La langue française

Bonasse

Sommaire

  • Définitions du mot bonasse
  • Étymologie de « bonasse »
  • Phonétique de « bonasse »
  • Évolution historique de l’usage du mot « bonasse »
  • Citations contenant le mot « bonasse »
  • Traductions du mot « bonasse »
  • Synonymes de « bonasse »
  • Antonymes de « bonasse »

Définitions du mot bonasse

Trésor de la Langue Française informatisé

BONASSE, adj.

A.− [En parlant d'une pers.] Qui a bon caractère, qui se montre très complaisant dans ses relations avec autrui, souvent jusqu'à l'excès, par simplicité d'esprit, faiblesse de tempérament :
1. Elle était heureuse et n'avait pas d'ailleurs sujet de se tracasser. Son mari était un homme bonasse et bébête, obéissant sans regimber à ses moindres ordres. Huysmans, Les Sœurs Vatard,1879, p. 101.
PARAD. a) (Quasi-)synon. bête, bienveillant, brave, faible, inoffensif, niais, paterne, simple, sot, veule. b) (Quasi-)anton. astucieux, cynique, dur, énergique, féroce, fin, malin, matois, méchant, retors, roublard, rusé, sévère, sournois.
Rem. S'emploie parfois à la forme subst. : Madame Baudouin, grosse « bonasse » (Duranty, Le Malheur d'Henriette Gérard, 1860, p. 179); un bonasse... un naïf (Hogier-Grison, Les Hommes de proie, Pigeons et vautours, 1886, p. 175); faire la bonasse (Giono, Un de Baumugnes, 1929, p. 61); cf. aussi ces bonasses de paysans (Sue, Les Mystères de Paris, t. 3, 1842-43, p. 144).
B.− [En parlant d'un aspect de la pers., d'un trait du comportement hum.] Qui dénote un bon caractère, une nature accommodante jusqu'à l'excès :
2. ... ce serait le type de la fille facile par douceur, par envie de folâtrer, par tempérament bêta et bonasse. En voilà encore une sur qui l'école devra avoir une action des plus raffermissantes. Frapié, La Maternelle,1904, p. 102.
3. La voix était bonasse et molle, une voix de franc feignant, sans malice. Genevoix, Raboliot,1925, p. 195.
4. ... vous l'auriez vu arriver, de sa marche indolente, balancée, avec son air endormi, bonasse, sa bonne tête d'assiette de Quimper, un peu rouge, ... Vercel, Capitaine Conan,1934, p. 145.
P. anal. :
5. ... l'âne qui porte Notre-Seigneur entrant à Jérusalem a une vraie mine d'âne, bonasse et pacifique; ... Flaubert, Par les champs et par les grèves,1848, p. 332.
C.− [En parlant d'une chose abstr.] Dépourvu de tout heurt, de toute animosité, excessivement tranquille :
6. ... il [Coriolis] voyait toutes sortes de servitudes, d'abdications et de ramollissements pour l'artiste, dans cette félicité bonasse du ménage, cet état doux, lénitif... où s'éteint la fièvre qui fait créer. E. et J. de Goncourt, Manette Salomon,1867, p. 141.
Rem. 1. Péguy a utilisé ce mot dans son accept. primitive, avec l'orth. de son homon. bonace*, subst. fém. : quand la mer est bonace (Ève, 1913, p. 823). 2. On rencontre dans la docum. les néol. a) Bonasson, adj. L'air bonasson et endormi (A. Daudet, Port-Tarascon, 1890, p. 90; suff. -on*). Péj. (Quasi-)synon. de bon(n)asse, indolent, mou. b) Bonassité, subst. fém. À la bonassité du mari et à la douceur de la femme (Flaubert, La 1reÉducation sentimentale, 1845, p. 28; suff. -ité*). (Quasi-)synon. de bon(n)asserie.
PRONONC. ET ORTH. − 1. Forme phon. : [bɔnas]. 2. Homon. : bonace. 3. Forme graph. − L'ensemble des dict. écrit bonasse avec un seul n.
ÉTYMOL. ET HIST. I.− 1288 mar. bonace « (de la mer) calme » (Renart le Nouvel, 5622 dans T.-L.); 1543 bonasse (Amadis, IV, 6 dans Hug.) − 1606, Nicot, forme bonace. II.− Fin xves. bonace « qui est d'un caractère bon et doux » (Recueil de pièces rares, 1872, p. 110 cité par O. Bloch. dans Fr. mod., t. 4, p. 341); 1542 bonas (Du Pinet, Pline, XXVI, 4 dans Gdf. Compl.; 1611 bonasse (Cotgr.); Ac. 1690 note ,,Il ne se dit guère qu'en mauvaise part (...) Il est bas.`` I représente l'emploi adj. de bonace subst. Il est difficile de dire si II résulte − ou bien d'une évolution de I, la notion de calme ayant été ultérieurement appliquée à une personne (cf. l'adj. calme) avec assimilation au suff. -asse* par étymol. seconde, d'où l'emploi péj. (Bl.-W.5) − ou bien d'une dérivation de bon avec suff. -asse* (FEW t. 1, p. 434a) − ou bien d'un empr. à l'ital. bonaccio « id. », lui-même dér. de buono (Vidos dans Z. fr. Spr. Lit., t. 58, 1934, pp. 448-449 et Mél. Fouché, Paris, 1970, p. 46; EWFS2. Dauzat 1973). Dans les 2 premières hyp., la forme bonas représente la forme masc. du suff. avant la généralisation de la forme fém., voir aussi Nyrop t. 3, § 183 rem.; dans la 3ehyp., bonas représente une adaptation de l'italien.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 77.
BBG. − Hope 1971, p. 30. − Sar. 1920, p. 43.

