La langue française

Humain

Définitions du mot « humain »

Trésor de la Langue Française informatisé

HUMAIN, -AINE, adj. et subst. masc.

I. − Adjectif
A. − Qui est formé, composé d'hommes. Genre humain; concentration, race, société humaine. Dans les cadres régionaux où se sont accommodés des groupes humains (Vidal de La Bl., Princ. géogr. hum., 1921, p. 104) :
1. Dans ces tanières de Paris et de Londres où gîte le couple humain, l'enfant assiste aux batailles et aux étreintes, à cette morne mêlée d'où lui-même est sorti. Mauriac, Journal, 1937, p. 191.
B. − [Se réfère à l'ensemble des propriétés qui font qu'un homme est un homme]
1. Qui appartient à l'homme, qui lui est propre. Boire du sang humain (Chateaubr., Génie, t. 2, 1803, p. 581).Soulager les souffrances humaines (Poincaré, Valeurs sc., 1905, p. 1) :
2. À ces mots, mes yeux se remplirent de larmes; et, couvrant ma tête du pan de mon manteau, je me livrai à de sombres méditations sur les choses humaines. Volney, Ruines, 1791, p. 15.
3. S'il n'y avait pas d'œil humain pour contempler cet horizon, ni d'oreilles pour entendre la mer assoupie, son murmure ne serait pas un hymne à la joie; les apparences ne contiennent d'humain que ce que nous y avons mis. Mauriac, Journal, 1937, p. 111.
En partic. [P. oppos. à divin] Moyen humain; foi humaine. Qu'il se demande par la voie simplement humaine, ce que c'est que la nature, ce que c'est que la raison des êtres (Saint-Martin, Homme désir, 1790, p. 68).Notre justice humaine est d'une telle ineptie que ce n'est presque jamais le coupable qui est puni (Green, Journal, 1944, p. 179) :
4. ... jusqu'au début de ce siècle, maintes Vierges des grands pèlerinages étaient noires, parce qu'étant les moins humaines, elles étaient les plus sacrées. Malraux, Voix sil., 1951, p. 518.
Rare, en emploi adv. Il voyait humain, il perdait pied dans l'esprit et dans la mode (Zola, Romanc. natur., Flaubert, 1881, p. 153).
SYNT. Acte, art, cerveau, cœur, comportement, corps, cri, entendement, esprit, génie, jugement, langage, milieu, monde, mouvement, œil, ordre, organisme, phénomène, progrès, regard, respect, sacrifice, sens, sentiment, travail, type, visage humain; âme, action, activité, angoisse, apparence, association, chair, chaleur, cité, civilisation, condition, conduite, conscience, destinée, dignité, douleur, espèce, existence, expérience, face, faiblesse, figure, force, forme, intelligence, misère, nature, parole, passion, pensée, raison, sagesse, voix humaine.
Locutions
À l'échelle humaine. À la mesure, à la proportion de l'homme, dans sa taille ou dans son entendement. Des causalités partielles dont la dernière − du moins à l'échelle humaine − serait celle de la volonté (Ricœur, Philos. volonté, 1949, p. 328).En Lui, beaucoup d'inconciliables à l'échelle humaine se concilient (Arnoux, Crimes innoc., 1952, p. 290).
N'avoir rien d'humain, ne plus avoir visage, figure humain(e). Avoir perdu l'apparence humaine. La plupart n'avaient plus visages humains (Cocteau, Poèmes, 1916-23, p. 26) :
5. « ... c'est moi seul qui ai tout fait... moi seul... » hurlait le nègre en rugissant comme un tigre, et bondissant dans cette chambre en poussant des cris qui n'avaient rien d'humain. Sue, Atar-Gull, 1831, p. 36.
Je suis homme et rien d'humain ne m'est étranger*.
2. Qui a la nature de l'homme. La Condition humaine (roman de Malraux, 1933).
a) [En parlant d'un animé] Être, individu humain; personne humaine :
6. ... le Tout-Puissant, dans un rare moment de bouffonnerie excellente (...) prit, un jour, le mirifique plaisir de faire habiter une planète par des être singuliers et microscopiques, qu'on appelle humains [it. ds le texte], et dont la matière ressemble à celle du corail vermeil. Lautréam., Chants Maldoror, 1869, p. 273.
[P. allus. à un vers de Villon de la Ballade des Pendus : Frères humains qui après nous vivez] Frère humain. Homme fraternellement uni aux autres par la même condition. Je n'ai aucune peine à reconnaître mon frère humain sous ces variétés de couleur (Alain, Propos, 1921, p. 295).
b) [En parlant d'un homme à une étape donnée de sa vie] Bébé, enfant humain. La raison est en puissance dans le fœtus humain (Renouvier, Essais crit. gén., 3eessai, 1864, p. 201).C'est un personnage à figure hideuse, semblable à un jeune embryon humain (Loti, Mariage, 1882, p. 100).
c) [En parlant d'un homme assimilé à un animal ou à une chose] La Bête humaine (roman de Zola, 1890). Ce grand roi momentanément n'était plus qu'une loque humaine soumise aux influences les plus ordinaires (Barrès, Cahiers, t. 14, 1922, p. 58).La matière étrangère, si énergiquement nommée le matériel humain (Alain, Propos, 1928, p. 774) :
7. Dans la nuit du village de guerre, l'adjudant gardait les animaux humains pour les grands abattoirs qui venaient d'ouvrir. Céline, Voyage, 1932, p. 45.
3. [En parlant d'une science ou d'une œuvre] Qui concerne l'homme, qui a l'homme comme objet d'étude. Comédie, géographie humaine; sciences humaines. En clinique humaine, à l'Institut du cancer, Cuénot et Mercier renforcent la portée de ces découvertes (Ce que la Fr. a apporté à la méd., 1946, p. 151).
C. − [Se réfère sélectivement à telle ou telle propriété considérée comme spécifique de l'homme et que n'ont pas les êtres de nature comparable]
1. Qui épouse pleinement la nature humaine dans ses qualités et ses défauts.
a) [En parlant d'une pers.] Être humain, c'est sentir vaguement qu'il y a de tous dans chacun, et de chacun dans tous (Valéry, Mauv. pens., 1942, p. 140) :
8. Je peux dire (...) que ce qui compte c'est d'être humain et simple. Non, ce qui compte, c'est d'être vrai et alors tout s'y inscrit, l'humanité et la simplicité. Et quand donc suis-je plus vrai que lorsque je suis le monde? Camus, Env. et Endr., 1937, p. 124.
Qui manifeste cette humanité.
[En parlant d'un élément physique ou moral] C'est que la voix des mers folles, immense râle, Brisait ton sein d'enfant, trop humain et trop doux (Rimbaud, Poés., 1871, p. 47).Camus était assis en face de moi (...). Sa figure si sensible et si humaine m'a vivement touché (Green, Journal, t. 5, 1948, p. 148).
[En parlant d'une manifestation du comportement] Michel Simon, chimpanzé subtil qui chante d'une petite voix si humaine et si touchante (Colette, Jumelle, 1938, p. 207).Il resta buté sur sa volonté trop humaine, sur ces mots trop humains « Je l'épouserai » (Sartre, Âge de raison, 1945, p. 221) :
9. petypon, haussant les épaules : « Une gracieuseté »! Évidemment non, ce n'est pas une gracieuseté; mais, enfin quand on a reçu une gifle, on éprouve le besoin de la rendre. C'est humain, ça. Feydeau, Dame Maxim's, 1914, 3, IV, p. 58.
b) [En parlant d'une chose] Qui est à l'échelle de l'homme, qui respecte sa nature, ses besoins. Notre parador était assez confortable, et l'on nous servit un repas presque humain que nous savourâmes avec une sensualité bien permise après tant de privations (Gautier, Tra los montes, 1843, p. 302).Un chassepot entre les mains, L'œil interrogeant la distance, Je songe à des temps plus humains, Je repasse mon existence (Monselet, Poés. compl., 1880, p. 214).
2. En partic. Qui est sensible à la pitié, qui fait preuve d'indulgence, de compréhension envers les autres hommes. Anton. inhumain :
10. Qu'y a-t-il de plus humain que ce patron qui défend son client en justice, qui le soutient de son argent s'il est pauvre, et qui pourvoit à l'éducation de ses enfants? Fustel de Coul., Cité antique, 1864, p. 332.
P. méton. [En parlant d'un comportement, d'un sentiment] Qui manifeste ce caractère. Mort, ma nature est presque morte. Il serait humain de m'achever (Cocteau, Fin Potomak, 1940, p. 151).
II. − Subst. masc.
A. − Être humain. Devant moi étoit le divin libérateur des humains (Saint-Martin, Homme désir, 1790, p. 53) :
11. C'était une journée de printemps. Les oiseaux répandaient leurs cantiques en gazouillements, et les humains, rendus à leurs différents devoirs, se baignaient dans la sainteté de la fatigue. Lautréam., Chants Maldoror, 1869, p. 235.
B. − Au sing. avec une valeur de neutre. Ce qui est humain, ce qui appartient à l'homme. Dans ce terrible colloque qu'il engage entre l'humain et le divin (Massis, Jugements, 1923, p. 285) :
12. Un Balzac, un Proust ont atteint l'humain à travers la société de leur époque. Mauriac, Journal, 1950, p. 213.
REM.
Humano-, élém. de compos.a) [Correspond à humain] α) [Le second terme est un subst. ou un adj.; le mot composé exprime une relation entre l'homme et une autre espèce]
Humano-animal. -Certaines nouvelles espèces humano-animal [sic] (Du Bos, Journal, 1927, p. 193).
Humano-divin, -ine. -La communauté humano-divine (J. Vuillemin, Essai signif. mort, 1949, p. 82).
β ) [Le second terme est un suff.]
Humanoïde, subst. et adj.(Être) qui est semblable ou comparable aux humains. Les australopithèques, très simiesques par leur cerveau, mais à station verticale et à face humanoïde (Combaluzier, Introd. géol., 1961, p. 159).
b) [Correspond vraisemblablement à humaniste]
Humano-classique. -Le mouvement de tendance humano-classique entraîne à son tour les jeunes (Arts et litt., 1936, p. 10-6).
Prononc. et Orth. : [ymε ̃], fém. [-εn]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. Adj. 1. ca 1160 « qui est propre à l'homme » (Eneas, éd. J.J. Salverda de Grave, 2516 : Ce est enfer, Ce ne est pas humains convers [séjour]); 2. ca 1165 « qui a les caractères, la nature de l'homme [d'un être animé] » (B. de Ste-Maure, Troie, éd. L. Constans, 5130); 3. ca 1175 « qui se compose d'hommes » (Id., Chron. Ducs Normandie, éd. C. Fahlin, 117 : humains lignages); 4. ca 1200 « bienveillant » (Escoufle, 174 ds Gdf. Compl. : Si bon signor ne si humain N'avront jamais); 5. 1552 « qui a l'homme pour objet » les letres humaines « la littérature profane [par opposition à la théologie ou aux Écritures] » (Rabelais, Quart Livre, éd. R. Marichal, chap. 53, p. 218). B. Subst. 1. plur. 1340 li humain « les hommes » en gén. (Mir. de l'abbeesse grosse ds Mir. de N.-D. par personnages, éd. G. Paris et U. Robert, t. I, p. 88, 906); 2. sing. av. 1630 « la nature humaine, la mesure de l'homme » (A. d'Aubigné, Debvoir des rois et des subjects ds Œuvres, éd. E. Réaume et de Caussade, t. 2, p. 44). Empr. au lat.hūmānus, attesté dans ces 2 sens dès l'époque class. (v. Gaff.), dér. de homo, -inis (homme*). Fréq. abs. littér. : 23 110. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 34 773, b) 26 689; xxes. : a) 28 547, b) 37 144. Bbg. Kamerbeek (J.). Le Titre de la Condition humaine ds sa perspective hist. Fr. mod. 1970, t. 38, pp. 440-446. - Quem. DDL t. 7 (s.v. humano-divinité); 9.

