Laver : définition de laver


Laver : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

LAVER, verbe trans.

I.
A. − [Le compl. désigne ce qui est sale]
1. [Le suj. désigne l'agent]
a) [Avec un compl. prép. indiquant le moyen] Rendre quelque chose (plus) propre au moyen d'un liquide (et d'un produit nettoyant).
Laver + compl. prép. de.Lui (...) hochait la tête, fredonnait, humait sa cassolette, se faisait laver d'eau de senteur (Bourges, Crépusc. dieux,1884, p. 45).Les pompiers lavent de leurs lances les gamins nus (Morand, New-York,1930, p. 224):
1. En quoi vous ai-je offensé? dit-elle tout effrayée. J'ai entendu parler d'une femme comme moi qui avait lavé de parfums les pieds de Jésus-Christ. Balzac, Splend. et mis.,1844, p. 47.
Part. passé à valeur adj. Laisse-moi respirer ton odeur, qui est comme l'odeur de la terre, (...) lavée d'eau comme un autel (Claudel, Ville,1901, I, p. 447).
Laver + compl. prép. par.P. métaph. Nos péchés sont têtus, nos repentirs sont lâches; (...) Et nous rentrons gaîment dans le chemin bourbeux Croyant par de vils pleurs laver toutes nos taches (Baudel., Fl. du Mal,1855, p. 5).
Laver + compl. prép. avec.Ils ne prirent point la peine de laver avec une éponge le sang qui couvrait le lit (Barrès, Cahiers, t. 4, 1905, p. 85).
Au fig. Laver ses péchés avec des larmes. ,,Pleurer ses péchés`` (Ac.).
Loc. Laver la tête à qqn avec du plomb. Fusiller quelqu'un. Allons, lavez-moi la tête avec du plomb, cela m'apprendra (Mérimée, Théâtre C. Gazul,1825, p. 122).On lui a lavé la tête avec du plomb, mon commandant, lui dit Beau-pied (Balzac, Chouans,1829, p. 381).
Emploi pronom. indir. Se laver les mains avec de la pâte d'amandes (Ac.1835, 1878).Boissel et Pitolet l'avaient suivi et lui donnaient des conseils. Selon celui-ci, il fallait se laver le visage avec de l'huile d'olive pure (Maupass., Contes et nouv., t. 1, Hérit., 1884, p. 502).
Laver + compl. prép. à.Une irrésistible envie le prit aussitôt de quitter ce qui lui restait de vêtements, et de laver à grande eau ses membres moites (Martin du G., Thib., Pénitenc., 1922, p. 812).Je ne puis t'embrasser autrement. Va te laver les mains à l'alcool. Va, je te prie (Malègue, Augustin, t. 2, 1933, p. 395):
2. Depuis le temps que l'huile Shell force mes regards de toutes manières, il ne m'est jamais venu à l'idée d'en abreuver mon moteur. Pas plus que je n'ai seulement pensé à me laver au savon Cadum... T'Serstevens, Itinér. esp.,1933, p. 30.
Part. passé à valeur adj. Ces filles en bas de soie bleue ou rose, dont les lèvres sont passées au rouge, les yeux soulignés au khol, les cheveux lavés à l'auréoline [shampooing donnant un bel éclat aux cheveux] (Bourget, Nouv. Essais psychol.,1885, p. 32).
Emploi pronom. réfl. Sur l'avant du navire, les hommes de la bordée de quart (...) se lavaient à grande eau froide (Loti, Mon frère Yves,1883, p. 367).Au lavabo, chaque matin, il se lavait les cheveux à grande eau (Renard, Journal,1901, p. 685).
b) [Avec un compl. prép. locatif dans ou à] Faire tremper quelque chose dans (quelque chose contenant) un liquide avec lequel on le frotte pour le rendre (plus) propre. C'est l'usage ici, dit-il un peu ivre, que les invités à un mariage montent au milieu de la nuit et lavent la mariée dans le whisky (Maurois, Ariel,1923, p. 74).À l'aube, (...) je lavais ma cuiller et ma fourchette dans une grande bassine d'eau chaude (Green, Journal,1942, p. 269):
3. Ils descendirent et, se mettant nus, lavèrent leurs corps brûlants dans l'eau tiède qu'ils battaient de leurs mains dures. Hamp, Champagne,1909, p. 103.
Une trentaine de femmes lavaient du linge à ce bassin, le samedi, dernier jour du mois de septembre (Stendhal, Lamiel,1842, p. 44).Elle fait un voyage pour laver un torchon à la rivière, dans l'eau qui court (Renard, Journal,1905, p. 990).
Emploi pronom. réfl. Un maure se lavait les pieds dans la fontaine qui est au milieu (Delacroix, Journal,1832, p. 123).On se lavait dans de l'eau dont il fallait briser la glace et qui ne lavait pas (Sand, Hist. vie, t. 3, 1855, p. 113).Les hommes, ayant retiré leurs redingotes, se lavèrent les mains dans un seau d'eau (Maupass., Contes et nouv., t. 1, Partie camp., 1881, p. 373).
P. métaph. Il roule çà et là par l'Europe, se lavant l'esprit dans les voyages (Valéry, Variété II,1929, p. 15).
Part. passé à valeur adj. Sa tunique est livrée aux femmes de Milet, Et ses pieds sont lavés dans un vase de lait (Vigny, Poèmes ant. et mod.,1837, p. 135).
