La langue française

Atroce

Sommaire

  • Définitions du mot atroce
  • Étymologie de « atroce »
  • Phonétique de « atroce »
  • Évolution historique de l’usage du mot « atroce »
  • Citations contenant le mot « atroce »
  • Traductions du mot « atroce »
  • Synonymes de « atroce »
  • Antonymes de « atroce »

Définitions du mot atroce

Trésor de la Langue Française informatisé

ATROCE, adj.

D'une cruauté qui suscite l'horreur ou la réprobation.
A.− Sens actif. [L'accent est mis sur l'action exercée par le comportement habituel ou occasionnel d'une pers. ou d'une collectivité] Qui est d'une cruauté affreuse. Caractère atroce. C'est un homme atroce (Ac. 1835, 1878). Loi, tyran atroce :
1. Quel tribunal enfin, quel juge, et quel arrêt pour toute une famille coupable et accablée de remords, que les funérailles de Clarisse! Tout est simple dans ce roman, hormis le caractère atroce et monstrueux, mais malheureusement encore trop naturel, de Lovelace : ... Marmontel, Essai sur les romans,1799, p. 338.
2. Un général, un héros, un grand homme, jusque-là respecté de la fortune autant que des hommes, fixant en ce moment les regards des trois parties du monde, imposant l'admiration à ses ennemis mêmes, est tout à coup accusé d'un crime réputé inouï, sans exemple, d'un acte dit inhumain, atroce, cruel, et ce qui est surtout bien remarquable, tout à fait inutile. Las Cases, Le Mémorial de Sainte-Hélène,t. 1, 1823, p. 125.
3. Elle me dit encor son pauvre cœur de femme, Déçu depuis longtemps par l'homme atroce, infâme. Ponchon, La Muse au cabaret,Collignonne, 1920, p. 182.
Âme atroce. ,,Une âme méchante et féroce`` (Ac. 1798).
B.− Sens passif. [L'accent est mis sur ce que fait subir à un être une chose susceptible d'agir sur la sensibilité physique ou morale] Très pénible à supporter en raison de sa violence. Supplice, mort, douleur atroce. Synon. abominable, affreux, effroyable :
4. Après leur départ, Julien n'était plus le même homme. Toute sa colère contre lui-même avait disparu. La douleur atroce, envenimée par la pusillanimité à laquelle il était en proie depuis le départ de Mmede Rênal, s'était tournée en mélancolie. Stendhal, Le Rouge et le Noir,1830, p. 498.
5. ... et que nous vient-il pourtant de là-bas, de cette région volcanique où se fait notre bonheur, à ce que vous dites, que nous vient-il, sinon des nouvelles de blessures et de morts, c'est-à-dire le pire malheur pour celles qui sont frappées, et l'angoisse la plus atroce, le plus barbare supplice pour toutes, l'attente? Alain, Propos,1924, p. 637.
C.− Familier
1. P. hyperb. [En parlant d'une chose ou plus rarement d'une pers.] Pénible à supporter, insupportable. Un temps atroce (Besch. 1845, Lar. 19e, Littré, Nouv. Lar. ill., Ac. 1932). Un livre d'une atroce bêtise (Lar. 19e, Nouv. Lar. ill.). Un atroce bavard (Rob.) :
6. Voilà Yvette avec un coup de soleil. Elle est partie se coucher. Elle était comme un coquelicot, la pauvre enfant, elle a une migraine atroce. Maupassant, Contes et nouvelles,t. 2, Yvette, 1884, p. 518.
2. P. plaisant. ou par antiphrase :
7. On lance parfois : − Atroce! ... d'une voix mourante, avec des trémolos admiratifs devant un gadget up to date, une babiole, des fanfreluches portant la griffe d'un grand couturier, ou le dernier livre d'un maître du « nouveau roman ». Peut s'employer, sur le même ton, pour saluer l'apparition d'une personne dont on veut se payer la tête tout en feignant le plus grand respect à son endroit. Murmuré d'une voix funèbre, donnera à une douairière un peu fofolle l'illusion d'être reportée au temps de la belle Otéro... Ou quelques inquiétudes au maître d'hôtel qui nous présente une addition salée. Éd., 1967.
Rem. ,,Cet adjectif peut, même en prose, se mettre avant son subst., mais il faut pour cela qu'il y ait une analogie étroite entre les deux mots. On ne dira pas un atroce homme, une atroce femme; mais on dira une atroce lâcheté, une atroce perfidie. Il est naturel qu'il y ait quelque chose d'atroce dans la lâcheté et la perfidie`` (Lav. Diffic., 1846). Cf. encore d'atroces représailles. Cette règle n'a cependant rien d'absolu, notamment dans l'emploi hyperbolique, cf. supra et cette atroce certitude que l'âme sera demain ce qu'elle est aujourd'hui (Milosz, L'Amoureuse initiation, 1910, p. 117), parler de « Dieu éducateur » au sujet de ce peuple [Israël] est une atroce plaisanterie (S. Weil, La Pesanteur et la grâce, 1943, p. 167).
PRONONC. : [atʀ ɔs].
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. 1392 atroxe « (d'un inanimé, non matériel) qui est d'une cruauté affreuse » (Ord., VII, 696 ds Gdf. Compl. : Grosses et atroxes injures); av. 1755 fam. et p. exagér. (Saint-Simon, Mémoires, 1709 ds Dict. hist. Ac. fr. : M. de la Rochefoucauld, retiré du chenil, y reçut un billet anonyme atroce contre le roi); rare en parlant de pers. : 1764, 1ermars (Voltaire, Lettres, ibid. : Je vous prouve, mes chers Velches, que tout abominable qu'était ce peuple [les Juifs] tout atroce, tout sot qu'il était, il a cependant donné cent exemples de la tolérance la plus grande); 2. 1532 « (d'un inanimé, non matériel) qui cause d'affreuses souffrances », (Rabelais, Pantagruel, III, 44, ibid. : Qui eust décidé le cas au sort des dez, il n'eust erré, advint ce qui pourroit. Si contre la femme, elle meritoit punition. Si pour la femme, elle sembloit avoir eu cause de douleur atroce). Empr. au lat. atrox, au sens 1, Accius, Trag., 46 ds TLL s.v., 1110, 51a.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 2 032. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 2 526, b) 2 873; xxes. : a) 3 541, b) 2 816.
BBG. − Bach.-Dez. 1882. − Éd. 1967.

