La langue française

Novice

Sommaire

  • Définitions du mot novice
  • Étymologie de « novice »
  • Phonétique de « novice »
  • Citations contenant le mot « novice »
  • Images d'illustration du mot « novice »
  • Traductions du mot « novice »
  • Synonymes de « novice »
  • Antonymes de « novice »

Définitions du mot « novice »

Trésor de la Langue Française informatisé

NOVICE, subst. et adj.

I. − Substantif
A. − RELIG. Celui, celle qui a pris l'habit d'un ordre religieux et se forme à la vie conventuelle avant de prononcer des voeux définitifs (v. postulant, profès). Maître, maîtresse des novices; instruire les novices. Quelques-unes (...) n'étaient plus pensionnaires, (...) étaient postulantes et à la veille de recevoir l'habit de novice (Sainte-Beuve,Port-Royal,t.4, 1859, p.13).Les petits novices dans toute la première ferveur de leur vocation (Huysmans,Oblat,t.2, 1903, p.256):
1. On est au moins deux ans postulante, souvent quatre [chez les bénédictines]; quatre ans novice. Il est rare que les voeux définitifs puissent être prononcés avant vingt-trois ou vingt-quatre ans. Hugo,Misér.,t.1, 1862, p.583.
[En fonction de déterm.] Zèle de novice. Je prétendais que (...) nous pouvions bien nous mettre au brouet noir des lacédémoniens. Cela ne lui souriait pas du tout. Il raillait ma ferveur de novice en stoïcisme (Sand,Hist. vie,t.3, 1855, p.33).Les gens qui n'ont pas l'activité des bonnes pensées s'attachent avec une ardeur de novice à celle qui leur arrive par hasard (Duranty,Malh. H. Gérard,1860, p.169).
B. − MAR. Apprenti matelot, de seize à dix-huit ans. Yves était alors un enfant de seize ans. On me dit qu'il allait passer novice après deux années de mousse (Loti,Mon frère Yves,1883, p.41).C'est peut-être un usage dans la marine de brimer les novices. Mais je voyage comme passager et j'estime avoir droit à des égards (Audiberti,Quoat,1946, 1ertabl., p.22).
II. − Subst. et adj.
A. − (Celui, celle) qui manque d'expérience, de connaissances dans l'exercice d'un métier, d'une activité particulière, qui fait quelque chose pour la première fois. Synon. apprenti, débutant.
1. Subst. À la manière dont le nouveau venu se développa sous les armes, S vit bien qu'il n'avait pas à faire à un novice (Brillat-Sav.,Physiol. goût,1825, p.366).On connaît cette chance immanquable des novices aux tables de jeu. Elle ne fit pas défaut à Edmond. Il gagna plusieurs jours de suite (Aragon,Beaux quart.,1936, p.398):
2. Ce directeur (...) est un novice qui n'entend rien à son affaire: avant la fin de la quinzaine, il aura dépensé ici cent écus en rafraîchissemens pour se composer une troupe du rebut de toutes les autres. Il n'en est pas ainsi du vieux Berville (...); il a été quarante ans comédien; il connaît tous les secrets, c'est-à-dire toutes les ruses du métier... Jouy,Hermite,t.3, 1813, p.200.
2. Adjectif
a) [En parlant d'une pers.] V. école C 3.Y eut-il une sorte de rivalité de métier entre l'empereur et M. Delcassé, le premier grand amateur de diplomatie et de paix, négociateur inlassable (...), le second plus novice mais d'autant plus enragé à ce noble jeu? (Maurras,Kiel et Tanger,1914, p.149):
3. Tout à fait neuf aux affaires, et jusque-là absolument étranger à l'administration, je mis à profit cette occasion unique de m'instruire. Je ne manquai pas de m'informer avec chacun de tous les objets et de tous les détails de sa partie. Je ne craignais pas de me montrer novice aux premiers, afin de pouvoir discuter avec les derniers en connaissance de cause. Las Cases,Mémor. Ste-Hélène,t. 1, 1823, p.904.
[Qualifie un subst. désignant un type défini par sa fonction, sa profession] Automobiliste, cavalier, chasseur, spéculateur novice. Quand enfin on rencontre un puits, les caravaniers novices se précipitent sur l'eau, mais les anciens les arrêtent (Tharaud,Fête arabe,1912, p.258).[Il] avait (...) reçu deux ou trois importuns collants, chapitré un rédacteur novice (Arnoux,Double chance,1958, p.144).
