Logique : définition de logique


Logique : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

LOGIQUE1, subst. fém.

A. − PHILOSOPHIE
1. Science relative aux processus de la pensée rationnelle (induction, déduction, hypothèse p. ex.) et à la formulation discursive des vérités. Logique analytique; règles, lois de la logique. La logique, qui tire son nom et sa forme du nom et de la forme du langage, est un instrument souvent rebelle et nativement défectueux (...). On a senti et maintes fois proclamé l'insuffisance de la logique, en la surprenant en contradiction avec les indications d'un sens droit, c'est-à-dire avec les jugements de cette faculté supérieure et régulatrice que nous nommons la raison (Cournot, Fond. connaiss.,1851, pp. 605-606).Mademoiselle Lambert faisait cette année-là des cours de logique et d'histoire de la philosophie et je commençai par ces deux certificats (Beauvoir, Mém. j. fille,1958, p. 220):
1. Les philosophes du Moyen Âge ne possédaient d'autre science que la logique, ils ont donc tenté de construire des métaphysiques, et jusqu'à des théologies, fondées sur les méthodes propres à la logique. Gilson, L'Être et l'essence, Paris, Vrin, 1948, p. 311.
Logique scolastique. Logique dérivée de la philosophie d'Aristote et enseignée au Moyen Âge :
2. ... elle [la médecine expérimentale] aura toujours besoin d'expérimentation pour vérifier ses vues ou ses idées anticipées, au lieu de dogmatiser et de ramener par la logique scolastique les faits à l'idée préconçue considérée comme absolue. Cl. Bernard, Princ. méd. exp.,1878, p. 117.
Logique classique. Étude visant les implications rigoureuses du discours et les démarches de l'esprit au titre de leur valeur probatoire :
3. La perception d'une seule chose fonde pour toujours l'idéal de connaissance objective ou explicite que la logique classique développe. Merleau-Ponty, Phénoménol. perception,1945, p. 383.
Logique formelle. Étude des concepts, jugements et raisonnements considérés abstraitement et sans considération des objets qu'ils désignent. Logique propositionnelle, modale, bivalente, plurivalente, binaire; logique des prédicats; logique des propositions :
4. Avec le développement de l'algèbre, on ne pouvait en effet manquer d'être frappé par l'analogie entre les règles de la logique formelle et les règles de l'algèbre, les unes comme les autres ayant le caractère commun de s'appliquer à des objets (propositions ou nombres) non précisés. Bourbaki, Hist. math.,1960, p. 15.
Logique symbolique. Étude des notations purement formelles assignées aux concepts et visant à établir un système de relations symboliques exprimant l'inclusion, la disjonction, l'implication et la transformation d'ensembles. Synon. logique algorithmique, déductive, mathématique :
5. Ce projet de « caractéristique universelle » qui posait les premiers principes de l'axiomatique et de la logique symbolique modernes n'eut que peu de retentissement; si l'on trouve un écho de ces préoccupations dans certains écrits de J.-H. Lambert ou de Condorcet, ce n'est que vers le milieu du xixesiècle que furent jetées les bases véritables de la logique mathématique. Hist. gén. sc.,t. 3, vol. 1, 1961, p. 21.
Logique mécanique. Mécanisme rationnel tendant à établir dialectiquement des propositions :
6. ... le modèle dialectique que l'on a appelé logique mécanique est un mécanisme de construction des propositions qui peut fournir tous les résultats de la logique aristotélicienne... Couffignal, Mach. penser,1964, p. 114.
2. P. méton. Ouvrage didactique concernant les processus rationnels. Traité de logique; logique cartésienne, hégélienne. Le bonheur des particuliers, le bon ordre de l'état ne se définissent point par les règles de la logique d'Aristote (Cournot, Fond. connaiss.,1851, p. 497):
7. Les principaux écrits d'où relève cette Logique [it. ds le texte] de Port-Royal, et qui en sont en France les vrais précédents, sont : 1 les ouvrages de Ramus, et particulièrement sa Dialectique en français, 1555; 2 tout ce que dit Montaigne contre Baroco et Baralipton, contre cette logique barbare de son temps (...); 3 Descartes, Discours de la Méthode, et ailleurs; il y faut joindre Pascal pour son petit écrit de l'Esprit géométrique... Sainte-Beuve, Port-Royal, t. 3, 1848, p. 471.
Vieilli. (Classe de) logique. Classe de philosophie. Il est cette année en logique (Littré).
B. − Manière de raisonner en se conformant plus ou moins aux règles de la logique (supra A 1). Des visions ou des spéculations sans consistance, sans logique et sans fermeté (Gide, Thésée,1946, p. 1433):
8. Je vais exposer à l'assemblée quelle politique le gouvernement entend suivre pour remplir sa tâche à mesure de la libération. Bien que les aspects divers de cette politique soient évidemment conjugués, la logique de l'exposé m'oblige à les présenter successivement. De Gaulle, Mém. guerre,1956, p. 579.
SYNT. Logique habituelle, impeccable, inexorable, invincible, ordinaire, profonde, rigoureuse, sévère, universelle; logique factice, fantaisiste, fausse, illusoire, trompeuse; faire preuve, manquer de logique; défaut de logique.
Logique naturelle. Capacité naturelle en vertu de laquelle l'intelligence discerne dans les phénomènes de la nature des rapports de causalité :
9. C'est de l'extension d'une certaine géométrie naturelle, suggérée par les propriétés générales et immédiatement aperçues des solides, que la logique naturelle est sortie. C'est de cette logique naturelle, à son tour, qu'est sortie la géométrie scientifique. Bergson, Évol. créatr.,1907, p. 162.
En bonne logique. Conformément aux règles de la logique :
10. ... cette conclusion, en bonne logique, ne laissera pas de surprendre et de dérouter un lecteur resté fidèle aux prémisses de la démonstration. J. Vuillemin, Essai signif. mort,1949, p. 24.
C. − P. anal.
1. Manière suivant laquelle s'enchaînent les éléments de la vie affective ou morale. Logique du cœur, de la passion. J'avoue même que ce mot de résignation m'irrite. Dans l'idée que je m'en fais, à tort ou à raison, c'est une sotte paresse qui veut se soustraire à l'inexorable logique du malheur (Sand, Hist. vie, t. 4, 1855, p. 462).Ce que l'on appelle : logique des sentiments, logique biologique, logique mystique, ce n'est autre chose que l'activité, le mouvement naturel de la nature humaine, quand on l'oppose aux reconstructions et aux analyses objectives opérées par son cerveau (Ruyer, Esq. philos. struct.,1930, p. 348):
11. ... toutes les lois de la pensée, toutes les formes particulières de la logique rentrent dans ce déterminisme concret de la pratique. La logique de l'action n'est point une discipline partielle; c'est vraiment la logique [it. ds le texte] générale, celle en laquelle toutes les autres disciplines scientifiques trouvent leur fondement et leur accord. Blondel, Action,1893, p. 417.
2. Manière suivant laquelle s'enchaînent les événements. C'est dans la logique des choses. La vertu absolue est impossible, la république du pardon amène par une logique implacable la république des guillotines (Camus, Homme rév.,1951, p. 157):
12. ... le fait même qu'il [l'amiral Darlan] dût quitter la scène semblait conforme à la dure logique des événements. Car ceux-ci, dans les grands moments, ne supportent aux postes de commande que des hommes susceptibles de diriger leur propre cours. Or, au point où en étaient les choses, Darlan ne pouvait plus rien ajouter, ni retrancher, à ce qui de toutes façons était en train de s'accomplir. Chacun − et d'abord l'amiral − se rendait compte que, pour lui, la page était maintenant tournée. L'occasion, il l'avait manquée. De Gaulle, Mém. guerre,1956, p. 67.
Logique historique. Logique immanente aux événements qui admettent un rapport de cause à effet :
13. ... il n'eût pas jeté à l'abbé ce système de vues abstraites, polémique et méprisant, cette apologétique de pure logique historique, inintelligiblement jaillie de ses scepticismes accablés. Malègue, Augustin, t. 2, 1933, p. 447.
3. Enchaînement cohérent obéissant à certaines conventions ou règles. Logique du discours musical, du contrepoint :
14. ... ces littérateurs ne prétendent pas supprimer la logique, mais lui en substituer une autre : la « logique des images ». De même Claudel (Art poétique) parle d'une nouvelle « logique »; « l'ancienne, dit-il, avait le syllogisme pour organe; celle-ci a la métaphore ». Benda, Fr. byz.,1945, p. 92.
D. − INFORMAT. ,,Opération ou fonction de comparaison, de sélection ou de tri dévolue à un matériel (unité logique) en vue d'un choix ou d'une décision`` (cida 1973). La logique de la machine; une logique puissante.
P. méton. Ce matériel même (circuit électronique ou autre dont le fonctionnement correspond à une technologie particulière) (d'apr. Bureau 1972).
MATH. Logique booléenne. ,,Règles logiques auxquelles obéissent les systèmes composés d'éléments capables de prendre deux états complémentaires et susceptibles de résoudre les équations de l'algèbre de Boole`` (Bureau 1972).
Prononc. et Orth. : [lɔ ʒik]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1245 « science des lois du raisonnement » (Henri d'Andeli, Bataille des sept ars, éd. A. Héron, 6); 2. ca 1290 « ouvrage, traité de logique » (Jean le Teinturier d'Arras, Le Mariage des Sept Arts, éd. A. Långfors, VII, 77); 3. 1680 etudier en logique (Rich.); 4. 1718 « disposition naturelle que l'on a à raisonner juste » (Ac.); 5. 1762 « enchaînement cohérent d'idées » (Ac.). Empr. du lat.logica « la logique » (empr. au gr. λ ο γ ι κ η ́ [s.-e. τ ε ́ χ ν η] « la science du raisonnement »).

