Chic : définition de chic


Chic : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

CHIC, subst. masc. et adj. inv.

I.− Subst. masc.
A.− Péj., vieilli, dans l'arg. des peintres. Manière de peindre ou de dessiner artificielle, conventionnelle :
1. Le chic, mot affreux et bizarre et de moderne fabrique, dont j'ignore même l'orthographe, mais que je suis obligé d'employer, parce qu'il est consacré par les artistes pour exprimer une monstruosité moderne, signifie : absence de modèle et de nature. Le chic est l'abus de la mémoire; encore le chic est-il plutôt une mémoire de la main qu'une mémoire du cerveau; car il est des artistes doués d'une mémoire profonde des caractères et des formes, − Delacroix ou Daumier, − et qui n'ont rien à démêler avec le chic. Baudelaire, Salon,1846, pp. 163-164.
2. Somme toute, il y a dans cette toile un mélange de vérité et de chic, des certitudes de mouvements et une tendance à pousser la joie ou la goguenardise des têtes jusqu'à la charge. Huysmans, L'Art mod.,1883, p. 58.
− Dans d'autres domaines artistiques :
3. Je cherchais la manière qui, plus loin, est trouvée. Ça ne m'a pas semblé long et il y a de bonnes choses, mais par-ci par-là certains chics pittoresques inutiles, manie de peindre quand même, qui coupe le mouvement et quelquefois la description elle-même et qui donne ainsi, parfois, un caractère étroit à la phrase. Flaubert, Correspondance,1853, p. 206.
4. Je ne peux rien faire avec génie, par inspiration. Pour obtenir un résultat, il me faut travailler ferme, et me bien tenir, et persévérer. La plus petite faiblesse, je la paye. Il faut que je m'interdise le primesautier, l'impromptu et le chic. Renard, Journal,1896, p. 335.
De chic.Peindre, dessiner, écrire de chic, etc. De mémoire, sans modèle :
5. Car dans ce livre, comme dans les autres livres de ce singulier chef d'école, c'est toujours la créature de pure imagination, la créature fabriquée par les procédés de tous les auteurs qui l'ont précédé! oui, je le répète encore une fois, chez Zola, les milieux seulement sont faits d'après nature, et le personnage toujours fabriqué de chic. E. et J. de Goncourt, Journal,1884, p. 312.
6. Je lui en veux surtout de n'être pas poète : toutes ses images et tout ce qu'il y a de « poétique » dans ses livres, c'est fait de chic : combinaisons de « bleu angelus, larmes, étoiles... » Alain-Fournier, Correspondance[avec J. Rivière], 1907, p. 108.
7. Mais c'est le soir seulement que le quartier enfile son véritable costume et prend cet aspect fantastique et sordide que certains romanciers ont su rendre de chic, comme on dit, et sans risquer le voyage. Fargue, Le Piéton de Paris,1939, p. 24.
B.− Usuel
1. Élégance volontiers affectée, cachet d'originalité :
8. Quoique ce pays [la Bretagne] soit fort beau, d'un chic âpre et superbe, j'aimerais mieux être de l'autre bord, auprès de cette vieille Méditerranée. Flaubert, Correspondance,1847, p. 29.
9. Tout le monde sait que tout mon goût va aux Françaises. Elles seules ont ce chic, et ce chien. Mais pourtant, ne trouvez-vous pas que les Italiennes ont du charme? Aragon, Les Beaux Quartiers,1936, p. 408.
Chic + adj. de relation ou appos.Genre. Chic Pompadour :
10. Ces reproches, distribués çà et là, devant le front de la compagnie, excitaient des rires universels, et j'étais bien convaincu que les voltigeurs ainsi admonestés se surveilleraient davantage à l'avenir. En revanche, quand je passais devant un sujet plus soigneux et mieux brossé que les autres, je ne manquais pas de l'encourager du geste et de la voix : − Tenue ficelée, parole d'honneur!... voltigeur modèle, quoi!... chic militaire numéro un!... avec cent mille fantassins de ce calibre, je ferais la campagne de Russie!... Reybaud, Jérôme Paturot,1842, p. 175.
11. Le zingueur aurait préféré des ribotes dans le chic bon enfant; mais il était impressionné par les goûts d'aristo du chapelier, qui trouvait sur la carte des noms de sauces extraordinaires. Zola, L'Assommoir,1877, p. 618.
2. Grande habileté à faire quelque chose :
12. Oh! un chic épatant, pas même le temps de rouler une cigarette. Rien que le geste de prendre une mince bande de papier vert, et, allez-y! le papier filait et enveloppait le laiton; puis, une goutte de gomme en haut pour coller, c'était fait, c'était un brin de verdure frais et délicat, bon à mettre sur les appas des dames. Le chic était dans les doigts, dans ses doigts minces de gourgandine, qui semblaient désossés, souples et câlins. Elle n'avait pu apprendre que ça du métier. On lui donnait à faire toutes les queues de l'atelier, tant elle les faisait bien. Zola, L'Assommoir,1877p. 720.