Wiktionnaire

Adjectif

humain \y.mɛ̃\

  1. Relatif à l’espèce humaine.
    • Aucune forme humaine ne surgit entre les halliers, aucun bruit humain ne m’arrive. Partout le silence et partout la solitude ! — (Octave Mirbeau, Le Tripot aux champs, Le Journal, 27 septembre 1896)
    • Lorsque l’on ne peut faire autrement que d’affronter le mauvais temps, les forces humaines se décuplent et l’esprit devient plus clairvoyant. — (Dieudonné Costes & Maurice Bellonte, Paris-New-York, 1930)
    • – « Tu es si humain ! » lui disait parfois ma mère, avec un accent d’indéfinissable suspicion.
      Elle ajoutait, pour ne le point trop blesser :
      – « Oui, tu comprends, tu étends la main pour savoir s’il pleut. »
      — (Colette, Sido, 1930, Fayard, page 68.)
    • La justice, en tant qu’elle veut l’inviolabilité de la personne humaine par le seul fait qu’elle est humaine, ne saurait considérer l’homme que dans l’abstrait. — (Julien Benda, La trahison des clercs : Appendice des valeurs cléricales, 1927, éd. 1946)
    • Elle se passa les doigts sur les paupières, les yeux reprirent une expression humaine comme si elle revenait d’une pâmoison. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Le rationalisme cartésien et l’ère nouvelle de la science du XVIIe siècle ont marqué la fin du Moyen Âge et du monopole de l’Église sur les entreprises humaines. — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992, p. 121)
    • Confucius était un moraliste qui se méfiait de l’intelligence ; le terre à terre des relations humaines lui plaisait mieux que la spéculation ondoyante. — (Paul Demiéville, La montagne dans l'art littéraire chinois, dans Choix d'études sinologiques (1921-1970), p.364, BRILL, 1973)
  2. Qui est sensible à la pitié, secourable, bienfaisant.
    • Cet homme est très humain et fort sensible aux misères d’autrui.
    • Je ne connais pas de cœur plus humain.
    • Avoir, montrer des sentiments humains.

Nom commun

humain \y.mɛ̃\ masculin

  1. Être vivant qui fait partie de l’espèce humaine.
    • J’étais un animal traqué, je ne comprenais plus rien aux humains. — (Marie Cardinal, Les mots pour le dire, Livre de Poche, page 97)
  2. (Au pluriel) L’humanité dans son ensemble.
  3. (Figuré) Nature humaine, relation sociale.
    • Mais ils se sont rendu compte qu’il fallait aussi de la proximité. La MSAP permet de remettre un peu d’humain dans la chaîne. — (Camille Bordenet, Solène Cordier et Solène Lhénoret, Les maires des petites communes, Don Quichotte fatigués, Le Monde. Mis en ligne le 27 septembre 2018)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