LOGIQUE2, adj.

A. − PHILOS. Conforme aux règles de la logique. Anton. absurde, contradictoire, illogique, incohérent.Abstraction, argumentation, déduction, démonstration, explication, raisonnement logique; tirer les conclusions logiques d'un raisonnement; convenances logiques d'une hypothèse; classement logique et clair. Il n'y a pas incompatibilité logique entre l'idée de l'existence et l'idée de corps (Cousin, Hist. philos. xviiies., t. 2, 1829, p. 424):
1. Nous avons distingué l'ordre logique des idées de leur ordre d'acquisition. Dans le premier, une idée est la condition logique d'une autre idée lorsqu'elle l'explique; dans le second, une idée est la condition chronologique d'une autre idée lorsqu'elle naît dans l'esprit humain avant elle. Cousin, Hist. philos. xviiies., t. 2, 1829p. 276.
P. ext. Qui entraîne une séquence. La sensibilité est la cause logique du mouvement, l'hypothèse est la cause logique de l'expérimentation (Cl. Bernard, Notes,1860, p. 179):
2. ... que l'on approfondisse la physique cartésienne, la métaphysique spinoziste, ou les théories scientifiques de notre temps, on trouvera partout la même préoccupation d'établir un rapport de nécessité logique entre la cause et l'effet... Bergson, Essai donn. imm.,1889, p. 161.
[En parlant de l'intelligence] Puissance logique. Capacité d'établir des séquences entre phénomènes :
3. Pour triompher, il avait fallu à Pasteur non seulement son habileté expérimentale hors de pair, sa puissance logique, mais encore la certitude intuitive qu'il avait d'être dans le vrai en niant la génération spontanée. J. Rostand, Genèse vie,1943, p. 181.
B. − Conforme au bon sens. Esprit, pensée logique. Ma démission m'apparut comme la seule solution logique, la seule attitude contenant une promesse de revanche et de bonheur (Abellio, Pacifiques,1946, p. 179).
[En parlant d'une pers.] Dont la conduite est rationnelle. Les âmes sensibles sont logiques avec elles-mêmes (J.-R. Bloch, Dest. du S.,1931, p. 231).J'ai décidé d'être logique (Camus, Caligula,1944, I, 8, p. 22):
4. L'homme n'est pas rigoureusement logique dans tout ce qu'il fait. C'est tant mieux lorsqu'il fait le mal. C'est tant pis lorsqu'il fait le bien. Billy, Introïbo,1939, p. III.
[En parlant du comportement d'une pers.] Rationnel. L'obéissance au parti est la seule attitude logique, enfin, d'un militant communiste (Malraux, Cond. hum.,1933, p. 286).Elle n'imaginait pas qu'on pût adorer Dieu et transgresser sciemment ses commandements. Je trouvai logique cette attitude qui pratiquement recoupait la mienne (Beauvoir, Mém. j. fille,1958, p. 279):
5. ... le travail auquel s'employait l'intelligence en pesant les raisons, en comparant les maximes, en remontant aux principes, était de mettre plus de cohérence logique dans une conduite soumise, par définition, aux exigences sociales... Bergson, Deux sources,1932, p. 17.
Locutions
Être logique avec soi-même. Conformer son attitude à ses convictions, aux options et aux actions antérieures. Elle était certainement très naturelle, très logique avec elle-même; seulement sa logique devenait de la pure démence aux yeux des voisins (Zola, Fortune Rougon,1871, p. 44):
6. J'ai même pensé à déserter, moi, pour rester logique avec moi-même. Ainsi, tu vois!... Mais, si je faisais ça, je ne serais jamais sûr de l'avoir fait par conviction, et non par frousse... Martin du G., Thib., Été 14, 1936, p. 619.
C'est logique. C'est conforme au bon sens. Une urbanité de gens policés, quelque chose qui rappelait encore l'ancien état de choses, la guerre en dentelles, le panache, la loyauté réciproque. C'était normal, c'était logique, entre gens de culture et d'éducation égales (Van der Meersch, Invas. 14,1935, p. 230).
C. − LING. Analyse logique. [P. oppos. à analyse grammaticale] Analyse des propositions constituant la phrase. Au début de ma neuvième année (...) je n'écrivais même plus : jetés à la poubelle, égarés ou brûlés, les cahiers de roman avaient fait place à ceux d'analyse logique, de dictées, de calcul (Sartre, Mots,1964, p. 173).
D. − INFORMAT. Circuits logiques. Circuits constituant la base du fonctionnement des ordinateurs (d'apr. H. Lilen, Z.-P. Nières, A. Poly, Comprendre la micro-informatique, Paris, Hachette, 1980).
REM. 1.
Logiquant, -ante, adj.,péj. Qui abuse de l'argumentation logique. Pensez-vous que si Luther, Ulrich de Hutten, Hans Sachs, Erasme et votre serviteur (...) s'étaient bornés à la théologie logicienne logiquante de logogriphes, ils eussent obtenu les résultats de bave et d'imprécations dont le torrent nous réjouit l'âme (L. Daudet, Voy. Shakesp.,1896, p. 159).
2.
Logifier (se), verbe pronom.Élucider rationnellement. Baudelaire eut à ce moment sur moi, une influence tout au moins d'imitation enfantine (...). Mais une influence réelle et qui ne pouvait que grandir et, alors, s'élucider, se logifier avec le temps (Verlaine, Œuvres compl., t. 5, Confess., 1895, p. 74).
Prononc. et Orth. : [lɔ ʒik]. Att. ds Ac. dep. 1835. Étymol. et Hist. 1. 1536 « conforme aux lois du raisonnement » (G. Chrestian, Philalethes sur les Erreurs Anatomiques de certaines parties du corps humain, 6 r ds Delb. Rec. d'apr. FEW t. 5, p. 398b); 2. 1821 « relatif à la science de la logique » (J. de Maistre, Soirées St-Pétersb., t. 1, p. 21 : Votre Saint Thomas a dit avec ce laconisme logique); 3. 1833 « conforme aux règles de la logique » (Jouffroy, Mél. philos., p. 51); 4. 1839-42 « se dit d'événements qui s'enchaînent avec rigueur » (Comte, Philos. posit., t. 4, p. 331); 5. 1867 analyse logique (Littré). Empr. au lat.logicus « logique, raisonnable » (empr. au gr. λ ο γ ι κ ο ́ ς « qui concerne le raisonnement »).
STAT. − Logique1 et 2.Fréq. abs. littér. : 3 372. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 3 154, b) 5 144; xxes. : a) 4 961, b) 5 909.

