Tache : définition de tache


Tache : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

TACHE, subst. fém.

A. − Marque salissante.
1. Salissure laissée sur une surface par une substance qui recouvre ou imprègne une partie de celle-ci. Synon. maculature (vieilli), macule (littér.), souillure.Enlever, essuyer, frotter, racler une tache. Des taches de punch et de sirop poissaient les consoles (Flaub., Éduc. sent., t. 1, 1869, p. 160).Les eaux de pluie filtraient au travers des ardoises cassées de la toiture, on voyait de grandes taches indiquant la pourriture avancée du bois (Zola, Terre, 1887, p. 57).
SYNT. Grosse, large, petite tache; tache ronde; tache de boue, de cambouis, de doigts, d'eau, de graisse, de peinture, de rouille, de vin; (être) plein de taches, couvert de taches, marbré de taches; ne pas avoir une tache.
[P. allus. à Shakespeare, Macbeth, V, 1 où Lady Macbeth, complice de l'assassinat du roi Duncan, voit au cours de crises de somnambulisme une tache de sang qu'elle ne peut effacer de ses mains] La prière est à cette énergie [l'énergie spirituelle] ce qu'est à la lampe électrique l'emploi du commutateur. Sans cette hypothèse, nos fautes, nos crimes sont l'ineffaçable tache de la main de Lady Macbeth (Bourget, Actes suivent, 1926, p. 8).
En partic.
Tache d'encre. Synon. de pâté (fam.).De larges taches d'encre violette séchaient sur ses doigts déformés (Duhamel, Confess. min., 1920, p. 144).PSYCHOL. Éclaboussure d'encre sur un papier que l'on replie, servant d'épreuve d'imagination pour des tests de personnalité. De même dans la tache d'encre du test de Rorschach, chacun perçoit non pas ce qui y est (...) mais, ainsi qu'en un miroir moral, la forme de ses propres songes (Huyghe, Dialog. avec visible, 1955, p. 327).Loc. verb. fig. Faire tache d'encre. V. encre I A 2 a.
Tache d'huile. Marque causée par l'huile et qui tend à s'agrandir. P. métaph. La vie des petites provinces (...) imprime son cachet mesquin à tout individu (...). Les habitants de la province ne sont pas coupables de cette tache d'huile qui les gagne petit à petit, et qui les envahit tout d'un coup au moral comme au physique (Champfl., Bourgeois Molinch., 1855, p. 103).
Loc. verb. fig. Faire tache d'huile. V. huile II A.
2. Au fig. Ce qui ternit de manière durable l'honneur, la perfection, la réputation d'une personne ou d'une chose; chose honteuse, infâme. Synon. défaut, erreur, faute, souillure.Tache ineffaçable; être marqué, sali, souillé d'une tache; nom, réputation sans tache. La révocation de l'édit de Nantes, tache indélébile du règne de Louis XIV (Crèvecœur, Voyage, t. 3, 1801, p. 289):
... je crains qu'on ôte à l'affaire Pyrot sa belle simplicité. Elle était limpide; ainsi que le cristal de roche, son prix était dans sa transparence. On y eût vainement cherché à la loupe une paille, une faille, une tache, le moindre défaut. A. France, Île ping., 1908, p. 283.
RELIG. CHRÉT. Marque que laisse le péché sur l'âme.
a) Tache originelle. Synon. de péché* originel.Le baptême est le premier acte de l'initiation chrétienne. Si l'enfant a reçu avec le sang quelque instinct mauvais (...) que cette tache originelle soit lavée (L. Ménard, Rêv. païen, 1876, p. 192).
b) Sans tache, loc. adj. Qui n'a pas la marque du péché originel; p. ext., sans péché, sans souillure. Synon. immaculé, parfait1, pur.Cœur, victime sans tache. Que mon cœur se lave dans tes larmes; qu'il devienne une hostie sans tache (Musset, Confess. enf. s., 1836, p. 258).
L'agneau sans tache, la victime sans tache. Jésus Christ en tant que victime parfaite et sans péché. « Ceux-là sont ceux qui n'ont pas souillé leurs vêtements... Ils suivent l'Agneau sans tache partout où il va », dit la Liturgie (Bloy, Femme pauvre, 1897, p. 225).P. anal. Personne pure, innocente. Voilà, sur ma vie, un petit mensonge assez gros, pour un agneau sans tache (Musset, On ne badine pas, 1834, iii, 6, p. 66).V. agneau ex. 7.
La vierge sans tache. La vierge Marie. Elle portait elle-même, pendant le trajet, son enfant, comme l'avait fait la vierge sans tache (Montalembert, Ste Élisabeth, 1836, p. 96).
Pur et sans tache. Très pur. Mains pures et sans tache. Il plaira à Dieu que tu finisses par trouver une femme pure et sans tache, et digne de toi (Hugo, M. Tudor, 1833, 3ejournée, 1repart., 7, p. 167).
B. − Petit espace de couleur différente tranchant sur un fond d'une autre couleur.
1. Marque caractéristique ou spécifique observée sur un être vivant, dans la nature.
a) [Sur un animal] Marque colorée du poil, des plumes, de la peau ou du tégument. Tache du pelage des panthères; taches sur le plumage (des paons, des grives); peau marbrée, semée de taches. La belle chenille tithymale, verte avec des taches sombres (Bourget, Disciple, 1889, p. 99).C'est un fox terrier, il avait une tache noire sur l'oreille gauche et une autre sur la queue (Jacob, Cornet dés, 1923, p. 203).
RELIG. Animal sans tache. Animal au pelage uni, sans défaut, offert en sacrifice. On voit (...) paître le long du Clitumne les taureaux sans taches qui marchent au Capitole, devant le triomphateur romain (Chateaubr., Martyrs, t. 3, 1810, p. 196).
b) [Sur une plante] Marque d'une certaine importance sur les feuilles, les fleurs, les tiges. Les feuilles de la chélidoine sont en forme de cœur plus arrondie, irrégulières, marquées au centre d'une tache noire (Kapeler, Caventou, Manuel pharm. et drog., t. 1, 1821, p. 209).
c) ANAT. HUM.
Tache aveugle ou tache de Mariotte. ,,Région du champ visuel correspondant à la papille optique, au niveau de laquelle ne se forme aucune image (...) du fait de l'absence d'éléments rétiniens photo-sensibles`` (Man.-Man. Méd. 1977). Synon. papille* optique.Au fig. Ce qu'on ne perçoit pas. Le non-savoir est fin et le savoir moyen. Dans la mesure où il se prend lui-même pour fin, il sombre dans la tache aveugle. (...) Hegel (...) ne connaît de fin que le savoir. Son immense fatigue se lie pour moi à son horreur de la tache aveugle (G. Bataille, Exp. int., 1943, p. 172).
Tache jaune (de l'œil). Petite zone de la rétine colorée d'un pigment jaune et située au pôle postérieur de l'œil où la vision atteint un maximum de netteté. Synon. macula.L'analyse rétinienne de l'image est par conséquent beaucoup plus fine au niveau de la tache jaune, donc au centre de la rétine (vision centrale), que sur ses bords (vision périphérique) (Camefort, Gama, Sc. nat., 1960, p. 247).
Tache auditive, tache acoustique du saccule. ,,Petite saillie sur la surface intérieure du saccule du point d'adhérence à la fossette hémisphérique. Elle correspond à la terminaison du nerf sacculaire`` (Lov.-Veill. 1954). Tache auditive, tache acoustique de l'utricule. ,,Petite saillie à la surface intérieure de l'utricule, du niveau du point d'adhérence à la fossette semi-ovoïde. À ce point aboutissent les divisions du nerf utriculaire`` (Lov.-Veill. 1954). Synon. macule.
ANTHROPOL. Tache mongolique ou tache bleue sacrée. Marque bleuâtre ou grise, de quelques centimètres de diamètre, siégeant électivement dans la région sacrée, observée chez la plupart des nouveau-nés japonais et mongols, et qui disparaît vers l'âge de six ans. La tache mongolique des nouveau-nés japonais et mongols siège un peu au-dessus du pli interfessier (Quillet Méd.1965, p. 310).
EMBRYOL. Tache germinative*.
d) ASTRON. Tache observée sur le disque d'un astre, d'une planète. Taches rouges (de Jupiter) (Astron.1980).Taches solaires. ,,Taches sombres, plus ou moins étendues et plus ou moins persistantes, formées en général d'un noyau sombre entouré d'une zone plus claire, que l'on observe à la surface du soleil`` (Uv.-Chapman 1956). Il y a aussi des taches sur le disque du soleil, cela ne l'empêche pas d'être le plus éblouissant et le plus merveilleux des astres (Chênedollé, Journal, 1833, p. 180).Plusieurs observateurs ont constaté (...) un retard (...) entre le passage d'une tache solaire au méridien et le maximum de la perturbation magnétique ou de l'aurore polaire correspondante (H. Poincaré, Hyp. cosmogon., 1911, p. 247).