Avoir le chic (pour) :
13. Il avait un chic particulier pour lasser le bourreau en s'effaçant sous les coups, en le contraignant à frapper à bout de bras. H. Bazin, Vipère au poing,1948, p. 71.
II.− Adj. inv. en genre ou interj.
A.− [Correspond au sens B du subst.] Élégant :
14. Il y a une belle croix noire avec des boules d'or à ses trois bouts qui, au point d'intersection des bras, montre un tombeau chic : Sainte-Hélène, ombragé par un saule pleureur d'un pleurard échevelé; ... Flaubert, Par les champs et par les grèves,1848, p. 361.
15. − Ce sont les hussards de la religion, les anciens et joyeux lanciers, les régiments chic et pimpants du Pape, tandis que les bons Capucins, ce sont les pauvres tringlots des âmes, dit Durtal. Huysmans, Là-bas,t. 2, 1895, p. 62.
16. − Mais qui sont ces gens, demandait Caracalla, pourquoi viennent-ils ici? Ils ne semblent pas s'amuser... − Voudriez-vous qu'ils lancent des confettis et se coiffent de bonnets d'âne; c'est le style de l'Europe Centrale; à Paris et à Londres on ne « chahute » pas dans les boîtes « chics »... Vailland, Drôle de jeu,1945, p. 61.
Rare. [Antéposé au subst.] :
17. Et comme s'il me voyait réellement, pour la première fois : − Mais tu es une très chic fille... me dit-il... Depuis combien de temps es-tu donc ici? Mirbeau, Le Journal d'une femme de chambre,1900, p. 238.
18. Il est plein de mépris pour d'anciens camarades qui n'ont pas réussi. Il connaît « des chic types » qui se font de 20 à 30 000 francs par an, carrément. Renard, Journal,1901, p. 634.
Employé adverbialement. Il s'habille plus chic que vous (Montherlant, Demain il fera jour,1949, I, 2, p. 710).
Au superl. Ce bar ultra-chic (Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 53).
B.− [S'appliquant à une pers., à son comportement] Généreux, sympathique. Un chic type, une chic fille :
19. C'est moi et Flaubert qui sommes les malpropres, les crapuleux, les voyous, tandis qu'eux autres, ce sont les gens propres, pudibonds, moralement chic. E. et J. de Goncourt, Journal,1886, p. 600.
20. constant. − Tu es la modération même! gabrielle. − Pas toujours. Je ne pratique pas l'oubli des injures, quand c'est mon mari qui les a subies. Je trouve que ta sœur et ton beau-frère se conduisent, à ton égard, indignement! constant. − Ils ne sont pas très chic! gabrielle. − Ta sœur surtout. Quelle ingratitude!... Tu as toujours été pour elle un ami... un ami sublime! Bernstein, Le Secret,1913, I, 1, p. 4.
21. À la gare, un commandant attendait pour embarquer la petite troupe. La tête expressive de Gaspard retint ses yeux, et c'est à lui qu'il dit : − Ah! les volontaires? Rien que des braves, des chics Français! Benjamin, Gaspard,1915, p. 131.
22. − Mon dieu! Marie-Louise posa sa main sur le bras d'Henriette, − cet endroit ravissant!... et je n'y pensais plus, on me l'avait raconté, en effet, Morot est à New-York... Il ne faut pas vous gêner avec nous, Henriette... Alain serait très heureux d'acheter un tableau à Alexis... − Vous êtes chic! − Elles s'embrassèrent. E. Triolet, Le Premier accroc coûte deux cents francs,1945, p. 110.
C.− [Fonctionnant comme un équivalent de l'adv. bien] :
23. Tu sais, il y en a qui disent aux pisseuses qu'ils veulent envoyer dinguer : je pars pour l'Algérie, bonsoir, mon andalouse, geins pas, je t'enverrai des dattes, − et intérieurement ils pensent : compte là-dessus, il pleut! voyons, c'est-il convenable? Non, n'est-ce pas? Je ne suis pas comme ça moi, je préviens ma propriétaire huit jours à l'avance que je déguerpis. − C'est franc et c'est chic, voilà mon idée! Maintenant, embrasse-moi, poupoule. Huysmans, Les Sœurs Vatard,1879, p. 125.
24. Il revenait de la Côte d'Azur. « C'est ce qu'il y a de chic dans le métier, il faut le dire : la plupart du temps, dans des bath coins, avec du soleil, de l'air, des fleurs, du beau monde. (...) » Aragon, Les Beaux Quartiers,1936, p. 234.
C'est chic (de).C'est aimable, gentil (de) :
25. − Tiens, lui dis-je, prends ça! − Une boîte d'allumettes! s'exclame-t-il, émerveillé, en regardant l'objet comme on regarde un bijou. Ah, zut! c'est chic, ça! des allumettes! Barbusse, Le Feu,1916, p. 208.
D.− Interj. Bien! bravo! :
