et privé nom. Pour mon/ton/son compte personnel; personnellement. J'ai combiné dans tout ce récit [de la bataille d'Eylau] les expressions mêmes de Jomini (...). Je ne dis rien en mon propre et privé nom; je borne mon soin à compiler de mon mieux (Sainte-Beuve, Nouv. lundis,t.13, 1869, p.91).
Locutions
Dans le privé; dans son privé; en son privé (vieilli). Dans sa vie privée, familiale. Synon. dans l'intimité.Nous avons montré Tartarin de Tarascon comme il était en son privé, avant que la gloire l'eût baisé au front et coiffé du laurier séculaire (A. Daudet, Tartarin de T., 1872, p.27).Que fut donc, dans le privé, Marcel Proust, cet homme extraordinaire? On veut savoir qui l'a connu, on veut lire toute sa correspondance, on est avide du moindre détail sur sa personne. Que va-t-il faire, dorénavant? (Blanche, Modèles,1928, p.94).Les circonstances allaient lui permettre de voir le personnage qui entrait, hors de son cadre de prestige et de puissance, saisi dans sa nudité humaine, dans son privé, dans son repos, presque sans aucune référence à son internationale, formidable et diffuse fortune (Malègue, Augustin,t.2, 1933, p.162).
En privé. En particulier, à part. Il sut, d'ailleurs, m'en donner, en public comme en privé, des preuves généreuses et émouvantes. Mais il n'en tirait pas de conséquences pratiques (De Gaulle, Mém. guerre,1956, p.146).La chasse à courre avait formé un type de cheval et de cavalier. On eut un jour l'idée d'organiser des concours, en privé, pour se distraire (Jeux et sports,1967, p.1606).
5. Qui émane d'une personne. Acte privé; initiative privée; plainte privée. D'après son opinion privée, et plusieurs autres capitaines présents se joignirent à lui, il n'y avait nul doute que Napoléon ne trouvât en Angleterre tous les égards et les traitements auxquels il pouvait prétendre (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène,t.1, 1823, p.24).Dans les démocraties, le progrès doit venir de l'initiative privée (Carrel, L'Homme,1935, p.348).
(Agir) de son autorité* privée.
DROIT
Écritures privées. Anton. écritures publiques.V. écriture II C 2.
(Acte) sous seing privé. (Acte) fait sans l'intervention d'un officier public. Anton. acte public (v. public1), notarié.Le mandat peut être donné ou par acte public, ou par écrit sous seing privé, même par lettre (Code civil,1804, art. 1985, p.357).Mon mari avait signé un acte sous seing privé exécutable à la date du 11 novembre suivant, par lequel je lui abandonnais plus de la moitié de mes revenus (Sand, Hist. vie,t.4, 1855, p.378).Empl. subst. M. César le força à s'asseoir, à tirer de sa veste le sous-seing privé préparé par Etagnon (Pourrat, Gaspard,1930, p.166).
C. − [P. oppos. à public, officiel]
1. Qui ne prend pas part aux affaires publiques; qui est considéré comme simple citoyen, comme simple particulier; sans mission politique ou officielle. Synon. particulier.Visite, voyage privé; agir comme personne privée. Qui aujourd'hui sur la terre pourrait se flatter de connaître dans l'empereur l'homme privé plus que moi? (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène,t.1, 1823p.256).Dans Venise, le doge était considéré comme personne privée et n'avait rang que de simple duc souverain; hors de Venise, le doge était considéré comme personne publique, il représentait la république même et prenait place parmi les têtes couronnées (Hugo, Rhin,1842, p.417).V. huis-clos ex. de Clemenceau.
Empl. subst. L'État est d'abord une médiation entre l'individuel et le social, entre le privé (les intérêts privés) et le public (l'intérêt général) (Traité sociol.,1968, p.372).
À titre privé. En tant que personne privée, sans mission officielle. Je ne pouvais pas davantage empêcher un député ou un sénateur de circuler à titre privé dans la zone des armées, d'y recueillir des doléances de militaires (Joffre, Mém.,t.2, 1931, p.148).M. Frescheville est réellement ici en congé. L'affaire que vous savez ne l'intéresse plus qu'à titre privé (Bernanos, Crime,1935, p.855).
De source privée. De source non officielle. Synon. officieux.Une évaluation de source privée, fondée sur des enquêtes auprès de constructeurs et sur des éléments officiels, indique que, en 1960-1961, charges de gestion et d'entretien compris, le loyer annuel d'un HLM de 3 pièces dans une ville neuve de 10000 habitants, devrait s'établir à 500000 anciens francs pour équilibrer l'ensemble des dépenses (Gds ensembles habit.,1963, p.23).
2. DR. Droit privé. ,,Ensemble des dispositions régissant les rapports entre particuliers et les rapports des collectivités publiques avec les particuliers`` (Cap. 1936). Non-seulement la directe seigneuriale a disparu avec les redevances et les services qui la suivaient, mais encore les acensements et les emphytéoses, bien que contrats de droit privé, ont été abolis et les rentes perpétuelles déclarées toujours rachetables (Guyot, Agric. Lorr.,1889, p.29).V. public1A ex. de Durkheim.
D. − [P. oppos. à public, nationalisé, d'État] Qui ne dépend pas de l'État, qui n'est pas d'État, qui n'est pas géré par l'État. En Allemagne comme en Suisse, l'industrie privée a été longtemps hostile à toute aide de l'État, de peur que celle-ci ne puisse être l'amorce de la nationalisation tant redoutée (Goldschmidt, Avent. atom.,1962, p.164).Test de cohérence entre plans de développements privés et plans ou programmes d'investissements et de main-d'oeuvre contrôlés ou influencés directement par l'État (Perroux, Écon. XXes.,1964, p.558).