2. Marque résultant d'une altération, d'une maladie observée sur un être vivant, dans la nature.
a) PATHOL. HUM. Altération de la peau, des muqueuses sur certains organes. Tache hépatique; tache de la peste; taches sur les poumons. Sa grosse tête, aux cheveux blancs et rares, à la face plate, d'une pâleur livide, maculée de taches bleuâtres (Zola, Germinal, 1885, p. 1138).Madame Morin annonça que je portais une tache rouge sur le rein gauche due à une envie de cerises qu'avait eue ma mère (A. France, Pt Pierre, 1918, p. 7).V. éphélide ex. de H. Bazin, lentigo ex.
Tache lenticulaire. Marque rosée apparaissant lors de la fièvre typhoïde. V. dothiénentérie ex. de Flaubert.Tache rubis. ,,Petit angiome en forme de perle`` (Garnier-Del. 1972). Tache de naissance*. Tache de rousseur, de son (v. son3). Tache de vin. Marque de couleur rose, rouge ou violette de forme, de dimensions, de contours très variables siégeant assez souvent sur la face. Synon. angiome plan (v. angiome s.v. -ome1).Charles d'Este, alors, ne manquait pas de lancer de dédaigneux brocards sur la laide tache de vin dont le dominicain avait la joue couverte (Bourges, Crépusc. dieux, 1884, p. 190).
b) PATHOL. VÉGÉT. Altération de la couleur des feuilles, des tiges, des végétaux due à certaines maladies. Taches blanchâtres, jaunâtres; taches brunes des fruits; taches de la rouille. La vigne est pourrie: une tache sur la feuille comme un doigt sale et tout se sèche (Giono, Gd troupeau, 1931, p. 15).
c) Défaut de transparence ou de couleur d'un minéral, d'une pierre précieuse. Tache d'un diamant. Je sentais quelque chose dans ma pensée, comme une tache dans une émeraude (Vigny, Serv. et grand. milit., 1835, p. 77).
3. Forme de couleur s'offrant à la vue. Les yeux qui ont fixé un corps très-lumineux voient pendant quelque temps une tache obscure de même contour que ce corps, qui les suit par-tout où ils se portent (Cuvier, Anat. comp., t. 2, 1805, p. 107).
a) Forme de couleur contrastant sur un fond plus ou moins uni en harmonie ou opposition de couleur. Fleurs semées par taches de couleur. Par la fenêtre [de la villa Mondragone], j'aperçois l'immense plaine bleuâtre au milieu de laquelle Rome fait une grande tache rose (Green, Journal, 1935, p. 14).
b) Forme de couleur correspondant à un objet lointain ou vu de manière indistincte. Le soir tombe; je distingue à peine la tache pâle de son visage (Sartre, Nausée, 1938, p. 192).
c) Forme de couleur correspondant à la projection d'une source lumineuse sur une surface. Tache blanche, jaune, lumineuse. La tache de soleil qui danse de poutre en poutre s'immobilise tout à coup, s'ouvre juste au centre de la porte, comme un œil rond (Bernanos, M. Ouine, 1943, p. 1454).
d) PEINT. Élément coloré d'un tableau. Une marine de Boudin où de jolies taches s'enlèvent dans une atmosphère un peu bleutée (Huysmans, Art mod., 1883, p. 207).
En partic. Touche de couleur qui compose un tableau chez les impressionnistes. M. Caillebotte a rejeté le système des taches impressionnistes qui forcent l'œil à cligner pour rétablir l'aplomb des êtres et des choses (Huysmans, Art mod., 1883, p. 115).
Faiseur de taches (souvent péj.). V. esquisseur rem. s.v. esquisser ex.
e) Loc. verb., au fig. Faire tache
Rompre une harmonie de couleur; contraster avec l'environnement, le fond. Le couple qui sort de chez moi fait peut-être tache dans le décor oriental, mais tache éclatante, comme feraient deux portraits de l'école vénitienne au milieu d'une tapisserie (Farrère, Homme qui assass., 1907, p. 59).
Contraster de façon désagréable, constituer un défaut. Synon. jurer avec, détoner.Erlane, scandaleusement incapable (...) ne pouvait qu'humilier un chef comme de Scève, faire tache dans sa compagnie, l'exaspérer par sa couardise (Vercel, Cap. Conan, 1934, p. 160).Jef Last estime que le récit de Ménalque fait tache et trou dans mes Nourritures. Il a raison. C'est un morceau surajouté (Gide, Journal, 1935, p. 1222).
REM.
Tachure, subst. fém.,rare. Marque sur les fruits tapés. Sur des claies reposaient des pommes rouges et vertes, bien espacées, pour éviter les tachures (R. Sabatier, Trois sucettes à la menthe, 1972, p. 19).
Prononc. et Orth.: [taʃ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. Fin du xies. taje « marque laissée par une substance salissante » (Raschi, Gl., éd. A. Darmesteter et D. S. Blondheim, t. 1, 976); ca 1175 tache « id. » (Benoît de Ste-Maure, Ducs Normandie, 3560 ds T.-L.); 2. a) 1remoit. du xiies. « manquement à l'honneur, atteinte à la réputation » (Psautier Oxford, éd. Fr. Michel, p. 14); b) fin du xiies. taiches de pechiet (Sermons S. Bernard, 59, 38 ds T.-L.). B. 1. a) xiies. « naevus » (Gloss. Tours, 329, ibid.); b) 1832 jard. (Raymond); 2. a) ca 1393 « marque colorée naturelle sur le poil, les plumes, le tégument des êtres vivants » (Ménagier, éd. G. E. Brereton et J. M. Ferrier, p. 174, 6); b) 1671 astron. (Rohaut, Traité de phys., t. 2, p. 62); c) 1830 anat. tache jaune (Encyclop. méthod. Méd.); d) 1904 taches auditives (Nouv. Lar. ill.); 3. a) α) 1755 « masse de couleur sans transparence et sans harmonie avec le reste du tableau » (Diderot, L'hist. et le secret de la peint. en cire, Œuvres, t. XV, p. 387 ds Littré, s.v. jour); β) 1865 « petit élément d'un tableau dont la couleur tranche sur le reste » (Taine, Philos. art, t. 2, p. 75); γ) 1954 « chacune des taches de couleur uniforme, juxtaposées dans un tableau » (P. Guéguen ds Art d'aujourd'hui, série 5, nos2 et 3, p. 52); b) 1857 « élément coloré qui apparaît dans le champ visuel sur un fond de couleur plus ou moins uniforme » (Flaub., MmeBovary, t. 2, p. 143). Étymol. incertaine. À côté de tache, on note la forme teche dans l'anc. lang. (ca 1100 « qualité (bonne ou mauvaise), marque distinctive » Roland, éd. J. Bédier, 1472) de même que techier est att. à côté de tachier (v. tacher), ce qui a amené Wartburg à formuler l'hyp. d'un empr. au got. taikns « signe » (cf. l'all. Zeichen « id. »), avec évol. phonét. distincte de la diphtongue -ai-. Pour les formes en -a- (cf. aussi l'ital. tacca « tache »; l'a prov. taca « id. »; le cat., aragonais, asturien taca « id. ») il conviendrait, selon lui, de remonter à un lat. tardif *takka, issu de taikns, par gémination de -k- sous l'infl. du -n et pour les formes en -e- (cf. aussi l'ital. tecca « petite tache ») à un type *tekka, issu peut-être de taikns par la réduction en got. de la diphtongue -ai- à ê, v. FEW t. 17, p. 296a-b. Cette hyp. d'un empr. au got., que la complexité phonét. rend difficile à admettre, se heurte essentiellement à des difficultés sém.: on ne voit pas très bien comment cet étymon ayant le seul sens de « signe » a pu donner, dans les différentes lang. rom., des sens aussi variés que ceux de « souillure », « marque sur la peau », « qualité (bonne ou mauvaise) ». D'apr. U. Joppich-Hagemann Untersuchungen zu Wortfamilien der Romania germanica, Bonn, 1973, pp. 127-145; v. aussi le cr. qui en a été fait par M. Pfister ds Arch. St. n. Spr. t. 218, no1, p. 199) tachier, mot de base de la famille, serait à rattacher à un lat. vulg. *tagicare, issu de tangere « toucher » qui a pris, dès le lat. class., sous l'infl. de tingere (v. infra), le sens de « toucher en mouillant, éclabousser, barbouiller, colorer », tandis que la var. techier remonterait à un lat. vulg. *tigicare, issu de tingere « teindre ». Tache serait donc un déverbal de tacher. Fréq. abs. littér.: 2 845. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 2 765, b) 4 810; xxes.: a) 4 848, b) 4 241. Bbg. Pfister (M.). Arch. St. n. Spr. 1981, t. 218, no1, p. 199. − Quem. DDL t. 8 (s.v. tache ombrée).

