Expression : définition de expression


Expression : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

EXPRESSION, subst. fém.

I.− Action d'extraire d'un corps le liquide qu'il contient. On obtient de l'huile par expression des olives (Ac.1932).« Suc de citron. » Suc obtenu par expression de la partie charnue du citron bien mûr, débarrassé de son écorce et de ses pépins (Kapeler, Caventou, Manuel pharm. et drog.,t. 1, 1821, p. 201).
MÉD. ,,Élimination ou expulsion par compression. Expression abdominale, placentaire, utérine`` (Méd. Biol. t. 2 1971). Janet pratique un lavage de l'urètre antérieur avec 1/2 litre de solution d'argyrol à 2,50/00, puis vide l'urètre par expression (Mudelo dsNouv. Traité Méd., fasc. 1, 1926, p. 501).
II.
A.− Action d'exprimer ou de s'exprimer.
Action de rendre manifeste par toutes les possibilités du langage, plus particulièrement par celles du langage parlé et écrit, ce que l'on est, pense ou ressent. Moyen, possibilité, puissance, volonté d'expression :
1. ... il attendait le jour où, par l'enchaînement de lois fatales, ce qu'il y avait en lui de supérieur trouverait son mode d'expression... Martin du G., Thib.,Belle sais., 1923, p. 828.
Au-delà, au-dessus de toute expression. Plus qu'on ne saurait dire :
2. O mes contemporains du sexe fort, Je vous méprise et contemne point peu. (...) Vous êtes laids, moi compris, au delà De toute expression, et bêtes, moi Compris, comme il n'est pas permis(...) Verlaine, Œuvres compl.,t. 3, Dédic., 1890, p. 104.
Liberté d'expression. Droit que chaque citoyen a d'exprimer librement ses opinions. La liberté d'expression est la condition et le test de la démocratie, mais son emploi abusif peut nuire à la cohésion nécessaire du groupe social (Belorgey, Gouvern. et admin. Fr.,1967, p. 142).
B.− Manière d'exprimer ou de s'exprimer.
1. Manifestation d'un sentiment, d'une émotion, d'une façon d'être. Sa figure (...) prit une expression d'hilarité quand il vit la table mise et les bouteilles à coiffes significatives (Balzac, C. Birotteau,1837, p. 178):
3. ... le docteur trouva le concierge devant la maison, adossé au mur près de l'entrée, une expression de lassitude sur son visage d'ordinaire congestionné. Camus, Peste,1947, p. 1225.
SYNT. Expression d'énergie, d'étonnement, d'anxiété, de bonté, de colère, de dédain, de douleur, de haine, d'impatience, de joie, de mépris, de tristesse.
2. Façon de définir un être ou une chose dans leur forme, leur contenu, leur caractère, leurs modalités, etc. L'expression des émotions, de l'acte, du désir, de l'idée, de la pensée, de l'homme. Et plus spéc. dans des formules de politesse. L'expression de mon estime, de sa gratitude, de ma reconnaissance, de son respect. Je saisis cette occasion de vous offrir l'expression de mes sentiments les plus distingués (Balzac, Corresp.,1842, p. 415).Le général Catroux, qui m'a rallié, m'a mis au courant de la situation telle qu'elle était au cours des semaines qui ont suivi l'armistice. Je vous envoie l'expression de mon amicale confiance (De Gaulle, Mém. guerre,1954, p. 321):
4. On voit donc, en comparant ensemble l'expression naturelle des images et l'expression naturelle des idées, que le geste est la parole de l'imagination, et que le dessin en est l'écriture. Bonald, Législ. primit.,t. 2, 1802, p. 139.
5. Ce rythme, où tous les romantiques voient la forme humaine d'un rythme universel, est pour Troxler davantage encore : la plus claire expression de notre double nature essentielle, de notre orientation alternée vers la nature et vers l'esprit. Béguin, Âme romant.,1939, p. 94.
En partic.
a) [Par le langage écrit ou parlé.] Tour de la langue écrite ou parlée. Propriété, justesse d'une expression; créer, forger une expression; expression argotique, populaire; suivant, selon l'expression de qqn :
6. Le microfilmage de sécurité, pour employer une expression déjà consacrée, est pratiqué de nos jours dans tous les dépôts d'archives et toutes les bibliothèques de quelque importance. L'Hist. et ses méth.,1961, p. 787.
Expression toute faite. Expression qui ne sort pas de la banalité :
7. Elle ne mettait aucune intention malveillante dans l'emploi de ces expressions toutes faites et que les « petits clans » artistiques favorisent. Proust, Sodome,1922, p. 1045.
D'expression française. Synon. de langue française.La poésie d'expression française dans le monde (Litt. fr., Paris, Larousse, t. 2, 1968, p. 364):
8. Parler de littératures francophones plutôt qu'illustrer encore une fois l'universalité de la langue française en déroulant la saga des écrivains qui, de par le vaste monde, ont choisi la langue de Racine et de Voltaire, c'est déjà manifester que la littérature dite jusque-là « d'expression française » n'est plus un phénomène qui aille de soi. Litt. en Fr., Paris-Montréal, Bordas, 1970, p. 653.
b) [Par diverses techn. artistiques.] Expression picturale; l'expression de la grâce d'une danseuse; la sculpture est l'expression du durable. Le chant sacré sert de point de départ à notre art de l'expression vocale ou dramatique (D'Indy, Compos. mus.,t. 1, 1897-1900, p. 84):
9. Ce n'est pas la faute des croyants si la qualité de leur sol et de leur lumière forme leurs yeux et leur esprit à mieux saisir le mode d'expression plastique que le mode d'expression musical, ou si leur oreille et leur cerveau assimilent plus aisément les élans lyriques du cœur par le moyen de la musique ou du verbe que par celui de l'architecture ou de la peinture. Arts et litt.,1935, p. 5805.
MUS. Boîte, pédale, volets d'expression. Éléments de divers instruments de musique (cf. Bouasse, Instrum. à vent, 1930, p. 263).
Absol. Plein d'expression; danser avec expression; portrait sans expression. Nous voici à la naissance de l'expression (...). L'expression est tout l'art. Un tableau sans expression n'est qu'une image pour amuser les yeux un instant (Stendhal, Hist. peint. Ital.,t. 1, 1817, p. 128):
10. L'art de bien dire est le premier pas vers le théâtre, l'art d'exprimer ce qui doit l'être est le point de perfection; le comédien qui n'a pas d'expression n'est rien... Bussy, Art dram.,1866, p. 174.
c) Dans des domaines spécialisés
α) LING. ,,Ensemble des signifiants (quelle qu'en soit la substance phonique ou graphique) par opposition à contenu ou ensemble des signifiés`` (Media 1971). Substance de l'expression (dans la théorie glossématique*) :
11. L'expression elle-même peut être considérée (comme d'ailleurs le contenu) sous deux aspects : comme une substance, sonore ou visuelle selon qu'il s'agit de l'expression orale ou écrite, c'est-à-dire comme une masse phonique ou graphique (on parlera alors de substance de l'expression); ou comme la forme manifestée par cette substance, c'est-à-dire comme la matière phonique ou graphique agencée, ce par quoi le plan de l'expression s'articule au plan du contenu. Ling.1972.
Techniques d'expression. Les Techniques d'Expression ne doivent pas séparer une pratique de son analyse critique, si elles doivent faire prendre conscience des limites, des valeurs et des rôles des moyens d'expression et de communication, si par ailleurs elles doivent se garder d'emprunter une voie trop théorique et abstraite (F. Berthet, Ling. et techniques d'expressionds Ét. Ling. appl.1974, no14, pp. 25-30).
β) MATH. ,,Expression algébrique. Indication d'un calcul à effectuer sur des nombres qui peuvent être, en totalité ou en partie, remplacés par des lettres. Expression algébrique, rationnelle, irrationnelle`` (Olmi-July 1970) :
12. Ainsi cette proportion générale, « la cause est au moyen, ce que le moyen est à l'effet », peut être considérée comme une expression algébrique, AB sur BC... Bonald, Législ. primit.,t. 1, 1802, p. 333.
Réduire une fraction à sa plus simple expression. Trouver une fraction égale dont les termes sont les plus simples possible.
P. anal. et souvent au fig. Ramener, réduire qqc. à sa plus simple expression. Ramener, réduire une chose à sa forme la plus simple, la plus élémentaire. Un canapé noir, une table couverte de papiers (...) annonçaient par leur contexture les habitudes d'une vie réduite à sa plus simple expression (Balzac, Langeais,1834, p. 296).
3. Ensemble des signes extérieurs qui, chez un être vivant, sont révélateurs d'un caractère, d'une émotion, d'un sentiment :
13. Julien ne s'abandonnait à l'excès de son bonheur que dans les instants où Mathilde ne pouvait en lire l'expression dans ses yeux. Stendhal, Rouge et Noir,1830, p. 429.
Absol. Ce qui nous frappe surtout dans un visage, soit naturel, soit représenté, c'est l'expression, c'est-à-dire ce qui ne se voit pas, ce qui ne se touche pas, ce qui se devine (Cousin, Hist. philos. mod.,1847, p. 127).
4. Représentation d'une activité humaine, d'une époque, etc., à son degré le plus haut : incarnation, personnification, illustration. Dante est l'expression complète de l'idée italienne du rythme, du nombre; il a mesuré, dessiné, chanté son enfer (Michelet, Introd. Hist. univ.,1831, p. 436).
Prononc. et Orth. : [εkspʀ εsjɔ ̃] ou [-pʀe-]. Cf. é-1. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. A. 1314 méd. « action de faire sortir quelque chose en pressant » (H. Mondeville, Chirurgie, 2057 ds T.-L.). B. 1. 1547 « manière de s'exprimer » (G. de Selve, Thémist., p. 18 ds Gdf. Compl.); 2. av. 1630 « action de dire quelque chose » (D'Aubigné, Petites œuvres mêlées, ibid.); 3. 1694 « manifestation, illustration de quelque chose » (Bossuet, Hist. universelle, II, 6 ds Littré). Empr. du lat. tardif expressio « action de faire sortir en pressant » et terme de gramm. « expression de la pensée » d'où « description vivante ». Fréq. abs. littér. : 9 505. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 16 813, b) 8 803; xxes. : a) 9 676, b) 15 541. Bbg. Baril (D.), Guillet (J.). Techn. de l'expr. écrite et orale. Paris, 1969-1971, 2 vol. − Lang. fr. 1975, no26; Techn. d'expr., 128p. − Militz (H.-M.). Zur gegenwärtigen Problematik der Phraseologie. Beitr. rom. Philol. 1972, t. 11, pp. 100-101.

