La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « physionomie »

Physionomie

Définitions de « physionomie »

Trésor de la Langue Française informatisé

PHYSIONOMIE, subst. fém.

A. − Vieilli. Physiognomonie. La biotypologie avait été entrevue par Della Porta (physiognomonie, 1630), par Lavater (physionomie des animaux, 1776), par Gall (1750-1828), auteur de deux ouvrages sur la phrénologie (David, Cybern., 1965, p.113).
B. − Ensemble des traits, aspect du visage d'une personne. Physionomie jeune, atroce; examiner, observer la physionomie d'une personne. C'est une espèce de grand gaillard, tout jeune, de physionomie vulgaire, couleur de brique rose (Mirbeau, Journal femme ch., 1900, p.62).Aux fauteuils d'orchestre, un peu en retrait de la loge, voici, ma foi, deux autres visages qu'il a croisés le matin même sur les paliers de Koupriane! Ce que c'est que d'avoir la mémoire des physionomies (G. Leroux, Roul. tsar, 1912, p.89):
1. ... il vit bien le salut et le rendit, mais sans s'arrêter; et, s'éloignant à toute vitesse, sans un sourire, sans qu'un muscle de sa physionomie bougeât, il se contenta de tenir pendant deux minutes sa main levée au bord de son képi, comme il eût répondu à un soldat qu'il n'eût pas connu. Proust,Guermantes 1, 1920, p.138.
P. méton., pop. Visage, figure. Amène-toi maintenant que je te noircisse la physionomie, enlève donc tes lunettes, couillon, là, que je t'astique le portrait (Queneau, Pierrot, 1942, p.80).
Loc. fig. S'offrir la physionomie de qqn. [Sur le modèle de se payer la tête de qqn] Les savants disent ça, mais ils s'offrent notre physionomie (Claudel, Rempart Ath., 1927, p.1133).
1. En partic.
a) Expression du visage passagère ou permanente reflétant un trait de caractère ou un sentiment. J'avais déjà remarqué, dans le même jardin, sa redingote râpée qui se boutonnait jusqu'au menton (...) ses mains décharnées, pareilles à des ossuaires, sa physionomie narquoise, chafouine et maladive (Bertrand, Gaspard, 1841, p.44).Ceux qui n'avaient lu au tableau aucun nom s'en allaient, emportant leur joie fragile. Dingley les retrouvait le lendemain, à la même place, avec la même physionomie d'angoisse que la veille (Tharaud, Dingley, 1906, p.16).Celui qui a caché les osselets chante, balance rythmiquement son corps et essaie d'induire en erreur ses adversaires par des jeux de physionomie (Lowie, Anthropol. cult., trad. par E. Métraux, 1936, p.191).
SYNT. Physionomie ardente, bouleversée, calme, douce, effarée, funèbre, goguenarde, impassible, inquiétante, mobile, naïve, rayonnante, touchante, tranquille, triomphante, triste, vive; se composer une physionomie; modifier, changer sa physionomie; physionomie d'ivrogne, de brigand, de charlatan; mobilité de la physionomie.
b) Rare. Allure corporelle, aspect morphologique d'une personne. Les marins et les militaires appliquent donc les lois du mouvement dans le but de toujours obtenir un même résultat, une émission de force par le plexus solaire et par les mains (...). Or la direction constante de leur volonté dans ces deux agents doit déterminer une spéciale atrophie de mouvement, d'où procède la physionomie de leur corps (Balzac,Théor. démarche, 1833, p.636).