Logique : définition du Wiktionnaire

Adjectif

logique \lɔ.ʒik\ masculin et féminin identiques

  1. Qui est conforme aux règles de la raison, rationnel.
    • Son raisonnement n’est pas logique.

Nom commun

logique \lɔ.ʒik\ féminin

  1. Étude des procédés de raisonnement, science qui enseigne à raisonner juste.
    • Les règles de la logique.
    • Traité de logique.
    • Si l'arithmétique étudie les nombres, la géométrie les figures dans le plan et l'espace, etc., la logique, quant à elle, étudie le raisonnement, c'est-à-dire la méthode de l'arithmétique, de la géométrie, etc. [...] La logique apparaît donc comme un discours de second niveau, un méta-discours, un discours sur le discours. — (Gilles Dowek, La logique, Flammarion, collection « Dominos », 1995, p. 78)
  2. Ouvrage sur cette science.
    • La logique de Royal.
    • La logique de Condillac.
  3. (Par extension) Sens droit, disposition à raisonner juste, méthode, suite dans les idées.
    • Il a une logique naturelle, fort sûre, fort droite.
    • Il a de la logique.
    • Il manque de logique.
  4. Enchaînement naturel, normal, nécessaire des événements.
    • La logique d’une situation.
    • L’événement se produisit comme pouvait le faire prévoir la logique de l’histoire.
    • Ce dénouement est dans la logique des choses.
  5. (Figuré) Manière particulière de raisonner.
    • L’unilatéralisme américain et la mondialisation libérale procèdent d’une même logique. Ils refusent la suprématie du droit et de la délibération collective. — (Pour un autre monde ; Un autre chemin, motion pour le congrès socialiste de Dijon du 16 au 18 mai 2003)
    • Dans la logique mentale de leur temps, les magistrats l'accusent et la condamnent de « sorcellerie », crime pour lequel le bourreau l’énuque avec la « hart » de la potence (corde d'infamie). — (Michel Porret, L'ombre du diable: Michée Chauderon, dernière sorcière exécutée à Genève (1652), Éditions Georg, 2009, p. 64)
    • Moi je veux sortir de cette logique, elle est absurde et elle n’est pas digne. — (Hausse des prix des carburants : "C’est un bon choix", assume Edouard Philippe sur SudOuest.fr. Mis en ligne le 20 septembre 2018)
    • Inspirée par le fonctionnement des cellules nerveuses des organismes vivants, la logique neuromorphique propose une alternative à la logique booléenne. Ces concepts introduits en 1943 ont conduit à des applications relativement limitées jusqu'à ce jour. — (Hervé Fanet, Micro et nano-électronique: Bases, Composants, Circuits, collection Technologie électronique, Paris : Éditions Dunod, 2006, p. 367)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Logique : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

LOGIQUE. n. f.
Étude des procédés de raisonnement, science qui enseigne à raisonner juste. Les règles de la logique. Traité de logique. Il se dit aussi d'un Ouvrage sur cette science. La Logique de Port-Royal. La Logique de Condillac. Il signifie, par extension, Sens droit, disposition à raisonner juste, méthode, suite dans les idées. Il a une logique naturelle, fort sûre, fort droite. Il a de la logique. Il manque de logique. Il se dit aussi de l'Enchaînement naturel, normal, nécessaire des événements. La logique d'une situation. L'événement se produisit comme pouvait le faire prévoir la logique de l'histoire. Ce dénouement est dans la logique des choses. Il se dit, figurément, d'une Manière particulière de raisonner. La logique du cœur, des passions. Chercher dans un bienfait un motif intéressé, c'est la logique des ingrats. La logique féminine.

LOGIQUE s'emploie aussi comme adjectif des deux genres et signifie Qui est conforme aux règles de la logique. Son raisonnement n'est pas logique. En termes de Grammaire, Analyse logique. Voyez ANALYSE.

Logique : définition du Littré (1872-1877)

LOGIQUE (lo-ji-k') s. f.
  • 1Science qui a pour objet les procédés du raisonnement. Les règles de la logique. Aristote… s'étant le premier avisé de séparer de toute matière les préceptes de la logique, d'où vient qu'il ne s'est servi que de lettres toutes nues, pour bien faire voir qu'elle était la vertu de la forme syllogistique, La Mothe le Vayer, Vertu des païens, II, Aristote. Voulez-vous que je vous apprenne la logique ? c'est elle qui vous enseigne les trois opérations de l'esprit, Molière, Bourg. gent. II, 4. La logique a peut-être emprunté les règles de la géométrie sans en comprendre la force, Pascal, Espr. géométr. II.

    Par extension. L'histoire naturelle, maniée par un vrai philosophe, sera toujours la meilleure logique, Bonnet, Lett. div. Œuv. t. XII, p. 61, dans POUGENS.

  • 2Ouvrage sur les procédés du raisonnement. La Logique de Port-Royal, de Condillac (avec une L majuscule).
  • 3 En termes de collége, la classe où l'on enseigne cette science. Il est cette année en logique. On dit maintenant philosophie.
  • 4 Par extension, sens droit, disposition à raisonner juste. Il a de la logique. Il manque de logique.

    Logique naturelle, la faculté de raisonner que nous avons reçue de la nature, indépendamment des règles.

  • 5Raisonnement enchaîné, suite dans les idées. Un défaut de logique. Il n'y a point de logique dans cet ouvrage. Ce sont là les seuls génies [Corneille, Molière, Racine, Boileau] qui ont illustré la poésie en France dans le grand siècle ; presque tous les autres ont manqué de naturel, de variété, d'éloquence, d'élégance, de justesse, de cette logique secrète qui doit guider toutes les pensées sans jamais paraître, Voltaire, Dict. phil. Vers.