26. − Tu fais un roman. Quel est le sujet? bosdeveix : − C'est un homme qui... − Oui, je vois ça de loin, dit d'Esparbès. bosdeveix : − Ça se passe à la frontière... − Chic, alors! parce que, tu sais, moi, mon vieux, tout ce qui passe sur la frontière... Mais, ce qui passe en France, je m'en fous. Renard, Journal,1893, p. 158.
27. clarisse. − Tu seras brûlé, mon pauvre Mariano, car c'est frère Jérôme que le Seigneur sauvera. les enfants. − Chic! chic! chic! Allons, prophète, viens te faire griller comme un poulet. premier enfant. − Prions d'abord pour notre bon frère Jérôme qui traversera le feu en chantant nos cantiques. fra mariano. − Uderico, sauve-moi. quatrième enfant. − Il a déjà peur! Salacrou, La Terre est ronde,1938, p. 225.
Prononc. et Orth. : [ʃik]. 1. Ds Ac. 1932. 2. Var. chique. La docum. montre que la graph. chique a eu une certaine vitalité au xixes. a) Comme graph. du subst. masc. : Si vous aviez eu, voyez-vous, un peu de notre « chique », vous l'auriez empêché de courailler (Balzac, La Cousine Bette, 1846, p. 348). b) Comme graph. de l'adj. au fém. : Est-elle jolie ta mère? S'il faut juger sur l'échantillon de ta bouche, elle doit être un peu chique! (Balzac, La Rabouilleuse, 1842, p. 372); opinions chic (ou chiques)... (Flaubert, Correspondance, 1866, p. 241). Except., on trouve cette graph. au xxes. : Je frissonnais en entendant taxer de « chiques représailles » un bombardement de Karlsruhe (Gide, Journal, 1938, p. 1320). 3. Nombre. Chic, au xixes. ne s'accorde pas en nombre. Au xxes., l'accord tend à se généraliser, après une période d'hésitation au début du siècle, dont témoigne l'existence des 2 usages chez certains écrivains (ou leurs imprimeurs). Ainsi Mirbeau : 2 plur. avec accord, 2 sans; Renard : 1 avec accord, 2 sans; Proust (À la recherche du temps perdu) : 7 avec accord, 9 sans. 4. Homon. chique (subst. fém.). Étymol. et Hist. 1. a) 1793 lang. poissard chic « air dégagé, aisance » (d'apr. Esn.); 1823 chique « subtilité, finesse » (Boiste); b) 1835 « caractère élégant, élégance (d'une chose) » (G. Sand, Lettres d'un voyageur, éd. 1857, p. 137 [lettre à Rollinat, janvier 1835] ds R. Philol. fr. t. 17, 1903, p. 293); 2. 1833 [1reéd.] domaine des beaux-arts (Th. Gautier, Les Jeunes-France, 87, 351 ds G. Matoré, Le Vocab. et la société sous Louis-Philippe, p. 237); 1834 peinture de chic (Boiste); 1832 attraper le chic (Ch. de Bernard, Gerfaut, p. 315 [dans la bouche de l'homme de lettres Marillac] ds R. Philol. fr., t. 17, p. 292); 1842 avoir le chic (De Léris et Brisson, Les Quatre quartiers de la lune, I, i ds Quem. Fichier); 1842 emploi adj. chique (Balzac, La Rabouilleuse, p. 272). Empr. à l'all. Schick (déverbal de schicken [proprement « faire que quelque chose arrive »] au sens de « arranger, préparer »), proprement « façon, manière, bon ordre, ce qui convient » attesté en Allemagne du Sud et spéc. en Suisse alémanique au sens de « convenance, habileté, savoir-faire » (réemprunté par l'all. mod. au fr. chic, ca 1850-60 au sens de « élégance »), v. Tapp. t. 2, p. 145; Paul-Betz; Trübner; peut-être introduit à Paris par les Alsaciens. Pour l'hyp. d'une dér. régr. de chiquer* « dessiner à grands traits » (Guir. Étymol., pp. 120-141), v. chiquer « battre ». Fréq. abs. littér. : 717. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 144, b) 1 000; xxes. : a) 2 297, b) 1 008.
DÉR. 1.
Chicard, adj.Un restaurant chicard (T. Corbière, Les Amours jaunes,1873, p. 262). [ʃika:ʀ]. Lar. 19eadmet chicard ou chicart aussi bien pour l'adj. que pour le subst. Lar. encyclop. écrit chicart ou chiquart pour l'adj. Lar. Lang. fr. donne ces 2 var. pour l'adj. et pour le subst. 1reattest. 1840 « qui a du chic » (E. de La Bédollière, A. Lorentz, Les Français peints par eux-mêmes, 2, 218) ds Quem.; de chic, suff. -ard*.
2.
Chiquement, adv.D'une manière sympathique. Ça s'est chiquement passé (G. Duhamel, Chronique des Pasquier, La Passion de Joseph Pasquier, 1945, p. 99); il m'a reçu chiquement (G. Duhamel, Chronique des Pasquier,Le Combat contre les ombres, 1939, p. 273).[ʃikmɑ ̃]. 1reattest. 1858 (Larch., p. 452); de chic, suff. -ment2*. Fréq. abs. littér. : 2.
BBG. − Duch. Beauté 1960, p. 144; pp. 148-149. − Gall. 1955, passim.Guiraud (P.). Le Ch. morphosémantique du verbe chiquer. B. Soc. Ling. 1960, p. 55, pp. 135-154. − Mat. Louis-Philippe. 1951, pp. 68-71; p. 237 (et s.v. chicard). − Nyrop (K.). Ling. et hist. des mœurs. Paris, 1934, pp. 247-261. − Pauli 1921, p. 36. − Quem. 2es. t. 2 1971. − Sain. Lang. par. 1920, passim (et s.v. chicard).