SYNT. Établissement hospitalier, organisme privé; capitaux, circuits, contrats, intérêts, marchés, monopoles, pouvoirs, producteurs privés; associations, entreprises, firmes, sociétés privées; ambulance, clinique, patinoire privée; télévision privée.
Secteur* privé. Anton. secteur public.Empl. subst. Travailler dans le privé. Devant ces difficultés, FO et la CFTC réagissent en demandant (...) de rentrer dans le droit commun des conventions collectives. Il est vrai qu'elles auraient ici un sens différent de celui qu'elles ont dans le privé, puisque, l'entreprise étant unique et l'échelle hiérarchique bien établie, elles détermineraient des salaires réels (Reynaud, Syndic. en Fr.,1963, p.189).
École privée; cours, enseignement privé. Synon. école, enseignement libre*; anton. école laïque*, enseignement laïc*.Tout Français âgé de 25 ans accomplis, n'ayant encouru aucune des incapacités prévues à l'article 4 de la loi du 25 juillet 1919 est capable de diriger une école technique privée, s'il est en possession des titres ou s'il justifie des connaissances régulièrement exigées pour y exercer les fonctions de professeur et s'il a rempli enfin pendant cinq ans au moins les fonctions de professeur (Encyclop. éduc.,1960, p.75).
Empl. subst. Quant aux parents des 22 écoliers, ils considèrent que la présence d'un établissement public est avant tout une question de principe. «L'an passé, nous étions tous contraints de scolariser nos enfants dans le privé, à Andrezé. Il n'y avait donc pas le libre choix», s'indigne MmeCassard, qui a mis son sous-sol à la disposition des deux enseignantes (Libération, 8-9 sept. 1984, p.8).
[En parlant d'une pers. ou de plusieurs pers.] Qui n'est pas payé par l'État ou les collectivités locales. Milice privée. Les détectives russes de la police privée, les mains dans les poches de leur veston (la droite tendue par le colt), adossés aux chambranles ou marchant avec nonchalance, ne dormaient pas (Malraux, Cond. hum.,1933, p.357).V. public1A ex. de Encyclop. éduc.
Empl. subst. [Souvent p.réf. aux détectives privés amér., héros de romans policiers] Détective, policier qui travaille hors des services officiels. Si je n'avais pas voulu bêtement (...) jouer au «privé» amerloque, avec mon ouisquie et le semblant d'importance que je me donnais, Nathalie serait peut-être encore vivante (A.D.G., Le Grand môme,Paris, Gallimard, 1977, p.148).
En partic. Clientèle privée. Clientèle qui va consulter un médecin qui exerce à titre libéral dans un établissement hospitalier public. Consultation privée. Les soins qu'il prodiguait le matin aux indigents hospitalisés, étaient en grande partie bénévoles. Mais il tirait généralement une grande aisance de sa clientèle privée et des consultations particulières qui lui étaient demandées (Bariéty, Coury, Hist. méd.,1963, p.789).
REM.
Privément, adv.a) En privé, en particulier, à part. Faire le mort est si commode et il est si ennuyeux, avec des étrangers, de s'expliquer, de se justifier, ou de convaincre. Je n'ai donc pas d'aptitude à la vie politique, et je ne cause volontiers que privément (Amiel, Journal,1866, p.231).Après cela, je n'eus plus guère envie de parler privément avec ce Jean-Baptiste, ni lui non plus, je pense (Tharaud, Chron. frères enn.,1929, p.204).b) En cachette, sans témoins. Un instant même, dans la crainte de représailles, il se réfugia dans l'église du mont Sion où, dit joliment l'Éracies, «il s'occupait d'oraison et regardait privément dans ses livres» (Grousset, Croisades,1939, p.62).
Prononc. et Orth.: [pʀive]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist.1. Adj. a) [fin xies. privé «familier, qui vit dans l'intimité de quelqu'un» (Raschi, Gl., éd. A. Darmesteter et D. S. Blondheim, t.2, p.118, no856)] ca 1140 privé «intime» (Geffrei Gaimar, Hist. des Anglais, éd. A. Bell, 3210); ca 1140 meisnee privee «suite d'un seigneur» (Id., ibid., 5823 et 5835); 1174 privé conseil «pensée secrète» (Guernes de Pont-Ste-Maxence, St Thomas, éd. E. Walberg, 265); b) ca 1160 privé «apprivoisé» (Eneas, 3588 ds T.-L.); 1476 priver «apprivoiser» (Lettre de Louis XI du 8 déc. ds Gdf.); c) 1367 privée personne «qui n'a pas de part aux affaires publiques» (doc. ds Du Cange, s.v. privati); 1690 (acte) sous seing privé «fait sans l'intervention de l'officier public» (Fur., s.v. seing); 2. subst. a) 1remoit. du xiies. en sun privé «dans son troupeau, dans sa possession (en parlant de Dieu)» (Psautier Cambridge, 134, 4 ds T.-L.); b) ca 1140 privé «ami intime» (Geffrei Gaimar, op. cit., 2631); c) ca 1180 en sun privé «ce que l'on possède, dans sa possession» (Thomas, Tristan, éd. B. H. Wind, Sn1283). Du lat. privatus «particulier, propre, individuel» et comme subst. «simple particulier». Fréq. abs. littér.: 3778. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 6757, b) 3786; xxes.: a) 4113, b) 5798. Bbg. Becker (K.). Sportanglizismen im modernen Frz. Meisenheim, 1970, p.213, 327. _Thom (M.). Cerises privées. R. Ling. rom. 1975, t.39, pp.56-78. _Vardar Soc. pol. 1973 [1970], p.293.