[Novice + compl. prép. désignant le domaine où se manifeste le manque d'expérience]Être novice en affaires, dans le métier, en la matière. Novice en ce métier [d'espion], il n'osait questionner ni le portier, ni le cordonnier de la maison (Balzac,Ferragus,1833, p.38).Jadin est une petite chanteuse, si novice au concert qu'elle n'a pas eu le temps encore d'oxygéner ses cheveux châtains (Colette,Vagab.,1910, p.20).
[P. méton.] O remembrances enfantines de quand, insoucieux moutard, je poussais et tapais mon cerceau novice entre les pantalons à bandes rouges (...) des militaires (Verlaine,OEuvres posth.,t.2, Souvenirs et promenades, 1865, p.190).La petite soeur Christine, vacillant sur des jambes novices, tire sa maman par la robe (Malègue,Augustin,t.1, 1933, p.16).Un soldat, assis au clavier, y cherchait d'un doigt novice le refrain de La Madelon (Martin du G.,Thib.,Épil., 1940, p.850).
b) [En parlant d'un animal] Elle lassera ses juges, les surmènera au cours des interminables audiences, les abandonnera recrus, comme une bête rouée promène des chiens novices (Colette,Vagab.,1910p.39).Leurs bonnes têtes d'hommes, dressées hors de la mer comme celle d'un chien novice à la nage (Queffélec,Recteur,1944, p.125).
B. − (Celui, celle) qui n'a pas l'expérience du monde, de la vie, en particulier dans le domaine de l'amour.
1. Subst. Et la fille-vierge (...) venait de jouer avec le hobereau campagnard une comédie de dévergondage propre à le tromper, à lui donner à croire que la novice était déjà une vieille recrue de la prostitution (E. de Goncourt, Elisa,1877, p.44).Eh! fit-il narquoisement, quel novice, quel oison fais-tu encore, quoique tu te prétendes recuit et trempé par un malheureux demi-siècle! (Arnoux,Visite Mathus.,1961, p.166).V. air2ex. 49:
4. Il se sentait dévisagé. Peut-être avait-il une allure trop provinciale. «Il faudra que j'achète de nouveaux vêtements, se dit-il, et une canne... Pourquoi cette femme rit-elle en me regardant? Elle me prend pour un novice!...» Arland,Ordre,1929, p.111.
2. Adj. Amant, séducteur novice. À trente ans, moi, j'étais novice; À trente ans!... vous en plaisantez? C'en est fait, vous aimez le vice (Borel,Rhaps.,1831, p.147).Jean-Paul est bien novice et les discours de cette femme le font rougir, à cause du garçon (Mauriac,Enf. chargé de chaînes,1913, p.187):
5. ... de l'avis de Mimi elle-même, ce jeune lycéen, qui pouvait être très-fort en algèbre, n'était pas un très-grand clerc en amour; et comme Mimi n'aimait point à faire les éducations, elle planta là son amoureux novice... Murger,Scènes vie boh.,1851, p.160.
[Novice + compl. prép.]Être novice en amour. La pauvre enfant était tout à fait novice à ce genre d'attaque. Elle n'avait pas de défense possible (Sand,Indiana,1832, p.58).Tout novice qu'il fût dans la vie parisienne, il la devinait vénale et qui entrevoyait la chance d'une aventure fructueuse (Bourget,Actes suivent,1926, p.117).
Prononc. et Orth.: [nɔvis]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1176 adj. «inexpérimenté» (Chrétien de Troyes, Cligès, éd. A. Micha, 5323); xiiies. subst. (Poire, 748 ds T.-L.); 2. 1275-80 relig. (Jean de Meun, Rose, éd. F. Lecoy, 11182); 3. 1805 mar. «apprenti matelot» (Lunier, Dict. des sc. et des arts, t.2, p.587). Empr. au lat. novicius «nouveau, récent» notamment en parlant d'esclaves dont la servitude est récente, également att. comme adj. et subst. «novice (en religion)» en lat. chrét. (début ves. ds Blaise Lat. chrét.), dér. de novus, nouveau*. Fréq. abs. littér.: 519. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 588, b) 754; xxes.: a) 1109, b) 633.

