Bonhomme : définition de bonhomme


Bonhomme : définition du Wiktionnaire

Adjectif

bonhomme \bɔ.nɔm\ masculin et féminin identiques

  1. Simple et serviable.
    • S’ils en parlaient en famille ou devant un étranger, le vieux leur apparaissait toujours sous les traits d’un personnage biblique et bonhomme. — (Marcel Aymé, La jument verte, Gallimard, 1933, collection Le Livre de Poche, page 139.)
    • Avec son air bonhomme et sa démarche de flâneur, il doit drôlement tromper son monde. — (Roger Borniche, Le ricain, 1979)
    • Heureux donc d’avoir la santé et de fourrer équitablement, M. Félicien emplâtrait la petite pute avec toute sa probité de queutard bonhomme lorsque la chose se produisit. — (Frédéric Dard, SAN-ANTONIO : La pute enchantée, Fleuve noir, 1982)

Nom commun

bonhomme \bɔ.nɔm\ masculin (pour une femme on dit : bonne femme)

  1. Homme simple, peu avisé, qui se laisse dominer et tromper.
    • Il fallait voir, le jeudi 10 décembre 1896, tous ces pauvres petits bonhommes et toutes ces pauvres petites bonnes femmes, esthètes infortunés des deux sexes qui, l’œil noyé, tendaient le cou et ouvraient à demi la bouche pour communier en l’honneur d’Ubu.— (Anatole Claveau, Les snobs, dans Sermons laïques, Paris : Paul Ollendorff, 1898, 3e éd., p.34)
    • On l’eût même pris pour un bonhomme sans la spiritualité de son regard. — (Jean-Paul Sartre, La Nausée, 1938)
    • Quand les hommes dits pratiques – qui ne sont souvent que des hommes à courte vue – considèrent la science pure comme un luxe [...], ils s'apparentent aux solennels bonshommes des siècles passés : Lord Melbourne accusant Michael Faraday de perdre son temps à jouer avec un aimant; Samuel Johnson reprochant à Benjamin Franklin d'embouteiller de l'électricité au lieu de s'occuper de ces choses primordiales que sont les guerres et les crises politiques. — (Marie-Victorin, « Pour un institut de géologie », Le Devoir, 27 janvier 1937, page 10)
  2. (Familier) Homme d’un âge avancé.
    • Le bonhomme se porte encore bien.
    • Un vieux bonhomme.
    • Ouvre, bonhomme Hiver… c’est le Printemps qui sonne. — (Anatole France, Le crime de Sylvestre Bonnard, Calmann-Lévy ; éd. Le Livre de Poche, 1967, p. 191.)
  3. (Familier) Homme du peuple ou de la campagne, en particulier paysan (du point de vue de la condition sociale).
  4. Homme courageux, qui ne fuit pas ses responsabilités.
  5. Représentation sommaire d'un être humain par dessin, par bricolage ou autre moyen d’art plastique.
    • Dessiner des bonshommes sur le mur.
    • Faire des bonshommes.
    • Cet ensemble comprend environ une cinquantaine de petits bonshommes, violemment peinturlurés, qui représentent avec aplomb et raideur tout ce qu’il y a de plus aristocratique, de plus distingué, de plus officiel, dans le monde militaire et politique du Royaume-Uni. — (Jules Verne, P’tit Bonhomme, ch. 2, J. Hetzel et Cie, Paris, Illustrations par Léon Benett, 1891)
  6. (Militaire) (Familier) Nom que les officiers et sous-officiers donnent à leurs subalternes.
  7. (Botanique) (Régionalisme) Un des noms vernaculaires de la molène (Verbascum thapsus L.)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Bonhomme : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BONHOMME. n. m.
Homme simple, peu avisé, qui se laisse dominer et tromper. C'est un bonhomme à qui l'on fait croire tout ce que l'on veut. Un bonhomme de mari. Un faux bonhomme, Celui qui, par finesse ou pour son intérêt, affecte la bonté, la simplicité, le désintéressement. Ne vous fiez pas à son air patelin, ce n'est qu'un faux bonhomme. Il se dit aussi familièrement d'un Homme d'un âge avancé. Le bonhomme se porte encore bien. Un vieux bonhomme. Dans ce sens il a une sorte de féminin, Bonne femme. La bonne femme n'en peut plus. Par familiarité et par hauteur, on dit quelquefois Bonhomme, Bonne femme, en parlant à un Homme, à une femme du peuple ou de la campagne, quel que soit leur âge. Un petit bonhomme se dit d'un Petit garçon. Ces petits bonshommes sont bien turbulents. Absolument, Le bonhomme se disait autrefois, parmi les gens de guerre, des Paysans en général. Vivre aux dépens du bonhomme. C'est dans ce sens qu'on a dit aussi Jacques Bonhomme, Le paysan français. Il signifie familièrement Figure de plomb ou de papier découpé qui sert de jouet aux enfants et aussi Figure dessinée négligemment. Dessiner des bonshommes sur le mur. Faire des bonshommes. Fig. et fam., Aller son petit bonhomme de chemin, Vaquer à ses affaires, poursuivre ses entreprises tout doucement, sans éclat et sans heurt.