HUMAIN, AINE. adj.
Qui est de l'homme, qui concerne l'homme, qui appartient à l'homme en général. Le genre humain. L'espèce humaine. Le corps humain. L'esprit humain. La raison humaine. La nature humaine. La condition humaine. Les misères, les infirmités humaines. Les passions humaines. L'industrie humaine. La sagesse humaine. La faiblesse humaine. Voix humaine. Figure humaine. Fragilité humaine. Les faiblesses humaines. Les faiblesses du cœur humain. Aucune puissance humaine ne serait capable de... Cela est au-dessus des forces humaines. Tous les secours humains lui manquent. Les choses humaines, Les affaires du monde, toutes les choses auxquelles l'homme est sujet, les accidents qui arrivent dans la vie. Le cours des choses humaines. L'inconstance des choses humaines. Moyens humains, voies humaines. Tous les moyens, toutes les voies dont les hommes peuvent se servir. Tenter toutes les voies humaines, toutes sortes de moyens humains. Cela est humain, bien humain, Cela est bien en conformité avec la nature de l'homme. Prudence humaine, Prudence qui est inspirée par l'intérêt personnel plutôt que par le sentiment du devoir. S'il n'avait consulté que la prudence humaine, il n'aurait pas pris un parti si décisif. Lettres humaines, La connaissance de la grammaire, de la poésie, de la théorique, de l'histoire, de l'antiquité et des auteurs anciens qui en traitent. Il est plus versé dans les lettres humaines que dans la théologie. On dit plus habituellement aujourd'hui Les humanités. Plus qu'humain se dit de Ce qui excède la portée ordinaire de l'homme. Une pénétration, une intelligence plus qu'humaine. Une valeur plus qu'humaine. Fig. et fam., N'avoir pas figure humaine, forme humaine, Être mal fait, difforme; ou Être extrêmement défiguré par quelque accident, par quelque maladie. Il signifie aussi Qui est sensible à la pitié, secourable, bienfaisant. Un prince humain. Vainqueur humain. Cet homme est très humain et fort sensible aux misères d'autrui. Je ne connais pas de cœur plus humain. On dit, dans un sens analogue, Avoir, montrer des sentiments humains. N'avoir rien d'humain, Être dur et impitoyable. Il se dit comme nom masculin pluriel pour les Hommes. Il n'est guère usité que dans le style poétique et soutenu. Le maître des humains. Il regarde avec mépris tout le reste des humains. Cela n'est pas au pouvoir des humains. Il se dit quelquefois familièrement pour Homme, C'est l'humain le moins humain qui soit. C'est un de ces humains débonnaires qui se laissent mener facilement.

Littré (1872-1877)

HUMAIN (u-min, mè-n') adj.
  • 1Qui concerne l'homme, qui appartient à l'homme en général, qui a le caractère de l'humanité. La vie humaine. C'est ici une véritable variation dans leur doctrine [des protestants], et un effet de la perpétuelle instabilité qui doit faire considérer leur réforme comme un ouvrage de la nature de ceux qui, n'ayant rien que d'humain, doivent être dissipés, selon la maxime de Gamaliel, Bossuet, Var. X, § 52. En un mot, ils ont pu facilement ou se tromper, ou tromper les autres ; car il n'y a rien de plus humain, Bossuet, Hist. II, 13. Ce n'est pas un ouvrage humain que je médite ; je ne suis pas ici un historien qui doit vous développer le secret des cabinets, ni l'ordre des batailles, Bossuet, Reine d'Anglet. Encore que la sagesse, après l'avoir gouverné dès son enfance, l'ait porté aux plus grands honneurs et au comble des félicités humaines, Bossuet, le Tellier. La grandeur et la gloire ?… je ne puis plus soutenir ces grandes paroles, par lesquelles l'arrogance humaine tâche de s'étourdir elle-même pour ne pas apercevoir son néant, Bossuet, Duch. d'Orl. Notre corps [dans la tombe] prend un autre nom ; celui même de cadavre, dit Tertullien, parce qu'il nous montre encore quelque forme humaine, ne lui demeure pas longtemps, Bossuet, ib. Il [Théodose] jugea que ceux-là ne seraient pas fermes dans la foi qui s'y engageaient par des motifs si faibles et si humains, Fléchier, Hist. de Théodose, IV, 27. Une considération toute humaine les a retenus, Bourdaloue, Serm. 20e dim. après la Pentec. Domin. t. IV, p. 229. Prenez garde seulement de ne rien mêler de faible et d'humain à la piété, Massillon, Carême, Resp. hum. Il saura bien vous dédommager par des consolations secrètes de toutes ces amertumes humaines, Massillon, ib. Les attentions, les respects, les offrandes les flattent sans les corrompre [les éléphants] ; ils n'ont donc pas une âme humaine ; cela seul devrait suffire pour le démontrer aux Indiens, Buffon, Quadrup. t. IV, p. 198. Tous les arts sont unis : les sciences humaines N'ont pu de leur empire étendre les domaines Sans agrandir aussi la carrière des vers, Chénier, l'Invention. Ah ! périssent plutôt ces princes orgueilleux, Ainsi qu'un vil bétail traitant la race humaine ! Masson, Helvét. II.

    Le genre humain, l'ensemble des êtres humains. Que servirait à Louis d'avoir étendu sa gloire partout où s'étend le genre humain ?… tout le genre humain demeure d'accord qu'il n'y a rien de plus grand que ce qu'il fait, si ce n'est qu'on veuille compter pour plus grand encore tout ce qu'il n'a pas voulu faire, et les bornes qu'il a données à sa puissance, Bossuet, Mar.-Thér. Du genre humain saluons la famille, Mais qu'ai-je dit ? pourquoi ce chant d'amour ? Aux feux des camps le glaive encor scintille ; Dans l'ombre à peine on voit poindre le jour, Béranger, les Quatre âges.

    L'ami du genre humain, un homme qui prodigue à tout le monde une amitié banale. Je veux qu'on me distingue, et, pour le trancher net, L'ami du genre humain n'est point du tout mon fait, Molière, Mis. I, 1.

    Les choses humaines, toutes les choses auxquelles l'homme prend part. L'inconstance des choses humaines. On n'en dit plus qu'un mot [d'un poisson renommé dans la cuisine] ; jugez par là ce que c'est que de la gloire des choses humaines, et quel cas on en doit faire après cela, Voiture, Lett. 126. Vous verrez dans une seule vie toutes les extrémités des choses humaines, Bossuet, Reine d'Anglet.

    Moyens humains, voies humaines, moyens, voies dont l'homme peut se servir. Il n'est moyen humain qui puisse la sauver, Corneille, Héracl. IV, 1. Ménagements qu'une prudence humaine m'aurait inspirés, Bossuet, Lett. abb. 155.

    Faits humains, les faits qui appartiennent à l'ordre naturel. Comme je n'écris pas une histoire ecclésiastique, mais celle des hommes de mon temps, je ne rapporterai que des faits purement humains, Duclos, Règne de Louis XIV, Œuvres, t. V, p. 132, dans POUGENS.

    Lettres humaines, par opposition à théologie, connaissance de la littérature, grammaire, poésie, rhétorique, histoire, etc. Les lettres humaines sont devenues très inhumaines ; on injurie, on cabale, on calomnie, on fait des couplets, Voltaire, Œdipe, Lett. au P. Porée.

    Fig. et familièrement. N'avoir pas figure humaine, forme humaine, être difforme ou défiguré, excessivement laid.

    Dans le langage des moralistes, les actes humains. On distingue les actes humains et les actes de l'homme : les premiers sont les actions qui se font avec connaissance et liberté, telles que de rendre un service par générosité, etc. ; les actes de l'homme sont les actions indélibérées, telles que de se soutenir dans une chute dangereuse, de crier dans la douleur, etc.

    Respect humain, voy. RESPECT.

  • 2Plus qu'humain, qui excède la portée ordinaire des forces humaines. Une intelligence plus qu'humaine. Il fallait une vertu plus qu'humaine, Bossuet, Hist. II, 7.
  • 3Dans l'orgue, voix humaine, voy. VOIX.
  • 4Sensible à la pitié, bienfaisant, doux. Cet homme est humain. Un vainqueur humain. Et tu crois que, pour moi plus humain que son père, Hippolyte rendra ma chaîne plus légère ? Racine, Phèdre, II, 1. Le ciel les fit [les Français] humains, hospitaliers et bons, Amis des doux plaisirs, des festins, des chansons, Chénier, Hymne à la France.