c) [Sans compl. prép.] Rendre quelqu'un, quelque chose (plus) propre (généralement) au moyen d'eau et d'un produit nettoyant avec lequel on le frotte. Anton. salir.Laver les pieds de qqn; laver sa voiture. L'hôtesse, qui peigne Et lave dix marmots roses et pleins de teigne, Parle d'amour, de joie et d'aise, et n'a pas tort! (Verlaine, Œuvres compl., Jadis, Paris, Gallimard, 1938 [1884], p. 209).Elle apporta un peu d'eau dans une cuvette, lui lava doucement les yeux, le visage et les mains (Jouve, Paulina,1925, p. 246).Le temps était loin où, sans débrider, elle lavait les trois étages de l'hôtel (Dabit, Hôtel,1929, p. 84).Je vais venir. Mais faites d'abord chauffer de l'eau; je vais laver cette vaisselle; je ne peux pas supporter la saleté (Beauvoir, Mandarins,1954, p. 326).
Part. passé à valeur adj. Figure, main lavée. En haut des arbres, des espèces de lucarnes aux vitres mal lavées se montraient (Ramuz, Gde peur mont.,1926, p. 20).Elle passait un tablier blanc, frais lavé, fleurant encore le grand air et le vent (Guèvremont, Survenant,1945, p. 58).
Loc. fig. ou p. anal.
Laver son linge (sale) (en famille/en public). Régler ses problèmes personnels (entre les parties concernées/au grand jour). Si vous vous permettez de petites infamies, que ce soit entre quatre murs. (...) Napoléon, appelle cela : laver son linge sale en famille (Balzac, Illus. perdues,1843, p. 715).Après avoir lavé notre linge [avec Gide] nous eûmes toujours des rapports agréables (Cocteau, Poés. crit. I,1959, p. 211):
4. Tout cela, au reste, est encouragé par le Gouvernement qui (...) est enchanté de voir la littérature se manger le nez en famille et laver son linge sale en public. Goncourt, Journal,1857, p. 322.
Fam. Laver la tête à qqn. Réprimander quelqu'un avec sévérité. Synon. passer un savon à qqn.J'étais allée trouver ces deux garçons Jean et Pierre, pour leur laver un peu la tête, comme vous me l'aviez recommandé (Kock, Pucelle,1834, p. 278).Ces propos ayant été rapportés au Maître, celui-ci entra dans une vive irritation, fit venir Abrice et lui lava la tête comme il faut (L. Daudet, Bacchantes,1931, p. 177).
Arg. Laver la gueule à qqn. Payer à boire à quelqu'un pour en obtenir des faveurs. − T'occupe pas, toujours les mêmes qui se dém... − En douce, tu comprends, le fourrier n'en a refilé qu'aux mecs qui lui lavent la gueule (Dorgelès, Croix de bois,1919, p. 65).
Loc., vx. À laver la tête d'un âne on perd sa lessive (Ac.). Cf. lessive A 1 a.
Spécialement
Arg. et fam. Laver un chèque. Faire disparaître la mention du montant, celle du destinataire, pour les remplacer par d'autres. Synon. falsifier un chèque.V. laveur ex. de Cendrars.
BEAUX-ARTS. Cf. infra III.
MÉD. Laver une plaie. Nettoyer une plaie généralement avec un liquide antiseptique. Synon. absterger.Tchen releva son pantalon, banda sa cuisse avec un mouchoir sans laver la blessure (Malraux, Cond. hum.,1933, p. 317).Laver un organe. Procéder au lavage (v. ce mot) d'un organe.
PAPET., vx. Laver le papier (Ac. 1798-1878). Tremper le papier dans un bain d'alun pour le rendre moins absorbant.
IMPR., vx. Laver un livre, les feuillets d'un livre (Ac.). Tremper un livre dans un bain d'acide chlorhydrique pour en faire disparaître les taches.
TECHNOL. Rendre plus pur un produit, un matériau ou le débarrasser des impuretés qu'il renferme en le soumettant à des bains ou à des courants (généralement) d'eau successifs. Laver les argiles. Si le métal est mousseux, il faut ramener le métal et, suivant l'expression consacrée laver le bain par des additions raisonnées de spiegel (Wurtz, Dict. chim., 2esuppl., t. 4, 1801, p. 56):
5. La mort dans l'âme, de nobles chercheurs d'or étrangers, au risque d'y laisser leurs derniers cents viennent laver les sables aurifères de Park Avenue. Morand, New-York,1930, p. 219.
Emploi pronom. réfl. indir. Se laver la tête; se laver le visage. Le chat était installé sur le rebord de la lucarne. Il léchait sa patte et se lavait l'oreille (Giono, Colline,1929, p. 130).Il renvoya les enfants avec brusquerie. − Allez vite vous laver les mains, on va se mettre à table (Daniel-Rops, Mort,1934, p. 187).
Locutions
Se laver les mains (cf. infra d).
Arg. et pop. Se laver le gosier. Boire. Synon. se rincer la dalle. Part. passé à valeur adj.Je retrouvais (...) aussi un peu de l'enrouement des gosiers incessamment lavés par l'eau-de-vie (Baudel., Poèmes prose,1867, p. 103).
Vx. (Aller) se laver les pieds. Faire la traversée pour aller au bagne en Guyane ou en Nouvelle-Calédonie. Mes complices alors sont dans le hal [= incarcérés], tant mieux nous irons tous nous laver les pieds à la Nouvelle (G. Macé, Lundis,p. 181 ds Bruant 1901, p. 370).
Emploi pronom. réfl. Synon. faire sa toilette.Jamais je n'aurai assez d'eau pour me laver, se dit Durtal, en jaugeant le minuscule pot à l'eau qui mesurait bien la valeur d'une chopine (Huysmans, En route, t. 2, 1895, p. 22).Je courus à ma salle de bains et me lavai et me douchai pendant trois heures (Larbaud, Barnabooth,1913, p. 228).