Expression : définition du Wiktionnaire

Nom commun

expression \ɛk.spʁɛ.sjɔ̃\ ou \ɛk.spʁe.sjɔ̃\ féminin

  1. Communication des idées ou des sentiments.
    1. Le fait de s’exprimer par le langage.
      • La libre expression des idées est un droit fondamental.
    2. Ce qui est dit ou peut être dit par le langage.
      • L’expression des sentiments du narrateur dans la recherche.
      • C’est au-delà de toute expression.
      • Veuillez agréer l’expression de mes sentiments distingués.
    3. Manière de dire.
      • Mazeppa, qui n’a plus la force de se tordre dans ses nœuds, gît, inerte, bleuâtre et glacé, ne sachant pas que, selon la magnifique expression du poète, il va se relever roi. — (Théophile Gautier, Théodore Chassériau vu par Gautier, La Presse, 27 mars 1844)
      • Personne de vraiment grand, sentait-on, n’aurait eu une expression si virulente et si agressive. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 34 de l’éd. de 1921)
      • Le ton péremptoire et l’expression allusive me glacèrent. J’eus le pressentiment d’une discussion immédiate et violente. — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954, p. 142)
    4. Tour de langage ; locution.
      • La nuit a été agitée […]. Suivant une expression empruntée au vocabulaire de la marine moderne — les sous-marins — les affligés du mal de mer « ont fait surface ». — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
      • La population de Saint-David […] parlait un curieux patois anglais plein d’expressions maritimes. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil, tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
      • La Belle Époque ! Il est de tradition aujourd’hui de placer entre guillemets cette expression forgée après le premier conflit mondial, dans une France fière de sa victoire. — (Serge Berstein et Pierre Milza, Histoire de la France au XXe siècle : 1900-1930, p. 99, Éditions Complexe, 1999)
      • J'ai ainsi entendu un collègue, universitaire et marseillais, s'exclamer : « La patronne du restau, elle te gonfle, elle te met la tête comme un compteur à gaz. » Certains de ces termes ou de ces expressions sont connus, sinon utilisés, dans la France entière. — (Le Français dans le monde, 1997, n° 286-293, p. 22)
      • Pour Lana, l’expression « activités de plein air » pouvait désigner, entre autres, un pique-nique dans un endroit ombreux, une séance de transat sur la plage, une matinée de jardinage, voire un week-end de ski – à condition qu'il comporte au moins une soirée d’après-ski. — (Nora Roberts, Un dangereux secret, traduit de l'anglais (États-Unis) par Michel Ganstel, Éditions J'ai lu, 2014, chap. 22)
      • À la vue du plaid fleuri qui recouvre sa couche, et qu'elle a assorti aux rideaux et à sa robe de chambre, je réalise soudain le sens de l’expression « border l'insomniaque », de même que l'importance du Viagra dans une vie de couple. — (Julie Wagen, Les aventures de Biquette, Éditions Publibook, 2017, p. 133)
    5. (Dans les arts) La manière, le style utilisés par l’artiste.
      • Chose remarquable ! jusqu’à la fin du XVIe siècle, l’individualité humaine n’a pas eu son expression dans la musique. La monodie grecque était chorale. La monodie liturgique était, […], tout à fait impersonnelle d’expression. — (Pierre Lasserre, Philosophie de Goût musical, Les Cahiers verts n° 11, Grasset, 1922, p. 50)
    6. Manière de présenter ses idées ou ses sentiments par l’attitude du corps, la mimique du visage.
      • Une profonde cicatrice, creusée sur son front, donnait une nouvelle férocité à son aspect et une expression sinistre à l’un de ses yeux. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
      • Les Liméniennes ont toutes de belles couleurs, […], des yeux noirs d’une expression indéfinissable d’esprit, de fierté et de langueur ; c’est dans cette expression qu’est tout le charme de leur personne. — (Flora Tristan, Les Femmes de Lima, dans Revue de Paris, tome 32, 1836)
      • Le Pacha ne put retenir son sourire devant ces farces enfantines. Il reprit son expression la plus sévère pour admonester les deux femmes. — (Out-el-Kouloub, Zaheira, dans Trois contes de l’Amour et de la Mort, 1940)
      • Une expression d’étonnement, d’ennui en même temps que de rancune lui crispait le visage. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
      • Elle se passa les doigts sur les paupières, les yeux reprirent une expression humaine comme si elle revenait d’une pâmoison. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    7. Aptitude à exprimer par divers moyens ses idées ou ses sentiments.
      • Sa figure intelligente, dont les traits et le teint trahissaient une assez forte proportion de sang soudanais, […], prenait par moments une expression de grande affabilité. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 67)
      • Le cours de cette année a poursuivi l'étude des moyens d’expression de l'espace dans l’art paléolithique et, par confrontation, dans différents arts rupestres postérieurs. — (André Leroi-Gourhan, L'art pariétal: langage de la préhistoire, Éditions Jérôme Millon, 1992, p. 245)
  2. Manifestation ; manière dont quelqu’un ou quelque chose se manifeste.
    • De toute façon, l’État d’Europe occidentale, en tant qu’expression de la réalité politique et source impersonnelle du droit public, est une institution relativement récente. — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992, p. 61)
    • L’Affaire Dreyfus constitue l’expression majeure de l’antisémitisme français à la fin du XIXe siècle.
  3. Extraction par pression du suc, du jus d’une herbe, d’un fruit, etc.
    • On obtient de l’huile par expression des olives.
  4. (Mathématiques) Forme par laquelle on représente une valeur, un système.
    • D’une manière générale, la différentiation d’une expression de ce genre réclame plus de connaissances en calcul différentiel que celles acquises jusqu’ici. — (Silvanus P. Thomson, Le Calcul intégral et différentiel, traduction d’André Éric Gérard, Dunod, 1947, p. 30)
    • Réduire une chose à sa plus simple expression : l’abréger, la diminuer le plus possible.
  5. (Génétique) Traduction d’un gène en protéines.
    • L’expression anormale du code génétique est source de certaines maladies.
  6. (Philosophie) Action de représenter ou de traduire par des données diverses, de manière analogique, une réalité d’un autre ordre, éloignée ou cachée.
    • Une courbe est l’expression d’une formule algébrique.
    • Un schéma, ou un plan sont l’expression de la réalité qu’ils figurent.
  7. (Esthétique) Manière dont l’artiste ou l’écrivain manifeste dans son œuvre certains contenus psychologiques.
    • Ce tableau est l’expression même du dégoût de son auteur envers le racisme.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Expression : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

