Abreuver : définition de abreuver


Abreuver : définition du Wiktionnaire

Verbe

abreuver \a.bʁœ.ve\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’abreuver)

  1. Faire boire (un animal, particulièrement un cheval).
    • Abreuvez ces chevaux.
    • Cet éleveur est un ami de l’environnement : il se vante de produire lui-même une partie de la nourriture de ses animaux, de forer lui-même le sol pour les abreuver, d’être autosuffisant en paille, de mettre un filtre pour le fuel et de fabriquer plein d’électricité grâce à des panneaux photovoltaïques. — (Professeur Canardeau, Après les 1 000 vaches, les 4000 veaux !, Le Canard Enchaîné, 20 septembre 2017, page 5)
  2. (Pronominal) Boire, en parlant d’un animal.
    • C’est dans cette mare que les bestiaux du village s’abreuvent.
  3. (Pronominal) (Familier) Boire en grande quantité.
    • Il s’abreuve d’excellent vin.
  4. (Pronominal) (Figuré) Consommer ou être entouré en grande quantité.
    • Des hoquets de dégoût convulsèrent de nouveau leurs faces hâlées, zébrées de rides : depuis un mois, ils avaient bu de l’eau dans laquelle mijotait ce noyé ; depuis un mois tout le pays s’abreuvait de cette pourriture. — (Louis Pergaud, Un petit logement, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Atteint d'un mal nommé porphyrie, le pauvre garçon est contraint de s'abreuver de sang humain pour conjurer sa langueur chronique. — (François Rivière, Dracula, cent ans et toutes ses dents, dans Libération (journal), 31 décembre 1987)
    • S’abreuver de larmes, de haine, de fiel.
      Il s’abreuve aux sources les plus pures de la science.
  5. (Par extension) Arroser (une plante, une terre).
    • La pluie a bien abreuvé les terres, Elle les a bien pénétrées, bien humectées.
    • Ces prairies, ces plantes ont besoin d’être abreuvées, Il faut qu’on les arrose.
  6. (Figuré) Adresser, particulièrement des paroles, en grande quantité.
    • Dans une réunion électorale à Bazeilles, les assistants ont abreuvé de quolibets un contradicteur qui affirmait: "Si l'ouvrier est malheureux, c'est par rapport aux riches"". — (Henri Manceau, Des luttes ardennaises, 1969)
    • Il s'était mis en tête de leur ouvrir les yeux par le biais de textes orientés dont il les abreuvait. Une véritable frénésie de photocopiages artisanaux (la ronéo à alcool). Plus il en faisait, plus il était mal reçu, chahuté, puis malmené. — (Jean-Pierre Koffel, L'inspecteur Kamal fait chou blanc, Éditions Fennec, 1999, page 39)
  7. (Figuré) (Voix passive) Être saturé de quelque chose.
    • Il est abreuvé de ces réunions. En fin de journée, elle était abreuvée de ce porte-à-porte.
  8. (Technique) Mettre sur un fond poreux une couche d’huile, d’encollage, de couleur ou de vernis, pour en boucher les pores et en rendre la surface unie.
  9. (Technique) Remplir (un tonneau) d'eau pour le faire gonfler afin de le rendre étanche.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Abreuver : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ABREUVER. v. tr.
Faire boire. Dans ce sens, il ne se dit proprement qu'en parlant des bêtes, et particulièrement des chevaux. Abreuvez ces chevaux. C'est dans cette mare que les bestiaux du village s'abreuvent. Il se dit aussi en parlant des Personnes, et ordinairement par plaisanterie. Vous nous avez bien abreuvés. J'ai abreuvé toute la troupe. Il s'abreuve d'excellent vin. Fig., La pluie a bien abreuvé les terres, Elle les a bien pénétrées, bien humectées. On dit aussi Ces prairies, ces plantes ont besoin d'être abreuvées, Il faut qu'on les arrose. Fig., Abreuver quelqu'un de chagrins, de dégoûts. Abreuver de douleurs, d'ennuis, d'humiliations, d'amertume. S'abreuver de larmes. S'abreuver de fiel. Un homme abreuvé de fiel et de haine. Abreuver des tonneaux, des cuves, Les remplir d'eau pour en faire gonfler le bois afin qu'ils ne coulent point. En termes d'Arts, il signifie Mettre sur un fond poreux une couche d'huile, d'encollage, de couleur ou de vernis, pour en boucher les pores et en rendre la surface unie.