    Fig. La logique cachée des événements. La logique du cœur, des passions.

  • 6 Adj. Conforme aux règles de la logique. Ce raisonnement n'est pas logique.

    Terme de grammaire. Analyse logique, se dit, par opposition à analyse grammaticale, de celle qui décompose la proposition en sujet, verbe et attribut, tandis que l'analyse grammaticale s'occupe de la forme des mots.

SYNONYME

LOGIQUE, DIALECTIQUE. La logique est une science qui a pour objet l'étude des procédés du raisonnement. La dialectique est un art qui cherche à prouver quelque chose en particulier. La logique raisonne, la dialectique argumente. La logique s'applique à distinguer le vrai du faux ; la dialectique, à présenter une proposition de manière à ce qu'elle paraisse vraie. En général, dialectique s'applique surtout aux procédés d'argumentation ; on parle de la dialectique de Platon, et non de sa logique.

HISTORIQUE

XIIIe s. Et se tu sces [sais] riens de logique, Qui bien rest science autentique…, la Rose, 6651. Bien avez oï la descorde, Qui a duré tant longuement… Entre la gent saint Dominique Et cels qui lisent de logique [l'université], Rutebeuf, 73. Et si ai souvent trové [à la taverne] Maint cler, la chape ostée, Qui n'out cure que soit logique desputée ; Li hoste est par de lès qui dit : bevés, cité dans COUSSEMAKER, l'Art harmonique, p. 238.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Logique : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

LOGIQUE, s. f. (Philol.) la logique est l’art de penser juste, ou de faire un usage convenable de nos facultés rationnelles, en définissant, en divisant, & en raisonnant. Ce mot est dérivé de λογος, terme grec, qui rendu en latin est la même chose que sermo, & en françois que discours ; parce que la pensée n’est autre chose qu’une espece de discours intérieur & mental, dans lequel l’esprit converse avec lui-même.

La logique se nomme souvent dialectique, & quelquefois aussi l’art canonique, comme étant un canon ou une regle pour nous diriger dans nos raisonnemens.

Comme pour penser juste il est nécessaire de bien appercevoir, de bien juger, de bien discourir, & de lier méthodiquement ses idées ; il suit de-là que l’appréhension ou perception, le jugement, le discours & la méthode deviennent les quatre articles fondamentaux de cet art. C’est de nos réflexions sur ces quatre opérations de l’esprit que se forme la logique.

Le lord Bacon tire la division de la logique en quatre parties, des quatre fins qu’on s’y propose ; car un homme raisonne, ou pour trouver ce qu’il cherche, ou pour raisonner de ce qu’il a trouvé, ou pour retenir ce qu’il a jugé, ou pour enseigner aux autres ce qu’il a retenu : de-là naissent autant de branches de l’art de raisonner, savoir l’art de la recherche ou de l’invention, l’art de l’examen ou du jugement, l’art de retenir ou de la mémoire, l’art de l’élocution ou de s’énoncer.

Comme on a fait un grand abus de la logique, elle est tombée maintenant dans une espece de discrédit. Les écoles l’ont tant surchargée de termes & de phrases barbares, elles l’ont tellement noyée dans de seches & de vaines subtilités, qu’elle semble un art, qui a plûtôt pour but d’exercer l’esprit dans des querelles & des disputes, que de l’aider à penser juste. Il est vrai que dans son origine c’étoit plûtôt l’art de pointiller que celui de raisonner ; les Grecs parmi lesquels elle a commencé étant une nation qui se piquoit d’avoir le talent de parler dans le moment, & de savoir soutenir les deux faces d’un même sentiment ; de-là leurs dialecticiens, pour avoir toûjours des armes au besoin, inventerent je ne sais quel assemblage de mots & de termes, propres à la contention & à la dispute, plûtôt que des regles & des raisons qui pussent y être d’un usage réel.

La logique n’étoit alors qu’un art de mots, qui n’avoient souvent aucun sens, mais qui étoient merveilleusement propres à cacher l’ignorance, au-lieu de perfectionner le jugement, à se jouer de la raison plûtôt qu’à la fortifier, & à défigurer la vérité plûtôt qu’à l’éclaircir. On prétend que les fondemens en ont été jettés par Zénon d’Elée, qui fleurissoit vers l’an 400 avant Notre-Seigneur. Les Péripatéticiens & les Stoïciens avoient prodigieusement bâti sur ses fondemens, mais leur édifice énorme n’avoit que très-peu de solidité. Diogene Laerce donne dans la vie de Zénon un abrégé de la dialectique stoïcienne, où il y a bien des chimeres & des subtilités inutiles à la perfection du raisonnement. On sait ce que se proposoient les anciens Sophistes, c’étoit de ne jamais demeurer court, & de soutenir le pour & le contre avec une égale facilité sur toutes sortes de sujets. Ils trouverent donc dans la dialectique des ressources immenses pour ce beau talent, & ils l’approprierent toute à cet usage. Cet héritage ne demeura pas en friche entre les mains de ces scholastiques, qui enchérirent sur le ridicule de leurs anciens prédécesseurs. Universaux, catégories, & autres doctes bagatelles firent l’essence de la logique & l’objet de toutes les méditations & de toutes les disputes. Voilà l’état de la logique depuis son origine jusqu’au siecle passé, & voilà ce qui l’avoit fait tomber dans un décri dont bien des gens ont encore de la peine à revenir. Et véritablement il faut avouer que la maniere dont on traite encore aujourd’hui la logique dans les écoles, ne contribue pas peu à fortifier le mépris que beaucoup de personnes ont toûjours pour cette science.

En effet, soit que ce soit un vieux respect qui parle encore pour les anciens, ou quelque autre chimere de cette façon, ce qu’il y a de certain, c’est que les pointilleries de l’ancienne école regnent toûjours dans les nôtres, & qu’on y traite la Philosophie comme si l’on prenoit à tâche de la rendre ridicule, & d’en dégoûter sans ressource. Qu’on ouvre les cahiers qui se dictent dans les universités, n’y trouverons-nous pas toutes ces impertinentes questions ?

Savoir si la Philosophie, prise d’une façon collective, ou d’une façon distributive, loge dans l’entendement ou dans la volonté.

Savoir si l’être est univoque à l’égard de la substance & de l’accident.

Savoir si Adam a eu la philosophie habituelle.

Savoir si la logique enseignante spéciale est distinguée de la logique pratique habituelle.

Savoir si les degrés métaphysiques dans l’individu sont distingués réellement, ou s’ils ne le sont que virtuellement & d’une raison raisonnée.

Si la relation du pere à son fils se termine à ce fils considéré absolument, ou à ce fils considéré relativement.

Si l’on peut prouver qu’il y ait autour de nous des corps réellement existans.

Si la matiere seconde, ou l’élément sensible, est dans un état mixte.

Si dans la corruption du mixte il y a résolution jusqu’à la matiere premiere.

Si toute vertu se trouve causalement ou formellement placée dans le milieu, entre un acte mauvais par excès, & un acte mauvais par défaut.

Si le nombre des vices est parallele ou double de celui des vertus.