EXPRESSION. n. f.
Action d'exprimer le suc, le jus d'une herbe, d'un fruit, etc. On obtient de l'huile par expression des olives. Il signifie figurément Ce qui exprime une pensée, un sentiment. L'expression de la joie, de la douleur. Sa physionomie a beaucoup d'expression. Son regard est plein d'expression, est dépourvu d'expression. L'expression du geste, de la voix. Un chant sans expression. Il se dit, dans un sens analogue, en termes de Peinture et de Sculpture, de la Représentation vive et naturelle des passions. Il y a dans la tête de cette statue beaucoup d'expression. Il se dit encore, dans une acception particulière, des Termes et des tours qu'on emploie pour exprimer ce qu'on veut dire. Expression vive, hardie, énergique. Expression propre, correcte. Expression figurée, métaphorique. User d'une expression basse et populaire. Un choix d'expressions heureuses. La pensée est belle, mais l'expression laisse à désirer. Cela pèche par l'expression. Je trouve cette expression mauvaise, trop faible. Agréez l'expression de mes sentiments dévoués. L'expression, les expressions me manquent pour vous témoigner ma reconnaissance. Cela est beau au-delà de toute expression. En termes de Mathématiques, il signifie Forme sous laquelle on représente une valeur. Une expression algébrique. Réduire à sa plus simple expression, Ramener les termes d'une fraction à n'avoir plus de commun diviseur, et les termes d'une équation au plus petit nombre possible. Réduire une chose à sa plus simple expression, L'abréger, la diminuer le plus possible.

Expression : définition du Littré (1872-1877)

EXPRESSION (èk-sprè-sion ; en vers, de quatre syllabes) s. f.
  • 1Action d'exprimer le suc de certaines choses par la pression. Huiles tirées par expression.

    Terme de médecine. Sueur par expression, se dit des gouttes de sueur qui se montrent sur la face de ceux qui souffrent une angoisse extrême et particulièrement sur celle des agonisants.

  • 2 Fig. Action de faire sortir, paraître au dehors, c'est-à-dire manière de rendre sa pensée par l'organe de la parole, ou par le ministère de la plume. Il faut admirer la force agréable de l'expression du célèbre d'Ablancourt, où il n'y a ni rudesse, ni obscurité, ni aucun terme à désirer, Saint-Évremond, Discours des traducteurs, dans RICHELET.

    Les mots eux-mêmes en tant qu'ils sont plus ou moins forts. Les plus horribles expressions qu'on pourrait former contre Arius, Pascal, Prov. 3. Le matin elle fleurissait ; avec quelles grâces, vous le savez ; le soir nous la vîmes séchée ; et ces fortes expressions par lesquelles l'Écriture sainte exagère l'inconstance des choses humaines devaient être pour cette princesse si précises et si littérales, Bossuet, Duch. d'Orl. La fière et imprudente jeunesse, au lieu qu'en conseillant des choses dures, elle devait du moins en tempérer la rigueur par la douceur des expressions, joignit l'insulte au refus, Bossuet, Polit. X, II, 9. La noblesse de ses expressions [de Louis XIV] vient de celle de ses sentiments ; et ses paroles précises sont l'image de la justesse qui règne dans ses pensées, Bossuet, Marie-Thér. Selon que notre idée est plus ou moins obscure, L'expression la suit ou moins nette ou plus pure, Boileau, Art p. I. Tous ces pompeux amas d'expressions frivoles Sont d'un déclamateur amoureux de paroles, Boileau, ib. III. Moïse, Homère, Platon, Virgile, Horace ne sont au-dessus des autres écrivains que par leurs expressions et par leurs images : il faut exprimer le vrai pour écrire naturellement, fortement, délicatement, La Bruyère, I. Un bon auteur et qui écrit avec soin éprouve souvent que l'expression qu'il cherchait depuis longtemps sans la connaître et qu'il a enfin trouvée, est celle qui était la plus simple, la plus naturelle, qui semblait devoir se présenter d'abord et sans effort, La Bruyère, ib. Entre toutes les expressions qui peuvent rendre une seule de nos pensées, il n'y en a qu'une qui soit la bonne, La Bruyère, ib. Une chose qui, quoique infiniment moins considérable, sied bien, et que M. Dodart avait parfaitement, c'est la noblesse de l'expression ; outre qu'elle tient je ne sais quoi de celle des mœurs, elle fait foi que l'on a vécu dans un monde choisi, car ce n'est que là qu'elle se prend ou se perfectionne, Fontenelle, Dodart. Si les fenêtres, par exemple, sont mal disposées, que les unes soient plus grandes, les autres plus petites, les unes placées plus haut, les autres plus bas, ce dérangement blesse les yeux et semble leur faire une sorte d'injure ; c'est l'expression de saint Augustin, Rollin, Hist. anc. Œuvres, t. XI, 1re part. p. 126, dans POUGENS. Racine suivait exactement le conseil que donnait César, de fuir comme un écueil toute expression qui ne serait pas marquée au coin de l'usage le plus certain et le plus connu, D'Olivet, Rem. sur Rac. § 19. Si vous aviez vu les expressions terribles et tendres de sa douleur, vous en auriez été touchée, Montesquieu, Ars. et Ismén.

    Familièrement. Expressions à mi-sucre, expressions doucereuses. Est-ce dans ces amants qui partent pour l'armée, dont les expressions sont toutes tendres et à mi-sucre ? Théât. ital. la Thèse des dames, dans LE ROUX, Dict. com.

    Au-dessus de toute expression, qui ne peut être suffisamment exprimé, soit en bien, soit en mal. Son zèle est au-dessus de toute expression.

    On dit aussi au delà de toute expression, au delà de l'expression. Cette réponse impertinente m'a choquée au delà de l'expression, Genlis, Ad. et Théod. t. I, lett. 32, p. 265, dans POUGENS. Je vous aime au delà de toute expression, Genlis, ib. t. III, p. 511.

  • 3Habileté à s'exprimer, faculté de s'exprimer. Je la remerciai de toutes les forces de mon expression et de toutes les forces de mon âme, Scarron, Rom. com. Il, 14. Dire d'une chose modestement, ou qu'elle est bonne, ou qu'elle est mauvaise, et les raisons pourquoi elle est telle, demande du bon sens et de l'expression, La Bruyère, V.
  • 4Action de faire sortir, paraître au dehors, c'est-à-dire manière dont les impressions que nous recevons du dehors se peignent dans tout notre extérieur, et notamment dans les traits du visage. Ses yeux [de Voltaire] et son sourire avaient une expression que je n'ai vue qu'à lui, Marmontel, Mém. VII. Aussitôt qu'il aperçut son petit-fils, il lui tendit les bras avec l'expression la plus touchante, Genlis, Ad. et Théod. t. III, lett. 67, p. 496, dans POUGENS. Et surtout, quand la joie étincelle en ses yeux, De leur férocité l'expression rapide Trahit toute l'horreur de sa beauté perfide, Lemercier, Frédég. et Br. III, 2. Puis, montrant un ciel toujours pur, il leur demanda si dans ce soleil brillant ils ne reconnaissaient pas son étoile ; mais cet appel à sa fortune et l'expression sinistre de ses traits démentaient la sécurité qu'il affectait, Ségur, Hist. de Nap. IX, 1.