PRIVÉ, -ÉE, part. passé, adj. et subst.

I. − Part. passé de priver*.
II. − Adj. Privé de.[Le compl. précise ce dont l'être ou la chose concernée est privée] Qui manque de, qui n'a pas ou qui n'a plus.
A. − [Privé concerne un être vivant, gén. une pers., ou un de ses attributs]
1. [Le compl. désigne une pers.] Ma femme agonisant alors dans un hôpital, mon deuxième petit garçon, privé tout à coup de sa mère, étant sur le point de mourir, et moi-même en grand danger (Bloy, Journal,1897, p.258).Privés de nombreux ouvriers appelés au front, les propriétaires étaient dans l'impossibilité de cultiver la totalité de leurs terrains (Becquet, Organ. loisirs travaill.,1939, p.218).J'imaginais Louise dans sa chambre sans joie, privée de son enfant, privée de tout: une telle détresse aurait dû faire exploser la terre (Beauvoir, Mém. j. fille,1958, p.132).
2. [Le compl. désigne une entité abstr.] Malade privé d'espoir; privé de repos, de sommeil. Sa voix lente, privée d'accent, paraîtrait molle, sans une résonance finale qui déconcerte, une sécheresse tranchante comme un couperet qui tombe (Martin du G., J. Barois,1913, p.328).Souvent des enfants privés d'affection comblent leur solitude en essayant de faire vivre les choses autour d'eux et en dialoguant silencieusement avec elles (Mounier, Traité caract.,1946, p.129).
3. [Le compl. désigne une entité concr.] Privé de la parole, de la vue; privé de moyens, de ressources; malade privé de promenades. On s'est trouvé quelquefois, dans le courant du jour, privé de boire et de manger, parce qu'on se trouvait précisément entre la ration consommée et la ration à venir (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène,t.2, 1823, p.423).Un chien privé d'hémisphères cérébraux ne manifeste plus de réflexes conditionnés, alors qu'il conserve ses réflexes absolus (J. Rostand, La Vie et ses probl.,1939, p.91).
B. − [Privé concerne une chose; le compl. désigne une chose] Boutique privée de lumière. Le bois enveloppé, privé d'air, se pourrit (Viollet-Le-Duc, Archit.,1872, p.3).Pauvreté d'un sol siliceux, privé d'éléments fertilisants, moins propre aux moissons et à l'engraissement du bétail qu'aux arbres et aux landes (Vidal de La Bl., Tabl. géogr. Fr.,1908, p.112).
III. − Subst. Celui, celle qui est privé(e) de, qui n'a pas. Ce n'est pas un acte de vertu, l'acte de dévouement qui fait donner leur vie à ces innommés, à ces anonymes, à ces privés de gloire? (Goncourt, Journal,1870, p.583).C'était lui, le loin de Dieu, le privé de lumière, le vrai mort (Malègue, Augustin,t.2, 1933, p.368).
Prononc. et Orth.: [pʀive]. Att. ds Ac. dep. 1694.