Emploi pronom. passif, rare. Être lavé. Là, était l'évier sur lequel se lavaient avant et après le tirage les formes, ou, pour employer le langage vulgaire, les planches de caractères (Balzac, Illus. perdues,1837, p. 11).
d) [Avec un compl. prép. de désignant ce qui salit]
Au fig. Rendre quelqu'un net de quelque chose considéré comme une souillure. Synon. disculper, blanchir.Laver qqn d'une accusation. Eh bien, j'en ai assez de l'héroïsme. Vous m'avez lavée de l'héroïsme. Pour la vie (Montherl., J. filles,1936, p. 1027).Il lui semble [à l'homosexuel] (...) que la durée psychique, par elle-même, le lave de chaque faute (...), le fait renaître à neuf (Sartre, Être et Néant,1943, p. 104).Il se sentait lavé de toute souillure (Guéhenno, Jean-Jacques,1948, p. 281):
6. Vous vous imaginez laver Napoléon d'un reproche et rejeter la faute sur M. de Talleyrand; or vous ne justifiez pas assez le premier, et n'accusez pas assez le second. Chateaubr., Mém., t. 2, 1848, p. 154.
[P. ell. du compl. prép.] Ce soupçon n'est-il pas injurieux pour l'armée? Hâtez-vous de laver Boisdeffre en livrant Esterhazy, l'espion, à la justice des lois (Clemenceau, Vers réparation,1899, p. 244).
Emploi pronom. réfl. Se débarrasser de la saleté qu'on a sur soi au moyen d'un liquide (et d'un produit nettoyant). Vivement elle courut à sa chambre; là, quittant sa robe, en jupe et en corset, elle se lava de la poussière du wagon (Péladan, Vice supr.,1884, p. 33).
Au fig. Se laver d'un crime (Ac.). Il y a des événements ridicules et honteux dont on a peine à se laver (Sand, Jacques,1834, p. 305).L'accusation de frigidité exaspérait Coco. Pour s'en laver, elle avait couché avec une demi-douzaine de costauds, dont deux nègres (Magnane, Bête à concours,1941, p. 338):
7. ... mon âme, élance-toi en avant! Je vous propose de vous laver de votre honte et de vous lever de votre bassesse, Et de vous venger d'un sort dur et méprisable... Claudel, Tête d'Or,1890, p. 103.
Loc. [P. réf. à l'attitude de Ponce Pilate au cours du procès du Christ v. Matth. 27, 24] . Se laver les mains (de qqc.). Dégager sa responsabilité d'une affaire pour ne pas en subir les suites. Maintenant, elle s'en lavait les mains, elle jurait de ne plus se mêler de rien (Zola, Assommoir,1877, p. 724).Après, nous saisirons les ambassades anglaise et russe. Et nous nous laverons les mains du reste (Farrère, Homme qui assass.,1907, p. 344).
Emploi performatif. J'ai offert d'envoyer l'argent, tu ne veux pas, je m'en lave les mains (Augier, Pierre de touche,1854, III, p. 137).Taisez-vous. Je me lave les mains; aucun regret, aucun remords ne m'effleure (Arnoux, Crimes innoc.,1952, p. 269).
e) Emploi abs. Faire la lessive, les travaux de lavage domestique. Maman cousait, lavait, reprisait, parfois (Duhamel, Notaire Havre,1933, p. 133).Chaque fois qu'il avait vu partir Rose-Anna pour aller laver chez les autres, il s'était cabré intérieurement (Roy, Bonheur occas.,1945, p. 195):
8. Dès que les gosses seront plus grandes, la Philiberte pourra les mettre à l'école et se louer pour les lessives : on a tant de mal, aujourd'hui, à trouver des femmes qui lavent. Martin du G., Vieille Fr.,1933, p. 1070.
Expr., vieilli. Donner à laver (à qqn). Présenter (à quelqu'un) de quoi se laver les mains avant de se mettre à table. Des femmes, et quelquefois la fille même du Roi, conduisent l'étranger au bain. On le parfume, on lui donne à laver dans des aiguières d'or et d'argent (Chateaubr., Génie, t. 1, 1803, p. 547).On donna à laver dans une magnifique aiguière de vermeil (Gautier, Fracasse,1863, p. 441).
2. [Le suj. désigne le moyen]
a) P. anal. Couler abondamment sur quelque chose. Les vagues lavent le pont du navire. Le fleuve lave les murs de telle ville (Ac.1835, 1878).La façade, toute noircie, avait deux étages. À demi lavée par la pluie en certains endroits (Reider, MlleVallantin,1862, p. 33).Il balbutiait, il ricanait sous les larmes claires qui lavaient sa figure (Flaub., Salammbô, t. 1, 1863, p. 8).Jourfier suivait d'un œil curieux les aspérités sourcilleuses de la masse basaltique dont la Merlasse (...) lavait les pieds avec fracas (Fabre, Lucifer,1884, p. 268):
9. Que l'on se figure ces journées de quatorze heures, (...) le corps plié, la bouche ouverte sous le souffle plus rapide, la face lavée de sueur, les pieds butant aux mottes du terrain. Pesquidoux, Livre raison,1925, p. 47.
Au fig., part. passé à valeur adj. Qui a perdu toute couleur et parfois toute consistance. Synon. délavé.Sa mère, toute blanche, les yeux lavés, ses joues de papier de soie toutes chiffonnées, n'avait plus d'âge (France, Vie fleur,1922, p. 521).Contrairement à Faguet, c'est un homme lavé, au physique et au moral, tellement lavé qu'il n'en a plus de goût (L. Daudet, Ét. et mil. littér.,1927, p. 247).