    Absolument, l'expression, une certaine disposition des traits qui fait que les sentiments s'y peignent en caractères nets et apparents. Quel est le visage le plus propre à l'expression ? c'est celui qui, pour la forme des traits et par les rapports qu'ils ont entre eux, s'altère suivant la vivacité des passions et la nuance des sentiments ; ajoutez-y la régularité, et supposez encore que, dans son état habituel, il ne montre que des sentiments qui ont droit de plaire, vous joindrez à l'expression les grâces et la beauté, Condillac, Art d'écrire, II, 15. Si la beauté peut se passer d'expression et de grâce, on n'avait encore rien vu, dans cette cour si brillante, d'aussi beau que cette jeune personne, Genlis, Mme de Maintenon, t. II, p. 2, dans POUGENS.

  • 5 Terme de peinture. Représentation vive et naturelle des passions, des attitudes, des actions de ceux qu'on veut peindre. La belle expression, les attitudes justes, Bahier, le Cabinet de Quinault, p. 48. On a de l'expression longtemps avant d'avoir de l'exécution et du dessin, Diderot, Salon de 1767, Œuvres, t. XIV, p. 65, dans POUGENS. Il n'avait point fait une étude particulière des beaux-arts, mais l'expression dont brillent les chefs-d'œuvre en ce genre saisit infailliblement tout homme de génie, D'Alembert, Éloges, Montesquieu.

    Terme de musique transporté de la peinture. Qualité par laquelle le compositeur sent vivement et rend avec vérité toutes les idées qu'il doit rendre, tous les sentiments qu'il doit exprimer. Il y a beaucoup d'expression dans cette musique. Ne croyez pas, mademoiselle, que ces êtres si sensibles à l'harmonie soient les meilleurs juges de l'expression, Diderot, Lett. sur les sourds et muets.

    Signes d'expression, signes qui indiquent d'accélérer ou de ralentir.

    Il se dit aussi des exécutants, des chanteurs. Ce pianiste joue avec expression.

    On dit de même qu'un danseur, qu'une danse a de l'expression.

  • 6 Terme de physiologie. Fonction d'expression, une des fonctions de la vie animale qui a pour but de manifester les sentiments et les volontés, et qui emploie la mimique et surtout la phonation.
  • 7Manifestation. Le nom de son fils est le nom de Verbe, Verbe qu'il engendre éternellement en se contemplant lui-même, qui est l'expression parfaite de sa vérité, son image, son Fils unique, Bossuet, Hist. II, 6. De cette manière, la parole des députés serait plus l'expression de la voix de la nation, Montesquieu, Esp. XI, 6.
  • 8Personnification. Victor Hugo était la plus haute expression de la littérature romantique.
  • 9 Terme de mathématique. Forme sous laquelle on représente des constructions, des résultats. L'algèbre réduit à des expressions simples et générales et qui n'ont qu'un très petit nombre de lettres, les résolutions d'un nombre infini de problèmes et souvent même des sciences entières, Malebranche, Recherche, VI, I, 5. Il [M. Lagny] a donné à l'Académie, en 1705, l'expression algébrique de la série infinie des tangentes de tous les arcs ou angles multipliés d'un premier arc ou angle quelconque connu, Fontenelle, Lagny. Il faut remarquer que toute expression d'une division à faire est identique avec l'expression de son quotient, Condillac, Lang. calc. I, 7.

    Réduire à sa plus simple expression, ramener les termes d'une fraction, d'une formule, d'une équation au moindre nombre possible. 75/100 réduit à sa plus simple expression est 3/4.

    Fig. Réduire quelque chose à sa plus simple expression, le réduire au moindre volume.

HISTORIQUE

XVIe s. Lorsque par expression de mam melles on fait sortir le laict, Paré, II, 3.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Expression : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

EXPRESSION, s. f. (Algebre.) On appelle en Algebre expression d’une quantité, la valeur de cette quantité exprimée ou représentée sous une forme algébrique. Par exemple, si on trouve qu’une inconnue x est , a & b étant des quantités connues, sera l’expression de x. Une équation n’est autre chose que la valeur d’une même quantité présentée sous deux expressions différentes. Voyez Equation. (O)

Expression, (Belles-Lettres.) en général est la représentation de la pensée.

On peut exprimer ses pensées de trois manieres ; par le ton de la voix, comme quand on gémit ; par le geste, comme quand on fait signe à quelqu’un d’avancer ou de se retirer ; & par la parole, soit prononcée, soit écrite. Voyez Elocution.

Les expressions suivent la nature des pensées ; il y en a de simples, de vives, fortes, hardies, riches, sublimes, qui sont autant de représentations d’idées semblables : par exemple, la beauté s’envole avec le tems, s’envole est une expression vive, & qui fait image ; si l’on y substituoit s’en va, on affoibliroit l’idée, & ainsi des autres.

L’expression est donc la maniere de peindre ses idées, & de les faire passer dans l’esprit des autres. Dans l’Eloquence & la Poésie l’expression est ce qu’on nomme autrement diction, élocution, choix des mots qu’on fait entrer dans un discours ou dans un poëme.

Il ne suffit pas à un poëte ou à un orateur d’avoir de belles pensées, il faut encore qu’il ait une heureuse expression ; sa premiere qualité est d’être claire, l’équivoque ou l’obscurité des expressions marque nécessairement de l’obscurité dans la pensée :

Selon que notre idée est plus ou moins obscure,
L’expression la suit ou moins nette ou plis pure ;
Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement,
Et les mots pour le dire arrivent aisément.

Boil. Art poét.

Un grand nombre de beautés des anciens auteurs, dit M. de la Mothe, sont attachées à des expressions qui sont particulieres à leur langue, ou à des rapports qui ne nous étant pas si familiers qu’à eux, ne nous font pas le même plaisir. Voyez Elocution, Diction, Style, Latinité, &c. (G)

Expression, (Opéra.) C’est le ton propre au sentiment, à la situation, au caractere de chacune des parties du sujet qu’on traite. La Poésie, la Peinture & la Musique sont une imitation. Comme la premiere ne consiste pas seulement en un arrangement méthodique de mots, & que la seconde doit être tout autre chose qu’un simple mélange de couleurs, de même la Musique n’est rien moins qu’une suite sans objet de sons divers. Chacun de ces arts a & doit avoir une expression, parce qu’on n’imite point sans exprimer, ou plûtôt que l’expression est l’imitation même.

Il y a deux sortes de Musique, l’une instrumentale, l’autre vocale, & l’expression est nécessaire à ces deux especes, de quelque maniere qu’on les employe. Un concerto, une sonate, doivent peindre quelque chose, ou ne sont que du bruit, harmonieux, si l’on veut, mais sans vie. Le chant d’une chanson, d’une cantate, doit exprimer les paroles de la cantate & de la chanson, sinon le musicien a manqué son but ; & le chant, quelque beau qu’il soit d’ailleurs, n’est qu’un contre-sens fatiguant pour les oreilles délicates.

Ce principe puisé dans la nature, & toûjours sûr pour la Musique en général, est encore plus particulierement applicable à la musique dramatique ; c’est un édifice régulier qu’il faut élever avec raison, ordre & symmétrie : les symphonies & le chant sont les grandes parties du total, la perfection de l’ensemble dépend de l’expression répandue dans toutes ses parties.