Wiktionnaire

Adjectif 1

privé \pʁi.ve\

  1. Particulier, sans caractère public.
    • Vivre en homme privé.
    • Une personne publique est obligée à plus de circonspection qu’une personne privée.
  2. Qui est relatif à un simple particulier ; opposé à public, en parlant d’une chose.
    • Il trouva des papiers d’un caractère absolument privé, et, entre autres, d’ardentes lettres d’amour tracées d’une grande écriture féminine. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 90 de l’éd. de 1921)
    • J’ai rencontré, parmi mes camarades de réserve, de hauts fonctionnaires, des chefs de grandes entreprises privées. — (Marc Bloch, L’Étrange Défaite, chap. 3 : La déposition d’un vaincu, 1940)
    • Il préfère les douceurs de la vie privée aux tracas de la vie publique.
    • Il faut sacrifier l’intérêt privé à l’intérêt public.
  3. Qui concerne la vie privée.
    • Un problème d’incontinence peut ne pas être reconnu étant donné la répugnance de la personne à parler de quelque chose d’aussi privé et d’aussi intime que la fonction urinaire. — (Patricia Gauntlett Beare et Mickey Stanley, Soins infirmiers en gériatrie : Vieillissement normal et pathologique, traduit par Françoise Hallet, De Boeck, 2005, p. 224)
  4. (Plus rare) Qualifie une autorité particulière, personnelle. — Note : Se dit par opposition à autorité publique ou à autorité légitime.
    • Il a mis cet homme en prison de son autorité privée.
    • Ce jeune homme a fait telle action de son autorité privée, sans l’aveu de son père.
  5. Réservé à certains particuliers ; qui n’est pas public.
    • Voie privée.
    • Une réunion privée.
  6. (Vieilli) (Chasse) Qui est apprivoisé.
    • On se sert d’un canard privé pour attirer les canards sauvages.
  7. (Programmation informatique) Se dit d’une variable dont la portée est restreinte à la seule classe ou fonction qui la contient.