Tache : définition du Wiktionnaire

Nom commun

tache \taʃ\ féminin

  1. Souillure sur quelque chose ; marque qui salit.
    • (Figuré)L’immoralité du siècle était hypocrite et se répandait lentement comme une tache d’huile, souillant son village. — (Louis Pergaud, Le Sermon difficile, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Pour enlever les taches qui peuvent être faites sur les doigts avec le désensibilisateur, il suffit de les frotter avec un tampon d’ouate imbibé d’acétone. — (Agenda Lumière 1930, Paris : Société Lumière & librairie Gauthier-Villars, page 385)
    • Quant aux « désespoir du peintre », la finesse des petites taches rouges sur le blanc des pétales m'attirait sans que jamais j'aie pu savoir pourquoi leur irréalité me troublait autant. — (Jeannine Burny, Le jour s'en va toujours trop tôt: sur les pas de Maurice Carême, page 13, éditions Racine, 2007)
  2. (Figuré) Flétrissure qui blesse l’honneur, la réputation.
    • C’est une tache à son honneur, à sa réputation.
    • Cette trahison imprime sur sa vie une tache ineffaçable.
    • Cette action fut regardée comme une tache dans sa vie.
  3. Marque naturelle qui paraît sur la peau ou sur certains organes → voir tache de rousseur et tache de vin.
    • Avoir une tache sur l’œil, sur la cornée.
  4. Marque naturelle sur la robe d'un animal.
    • Un chien blanc qui a des taches noires.
  5. Dans un sens analogue, certaines parties des végétaux.
    • Les taches d’un œillet.
    • Les feuilles de la pulmonaire ont des taches brunes.
  6. Se dit en outre de certaines parties obscures sur le disque du Soleil, de la Lune, des planètes et des satellites.
    • On vient d’apercevoir de nouvelles taches dans le Soleil, sur le Soleil.
    • Pour vous punir, le prince Albertinelli va vous lire le cantique dans lequel Béatrice explique les taches de la lune. Prenez La Divine Comédie, Eusebio. C’est ce livre blanc que vous voyez sur la table. Ouvrez-le et lisez. — (Anatole France, Le Lys rouge, 1894, réédition Le Livre de Poche, page 173)
  7. (Peinture) Masse de couleur sans transparence et sans harmonie avec le reste du tableau.
    • La noirceur de la tourbe et des basaltes est coupée par des taches d’un gazon vert et abondant. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Toute cette partie du tableau fait tache.
  8. Se dit encore d’un défaut qui dépare un ouvrage, spécialement un ouvrage de l’esprit.
    • Il y a des taches, il se trouve des taches dans cet ouvrage.
    • Ce passage fait tache dans une si belle œuvre.
  9. (Injurieux) Personne sans consistance, inutile. (Dans certaines régions on entend parfois aussi un tachon)
    • Tu n’es qu’une pauvre tache.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Tache : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TACHE. n. f.
Souillure sur quelque chose, marque qui salit. Une tache d'huile. Une tache de graisse. Une tache d'encre. Cela a fait une tache sur votre habit. Cette tache s'en ira avec de l'essence. Enlever, ôter une tache. La tache est restée. Fig., Faire tache d'huile se dit d'une Idée, d'une nouvelle, d'une mode, etc., qui s'étend de proche en proche. Fig., La tache du péché, La souillure que l'âme contracte par le péché. Le baptême efface la tache du péché originel, la tache originelle. Fig., L'Agneau sans tache, JÉSUS-CHRIST.