Wiktionnaire

Adjectif

novice \nɔ.vis\ masculin et féminin identiques

  1. Qui est peu exercé, peu expérimenté en quelque métier, en quelque profession.
    • Une chanteuse novice.
    • Il est encore bien novice dans son métier.
  2. Personne qui n’a point encore la connaissance du monde.
    • Un jeune homme encore novice.
  3. (Par extension) Se dit des choses prises pour la personne.
    • Une main, une plume novice.

Nom commun

novice \nɔ.vis\ masculin et féminin identiques

  1. Celui, celle qui a pris nouvellement l’habit de religion dans un monastère ou couvent pour y passer un temps d’épreuve avant de faire profession.
    • Un jeune novice.
    • La maîtresse des novices.
    • Prendre l’habit de novice.
    • Et le silence revint brusquement tandis que les filles chuchotaient que le diable avait pris une novice pour l'emporter avant qu'elle ait pu mettre ses voiles blancs. — (Pierre Gamarra, Rosalie Brousse, chapitre IV ; Éditeurs Français Réunis, Paris, 1953)
  2. (Figuré) (Familier)
    • Ferveur de novice : L’empressement, l’ardeur qu’on met à remplir les obligations d’un nouvel état.
    • Il vient seulement d’entrer en fonctions, aussi a-t-il une ferveur de novice.
  3. (Marine) Jeune marin mineur plus ancien que le mousse mais qui n’est pas encore matelot.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

NOVICE. n. des deux genres
. Il se dit d'un Homme, d'une femme qui a pris nouvellement l'habit de religion dans un couvent pour y passer un temps d'épreuve avant de faire profession. Un jeune novice. Une jeune novice. Le directeur, le maître des novices. La maîtresse des novices. Prendre l'habit de novice. Fig. et fam., Ferveur de novice, L'empressement, l'ardeur qu'on met à remplir les obligations d'un nouvel état. Il vient seulement d'entrer en fonctions, aussi a-t-il une ferveur de novice.

NOVICE désigne, en termes de Marine, un Jeune marin qui n'est pas encore matelot. Il est aussi adjectif et signifie Qui est peu exercé, peu expérimenté en quelque métier, en quelque profession. Un orateur novice. Une chanteuse novice. Il est encore bien novice dans son métier. Il se dit aussi d'une Personne qui n'a point encore la connaissance du monde. Un jeune homme encore novice. Il se dit quelquefois, par extension, des Choses prises pour la personne. Une main, une plume novice.

Littré (1872-1877)

NOVICE (no-vi-s') s. m.
  • 1Celui, celle qui a pris nouvellement l'habit religieux, et s'éprouve pendant un certain temps avant de faire profession. L'une de ces novices était cette mademoiselle Perrier, nièce de Pascal, qui avait été guérie par la sainte épine, Racine, Hist. Port-Royal, 2e part.

    Fig. Ferveur de novice, l'ardeur qu'on met à remplir les obligations d'un nouvel état. Il n'est ferveur que de novice, Sévigné, 338.

    Fig. Celui, celle qui a peu d'expérience. Je crois que ma simplicité de novice ne fit qu'irriter sa fantaisie, Rousseau, Conf. VI.

  • 2 S. m. Se disait des jeunes gens qui faisaient leur apprentissage avant d'être reçus chevaliers.
  • 3 S. m. Il se dit aussi quelquefois en parlant des mystères de la religion païenne. Les novices étaient couronnés de myrte, Barthélemy, Anach. ch. 68.
  • 4 Terme de marine. Jeune homme, dit aussi apprenti marin, qui n'a encore acquis que peu d'expérience dans les choses de la mer ; il est entre le matelot et le mousse.
  • 5 Adj. Qui est nouveau, peu habile, peu exercé. Une chanteuse novice. Novice au métier de la guerre. Il y aurait du danger pour un écrivain novice, à trouver ces sortes d'expressions hors du lieu où elles ont été mises originairement ; ce serait l'exposer à s'en servir mal à propos, D'Olivet, Hist. Acad. t. II, p. 59, dans POUGENS.