Nom commun 1

privé \pʁi.ve\ masculin

  1. (Désuet) Lieux d’aisances, toilettes.
    • Il se sent tout à coup, un besoin incommode, fruit de sa peur, sans aucun doute, mais le privé se trouvait dans le corridor, et Giovan n’y fût pas allé, dût-il crever. Nécessité n’a point de loi ; lassé de frétiller et de se retourner, le malheureux se soulagea pleinement où il put, aux dépens de son nez, et demeura toute la nuit, avec cette étrange cassolette, sans se coucher, ni songer à le faire. — (Élémir Bourges, Le Crépuscule des dieux : mœurs contemporaines, E. Giraud & Cie, Éditeurs, Paris, 1884)
  2. Appartement particulier.
    • Toute cette histoire d’une pairie retrouvée sur un tréteau et d’un bateleur reconnu lord, avait fait éclat à Windsor, dans les privés royaux. — (Victor Hugo, L’Homme qui rit, t. 3, 1869)
  3. Vie personnelle, intimité.
    • Ma vie à moi. C’est du privé, et qui ne regarde personne. — (Albert Camus, État de siège, 1948)
    • Que fut donc, dans le privé, Marcel Proust, cet homme extraordinaire ? On veut savoir qui l’a connu, on veut lire toute sa correspondance, on est avide du moindre détail sur sa personne. — (La Revue hebdomadaire, volume 37, numéro 7, 1928)
  4. (Sociologie) Vie sociale particulière, de simple citoyen, de simple particulier, sans idée d’intimité mais en opposition à la vie publique, politique, officielle.
    • Thomas Parc, dit Parkik, cumule, dans le privé, les professions de cultivateur, de fournier, d’aubergiste et de barbier. — (Charles Le Goffic, L’Âme bretonne, 1902)
  5. Par ellipse de secteur privé, en opposition au secteur public.
    • Travailler dans le privé.
  6. Par ellipse de école privée, dite libre, en opposition à l’enseignement laïc.
    • Scolariser ses enfants dans le privé.
  7. Travailleur indépendant et remplissant une fonction normalement dévolue à l’État.
    1. Ellipse de détective privé.
      • Embauche un privé pour cette filature.

Forme d’adjectif

privée \pʁi.ve\

  1. Féminin singulier de privé.
    • C’est cette industrie privée qui fondra les métaux, les alliera entre eux, les laminera, les décapera, les découpera, etc., et la monnaie de Paris viendra seulement leur imprimer le sceau de l’État; c'est cependant de la fonte et de toutes les opérations qui la suivent que dépend l’identité de la monnaie. — (Jean-François Terme, Discours sur les monnaies: prononcé dans la séance de la chambre des députés du 1er juin 1843, page 15)

Forme de verbe

privée \pʁi.ve\

  1. Participe passé féminin singulier de priver.

Forme d’adjectif

privée \pʁi.ve\

  1. Féminin singulier de privé.
    • C’est cette industrie privée qui fondra les métaux, les alliera entre eux, les laminera, les décapera, les découpera, etc., et la monnaie de Paris viendra seulement leur imprimer le sceau de l’État; c'est cependant de la fonte et de toutes les opérations qui la suivent que dépend l’identité de la monnaie. — (Jean-François Terme, Discours sur les monnaies: prononcé dans la séance de la chambre des députés du 1er juin 1843, page 15)