Lulli a presqu’atteint à la perfection dans un des points principaux de ce genre. Le chant de déclamation, qu’il a adapté si heureusement aux poëmes inimitables de Quinaut, a toûjours été le modele de l’expression dans notre musique de récitatif. Voyez Récitatif. Mais qu’il soit permis de parler sans déguisement dans un ouvrage consacré à la gloire & au progrès des Arts. La vérité doit leur servir de flambeau ; elle peut seule, en éclairant les Artistes, enflammer le génie, & le guider dans des routes sûres vers la perfection. Lulli qui a quelquefois excellé dans l’expression de son récitatif, mais qui fort souvent aussi l’a manquée, a été très fort au-dessous de lui-même dans l’expression de presque toutes les autres parties de sa musique.

Les fautes d’un foible artiste ne sont point dangereuses pour l’art ; rien ne les accrédite, on les reconnoît sans peine pour des erreurs, & personne ne les imite : celles des grands maîtres sont toûjours funestes à l’art même, si on n’a le courage de les développer. Des ouvrages consacrés par des succès constans, sont regardés comme des modeles ; on confond les fautes avec les beautés, on admire les unes, on adopte les autres. La Peinture seroit peut-être encore en Europe un art languissant, si en respectant ce que Raphaël a fait d’admirable, on n’avoit pas osé relever les parties défectueuses de ses compositions. L’espece de culte qu’on rend aux inventeurs ou aux restaurateurs des Arts, est assûrément très légitime ; mais il devient un odieux fanatisme, lorsqu’il est poussé jusqu’à respecter des défauts que les génies qu’on admire auroient corrigés eux-mêmes, s’ils avoient pû les reconnoître.

Lulli donc, qui en adaptant le chant françois déjà trouvé, à l’espece de déclamation théatrale qu’il a créée, a tout-d’un-coup saisi le vrai genre, n’a en général répandu l’expression que sur cette seule partie : ses symphonies, ses airs chantans de mouvement, ses ritournelles, ses chœurs, manquent en général de cette imitation, de cette espece de vie que l’expression seule peut donner à la Musique.

On sait qu’on peut citer dans les opera de ce beau génie des ritournelles qui sont à l’abri de cette critique, des airs de violon & quelques chœurs qui ont peint, des accompagnemens même qui sont des tableaux du plus grand genre. De ce nombre sont sans doute le monologue de Renaud, du second acte d’Armide ; l’épisode de la haine, du troisieme ; quelques airs de violon d’Isis, le chœur, Atys lui-même, &c. Mais ces morceaux bien faits sont si peu nombreux en comparaison de tous ceux qui ne peignent rien & qui disent toûjours la même chose, qu’ils ne servent qu’à prouver que Lulli connoissoit assez la nécessité de l’expression, pour être tout-à-fait inexcusable de l’avoir si souvent négligée ou manquée.

Pour faire sentir la vérité de cette proposition, il faut le suivre dans sa musique instrumentale & dans sa musique vocale. Sur la premiere il suffit de citer des endroits si frappans, qu’ils soient seuls capables d’ouvrir les yeux sur tous les autres. Tel est, par exemple, l’air de violon qui dans le premier acte de Phaéton sert à toutes les métamorphoses de Protée ; ce dieu se transforme successivement en lion, en arbre, en monstre marin, en fontaine, en flamme. Voilà le dessein brillant & varié que le poëte fournissoit au musicien. Voyez l’air froid, monotone & sans expression, qui a été fait par Lulli.

On regarde comme très-défectueux le quatrieme acte d’Armide ; on se demande avec surprise depuis plus de 60 ans, comment un poëte a pû imaginer un acte si misérable. Seroit-il possible que sur ce point, si peu contesté, on fût tombé dans une prodigieuse erreur ? & quelqu’un oseroit-il prétendre aujourd’hui que le quatrieme acte d’Armide, reconnu généralement pour mauvais, auroit paru peut-être, quoique dans un genre différent, aussi agréable que les quatre autres, si Lulli avoit rempli le plan fourni par Quinault ? Avant de se récrier sur cette proposition (que pour le bien de l’art on ne craint pas de mettre en-avant), qu’on daigne se ressouvenir qu’il n’y a pas trente ans qu’on s’est avisé d’avoir quelque estime pour Quinault ; qu’avant cette époque, & sur-tout pendant la vie de Lulli, qui joüissoit de la faveur de la cour & du despotisme du théatre, toutes les beautés de leurs opera étoient constamment rapportées au musicien ; & que le peu de vices que le défaut d’expérience des spectateurs y laissoit appercevoir, étoit sans examen rejetté sur le poëte. On sait que Quinault étoit un homme modeste & tranquille, que Lulli n’avoit pas honte de laisser croire à la cour & au public, fort au-dessous de lui. Après cette observation, qu’on examine Armide ; qu’on réfléchisse sur la position du poëte & du musicien, sur le dessein donné, & sur la maniere dont il a été exécuté.

L’amour le plus tendre, déguisé sous les traits du dépit le plus violent dans le cœur d’une femme toute-puissante, est le premier tableau qui nous frappe dans cet opera. Si l’amour l’emporte sur là gloire, sur le dépit, sur tous les motifs de vengeance qui animent Armide, quels moyens n’employera pas son pouvoir (qu’on a eu l’art de nous faire connoître immense) pour soûtenir les intérêts de son amour ? Dans le premier acte, son cœur est le joüet tour-à-tour de tous les mouvemens de la passion la plus vive : dans le second elle vole à la vengeance, le fer brille, le bras est prêt à frapper ; l’amour l’arrête, & il triomphe. L’amant & l’amante sont transportés au bout de l’univers ; c’est-là que la foible raison d’Armide combat encore ; c’est-là qu’elle appelle à son secours la haine qu’elle avoit crû suivre, & qui ne servoit que de prétexte à l’amour. Les efforts redoublés de cette divinité barbare cedent encore la victoire à un penchant plus fort. Mais la haine menace : outre les craintes si naturelles aux amans, Armide entend encore un oracle fatal qui, en redoublant ses terreurs, doit ranimer sa prévoyance. Telle est la position du poëte & du musicien au quatrieme acte.

Voilà donc Armide livrée sans retour à sa tendresse. Instruite par son art de l’état du camp de Godefroy, joüissant des transports de Renaud, elle n’a que sa fuite à craindre ; & cette fuite, elle ne peut la redouter qu’autant qu’on pourra détruire l’enchantement dans lequel sa beauté, autant que le pouvoir de son art, a plongé son heureux amant. Ubalde cependant & le chevalier Danois s’avancent ; & cet épisode est très-bien lié à l’action principale, lui est nécessaire, & forme un contre-nœud extrèmement ingénieux. Armide, que je ne puis pas croire tranquille, va donc développer ici tous les ressorts, tous les efforts, toutes les ressources de son art, pour arrêter les deux seuls ennemis qu’elle ait à craindre. Tel est le plan donné, & quel plan pour la musique ! Tout ce que la magie a de redoutable ou de séduisant, les tableaux de la plus grande force, les images les plus voluptueuses, des embrasemens, des orages, des tremblemens de terre, des fêtes brillantes, des enchantemens délicieux ; voilà ce que Quinault demandoit dans cet acte : c’est-là le plan qu’il a tracé, que Lulli auroit dû suivre, & terminer en homme de génie par un entr’acte, dans lequel la magie auroit fait un dernier effort terrible, pour contraster avec la volupté qui devoit régner dans l’acte suivant.

Qu’on se représente cet acte exécuté de cette maniere, & qu’on le compare avec le plat assemblage des airs que Lulli y a faits ; qu’on daigne se ressouvenir de l’effet qu’a produit une fête très peu estimable par sa composition, qui y a été ajoûtée lors de la derniere reprise, & qu’on décide ensuite s’il est possible à un poëte d’imaginer un plus beau plan, & à un musicien de le manquer d’une façon plus complete.