2. Absol., vieilli. Caractère original qui fait la particularité d'un visage, indépendamment de la beauté, de la finesse ou de la régularité des traits. Le caractère de sa figure est ordinairement la tranquille sérénité; cependant, lorsqu'elle s'anime, elle a de la physionomie (Laclos, Éduc. femmes, 1803, p.440).Il sentit bientôt qu'il perdait sa peine à jouer le personnage de Pascal et à vouloir lui prendre son masque; car Pascal n'a pas de masque, il a une physionomie (Sainte-Beuve, Port-Royal, t.5, 1859, p.352).
3. P. anal., vieilli. Ensemble des traits du faciès, morphologie d'un animal. Les plumes effilées (...) forment les cercles qui donnent à la physionomie de ces oiseaux son caractère singulier (Cuvier, Anat. comp., t.2, 1805, p.512).C'est une chose incroyable que la mobilité et la transparence de la physionomie de ces chevaux, quand on n'en a pas été témoin. Toutes leurs pensées se peignent dans leurs yeux et dans le mouvement convulsif de leurs joues (Lamart., Voy. Orient, t.1, 1835, p.249).
C. − P. anal. Ensemble des caractères, des traits physiques qui donne à un objet, à un lieu, un aspect particulier ou remarquable. Physionomie d'un navire, d'un meuble, d'une rue. Combien d'observateurs et d'écrivains de grande valeur ont essayé de noter la physionomie et les caractères les plus parlants de toutes les villes significatives! Ces études ne sont pas toutes au même degré géographiques (Brunhes, Géogr. hum., 1942, p.89).Le «mondain» supporte mal une modification quelconque dans la disposition des échos et mondanités du Figaro. En général, la physionomie du journal doit rester identique à elle-même pour convenir à ses lecteurs (Coston, A.B.C. journ., 1952, p.175):
2. Chaque monument, pour peu qu'il diffère quant au programme, quant aux moyens de structure, prend une physionomie qui lui est propre, bien que l'on reconnaisse parfaitement à l'inspection de son ensemble, comme de ses moindres détails, qu'il appartient à telle période de l'art. Viollet-Le-Duc, Archit., 1863, p.469.
[En parlant d'une oeuvre littér. ou musicale] Ensemble des traits caractéristiques d'une oeuvre d'art. Comment saisir la physionomie et l'originalité des littératures primitives, si on ne pénètre la vie morale et intime de la nation (Renan, Avenir sc., 1890, p.292).Plus je vais, mieux se dessine à mes yeux la physionomie de l'oeuvre à écrire: féerie. Théâtre. Élimination complète de l'inutile. Mais ici, tout est à inventer (J.Bousquet, Trad. du sil., 1936, p.114).On ne doit jamais faire succéder deux mesures ayant la même physionomie rythmique (Dupré, Cours contrepoint, s.d., p.17).
D. − Au fig. Ensemble des caractéristiques d'un phénomène, d'un processus, d'un système. On peut dire que la physionomie de l'histoire de France ne se dégage complètement que si l'on tient compte des causes qui n'ont pas trouvé fortune (Vidal de La Bl., Tabl. géogr. de Fr., 1908, p.382).Pour venir compléter la perception, les souvenirs ont besoin d'être rendus possibles par la physionomie des données (Merleau-Ponty, Phénoménol. perception, 1945, p.27).Il y a dans ces résultats une valeur d'indication à la manière dont, en cours de vote, les premiers sondages donnent une physionomie anticipée des scrutins (Gds ensembles habit., 1963, p.27).
REM. 1.