Forme de verbe

privée \pʁi.ve\

  1. Participe passé féminin singulier de priver.

Forme d’adjectif

privée \pʁi.ve\

  1. Féminin singulier de privé.
    • C’est cette industrie privée qui fondra les métaux, les alliera entre eux, les laminera, les décapera, les découpera, etc., et la monnaie de Paris viendra seulement leur imprimer le sceau de l’État; c'est cependant de la fonte et de toutes les opérations qui la suivent que dépend l’identité de la monnaie. — (Jean-François Terme, Discours sur les monnaies: prononcé dans la séance de la chambre des députés du 1er juin 1843, page 15)

Forme de verbe

privée \pʁi.ve\

  1. Participe passé féminin singulier de priver.

Forme d’adjectif

privée \pʁi.ve\

  1. Féminin singulier de privé.
    • C’est cette industrie privée qui fondra les métaux, les alliera entre eux, les laminera, les décapera, les découpera, etc., et la monnaie de Paris viendra seulement leur imprimer le sceau de l’État; c'est cependant de la fonte et de toutes les opérations qui la suivent que dépend l’identité de la monnaie. — (Jean-François Terme, Discours sur les monnaies: prononcé dans la séance de la chambre des députés du 1er juin 1843, page 15)

Forme de verbe

privée \pʁi.ve\

  1. Participe passé féminin singulier de priver.

Forme d’adjectif

privée \pʁi.ve\

  1. Féminin singulier de privé.
    • C’est cette industrie privée qui fondra les métaux, les alliera entre eux, les laminera, les décapera, les découpera, etc., et la monnaie de Paris viendra seulement leur imprimer le sceau de l’État; c'est cependant de la fonte et de toutes les opérations qui la suivent que dépend l’identité de la monnaie. — (Jean-François Terme, Discours sur les monnaies: prononcé dans la séance de la chambre des députés du 1er juin 1843, page 15)

Forme de verbe

privée \pʁi.ve\

  1. Participe passé féminin singulier de priver.

Forme d’adjectif

privée \pʁi.ve\

  1. Féminin singulier de privé.
    • C’est cette industrie privée qui fondra les métaux, les alliera entre eux, les laminera, les décapera, les découpera, etc., et la monnaie de Paris viendra seulement leur imprimer le sceau de l’État; c'est cependant de la fonte et de toutes les opérations qui la suivent que dépend l’identité de la monnaie. — (Jean-François Terme, Discours sur les monnaies: prononcé dans la séance de la chambre des députés du 1er juin 1843, page 15)

Forme de verbe

privée \pʁi.ve\

  1. Participe passé féminin singulier de priver.

Forme d’adjectif

privée \pʁi.ve\

  1. Féminin singulier de privé.
    • C’est cette industrie privée qui fondra les métaux, les alliera entre eux, les laminera, les décapera, les découpera, etc., et la monnaie de Paris viendra seulement leur imprimer le sceau de l’État; c'est cependant de la fonte et de toutes les opérations qui la suivent que dépend l’identité de la monnaie. — (Jean-François Terme, Discours sur les monnaies: prononcé dans la séance de la chambre des députés du 1er juin 1843, page 15)

Forme de verbe

privée \pʁi.ve\

  1. Participe passé féminin singulier de priver.

Forme d’adjectif

privée \pʁi.ve\

  1. Féminin singulier de privé.
    • C’est cette industrie privée qui fondra les métaux, les alliera entre eux, les laminera, les décapera, les découpera, etc., et la monnaie de Paris viendra seulement leur imprimer le sceau de l’État; c'est cependant de la fonte et de toutes les opérations qui la suivent que dépend l’identité de la monnaie. — (Jean-François Terme, Discours sur les monnaies: prononcé dans la séance de la chambre des députés du 1er juin 1843, page 15)

Forme de verbe

privée \pʁi.ve\

  1. Participe passé féminin singulier de priver.

Forme d’adjectif

privée \pʁi.ve\

  1. Féminin singulier de privé.
    • C’est cette industrie privée qui fondra les métaux, les alliera entre eux, les laminera, les décapera, les découpera, etc., et la monnaie de Paris viendra seulement leur imprimer le sceau de l’État; c'est cependant de la fonte et de toutes les opérations qui la suivent que dépend l’identité de la monnaie. — (Jean-François Terme, Discours sur les monnaies: prononcé dans la séance de la chambre des députés du 1er juin 1843, page 15)

