Accuser : définition de accuser


Accuser : définition du Wiktionnaire

Verbe

accuser \a.ky.ze\ transitif : 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’accuser)

  1. Déférer à la justice quelqu’un comme coupable d’un délit, d’un crime.
    • Toutes les kommandanturs reçurent ce genre de missives et des hommes et des femmes purent être arrêtés, torturés, déportés, fusillés alors qu'ils étaient innocents des faits dont ils étaient accusés. — (Cyr Belcroix, Les conséquences de l’inconséquence, 1918-1946,Éditions Le Relais, 1995, page 139)
  2. (Droit) Poursuivre, en vertu d’un arrêt de la chambre des mises en accusation, une personne devant la Cour d’assises pour la faire déclarer coupable du crime qu’on lui impute et pour obtenir sa condamnation.
    • Dans la logique mentale de leur temps, les magistrats l’accusent et la condamnent de « sorcellerie », crime pour lequel le bourreau l’énuque avec la « hart » de la potence (corde d'infamie). — (Michel Porret, L'ombre du diable: Michée Chauderon, dernière sorcière exécutée à Genève (1652), Éditions Georg, 2009, page 64)
    • S’accuser soi-même, Avouer un crime en justice.
  3. (Par extension) Présenter quelqu’un comme coupable de quelque faute ou de quelque défaut.
    • Pareille à la Mallonia déshonorée par Tibère et se présentant devant le sénat romain pour accuser son violateur, avant de se poignarder en son désespoir, Henriette entra dans la salle des austères. — (Auguste de Villiers de L'Isle-Adam, Les Demoiselles de Bienfilâtre, dans les Contes cruels, 1883, éd. J. Corti, 1954, vol. 1, p. 8)
    • Pour accuser avec une telle assurance, il fallait qu'existât la preuve indéniable de la félonie de François. — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954)
    • Marat vint à la Convention, monta à la tribune, et pistolet sur la tempe menaça de se tuer si la calomnie l’accusant' de la « septembrisade » ne cessait pas. Danton écourta la tragi-comédie. — (Isabelle Siac, Le Talent ou la Vertu, Place Des Éditeurs, 2016)
    • Sauf que cette fois, les numéros pagnolesques devant les caméras ne suffisent plus à conjurer la crise. Gaudin a choqué la population en s'enfermant d'abord dans le déni, allant jusqu'à accuser la pluie. — (Louis Hausalter, A Marseille, l'effondrement du système Gaudin, dans Marianne n° 1132 du 23-29 novembre 2018, page 28)
  4. (Figuré) Indiquer ; présenter.
    • Notre hydravion chargé de 2.600 litres d’essence accusait un poids de 5.500 kilogrammes. — (Jean Mermoz, Mes Vols, p.61, Flammarion, 1937)
    • L’espérance moyenne de vie est de trente ans en Bolivie ou au nord-est du Brésil. Cette situation va s'aggraver, car l'Amérique latine accuse le taux de croissance démographique le plus élevé du monde : 3 %. — (Herbert Marcuse, Le problème de la violence dans l'opposition, dans La fin de l'Utopie, traduction de Liliane Roskoff & Luc Weibel, 1968)
    • Une psychasthénique mysophobe, avec rituels de propreté, n’a accusé aucune amélioration par le R 1625. Il convient cependant de multiplier les essais chez les obsédés-phobiques. — (Acta neurologica et psychiatrica belgica, vol. 59, Société de Médecine mentale de Belgique, 1959, page 355)
  5. Blâmer, reprendre.
    • Accuser le sort.
    • J’accusais sa lenteur, sa paresse.
  6. Servir de preuve, ou au moins d’indice contre quelqu’un ou quelque chose.
    • Seuls, dans un des versants caillouteux de la forêt, deux ou trois vieux hêtres accusaient, par quelques feuilles roussies prématurément, l’arrivée prochaine de l’automne et la mort de l’été. — (Louis Pergaud, Un satyre, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Ce fait vous accuse.
    • Toutes les apparences accusent sa mauvaise intention.
    • Son trouble l’accuse.
  7. (Religion) (Pronominal) Déclarer ses péchés au prêtre.
    • Il faut s’accuser de tous ses péchés. — S’accuser d’avoir offensé Dieu.
  8. (Cartes à jouer) Faire connaître ce que les règles veulent qu’on déclare.
    • Accuser son jeu,
    • Accusez votre point. Absolument,
    • Accusez juste.
    • Vous accusez faux.
  9. (Médecine) Dire ressentir telle douleur, etc.
    • Le malade accuse telle douleur, telle sensation dans telle partie,
  10. Marquer, donner avis qu’on l’a reçu.
    • Accuser réception d’une lettre, d’un paquet, etc.,
    • Accusez-moi réception de ma lettre,
  11. (Art) Indiquer, faire sentir certaines parties ou formes des corps recouvertes par quelque enveloppe.
    • Accuser les os, les muscles sous la peau.
    • Accuser le nu par le pli des draperies. On dit dans le même sens
    • Accuser une ressemblance, une différence.
  12. (Pronominal) Se prononcer, se renforcer.
    • Elle leva les yeux vers son compagnon, remarquant de nouveaux fils blancs dans sa chevelure de jais. Ses pattes-d’oie s’étaient accusées, autre signe de vieillissement, mais il semblait n’avoir rien perdu de sa vitalité. — (Anne MacCaffrey traduit par Simone Hilling, Tous les Weyrs de Pern in La Ballade de Pern V, Pocket, 2012, ISBN 978-2-266-22749-0)