C’est donc le défaut seul d’expression dans la musique de cette partie d’Armide, qui l’a rendue froide, insipide, & indigne de toutes les autres. Telle est la suite sûre du défaut d’expression du musicien dans les grands desseins qui lui sont tracés : c’est toûjours sur l’effet qu’on les juge ; exprimés, ils paroissent sublimes ; sans expression, on ne les apperçoit pas, ou s’ils font quelque sensation, c’est toûjours au desavantage du poëte.

Mais ce n’est pas seulement dans ses symphonies que Lulli est repréhensible sur ce point ; ses chants, à l’exception de son récitatif, dont on ne parle point ici, & qu’on se propose d’examiner ailleurs (voyez Récitatif), n’ont aucune expression par eux-mêmes, & celle qu’on leur trouve n’est que dans les paroles auxquelles ils sont unis. Pour bien développer cette proposition, qui heurte de front un préjugé de près de quatre-vingts ans, il faut remonter aux principes.

La Musique est une imitation, & l’imitation n’est & ne peut être que l’expression véritable du sentiment qu’on veut peindre. La Poésie exprime par les paroles, la Peinture par les couleurs, la Musique par les chants ; & les paroles, les couleurs, les chants doivent être propres à exprimer ce qu’on veut dire, peindre ou chanter.

Mais les paroles que la Poésie employe, reçoivent de l’arrangement, de l’art, une chaleur, une vie qu’elles n’ont pas dans le langage ordinaire ; & cette chaleur, cette vie doivent acquérir un chant, par le secours d’un second art qui s’unit au premier, une nouvelle force, & c’est-là ce qu’on nomme expression en Musique. On doit donc trouver dans la bonne Musique vocale, l’expression que les paroles ont par elles-mêmes ; celle qui leur est donnée par la poésie ; celle qu’il faut qu’elles reçoivent de la musique ; & une derniere qui doit réunir les trois autres, & qui leur est donnée par le chanteur qui les exécute.

Or, en général, la musique vocale de Lulli, autre, on le répete, que le pur récitatif, n’a par elle-même aucune expression du sentiment que les paroles de Quinault ont peint. Ce fait est si certain, que sur le même chant qu’on a si long-tems crû plein de la plus forte expression, on n’a qu’à mettre des paroles qui forment un sens tout-à-fait contraire, & ce chant pourra être appliqué à ces nouvelles paroles, aussi bien pour le moins qu’aux anciennes. Sans parler ici du premier chœur du prologue d’Amadis, où Lulli a exprimé éveillons-nous comme il auroit fallu exprimer endormons-nous, on va peindre pour exemple & pour preuve un de ses morceaux de la plus grande réputation.

Qu’on lise d’abord les vers admirables que Quinault met dans la bouche de la cruelle, de la barbare Méduse :


Je porte l’épouvante & la mort en tous lieux,
Tout se change en rocher à mon aspect horrible.
Les traits que Jupiter lance du haut des cieux,
N’ont rien de si terrible
Qu’un regard de mes yeux.

Il n’est personne qui ne sente qu’un chant qui seroit l’expression véritable de ces paroles, ne sauroit servir pour d’autres qui présenteroient un sens absolument contraire ; or le chant que Lulli met dans la bouche de l’horrible Méduse, dans ce morceau & dans tout cet acte, est si agréable, par conséquent si peu convenable au sujet, si fort en contre-sens, qu’il iroit très-bien pour exprimer le portrait que l’amour triomphant feroit de lui-même. On ne représente ici, pour abreger, que la parodie de ces cinq vers, avec les accompagnemens, leur chant & la basse. On peut être sûr que la parodie très-aisée à faire du reste de la scene, offriroit par-tout une démonstration aussi frappante.

Encyclopedie-6-p317-expression.jpeg

Il n’y a donc évidemment, ni dans le chant de ce morceau, ni dans les accompagnemens qui n’en sont qu’une froide répétition, rien qui caractérise l’affreux personnage qui parle, & les paroles fortes qu’il dit : l’expression, en un mot, y est totalement manquée.

D’où vient donc ce prestige ? car il est certain que ce morceau & tout l’acte produisent un fort grand effet. L’explication de ce paradoxe est facile, si l’on veut bien remonter aux sources. Dans les commencemens on n’a point apperçû le poëte dans les opéra de Lulli : ce musicien n’eut point de rival à combattre, ni de critique lumineuse à craindre. Quinault étoit déchiré par les gens de lettres à la mode, & on se gardoit bien de croire que ses vers pussent être bons. On entendoit des chants qu’on trouvoit beaux, le chanteur ajoûtoit l’expression de l’action à celle des paroles, & toute l’impression étoit imputée au musicien, qui n’y avoit que très-peu ou point de part.

Cependant par l’effet que produit l’acte de Méduse, dépouillé, comme il est réellement, de l’expression qu’il devoit recevoir de la musique, qu’on juge de l’impression étonnante qu’il auroit faite, s’il avoit eu cet avantage qui lui manque absolument. Quelques réflexions sur ce point sont seules capables de rendre très-croyable ce qu’on lit dans l’histoire ancienne de la musique des Grecs : plusieurs de leurs poésies nous restent ; leur musique leur prétoit sûrement une nouvelle expression, les spectateurs d’Athenes n’étoient pas gens à se contenter à moins ; & par les parties de leurs spectacles que nous admirons encore, il est facile de nous convaincre combien devoit être surprenante la beauté de leur ensemble.

Comment se peut il, dira-t-on peut-être, qu’en accordant l’expression à Lulli dans presque tout son récitatif, en convenant même qu’il l’a poussée quelquefois jusqu’au dernier sublime, on la lui refuse dans les autres parties qu’il connoissoit sans doute aussi-bien que celle qu’il a si habilement maniée ?

On pourroit ne répondre à cette conjecture que par le fait : mais il est bon d’aller plus avant, & d’en développer la cause physique. La scene & le chant de déclamation étoient l’objet principal de Lulli : tel étoit le genre à sa naissance. Lorsque l’art n’étoit encore qu’au berceau, Quinault n’avoit pas pû couper ses opéra, comme il les auroit sûrement coupés de nos jours, que l’art a reçû ses accroissemens. Voy. Exécution. Ainsi Lulli appliquoit tous les efforts de son génie au récitatif, qui étoit le grand fond de son spectacle ; ses airs de mouvement, pour peu qu’ils fussent différens de la déclamation ordinaire, faisoient une diversion agréable avec la langueur inséparable d’un trop long récitatif ; & par cette seule raison, ils étoient constamment applaudis : les acteurs les apprenoient d’ailleurs sans beaucoup de peine, & le public les retenoit avec facilité. En falloit-il davantage à un musicien que la cour & la ville loüoient sans cesse, qui pour soûtenir son théatre, se trouvoit sans doute pressé dans ses compositions, & qui marchoit au surplus en proportion des forces de ses exécutans & des connoissances de ses auditeurs.

Mais est-il bien sûr que le chant doit avoir par lui-même une expression, qui ajoûte une nouvelle chaleur à l’expression des paroles ? cette prétention n’est-elle pas une chimere ? ne suffit-il pas qu’un chant pour être bon, soit beau, facile, noble, & qu’il fasse passer agréablement à l’oreille des paroles, qui par elles-mêmes expriment le sentiment ?