Si la fin meut selon son être réel, ou selon son être intentionnel.

Si syngatégoriquement parlant le concret & l’abstrait se… Je vous fais grace d’une infinité d’autres questions qui ne sont pas moins ridicules, sur lesquelles on exerce l’esprit des jeunes gens. On veut les justifier, en disant que l’exercice en est très-utile, & qu’il subtilise l’esprit. Je le veux ; mais si toutes ces questions, qui sont si fort éloignées de nos besoins, donnent quelque pénétration & quelque étendue à l’esprit qui les cultive, ce n’est point du tout parce qu’on lui donne des regles de raisonnement, mais uniquement parce qu’on lui procure de l’exercice : & exercice pour exercice, la vie étant si courte, ne vaudroit-il pas mieux exercer tout d’abord l’esprit, la précision & tous les talens sur des questions de service, & sur des matieres d’expérience ? Il n’est personne qui ne sente que ces matieres conviennent à tous les états ; que les jeunes esprits les saisiront avec feu, parce qu’elles sont intelligibles ; & qu’il sera trop tard de les vouloir apprendre quand on sera tout occupé des besoins plus pressans de l’état particulier qu’on aura embrassé.

On ne peut pardonner à l’école son jargon inintelligible, & tout cet amas de questions frivoles & puériles, dont elle amuse ses éleves, sur-tout depuis que des hommes heureusement inspirés, & secondés d’un génie vif & pénétrant, ont travaillé à la perfectionner, à l’épurer & à lui faire parler un langage plus vrai & plus intéressant.

Descartes, le vrai restaurateur du raisonnement, est le premier qui a amené une nouvelle méthode de raisonner, beaucoup plus estimable que sa Philosophie même, dont une bonne partie se trouve fausse ou fort incertaine, selon les propres regles qu’il nous a apprises. C’est à lui qu’on est redevable de cette précision & de cette justesse, qui regne non seulement dans nos bons ouvrages de physique & de métaphysique, mais dans ceux de religion, de morale, de critique. En général les principes & la méthode de Descartes ont été d’une grande utilité, par l’analyse qu’ils nous ont accoûtumés de faire plus exactement des mots & des idées, afin d’entrer plus surement dans la route de la vérité.

La méthode de Descartes a donné naissance à la logique, dite l’art de penser. Cet ouvrage conserve toûjours sa réputation. Le tems qui détruit tout ne fait qu’affermir de plus en plus l’estime qu’on en fait. Il est estimable sur-tout par le soin qu’on a pris de le dégager de plusieurs questions frivoles. Les matieres qui avoient de l’utilité parmi les Logiciens au tems qu’elle fut faite, y sont traitées dans un langage plus intelligible qu’elles ne l’avoient été ailleurs en françois. Elles y sont exposées plus utilement, par l’application qu’on y fait des regles, à diverses choses dont l’occasion se présente fréquemment, soit dans l’usage des sciences, ou dans le commerce de la vie civile : au lieu que les logiques ordinaires ne faisoient presque nulle application des regles à des usages qui intéressent le commun des honnêtes gens. Beaucoup d’exemples qu’on y apporte sont bien choisis ; ce qui sert à exciter l’attention de l’esprit, & à conserver le souvenir des regles. On y a mis en œuvre beaucoup de pensées de Descartes, en faveur de ceux qui ne les auroient pas aisément ramassées dans ce philosophe.

Depuis l’art de penser, il a paru quantité d’excellens ouvrages dans ce genre. Les deux ouvrages si distingués, de M. Locke sur l’entendement humain, & de D. Malebranche sur la recherche de la vérité, renferment bien des choses qui tendent à perfectionner la logique.

M. Locke est le premier qui ait entrepris de démêler les opérations de l’esprit humain, immédiatement d’après la nature, sans se laisser conduire à des opinions appuyées plûtôt sur des systèmes que sur des réalités ; en quoi sa Philosophie semble être par rapport à celles de Descartes & de Malebranche, ce qu’est l’histoire par rapport aux romans. Il examine chaque sujet par les idées les plus simples, pour en tirer peu à peu des vérités intéressantes. Il fait sentir la fausseté de divers principes de Descartes par une analyse des idées qui avoient fait prendre le change. Il distingue ingénieusement l’idée de l’esprit d’avec l’idée du jugement : l’esprit assemble promptement des idées qui ont quelque rapport, pour en faire des peintures qui plaisent ; le jugement trouve jusqu’à la moindre différence entre des idées qui ont d’ailleurs la plus grande ressemblance ; on peut avoir beaucoup d’esprit & peu de jugement. Au sujet des idées simples, M. Locke observe judicieusement que sur ce point, les hommes different peu de sentiment ; mais qu’ils different dans les mots auxquels chacun demeure attaché. On peut dire en général de cet auteur, qu’il montre une inclination pour la vérité, qui fait aimer la route qu’il prend pour y parvenir.

Pour le pere Malebranche, sa réputation a été si éclatante dans le monde philosophique, qu’il paroît inutile de marquer en quoi il a été le plus distingué parmi les Philosophes. Il n’a été d’abord qu’un pur cartésien ; mais il a donné un jour si brillant à la doctrine de Descartes, que le disciple l’a plus répandue par la vivacité de son imagination & par le charme de ses expressions, que le maître n’avoit fait par la suite de ses raisonnemens & par l’invention de ses divers systèmes.

Le grand talent du pere Malebranche est de tirer d’une opinion tout ce qu’on peut en imaginer d’imposant pour les conséquences, & d’en montrer tellement les principes de profil, que du côté qu’il les laisse voir, il est impossible de ne s’y pas rendre.

Ceux qui ne suivent pas aveuglément ce philosophe, prétendent qu’il ne faut que l’arrêter au premier pas ; que c’est la meilleure & la plus courte maniere de le réfuter, & de voir clairement ce qu’on doit penser de ses principes. Ils les réduisent particulierement à cinq ou six, à quoi il faut faire attention ; car si on les lui passe une fois, on sera obligé de faire avec lui plus de chemin qu’on n’auroit voulu. Il montre dans tout leur jour, les difficultés de l’opinion qu’il réfute ; & à l’aide du mépris qu’il en inspire, il propose la sienne par l’endroit le plus plausible ; puis, sans d’autre façon, il la suppose comme incontestable, sans avoir ou sans faire semblant de voir ce qu’on y peut & ce qu’on y doit opposer.

Outre ces ouvrages, nous avons bon nombre de logiques en forme. Les plus considérables sont celle de M. Leclerc. Cette logique a une grande prérogative sur plusieurs autres ; c’est que renfermant autant de choses utiles, elle est beaucoup plus courte. L’auteur y fait appercevoir l’inutilité d’un grand nombre de regles ordinaires de logique ; il ne laisse pas de les rapporter & de les expliquer assez nettement. Ayant formé son plan d’après le livre de M. Locke, de intellectu humano, à qui il avoue, en lui dédiant son ouvrage, qu’il n’a fait qu’un abregé du sien ; il a parlé de la nature & de la formation des idées d’une maniere plus juste & plus plausible que l’on n’avoit fait dans les logiques précédentes. Il a choisi ce qui se rencontre de meilleur dans la logique dite l’art de penser. Il tire des exemples de sujets intéressans. Empruntant des ouvrages que je viens de nommer, ce qui est de meilleur dans le sien, il ne dit rien qui serve à découvrir les méprises qui y sont échappées. Il seroit à souhaiter qu’il n’eût pas suivi M. Locke dans ses obscurités, & dans des réflexions aussi écartées du sentiment commun, que des principes de la morale.