Nom commun

accuser \ə.ˈkjuː.zɝ\

  1. Accusateur, plaignant.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Accuser : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ACCUSER. v. tr.
Déférer à la justice quelqu'un comme coupable d'un délit, d'un crime. En termes de Droit criminel actuel, il signifie proprement Poursuivre, en vertu d'un arrêt de la Chambre des mises en accusation, une personne devant la Cour d'assises pour la faire déclarer coupable du crime qu'on lui impute et pour obtenir sa condamnation. Accuser un homme d'assassinat. On l'accusa d'avoir eu des intelligences avec les ennemis. Le crime dont on l'accuse. S'accuser soi-même, Avouer un crime en justice. Par extension, il signifie généralement Présenter quelqu'un comme coupable de quelque faute, de quelque défaut. Je l'accuse de négligence. Accuser une personne à tort. On l'accuse d'avoir fait cette satire. On accuse cette nation de légèreté. Il peut signifier simplement Blâmer, reprendre. Accuser le sort. J'accusais sa lenteur, sa paresse.

ACCUSER se dit encore des Choses et signifie Servir de preuve, ou au moins d'indice contre quelqu'un. Ce fait vous accuse. Toutes les apparences accusent sa mauvaise intention. Son trouble l'accuse. S'accuser en confession, accuser ses péchés, Déclarer ses péchés au prêtre, au tribunal de la Pénitence. Il faut s'accuser de tous ses péchés. S'accuser d'avoir offensé Dieu. En termes de certains jeux de Cartes, Accuser son jeu, En faire connaître ce que les règles veulent qu'on déclare. Accusez votre point. Absolument, Accusez juste. Vous accusez faux. On dit dans un sens analogue, en termes de Médecine, Le malade accuse telle douleur, telle sensation dans telle partie, Il dit qu'il ressent telle douleur, etc. Accuser réception d'une lettre, d'un paquet, etc., Marquer, donner avis qu'on l'a reçu. Accusez-moi réception de ma lettre, ou absolument, Accusez-moi réception. Il signifie, en termes de Peinture et de Sculpture, Indiquer, faire sentir certaines parties ou formes des corps recouvertes par quelque enveloppe. Accuser les os, les muscles sous la peau. Accuser le nu par le pli des draperies. On dit dans le même sens Accuser une ressemblance, une différence. Le participe passé

ACCUSÉ, ÉE, est aussi nom et signifie Celui, celle qui est accusé en justice. L'accusateur et l'accusé. Plus exactement on nomme Accusé, Celui, celle qui est renvoyé devant les tribunaux criminels pour être jugé; jusque-là, il n'est que prévenu. Amenez l'accusé, l'accusée. Accusé de réception, Pièce justificative par laquelle celui à qui on adresse une lettre, un paquet, reconnaît qu'il l'a reçu.