On répond, 1°. que la musique étant une imitation, & ne pouvant point y avoir d’imitation sans expression, tout chant qui n’en a pas une par lui-même, peche évidemment contre le premier principe de l’art’. 2°. Cette prétention est si peu chimérique, que dans Lulli même on trouve, quoiqu’en petit nombre, des symphonies, des chœurs, des airs de mouvement qui ont l’expression qui leur est propre, & qui par conséquent ajoûtent à l’expression des paroles. 3°. Que cette expression est répandue en abondance sur les compositions modernes ; que c’est-là précisément ce qui fait leur grand mérite aujourd’hui, & qui dans leur nouveauté les faisoit regarder comme barbares, parce qu’elles étoient en contradiction entiere avec celles qui en manquoient, & qu’on étoit en possession d’admirer. 4°. Un chant, quelque beau qu’il soit, doit paroître difforme, lorsqu’appliqué à des paroles qui expriment un sentiment, il en exprime un tout contraire. Tel est le premier chœur du prologue d’Amadis dont on a déjà parlé ; qu’à la place de ces mots éveillons-nous, on chante ceux-ci endormons-nous, on aura trouvé une très-belle expression : mais avec les premieres paroles on ne chante qu’un contre-sens, & ce chant très beau devient insoûtenable à qui sait connoître, distinguer, & refléchir. Le contre-sens & la lenteur de ce chœur sont d’autant plus insupportables, que le réveil est causé par un coup de tonnerre. 5°. Je demande ce qu’on entend par des chants faciles ? La facilité n’est que relative au degré de talent, d’expérience, d’habileté de celui qui exécute. Ce qui étoit fort difficile il y a quatre-vingts ans, est devenu de nos jours d’une très-grande aisance ; & ce qui n’étoit que facile alors, est aujourd’hui commun, plat, insipide. Il en est des spectateurs comme des exécutans ; la facilité est pour eux plus ou moins grande, selon leur plus ou moins d’habitude & d’instruction. Les Indes galantes, en 1735, paroissoient d’une difficulté insurmontable ; le gros des spectateurs sortoit en déclamant contre une musique surchargée de doubles croches, dont on ne pouvoit rien retenir. Six mois après, tous les airs depuis l’ouverture jusqu’à la derniere gavote, furent parodiées & sûs de tout le monde. A la reprise de 1751, notre parterre chantoit brillant soleil, &c. avec autant de facilité que nos peres psalmodioient Armide est encore plus aimable, &c.

C’est donc dans l’expression que consiste la beauté du chant en général ; & sans cette partie essentielle, il est absolument sans mérite. Il reste maintenant à examiner en quoi consiste en particulier l’expression du chant de déclamation (c’est ce qu’on expliquera à l’article Récitatif), & celle que doit encore y ajoûter l’acteur qui l’exécute.

Quoique ce que nous nommons très-improprement récitatif doive exprimer réellement les paroles, & qu’il ne puisse pas porter trop loin cette qualité importante, il doit cependant être toûjours simple, & tel à-peu-près que nous connoissons la déclamation ordinaire : c’est la maniere dont un excellent comédien débiteroit une tragédie, qu’il faut que le musicien saisisse & qu’il réduise en chant. Voyez Récitatif. Et comme il est certain qu’un excellent comédien ajoûte beaucoup à l’expression du poëte par sa maniere de débiter, il faut aussi que le récitatif soit un surcroît d’expression, en devenant une déclamation notée & permanente.

Mais l’acteur qui doit le rendre ayant par ce moyen une déclamation trouvée, de laquelle il ne sauroit s’écarter, quelle est donc l’expression qu’il peut encore lui prêter ? Celle que suggere une ame sensible, toute la force qui naît de l’action théatrale, la grace que répandent sur les paroles les inflexions d’un bel organe, l’impression que doit produire un geste noble, naturel, & toûjours d’accord avec le chant.

Si l’opéra exige de l’expression dans tous les chants & dans chacune des différentes symphonies, il est évident qu’il en demande aussi dans la danse. Voyez Ballet, Danse, Chant, Débit, Débiter, Maitre à chanter, Déclamation, Exécution, Opéra, Récitatif, & Rôle. (B)

Expression, (Peinture,) Il est plus aisé de développer le sens de ce terme, qu’il n’est facile de réduire en préceptes la partie de l’art de la Peinture qu’il signifie. Le mot expression s’applique aux actions & aux passions, comme le mot imitation s’adapte aux formes & aux couleurs : l’un est l’art de rendre des qualités incorporelles, telles que le mouvement & les affection, de l’ame : l’autre est l’art d’imiter les formes qui distinguent à nos yeux les corps des uns des autres, & les couleurs que produit l’arrangement des parties qui composent leur surface.

Représenter avec des traits les formes des corps, imiter leurs couleurs avec des teintes nuancées & combinées entre elles, c’est une adresse dont l’effet soûmis à nos sens, paroît vraissemblable à l’esprit : mais exprimer dans une image matérielle & immobile le mouvement, cette qualité abstraite des corps ; faire naître par des figures muettes & inanimées l’idée des passions de l’ame, ces agitations internes & cachées ; c’est ce qui en paroissant au-dessus des moyens de l’art, doit sembler incompréhensible.

Cependant cet effort de l’art existe ; & l’on peut dire des ouvrages qu’ont composés les peintres d’expression, ce qu’Horace disoit des poésies de Sapho :

Spirat adhuc amor,
Vivuntque commissi calores
Æoliæ fidibus puellæ
.

Pour parvenir à sentir la possibilité de cet effet de la peinture, il faut se représenter cette union si intime de l’ame & du corps, qui les fait continuellement participer à ce qui est propre à chacun d’eux en particulier. Le corps souffre-t-il une altération, l’ame éprouve de la douleur ; l’ame est-elle affectée d’une passion violente, le corps à l’instant en partage l’impression : il y a donc dans tous les mouvemens du corps & de l’ame une double progression dépendante l’une de l’autre ; & l’artiste observateur attaché à examiner ces différens rapports, pourra, dans les mouvemens du corps, suivre les impressions de l’ame. C’est-là l’étude que doit faire le peintre qui aspire à la partie de l’expression ; son succès dépendra de la finesse de ses observations, & sur-tout de la justesse avec laquelle il mettra d’accord ces deux mouvemens. Les passions ont des degrés, comme les couleurs ont des nuances ; elles naissent, s’accroissent, parviennent à la plus grande force qu’elles puissent avoir, diminuent ensuite & s’évanoüissent. Les leviers que ces forces font mouvoir, suivent la progression de ces états différens ; & l’artiste qui ne peut représenter qu’un moment d’une passion, doit connoître ces rapports, s’il veut que la vérité fasse le mérite de son imitation. Cette vérité, qui est une exacte convenance, naîtra donc de la précision avec laquelle (après avoir choisi la nuance d’une passion) il en exprimera le juste effet dans les formes du corps & dans leur couleur ; s’il se trompe d’un degré, son imitation sera moins parfaite ; si son erreur est plus considérable, d’une contradiction plus sensible naîtra le défaut de vraissemblance qui détruit l’illusion.

Mais pour approfondir cette partie importante, puisque c’est elle qui ennoblit l’art de la Peinture en la faisant participer aux opérations de l’esprit ; il seroit nécessaire d’entrer dans quelque détail sur les passions, & c’est ce que je tâcherai de faire au mot Passion. Je reprendrai alors les principes que je viens d’exposer ; & les appliquant à quelques développemens des mouvemens du corps rapportés aux mouvemens de l’ame, je donnerai au moins l’idée d’un ouvrage d’observations qui seroient curieuses & utiles, mais dont l’étendue & la difficulté extrèmes pourront nous priver long-tems. Cet article est de M. Watelet.

Expression, (Pharm. Chimie.) est l’action de presser un corps pour en faire sortir une liqueur.

L’expression se fait ou à l’aide d’une presse, ou à l’aide d’un linge, dans lequel on renferme les matieres, & qu’une ou deux personnes tordent plus ou moins fortement : cette derniere maniere est suffisante pour exprimer certaines infusions, décoctions, les émulsions, les feces des teintures, &c. Mais on a communément recours à la presse, lorsqu’on veut tirer les sucs des fruits, des plantes, des fleurs, &c. sur-tout quand ces fruits ne sont pas très-succulens : ces dernieres matieres doivent être disposées à lâcher leurs sucs par une opération préalable, qui consiste à les piler ou les raper. Voyez Piler & Raper.