    Il se dit aussi des choses. Et leur dévotion est humaine et traitable, Molière, Tart. I, 6. Hazael, me regardant avec un visage doux et humain, me tendit la main et me releva, Fénelon, Télém. IV.

    Avoir, montrer des sentiments humains, montrer de la sensibilité, de la bienveillance.

    Ironiquement. Et je verrais mourir frère, enfants, mère et femme, Que je m'en soucierais autant que de cela. - Les sentiments humains, mon frère, que voilà ! Molière, Tart. I, 6.

    N'avoir rien d'humain, être dur, impitoyable. Je rends grâces aux dieux de n'être pas Romain, Pour conserver encor quelque chose d'humain, Corneille, Hor. II, 2. Si l'on doit le nom d'homme à qui n'a rien d'humain, Corneille, Cinna, I, 3. Rien d'humain ne battait sous son épaisse armure, Lamartine, Méd. II, 7, Bonaparte.

    Familièrement. Une femme humaine, une femme qui a peu de rigueurs pour ses adorateurs. Cette belle est fort humaine.

  • 5 Terme d'astrologie. Signes humains, constellations qui représentent quelque figure humaine, comme la Vierge, Orion, etc.
  • 6 S. m. L'humain, la nature humaine, les forces humaines. Sans doute vos chrétiens qu'on persécute en vain Ont quelque chose en eux qui surpasse l'humain, Corneille, Poly. V, 6.
  • 7 S. m. pl. Dans le langage élevé et poétique, les humains, les hommes. La chasteté déjà, la rougeur sur le front, Avait chez les humains reçu plus d'un affront, Boileau, Sat. X. Vous verriez à regret marcher à votre suite Un indigne empereur, sans empire, sans cour, Vil spectacle aux humains des faiblesses d'amour, Racine, Bérén. V, 6. On ne voit plus pour nous ses redoutables mains De merveilles sans nombre effrayer les humains, Racine, Athal. I, 1. Minos juge aux enfers tous les pâles humains, Racine, Phèdre, IV, 6. Faut-il toujours combattre ou tromper les humains ! Voltaire, Fanat. V, 1. Je sais que les humains sont nés égaux et frères, Voltaire, Scythes, I, 3. Les fortes âmes de ceux-ci [les Romains et les Grecs] paraissent aux autres [les modernes] des exagérations de l'histoire… ils existèrent pourtant, et c'étaient des humains comme nous ; qu'est-ce qui nous empêche d'être des hommes comme eux ? Rousseau, Pologne, 2. Vivre comme jadis, aux champs de Babylone, Ont vécu, nous dit-on, ces pères des humains Dont le nom aux autels remplit nos fastes saints, Chénier, Élégies, 14. Mais plaignons les humains, et laissons les tyrans S'environner d'acier, s'entourer de méchants, Masson, Helv. II.

    Familièrement, au singulier. C'est un bon humain. Le meilleur humain du monde. Gaîment avec la grisette D'un président, bon humain, Cette folle, à la buvette, Répétait le verre en main…, Béranger, Muse en fuite.

    Quelquefois il se dit en ce sens au pluriel. C'était un de ces humains débonnaires qui aiment tous ceux à qui le sang les lie, Lesage, Est. Gonz. ch. 55.

    Il se dit aussi au singulier, dans le style élevé. Ces fleuves, ces bergers, Éden aimé des cieux, Et du premier humain berceau délicieux, Chénier, Élégies, 14.

REMARQUE

Dans le sens de sensible, bienveillant, humain ne se met qu'après son substantif.

HISTORIQUE

XIIe s. De sun gré le suffri Deus pur l'umain peschié, Th. le mart. 46.

XIIIe s. Congié [je] demant tout premerain à celui qui plus m'est umain Et dont je miex louer me doi, Fabliaux, 2e éd. 135. Cors et ame, membre, heritage Y pert [à boire] souvent l'umain lignage, Guersai. Si bon signor ni si humain N'auront jamais si com il dient, l'Escoufle. Che sont humaines passions [souffrances], Quant la matere est corrompue, Ki del cors d'omme est dissolue, Gui de Cambrai, p. 26.

XVe s. Si est que pour le sang humain Eviter et garder d'espandre…, Myst. du siége d'Orl. p. 737.

XVIe s. La plus commune des humaines erreurs, Montaigne, I, 11. La race humaine, Montaigne, I, 70. Les lettres humaines et les sciences liberales, Amyot, Lucull. 2. Si quelqu'ennuy ne vient ramentevoir Le povre humain d'invoquer Dieu qui l'ame [l'aime]…, Marot, II, 266. Les anges, voyans les humains hors les troubles et sollicitudes terriennes, les saluent…, Rabelais, Pant. III, 24. Ces mots [lèze majesté] s'entendent seulement de la majesté humaine et non divine, Coust. génér. t. I, p. 225.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

HUMAIN. - HIST. Ajoutez :

XIVe s. Humains, bien vous doit souffire Que estes tant de Dieu amez Qu'est mort pour vous à martire, Théâtre franç. du moyen âge, Paris, 1839, p. 360.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

HUMAIN, adj. (Gram.) qui appartient à la nature de l’homme. Voyez Naturel.

Le corps humain est l’objet de la Médecine. Voyez Corps & Médecine.

Epicure & ses sectateurs nient que les dieux se mêlent des choses humaines. Voyez Epicuriens.

On distingue la foi en divine & en humaine. Voyez Foi.

* Humaine espece. (Hist. nat.) L’homme considéré comme un animal, offre trois sortes de variétés ; l’une est celle de la couleur ; la seconde est celle de la grandeur & de la forme ; la troisieme est celle du naturel des différens peuples.

En passant d’un pole à l’autre, & en commençant par le nord, on trouve d’abord les Lapons Danois, Suédois, Moscovites & indépendans, les Zembliens, les Borandiens, les Samoïedes, les Tartares septentrionaux, & peut-être les Ostiaques dans l’ancien continent, les Groenlandois & les Sauvages au nord des Esquimaux. On croiroit que c’est une race d’hommes dégénérée, d’une petite stature & d’une figure bisarre. Ils ont tous le visage large & plat, le nez camus & épaté, l’iris de l’œil jaune, brun & tirant sur le noir, les paupieres retirées vers les temples ; les joues très-élevées, la bouche grande, le bas du visage étroit, les levres épaisses, la voix grêle, la tête grosse, les cheveux noirs & lissés, la peau basanée & couleur d’olive foncée. Ils sont petits, trapus & maigres : la plûpart n’ont que quatre piés de hauteur, les plus grands que quatre piés & demi. Les femmes sont aussi laides que les hommes ; leurs mamelles sont très-considérables ; elles en ont le bout noir comme du charbon : des voyageurs disent qu’elles n’ont de poil que sur la tête, & qu’elles ne sont pas sujetes à l’évacuation périodique.

Tous ces peuples laids sont grossiers, superstitieux & stupides. Les Lapons Danois consultent un gros chat noir. Les Suédois appellent le diable avec un tambour. Ils courent en patins sur la neige avec tant de vîtesse, qu’ils atteignent sans peine les animaux les plus légers. Ils ont l’usage de l’arc & de l’arbalête, & ils s’en servent très-adroitement. Ils chassent ; ils vivent de poisson sec, de la chair de renne ou d’ours, & de pain fait de la farine d’os de poisson, broyée & mêlée avec l’écorce tendre du pin ou du bouleau ; ils boivent de l’huile de baleine & de l’eau. Ils n’ont presqu’aucune idée de Dieu ni de religion. Ils offrent aux étrangers leurs femmes & leurs filles. Ils habitent sous terre ; ils s’éclairent avec des lampes pendant leur nuit, qui est de plusieurs mois. Les femmes sont habillées de peau de renne en hiver, & de peaux d’oiseaux en été. Dans cette derniere saison, ils se défendent de la piqueure des moucherons par une épaisse fumée qu’ils entretiennent autour d’eux. Ils sont rarement malades. Leurs vieillards sont robustes ; seulement la blancheur des neiges & la fumée leur affoiblissent la vûe, & il y en a beaucoup qui sont aveugles.