TACHE se dit aussi de Certaines marques naturelles qui paraissent sur la peau et de celles qui se forment sur certains organes. Avoir des taches de rousseur. Avoir une tache sur l'œil, sur la cornée. Il se dit encore des Marques qui sont sur la peau ou sur le poil de certaines bêtes. Un chien blanc qui a des taches noires. Il se dit, dans un sens analogue, en parlant de Certaines parties des végétaux. Les taches d'un œillet. Les feuilles de la pulmonaire ont des taches brunes. Il se dit en outre de Certaines parties obscures qu'on remarque avec le télescope sur le disque du soleil, de la lune, des planètes et des satellites. On vient d'apercevoir de nouvelles taches dans le soleil, sur le soleil. En termes de Peinture, il se dit d'une Masse de couleur sans transparence et sans harmonie avec le reste du tableau. Toute cette partie du tableau fait tache. Fig., Faire tache se dit d'une Chose, d'une personne qui contraste d'une manière défavorable ou déshonorante avec ce qui l'entoure. Cette lâcheté fait tache dans sa vie. Cet homme fait tache dans une société si élégante.

TACHE se dit, absolument et figurément, de Tout ce qui blesse l'honneur, la réputation. C'est une tache à son honneur, à sa réputation. Cette trahison imprime sur sa vie une tache ineffaçable. Cette action fut regardée comme une tache dans sa vie. Il se dit encore de Certains défauts qui déparent un ouvrage, spécialement un ouvrage de l'esprit. Il y a des taches, il se trouve des taches dans cet ouvrage. Ce passage fait tache dans une si belle œuvre.

Tache : définition du Littré (1872-1877)

TACHE (ta-ch') s. f.
  • 1Marque qui salit, qui gâte. Vous savez bien, monsieur, qu'un des devants de mon pourpoint est couvert d'une grande tache de l'huile de la lampe, Molière, l'Av. III, 2. La moindre ombre se remarque sur ces vêtements qui n'ont pas encore été salis, et leur vive blancheur en accuse toutes les taches, Bossuet, Mar.-Thér. Henri IV leur avait souvent raconté que, jouant aux dés avec le duc d'Alençon et le duc de Guise, quelques jours avant la Saint-Barthélemy, ils virent deux fois des taches de sang sur les dés, et qu'ils abandonnèrent le jeu saisis d'épouvante, Voltaire, Mœurs, 171. Ces taches noires ou brunes qui salissent souvent la pierre de taille de nos édifices ont de quoi intéresser le naturaliste, puisqu'elles sont, au vrai, des amas de plantes microscopiques, Bonnet, Contempl. nat. III, 7. La presque totalité des taches qui se forment sur les étoffes provient des corps graisseux ou huileux, tels que l'huile, la graisse, le suif, la pommade, la cire, le cambouis, Chaptal, Instit. Mém. scienc. t. VI, p. 491.

    Tache d'huile, tache causée par l'huile, et qui tend toujours à s'agrandir.

    Fig. Cela fait tache d'huile, c'est une flétrissure qui va toujours en augmentant.

    Fig. La tache du péché, la souillure que l'on contracte par le péché. Le péché a cela de propre, qu'il imprime une tache à l'âme qui va défigurant en elle toute sa beauté, Bossuet, Sermons, Péché d'habitude, I.

  • 2Tache d'étain, défaut de fabrication des bouches à feu en bronze ; c'est une marque blanchâtre, provenant d'un excès d'étain.
  • 3Marques naturelles sur la peau ou sur le poil des animaux. Vous offrirez un veau du troupeau qui soit sans tache, Sacy, Ézéchiel, XLIII, 23. Le roi m'a voulu voir [moi, léopard], Et, si je meurs, il veut avoir Un manchon de ma peau : tant elle est bigarrée, Pleine de taches, marquetée, La Fontaine, Fabl. IX, 3.

    Fig. L'Agneau sans tache, Jésus-Christ. Dignes par leur innocence de porter dans l'éternité la livrée de l'Agneau sans tache, et de marcher toujours avec lui, Bossuet, Mar.-Thér.

  • 4Il se dit aussi en parlant des végétaux. Les feuilles de la pulmonaire ont des taches brunes.
  • 5Défaut dans la transparence ou la couleur d'une pierre précieuse. Je ne vais point chercher de quelle mine sort un diamant que j'achète ; je regarde à son poids, à sa grosseur, à son brillant, à ses taches, Voltaire, Lett. Mme du Deffant, 1er juill. 1764.
  • 6Altération plus ou moins circonscrite de la couleur de la peau, sans aucune élevure ni dépression. Mon imagination me refusait opiniâtrément des taches sur ce charmant visage, Rousseau, Hél. IV, 6. Une femme de ma connaissance qui est rousse et borgne, qui a une tache de vin sur la moitié du visage, Genlis, Jeanne de France, t. I, p. 64, dans POUGENS.

    Taches hépatiques, voy. ÉPHÉLIDE.

    Taches de rousseur, synonyme d'éphélides.

  • 7Il se dit des taches qui se forment sur certains organes. Une tache sur l'œil, sur la cornée. Le poumon présente quelquefois des taches noirâtres.
  • 8 Terme d'anatomie. Tache germinative, partie de la vésicule germinative qui a disparu depuis longtemps, lorsque par segmentation du vitellus qui la contient s'est formé le blastoderme.

    Tache embryonnaire, amas de cellules qui se forme sur le blastoderme.

  • 9 Terme de peinture. Masse de couleurs sans liaisons, sans harmonie. Cette partie fait tache.

    Fig. Faire tache, se dit d'une chose, d'une personne qui jette quelque déshonneur. Cela fait tache dans sa vie. Cet homme fait tache dans une telle société.