Abreuver : définition du Littré (1872-1877)

ABREUVER (a-breu-vé) v. a.
  • 1Faire boire des animaux. Rivière où l'on a coutume d'abreuver les bestiaux. Les puits qu'ils avaient creusés pour abreuver leurs troupeaux. On mena abreuver nos chevaux, Sévigné, 155.
  • 2Faire boire abondamment quelqu'un. Il abreuva largement la compagnie. On l'abreuvait pour lui faire perdre la raison et s'emparer de lui. Le cruel d'une main semblait m'ouvrir le flanc, Et de l'autre à longs traits m'abreuver de mon sang, Créb. Atrée, II, 2.
  • 3Mouiller, pénétrer d'eau, arroser. La terre est abreuvée. Ces prairies ont besoin d'être abreuvées. Le sol est abreuvé d'eau. Les cèdres qu'abreuve la rosée du ciel. Une grande abondance d'humeurs abreuve cette plaie ; il faut la dessécher.
  • 4 Fig. Remplir, saturer. Abreuver quelqu'un d'outrages. On abreuve les alliés de dégoûts. Tout le fiel… Dont un amant fut jamais abreuvé, Malherbe, v, 27. Tout le fiel dont on vous abreuva, Bourdaloue, Pens. t. III, p. 362. On dit aussi, dans un sens opposé, l'abreuver de joie.
  • 5 En termes d'art, mettre sur un fond poreux une couche d'huile, d'encollage, de couleur ou de vernis pour en boucher les pores et en rendre la surface unie.

    Terme de tonnelier. Abreuver des tonneaux, les emplir d'eau pour s'assurer s'ils ne fuient point.

    En termes de marine, abreuver un vaisseau, y faire entrer de l'eau, avant de le lancer, pour voir s'il n'y a pas une voie d'eau.

  • 6S'abreuver, v. réfl. Les chevaux s'abreuvent ici. Après s'être abreuvé de vin S'abreuver largement. Les puits où vont le soir s'abreuver nos troupeaux, Ducis, Abuf. I, 5.
  • 7Être humecté. La terre s'abreuve des pluies fécondantes. Le sol de la Grèce devait s'abreuver de sang. La javeline s'abreuve de leur sang.
  • 8 Fig. S'abreuver de larmes. Il s'abreuva du sang de la république. Néron s'abreuva de sang. Il s'abreuve aux sources les plus pures de la science. De son mortel poison tout courut s'abreuver, Boileau, Sat. XI.

HISTORIQUE

XIIIe s. Chascuns des vins se fit plus digne Par sa bonté, par sa puissance, D'abevrer bien le roi de France, Bat. des vins, Fabl. de Barb. 2e éd. t. II, p. 154. Li prudomme cui estoit cele fontaine, la fit aler por tout son champ pour lou abeuvrer, L. de just. 27. Qu'il ne l'abeivre [la bête achetée] ne face abevrer la matinée, et après rendre la, se elle ne lui siet, Ass. de Jér. I, 213. En un lit tout seul [elle] les coucoit [couchait les deux enfants], Andeux [tous deux] paissoit et abevroit, Fl. et Bl. 195. Et pour bien faire en ceste poine, Au souverain bien [la sagesse] la [l'âme] ramoine, Dont jonesse la dessevroit, Qui de vanités l'abevroit, la Rose, 4558. Et qu'il devra estre abevrés, Dès ains neïs qu'il soit sevrés…, ib. 10665. Tous les en aboivre à ses mains, Mès les uns plus, les autres mains [moins], ib. 6849. Je euz fain, vous me saoulastes, Et si euz soif, vous m'abruvastes, J. de Meung, Tr. 1418.