Le dessein que se propose M. Crouzas dans son livre, est considérable. Il y prétend rassembler les principes, les maximes, les observations qui peuvent contribuer à donner à l’esprit plus d’étendue, de force, de facilité, pour comprendre la vérité, la découvrir, la communiquer, &c. Ce dessein un peu vaste pour une simple logique, traite ainsi des sujets les plus importans de la Métaphysique. L’auteur a voulu recueillir sur les diverses opérations de l’esprit, les opinions des divers philosophes de ce tems. Il n’y a guere que le livre de M. Locke, auquel M. Crouzas n’ait pas fait une attention qui en auroit valu la peine. Il y a un grand nombre d’endroits qui donnent entrée à des réflexions subtiles & judicieuses. Plusieurs réflexions n’y sont pas assez développées, les sujets ne paroissent ni si amenés par ce qui précede, ni assez soutenus par ce qui suit. L’élocution quelquefois négligée diminue de l’extrème clarté que demandent des matieres abstraites. Cet ouvrage a pris diverses formes & divers accroissemens sous la main de l’auteur. Tous les éloges de M. de Fontenelle, qui y sont fondus, ne contribuent pas peu à l’embellir & à y jetter de la variété. L’édition de 1712, deux vol. in-12. est la meilleure pour les étudians, parce que c’est la plus dégagée, & que les autres sont comme noyées dans les ornemens.

Tels sont les jugemens que le pere Bussier a portés de toutes ces différentes logiques. Ses principes du raisonnement sont une excellente logique. Il a surtout parfaitement bien démêlé la vérité logique d’avec celle qui est propre aux autres sciences. Il y a du neuf & de l’original dans tous les écrits de ce pere, qui a embrassé une espece d’encyclopédie, que comprend l’ouvrage in-folio intitulé cours des sciences. L’agrément du style rend amusant ce livre, quoiqu’il contienne véritablement l’exercice des sciences les plus épineuses. Il a trouvé le moyen de changer leurs épines en fleurs, & ce qu’elles ont de fatiguant en ce qui peut divertir l’imagination. On ne peut rien ajoûter à la précision & à l’enchaînement des raisonnemens & des objections, dont il remplit chacun des sujets qu’il traite. La maniere facile & peut-être égayée dont il expose les choses, répand beaucoup de clarté sur les matieres les plus abstraites.

M. Wolff a ramené les principes & les regles de la logique à la démonstration. Nous n’avons rien de plus exact sur cette science que la grande logique latine de ce philosophe, dont voici le titre : philosophia rationalis, sive logica methodo scientificâ pertractata, & ad usum scientiarum atque vitæ aptata. Præmittitur discursus præliminaris de philosophia in genere.

Il a paru depuis peu un livre intitulé, essai sur l’origine des connoissances humaines. M. l’abbé de Condillac en est l’auteur. C’est le système de M. Locke, mais extrèmement perfectionné. On ne peut lui reprocher, comme à M. Leclerc, d’être un copiste servile de l’auteur anglois. La précision françoise a retranché toutes les longueurs, les répétitions & le desordre qui regnent dans l’ouvrage anglois, & la clarté, compagne ordinaire de la précision, a répandu une lumiere vive & éclatante sur les tours obscurs & embarrassés de l’original. L’auteur se propose, à l’imitation de M. Locke, l’étude de l’esprit humain, non pour en découvrir la nature, mais pour en connoître les opérations. Il observe avec quel art elles se combinent, & comment nous devons les conduire, afin d’acquérir toute l’intelligence dont nous sommes capables. Remontant à l’origine des idées, il en développe la génération, les suit jusqu’aux limites que la nature leur a prescrites, & fixe par-là l’étendue & les bornes de nos connoissances. La liaison des idées, soit avec les signes, soit entre elles, est la base & le fondement de son système. A la faveur de ce principe si simple en lui-même & si fécond en même tems dans ses conséquences, il montre quelle est la source de nos connoissances, quels en sont les matériaux, comment ils sont mis en œuvre, quels instrumens on y emploie, & quelle est la maniere dont il faut s’en servir. Ce principe n’est ni une proposition vague, ni une maxime abstraite, ni une supposition gratuite ; mais une expérience constante, dont toutes les conséquences sont confirmées par de nouvelles expériences. Pour exécuter son dessein, il prend les choses d’aussi haut qu’il lui est possible. D’un côté, il remonte à la perception, parce que c’est la premiere opération qu’on peut remarquer dans l’ame ; & il fait voir comment & dans quel ordre, elle produit toutes celles dont nous pouvons acquérir l’exercice. D’un autre côté, il commence au langage d’action. Il explique comment il a produit tous les arts qui sont propres à exprimer nos pensées ; l’art des gestes, la danse, la parole, la déclamation, l’art de la noter, celui des pantomimes, la musique, la poésie, l’éloquence, l’écriture, & les différens caracteres des langues. Cette histoire du langage sert à montrer les circonstances où les signes ont été imaginés ; elle en fait connoître le vrai sens, apprend à en prévenir les abus, & ne laisse aucun doute sur l’origine des idées. Enfin après avoir développé les progrès des opérations de l’ame & ceux du langage, il indique par quels moyens on peut éviter l’erreur, & montre les routes qu’on doit suivre, soit pour faire des découvertes, soit pour instruire les autres de celles qu’on a faites. Selon cet auteur, les sensations & les opérations de notre ame sont les matériaux de toutes nos connoissances ; mais c’est la réflexion qui les met en œuvre, en cherchant par des combinaisons les rapports qu’ils renferment. Des gestes, des sons, des chiffres, des lettres, sont les instrumens dont elle se sert, quelque étrangers qu’ils soient à nos idées, pour nous élever aux connoissances les plus sublimes. Cette liaison nécessaire des signes avec nos idées, que Bacon a soupçonnée, & que Locke a entrevue, il l’a parfaitement approfondie. M. Locke s’est imaginé qu’aussitôt que l’ame reçoit des idées par les sens, elle peut à son gré les répéter, les composer, les unir ensemble avec une variété infinie, & en faire toutes sortes de notions complexes. Mais il est constant que dans l’enfance nous avons éprouvé des sensations, longtems avant que d’en savoir tirer des idées. Ainsi, l’ame n’ayant pas dès le premier instant l’exercice de toutes ses opérations, il étoit essentiel, pour mieux développer les ressorts de l’entendement humain, de montrer comment elle acquiert cet exercice, & quel en est le progrès. M. Loke, comme je viens de le dire, n’a fait que l’entrevoir ; & il ne paroît pas que personne lui en ait fait le reproche, ou ait essayé de suppléer à cette partie de son ouvrage. Enfin, pour conclure ce que j’ai à dire sur cet ouvrage, j’ajouterai que son principal mérite est d’être bien fondu, & d’être travaillé avec cet esprit d’analyse, cette liaison d’idées, qu’on y propose comme le principe le plus simple, le plus lumineux & le plus fécond, auquel l’esprit humain devoit tous ses progrès dans le tems même qu’il n’en remarquoit pas l’influence.