Les Tartares occupent un espace immense. Ils ont le haut du visage large & ridé, le nez court & gros, les yeux petits & enfoncés, les joues fort élevées, le bas du visage étroit, le menton long & avancé, la machoire supérieure enfoncée, les dents longues & séparées, les sourcils gros & couvrant l’œil, les paupieres épaisses, la face plate, le teint basané & olivâtre, les cheveux noirs, la stature médiocre, le corps fort & robuste, la barbe rare & par bouquets, les cuisses grosses, les jambes courtes. Ceux qu’on appelle Calmouques sont d’un aspect effroyable. Ils vivent de la chair du cheval, du chameau, & boivent le lait de jument fermenté avec de la farine de millet. Ils ne gardent de cheveux qu’un toupet, qu’ils laissent croître assez pour en faire une tresse de chaque côté du visage. Les femmes sont aussi laides que les hommes. Ils n’ont ni mœurs ni religion.

Le sang Tartare s’est mêlé d’un côté avec les Chinois, & de l’autre avec les Russes orientaux ; & ce mélange n’a pas tout-à-fait effacé les traits de la race primitive.

Il y a parmi les Russes ou Moscovites beaucoup de visages Tartares, des corps quarrés, des cuisses grosses & des jambes courtes.

Les Chinois ont les membres bien proportionnés, sont gros & gras, ont le visage large & rond, les yeux petits, les sourcils grands, les paupieres élevées, le nez petit & écrasé, la barbe éparse & par épis. Ceux qui habitent les provinces méridionales sont bruns & d’un teint plus basané que les autres. Les habitans du milieu de l’empire sont blancs : au reste, ces caracteres varient ; mais en général ces peuples sont mols, pacifiques, indolens, superstitieux, soumis, esclaves & cérémonieux.

Les Japonois sont assez ressemblans aux Chinois, quant à la figure ; mais altiers, aguerris, adroits, vigoureux, inconstans & vains, capables de supporter la faim, la soif, le froid, le chaud & la fatigue ; ils sont d’un caractere fort différent.

Les Chinois & les Japonois sont dans l’usage d’empêcher le pié de croître à leurs femmes par des moyens violens, ensorte qu’elles ne peuvent marcher.

Les habitans du pays froid, stérile & montueux d’Yeço, voisins des Chinois & des Japonois, sont grossiers, brutaux, sans mœurs & sans arts, ont le corps court & gros, les cheveux longs & hérissés, les cheveux noirs, le front plat, le teint jaune, le corps & même le visage velus, & sont paresseux & mal-propres.

Les Cochinchinois, dont la contrée est plus montueuse & plus méridionale que la Chine, sont plus basanés & plus laids que les Chinois.

Les Tunquinois, dont le pays est meilleur, & qui vivent sous un climat moins chaud, sont mieux faits & moins laids que les Cochinchinois.

Les Siamois, les Péguans, les habitans d’Aracan, de Laos, &c. sont assez ressemblans aux Chinois ; ils ne different plus ou moins que par la couleur.

Le goût pour les grandes oreilles est commun à tous les peuples de l’orient, & les uns les ont longues naturellement, les autres les allongent par art.

Ces peuples ne different gueres des Chinois, & tiennent encore des Tartares les yeux petits, le visage plat & la couleur olivâtre ; mais en descendant vers le midi, les traits commencent à changer & à se diversifier.

Les habitans de la presqu’isle de Malaca & de l’isle de Sumatra sont noirs, petits, vifs, bien proportionnés, braves & fiers.

Ceux de Java, voisins de Sumatra & de Malaca, tiennent des Chinois ; ils ont seulement la couleur rouge, mêlée de noir des malais. Il faut cependant en excepter les Chacrelas. Ceux-ci sont blonds & blancs, ont les yeux foibles, ne peuvent supporter le grand jour, & ne voyent bien que la nuit.

On prétend que dans l’isle de Mindoro & dans l’isle Formose il y a des hommes à queue : ce fait est suspect ; mais un autre fait qui ne l’est pas, c’est qu’il n’est permis aux femmes mariées d’avoir des enfans qu’à 35 ou 37 ans. Si elles deviennent grosses plûtôt, les prêtresses les foulent aux piés & les font avorter.

Aux isles Mariannes ou des Larrons, les hommes sont très-grands, très-robustes & très-grossiers ; ils ne vivent que de racines, de fruits & de poisson, & cependant ils parviennent à l’extrême vieillesse.

Au midi des isles Mariannes, & à l’orient des Moluques, on trouve la terre des Papous & la nouvelle Guinée. Les Papous sont noirs comme les Caffres, ont les cheveux crêpus, le visage maigre & laid. Parmi ces Papous si noirs, il y a des hommes blonds & blancs.

Les Mogols & les autres peuples de la presqu’isle de l’Inde ressemblent aux Européens pour la taille & les traits ; mais ils en different plus ou moins par la couleur. Les Mogols sont olivâtres.

Les Bengalois sont plus jaunes que les Mogols. Ils sont beaux & bien faits. Leurs femmes passent pour les plus lascives de l’Inde.

Les habitans de la côte de Coromandel sont plus noirs que les Bengalois & moins civilisés. Ceux de la côte de Malabar sont encore plus noirs.

Les coûtumes de ces différens peuples de l’Inde sont bisarres. Les Banianes ne mangent de rien de ce qui a vie. Ils craignent de tuer un insecte. Les Naires de Calicut sont au contraire tous chasseurs ; ils ne peuvent avoir qu’une femme, mais leurs femmes peuvent prendre autant de maris qu’il leur plaît. Il y a des hommes & des femmes parmi ces derniers qui ont les jambes monstrueuses.

Les habitans de Ceylan ressemblent assez à ceux de la côte de Malabar.

Les Maldivois olivâtres sont bien faits.

Les habitans de Cambaye ont le teint gris.

Les Persans, voisins des Mogols, en sont peu différens. Il y a dans la Perse beaucoup de belles femmes, mais elles y sont amenées des autres contrées.

Les peuples de la Perse, de la Turquie, de l’Arabie, de l’Egypte & de toute la Tartarie peuvent être regardés comme une même nation.

Les Arabes vivent misérablement. Ils n’ont des peuples policés que la superstition. Les Egyptiens sont grands, & leurs femmes petites.

Les peuples qui habitent entre le 20 & le 30 ou 35 degré de latitude Nord dans l’ancien continent, depuis l’empire du Mogol jusqu’en Barbarie, & même depuis le Gange jusqu’aux côtes occidentales de Maroc, ne sont pas fort différens les uns des autres. Les hommes en général y sont bruns & basanés, assez beaux & bien faits. Si l’on examine ceux qui habitent sous un climat plus tempéré, on trouvera que les hommes des provinces septentrionales du Mogol & de la Perse, les Arméniens, les Turcs, les Géorgiens, les Mingreliens, les Circassiens, les Grecs & tous les peuples de l’Europe sont les plus blancs, les plus beaux & les mieux proportionnés de la terre ; & que, quoiqu’il y ait fort loin de Cachemire en Espagne, & de la Circassie en France, il ne laisse pas d’y avoir une singuliere ressemblance entre ces peuples si éloignés les uns des autres, mais situés à peu-près à une égale distance de l’équateur.

Les Cachemiriens sont beaux ; le sang est encore plus beau en Géorgie qu’à Cachemire. Les femmes de Circassie sont renommées pour leurs charmes, & c’est à juste titre. Les Mingreliens ne le cedent en rien à ces peuples. Tous ces peuples sont blancs.