    Substantivement. Il [Louis XIV] croyait toujours apprendre quelque chose à ceux qui, en ces genres-là [construction, armement, etc.] savaient le plus, et qui, de sa part, recevaient en novices des leçons qu'ils savaient par cœur il y avait longtemps, Saint-Simon, 406, 7.

    Novice à. Les vieux soldats de Philippe, novices aux voluptés, Vaugelas, Q. C. VI, 6. …Ton cœur, novice à l'infidélité, Par le commerce humain n'est pas encor gâté, Regnard, Démocrite, I, 5.

  • 6Qui n'a point la connaissance du monde. À nous laisser duper nous sommes bien novices, Corneille, le Ment. III, 2. Il n'y a rien sur la terre où nous mettions appui… qui… ne puisse nous tourner en une amertume infinie ; et nous serions trop novices dans l'histoire de la vie humaine, si nous avions encore besoin qu'on nous prouvât cette vérité, Bossuet, 3e sermon, Fête de tous les saints, 3. Ce sont là les leçons dont un père manceau Instruit son fils novice au sortir du berceau, Boileau, Épître II. Jeune et novice encore, J'aime de bonne foi, Favart, Annette et Lubin, 7. D'un courtisan novice excusez l'ignorance, Chénier M. J. Tibère, IV, 2.

    Par extension, en parlant des choses. Plume novice. Guillaume, enfant de chœur, prête sa main novice, Boileau, Lutr. I. D'une aile moins novice alors le jeune élève [le jeune oiseau] S'enhardit, prend l'essor, s'abat et se relève, Delille, Trois règnes, VIII.

    N'être pas novice, avoir une habileté, une expérience plutôt trop grande. Il n'était si novice Qu'il ne connût les gens à la façon, La Fontaine, Court. N'était novice en semblables affaires, La Fontaine, ib.

HISTORIQUE

XVe s. Ces paroles apaiserent grandement ce menu peuple, voire les simples et les novices et les bonnes gens qui là estoient venus et ne savoient qu'ils demandoient, Froissart, II, II, 113.

XVIe s. Qui ne sçait, en son eschole [de la femme], combien on procede au rebours de tout ordre ?… les novices y regentent, Montaigne, III, 386.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

NOVICE. Ajoutez : - REM. On trouve dans le Dictionnaire, n° 5, des exemples de novice à suivi d'un substantif. En voici un où novice à est suivi d'un infinitif : À nous laisser duper nous sommes bien novices, Corneille, Lexique, éd. Marty-Laveaux.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

NOVICE, s. m. (Jurisprud.) est une personne de l’un ou l’autre sexe qui est dans le tems de sa probation, & qui n’a pas encore fait ses vœux de religion.

Depuis que la vie monastique eut commencé d’être assujettie à de certaines regles, on crut avec raison, qu’il ne falloit pas y admettre indifféremment tous ceux qui se présentoient pour entrer en religion.

La regle de S. Benoît veut que l’on éprouve d’abord, pendant quatre ou cinq jours, celui qui postule pour prendre l’habit, afin d’examiner sa vocation, ses mœurs & ses qualités du corps & de l’esprit ; qu’après avoir ainsi éprouvé l’humilité du postulant, on lui permette d’entrer dans la chambre des hôtes pour les servir pendant peu de jours. S. Isidore dans sa regle, veut que les postulans servent les hôtes pendant trois mois. Ces premieres épreuves, qui précedent le noviciat, sont plus ou moins longues, suivant l’usage de chaque congrégation.

Après ces premieres épreuves, le postulant est admis dans la chambre des novices.

On donne pour maître aux novices, un ancien profès qui ait du zele, & qui soit bien exercé dans la pratique de la regle. On choisit ordinairement un prêtre âgé de plus de 35 ans, & qui ait plus de dix ans de profession.

Pour la validité des vœux que le novice doit faire lors de sa profession, il est essentiel que pendant son noviciat il soit exactement instruit de la regle & des autres exercices & obligations de la vie monastique, & qu’on les lui fasse pratiquer.