  • 10Parties obscures qu'on remarque avec le télescope sur le disque du soleil, des planètes, des satellites. Peut-être il y aurait eu querelle entre eux [astronomes] à qui serait demeuré le maître des taches [du soleil] pour les nommer comme il eût voulu, Fontenelle, Mond. 4e soir. Quant aux taches du soleil, il se trouva que ce n'étaient point des planètes, mais des nuages, des fumées, des écumes qui s'élèvent sur le soleil, Fontenelle, ib. On a remarqué des taches sur le disque du soleil ; elles furent aperçues en 1611 par le P. Scheiner, jésuite, ou par Galilée, qui lui en disputa la découverte ; on observa ensuite que les taches avaient un mouvement qui, vu de la terre, se fait de l'orient vers l'occident, Brisson, Traité de phys. t. III, p. 38. Dominique Cassini considéra Vénus ; il y vit des taches ; mais ces taches étaient très faibles, d'une étendue considérable, avec des contours mal terminés, Bailly, Hist. astr. mod. t. II, p. 321. Hevelius compare les taches claires de la lune aux montagnes, aux plaines, et les taches obscures aux mers et aux lacs de la terre, Bailly, ib. t. II, p. 223. La tache isolée qui servit à Dominique Cassini pour déterminer la révolution de Jupiter sur son axe, Bailly, ib. t. II, p. 716. Des montagnes d'une grande hauteur s'élèvent à la surface de la lune ; leurs ombres projetées sur les plaines y forment des taches qui varient avec la position du soleil, Laplace, Syst. du monde, I, 4.

    Par extension. Un fantôme s'élance sur le seuil des portes inexorables ; c'est la Mort ; elle se montre comme une tache obscure sur les flammes des cachots qui brûlent derrière elle, Chateaubriand, Mart. liv. VIII.

    Fig. Il cherche des taches dans le soleil, il veut trouver des taches dans le soleil, il cherche, il veut trouver des défauts dans les choses les plus parfaites ; locution née dans un temps où l'on ne savait pas que le soleil avait des taches, et où l'on croyait que, vu la pureté du feu, il ne pouvait en avoir.

  • 11 Fig. Défauts d'un ouvrage d'ailleurs très bon. Il se trouve des taches dans cet ouvrage. Il y a deux cents trente ans que l'astronome Jean Fabricius a trouvé des taches dans le soleil ; il y a deux mille deux cents ans que le grammairien Zoïle en avait trouvé dans Homère, Hugo, Disc. de réception.
  • 12 Fig. Tout ce qui blesse l'honneur. Ne souffrez point de tache en la maison d'Horace, Corneille, Hor. v, 1. Est-il vice plus bas [que le mensonge] ? est-il tache plus noire ? Corneille, Ment. v, 3. La vie sans tache, Sacy, Bible, Sagesse, IV, 9. Prenez courage, ne laissez point cette tache à votre réputation, Sévigné, 565. L'épouse que tu prends, sans tache en sa conduite, Aux vertus, m'a-t-on dit, dans Port-Royal instruite, Boileau, Sat. X. Tout mon sang doit laver une tache si noire, Racine, Mithr. III, 1. Les femmes ne peuvent pas assister à l'assemblée ; les hommes au-dessous de vingt ans n'en ont pas encore le droit ; on cesse d'en jouir quand on a une tache d'infamie, Barthélemy, Anach. ch. 14. Ma pauvreté est fière ; je n'ai qu'un méchant pourpoint, mais je n'y veux point de taches, Ducis, Corresp. 11 octobre 1813. À défaut de regret, qui ne l'a respecté [le duc d'Orléans, mort en 1842] ? Faites parler la foule, et la haine et l'envie : Ni tache sur son front, ni faute dans sa vie ; Nul n'a laissé plus pur le nom qu'il a porté, Musset, Poésies nouv. 13 juill.
  • 13Tache noire, un chétodon.
  • 14Tache s'est dit pour qualité bonne ou mauvaise ; c'est un sens depuis longtemps oublié. Cigaral a reconnu et confessé avoir reçu de Garcie de Contreras une sienne fille, avec ses taches bonnes ou mauvaises, Th. Corneille, D. Bertr. de Cigaral, I, 6.

HISTORIQUE

XIe s. Tetches a males e mult grant felonie, Ch. de Rol. CXII.

XIIe s. E eslit prestres sanz tache, qui estoient parfit en la loi de Dieu, Machab. I, 4. Chi entre sans tache et ovret justice…, Liber. psalm. p. 14.

XIIIe s. Tex [tel] est amors, tex est sa teke, Fl. et Blanchefl. 2645. Icele dame ot nom Biautés ; Ainsinc comme une des cinq fleches, En li ot maintes bones teches, la Rose, 998. Dame, fet-il, por moi garir, Se vous me lessiiez morir Sanz estre aimez, ce seroit teche, Lai de l'ombre. Seneschal, il ne nous a pas servi, mes nous l'avons soufert entour nous, aus mauveses taches que il a, Joinville, 289.

XIVe s. Des bonnes taches du roy Gontran pouvoit on dire assez : large aumosnier estoit vers les prelats…, Chron. de St Denis, t. I, f° 65, dans LACURNE. Il [un emplâtre] oste taiches et asubtille cicatrices…, Lanfranc, f° 47.

XVe s. En [du soupçon de trahison] demeura un long temps en grand danger et en tel tache et parole messire Gaillard Vighier, Froissart, II, II, 2.

XVIe s. Leurs livres qui estoient entachez de petites taches, sont du tout souillés quand ils sont maniés, par ces pourceaux, Calvin, Inst. 521. Estimans que c'estoit une honte et une tache à la noblesse de souffrir que des hommes issus de lieu bas et obscur…, Amyot, Caton, 33. Toute incomparable qu'elle est [la vaillance d'Alexandre], si a elle encores ses taches, Montaigne, II, 8.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Tache : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

TACHE, TÂCHE, s. f. (Lang. franç.) la prononciation détermine le sens de ces deux mots, qui signifient deux choses toutes différentes. Le premier veut dire une marque, une impression étrangere qui gâte quelque chose ; & le second, un ouvrage que l’on doit finir dans un certain tems, soit par devoir, soit pour de l’argent. La premiere syllabe du premier mot est breve ; on alonge au contraire la premiere syllabe du second mot, & l’on y met un accent circonflexe. Ménage avoue qu’il ignore l’origine du mot tache ; mais Casseneuve a remarqué qu’autrefois on s’en servoit pour exprimer les bonnes & les mauvaises qualités d’un homme, ou d’une bête. L’ancienne chronique de Flandres, parlant de Marguerite, comtesse de Flandres, dit ch. xxvj. « Et elle avoit quatre taches ; premierement, elle étoit une des plus grandes dames du lignage de France ; secondement, elle étoit la plus sage & la mieux gouvernant terre qu’on sçeust », &c. Les autres deux taches sont qu’elle étoit libérale & riche. Le livre intitulé, Li établissement de li roi de France. « Or si aucun menoit sa bête au marché, ou entre gens, & qu’elle mordist ou prist aucun, & cil qui seroit blessé se plaingnist à la justice, & li autres dist, sire, je n’en sçavoye mie qu’elle eût telle tache, &c. »

Quant au mot tâche, les uns le dérivent de taxa, taxatio ; d’autres nous apprennent pour expliquer son étymologie, qu’on appelloit autrefois tâche, une pochette, parce que plus on travaille à la tâche, & plus on rassemble d’argent dans sa poche. On prétend même qu’on appelle encore tâche en Bourgogne, une pochette.