XIVe s. Et si n'ara chascuns, tant qu'il porra durer, Qu'un soel pain de fourment tous les jours à disner, Et un lot d'iawe aussi pour son corpz abuvrer, Baud. de Seb. IX, 568.

XVe s. Le duc de Bretagne suivit l'opinion du roi de France moult legerement, car il estoit, du temps passé, si abeuvré de l'information de son cousin le duc de Flandre, pour la rebellion de l'Eglise, que son cœur ne s'inclina onques à croire Clement pape, Froissart, III, IV, 36.

XVIe s. Puis en passant au milieu de la plaine, De grans ruisseaux de sang s'abrevera, Marot, IV, 322. Quand les plis de leurs hoquetons furent abbreuvés d'eau, ils les chargerent encore plus, Amyot, Timol. 38. Les Romains sortiz pour aller au fourrage ou pour abbreuver leurs chevaulx, Amyot, Ant. 50. Chascun en ayant esté abbruvé cent fois [d'un récit], Montaigne, I, 35. Les premiers discours, de quoi on lui doibt abruver l'entendement…, Montaigne, I, 172. Toutes leurs idoles s'abruvent de sang humain, Montaigne, I, 229. Son esponge estoit abruvée de diverses peintures, Montaigne, I, 254. La sotte imagination dont leur maistre des sentences les a abbruvez leur a perverti l'entendement, Calvin, Inst. 1128. Quand on viendroit abreuver la mule sus laquelle montoit sa femme…, Despériers, Cont. 92. Encor que tout fust conduit secretement au possible, si est-ce que chacun en fut abreuvé [informé], Yver, 562. Fol est qui se met en enqueste ; car le plus souvent qui mieux abreuve [ses témoins], mieux preuve, Loysel, 770.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Abreuver : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

ABREUVER un vaisseau, c’est y jetter de l’eau, après qu’il est achevé de construire, & l’en remplir entre le francbord & le serrage pour éprouver s’il est bien étanché, & s’il n’y a pas de voie d’eau. (Z)

Abreuver, est aussi le même qu’arroser ; on le dit particulierement des prés où l’on fait d’abord venir l’eau d’une riviere, d’une source, ou d’un ruisseau dans une grande rigole ou canal situé à la partie supérieure des terres, & divisé ensuite par les ramifications de petits canaux dans toute l’étendue d’un pré. Cette maniere d’abreuver les prairies établie en Provence & en Languedoc les rend extrémement fertiles lorsqu’elle est faite à propos. La trop grande quantité d’eau, si elle y séjournoit, rendroit les prés marécageux. (K)

Abreuver un cheval, c’est-à-dire le faire boire ; ce qu’il faut avoir soin de faire deux fois par jour. (V)

* Abreuver. Les Vernisseurs disent de la premiere couche de vernis qu’ils mettent sur le bois, qu’elle l’abreuve.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Abreuver : définitions subjectives sur Dicopedia

Dicopedia est un dictionnaire participatif où n'importe qui peut partager sa propre définition des mots de la langue française. L'intérêt de cette initiative est de proposer des définitions subjectives et très diverses, selon l'expérience de chacun. Nous ajouterons dans cette section les définitions de « abreuver » les plus populaires.

✍️

Étymologie de « abreuver »

Étymologie de abreuver - Littré

Wall. abuvrer, abovrer ; picard, abruvrer ; provenç. abeurar ; espagn. abrevar ; ital. abbeverare ; bas-lat. abeverare, abebrare ; de ad, indiquant la direction de l'action, et bibere, boire (voy. BOIRE). L'ancien français est abeuvrer, sauf de rares exceptions, plus près de l'étymologie ; c'est au XVIe s. que l'r s'est déplacée définitivement et qu'on a dit abreuver.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de abreuver - Wiktionnaire