Les habitans de la Judée ressemblent aux autres Turcs ; ils sont seulement plus bruns que ceux de Constantinople. Il en est de même des Grecs ; ceux de la partie septentrionale sont fort blancs ; ceux des îles ou provinces méridionales sont bruns. En général, les femmes greques sont plus belles & plus vives que les femmes turques.

Les Grecs, les Napolitains, les Siciliens, les habitans de Corse, de Sardaigne, & les Espagnols, situés à peu-près sous un même parallele, sont assez semblables pour le teint ; mais plus basanés que les François, les Anglois, les Allemands, les Polonois, les Moldaves, les Circassiens, & les autres habitans du Nord de l’Europe jusqu’en Laponie, ou l’on trouve une autre espece d’hommes.

Les Espagnols sont maigres & assez petits. Ils ont la taille fine, la tête belle, les traits réguliers, les yeux beaux, les dents assez bien rangées, mais le teint jaune & basané.

Les hommes à cheveux noirs ou bruns commencent à être rares en Angleterre, en Flandre, en Hollande, & dans les provinces septentrionales de l’Allemagne. On n’en trouve presque point en Dannemarck, en Suede, en Pologne.

Les Goths sont de haute taille ; ils ont les cheveux lisses, blonds, argentés, & l’iris de l’œil bleuâtre.

Les Finois ont le corps musculeux & charnu, les cheveux blonds, jaunes & longs, & l’iris jaune-foncé.

Les Suédoises sont fécondes, & les hommes y vivent long-tems.

L’homme est plus chaste dans les pays froids que dans les climats méridionaux. On est moins amoureux en Suéde qu’en Espagne ou en Portugal, & cependant les Suédoises font plus d’enfans. On a appellé le Nord officina gentium.

Les Danois sont grands & robustes, d’un teint vif & coloré. Les femmes danoises sont blanches, assez bien faites, & fécondes.

Les Ingriens & les Carliens qui habitent les provinces septentrionales de la Moscovie, sont vigoureux & robustes. Ils ont pour la plûpart des cheveux blonds, & ressemblent assez aux Finois.

Il suit de ce qui précede, que la couleur dépend beaucoup du climat, sans en dépendre entierement. Il y a différentes causes qui doivent influer sur la couleur, & même sur la forme des traits ; telles sont la nourriture & les mœurs.

Achevons de parcourir l’Afrique. Les peuples qui sont au-delà du tropique, depuis la mer Rouge jusqu’à l’Océan, sont des especes de Maures, mais si basanés qu’ils paroissent presque tous noirs ; ils sont mêlés de beaucoup de mulâtres.

Les negres du Sénégal & de Nubie sont très-noirs, excepté les Ethiopiens & les Abyssins. Les Ethiopiens sont olivâtres ; ils ont la taille haute, les traits du visage bien marqués, les yeux beaux & bien fendus, le nez bien fait, les levres petites & les dents blanches. Les Nubiens ont les levres grosses & épaisses, le nez épaté, & le visage fort noir.

Il y a sur les frontieres des deserts de l’Ethiopie un peuple appellé Acridophages ou mangeurs de sauterelles. Ils vivent peu. Cette nourriture engendre dans leurs chairs des insectes qui les dévorent. Après avoir vêcu d’insectes, ils en sont mangés.

En examinant les différens peuples qui composent les races noires, on y remarque autant de variétés que dans les races blanches ; mêmes nuances du brun au noir que du blanc au brun.

Les habitans des îles Canaries ne sont pas des negres, ils n’ont de commun avec eux que le nez applati. Ceux qui habitent le continent de l’Afrique à la hauteur de ces îles, sont des Maures assez basanés, mais appartenans à la race des blancs. Les habitans du Cap blanc sont encore des Maures. Ces Maures s’étendent jusqu’à la riviere du Sénégal, qui les sépare d’avec les negres. Les negres sont au midi, & absolument noirs.

Les Maures sont petits, maigres & de mauvaise mine, avec de l’esprit & de la finesse. Les Negres sont grands, gros, bien faits, mais niais & sans génie.

Il y a au nord & au midi du fleuve, des hommes qu’on appelle Foules, qui semblent faire la nuance entre les Maures & les Negres. Les Foules ne sont pas tout-à-fait noirs comme les Negres, mais ils sont bien plus bruns que les Maures.

Les îles du cap Verd sont toutes peuplées de Mulatres, venus des premiers Portugais & des Negres qui s’y trouverent ; on les appelle Negres couleur de cuivre.

Les premiers Negres qu’on trouve sont sur le bord méridional du Sénégal ; on les nomme Jalofes. Ils sont tous fort noirs, bien proportionnés, d’une taille assez avantageuse, & moins durs de visage que les autres Negres. Ils ont les mêmes idées de la beauté que nous ; il leur faut de grands yeux, une petite bouche, des levres fines & un nez bien fait, mais la couleur très-noire & fort luisante. A cela près, leurs femmes sont belles, mais elles donnent cependant la préférence aux blancs.

L’odeur de ces Negres du Sénégal est moins forte que celle des autres Negres. Ils ont les cheveux noirs, crépus, & comme de la laine frisée. C’est par les cheveux & la couleur qu’ils different principalement des autres hommes.

Si le nez est épaté, si les levres sont grosses par artifice en quelques contrées, il est certain que dans d’autres ces traits sont donnés par la nature.

Les Négresses sont fort fécondes. Les Negres de Gorée & du cap Verd sont aussi bien faits & très-noirs. Ceux de Sierra-leona ne sont pas tout-à-fait si noirs que ceux du Sénégal. Ceux de Guinée, quoique sains, vivent peu. C’est une suite de la corruption des mœurs.

Les habitans de l’île de Saint-Thomas sont des Negres semblables à ceux du continent voisin. Ceux de la côte de Juda & d’Arada sont moins noirs que ceux du Sénégal & de Guinée. Les Negres de Congo sont noirs, mais plus ou moins. Ceux d’Angola sentent si mauvais lorsqu’ils sont échauffés, que l’air des endroits où ils ont passé en reste infecté pendant plus d’un quart d’heure.

Quoiqu’en général les Negres aient peu d’esprit, ils ne manquent pas de sentiment. Ils sont sensibles aux bons & aux mauvais traitemens. Nous les avons réduits, je ne dis pas à la condition d’esclaves, mais à celles de bêtes de somme ; & nous sommes raisonnables ! & nous sommes chrétiens !

On ne connoît guere les peuples qui habitent les côtes & l’intérieur des terres de l’Afrique depuis le cap Negre jusqu’au cap des Voltes. On sait seulement que les hommes y sont moins noirs, & qu’ils ressemblent aux Hottentots dont ils sont les voisins.

Les Hottentots ne sont pas des Negres, mais des Cafres, qui se noircissent avec des graisses & des couleurs. Cependant ils ont les cheveux laineux & frisés. On pourroit les regarder dans la race des noirs comme une espece qui tend à se rapprocher des blancs, ainsi que dans la race des blancs, les Maures comme une espece qui tend à se rapprocher des noirs.

Les femmes des Hottentots sont petites. Elles ont une excroissance de chair ou de peau dure & large, qui commence au-dessus de l’os pubis, & qui leur tombe jusqu’au milieu des cuisses comme un tablier. L’usage est de ne laisser aux hommes qu’un testicule.

Les Hottentots ont tous le nez épaté & les levres grosses. On dit qu’une petite fille enlevée de chez ce peuple, & nourrie en Hollande, y devint blanche.

Les habitans de la terre de Natal sont moins malpropres & moins laids que les Hottentots. Ils ont cependant les cheveux frisés & le nez plat.

Ceux de Sosola & du Monomotapa sont encore mieux que ceux de Natal ; & les peuples de Madagascar & de Mozambique, quoique noirs, ne sont pas Negres.