On dit dans quelques provinces, donner des fonds à tâche, c’est-à-dire, sous la redevance d’une certaine partie des fruits, selon que l’on en convient. Le fonds est appellé tachable ou tachible Ce droit ressemble au champart qui ne porte ni lods, ni mi-lods, & ne change point la qualité de l’héritage. (D. J.)

Taches, en Astronomie, ou maculæ, endroits obscurs qu’on remarque sur les surfaces lumineuses du soleil, de la lune, & même de quelques planetes. Voyez Soleil, Lune, Planete, Face, &c.

En ce sens, taches, maculæ est opposé à facules, faculæ ; ces taches du soleil sont des endroits obscurs d’une figure irréguliere & changeante qu’on observe sur la surface du soleil ; entre toutes les taches que nous voyons, il y en a qui ne commencent à paroître que vers le milieu du disque, & d’autres qui disparoissent entierement après s’être détruites peu-à-peu, à mesure qu’elles se sont avancées. Souvent plusieurs taches se ramassent ou s’accumulent en une seule, & souvent une même tache se resout en une infinité d’autres extrémement petites.

Il n’y a pas long-tems qu’on a remarqué des taches dans le soleil : elles varient beaucoup quant au nombre, &c… Quelquefois il y en a beaucoup, & quelquefois point du tout. Galilée est le premier qui les ait découvertes aussitôt après l’invention du télescope : Scheiner les observa dans la suite avec plus de soin, & a publié un gros livre à ce sujet : dans ce tems là on en voyoit plus de cinquante sur le soleil ; mais depuis 1753 jusqu’en 1670, à peine en a-t-on découvert une ou deux ; depuis elles ont reparu assez souvent en abondance, & il n’y a presque point de volume de l’académie des sciences où il n’en soit fait mention. Il semble qu’elles ne suivent aucune loi dans leurs apparitions.

Quelques-uns s’imaginent que ces taches peuvent devenir en si grand nombre, qu’elles cachent toute la face du soleil, ou du-moins la plus grande partie, & c’est à cela qu’ils attribuent ce que dit Plutarque, la raison pour laquelle la premiere année du regne d’Auguste la lumiere du soleil fut si foible & si obscure, qu’on pouvoit aisément la considérer sans en être ébloui.

Les histoires sont pleines de remarques sur des années entieres où le soleil a paru fort pâle & dépouillé de cette vive lumiere à laquelle les hommes sont accoutumés ; on prétend même que sa chaleur étoit alors sensiblement ralentie ; ce qui pourroit bien venir d’une multitude de taches qui couvroient alors le disque apparent du soleil. Il est certain que l’on voit souvent des taches sur le soleil dont la surface excede non-seulement l’Asie & l’Afrique, mais même occupent un plus grand espace que n’occuperoit sur le soleil toute la surface de la terre. Voyez Eclipse.

A quoi Kepler ajoute qu’en 1547 le soleil paroissoit rougeâtre, de même que quand on l’apperçoit à-travers d’un brouillard épais ; & il conjecture delà que les taches qu’on voit dans le soleil sont une espece de fumée obscure, ou nuages qui flottent sur sa surface.

D’autres prétendent que ce sont des étoiles ou des planetes qui passent devant le corps du soleil. Mais il est beaucoup plus probable que ce sont des corps opaques en maniere de croûtes qui s’y forment, comme l’écume sur la surface des liqueurs.

Plusieurs de ces taches paroissent n’être autre chose qu’un amas de parties hétérogenes, dont les plus obscures & les plus denses composent ce qu’Hevelius appelle le noyau, & elles sont entourées de tous côtés de parties plus rares & moins obscures, comme si elle avoient des atmospheres ; mais la figure, tant du noyau que des taches entieres, est variable. En 1644 Hevelius observa une petite tache qui en deux jours de tems devint deux fois plus grosse qu’il ne l’avoit vûe d’abord, paroissant en même tems plus obscure, & avec un plus gros noyau, & ces changemens soudains étoient fréquens. Il observa que le noyau commença à diminuer insensiblement, jusqu’à ce que la tache disparut, & qu’avant qu’il se fut entierement évanoui, il se partagea en quatre portions qui se réunirent de nouveau en deux jours de tems : il y a eu des taches qui ont duré 2, 3, 10, 15, 20, 30, & même, quoique rarement, 40 jours. Kirchius en a observé une en 1681, depuis le 26 Avril jusqu’au 17 Juin. Les taches se meuvent sur le disque du soleil d’un mouvement qui est un peu plus lent près du limbe que près du centre. Celle que Kirch observa fut douze jours visible sur le disque du soleil, & elle fut quinze jours derriere le disque, selon la regle ordinaire qu’elles reviennent au limbe 27 ou 28 jours après qu’elles en sont parties.

Il faut enfin observer que les taches se contractent près du limbe ; que dans le milieu du disque elles paroissent plus étendues, y en ayant de séparées les unes des autres vers le limbe, qui se réunissent en une seule dans le disque ; que plusieurs commencent à paroître dans le milieu du disque, & que plusieurs disparoissent au même endroit, qu’on n’en a vu aucune qui s’écartât de son orbite près de l’horison, au-lieu qu’Hevelius observant Mercure dans le soleil près de l’horison, le trouve écarté de 27 secondes au-dessous de la route qu’il avoit d’abord tenue.

On peut conclure de ces phénomenes, 1°. que puisque la dépression apparente de Mercure au-dessous de la route qu’il devroit suivre, vient de la différence des parallaxes de cet astre & du soleil ; ces taches, dont la parallaxe est la même que celle du soleil, doivent être beaucoup plus près de lui que Mercure ; mais puisqu’elles ont été cachées derriere cet astre trois jours de plus qu’elles n’en ont passé sur celui de son hémisphere qui nous est visible : il a y des auteurs qui concluent delà qu’elles n’adherent pas non-plus à la surface du soleil, mais qu’elles en sont un peu éloignées ; mais il est d’autres auteurs qui ne sont point de cet avis, & qui croient que les taches sont adhérentes à la surface du soleil. Voyez Soleil.

2°. Puisqu’elles naissent & disparoissent au-milieu du disque, & qu’elles subissent diverses altérations, eu égard à leur grandeur, à leur figure & à leurs densités ; on peut conclure delà qu’elle se forment & se dissolvent ensuite fort près du soleil, & que ce sont très-probablement des especes de nuages solaires formés des exhalaisons du soleil.

3°. Puis donc que les exhalaisons du soleil s’élevent de son corps, & se tiennent suspendues à une certaine hauteur de cet astre, il s’ensuit delà, selon les lois de l’hydrostatique, que le soleil doit être entouré de quelque fluide qui puisse porter ces exhalaisons vers en haut, fluide qui comme notre atmosphere doit être plus dense vers le bas, & plus rare vers le haut ; & puisque les taches se dissolvent & disparoissent au milieu même du disque, il faut que la matiere qui les compose, c’est-à-dire, que les exhalaisons solaires retombent en cet endroit ; d’où il suit que c’est dans cet endroit que doivent naître les changemens de l’atmosphere du soleil, & par conséquent du soleil lui-même.