b) P. métaph. Débarrasser ce qui souillait quelqu'un ou quelque chose comme le ferait l'action de l'eau. Synon. nettoyer, purifier; anton. infecter, salir.La rude brise de mer le lavait des odeurs du Quartier Latin (Zola, Joie de vivre,1884, p. 848).Ils usèrent leur fièvre dans de fausses étreintes, puis le matin les lava dans un bain d'aurore (Gide, Voy. Urien,1893, p. 38).Jacques (...) recula et, bondissant dans une fuite éperdue, comme si l'air de l'atmosphère avait pu laver ses yeux de la vision tenace (Miomandre, Écrit sur eau,1908, p. 256):
10. Deux jours, là-haut, sur le divan, il avait agonisé, enveloppant toute la maison, jusqu'aux animaux, dans le filet de son désastre; et maintenant, dégorgé de son agonie, la peau claire, le regard lavé, il renaissait... Arnoux, Chiffre,1926, p. 144.
B. − [Le compl. désigne ce qui salit]
1. [Le suj. désigne l'agent] Faire disparaître quelque chose qui salit (quelque chose/quelqu'un) au moyen d'un liquide (et d'un produit nettoyant). Laver une tache (Ac.). Je me déshabille vivement pour laver la poussière du train, et derrière les volets, clos à cause du soleil, nous vagabondons en chemise avec volupté (Colette, Cl. école,1900, p. 182).Il était debout à côté de la fontaine, pendant qu'on lui lavait le sang qu'il avait sur la figure (Ramuz, Derborence,1934, p. 101):
11. Il lut longuement deux petites pages, levant sur Juliette des yeux absents. Puis il brûla le feuillet au-dessus du lavabo, fit couler l'eau pour laver les cendres. Triolet, Prem. accroc,1945, p. 82.
Emploi pronom. passif. Le sang se lave avec les larmes et non avec le sang (Hugo, Actes et par. 2,1875, p. 115).Jusqu'à l'heure où je vis monter dans la lumière (...) La source baptismale où se lavent nos fanges (Leconte de Lisle, Poèmes trag.,1886, p. 96).
Au fig. Faire disparaître (par tel ou tel moyen) quelque chose qui offense l'honneur (de quelqu'un) ou qui est considéré comme une souillure. Synon. effacer.Laver un affront, une offense. Laver une injure, un outrage dans le sang de quelqu'un (Ac.1835-1935).À présent, le monde a parlé, il a jeté sa hideuse malédiction sur nos amours, il faut les laver avec du sang (Sand, Jacques,1834, p. 278).Il rompit avec le passé dont il lava la souillure en se promettant plus d'une vengeance expiatoire (Gozlan, Notaire,1836, p. 55).Nous devons, avant que le feu cesse, laver sur ce terrain les outrages naguère subis (De Gaulle, Mém. guerre,1959, p. 161):
12. Les paysans d'Abruzzo ne badinent pas avec l'honneur dont ils ont constitué un code à leur façon. La vengeance est prompte, et la honte vite lavée. Chardonne, Attach.,1943, p. 70.
Arg. et fam. Laver de l'argent volé. Lui procurer une origine avouable (v. aussi infra III).
2. [Le suj. désigne ce qui lave] Faire disparaître quelque chose qui souille (quelque chose/quelqu'un). La pluie n'espérait pourtant pas laver cette boue, laver ces haillons, laver ces cadavres? Il pourrait bien pleuvoir toutes les larmes du ciel, pleuvoir tout un déluge, cela n'effacerait rien (Dorgelès, Croix de bois,1919, p. 281).V. supra I A 1 b ex. de Sand.
Au fig. Faire disparaître quelque chose qui offense l'honneur ou qui est considéré comme une souillure. Synon. effacer.Vois ces gouttes de sang versées pour tous les pêcheurs, assez nombreuses, assez efficaces pour laver tous les péchés (Bremond, Hist. sent. relig., t. 4, 1920, p. 337).Son pur amour maternel qui n'avait jamais soupçonné le mal (...) semblait aujourd'hui laver les torts et bénir (Chardonne, Épithal.,1921, p. 166).
II. − BEAUX-ARTS
A. −
1. Colorier (un dessin, un support graphique) d'une couleur étendue d'eau (ou parfois d'un autre liquide). Laver une esquisse à l'encre, à l'eau d'architecte. Laver un dessin (Ac.). Laver les masses de verdure en vert (Ac.1835-1935).À mesure que nous dressions nos cartes, Mademoiselle de Lessay les lavait à l'aquarelle (France, Bonnard,1881, p. 393).Il trempa le pinceau dans la peinture et se mit en mesure de « laver » tout l'espace occupé par le cercle qu'il avait préalablement tracé (G. Leroux, Parfum,1908, p. 148):
13. L'immense difficulté, pour faire un dessin où il y ait du soleil! Voilà Gavarni d'abord lavant le papier blanc, d'un ton chaud, jaune rosé... Goncourt, Journal,1861, p. 924.
Part. passé à valeur adj. Plan lavé; aquarelle lavée de gouache. Je citerai encore Fragonard, (...) dont le fils a poussé au plus haut degré de mérite les dessins lavés (Jouy, Hermite, t. 3, 1813, p. 338).Hetzel lui fait faire pour la Belgique une masse de dessins à la plume, sur papier écolier, lavés d'aquarelles par dessus (Goncourt, Journal,1855, p. 173).Dans le plan de Strasbourg ci-joint St Étienne est lavé en bleu, La Marguerite en rouge (Mérimée, Lettres L. Vitet,1870, p. 92):