Accuser : définition du Littré (1872-1877)

ACCUSER (a-ku-sé) v. a.
  • 1Imputer un crime à quelqu'un. Il fut accusé de brigue, de violence. Accuser quelqu'un d'un crime capital. On l'accusa d'avoir fui du combat. Socrate fut accusé de nier les dieux que le peuple adorait. Pour vous justifier du crime dont ma raison vous accusait…, Molière, Fest. de Pierre, I, 3. Je n'accuse personne et vous tiens innocent, Corneille, Rod. V, 4. Ce n'est pas qu'après tout tu doives épouser Celui qu'un père mort t'obligeait d'accuser, Corneille, Cid, IV, 2. D'un amour criminel Phèdre accuse Hippolyte, Racine, Phèd. IV, 2. Je le crois criminel, puisque vous l'accusez, Racine, ib. V, 7.
  • 2Dans le droit criminel actuel, poursuivre, en vertu d'un arrêt de la chambre des mises en accusation, une personne devant la cour d'assises.
  • 3Accuser un acte faux, soutenir qu'un acte est faux.

    Cette locution a vieilli. On dit présentement, arguer un acte de faux.

  • 4En général, imputer, reprocher. Tu pouvais, pour toi, m'accuser de froideur, Molière, l'Étour. I, 6. Il l'avait accusé de discours médisants, Molière, ib. III, 5. Quand vous devez la vie aux soins de ce grand homme, Vous osez l'accuser d'avoir trop fait pour Rome, Voltaire, Catil. V, 1. Ah ! si nous périssons, n'en accusez que vous, Racine, Baj. II, 3. La vie n'était pour lui qu'un esclavage et une triste captivité ; et sans en accuser la Providence ni s'en plaindre…, Bourdaloue, Pensées, t. I, p. 45.
  • 5Gourmander, blâmer. D'Egmont… De l'incertain Mayenne accusait la lenteur, Voltaire, Henr. VIII. Mais avec quel courroux, avec quelle tendresse Mahomet de mes sens accusa la faiblesse ! Voltaire, Fanat. IV, 3. Contre l'effort des vents ces myrtes sans appuis Accusent notre indifférence, Delavigne, Paria, II, 5. N'accuse point mon sort ; c'est toi seul qui l'as fait, Corneille, Cinna, III, 4. Par des ambassadeurs accuser ma paresse, Racine, Mithr. III, 1. Où donc est ce grand cœur dont tantôt l'allégresse Semblait du jour trop long accuser la paresse ? Boileau, Lutr. II. … En vain de ton départ Les tiens impatients accusent le retard, Delille, Énéide, III.
  • 6En parlant des choses, servir de preuve, d'indice. Le fait même l'accuse. Devant les dieux vengeurs, mon désespoir m'accuse, Voltaire, Sémir. I, 5. Voyons qui son amour accusera des deux, Racine, Mithr. III, 4. Et son silence même accusant sa noblesse Nous dit qu'elle nous cache une illustre princesse, Racine, Iph. I, 2. Caché sous des lambeaux, un reste de richesse Semble encor de son rang accuser la noblesse, Ducis, Lear, II, 2.
  • 7À certains jeux de cartes, accuser son jeu, en faire connaître ce que les règles veulent qu'on déclare.
  • 8Accuser juste, accuser faux, être exact, inexact dans son récit. Chamillart convenait que Catinat accusait vrai en tout et partout, Saint-Simon, 105, 120. La renommée accuse juste en contant ce que vous valez, Molière, Préc. 10.
  • 9Accuser une douleur, accuser son âge, dire qu'on sent une douleur, qu'on a tel âge.
  • 10Accuser la réception ou accuser réception d'une lettre, d'un paquet. M. Plet ne nous accusa ni la réception de cette lettre ni celle d'un assez gros paquet que je lui avais adressé, Voltaire, Lettr. Prusse, 35. Je n'ai de temps que pour en accuser la réception, Bossuet, Lettr. Quiét. 190. La plupart commencent par accuser la réception de ma lettre, Sévigné, 243.
  • 11 En termes de peinture, faire sortir certaines parties qui sont recouvertes par quelque enveloppe. Accuser les muscles, les os.
  • 12S'accuser, v. réfl. Se dire coupable. Il s'accuse d'homicide. S'accuser d'une faute, de sa crédulité. Elle s'accusait de ralentir ma marche. Vientelle s'accuser et se perdre elle-même ? Racine, Ph. III, 6. Votre cœur s'accusait de trop de cruauté, Racine, Brit. IV, 3. Je m'accuse, moi-même, d'en avoir trop entendu, Molière, Festin de pierre, I, 3. Je me suis accusé de trop de violence, Corneille, Cid, III, 4.
  • 13S'accuser, déclarer ses péchés au prêtre dans la confession. S'accuser d'avoir rompu le jeûne.