Forme de verbe

privée \pʁi.ve\

  1. Participe passé féminin singulier de priver.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

PRIVÉ (privé, vée) adj.
  • 1Qui vit sans rang et sans emploi qui l'engage dans les affaires publiques. Non plus en empereur, mais en homme privé, Tristan, M. de Chrispe, III, 2. Le malheur de ses affaires [la reine Henriette d'Angleterre] la faisant plutôt vivre en personne privée qu'en souveraine, La Fayette, Hist. Henr. d'Anglet. Ceux qui gouvernent font plus de fautes que les hommes privés, Vauvenargues, Max. CXXVI.
  • 2Il se dit des choses, par opposition à public. C'est par cette raison, ou publique ou privée…, Mairet, Sophon. v, 2. Rien n'est privé dans leur vie [des grands], tout appartient au public, Massillon, Petit carême, Exemples. La vie la plus privée ne le vit jamais un moment oublier la gravité et les bienséances de la dignité royale, Massillon, Louis le Grand. C'est l'histoire privée de Christine et non l'histoire de son royaume que j'ai pour objet dans cet écrit, D'Alembert, Mém. Christ. Mais un luxe privé qui dégrade les mœurs…, Chénier M. J. Gracques, II, 3. La vie privée me console de la vie publique, Al. Duval, Jeun. de Henri V, I, 5.

    La vie privée doit être murée, il n'est pas permis de chercher et de faire connaître ce qui se passe dans la maison d'un particulier.

    Vie privée, titre de certains ouvrages où l'on raconte les actions privées d'un personnage public. La Vie privée de Louis XV.

    En son propre et privé nom, pour soi-même, de son chef. Je combats pour la nation [en faisant le procès à Shakspeare] ; je ressemble à M. Roux, de Marseille, qui fit la guerre aux Anglais, en 1756, en son propre et privé nom, Voltaire, Lett. d'Alembert, 10 août 1776.

    Parler, agir en son propre et privé nom, parler, agir de son chef, sans commission de personne.

    Autorité privée, se dit par opposition à autorité publique, ou à autorité légitime. Ce jeune homme a fait cela de son autorité privée, sans l'aveu de son père. Il est certain que l'évêque de Castres fit enfermer la fille Sirven, de son autorité privée, Voltaire, Lett. Beaumont, 22 avr. 1765.

    Fig. L'ennui, de son autorité privée, ne laisserait pas de sortir au fond du cœur…, Pascal, Pens. IV, 2, éd. HAVET.

  • 3Prison privée, ou, dans le style des anciennes ordonnances, chartre privée, se dit par opposition à prison publique.
  • 4Conseil d'État privé ou conseil privé, le conseil où présidait le chancelier, et où se jugeaient les affaires des particuliers dans lesquelles le roi n'avait point d'intérêt ; dit aussi conseil des parties.

    Aujourd'hui, conseil particulier qui ne s'assemble que d'après une convocation expresse ordonnée par le souverain.

  • 5Acte sous seing privé, acte fait sans l'intervention de l'officier public.
  • 6 S. m. Intimité. Mme de St-Géran était mangeuse, aimant la bonne chère, et bonne en privé comme Mme de Chartres, Saint-Simon, 42, 247.

REMARQUE

Le mur de la vie privée !… J'ai cru d'abord, comme bien des gens. que c'était Royer-Collard [qui avait créé cette expression]… Depuis quelque temps j'ai des doutes : ils me viennent d'une lettre de Stendhal, écrite à l'époque où le mot ne faisait que commencer à courir et n'avait pas encore perdu, par le frottement et l'usage, sa marque d'origine… La lettre est du 31 oct. 1823, et en voici le curieux passage : " Dîné à Troyes le 19, avec un marquis… Cet homme, durant un petit dîner de trois quarts d'heure, trouva le secret de nous conter toute l'histoire de sa vie ; je pourrais écrire dix pages : Dès l'âge de treize ans, il servait dans l'Inde, il est marquis, il a un fils, il a une sœur, etc. Je n'ose continuer de peur d'entreprendre sur la vie privée d'un citoyen, qui, comme l'a si bien dit M. de Talleyrand, doit être murée, Éd. Fournier, Feuilleton de la Patrie, 14 juill. 1868.