14. Lorie s'approchait et montrait du bout de son lorgnon un plan superbe lavé à l'encre de Chine pendant les loisirs du bureau. A. Daudet, Évangéliste,1883, p. 136.
P. anal. Coloré d'une (de) couleur(s) légère(s). Synon. teinté.Elle prenoit plaisir à voir la lumière de cet astre paisible s'étendre du haut des montagnes en nappes argentées, lavées d'une légère teinte bleuâtre (Nodier, J. Sbogar,1818, p. 114).Sa coloration est très variable : généralement le corps est lavé de brun, de roux, d'olivâtre (Coupin, Animaux de nos pays,1909, p. 164).
2. Exécuter une œuvre en utilisant des couleurs étendues d'eau. Elle savait laver une seppia, peindre à la gouache et à l'aquarelle (Balzac, Splend. et mis.,1844, p. 149).Le duc de Rohan était fort joli; il roucoulait la romance, lavait de petites aquarelles et se distinguait par une étude coquette de toilette (Chateaubr., Mém., t. 3, 1848, p. 364).Aux murs, des lavis mal lavés (Colette, Cl. école,1900, p. 249).Madame lave agréablement l'aquarelle (Arnoux, Solde,1958, p. 14).
B. − Ajouter de l'eau à une couleur.
Part. passé à valeur adj. Couleur lavée (Ac.). Il a inventé un dessin cursif, mais qui est peint, comme il dit, et qui se fait à la plume avec deux encres : de l'encre noire lavée d'eau et de l'encre rouge carminée (Goncourt, Journal,1859, p. 632).
C. − Emploi intrans., rare. Perdre de l'intensité, de l'éclat. Synon. se délaver.Si les couleurs lavent au vernissage, on les fixe par un fort talquage (Villon, Dessin. et impr. lithogr.,1932, p. 676).
III. − Fam. et arg. Écouler une marchandise (généralement pour un prix modique). Synon. liquider, bazarder.Moi, je carotte froidement des volumes, sous prétexte de service de presse supplémentaire, et je les lave chez Gougy (Colette, Cl. ménage,1902, pp. 135-136):
15. À dix-sept ans, (...) il s'était trouvé sur le pavé de Paris, sans autre ressource que l'héritage de la bonne femme, d'horribles bouquins, (...) qu'il « lavait » sur les quais, au fur et à mesure de ses besoins les plus urgents. Coppée, Coupable,1897, p. 52.
Laver de l'argent volé. L'échanger au-dessous de sa valeur.
Part. passé à valeur adj. Synon. nettoyé.− Est-ce qu'il te reste un Paris-soir? − Tout vendu, tout lavé (Arnoux, Paris,1939, p. 36).
REM.
Laviller, verbe trans.,hapax, région. Laver (quelque chose). Dorothée (...) regagna son village. Mais elle fit dès lors état de ce séjour. « C'est moi que j'étais celle qui lavillait les abbés! » disait-elle en gonflant le cou, parce qu'on l'avait prise une fois pour laver les aubes et les surplis de la cure (Pourrat, Gaspard,1922, p. 167).
Prononc. et Orth. : [lave], (il) lave [la:v]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. I. 1. Fin xes. « nettoyer avec de l'eau (une partie du corps) » (La Passion, éd. D'A. S. Avalle, 92); fig. ca 1500 laver la tête de qqn « le réprimander » (Ph. de Commynes, Mémoires, éd. Calmette, III, 253); 2. fin xes. allus. biblique laver ses mains (La Passion, 237); fig. ca 1180 « dégager sa responsabilité » (Hue de Rotelande, Ipomedon, éd. A. J. Holden, 8947); 3. ca 1165 se laver (Benoit, Roman de Troie, 2016 ds T.-L.); 4. 1remoitié xiies. p. métaph. « purifier » (Psautier d'Oxford, 57, 10, ibid.); début xiiies. par confession lavé (Gerbert de Montreuil, La Continuation de Perceval, éd. M. Williams, 202); 5. 1170 « nettoyer (une plaie) » (Benoit de Sainte-Maure, Roman de Troie, éd. L. Constans, 10250); 6. 1176-81 « débarrasser (quelqu'un) de ses souillures » (Chretien de Troyes, Chevalier à la Charrette, éd. M. Roques, 4388). II. 1. 1485 « enlever la saleté d'un objet » laver les tasses (Mystère du Viel Testament, éd. J. Rothschild, 40410); 1579 escuelles à laver (Larivey, Jaloux, IV, 2 ds IGLF); 1690 laver la lescive (Fur.); d'où 2. 1690 pierre à laver « évier » (ibid.); 3. technol. 1576 peint. (Inventaire Ducs de Lorraine, 219 ds IGLF : Ung refreschissoir lavé de couleur); 1663 terme de chim. (Glaser, Chimie ds Trév. 1721 : C'est ôter par le moyen de l'eau les impuretes grossières de quelque mixte); 1676 terme de charpent. (Félibien, p. 631); 1680 laver les laines (Rich.); 1712 terme d'orfèvr. (M. Cramer, Dict. fr.-all., t. 2); 4. 1748 « dépenser » (Caylus, L'Histoire de Guillaume Cocher, 25 ds Brunot t. 7, p. 1216); 1794 « vendre » (Let. de Combaud fils, 25 flor. an II, ibid., t. 10, p. 292, no3). Du lat. lavare. Fréq. abs. littér. : 2 984. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 2 759, b) 4 706; xxes. : a) 5 589, b) 4 444. Bbg. Chautard Vie étrange arg. 1931, p. 653. - De Kock (J.). À propos de deux descriptions de la forme pronom. du verbe en fr. Orbis. 1971, t. 20, no1, pp. 22-23.