Wiktionnaire

Adjectif

bonasse \bɔ.nas\ masculin et féminin identiques

  1. (Familier) Qui est simple, sans malice et de peu d’esprit.
    • Il est si bonasse que vous lui ferez croire tout ce que vous voudrez.
    • L’hostilité que j’ai contre le mien [son père] vient surtout de son aspect physique inélégant, de sa vulgarité bonasse et de l’absence totale de goût qu’il avait en matière artistique. — (Michel Leiris, L’âge d’homme, 1939, collection Folio, page 88.)
    • On entrevoit ici le passage possible vers le général Dourakine, ogre bonasse, goinfre et soupe-au-lait dont les éclats inoffensifs retentissent dans deux des romans de Sophie. — (Michel Tournier, Les bonheurs de Sophie, dans Les vertes lectures, collection Folio, 2007, page 69)
    • Qu’on le prît pour un idiot, pour un savant inapte au pouvoir, pour un goinfre à la digestion difficile ou pour tout cela à la fois, au moins prévoyait-on davantage un prince bonasse qu’un tyran cruel. — (Pierre Renucci, Claude, Perrin, Paris, 2012, page 73)
  2. (Par extension) Qualifie un aspect, un air, des manières simples et sans apprêt.
    • Mais, en garçon rompu aux comédies du vieux négoce, il gardait sa carrure tranquille, son air bonasse, avec son pli de ruse aux lèvres. — (Émile Zola, Au Bonheur des Dames, 1883)
    • Il m’a salué à sa manière, en portant deux doigts à sa tête et en souriant d’un air bonasse. — (Émile Thirion, La Politique au village, p. 133, Fischbacher, 1896)
    • Le docteur était parti sans se douter de la tristesse qu’il laissait. Il s’était enfoncé dans les ténèbres chaudes après un rire et un geste bonasse. — (Pierre Gamarra, Le Maître d’école, chapitre VI ; Éditeurs Français Réunis, Paris, 1955)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BONASSE. adj. des deux genres
. Qui est simple, sans malice et de peu d'esprit, Il est si bonasse que vous lui ferez croire tout ce que vous voudrez. Il est familier. Par extension, Figure, air, manières bonasses.

Littré (1872-1877)

BONASSE (bo-na-s') adj.
  • Qui est d'une bonté trop simple. C'est un homme bonasse et peu respecté dans sa famille. Je l'aurais déjà poussé si je lui avais trouvé quelque disposition, mais il a l'esprit trop bonasse, cela ne vaut rien pour les affaires, Lesage, Turc. II, 5.