Physiognomie, subst. fém.,vieilli, synon. (supra A).De la morphologie statique, qui étudie les formes au repos (typologie générale, physiognomie, chirologie), à la morphologie dynamique qui s'attache à leurs mouvements, la continuité s'établit de plus en plus (Mounier, Traité caract., 1946, p.207).
2.
Physionomane, subst.,vieilli. a) Celui, celle qui étudie le caractère d'une personne d'après les traits de son visage. Une physionomane, qui nous dit à tous nos santés et nos caractères (Goncourt, Journal, 1858, p.481).b) Celui, celle qui reproduit les physionomies. En appos. Il y avait à Paris une espèce de bouffon physionomane (...) qui courait les guinguettes, les caveaux et les petits théâtres (Baudel., Curios. esthét., 1857, p.201).
3.
Physionomètre, subst. masc.Appareil reproduisant la forme des objets par moulage. (Ds Lexis 1975, Lar. Lang. fr.).
4.
Physionomotrace, physionotrace, subst. masc.Instrument servant à dessiner mécaniquement des portraits. La figure du Vendéen se découpait contre le couchant, sur le papier huilé de la fenêtre, avec la netteté des profils tirés au physionomotrace, par les imitateurs de M. de Silhouette (Morand, P. de Saligny, 1947, p.102).Au XVIIIesiècle encore, le physionotrace qui connut une telle vogue, ne faisait qu'élaborer mécaniquement le procédé. Mais celui-ci ne s'empare que des profils (Huyghe, Dialog. avec visible, 1955, p.128).
5.
Physionotype, subst. masc.,,Appareil (...) servant à fabriquer des empreintes. Il consistait en une plaque métallique armée de tiges mobiles qui, enfoncées plus ou moins, suivant les saillies de l'original, déterminaient une surface ondulée que l'on pouvait reproduire à l'aide d'une matière malléable`` (Adeline, Lex. termes art, 1884).
Prononc. et Orth.: [fizjɔnɔmi]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) 1256 phisanomie «art de déterminer le caractère d'un homme d'après la conformation extérieure» (Aldebrandin de Sienne, Régime du corps, éd. L. Landouzy et R. Pépin, fo2b, p.5, ligne 27); fin xiiies. [ms.] physianomie (Le charte de le chité d'Am., B.N. 25247, fo49); b) 1596 phisiognomie «art de déterminer le caractère d'une personne d'après les traits de son visage» (Hulsius); 1671 physionomie (Pomey); ,,anc.`` ds DG; 2. 1355-58 phisonomie «ensemble des traits de la figure, expression du visage; visage» (Guillaume de Deguileville, Pelerinage âme, éd. J. J. Stürzinger, 1606); 1376 fisonomie «id., en parlant d'un animal» (Modus et Ratio, éd. G. Tilander, 79, 6, t.II, p.151); 1532 [éd.] phizionomie (Marot, Ballades, Des Enfans sans soucy, 25 ds OEuvres diverses, éd. C. A. Mayer, IV, 140); 1723 changer de physionomie (Marivaux, Spectat. fr., p.204); 1781 un jeu de physionomie (Raymond, Lettre de Coxe, p.88); 3. 1773 «(d'un inanimé) aspect particulier, apparence» la physionomie de la nation (Mercier, Du théâtre, p.80); 1773 la physionomie des langues anciennes (Thomas, Essais sur éloges, p.19). Empr. à un lat. tardif physiognomia (gr. φ υ σ ι ο γ ν ω μ ι ́ α), altération par superposition syllabique de physiognomonia, v. physiognomonie; le mot fr. a souvent été altéré jusqu'au xvies. (cf. FEW t.8, p.410b et 411a et Renson 1962, p.389); le sens 1 a été assumé par physiognomonie*. Fréq. abs. littér.: 2604. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 5302, b) 5318; xxes.: a) 3703, b) 1471. Bbg. Gohin 1903, p.346. _ Quem. DDL t.28 (s.v. physionomane).