Wiktionnaire

Adjectif

atroce \a.tʁɔs\ masculin et féminin identiques

  1. (Sens étymologique) Noir, sombre.
    • Il fait un temps atroce.
  2. Qui est cruel, sombre, menaçant, en parlant des personnes ou des choses.
    • Un jour, maigre et sentant un royal appétit,
      Un singe d’une peau de tigre se vêtit.
      Le tigre avait été méchant, lui, fut atroce.
      Il avait endossé le droit d’être féroce.
      — (Victor Hugo; Fable ou Histoire, dans Les Châtiments, 1852)
  3. (Par analogie) Qui est très douloureux au sens physique et au sens moral.
    • C'était bizarre. Jamalou n'éprouvait plus, devant cette face douloureuse dont les yeux révulsés, la bouche aux lèvres tuméfiée, presque noire, révélaient l’atroce agonie, aucune espèce de compassion. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
    • Elle allait mourir dans des souffrances atroces, sans que rien pût la soulager. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Il eut à subir d’atroces privations.
    • Cette mort lui a causé un atroce chagrin.

Adjectif

atroce \aˈtrɔ.tʃe\ masculin et féminin identiques

  1. Atroce.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

ATROCE (a-tro-s') adj.
  • 1Qui est d'une grande cruauté, ou qui indique une grande cruauté. Crime, perfidie atroce. Un homme, une âme atroce.
  • 2Excessif en mal. Une douleur atroce.
  • 3Familièrement et par exagération. C'est un homme atroce, très méchant. Il fait un temps atroce, très mauvais.

HISTORIQUE

XVIe s. Cause de douleur atroce, Rabelais, Pant. III, 42.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « atroce »

(fin du XIVe siècle) Du latin atrox, qui a un air sombre, cruel, méchant dérivé de ater (« noir »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Du latin atrox [1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Atrox. Ce mot signifie proprement cru, et vient du grec, ἀ privatif et τρώγω, manger ; mot à mot ce qui ne se mange pas. C'est ainsi que cruel vient de crudus, cru.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « atroce »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
atroce atrɔs

Évolution historique de l’usage du mot « atroce »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « atroce »