Il paroît que les Negres proprement dits, sont différens des Cafres, qui sont des noirs d’une autre espece ; mais ce qui acheve de résulter de ces observations, c’est que la couleur est principalement un effet du climat, & que les traits dépendent des usages.

L’origine des noirs a fait de tous les tems une grande question. Les anciens les regardoient comme la derniere nuance des peuples basanés. Voyez l’article Negres.

Nous allons considérer les différens peuples de l’Amérique, comme nous avons considéré ceux des autres parties du monde.

Au nord de l’Amérique on trouve des especes de Lapons semblables à ceux d’Europe & aux Samoïedes d’Asie. Ceux du détroit de Davis sont petits, olivâtres, à jambes courtes & grosses, & voisins comme en Europe, d’une espece grande, bien faite, & blanche, avec un visage fort régulier.

Les sauvages de la baie d’Hudson & du nord de la terre de Labrador, ne paroissent pas de la même race. Ils sont laids, petits, mal faits, & ont le visage presque couvert de poil, comme les habitans du-pays d’Yeço.

Les sauvages de terre neuve ressemblent assez à ceux du détroit de Davis.

Les sauvages du Canada & de toute la profondeur des terres, jusqu’aux Assiniboils, sont grands, forts, robustes & bien faits. Ils ont tous les cheveux & les yeux noirs, les dents blanches, le tein basané, peu de barbe, & presque point de poil en aucune partie du corps ; rien de plus ressemblant qu’eux aux Tartares orientaux : aussi sont-ils sous la même latitude.

Les peuples de la Floride, du Mississipi, & des autres parties méridionales de l’Amérique septentrionale, sont plus basanés que ceux du Canada, sans cependant être bruns. Les Apalachites, voisins de la Floride, sont grands & bien proportionnés, ont les cheveux noirs & longs, & la couleur olivâtre.

Les naturels des îles Lucaies sont moins basanés que ceux de Saint-Domingue & de l’île de Cube.

Les Caraibes ont la taille belle, sont beaux, forts, dispos & sains. Quelques uns ont le front & le nez applatis ; mais c’est par un caprice d’altérer la figure humaine, assez général chez tous les sauvages. Leurs dents sont belles, leurs cheveux longs & lisses, leurs dents bien rangées, & leur tein olivâtre. Ils aiment la liberté au point qu’ils se laissent mourir plutôt que de servir. Leurs femmes sont petites, ont les yeux noirs, le visage rond, les dents blanches & l’air gai, au contraire des hommes qui sont tristes & mélancoliques.

Les naturels du Mexique sont bien faits, dispos, bruns & olivâtres. Ils ont peu de poils, même aux sourcils ; cependant les cheveux longs & fort noirs.

Les habitans de l’isthme de l’Amérique sont de bonne taille & d’une jolie tournure ; mais ils ont le tein basané, ou de couleur de cuivre jaune ou d’orange, & les sourcils noirs comme le jais. Parmi eux il y a des individus blancs, mais d’un blanc de lait. Ils ont la peau couverte d’un duvet blanc, les paupieres en forme de croissant dont les pointes tournent en bas ; la vûe si foible, qu’ils ne sortent & ne voient que la nuit. Voilà les analogues des Chacrelas de Java, & des Bédas de Ceylan. Ces blancs naissent de peres & de meres couleur de cuivre ; ce qui feroit penser que les Chacrelas & les Bédas viennent aussi de peres & de meres basanés, sur-tout après les exemples qu’on a parmi les Negres, de blancs nés de peres & de meres noirs. Ce qu’il y a de bizarre, c’est que cette variété n’a lieu que du noir au blanc, & non du blanc au noir. Il n’arrive point chez les blancs qu’il naisse des individus noirs.

Les peuples des Indes orientales, de l’Afrique & de l’Amérique où l’on trouve ces hommes blancs, sont tous sous la même latitude. Autre singularité.

Le blanc paroît donc être la couleur primitive de la nature, que le climat, la nourriture & les mœurs alterent, & font passer par le jaune & le brun, & conduisent au noir.

Les hommes d’un blond blanc ont les yeux foibles, & souvent l’oreille dure. On prétend que les chiens blancs, sans aucune tache, sont sourds ; & en effet il y en a des exemples.

Les Indiens du Pérou sont de couleur de cuivre, comme ceux de l’isthme, à moins qu’ils n’habitent des lieux élevés ; alors ils sont blancs. Ceux de la terre ferme, le long de la riviere des Amazones & le continent de la Guiane, sont basanés, rougeâtres, plus ou moins clairs, excepté les Arras, qui sont presque aussi noirs que les Negres.

Les sauvages du Brésil sont à peu-près de la taille des Européens, mais plus forts, plus robustes & plus dispos. Ils ont peu de maladies, vivent long-tems, ont la tête grosse, les épaules larges, les cheveux longs, & sont basanés.

Les habitans du Paragai ont la taille assez belle & assez élevée, le visage un peu long & la couleur olivâtre. Ils sont sujets à une espece de lepre qui leur couvre tout le corps, sans les incommoder beaucoup.

Les Indiens du Chili sont d’un basané de cuivre rouge, mais non mêlé de blanc & de noir, comme les Mulatres qui viennent d’un blanc & d’une Négresse, ou d’une blanche & d’un Negre ; du reste ce sont des hommes vigoureux.

C’est à l’extrémité du Chili, vers les terres Magellaniques, qu’on place une race gigantesque appellée les Paragons ; on leur donne jusqu’à neuf à dix piés de hauteur. Mais la hauteur commune de l’homme étant de cinq piés, elle ne s’étend guere qu’à un pié au-dessus ou au-dessous.

De ce qui précede il suit que dans tout le nouveau continent que nous venons de parcourir, il n’y a qu’une seule & même race d’hommes, plus ou moins basanés. Les Américains sortent d’une même souche. Les Européens sortent d’une même souche. Du nord au midi on apperçoit les mêmes variétés dans l’un & l’autre hémisphere. Tout concourt donc à prouver que le genre humain n’est pas composé d’especes essentiellement différentes. La différence des blancs aux bruns vient de la nourriture, des mœurs, des usages, des climats ; celle des bruns aux noirs a la même cause. Voyez l’article Negres.

Il n’y a donc eu originairement qu’une seule race d’hommes, qui s’étant multipliée & répandue sur la surface de la terre, a donné à la longue toutes les variétés dont nous venons de faire mention ; variétés qui disparoîtroient à la longue, si l’on pouvoit supposer que les peuples se déplaçassent tout-à-coup, & que les uns se trouvassent ou nécessairement ou volontairement assujettis aux mêmes causes qui ont agi sur ceux dont ils croient occuper les contrées. Voyez l’Histoire naturelle de Mrs. de Buffon & d’Aubanton.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « humain »

Provenç. human, uman ; catal. humá, espagn. humano ; ital. umano ; du latin humanus, de homo, homme.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin humanus, de même sens.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « humain »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
humain ymɛ̃

Citations contenant le mot « humain »