Bonhomme : définition du Littré (1872-1877)

BONHOMME (bo-no-m') s. m.
  • 1Homme plein de bonté, de facilité. Le moine [envoyé en prison à Barbezières] se trouva un bonhomme qui, gagné par la compassion, alla avertir M. de Vendôme, Saint-Simon, 133, 224.

    Faire le bonhomme, affecter la bonté, la simplicité. Dans ce sens : un faux bonhomme.

    Adjectivement. Mélac, doux et très bonhomme, souffrait tout de ses amis, Saint-Simon, 110, 191. Le Turc revint, après cette expédition, aussi bonhomme qu'auparavant, Chateaubriand, Itin. 147.

  • 2Homme simple et peu avisé. C'est un bonhomme qui se laisse mener.
  • 3Homme qui commence à vieillir. Le bonhomme Broussel eut scrupule de souffrir que son nom fût allégué comme un obstacle à la paix, Retz, IV, 232. Les comtes font traîner ce bonhomme en prison, Corneille, D. San. V, 4.
  • 4Anciennement, parmi les gens de guerre, le bonhomme, le paysan. Vivre aux dépens du bonhomme. Jacques Bonhomme, le paysan français.
  • 5 Familièrement, et par opposition, un petit bonhomme, un petit garçon. On ne manqua pas de faire beaucoup babiller le petit bonhomme, Rousseau, Ém. II.
  • 6Figure dessinée négligemment, et aussi, figure en plomb qui sert de jouet aux enfants.
  • 7Nom vulgaire du bouillon-blanc, plante.
  • 8Outil du verrier.

    Outil du vitrier.

  • 9Bons-hommes, religieux établis l'an 1259, en Angleterre, par le prince Edmond ; ils professaient la règle de St Augustin et portaient un habit bleu. On donna en France ce nom aux Minimes à cause du nom de Bonhomme que Louis XI avait coutume de donner à saint François de Paule, leur fondateur.

    Les Albigeois affectaient de prendre le nom de Bons-hommes.

    Les bons-hommes, chefs de la république de Florence au XIIIe siècle.

REMARQUE

Bonhomme fait, au pluriel, bonshommes : deux vieux bonshommes ; mais, pour éviter l'idée de faiblesse ou de simplicité, on dit aussi, au pluriel, bonnes gens : Deux vieux amis qui ne s'étaient pas vus depuis longtemps se rencontrèrent ; ces bonnes gens se mirent à pleurer. Quand il signifie un petit garçon ou une figure dessinée, il a aussi un pluriel qui est bonshommes : Ces deux petits bonshommes babillaient comme des pies. Il avait barbouillé des bonshommes sur le mur. On prononce : des bon-zo-m'.

HISTORIQUE

XIVe s. La quele Jaquete dist au dit Lorens en lui presentant à boire : Tenez, bon homme, buvez ; lors le dit Lorens se prinst à courroucier : tu as menti comme fausse ribaude, je ne suis pas bon homme ; car ma femme est plus prude femme que tu n'es, Du Cange, boni homines.