L’expression par le secours de la presse, est encore employée pour retirer des semences émulsives les huiles qui sont connues dans l’art sous le nom d’huile par expression : telles sont les huiles d’amandes, de noix, de semences froides, de graine de lin, de chenevis, &c. Voyez Huile. (b)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « expression »

Étymologie de expression - Littré

Lat. expressionem, de expressum, supin de exprimere, exprimer (voy. ce mot).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de expression - Wiktionnaire

(XIVe siècle) Du latin expressio (« extrait en pressant »), apparenté à exprimer (sa pensée).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « expression »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
expression ɛksprɛsjɔ̃ play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « expression »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « expression »

  • L’expression « privilège blanc », propulsée de nouveau sur le devant de la scène médiatique par les manifestations récentes contre le racisme et les violences policières, désigne l’ensemble des avantages sociaux dont bénéficient les personnes qui ne sont pas les cibles du racisme. Elle souligne que le racisme relève d’un rapport social, c’est-à-dire d’une relation entre groupes sociaux : là où certains sont désavantagés, d’autres sont au contraire avantagés par les hiérarchies sociales. L’existence d’inégalités suppose donc, en toute logique, l’existence de privilèges. Dès lors, dire que le « privilège blanc » n’existe pas en France revient de façon rigoureusement identique à affirmer que le racisme n’existe pas en France. Prétendre que seul le second existe traduit soit une lecture très partiale de l’expression « privilège blanc », par exemple en la réduisant à un privilège en droit, soit une compréhension très restrictive du racisme, soit les deux. Le Monde.fr, « L’expression de “privilège blanc” n’est pas dénuée de pertinence pour penser le contexte français »
  • Dans les dernières recherches sur les systèmes d’expression de protéines, nos experts ont fourni les dernières tendances de croissance industrielle en fonction des besoins du client. De plus, ce rapport de recherche vous permet de capturer des statistiques perspicaces et, en attendant, d’avoir une compréhension claire du marché mondial des systèmes d’expression de protéines. De plus, il vous permet de garder une longueur d’avance sur la concurrence dans l’environnement industriel. Le rapport de marché de Protein Expression Systems est évalué comme une étude intelligente et systématique qui vous permet de renforcer votre point de vue lié à plusieurs facteurs tels que la croissance du marché de Protein Expression Systems, les tendances futures, la situation actuelle et les perspectives à venir pour des segments distincts. Journal l'Action Régionale, Taille du marché des systèmes d’expression de protéines 2020-26:, Agilent Technologies, Sigma-Aldrich, Thermo Fisher Scientific – Journal l'Action Régionale
  • La question qu’il nous faut trancher est de savoir si nous souhaitons une agora aseptisée et contrôlée, où les faits sont actés par une entité non démocratique, ou un réseau social dans lequel s’échangent des idées avec leur lot d’incertain et d’offenses potentielles. Depuis quelques mois, ce que nous proposent ces réseaux sociaux c’est offrir une liberté d’expression pour tous, mais surtout pour ceux qui pensent bien. Si c’est au nom de la décence et de la qualité de l’information que sont prises ces mesures, alors c’est un voile de fausse pudeur mensonger qui semble ne s’adresser qu’à des personnalités politiques et autour de sujets d’actualités. Telle la téléréalité interdisant à ses candidats d’aborder des sujets politiques pour ne pas faire tomber les audiences, les sujets badins, vulgaires, provocants passent sous le couperet de la censure quand des idées, puissent-elles nous déplaire, font l’objet d’une sanction sur ces réseaux. On ne compte plus les contenus "buzz" débilisant, la petite phrase moqueuse bien sentie, sans parler des vidéos sexuelles ou violentes qui font l’objet de peu ou pas de censure. Le choix qui est fait semble être celui d’une infantilisation du peuple sur les sujets politiques au profit de la léthargie et du statut quo. Marianne, Limiter l’expression sur les réseaux sociaux : à qui profite la bien-pensance digitale ? | Marianne
  • Le webinaire, modéré par la Baronne Françoise Tulkens, docteur en droit et membre du groupe d’experts de haut-niveau pour la liberté d’expression, a cherché à examiner comment les droits fondamentaux tels que la liberté d’expression – mais aussi le droit à l’accès à l’information, et le droit à la vie privée – sont mis à l’épreuve dans le contexte de la pandémie du COVID-19. La discussion a réuni des conférenciers de renom, notamment des juges et anciens juges des Cours régionales des droits de l'homme (la Cour africaine des droits de l'homme et des peuples, et la Cour européenne des droits de l'homme), des experts de l'ONU et des universitaires. UNESCO, La liberté d’expression comme droit fondamental face à la pandémie du COVID-19
  • La pensée ne s'achève que lorsqu'elle a trouvé son expression. De Gustave Lanson
  • Le mobilier des pygmées se réduit à sa plus simple expression : une feuille. De Anonyme
  • Le silence est l'expression la plus parfaite du mépris. De George Bernard Shaw
  • La qualité de l'expression verbale est d'être claire sans être banale. De Aristote / Poétique
  • La danse est l'expression perpendiculaire d'un désir horizontal. De Anonyme
  • L'anarchie est la plus haute expression de l'ordre. De Elisée Reclus
  • L’expression est un art que trop peu de gens détiennent, l’art est une expression que trop de gens pensent posséder.  De Claude Damien
  • Le cinéma est un moyen d’expression dont l’expression a disparu. Il est resté le moyen. De Jean-Luc Godard / Studio Magazine - Mars 1995
  • Toute forme de restriction de l’expression artistique est plus dangereuse que n’importe quelle expression artistique. De Nicolas Bedos / 26 février 2015
  • Une idée n'a qu'une expression. C'est cette expression là que le génie trouve. De Victor Hugo / Proses philosophiques de 1860-65
  • La littérature est l'expression de la société, comme la parole est l'expression de l'homme. De Louis de Bonald
  • Accordez aux mots la liberté d'expression ! De Stanislaw Jerzy Lec / Nouvelles pensées échevelées
  • Le style est l'expression de la pensée. De Maurice Druon / Entretien avec Bernard Pivot - Avril 1977
  • Vocifération. Mode d'expression d'un adversaire. De Ambrose Bierce / Le dictionnaire du Diable
  • Ne jamais formuler un mot de plus ou de moins que ce que l'on croit vrai. Romain Rolland, Le Voyage intérieur, Albin Michel
  • Chez un écrivain, quand on tient l'air les paroles viennent bien vite. Marcel Proust, Contre Sainte-Beuve, Gallimard
  • Quelle que soit la chose qu'on veut dire, il n'y a qu'un mot pour l'exprimer, qu'un verbe pour l'animer et qu'un adjectif pour la qualifier. Guy de Maupassant, Pierre et Jean
  • L'esprit achève ses propres pensées, en les mettant au-dehors. Louis XIV, Mémoires
  • Entre toutes les différentes expressions qui peuvent rendre une seule de nos pensées, il n'y en a qu'une qui soit la bonne. Jean de La Bruyère, Les Caractères, Des ouvrages de l'esprit
  • Une forme d'expression établie est aussi une forme d'oppression. Eugène Ionesco, Notes et Contre-notes, Gallimard
  • Sans la justesse de l'expression, pas de poésie. Théodore de Banville, Petit Traité de poésie française
  • Nous portons deux ou trois chants, que notre vie se passe à exprimer. Marcel Arland, Antarès, Gallimard
  • L'homme pense son propre chant, et ne pense rien d'autre. Émile Chartier, dit Alain, Propos de littérature, Gallimard
  • Le style est la poésie dans la prose, je veux dire une manière d'exprimer que la pensée n'explique pas. Émile Chartier, dit Alain, Avec Balzac, Gallimard

Images d'illustration du mot « expression »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « expression »

Langue Traduction
Corse spressione
Basque adierazpen
Japonais 表情
Russe выражение
Portugais expressão
Arabe التعبير
Chinois 表达
Allemand ausdruck
Italien espressione
Espagnol expresión
Anglais expression
Source : Google Translate API

Synonymes de « expression »

Source : synonymes de expression sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « expression »


Mots similaires