Wiktionnaire

Nom commun - français

physionomie \fi.zjɔ.nɔ.mi\ féminin

  1. Caractéristique distinctive ; nature intrinsèque ; trait de caractère.
    • Les Foulahs du Fouta sont en général grands et bien faits […]. Leur physionomie, en un mot, se rapproche beaucoup de celle de l’Européen. — (René Caillié, Voyage à Temboctou et à Jenné, Revue des Deux Mondes, 1830, tome 1)
    • Quoiqu’au niveau de la plus ancienne bourgeoisie, il voyait encore de la distance entre lui et ceux de ses concitoyens dont les noms à physionomie italienne indiquaient d’une façon plus ou moins problématique leur descendance de nobles familles émigrées de par-delà les monts. — (Julie de Quérangal, Philippe de Morvelle, Revue des Deux Mondes, T.2,4, 1833)
    • Une étrange terreur pèse sur Paris. Des bruits sinistres se répandent. Parfois, des bandes hurlantes passent, avec des physionomies d'émeute. Le bourgeois fourbit sa vieille pertuisane. — (Michel Zévaco, Le Capitan, chapitre I, 1906, Arthème Fayard, collection « Le Livre populaire » no 31, 1907)
    • Seulement la physionomie des mots a changé dix fois depuis trois cents ans et, si l’on s’était arrêté à la physionomie des mots, on écrirait encore cholère et charactère et chymie et advocat et escole et abysme et argille et bienfaicteur et déthrôner. — (Émile Faguet, Simplification simple de l’orthographe, 1905)
    • Et de fait ce trait qui est particulier à la physionomie de notre versification est d'autant plus important que, notre langue ne comportant pas de syllabes longues et brèves aussi tranchées que le latin, par exemple, la clausule du vers risquerait de passer parfois inaperçue. — (Paul Desfeuilles, Dictionnaire de rimes; précédé d'un petit traité de versification française, Paris : Garnier frères, s.d.(impr.1933), p.X)
  2. (En particulier) Visage, traits et expressions, en tant qu'indicateurs, source de connaissance, du caractère, de la personnalité, des émotions de la personne.
    • Rowena seule, trop fière pour être vaine, accueillit son libérateur avec une courtoisie gracieuse. Sa physionomie était sérieuse sans être abattue. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • La physionomie de la Renaude prit une expression de gravité et de tristesse profonde. — (Octave Mirbeau, La Bonne, dans Lettres de ma chaumière, 1885)
    • Il riait de plus en plus fort, férocement joyeux, guettant les reflets de la stupéfaction sur la physionomie du journaliste. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 20)
    • En ce moment la ferme et douce physionomie de cet homme atteignit au sublime du tragique. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844 ; page 123 de l’édition Houssiaux de 1855)
    • Croyez après cela aux physionomies, pensa Julien ; c'est dans le moment où la délicatesse de l'abbé Pirard se reproche quelque peccadille, qu'il a l'air atroce ; tandis que sur la figure de ce Napier, espion connu de tous, on lit un bonheur pur et tranquille. — (Stendhal, Le Rouge et le noir, 1830)
  3. (Spécialement) (Écologie) Allure que revêt un groupement végétal ou un paysage (forêt, lande, prairie, etc.).
    • Dans nos pays l'action de l'homme, […], a eu pour effet de diviser le tapis végétal en ensembles ayant chacun sa « physionomie » caractérisée et dont on peut dessiner les contours sur une carte. — (Henri Gaussen, Géographie des Plantes, Armand Colin, 1933, p.100)
    • En deuxième lieu, la physionomie de la végétation varie souvent très fortement sur de courtes distances. — (Frank White, La végétation de l'Afrique: mémoire accompagnant la carte de végétation de l'Afrique, UNESCO-AETFAT-UNSO, 1986, p.59)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PHYSIONOMIE. n. f.
Les traits, l'expression du visage. Il a une belle physionomie, une physionomie ouverte. Physionomie avantageuse, heureuse, agréable, prévenante, spirituelle. Physionomie noble. Avoir la physionomie d'un honnête homme. Les physionomies sont trompeuses. Sa physionomie s'est tout à coup rembrunie. Sa physionomie est mobile. Il se dit quelquefois absolument d'un Certain air de vivacité et d'agrément répandu habituellement sur le visage et indépendant de la forme des traits. Cette femme n'a pas une beauté régulière, mais elle a de la physionomie. Il s'emploie figurément et se dit du Caractère de certaines choses, de ce qui les distingue des autres choses de même nature. Chaque peuple a sa physionomie. Les événements de ce siècle ont une physionomie particulière.

Littré (1872-1877)

PHYSIONOMIE (fi-zi-o-no-mie) s. f.
  • 1L'air, les traits du visage. On ne peut faire une bonne physionomie qu'en accordant toutes nos contrariétés, Pascal, Pens. XVI, 10 bis, éd. HAVET. S'il [un jeune homme de bonne figure disant des sottises] m'eût donne des coups de massue sur la tête, il ne m'aurait pas plus affligée ; je jurai de ne me plus fier aux physionomies, Sévigné, 233. La physionomie n'est pas une règle donnée pour juger des hommes ; elle nous peut servir de conjecture, La Bruyère, XII. Une physionomie qui promet une âme et qui ne ment pas, Rousseau, Ém. V. On disait à l'un d'entre eux [homme de la cour] : On ne vous a point vu à la cour depuis la mort du roi ; il répondit : C'est que je n'ai point encore trouvé ma physionomie d'avénement, Diderot, Claude et Nér. I, 34. Personne n'a plus que lui la physionomie de son âme, Diderot, Salon de 1767, Œuv. t. XIV, p. 40, dans POUGENS.

    Physionomie heureuse, résultat de tous les traits d'une personne, qui prévient en faveur de son caractère.

    Mauvaise physionomie, physionomie qui annonce la méchanceté. Qui es-tu donc, vieux romain [Caton] ? tu as la physionomie mauvaise, un visage dur et rébarbatif, Fénelon, t. XIX, p. 278. On trouve toujours la physionomie mauvaise à un homme qui a fait une méchante action, Voltaire, Mél. litt. Lett. à M le prince de***, lett. X.