4°. Puisque la révolution des taches au-tour du soleil est très-réguliere, & que leur distance du soleil est ou nulle, ou au-moins très-petite, ce ne sont donc pas, à proprement parler, les taches qui se meuvent au-tour du soleil, mais c’est le soleil lui-même qui tournant au-tour de son axe, emporte avec lui les taches, soit qu’elles nagent sur la surface de cet astre, ou dans son atmosphere, & il arrive de-là que les taches, étant vues obliquement près du limbe, paroissent en cet endroit étroites & oblongues.

Les taches de la lune sont fixes : quelques-uns prétendent que ce sont les ombres des montagnes ou des endroits raboteux qui se trouvent dans le corps de la lune ; mais leur immobilité détruit cette opinion. L’opinion la plus générale & la plus probable est que les taches de la lune sont des mers, des lacs, des marais, &c. qui absorbent une partie des rayons du soleil, & ne nous en renvoyent qu’un petit nombre, de maniere qu’elles paroissent comme des taches obscures ; au-lieu que les parties terrestres refléchissent à cause de leur solidité, toute la lumiere qu’elles reçoivent, & ainsi paroissent parfaitement brillantes. M. Hartsoeker est d’un autre avis, & prétend que les taches de la lune, ou du-moins la plûpart, sont des forêts, des petits bois, &c. dont les feuilles & les branches interceptent les rayons que la terre reflechit, & les renvoye autre part.

Les astronomes comptent environ 48 taches sur la surface de la lune, à chacune desquelles ils ont donné un nom différent. La 21e est une des plus considérables, & est appellée Tycho.

Taches des Planetes. Les astronomes trouvent que les autres planetes ont aussi leurs taches. Jupiter, Mars & Venus en font voir de bien considérables quand on les regarde avec un télescope, & c’est par le mouvement de ces taches que nous concluons que les planetes tournent sur leur axe, de même que nous inférons le même mouvement dans le soleil, à cause du mouvement de ses taches.

Dans Jupiter, outre ces taches, nous voyons plusieurs bandes paralleles qui traversent son disque apparent. Voyez Bandes, Planetes, Soleil, Phases, &c. Wolf, & Chambers.

Le mouvement des taches du soleil est d’occident en orient, mais il ne se fait pas précisément dans le plan de l’orbite de la terre : ainsi l’axe au-tour duquel tourne le soleil n’est pas perpendiculaire à cet orbite. Si l’on fait passer par le cercle du soleil une ligne parallele à celle de l’orbite terrestre, on trouve que cette ligne fait avec l’axe du soleil un angle de 7 degrés ou environ : ainsi l’équateur du soleil, c’est-à dire le cercle qui est également éloigné des deux extrémités de son axe, ou de ses deux poles, fait un angle de 7 degrés avec l’équateur de la terre ; & si on imagine la ligne où ces deux plans se coupent, prolongés de part & d’autre jusqu’à la circonférence de l’orbite terrestre, lorsque la terre arrivera dans l’un ou l’autre de ces deux points diamétralement opposés, la trace apparente des taches observée sur la surface du soleil sera pour lors une ligne droite : ce qui est évident, puisque l’œil est alors dans le plan où se fait leur vrai mouvement : mais dans toute autre situation de la terre sur son orbite, l’équateur solaire sera tantôt élevé au-dessus de notre œil, & tantôt abaissé, & pour lors la trace apparente des taches observées sur le soleil, sera une ligne courbe.

Si dans un corps aussi lumineux que le soleil il y a différentes matieres, dont la plus épaisse ou la plus grossiere forme les taches qui l’obscurcissent, on ne doit pas être étonné si les planetes qui sont opaques, contiennent aussi des parties solides & fluides qui reflechissent une lumiere plus ou moins vive, & qui l’absorbent presqu’entierement. La surface de toutes les planetes doit donc nous paroître couverte d’une infinité de taches, & c’est aussi ce qu’on a reconnu, soit à la vue simple, soit avec des lunettes. Inst. Astron. (O)

Tache de naissance, (Physiol.) un nombre infini d’arteres & de veines aboutissent à la peau. Leurs extrémités réunies y forment un lacis recouvert par l’épiderme. Dans leur état naturel, ces extrémités des vaisseaux sanguins, ne laissent presque passer que la portion séreuse du sang, la partie rouge continue sa route par d’autres vaisseaux dont le diametre est plus grand ; mais les vaisseaux qui forment le lacis peuvent acquérir plus de diamêtre, donner un libre passage à la partie rouge du sang, devenir variqueux, & par conséquent causer sur la peau une élévation variqueuse, qui paroîtra rouge ou bleuâtre, selon que dans cette dilatation, les tuniques dont les vaisseaux sont composés, auront plus ou moins perdu de leur épaisseur.

Cet accident qui arrive quelquefois après la naissance, n’arrive que trop souvent sur le corps des enfans renfermés dans le sein de leur mere ; les vaisseaux peuvent être trop dilatés lors de la fécondation, & pour peu qu’ils aient été portés au-delà de leur diametre, le mal va presque toujours en augmentant, parce que ce lacis vasculeux n’est contraint par aucune partie voisine. Delà vient que ces taches qu’on attribue faussement à l’imagination de la mere qui a desiré de boire du vin, ou sur qui on en a répandu, s’étendent, s’élevent, débordent au-dessus de la peau, & cause souvent une difformité considérable.

Ce lacis des vaisseaux est différemment disposé & figuré dans les divers endroits du corps. Il est tout autre sur la peau du visage qu’ailleurs ; il est même différent en divers endroits du visage ; on pourroit peut-être expliquer par-là pourquoi une partie du corps rougit plutôt qu’une autre.

C’est sans doute par la raison de cette même différence, que les taches de vin sont plus fréquentes au visage que dans d’autres parties du corps, car une partie du corps ne rougit plus facilement qu’une autre, qu’autant que la partie rouge du sang y trouve un moindre obstacle à passer dans le lacis des vaisseaux. La rougeur se montre plus facilement au visage qu’ailleurs par cette même raison, ensorte qu’un effort léger qui ne produit rien sur une autre partie, produira sur le visage un effet sensible ; aussi quand on examine ces taches à l’aide d’un bon microscope, la dilatation des vaisseaux s’apperçoit clairement, & l’on y voit couler les parties du sang qui les colorent. (D. J.)

Tache du Crystallin, (Médecine.) j’entends par tache du crystallin, une espece de cicatrice qui est communément blanche, qu’on remarque sur sa superficie, & qui blesse la vue.