HISTORIQUE

XVIe s. Encor la mer maintesfois est bonnasse ; Le vent parfois est paisible et serein, La Boétie, 502. Selon que l'eau est ireuse ou bonnasse, Montaigne, II, 3. Sotte, bonasse et vicieuse facilité, qui fait qu'on veut plaire à tous et ne desplaire ni offenser personne, Charron, Sagesse, II, 3.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « bonasse »

Le même sous une autre orthographe que bonace, c'est-à-dire l'adjectif bon avec une désinence ace ou asse d'un sens péjoratif.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Date à préciser) Composé de bon et du suffixe -asse.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « bonasse »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
bonasse bɔnas

Évolution historique de l’usage du mot « bonasse »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « bonasse »

  • Une bonasse ! Closermag.fr, Le prince Harry : la plus grande crainte de son ex-Cressida Bonas après leur rupture - Closer
  • Bref, il rejette toute étiquette raciste, une chose contre laquelle «il faut lutter». Le chef du Bloc ajoute que le Québec est un peuple «excessivement accueillant et bonasse» et que, à ce titre, il est «écoeuré de se faire dire qu’il est raciste». La Voix de l’Est, «C’est pas nous qui l’avons échappé» | Actualités | La Voix de l’Est - Granby
  • Le « monde d’après » est à la mode. Parions que cela ne durera pas. Rien ne se démode plus vite que l’avenir. Certains voudraient que la pandémie change tout, qu’elle mette fin - on se demande par quel miracle - à l’égoïsme de chacun et aux contradictions de tous. Demain on vivra mieux en consommant moins, on fera reculer la pauvreté en créant moins de richesse, l’industrie sera verte et même la nature deviendra bienveillante. Qu’on en rêve, soit. Mais qui peut y croire ? Les philosophes ne sont guère dupes. Bernard-Henri Lévy fut l’un des premiers à dénoncer, dans Le Point, ceux qui « nous saoulent avec leur fameux “jour d’après”, cette version évangélique du Grand Soir d’autrefois, où rien ne devrait plus être comme avant ». Ce sont les mêmes, continue-t-il, qui voient absurdement dans le virus un « avertissement » ou un « ultimatum » de la nature, et leur « jubilation bonasse » en dit long sur leur « pensée magique », ce « providentialisme noir et à la petite semaine ». Luc Ferry n’est pas plus tendre : « On n’en finit pas de nous rebattre les oreilles avec ce fichu “jour d’après” qui donne lieu désormais à un véritable concours Lépine de l’utopie la plus délirante. La vérité, c’est qu’à 99 % il sera tout simplement comme celui d’avant, mais en plus pauvre, moins facile à vivre et plus contraignant. » Les leçons du coronavirus ? C’est d’abord de « nous prouver, s’il en était besoin, que la nature est depuis toujours une ennemie aussi redoutable qu’elle peut parfois être belle ». Et qu’il nous faudra travailler beaucoup « pour éviter la catastrophe qui se profile à l’horizon. Sans croissance, ce sont les pauvres, pas les riches, qui dégusteront en premier. […] Si l’Allemagne fait mieux que nous en matière de chômage, de pouvoir d’achat et de dette, c’est parce que les industriels allemands ont mis en œuvre depuis des décennies une politique de l’offre et de l’innovation. On peut toujours rêver d’un autre modèle, mais plus on rêve, plus le réveil sera rude. » Challenges, Coronavirus: gare aux mirages du " monde d’après "! - Challenges
  • En argot, la «bonasse» désigne la femme qui est très attirante. Mais attention à son orthographe! Car ici, la «bonace» n’a rien à voir avec les qualités physiques d’une demoiselle. Le mot vient du latin vulgaire bonasse, qui est une altération d’après l’adjectif bonus «bon», note Le Trésor de la langue française. Il est lui-même issu du latin malacia «calme de la mer», emprunté au grec classique malakia «faiblesse de constitution, mollesse, manque d’énergie». «Bonace» désigne «l’état d’une mer très tranquille, calme plat». Il est un synonyme «d’accalmie». Le Figaro.fr, Ces mots précieux qui n’en ont pas l’air
  • Ce jeudi, ça aboyait fort au marché ! La gendarmerie organisait un stage de formation pour plusieurs Saint-Hubert, venus de toute la France pour apprendre à garder la piste en dépit du bruit ambiant et des perturbations liées à la foule. À commencer par les caresses, car le moins que l’on puisse dire, c’est que ces énormes chiens à la mine bonasse ont eu un vrai succès auprès des passants. ladepeche.fr, Les Saint-Hubert de la gendarmerie en formation au marché d'Auch - ladepeche.fr

Traductions du mot « bonasse »

Langue Traduction
Anglais meek
Espagnol buenazo
Italien gnocca
Portugais manso
Source : Google Translate API

Synonymes de « bonasse »

Source : synonymes de bonasse sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « bonasse »

Partager