Quelque diverses formes qu’ait pris la logique entre tant de différentes mains qui y ont touché, toutes conviennent cependant qu’elle n’est qu’une méthode pour nous faire découvrir le vrai & nous faire éviter le faux à quelque sujet qu’on la puisse appliquer : c’est pour cela qu’elle est appellée l’organe de la vérité, la clé des Sciences, & le guide des connoissances humaines. Or il paroît qu’elle remplira parfaitement ces fonctions, pourvu qu’elle dirige bien nos jugemens : & telle est, ce me semble, son unique fin.

Car si je possede l’art de juger sainement de tous les sujets sur lesquels ma raison peut s’exercer, certainement dès-là même j’aurai la logique universelle. Quand avec cela on pourroit se figurer qu’il n’y eût plus au monde aucune regle pour diriger la premiere & la troisieme opération de l’esprit, c’est-à-dire la simple représentation des objets & la conclusion des syllogismes, ma logique n’y perdroit rien. On voit par-là, ou que la premiere & la troisieme opération ne sont essentiellement autres que le jugement, soit dans sa totalité, soit dans ses parties, ou du-moins que la premiere & la seconde opération tendent elles-mêmes au jugement, comme à leur derniere fin. Ainsi j’aurai droit de conclure que la derniere fin de la logique est de diriger nos jugemens & de nous apprendre à bien juger : ensorte que tout le reste à quoi elle peut se rapporter, doit uniquement se rapporter tout entier à ce but. Le jugement est donc la seule fin de la logique. Un grand nombre de philosophes se récrient contre ce sentiment, & prétendent que la logique a pour fin les quatre opérations de l’esprit ; mais pour faire voir combien ils s’abusent, il n’y a qu’à lever l’équivoque que produit le mot fin.

Quelques-uns se figurent d’abord la logique (& à proportion les autres arts ou sciences) comme une sorte d’intelligence absolue ou de divinité qui prescrit certaines lois à quoi il faut que l’univers s’assujettisse ; cependant cette prétendue divinité est une chimere. Qu’est-ce donc réellement que la logique ? rien autre chose qu’un a mas de réflexions écrites ou non écrites, appellées regles, pour faciliter & diriger l’esprit à faire ses opérations aussi bien qu’il en est capable : voilà au juste ce que c’est que la logique. Qu’est-ce que fin présentement ? c’est le but auquel un être intelligent se propose de parvenir.

Ceci supposé, demander si la logique a pour fin telles ou telles opérations de l’ame, c’est demander si un amas de réflexions écrites ou non écrites a pour fin telle ou telle chose. Quel sens peut avoir une proposition de cette nature ? Ce ne sont donc pas les réflexions mêmes ou leur amas qui peuvent avoir une fin, mais uniquement ceux qui font ou qui ont fait ces réfléxions, c’est-à-dire que ce n’est pas la logique qui a une fin ou qui en peut avoir une, mais uniquement les logiciens.

Je sais ce qu’on dit communément à ce sujet, qu’autre est la fin de la logique, & autre est la fin du logicien ; autre la fin de l’ouvrage, finis operis, & autre la fin de celui qui fait l’ouvrage ou de l’ouvrier, finis operantis. Je sais, dis-je, qu’on parle ainsi communément, mais je sais aussi que souvent ce langage ne signifie rien de ce qu’on imagine : car quelle fin, quel but, quelle intention peut se proposer un ouvrage ? Il ne se trouve donc aucun sens déterminé sous le mot de fin, finis, quand il s’attribue à des choses inanimées, & non aux personnes qui seules sont capables d’avoir & de se proposer une fin.

Quel est donc le vrai de ces mots finis operis ? c’est la fin que se proposent communément ceux qui s’appliquent à cette sorte d’ouvrage ; & la fin de l’ouvrier, finis operantis, est la fin particuliere que se proposeroit quelqu’un qui s’applique à la même sorte d’ouvrage : outre la fin commune que l’on s’y propose d’ordinaire en ce sens, on peut dire que la fin de la peinture est de représenter des objets corporels par le moyen des linéamens & des couleurs ; car telle est la fin commune de ceux qui travaillent à peindre : au lieu que la fin du peintre est une fin particuliere, outre cette fin commune, savoir de gagner de l’argent, ou d’acquérir de la réputation, ou simplement de se divertir. Mais en quelque sens qu’on le prenne, la fin de l’art est toujours celle que se propose, non pas l’art même, qui n’est qu’un amas de réflexions incapables de se proposer une fin, mais celle que se proposent en général ceux qui ont enseigné ou étudié cet art.

La chose étant exposée sous ce jour, que devient cette question, quelle est la fin de la logique ? Elle se résout à celle-ci : quelle est la fin que se sont proposée communément ceux qui ont donné des regles & fait cet amas de réflexions, qui s’appelle l’art ou la science de la logique ? Or cette question n’est plus qu’un point de fait avec lequel on trouvera qu’il y a autant de fins différentes de la logique, qu’il y a eu de différens logiciens.

La plûpart ayant donné des regles & dirigé leurs réflexions à la forme & à la pratique du syllogisme, la fin de la logique en ce sens sera la maniere de faire des syllogismes dans toutes les sortes de modes & de figures, dont on explique l’artifice dans les écoles ; mais une logique où les auteurs ont regardé comme peu important l’embarras des regles & des réflexions nécessaires pour faire des syllogismes en toutes sortes de modes & de figures, une logique de ce caractere, dis-je, n’a point du tout la fin de la logique ordinaire, parce que le logicien ne s’est point proposé cette fin.

Au reste il se trouvera néanmoins une fin commune à tous les logiciens, c’est d’atteindre toujours à la vérité interne, c’est-à-dire à une juste liaison d’idées pour former des jugemens vrais, d’une vérité interne, & non pas d’une vérité externe, que le commun des logiciens ont confondue avec la vérité interne : ce qui leur a fait aussi méconnoître quelle est ou quelle doit être la fin spéciale de la logique.

On demande aussi si la logique est une science : il est aisé de satisfaire à cette question. Elle mérite ce titre, si vous appellez science toute connoissance infaillible acquise avec les secours de certaines réflexions ou regles ; car ayant la connoissance de la logique, vous savez démêler infailliblement une conséquence vraie d’avec une fausse.

Mais est-elle un art ? question aussi aisée à résoudre que la précédente. Elle est l’un ou l’autre, suivant le sens que vous attachez au mot art. L’un veut seulement appeller art ce qui a pour objet quelque chose de matériel ; & l’autre veut appeller art toute disposition acquise qui nous fait faire certaines opérations spirituelles ou corporelles, par le moyen de certaines regles ou réflexions. Là-dessus il plaît aux logiciens de disputer si la logique est ou n’est pas un art ; & il ne leur plaît pas toujours d’avouer ni d’enseigner à leurs disciples que c’est une pure ou puérile question de nom.