Du latin adbibere devenu abbiberare en latin populaire, et dérivé de bibere (« boire »).
Les équivalents, dans les langues romanes sont abbeverare en italien, abeberar en portugais, abrevar en espagnol, le catalan abeurar adoptant une forme proche de l’ancien français aboivrer, abevrer (→ voir boivre) dont abreuver est issu par métathèse.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « abreuver »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
abreuver abrœve play_arrow

Conjugaison du verbe « abreuver »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe abreuver

Évolution historique de l’usage du mot « abreuver »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « abreuver »

  • Les boiteries, notamment les affections podales, constituent, par leur fréquence et leur importance économique la troisième maladie en élevage bovin après les problèmes de reproduction et les mammites. Les conséquences des boiteries sont multiples, les coûts et pertes économiques liés aux boiteries sont les soins aux animaux engendrant du travail supplémentaire. Les conséquences sont également à considérer au niveau de l’individu, un animal boiteux éprouvant plus de difficultés à se déplacer compte tenu de la douleur. L’animal boiteux va moins s’alimenter et s’abreuver, et en conséquence produira moins de lait. Parallèlement, les performances de reproduction peuvent être altérées car la détection des chaleurs est rendue plus délicate du fait d’une limitation du chevauchement. Pour toutes ces raisons, le risque de réforme anticipée est 8,4 fois plus élevé chez un animal boiteux par rapport à un animal sain.Plusieurs affections du pied peuvent notamment conduire à des boiteries, qui se traduisent par une gêne à la locomotion. Chez la vache laitière, trois maladies principales sévissent a l’état enzootique dans les troupeaux : la fourbure subaiguë, le fourchet (ou dermatite interdigitée) et la maladie de Mortellaro (encore appelée dermatite digitée).Des performances de production et de reproduction dégradéesDans tous les pays laitiers européens, la maladie de Mortellaro s’est fortement développée au début des années 2000, favorisée par l’évolution des modes d’élevage (introduction d’animaux, tailles de cheptels en augmentation avec un diminution de la main d’œuvre, stabulations libres et logettes…) D’autres facteurs de risques ont été identifiés par les scientifiques qui se sont penchés sur le problème. Ainsi les vaches atteintes présentent fréquemment une note d’état corporel élevée, et c’est probablement la dégradation de l’immunité des vaches grasses qui explique le phénomène. La maladie de Mortellaro touche d’ailleurs surtout les animaux confrontés à une situation de stress – le stress étant connu pour défavoriser l’immunité. C’est par exemple le cas des génisses qui reviennent de l’exploitation où elles ont été élevées sur l’exploitation principale et qui sont prêtes à vêler. Le stade de gestation et la nouvelle dynamique au sein du troupeau font que les génisses récemment arrivées mangent moins et se reposent peu, source de stress pour l’animal.La race apparaît également comme une variable à prendre en compte : les vaches Holstein sont davantage plus touchées que les Montbéliardes, les Brunes ou les Vosgiennes. Un fait qui peut s’expliquer par des différences de conformation des onglons. Ceux-ci plus anguleux chez les Holsteins favorisent l’exposition du bulbe à l’humidité du sol, ce qui ramollit la peau et la corne, et favorise la pénétration des germes. Mais il ne faut pas non-plus négliger les différences métaboliques : les vaches à haute productivité laitière présentent un plus grand risque de désordres métaboliques, comme la sub-acidose. Cet état entraîne l’absorption de substances à effet vasculaire notamment au niveau des petits vaisseaux sanguins du pied. La perturbation de la vascularisation générée par ces substances va entraîner des décollements de la corne des pieds. Apparaissent alors des fissures dans le sabot, dans lesquelles les bactéries du sol peuvent facilement s’infiltrer et occasionner des abcès par exemple… , Prévenir et détecter la dermatite digitée - La Terre de Chez Nous - Franche-Comté Belfort