  • 2 Absolument. Certain air de vivacité et d'agrément répandu habituellement sur le visage. Jamais aucun visage de femme n'a tant mérité que le sien, qu'on se servît de ce terme de physionomie pour le définir et pour exprimer tout ce qu'on en pensait en bien, Marivaux, Marianne, 4e part. On croit que la physionomie n'est qu'un simple développement de traits déjà marqués par la nature ; pour moi, je penserais qu'outre ce développement, les traits du visage d'un homme viennent insensiblement à se former et à prendre de la physionomie par l'impression fréquente et habituelle de certaines affections de l'âme, Rousseau, Ém. IV. Nous serions fort embarrassés de dire bien précisément ce que c'est que d'avoir de la physionomie, Diderot, Lett. sur les aveugles.

    Il se dit aussi des animaux. Le lion fait mouvoir la peau de sa face, ce qui ajoute beaucoup à sa physionomie, Buffon, Morceaux choisis, p. 217.

  • 3Aspect particulier qui, pour chaque être vivant, résulte de l'ensemble de ses parties tant intérieures qu'extérieures. Ce qu'on peut appeler la physionomie dans tous les êtres vivants, dépend de l'aspect que leur tête présente lorsqu'on les regarde de face, Buffon, Ois. t. XIII, p. 162.
  • 4 Fig. Caractère qui distingue certaines choses de toutes les autres. Ce pays a une physionomie particulière.
  • 5Art de juger, par les traits du visage, quel est le caractère d'une personne. Ou toutes les règles de la métoposcopie et de la physionomie sont fausses, ou il devait être pendu, Hauteroche, Crispin méd. II, 4.

HISTORIQUE

XIIIe s. Il ont moult de sages d'un art que l'on appelle phisonomie : c'est de cognoistre les personnes, de quelle maniere et de quelle qualité elles sont, Marc Pol, p. 619.

XIVe s. Celle [une devineresse] perceut sa chiere [la face de Bertrand] et ses mains regarda, La maniere de lui, et très bien l'avisa, Et sa phizonomie très bien considera, Guesclin. 105.

XIVe s. Or, me plaist de viser, et raison m'y instruit, la phinozomie et personne du susdit noble sage prince, Christine de Pisan, Charles V, I, 7. Si veit [elle vit] que sa philozomie donnoit à cognoistre que…, Perceforest, t. II, f° 137.

XVIe s. Bon cueur, bon corps, bonne phizionomie, Boire matin, fuïr noise et tanson, Marot, Enfants sans soucy.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

PHYSIONOMIE, s. f. (Morale.) la physionomie est l’expression du caractere ; elle est encore celle du tempérament. Une sotte physionomie est celle qui n’exprime que la complexion, comme un tempérament robuste, &c. Mais il ne faut jamais juger sur la physionomie. Il y a tant de traits mêlés sur le visage & le maintien des hommes, que cela peut souvent confondre ; sans parler des accidens qui défigurent les traits naturels, & qui empêchent que l’ame ne se manifeste, comme la petite vérole, la maigreur, &c.

On pourroit plutôt conjecturer sur le caractere des hommes, par l’agrément qu’ils attachent à de certaines figures qui répondent à leurs passions, mais encore s’y tromperoit-on.

Physionomie, s. f. (Scienc. imagin.) je pourrois bien m’étendre sur cet art prétendu qui enseigne à connoître l’humeur, le tempérament & le caractere des hommes par les traits de leur visage ; mais M. de Buffon a dit tout ce qu’on peut penser de mieux sur cette science ridicule dans les deux seules réflexions suivantes.

Il est permis de juger à quelques égards de ce qui se passe dans l’intérieur des hommes par leurs actions, & connoître à l’inspection des changemens du visage, la situation actuelle de l’ame ; mais comme l’ame n’a point de forme qui puisse être relative à aucune forme matérielle, on ne peut pas la juger par la figure du corps, ou par la forme du visage. Un corps mal fait peut renfermer une fort belle ame, & l’on ne doit pas juger du bon ou du mauvais naturel d’une personne par les traits de son visage ; car ces traits n’ont aucun rapport avec la nature de l’ame, ils n’ont aucune analogie sur laquelle on puisse seulement sonder des conjectures raisonnables.