XVe s. Le suppliant, sans penser à aucun mal, dist à celui Beluc : …bon-homme… À quoy respondit icelui Beluc telles paroles : comment bon homme ? suis-je coqu ? Du Cange, ib. Aliames fut detenuz prisonniers pour le souppechon de avoir esté en l'ost et bataille des Hurons nommez Jacques Bonshommes, à l'encontre des nobles, Du Cange, jaquei.

XVIe s. Pourtant oy-je fait vœu à St François le Jeune le quel est au Plessis lez Tours reclamé de toutes femmes en grande devotion ; car il est le fondateur des bons hommes [Minimes], Rabelais, III, 24. Au temps que les soudards vivoient sus le bonhomme, ils vivoient aussi sus la bonne femme, Despériers, Contes, LXIX. Ils aiment la guerre et le trouble, parce qu'ils vivent du bien du bon-homme et ne sçauroient vivre du leur en temps de paix, Sat. Mén. p. 163. Et ont toujours, en ce faisant, vescu dessus Jacques Bonhomme, Th. de Bèze, dans le Dictionnaire de DOCHEZ.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

BONHOMME. Ajoutez :
10 Terme de théâtre. Entrer dans la peau du bonhomme, s'identifier avec son rôle. Il n'était plus Frédérick Lemaître ; il était le comte de Saulles ; l'acteur Bignon, dans son pittoresque langage, appelait cela : entrer dans la peau du bonhomme ; l'expression curieuse est restée, J. Claretie, l'Illustration, 29 janv. 1876, p. 70, 3e col.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Bonhomme : définitions subjectives sur Dicopedia

Dicopedia est un dictionnaire participatif où n'importe qui peut partager sa propre définition des mots de la langue française. L'intérêt de cette initiative est de proposer des définitions subjectives et très diverses, selon l'expérience de chacun. Nous ajouterons dans cette section les définitions de « bonhomme » les plus populaires.

✍️

Étymologie de « bonhomme »

Étymologie de bonhomme - Littré

Bon, homme ; Berry, bounhoume, paysan, bounhoumerie, endroit habité par des paysans ; wallon, bouname ; namurois, boulome, homme, mari. On voit que le paysan se nomme lui-même bonhomme, c'est-à-dire l'homme, le mari, le maître de la maison ; c'est de ce mot que les gens de guerre avaient fait un sobriquet.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de bonhomme - Wiktionnaire

Univerbation, composé de bon et de homme.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « bonhomme »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
bonhomme bɔnɔm play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « bonhomme »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « bonhomme »

  • La décision lui coûte mais elle semble irrévocable. Cette année, Christian Miaskiewicz n’accrochera pas son bonhomme de neige qui chante dont la renommée a largement dépassé les frontières du département ! Depuis 2004, cet enseignant de 55 ans à l’école maternelle… des Lutins, ça ne s’invente pas, transforme son jardin et tout l’extérieur de sa maison avec des milliers de personnages, des kilomètres de fils électriques ou de tubes led. Des décorations et illuminations qui font la joie et des petits et grands. Avec l’aide d’un logiciel, le maître des lieux synchronise la bouche de ses personnages sur le rythme et les paroles des chants de Noël ou de certains tubes, une centaine au total. Une passion qui a déjà valu à cet Hagondangeois plusieurs reportages à la télé, et notamment dans les émissions Sept à Huit ou Zone interdite, mais aussi plus de 4 millions de vues sur YouTube et 7 750 abonnés ! Cette année, Covid-19 oblige, Christian ne fera pas chanter le père Noël ! , Culture - Loisirs | Covid-19 : pas de bonhomme de neige qui chante cette année pour Noël
  • Va jouer avec les mots, mon petit bonhomme, c'est moins dangereux qu'avec les allumettes. De Jacques Martin / Jacques MARTIN Pensées, répliques et anecdotes
  • Vis donc, mon bonhomme, et après tu pourras toujours parler de ce que tu as vécu. De Jean-Marie Poupart / Ma tite vache a mal aux pattes
  • Quand on veut la fille, on caresse le bonhomme. De Proverbe québécois

Images d'illustration du mot « bonhomme »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « bonhomme »

Langue Traduction
Portugais homem
Allemand mann
Italien amico
Espagnol hombre
Anglais man
Source : Google Translate API

Synonymes de « bonhomme »

Source : synonymes de bonhomme sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « bonhomme »


Mots similaires