Elle est le plus souvent la suite d’un très-petit abscès ou pustule qui se forme sur la superficie du crystallin, dont l’humeur étant en très-petite quantité & bénigne, se résout & se consomme, sans causer d’autre altération au crystallin, que celle du lieu où cette petite pustule se trouve ; & cet endroit du crystallin se cicatrise ensuite.

Dans son commencement, on la connoît par un nuage fort léger qui paroît sur le crystallin, & par le rapport du malade qui se plaint que sa vue est brouillée ; dans la suite ce nuage devient plus épais, & blanchit enfin.

On ne peut cependant dans les premiers mois assurer positivement que ce ne soit pas le commencement d’une cataracte, ou d’une ulcération ambulante du crystallin, parce qu’on ne peut juger de la nature de la pustule : mais quand après un, deux ou trois ans, cette tache reste dans le même état, on peut probablement assurer qu’elle y restera toute la vie.

Quand cette tache est blanche, on la voit aisément, & quand elle est noirâtre ou très-superficielle, on ne la peut distinguer ; mais on conjecture qu’elle y est par le rapport du malade.

Selon l’endroit que cette tache occupe, les malades semblent voir devant l’œil, & en l’air, un nuage qui suit l’œil en tous les lieux où la vue se porte.

Les malades en sont plus ou moins incommodés, suivant qu’elle est plus grande, ou plus petite, ou plus profonde, ou plus superficielle.

Les taches du crystallin ne s’effacent point, ainsi les remedes y sont inutiles : elles n’augmentent point, à-moins qu’elles ne s’ulcerent de nouveau ; & elles ne s’ulcerent pas, sans qu’il se fasse une nouvelle fluxion d’humeurs sur cette partie ; mais quand cela arrive, le crystallin s’ulcere quelquefois entierement, & il se forme ainsi une cataracte purulente, ou au-moins une mixte qui tient de la purulente. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « tache »

Étymologie de tache - Littré

Picard, take, tache, et aussi place, en droit ; bourg. teiche, tache ; wallon, teg, tache, et tak, s. f., plaque de fer qu'on applique au fond d'une cheminée ; génev. tache, petit clou de fer à tête ronde que l'on met sous les souliers et les sabots ; provenç. taca, tacca, tache ; espagn. taca, tacha, tache, tacha, petit clou ; portug. tacha ; ital. tacca, tache, proprement coche, entaille, et taccia, tache ; bas-lat. tasca, tachia. Les autres langues romanes n'ont que la forme en a ; mais le français a deux formes, l'une en a, et l'autre en e. Les significations sont au nombre de trois : 1° ce qui attache, fixe ; ce sens est commun à tous les territoires ; 2° tache ; 3° qualité bonne ou mauvaise, sens qui paraît particulier au français. Il est difficile de s'orienter. Pour le sens d'attache, le radical se trouve également dans le celtique et dans le germanique : gaél. tac, clou ; irl. tag, pointe ; holl. tak ; all. Zacke. Maintenant, le sens de ce qui s'attache est-il devenu métaphoriquement une tache ? la chose paraît certaine. Enfin, faut-il aussi comprendre le sens de qualité sous cette même catégorie, la qualité étant considérée comme ce qui est attaché, ou faut-il le séparer du reste, et le rapprocher du celtique : bas-breton, tech, habitude ; gaél. teagaisg, instruire, faire prendre des habitudes, angl. teach, enseigner ?

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de tache - Wiktionnaire

(XIIe siècle) Origine incertaine, clairement apparenté à l’italien tacca, tecca, l’occitan, le catalan, l’aragonais, l’asturien taca ; deux hypothèses principales s'affrontent fondées sur la coexistence de tache et teche en ancien français :
  1. issu du gotique 𐍄𐌰𐌹𐌺𐌽𐍃, táikns (« signe ») qui donne l’allemand Zeichen (« signe ») et un bas latin *tacca mais « on ne voit pas très bien comment cet étymon ayant le seul sens de « signe » a pu donner, dans les différentes langues romanes, des sens aussi variés que ceux de « souillure », « marque sur la peau », « qualité (bonne ou mauvaise) ». [1] »
  2. L’ancien français tachier (« tacher ») serait à rapprocher du latin vulgaire *tagicare, dérivé du latin tangere (« toucher ») alors que sa variante techier remonterait à un latin vulgaire *tigicare, issu de tingere (« teindre », « barbouiller », « colorer »). Tache serait donc un déverbal de tacher.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « tache »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
tache taʃ play_arrow

Citations contenant le mot « tache »

  • Saupoudrez la tache que vous venez de faire avec la poudre et laissez agir pendant au moins 3h, c'est magique.  France Bleu, Le liquide des cigarettes électroniques... ça tache !
  • Votre couette vous accompagne pendant tout l'hiver. Ce qui veut dire qu'elle absorbe au quotidien tous les fluides que vous perdez dans votre sommeil et se transforme aisément en nid à bactéries. Sans compter qu'au contact de la transpiration, elle finit par tourner au jaunâtre et qu'elle est rarement épargnée par les fuites menstruelles. Comment faire disparaître ces taches de sa couette pour qu'elle soit comme neuve ? On vous donne quelques astuces. , Taches de sang ou jaunâtres : 3 astuces pour bien nettoyer sa couette
  • On nous montre comment, avec les détergents actuels, on peut enlever des taches de sang. Mais il est probable qu’avec un t-shirt couvert de sang, notre soucis premier ne soit pas de faire partir la tache mais de trouver un endroit pour cacher le corps. De Jerry Seinfeld
  • La célébrité, c'est comme un costume. Si on fait une tache, le costume est foutu, mais il y a toujours le même mec à l'intérieur. De Christophe Lambert / Vital - Février 1996
  • Idéal : modèle qu’on se compose, en vue de l’admirer et de l’imiter. L’idéal est toujours nettoyé d’un peu de réalité qui ferait tache. De Alain / Définitions
  • Le gros-qui-tache est au mouton-rothschild ce que la brebis galeuse est à l'agneau pascal. De Pierre Dac
  • Toute l'eau de la mer ne suffirait pas à laver une tache de sang intellectuelle. De Lautréamont / Poésies I
  • Le plus pur trésor que puisse donner l'existence humaine, c'est une réputation sans tache. De William Shakespeare / Richard II
  • Mieux vaut la honte sur le visage que la tache dans le coeur. De Miguel de Cervantès / Don Quichotte
  • La boue peut cacher un rubis, elle ne le tache pas. De Proverbe français
  • La boue cache un rubis mais ne le tache pas. De Proverbe chinois
  • Rien ne tache et rien ne lave comme le sang. De Joseph Roux

Traductions du mot « tache »

Langue Traduction
Corse compitu
Basque zeregina
Japonais 仕事
Russe задача
Portugais tarefa
Arabe مهمة
Chinois 任务
Allemand aufgabe
Italien compito
Espagnol mancha
Anglais task
Source : Google Translate API

Antonymes de « tache »


Mots similaires