REMARQUE

Régnier a dit : Un rêveur m'accuse Que je ne suis pas net… Sat. II. Cette tournure est insolite, et l'on dit d'habitude de avec l'infinitif : De n'être pas net. Cependant elle n'a rien qui soit fautif en soi.

HISTORIQUE

XIIe s. S'aucuns est acuseis qu'il ait aucun ochis…, Tailliar, Recueil, p. 491. Et feissent deux homes avant venir, qui Naboth acusassent et sur lui testemoniassent que il out mesparlé de Deu meïme et del rei, Rois, 331.

XIIIe s. Cil cui je n'avoie riens mesfait, m'acusoient, Psautier, f. 48. Par iceste maniere bien nous acuserons [nous prouverons notre fait], Berte, 23. Qui est accusé de cas de crieme, il ne se puet defendre par procureur, Beaumanoir, 80. En cas de crieme dont on pot perdre vie ou membre, li acusés n'est pas tenus à jurer, se li cas n'est de gages, Beaumanoir, XX, 9. Li mariages fu après acusés, et fu depeciés [cassé], et fut tenu por malvès, Beaumanoir, XVIII, 18. Tretout ansinc vous dis pour voir [vrai] Que li cristal, sans decevoir, Tout l'estre du vergier accusent à ceux qui dedans l'iaue musent, la Rose, 1569.

XIVe s. Et encore eüst on tout occis et tué, S'il n'eüssent nommé l'englois et accusé Qui les armes pendi de Bertran l'aduré, Guesclin, 19767. Dame, dist Galerans, jà n'aie je pardon, Se je vous en accuse par nulle entention, Baud. de Seb. II, 90.

XVIe s. Ils ne nous accusoient [dénonçaient] jamais aux ennemys, Carloix, V, 6. Ceux qui accusent les hommes de…, Montaigne, I, 11. Les vieux du Senat accuserent [blâmèrent] cette pratique, Montaigne, I, 23. Les mesmes paroles qui accusent [indiquent] ma maladie, Montaigne, I, 34.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

ACCUSER. - REM. Ajoutez :

2. Accuser réception a été créé par Balzac, d'après GÉNIN, Variat. p. 315.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Accuser : définitions subjectives sur Dicopedia

Dicopedia est un dictionnaire participatif où n'importe qui peut partager sa propre définition des mots de la langue française. L'intérêt de cette initiative est de proposer des définitions subjectives et très diverses, selon l'expérience de chacun. Nous ajouterons dans cette section les définitions de « accuser » les plus populaires.

✍️

Étymologie de « accuser »

Étymologie de accuser - Littré

Provenç. accusar ; espagn. acusar ; ital. accusare ; de accusare, de ad, à, et d'un radical sur lequel on a varié. Priscien dit que ce radical est cusare, fréquentatif de cudere, qui veut dire forger. Mais il est plus vraisemblable de le rattacher à causa, cause (voy. ce mot). Ce qui ajoute quelque probabilité à cette étymologie, c'est que Bède dit que accusare s'est aussi écrit avec deux ss, orthographe qui est aussi celle de causa, caussa.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de accuser - Wiktionnaire

 Dérivé de accuse avec le suffixe -er.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de accuser - Wiktionnaire

Du latin accusare, dérivé de causa (« cause »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « accuser »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
accuser akyze play_arrow

Conjugaison du verbe « accuser »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe accuser

Évolution historique de l’usage du mot « accuser »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « accuser »