  • Le coronavirus aura donc fait encore plus de dégâts sur l’économie qu’on ne l’avait imaginé jusqu’ici. Je ne vais pas vous abreuver de chiffres, mais plutôt de citations (elles sont tirées de ce rapport du FMI publié hier). L'Opinion, Les inquiétantes prévisions du FMI pour la France – Economie | L'Opinion
  • Boire de l’eau n’est pas l’unique solution pour rester hydrater. Pour ceux qui n’aiment pas son goût ou qui oublient de s’abreuver quotidiennement, vous pouvez déguster des fruits et des légumes. Certains contiennent plus de 90 % de leur poids en eau, ajoutés aux vitamines et aux fibres. Ils sont alors parfaits pour se désaltérer tout en profitant d’une gourmandise estivale. Biba Magazine, Chaleur : les 15 fruits et légumes à consommer pour bien s’hydrater
  • Après vérifications, aucun signalement de terrain relatif à un niveau anormal de mortalité piscicole, ni d’autres animaux ayant pu s’abreuver avec de l’eau potentiellement polluée n’a été signalé. Courrier picard, Somme polluée à la soude: ce que l’on sait ce mercredi soir
  • Chaque été déjà, la petite place autour de l’immense fontaine, qui permet d’abreuver un troupeau de 30 vaches, devient le cirque d’une agaçante circulation automobile. Il y a bien un parking à l’orée du village et de la réserve naturelle, mais il ne suffit pas. La polémique enfle sur la marche à suivre. Pour certains habitants, «il faudrait se gendarmer, organiser, protéger, interdire». D’autres souhaitent vivre cachés pour être heureux. Libération.fr, Dans un village d’Auvergne, un quart des électeurs candidats - Libération
  • Chaque été, le village multiplie sa population par cinq. La plupart des habitants saisonniers s’installent dans des résidences secondaires et dans des gîtes, attirés par l’exceptionnelle qualité de paysages, la tranquillité, le plaisir de la randonnée. Mais les tourbières, les burons, le jaune amer des gentianes attirent aussi une foule d’urbains motorisés en mal d’espace et de bon air. Une tendance que le confinement de ce printemps pourrait encore accentuer. Chaque été déjà, la petite place autour de l’immense fontaine au centre du village, qui permet d’abreuver un troupeau de 30 vaches en même temps, devient le cirque d’une agaçante circulation automobile. Il y a bien un parking à l’orée du village et de la réserve naturelle, mais il ne suffit pas à canaliser le flux de véhicules. La polémique enfle sur la marche à suivre face à ces hordes de visiteurs. Pour certains habitants, «il faudrait se gendarmer, organiser, protéger, interdire». D’autres souhaitent vivre cachés pour être heureux et refusent désormais de parler aux journalistes pour éviter d’attirer plus de monde encore. Libération.fr, Municipales : dans un village d'Auvergne, un quart des électeurs candidats - Libération
  • Voilà l’image qu’il offre de sa mission au Sénégal et qui le pousse à menacer de ses foudres Xibaaru dont le tort est de l’avoir dénoncé. Peine perdue pour lui et ses sbires, car ils ne pourront jamais nous intimider. Son garde-chiourme, véritable laquais ne perd cependant rien pour attendre. Nous avons pu identifier le numéro de téléphone à partir duquel il a appelé pour nous abreuver d’insultes. Un numéro qui est le 7723615- – et Xibaaru se réserve le droit des suites à donner. Xibaaru, Un laquais de Samba Ndiobène Kâ abreuve d’injures Xibaaru
  • On avait souhaité qu’un sang impur abreuve nos sillons sans savoir qu’un jour un déluge de sons impurs abreuverait nos microsillons. De Jacques Sternberg / Pensées
  • Traduire le théâtre, c'est d'abord et avant tout savoir lire le théâtre, porter son regard sur un texte et s'en abreuver, se couler dans une matière linguistique et s'y fondre... De Isabelle Famchon

Images d'illustration du mot « abreuver »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « abreuver »

Langue Traduction
Portugais abeberar
Allemand tränken
Italien abbeverare
Espagnol beber
Anglais water
Source : Google Translate API

Synonymes de « abreuver »

Source : synonymes de abreuver sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « abreuver »


Mots similaires