On forme encore dans les écoles une autre question, savoir si la logique artificielle est nécessaire pour acquérir toutes les Sciences dans leur perfection. Pour répondre à cette question, il ne faut qu’examiner ce que c’est que la logique artificielle : or cette logique est un amas d’observations & de regles faites pour diriger les opérations de notre esprit ; & de-là elle n’est point absolument nécessaire : pourquoi ? parce que pour que notre esprit opere bien, il n’est pas nécessaire d’étudier comment il y réussit. C’est un instrument que Dieu a fait & qui est très-bien fait. Il est fort inutile de discuter métaphysiquement ce que c’est que notre entendement & de quelles pieces il est composé : c’est comme si l’on se mettoit à disséquer les pieces de la jambe humaine pour apprendre à marcher. Notre raison & notre jambe font très-bien leurs fonctions sans tant d’anatomies & de préambules ; il ne s’agit que de les exercer, sans leur demander plus qu’elles ne peuvent. D’ailleurs, si l’esprit ne pouvoit bien faire ses opérations sans les secours que fournit la logique artificielle, il ne pourroit être sûr si les regles qu’il a établies sont bien faites. Au reste, nous prouvons que les syllogismes ne sont rien moins que nécessaires pour découvrir la vérité. Voyez Syllogismes.

La logique se divise en docente & utente ; la docente est la connoissance des regles & des préceptes de la logique, & la logique utente est l’application de ces mêmes regles. On peut appeller la premiere théorétique, & la seconde, pratique : elles ont besoin mutuellement l’une de l’autre. Les regles apprises & comprises s’effacent bientôt, si l’on ne s’exerce souvent à les appliquer, tout comme la danse ou le manege s’oublient aisément quand on discontinue ces exercices. Tel croit être logicien, parce qu’il a fait un cours de logique ; mais quand il faut venir au fait & à l’application, sa logique se trouve en défaut : pourquoi ? c’est parce qu’il avoit jetté une bonne semence, mais qu’il l’a mal cultivée.

Disons aussi que le succès de la logique artificielle dépend beaucoup de la logique naturelle : celle ci varie & se trouve en différens degrés chez les hommes. Tel comme tel est naturellement plus agile ou plus fort que son camarade, de même tel est meilleur logicien, c’est-à-dire qu’il a plus d’ouverture d’esprit & de solidité de jugement.

L’expérience prouve qu’entre douze disciples qui étudieront la même science sous le même maître, il y aura toujours une gradation qui vient en partie du fonds, en partie de l’éducation : car la logique naturelle acquise a aussi ses degrés. Avec un même fonds on peut avoir eu ou moins d’attention à le cultiver, ou des circonstances moins favorables. Cette diversité de dispositions, tant naturelles qu’acquises, qu’on apporte à l’étude de la logique artificielle, déterminent donc les progrès que l’on y fait.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « logique »

Étymologie de logique - Littré

Provenç. logica, loica ; espagn. et ital. logica ; du lat. logica, qui vient de λογιϰὸς, logique, de λόγος, raison (voy. LOGOS).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de logique - Wiktionnaire

Du latin logicus (« raisonnable »), emprunté au grec λογικός, logikos (« raisonnable, rationnel ») dérivé de λόγος, logos (« raison », « discours »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « logique »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
logique lɔʒik play_arrow

Citations contenant le mot « logique »

  • C’est la logique même du profit comme objectif suprême qui n’est pas contestée. Politis.fr, Convention pour le climat : la logique des petits pas par Thomas Coutrot | Politis
  • Claire Boilley-Forestier : Donner du sens fait tenir debout. Nous aurions vécu cette crise différemment si nous n’avions pas assumé cette recherche de sens dans nos activités et ce recalibrage autour de valeurs cardinales. À ce titre, je crois beaucoup à la définition d’une raison d’être de l’entreprise en ce qu’elle l’engage dans une transition, aussi bien environnementale, sociale, sociétale, culturelle que managériale. Après, attention à ne pas sombrer dans une logique trop communicationnelle autour de sa raison d’être. La fonction d’un directeur RSE au quotidien est d’abord de s’assurer que l’engagement est réel dans l’entreprise, qu’il est piloté au plus haut niveau et qu’il est surtout traductible par l’ensemble des collaborateurs. , « Que l'État, les entreprises et la société civile ne se cantonnent à leurs rôles »
  • Il est urgent que le législateur sorte de la logique électoraliste car elle dessert la cause qu’il prétend défendre et dont personne ne conteste la légitimité. L’amoncellement des lois antiterroristes n’est pas simplement inefficient mais il contribue également progressivement à altérer la substance du droit commun, en nous habituant à des mesures dérogatoires qu’on pérennise.  Le HuffPost, Le mille-feuille de lois antiterroristes ne sert que des logiques électoralistes | Le HuffPost
  • « Le marché Optocoupleurs de sortie logique mondial croît à un TCAC élevé au cours de la période de prévision 2020-2026. L’intérêt croissant des particuliers pour cette industrie est la principale raison de l’expansion de ce marché. Selon le Rapport, le marché Optocoupleurs de sortie logique devrait croître à un TCAC de xx % au cours de la période de prévision (2019-2027) et dépasser une valeur de XX USD d’ici la fin de 2027. » Thesneaklife, Marché Optocoupleurs de sortie logique mondial 2020 – Impact du COVID-19, analyse de la croissance future et défis | Broadcom, TT Connectivity, Toshiba, Renesas, Fairchild Semiconductor – Thesneaklife
  • « La transformation de Sainte-Sophie en mosquée est dans la logique de l’idéologie de conquête d’Erdogan » Le Monde.fr, « La transformation de Sainte-Sophie en mosquée est dans la logique de l’idéologie de conquête d’Erdogan »
  • La vie n'obéit à aucune logique, pourquoi veut-on en déduire sa signification avec logique ? De Gao Xingjian / La montagne de l'âme
  • Il est toujours aisé d'être logique. Il est presque impossible d'être logique jusqu'au bout. De Albert Camus / Le mythe de Sisyphe
  • Il y a une logique dans chacun de mes films, mais l’important c’est votre logique à vous. De David Lynch / Conférence de presse - Mostra de Venise 2006
  • L’extension logique de l’ego, c’est Dieu. De Jim Morrison / Personne ne sortira d’ici vivant
  • La mathématique universelle... est une logique de l'imagination. De Leibniz / Lettre
  • L'illogisme irrite. Trop de logique ennuie. De André Gide / Journal 1889-1939
  • La logique mène à tout, à condition d’en sortir. De Alphonse Allais / Pas de bile
  • Rien de plus inconséquent qu’une logique conséquente. De Johann Wolfgang von Goethe
  • La logique est le dernier refuge des gens sans imagination. De Oscar Wilde
  • La logique est l'hygiène des mathématiques De André Weil
  • Il faut séparer la logique des droits de l’homme de la logique économique. De Lionel Jospin / 25 Janvier 1982
  • La logique ne s'attendrit pas. De Victor Hugo / Quatre-vingt-treize
  • La logique sauve de l'ennui. De Arthur Conan Doyle / La ligue des rouquins
  • Logique et bon sens : un chef. Bon sens sans logique : un employé. Logique sans bon sens : une catastrophe. De Auguste Detoeuf
  • Faux : logique différente. De Anonyme

Images d'illustration du mot « logique »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « logique »

Langue Traduction
Corse logica
Basque logika
Japonais 論理
Russe логика
Portugais lógica
Arabe منطق
Chinois 逻辑
Allemand logik
Italien logica
Espagnol lógica
Anglais logic
Source : Google Translate API

Synonymes de « logique »

Source : synonymes de logique sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « logique »



mots du mois

Mots similaires