Suivant la regle de S. Benoît, le noviciat doit être d’un an entier. Justinien dans sa novelle 5, suivant la regle des anciens moines d’Egypte, veut que les novices soient éprouvés pendant 3 ans. Comme plusieurs supérieurs dispensoient de cette regle, le concile de Trente a ordonné, que personne de l’un & de l’autre sexe ne soit admis à faire profession qu’après un an de noviciat depuis la prise d’habit, & que la profession faite auparavant soit nulle.

L’ordonnance de Blois, art. 28, a adopté cette décision du concile de Trente ; mais le concile ni l’ordonnance n’ont pu éviter de reprouver les statuts ou usages de certains ordres, qui veulent plus d’un an pour la probation.

L’année de probation ou noviciat doit être continue & sans interruption, pas même d’un seul jour, autrement il faut recommencer le noviciat en entier.

Mais si un novice après avoir rempli son tems de probation sort du monastere, & y rentre ensuite, il peut faire profession sans recommencer le noviciat.

Les mineurs ne peuvent se faire religieux sans le consentement de leurs pere & mere ; mais quand ils n’ont plus ni pere ni mere, leurs tuteurs & curateurs, & même les parens collatéraux, ne peuvent pas les empêcher d’entrer en religion : ils n’ont que la voie de représentation auprès de l’évêque pour l’engager à examiner la vocation du mineur.

Le concile de Trente défend de rien donner au monastere, sous quelque prétexte que ce soit, par les parens ou curateurs, excepté la vie & le vêtement du novice ou de la novice pour le tems de son noviciat : ne hac occasione discedere nequeat. Au surplus il faut voir ce qui a été dit ci-devant au mot Dot, au sujet de celles qui se donnent pour l’entrée en religion.

Les donations que font les novices sont réputées à cause de mort. Il suffit même pour cela, que le donateur soit dans le dessein formel de se faire religieux, comme s’il avoit déja son obédience, & étoit sur le point d’entrer dans le monastere pour y faire son noviciat.

Les novices ne peuvent disposer en faveur du monastere où ils doivent faire profession, ni même en faveur d’un autre, soit du même ordre, soit d’un autre ordre, directement ni indirectement. Ordonnance de Blois, art. 19. Ordonn. de Blois, art. 28.

Ce même article de l’ordonnance de Blois permet aux novices de disposer de leurs biens & des successions qui leur sont échues, trois mois après qu’ils auront atteint l’âge de 16 ans.

L’ordonnance des testamens, art. 21, porte que ceux ou celles qui ayant fait des testamens codicilles ou autres dernieres dispositions olographes, voudront faire des vœux solemnels de religion, ils seront tenus de reconnoître ces actes pardevant notaires avant que de faire leurs vœux, sinon que les testamens, codicilles, ou autres dispositions demeureront nuls & de nul effet.

Quant à l’âge auquel les novices peuvent faire profession, l’ordonnance d’Orléans l’avoit fixé à 25 ans pour les mâles, & 20 ans pour les filles ; mais suivant l’ordonnance de Blois, qui est conforme en ce point au concile de Trente, il suffit pour les uns & les autres d’avoir 16 ans accomplis.

L’examen des postulantes, avant la prise d’habit, avant leur profession, appartient à l’évêque diocésain. Voyez les Mémoires du clergé, les Loix ecclésiastiques, la Jurisprudence can. de de Lacombe, & aux mots Dot, Moines, Monasteres, Religion, Vœux. (A)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « novice »

Lat. novicius, dérivé de novus (voy. NEUF).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Vers 1175) Du latin novicius (« nouveau, récent »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « novice »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
novice nɔvis

Citations contenant le mot « novice »

  • Ferveur de novice ne dure pas longtemps. De Proverbe français
  • L’homme arrive novice à chaque âge de sa vie. De Chamfort / Maximes et pensées, caractères et anecdotes
  • Les introvertis sont des malades mentaux en formation, des novices attentifs qui préparent souci par souci leur admission à l'asile psychiatrique. De René Carbonneau / Le Destin de frère Thomas

Images d'illustration du mot « novice »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « novice »

Langue Traduction
Anglais novice
Espagnol principiante
Italien novizio
Allemand anfänger
Chinois 新手
Arabe مبتدئ
Portugais novato
Russe начинающий
Japonais 初心者
Basque hasibe
Corse novice
Source : Google Translate API

Synonymes de « novice »

Source : synonymes de novice sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « novice »

Partager