Laver : définition du Wiktionnaire

Verbe

laver \la.ve\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Nettoyer avec de l’eau, pure ou additionnée de savon ou de lessive, ou, avec tout autre liquide.
    • Il poussait ma porte, et je le voyais tout gris, tout chauve, en manches de chemise, le cou nu, qui se lavait la figure dans la cuvette. — (Erckmann-Chatrian, Histoire d’un conscrit de 1813, J. Hetzel, 1864)
    • Moi, des micropes (sic), j’en ai pas. Je sais même pas comment ça se dit en patois ! Je me lave que le dimanche, comme tout le monde ! Et même Baptistin dit que c’est pas naturel et que ça donne des maladies ! Et Mond de Parpaillouns, il s’est jamais lavé de sa vie, il a plus de septante, et regarde comme il est gaillard ! — (Marcel Pagnol, Le château de ma mère, 1958, collection Le Livre de Poche, pages 161-162)
    • Les betteraves, après avoir été lavées, sont découpées en cossettes très minces par un coupe-racines. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 144)
    • Arsène André avait commencé de laver quelques pommes de terres qu’il cuirait sans les peler - à la baïenne - à l’étouffée. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • On me lavait les cheveux avec du shampoing Dop. On l’achetait en berlingots. J’aimais bien. — (Béatrice Courraud, Non, je n’ai rien oublié, mes années 60, 2011, page 15)
  2. (En particulier) Enlever une tache, une salissure, au moyen d’un lavage ou en la frottant au moyen d’un produit chimique ou autre.
  3. (Figuré) Enlever, en parlant de choses qui flétrissent l’honneur, qui ternissent la réputation.
    • Le patron de Roscosmos, l’agence spatiale russe, caresse un rêve, celui d’envoyer des ­ astronautes russes laver l’affront de 1969, quand Neil Armstrong a posé pour la première fois le pied sur la Lune, « visitée » par la suite par onze autres astronautes, tous Américains, dans le cadre du programme Apollo. — (Isabelle Mandraud, La Lune, nouveau Graal de Roscosmos ?, Le Monde. Mis en ligne le 3 décembre 2018)
    • Yohanân se tient au bord du Jourdain et lave de leurs péchés les hommes qui viennent le voir en leur mettant la tête sous l'eau. — (Eric-Emmanuel Schmitt, L'Évangile selon Pilate, Albin Michel, 2000, Prologue)
  4. (Figuré) Débarrasser.
    • Son visage était comme lavé de toute expression. — (Antoine de Saint-Exupéry, Pilote de guerre, II, 1942)
  5. (Arts) Ombrer, colorier un dessin en étendant sur les différentes parties une ou plusieurs teintes d’encre de Chine, de bistre ou d’autre couleur délayée dans de l’eau de gomme.
    • Laver un dessin sur un trait au crayon, à l’encre, à la plume. - Laver, dans un plan, les masses de construction en rouge et les masses de verdure en vert.
  6. (Figuré) Vendre ou revendre, généralement à perte, quelque chose dont on veut se débarrasser.
    • Cependant, j’ai là quelques bouquins que vous pourriez aller laver. — (Henry Murger, Scènes de la vie de bohème)
    • Un poëme ? — Merci, mais j’ai lavé ma lyre. — (Tristan Corbière, « Ça », in Les Amours jaunes, 1873)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Laver : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