Chic : définition du Wiktionnaire

Adjectif

chic \ʃik\ masculin et féminin identiques ou invariable

  1. Élégant.
    • Une à une les succursales des magasins de luxe parisiens, londoniens ou berlinois fermaient, devant rouvrir, l’été, dans les stations chic : Chamonix, Royat, ou Aix-les-Bains. — (Paul Margueritte, Jouir, t. 2, 1918, p. 260)
    • D’ailleurs il a pas mal lu, Nastase ; autrefois, avec Totome, ils passaient des soirées et des veillées à chercher des mots chics dans le petit Larousse . — (Louis Pergaud, « Un point d’histoire », dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Nous étions en pleine déclaration d’amour quand un maître d’hôtel, ou quelque chose du genre, habillé en pingouin cravaté, est sorti du restaurant chic en face de nous. — (Claude Champagne, Amour et Jules, Québec Amérique, 2009)
    • Cette robe fait fureur également dans les boutiques chics de la zone sud de Rio. — (La Bague de Kate, LePoint.fr, 19 novembre 2010)
  2. (Familier) Digne de sympathie par son caractère, sa manière d’agir. (Dans ce sens moral, l’épithète précède le nom.)
    • - Je m’en vais, je lui dis, mais avant de partir, je veux vous dire la chose suivante : je trouve que vous êtes une chic môme. — (Peter Cheyney, Les femmes s’en balancent, traduction de Michelle et Boris Vian, Gallimard, 1949, page 126)
    • Va donc faire des gnards avec une chic fille. Tu promets de m'en faire un en plus, rien que pour moi qui peux plus en avoir ? — (Jonathan Kellerman, La Clinique, traduit de l'anglais (USA) par Robert Pépin, Le Seuil, 1998)
    • En fait, je vais vous dire, c’est une très chic fille… Qui a un peu disjoncté au printemps dernier… — (Guy Bedos, « Première Impro », dans Bête de scène, Éditions Hors Collection, 2004)
    • Personne ne vous engage pour être votre ami. Les gens vous engagent pour concevoir des solutions à des problèmes. Mais s'ils peuvent obtenir la même solution auprès d'un chic type et d'un personnage imbuvable, ils choisiront le premier. — (Mike Monteiro , Métier web designer, adapté de l'anglais par Charles Robert, Editions Eyrolles, 2012, p. 14)