  • https://www.capital.fr/economie-politique/leconomie-de-litalie-va-accuser-un-plongeon-historique-cette-annee-1371975 Capital.fr, L’économie de l’Italie va accuser un plongeon historique cette année - Capital.fr
  • L'économie de l'Union monétaire est à la peine. Christine Lagarde, la présidente de la Banque centrale européenne (BCE), aurait indiqué que le PIB de la zone euro pourrait accuser une chute de 13% lors du deuxième trimestre, rapporte Reuters sur la base de plusieurs sources européennes. Un rebond de 5,2% serait néanmoins envisageable en 2021. En zone euro, la balance des paiements courants du mois d'avril 2020, publiée par la Banque Centrale Européenne, s'élève a 14,4 milliards d'euros contre 27,4 milliards en mars. Non retraitée des variations saisonnières (non cvs) cette balance est de 10,2 milliards après 40,7 milliards le mois précédent. Capital.fr, L'économie de la zone euro va accuser un plongeon abyssal, alerte la BCE - Capital.fr
  • Vladimir Poutine a publié une longue tribune historique pour accuser l'Occident de "révisionnisme" anti-russe sur la Seconde Guerre mondiale, à quelques jours des célébrations en Russie marquant les 75 ans de la victoire soviétique sur les nazis.  LExpress.fr, Poutine accuse l'Ouest de "révisionnisme" anti-russe sur la Seconde Guerre mondiale - L'Express
  • « Vous allez peut-être m'accuser de meurtre », s'est agacée Anne Hidalgo. « Ces pistes sont également faites en accord avec la préfecture de police et le ministre de l'Environnement. On va maintenir ces pistes cyclables et je me réjouis de cette rapidité », s'est défendue la maire, qui promet 100% de rues cyclables. leparisien.fr, VIDÉO. «Vous allez m'accuser de meurtre» : Hidalgo et Buzyn s’écharpent sur les pistes cyclables - Le Parisien
  • Quand les hommes ne peuvent accuser ni leur père, ni leur mère, ils s'en prennent à Dieu de leur mauvais sort. De Honoré de Balzac / La Duchesse de Langeais
  • Ce que nous appelons mauvaise conscience est en fait la bonne conscience : c’est la vertu qui se dresse en nous pour nous accuser. De Théodor Fontane
  • Il existe une vieille et sûre recette pour conserver toujours la paix en soi : c'est d'accuser toujours les autres. De René Daumal
  • Le travail d'équipe est essentiel. En cas d'erreur, ça permet d'accuser quelqu'un d'autre. De Bernard Menez
  • Personne n'est obligé de s'accuser lui-même si ce n'est en face de Dieu. De Proverbe latin
  • Les gens préfèrent s'accuser des pires défauts plutôt que de s'abstenir de leur présence. De Dominique Blondeau / Les visages de l'enfance
  • Un croyant qui a perdu la foi, la grâce, pourrait à juste titre accuser Dieu de trahison. De Emil Michel Cioran / Cahier 1957-1972
  • M’accuser - justes dieux ! - De n’aimer plus... quand... j’aime plus ! De Edmond Rostand / Cyrano de Bergerac
  • L'odeur d'un coquillage putréfié suffit pour accuser toute la mer. De Jules Renard / Journal 1887-1892
  • Il est plus aisé d'accuser un sexe que d'excuser l'autre. De Michel de Montaigne / Essais
  • Le premier cas de la sagesse est de tout accuser. Le dernier : de tout concilier. De Georg Christoph Lichtenberg
  • Nul n'est tenu de s'accuser soi-même. De Proverbe latin médiéval
  • Chercher à se justifier quand on n’est pas coupable, c’est s’accuser. De Proverbe arabe
  • Juger, c'est déjà accuser. De Emmanuel Boundzéki Dongala / Un Fusil dans la main, un poème dans la poche
  • J'accuse. Émile Zola, l'Aurore

Images d'illustration du mot « accuser »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « accuser »

Langue Traduction
Portugais acusar
Allemand beschuldigen
Italien accusare
Espagnol acusarse
Anglais accuse
Source : Google Translate API

Synonymes de « accuser »

Source : synonymes de accuser sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « accuser »


Mots similaires