LAVER. v. tr.
Nettoyer avec de l'eau, ou avec quelque autre liquide. Laver du linge. Laver la lessive. Laver la vaisselle. Se laver le visage, les mains, les pieds, la bouche. Par analogie, La pluie a bien lavé les rues. Pierre à laver. Voyez ÉVIER. Par analogie, Ce fleuve lave les murs de la ville, Il passe auprès des murs, au pied des murs de la ville, il les baigne. Fig. et fam., Laver la tête à quelqu'un, Lui faire une sévère réprimande. Prov. et fig., À laver la tête d'un âne on perd sa lessive. Voyez ÂNE. Par analogie, Laver une tache, L'enlever au moyen d'un lavage ou en la frottant au moyen d'un produit chimique ou autre. On dit dans le même sens Laver un livre, les feuillets d'un livre, Les tremper dans une eau chargée d'acide chlorhydrique pour en ôter les taches. Laver une tache, laver quelqu'un d'une tache, se dit figurément en parlant de Choses qui flétrissent l'honneur, qui ternissent la réputation. Rien ne peut laver cette tache. C'est une tache dont rien ne peut le laver, dont il ne se lavera jamais. Fig. et fam., Je m'en lave les mains, se dit pour faire entendre qu'on ne veut point prendre ou qu'on n'a point pris de part à une affaire, et qu'on ne doit pas être responsable des suites. Fig., Laver ses péchés avec ses larmes, Pleurer ses péchés. Se laver d'un crime, S'en purger, s'en justifier. Fig., Laver une injure, un outrage dans le sang de quelqu'un, Se venger de quelque insulte flétrissante en tuant ou blessant celui de qui on l'a reçue. En termes d'Arts, Laver du papier, Le tremper dans une eau chargée d'alun pour lui donner plus de consistance et l'empêcher de boire. En termes de Beaux-Arts, Laver un dessin, Ombrer, colorier un dessin en étendant sur les différentes parties une ou plusieurs teintes d'encre de Chine, de bistre ou d'autre couleur délayée dans de l'eau de gomme. Laver un dessin sur un trait au crayon, à l'encre, à la plume. Laver, dans un plan, les masses de construction en rouge et les masses de verdure en vert. Adjectivement, Couleur lavée, Couleur faible et déchargée. Par analogie, Cheval de poil bai lavé, Cheval de poil bai clair.

Laver : définition du Littré (1872-1877)

LAVER (la-vé) v. a.
  • 1Nettoyer avec de l'eau ou avec quelque autre liquide. Laver le plancher. Il [Jésus] commença à laver les pieds de ses disciples, et à les essuyer avec le linge qu'il avait autour de lui, Sacy, Bible, Év. St Jean, XIII, 5. L'onde tiède, on lava les pieds des voyageurs, La Fontaine, Philém. et Bauc. Le déluge lava le monde, le renouvela et fut l'image du baptême, Bossuet, Élévat. sur myst. VIII, 5. Et qu'un sang pur par mes mains épanché Lave jusques au marbre où ses pas ont touché, Racine, Athal. II, 8.

    Se laver les mains, nettoyer ses mains avec de l'eau. Se lavant les mains devant le peuple, il [Pilate] leur dit : je suis innocent du sang de ce juste, ce sera à vous à en répondre, Sacy, Bible, Évang. St Math. XXVII, 24.

    Fig. et familièrement. Se laver les mains d'une chose, déclarer qu'on n'en veut pas être responsable ; locution tirée de l'acte de Ponce-Pilate. Ma foi, monsieur, si Scapin vous fourbe, je m'en lave les mains et vous assure que je n'y trempe en aucune façon, Molière, Scapin, III, 6. Je vous en donne avis et en lave mes mains, Sévigné, 22 sept. 1687.

    Fig. et familièrement. Laver la tête à quelqu'un, lui faire une sévère réprimande. [Neptune] Après avoir lavé la tête Aux vents auteurs de la tempête, Scarron, Virg. I. Le roi envoya chercher Pontchartrain, et lui commanda de laver rudement la tête à son parent, Saint-Simon, 24, 26. Ah ! mon oncle, parbleu ! je vous trouve à propos Pour vous laver la tête et vous dire en deux mots…, Regnard, le Distrait, III, 2.

    On disait dans le même sens en parlant d'une femme : laver la cornette. Ce qu'il avait à faire n'était autre chose que d'avoir le plaisir de lui laver sa cornette, Sévigné, 27 fév. 1671.

    Fig. et dans le style élevé et poétique. Laver ses mains, ses bras dans le sang, tuer beaucoup de personnes. Il vous faudra… Soutenir vos rigueurs par d'autres cruautés, Et laver dans le sang vos bras ensanglantés, Racine, Brit. IV, 3.

  • 2 Absolument. Laver, se laver les mains avant le repas. On lava et on se mit à table. Tout le monde au son d'une cloche Dans une salle se trouva ; Énée avec Didon lava, Scarron, Virg. I. Quand il [Monsieur] était au dîner du roi, il remplissait et égayait fort la conversation ; là, quoique à table, il donnait la serviette au roi en s'y mettant et en sortant… il y lavait, Saint-Simon, 417, 9.