Nom commun 1

chic \ʃik\ masculin

  1. Élégance extrême.
    • Ce fut un événement parisien du plus haut chic. Les gazettes vantèrent, sur le mode pindarique, la richesse de la mariée, l’élégance entraînante du marié, l’extraordinaire probité, l’inépuisable bienfaisance et les goûts artistiques d’Alexandre de Gavinard. — (Octave Mirbeau, Contes cruels : Gavinard)
    • […] Mmes Daudoird et Clara Lemonnier, dont la première portait l’habit noir avec un chic et une aisance qui auraient damé le pion au clubman le plus élégant. — (Albert Vanloo, Sur le plateau, souvenirs d’un librettiste, 1913)
    • Elle avait soif de chic, mais ne s’en faisait pas la même idée que les gens du monde. Pour eux, le chic est une émanation de quelques personnes peu nombreuses qui le projettent jusqu’à un degré assez éloigné — et plus ou moins affaibli dans la mesure où l’on est distant du centre de leur intimité — dans le cercle de leurs amis ou des amis de leurs amis dont les noms forment une sorte de répertoire. — (Marcel Proust, Un amour de Swann, 1913, réédition Le Livre de Poche, page 74)
  2. (Figuré) Grande habileté.
    • Ils avaient un chic spécial et une habileté extraordinaire pour s’excuser auprès des Rouges d’avoir été vus à l’offerte le dimanche, et auprès des Blancs pour s’être laissé entraîner à fêter le 14 juillet parmi les drapeaux, les lampions, les litres et les Marseillaises. — (Louis Pergaud, « Deux Électeurs sérieux », dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Henry Kistemaeckers avait le chic pour se mettre à dos les autorités de Belgique, de France et, pour peu qu'il y traînât ses guêtres, du reste de la planète. — (Thierry Maricourt, Plaidoyer pour Ravachol , Amiens : Éditions Encrage, 1997, page 12)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Chic : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CHIC. n. m.
Mot familier employé surtout dans certaines locutions. Avoir du chic, Avoir un air d'élégance un peu hardie. Dans la langue des artistes, Faire de chic, Travailler sans modèle. Il s'emploie aussi comme adjectif invariable. Une toilette chic, Qui est élégante. Il signifie même, dans cet emploi, Qui est digne de sympathie par son caractère, sa manière d'agir. C'est un chic bonhomme! Il est familier.

Chic : définition du Littré (1872-1877)

CHIC (chik) s. m.
  • 1Autrefois, mot du style familier signifiant abus des procédures, finesses, subtilités captieuses. Cet homme entend le chic, est versé dans les détours de la chicane. La discorde, qui sait le chic, En fait faire un décret public, La Henriade travestie, ch. V, p. 68, dans FR. MICHEL, Argot.
  • 2Aujourd'hui, terme d'atelier : on dit d'un peintre qu'il a ou qu'il entend le chic, quand il produit rapidement et avec facilité des tableaux à effet. J'use de mots de l'art, je mets en marge hic ; J'espère avec le temps que j'entendrai le chic, les Satyres de DU LORENS, Sat. XII, p. 97, dans FR. MICHEL, Argot.

    Fig. Il a le chic, se dit, dans un langage très familier, d'un homme adroit, qui sait s'y bien prendre.

    En un autre sens, il a du chic, se dit d'un élégant, ou d'une chose élégante et bien tournée : ce chapeau a du chic ; cette toilette a du chic.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

CHIC.
2 Terme d'atelier. Ajoutez :

Dessiner ou peindre de chic, dessiner ou peindre de mémoire. Voilà un cheval au galop, une draperie flottante que j'ai été obligé de faire de chic.

Faire de chic se prend toujours en mauvaise part, signifiant : dessiner ou peindre d'une manière fausse ou conventionnelle. Lorsqu'un peintre dit d'une œuvre d'art, c'est du chic, cela équivaut toujours à : c'est faux, c'est mauvais.