Les anciens cependant étoient fort attachés à cette espece de préjugé, & dans tous les tems il y a eu des hommes qui ont voulu faire une science divinatoire de leurs prétendues connoissances en physionomie ; mais il est bien évident qu’elles ne peuvent s’etendre qu’à deviner ordinairement les mouvemens de l’ame, par ceux des yeux, du visage & du corps ; mais la forme du nez, de la bouche & des autres traits, ne fait pas plus à la forme de l’ame, au naturel de la personne, que la grandeur ou la grosseur des membres fait à la pensée. Un homme en sera-t-il moins sage parce qu’il aura des yeux petits, & la bouche grande ? Il faut donc avouer que tout ce que nous ont dit les physionomistes est destitué de tout fondement, & que rien n’est plus chimérique que les inductions qu’ils ont voulu tirer de leurs prétendues observations métoposcopiques. Hist. nat. de l’homme. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « physionomie »

Altération de physiognomonie ; prov. phizonomia ; esp. et ital. fisonomia.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

De physiognomonie par haplologie ; voir en grec ancien φυσιογνωμία, phusiognômía et φυσιογνωμονία, phusiognomonía.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « physionomie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
physionomie fizjɔnɔmi

Citations contenant le mot « physionomie »

  • (Paris) Depuis quelques semaines et même si l’élan s’est ralenti la semaine dernière, les grandes sociétés technologiques américaines affichent une santé boursière insolente, posant une série de questions sur la physionomie et l’avenir à court terme des marchés. La Presse, L’euphorie boursière autour de la technologie: combien de temps encore?
  • L'architecture est la physionomie des nations. De Astolphe de Custine
  • On ne peut réduire les hommes à leur physionomie. De Martine Le Coz / Céleste
  • Il y a dans la physionomie des animaux un naturel délicieux dont j'ai vainement cherché l'approchant chez l'homme et que j'appellerais : l'air bête. De Fernand Vandérem / Gens de qualité
  • La physionomie du match n’a pas changé après le retour des vestiaires mais les Napolitains ont failli dans le dernier geste. Avec seulement deux tirs cadrés en dix-huit tentatives, les coéquipiers de Lorenzo Insigne n’ont pas su faire fructifier leur possession de balle (59%). Au contraire des Milanais qui ont exploité chaque occasion. Incapable de marquer depuis quatre matches, Lautaro Martinez a fait taire les critiques en trouvant la faille au terme d’un raid solitaire conclut par une frappe soudaine à 20 mètres (2-0, 74e). Eurosport, Serie A : L'Inter Milan reprend sa place de dauphin après sa victoire face au Napoli (2-0) - Serie A 2019-2020 - Football - Eurosport
  • Les travaux de secrétariat du CEP 2020 s’achèvent progressivement. Selon la feuille de route réaménagée, l’étape de la physionomie nationale et la délibération est programmée pour le jeudi 30 juillet 2020. Après cette étape, dès le vendredi 31 juillet, les candidats pourraient déjà avoir leurs résultats dans les centres de composition. Bénin Web TV, Bénin: délibération du CEP 2020 ce jeudi 30 juillet 2020 - Bénin Web TV
  • Sorti de terre, le parking silo change déjà la physionomie de l’hôpital de Sens. Sur deux étages, les automobilistes trouveront désormais 456 places, contre 159 auparavant. www.lyonne.fr, Après presqu'un an de travaux, le nouveau parking de l'hôpital de Sens ouvrira fin août - Sens (89100)
  • Fickentscher 7 Arrêt décisif dès la 2e minute sans quoi la physionomie du match aurait été totalement différente. Autre arrêt décisif à la 62e. Bénéficie de la chance des bons gardiens à la 42e.  , FC Sion: les notes des joueurs lors du match contre...
  • La pause et les changements ne modifient pas la physionomie de la rencontre. Il y a une grosse différence de niveau et de maturité entre les deux équipes. Le troisième but ne tarde d'ailleurs pas et il vient de la tête de Plastun (64', 3-0). Walfoot.be, La Gantoise s'est facilement imposé contre le FC Metz - Tout le foot | Walfoot.be

Vidéos relatives au mot « physionomie »

Traductions du mot « physionomie »

Langue Traduction
Anglais physiognomy
Espagnol fisonomía
Italien fisionomia
Allemand physiognomie
Chinois 面相
Arabe علم الفراسة
Portugais fisionomia
Russe физиогномика
Japonais 人相
Basque fisionomia
Corse fisiomia
Source : Google Translate API

Synonymes de « physionomie »

Source : synonymes de physionomie sur lebonsynonyme.fr

Physionomie

Retour au sommaire ➦

Partager