HISTORIQUE

XIIe s. Quant li jugemenz fu e faiz e recordez, Dous [deux] i ad enveiez li reis de ses privez, Th. le mart. 44.

XIIIe s. Devant lui sont venu si plus privé ami, Berte, CVIII. À privée maisnie [ils] issent de la cité, ib. CXXV. Et se poés à ce venir Qu'à privé les puissiés tenir… Lors devés la rose cueillir, la Rose, 7708. Servise de voie à cimetiere est de droit privé, et por ce le puet l'en chalongier [exiger] au segnor cui la teneüre est, Liv. de just. p. 137.

XIVe s. Mais on dist : de privé laron Se puet nus [nul ne se peut] à paines gaitier, Renart le nouvel, v. 1840.

XVe s. Et especialement devers le roi et son plus privé conseil, Froissart, I, I, 10. Et eust communication bien privée avec ledit chambellan en sa chambre à Londres seul à seul, Commines, VI, 2.

XVIe s. C'est une chose perverse, qu'un privé entreprenne d'administrer ne le baptesme ne la cene, Calvin, Instit. 1062. S'estoit absenté de toutes compagnies, et vivoit en son privé, Rabelais, IV, Anc. prol. Ils disent qu'il en provenoit des fruicts très utiles au privé et au public, Montaigne, I, 211. Le besoin publicque ou privé, Montaigne, I, 207.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « privé »

Provenç. privat ; espagn. privado ; ital. privato ; du lat. privatus, particulier, dérivé de privus, propre, spécial.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Adjectif 1, Nom 1) Du latin privatus (« particulier, propre, individuel »).
(Adjectif 2, Nom 2) Participe passé de priver, issu du latin privare (« isoler », « séparer », « affranchir »), de privus.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « privé »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
privé prive

Citations contenant le mot « privé »

  • Un être privé de la fonction de l'irréel est un névrosé aussi bien que l'être privé de la fonction du réel. De Gaston Bachelard
  • « Oui, l’hôpital s’est adapté, mais à quel prix ? Il y a eu d’abord une déprogrammation massive des soins hors Covid, dont on mesurera plus tard les conséquences. Il y a eu, ensuite, une forme de régulation qui, sans le dire, a privé d’accès à l’hôpital des personnes âgées, notamment les résidents des Ehpad », pointe Eric Ciotti, à mi-chemin des travaux de la commission d’enquête. , Coronavirus : Des personnes âgées « privées d’accès » à l’hôpital, selon Eric Ciotti
  • Les groupes de radio du privé et du public Lagardère News, Les Indés Radios, les radios du Groupe M6 et Radio France annoncent la création d’une société commune afin d’offrir une interface digitale simple et gratuite permettant d’écouter l’ensemble de leurs programmes radios et contenus audios sur les différents appareils numériques. Dans le contexte du fort développement de l’écoute numérique en direct et à la demande sur des environnements tels que les téléphones mobiles, les assistants vocaux, les tableaux de bord numériques des véhicules, la distribution de contenus est un enjeu important pour les éditeurs. Viuz, Radio : privé et public s’unissent dans une société commune

Images d'illustration du mot « privé »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « privé »

Langue Traduction
Anglais private
Espagnol privado
Italien privato
Allemand privat
Chinois 私人的
Arabe نشر
Portugais privado
Russe частный
Japonais 民間
Basque pribatuak
Corse privatu
Source : Google Translate API

Synonymes de « privé »

Source : synonymes de privé sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « privé »

Partager