Chic ne signifie beauté élégante et rapidité que dans le langage familier des gens du monde, et jamais dans celui de l'atelier.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « chic »

Étymologie de chic - Littré

Il est possible que ce mot, dans le second sens, vienne de l'allemand Schick, aptitude, façon, tournure. Quant au premier sens, qui est ancien puisqu'il se trouve dans Trévoux, le doute est grand, à moins qu'on n'y voie une abréviation comique de chicane.

ÉTYMOLOGIE

Ajoutez : On assure que chic est le nom d'un jeune élève de David, pour lequel le maître avait beaucoup d'affection, et qu'il citait à tout propos à ses autres élèves ; le nom de ce jeune homme mort à dix-huit ans s'écrivait Chicque. Il faut toujours se défier des étymologies anecdotiques, et, jusqu'à preuve contraire, l'étymologie allemande, qui est au Dictionnaire, reste la plus vraisemblable.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de chic - Wiktionnaire

(fin du XVIIIe siècle) Aussi écrit chique au dix-neuvième siècle, de l’allemand Schick (« adresse », « habileté »), dans cette langue, le sens de « élégance » est un ré-emprunt au français.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « chic »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
chic ʃik play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « chic »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « chic »

  • Souriante, la future James Bond Girl était ravissante dans une tenue aussi simple que chic. Elle avait opté pour un top blanc aux épaules rehaussée, un pantalon noir, une paire de mules assorties et un sac bordeaux. Entre quelques envois de SMS, Ana de Armas a pris plaisir à animer la conversation, rire avec ses amies et chahuter avec l'une d'elles, avant de régler l'addition et de partir. , Ana de Armas, look simple et chic pour déjeuner avec des amies
  • Avec leur affiche « Sois chic et pas choc », les élèves de la classe de CP-CE1 de Christelle Maes, à l’école Pasteur, ont reçu le prix coup de cœur du jury académique dans le cadre du concours Non au harcèlement organisé par le ministère. La Voix du Nord, « Sois chic et pas choc », la campagne primée contre le harcèlement de l’école Pasteur à Wervicq-Sud
  • Une même robe est provocante dix ans avant son époque, audacieuse un an avant, chic à son heure, démodée trois ans après, hideuse vingt ans plus tard et comique au bout de trente ans. De James Laver
  • Pour avoir du succès, soyez bronzé, vivez dans un immeuble chic (même si vous êtes dans la cave), faites vous voir dans les restaurants élégants (même si vous ne prenez qu’une boisson) et, si vous empruntez, empruntez beaucoup. De Aristote Onassis
  • La musique devient un luxe. Les disques se vendent dans des magasins de fringues, parce que ça fait chic. De Christophe Miossec / Télérama, 4 février 2015
  • La casquette, c’est bon pour les ouvriers, le chapeau, c’est pas pratique, tandis que le béret, c’est simple, c’est chic, c’est coquet ! De Pierre Prévert / L’affaire est dans le sac
  • Le chocolat nous rend pervers, il éveille en nous la culpabilité, il nous pousse au péché, il nous donne la santé, il nous rend chic et heureux. De Elaine Sherman
  • Je ne peux pas supporter les commérages, mais ce qu’on chuchote a souvent le chic pour devenir vrai. De Daphné du Maurier / La poupée
  • Trois hommes : un jeune pour le choc, un mûr pour le chic, un vieux pour le chèque. De Anonyme
  • A Moscou, plus un établissement est chic, moins il sent l'urine. De Jack Womack / De l’avenir faisons table rase
  • Le chic parisien est plus étroit que la convention de la vie de province. De Alfred Capus / Monsieur veut rire
  • Ça fait toujours plus chic de relire que de lire un auteur. De Charles Hamel / Prix David
  • Un ami pour le chic, Un amant pour le choc, Un mari pour le chèque. De Anonyme
  • Sans avoir vraiment du chic, on est quelqu'un quand on est de la capitale. De Nguyên Cong Tru / Hanoi, impressions
  • S'attaquer aux fumeurs est devenu le chic du chic de la rectitude politique. Cela s'appelle de l'opportunisme. De Jean Dion / Le Devoir - 23 Septembre 1999
  • Le chic feint est déprimant. De Adam Thirlwell / Politique

Images d'illustration du mot « chic »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « chic »

Langue Traduction
Portugais chique
Allemand schick
Italien chic
Espagnol elegante
Anglais chic
Source : Google Translate API

Synonymes de « chic »

Source : synonymes de chic sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « chic »



mots du mois

Mots similaires