  • Si l’homme a été fait, comme le dit la Bible, à l’image de Dieu, alors on comprend tout : car ce Dieu est souvent atroce. De Elisabeth Badinter / Lire, 1er mars 2015
  • Mais voici le plus atroce : l'art de la vie consiste à cacher aux personnes les plus chères la joie que l'on a à être avec elles, sinon on les perd. De Cesare Pavese / Le métier de vivre
  • D'ordinaire, les choses atroces faites au nom du progrès ne sont en aucune façon un progrès, mais juste des choses atroces. De Russel Baker / Harpers
  • On trouve innocent de désirer et atroce ce que l'autre désire. De Marcel Proust / A la recherche du temps perdu
  • Si on se laissait aller à aimer les gens gentils, la vie serait atroce. De Louis-Ferdinand Céline / Lettres de prison
  • Effrayant et banal ! C'est une combinaison atroce, la pire de toutes. De Elizabeth Taylor (écrivain) / Le coeur lourd
  • Les aubes sont navrantes. Toute lune est atroce et tout soleil amer. De Arthur Rimbaud / Le Bateau ivre
  • Que si le moi est haïssable, aimer son prochain comme soi-même devient une atroce ironie. De Paul Valéry / Tel quel
  • Il y a plus atroce qu’un amour qui n’atteint pas son but : celui qui l’atteint trop vite. De Paul Gadenne / Siloé
  • Venez, esprits qui assistez les pensées meurtrières ! Du crâne au talon, remplissez-moi de toute la plus atroce cruauté ! De William Shakespeare / Macbeth
  • La peur n'est pas le pire. L'atroce, c'est la honte de se regarder succomber à la peur. De Pierre Gélinas / Les vivants, les morts et les autres
  • Celui qui se lance dans une entreprise atroce doit s’imaginer qu’il l’a déjà réalisée, il doit s’imposer un avenir irrévocable comme le passé. De Jorge Luis Borges / Fictions
  • La pauvreté, on s'en remet. La misère, c'est cette chose atroce, qui coupe les jambes et la tête. La misère, elle, est tragique. De Michel Ragon / Entretien avec Pierre Assouline - Été 1991
  • Certaines personnes disent que je suis atroce, mais ce n’est pas vrai. J’ai le coeur d’un jeune garçon... dans un bocal sur mon bureau ! De Stephen King
  • La lucidité, c’est atroce et merveilleux à la fois. Je vois immédiatement la faille et ça m’empêche de m’évader dans un rêve. De Brigitte Bardot / l’interview de Paris Match du 6 juillet 1984
  • Bernard-Henri Lévy est l’un des rares à s’être rendu au Nigéria où les chrétiens sont persécutés par des djihadistes peuls. « On avait tous l’oeil sur la Covid,… le Nigéria, la situation au Liban, tout le monde a oublié », dit-il. Et le philosophe d’évoquer cette phrase de Blaise Pascal qui a été si souvent détournée ces derniers temps, « tout le malheur des hommes vient de ne savoir pas demeurer en repos, dans une chambre ». « Pour Pascal, c’est une expérience métaphysique, c’est une épreuve atroce, l’expérience de l’infini… Mais Pascal dit autre chose : le moi est haïssable ». Et Bernard-Henri Lévy de conclure : « tous ces bobos qu’on a vus vivre le Covid comme une expérience intérieure, une sagesse retrouvée, la réconciliation avec soi-lême, c’est anti-pascalien, c’est hostile à la vraie sagesse humaine qui consiste, au contraire, à aller vers l’autre, pour l’embrasser, pour dialoguer, pour s’en défier parfois ». Radio Notre Dame, Bernard-Henri Lévy : « gestes barrières, un mot qui me semble atroce » – Radio Notre Dame
  • Un spectateur tous les quatre mètres carrés, c’est atroce sur un plan esthétique, cela dénature le théâtre. Nous ne sommes pas un dispensaire ! Le théâtre, c’est s’asseoir à côté d’un anonyme pour assister à un spectacle qui va vous bouleverser. Je préfère me lier les deux mains que de prendre la température des spectateurs à l’entrée. Par ailleurs, ce serait une catastrophe financière : jouer devant 150 spectateurs dans la grande salle qui compte presque 800 places… On m’a confié La Criée, je n’ai pas envie de la couler. Une entreprise d’art est fragile : je ne veux pas casser le bateau parce qu’il y a un grain. , Coronavirus à Marseille : « Un spectateur tous les 4 m2, c’est atroce », le théâtre de La Criée ne reprend pas les représentations
  • La rébellion actuelle pourrait être une étape décisive. Des policiers mettent le genou à terre en signe d’empathie et d’apaisement. Des militaires disent haut et fort leur refus d’intervenir, comme l’a pourtant réclamé le président. Le mouvement de protestation fait des émules dans le monde entier. L’Amérique peut être grande, capable de changement. A elle de montrer que la mort atroce de George Floyd n’aura pas été vaine. , George Floyd, la mort atroce du bon géant | Illustré

Traductions du mot « atroce »

Langue Traduction
Anglais atrocious
Espagnol atroz
Italien atroce
Allemand scheußlich
Chinois 残暴的
Arabe فظيع
Portugais atroz
Russe отвратительный
Japonais ひどい
Basque atrocious
Corse atroce
Source : Google Translate API

Synonymes de « atroce »

Source : synonymes de atroce sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « atroce »

Partager