  • C'est une triste chose de penser que la nature parle et que le genre humain n'écoute pas. Victor Hugo, Carnets, albums, journaux
  • Rien d'humain ne battait sous ton épaisse armure. Alphonse de Prât de Lamartine, Nouvelles Méditations, Bonaparte
  • On peut être juste, si l'on n'est pas humain. Isidore Ducasse, dit le comte de Lautréamont, Poésies, II
  • On ne peut être juste si on n'est pas humain. Luc de Clapiers, marquis de Vauvenargues, Réflexions et Maximes
  • Seul est éternel le devoir envers l'être humain comme tel. Simone Weil, L'Enracinement, Gallimard
  • Partout, la société conspire contre l'humaine nature de chacun de ses membres. Ralph Waldo Emerson, Essays, Self-Reliance
  • L'histoire humaine est par essence l'histoire des idées. Herbert George Wells, The Outline of History, 40
  • Boire est humain, donc buvons. De Proverbe latin
  • Rien de plus humain que le divin. De Paul Valéry
  • Manger est humain, digérer est divin De Charles T. Copland
  • Errer est humain, pardonner est divin. De Alexander Pope / Essay on cristicism
  • Le divin est dans l'humain. De José Marti / Essai sur l'art et la littérature
  • Un petit particulier humain m’intéresse plus que l’humain général. De Jules Renard
  • Tout acte humain est un jugement porté sur la nature divine. Jacques Maritain, Carnet de notes, 21 septembre 1910 Desclée de Brouwer
  • M, pour peindre d'un seul mot la rareté des honnêtes gens, me disait que, dans la société, l'honnête homme est une variété de l'espèce humaine. Sébastien Roch Nicolas, dit Nicolas de Chamfort, Caractères et anecdotes
  • La loi d'amour […] fait que chacun sent en soi l'immense unité humaine, et devient fort autant que tous ensemble. Alphonse de Brédenbec de Châteaubriant, La Réponse du Seigneur, La Mappemonde
  • Le gouvernement est stationnaire, l'espèce humaine est progressive. Il faut que la puissance du gouvernement contrarie le moins qu'il est possible la marche de l'espèce humaine. Benjamin Constant de Rebecque, Réflexions sur les constitutions
  • La saine politique ne saurait avoir pour objet de faire marcher l'espèce humaine, qui se meut par une impulsion propre, suivant une loi aussi nécessaire, quoique plus modifiable, que celle de la gravitation. Mais elle a pour but de faciliter sa marche en l'éclairant. Auguste Comte, Plan des travaux scientifiques nécessaires pour réorganiser la société
  • Seul l'humain peut avoir conscience de la perte de l'humain. De Edward Bond / Libération - A quoi pensez-vous ?
  • Le génie, cette folie artistique de l’être humain. De TW
  • Le genre humain vit grâce à quelques hommes. De Lucain / La pharsale
  • Dans chaque être humain vit une colonie entière. De Pablo Picasso
  • La méditation est l’art majeur de l’être humain. De Jiddu Krishnamurti
  • Le théâtre est indispensable à ce qui nous rend humain. De Edward Bond
  • Otez le genre humain, l'univers est sans témoins. De Antoine de Rivarol
  • L’être humain est une ruche d’Etres. De Gaston Bachelard
  • Le coeur humain est beau comme un sismographe. De André Breton / Nadja
  • Ces derniers mois, le Dr Smoliga, vétérinaire et spécialiste de l'exercice physique, a travaillé sur une analyse mathématique du nombre maximum de hot-dogs qu'un être humain pourrait théoriquement consommer en dix minutes, relate The New York Times. Slate.fr, On sait combien de hot-dogs un humain peut ingurgiter en dix minutes | Slate.fr
  • Vidéographie sur les effets d'un séjour dans l'espace sur le corps humain. VIDEOGRAPHIE TV5MONDE, Séjourner dans l'espace, une épreuve pour le corps humain
  • Le « Ken humain », surnommé de la sorte pour sa ressemblance avec la poupée éponyme, est passé plus de septante fois sur le billard afin de gommer ses imperfections et ressembler le plus possible à la poupée. Mais après avoir investi 700.000 € dans ces opérations, il avait finalement choisi d’entamer sa transformation pour ressembler à Barbie et, donc, devenir une femme. sudinfo.be, Le «Ken humain» est devenu une femme, «Jessica la Barbie»: elle souhaite désormais avoir un bébé! (photos)
  • Trey Ideker et ses collègues ont étudié ce processus chimique de méthylation chez 104 labradors retriever, dont les âges variaient de quelques semaines à 16 ans. Il était ensuite comparé au processus de méthylation chez des humains.  Le HuffPost, L'âge humain de votre chien pourrait être à recalculer | Le HuffPost
  • Dans les moments difficiles, les salariés expriment des besoins de considération, de soutien et de prise en compte de leur problématique spécifique. Ainsi, la période de confinement fut particulièrement éprouvante pour les collaborateurs avec enfants qui ont du concilier vie professionnelle et rôle parental et éducatif. Une situation qui perdure encore, produisant beaucoup de stress chez eux qui doivent remplir leurs missions professionnelles, leurs devoirs de parents et répondre aux sollicitations de leurs collègues. Résultat : ils sont débordés et, avec le sentiment de bâcler chacune de leurs taches, certains, frôlent le burn-out. Or une entreprise n’est performante que si ses ressources humaines sont dynamiques et épanouies. D’où l’impérieuse nécessité d’en prendre soin en mettant en place des conditions de travail adaptées. Dans le cas précis des parents en télétravail, il est important de les inciter à se déclarer, non pour leur en tenir rigueur, mais pour les aider à gérer cette situation. Des solutions concrètes peuvent être mises en place comme des aides financières avec le paiement de gardes d’enfants, un soutien organisationnel avec des plannings adaptés, ou la prise en charge d’une partie de leur travail par des collègues pendant une période définie. Autant d’actions qui prouvent que l’humain est au cœur des priorités de l’entreprise et qui bénéficie à la marque employeur. , Covid 19 : moment de vérité entre humain et économie
  • La nouvelle séquence du génome humain, « dérivée d'une lignée cellulaire humaine appelée CHM13, comble de nombreuses lacunes dans le génome de référence actuel, connu sous le nom de Genome Reference Consortium build 38 (GRCh38) ». Le consortium T2T continue à travailler à la finalisation de tous les chromosomes CHM13. , Un chromosome humain a été séquencé en totalité | Gènéthique
  • Il est des combats qui devraient sembler absurdes à mener encore, et pourtant ce sont ceux qui nous requièrent toujours. Des combats qui nous rappellent que notre condition humaine ne nous est jamais acquise. Je le crois de toutes mes forces, l’humanité ne nous est pas donnée, nous ne la tenons d’aucune loi naturelle, d’aucun État, d’aucun système social, et aucune religion ne nous a jamais vraiment libérés de ces combats absurdes mais inévitables qui nous font humains. Et un de ces combats à mener encore et toujours, c’est celui contre le racisme parce que là se trouve une ligne de front sur laquelle se gagne notre humanité. Lutter contre le racisme, nous ne devrions plus avoir à le faire.Notre tragédie tient en un paradoxe dérisoire : seule l’humanité peut livrer le combat pour son humanité, et seule, souvent, l’humanité s’y oppose. Rester des hommes, c’est mener un combat dont la victoire est à jamais provisoire. Il n’y a qu’une seule façon d’être sincèrement « antiraciste », c’est de ne plus juger quiconque, les autres et soi-même, selon ce qui serait sa « race ». Et c’est de refuser de se laisser enfermer dans un passé, que ce soit celui des colons ou celui des colonisés, celui des esclavagistes ou celui des esclaves. Nous ne sommes responsables que de notre liberté, pas de notre servitude, et nous pouvons lucidement affronter ce qu’est notre passé sans avoir à le cacher, à le brûler, à le renier. La Croix, Rester humain
  • Près d'un humain sur neuf souffrait de sous-alimentation chronique en 2019, une proportion appelée à s'aggraver en raison de la pandémie de Covid-19, selon un rapport annuel de l'ONU publié lundi. , Près d'un humain sur neuf souffre déjà de sous-alimentation

Images d'illustration du mot « humain »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « humain »

Langue Traduction
Anglais human
Espagnol humano
Italien umano
Allemand mensch
Chinois 人的
Arabe بشري
Portugais humano
Russe человек
Japonais 人間
Basque giza
Corse umanu
Source : Google Translate API

Synonymes de « humain »

Source : synonymes de humain sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « humain »

Humain

Retour au sommaire ➦

Partager