    Donner à laver à quelqu'un, lui présenter de l'eau et un linge, quand il va se mettre à table, afin qu'il se lave les mains. L'électeur de Brandebourg donna à laver à l'empereur et à l'impératrice, Voltaire, Mœurs, 70. On parfume l'hôte, on lui donne à laver dans des aiguières d'or et d'argent, Chateaubriand, Génie, II, VI, 3.

    Pierre à laver, pierre en forme de table, dont la surface est légèrement inclinée et sur laquelle on lave la vaisselle, les formes d'imprimerie, etc.

  • 3 Terme de chimie. Ôter par le moyen de l'eau les impuretés grossières de quelque mixte.

    Terme de monnoyeur. Laver au plat, laver les cendres et les balayures pour en retirer les parcelles d'or et d'argent.

  • 4Laver un livre, les feuillets d'un livre, une estampe, les tremper dans une eau chargée d'acide chlorhydrique, pour en ôter les taches.

    Laver du papier, le tremper dans une eau chargée d'alun, pour lui donner plus de consistance et l'empêcher de boire.

    Laver la laine à dos, nettoyer la laine d'un mouton avant de le tondre.

  • 5Laver les couleurs, les faire tremper et délayer dans l'eau, afin que, la couleur se précipitant au fond, on puisse ôter les saletés qui s'amassent au-dessus de l'eau.

    En termes de peinture, laver c'est coucher les couleurs à plat, sans les pointiller.

    En termes de dessinateur, laver, c'est étendre sur un dessin une ou plusieurs teintes d'encre de Chine, de bistre ou d'autre couleur. Laver un dessin sur un trait à l'encre, au crayon. Laver, dans un plan, les masses de constructions en rouge, et les masses de verdure en vert.

  • 6En parlant d'un fleuve, ou de la mer, baigner, passer auprès. Toutes les plaines… Que l'Inde et l'Euphrate lavent, Malherbe, II, 4. Et jusqu'au pied des murs que la mer vient laver, Racine, Baj. V, 11. La Tamise lave les bords du vaste et peu magnifique palais des rois de la Grande-Bretagne, Hamilton, Gramm. 7.
  • 7 Fig. Effacer, avec un nom de chose pour régime, comme par une eau qui enlève une tache. Mais, pour en recevoir le sacré caractère Qui lave nos forfaits dans une eau salutaire, Corneille, Poly. I, 1. Après avoir lavé ces taches que le péché laisse en nous, Fléchier, Lam. Dans le sang ennemi tu peux laver ton crime, Racine, Alex. IV, 3. Tout mon sang doit laver une tache si noire, Racine, Mithr. III, 1. Le bain sacré de la pénitence où il venait laver les souillures de son âme, Massillon, Or. fun. Villars. C'est ici la montagne où, lavant nos forfaits, Il [Jésus] voulut expirer sous les coups de l'impie, Voltaire, Zaïre, II, 3. Lavons, mon cher Brutus, l'opprobre de la terre ; Vengeons ce Capitole au défaut du tonnerre, Voltaire, M. de Cés. II, 4.

    Laver ses péchés avec ses larmes, pleurer ses péchés.

    Purifier, justifier, avec un nom de personne pour régime. Cette âme que vous venez de laver dans les eaux du jubilé, Sévigné, 269. En deux prédications de saint Pierre huit mille Juifs se convertissent, et, pleurant leur erreur, ils sont lavés dans le sang [de Jésus-Christ] qu'ils avaient versé, Bossuet, Hist. II, 7. Il [le baptême] ne nous marque que notre entrée dans l'Église, et nous lave de nos péchés, Bossuet, Euchar. II, 6. Peut-être ferez-vous un jour quelque action d'éclat qui vous lavera de tout soupçon, Maintenon, Lett. au card. de Noailles, 13 oct. 1698. Laissez-moi nous laver l'un et l'autre Du crime que sa vie a jeté sur la nôtre, Racine, Bajaz. IV, 6. Le sang coule sur l'autel pour vous laver de vos souillures, Massillon, Carême, Temples.

  • 8Punir, venger. Il m'a rendu l'honneur, il a lavé ma honte, Corneille, Cid, II, 9. Avant ce jour fini, ces mains, ces propres mains Laveront dans son sang la honte des Romains, Corneille, Hor. III, 6. Laissez-moi m'assouvir dans mon courroux extrême, Et laver mon affront au sang d'un scélérat, Molière, Amph. III, 5. Il expire ; et nos Grecs irrités Ont lavé dans son sang ses infidélités, Racine, Androm. V, 3.

    Laver une injure, un outrage dans le sang, se battre avec quelqu'un qui nous a grièvement offensés, le tuer, le blesser. Ce n'est que dans le sang qu'on lave un tel outrage, Corneille, Cid, I, 8.

  • 9 Terme de charpenterie. Ôter avec la besaiguë les traits de scie et les rencontres d'une pièce de bois de sciage, pour la dresser et l'aviver.
  • 10Dans une espèce d'argot du jour, laver se dit pour vendre, dépenser. Il a lavé sa montre. Vous avez pour quarante francs de loges et de billets à vendre, et pour soixante francs de livres à laver au journal, Honoré de Balzac, Un grand homme de province à Paris, t. II, p. 47, dans FR. MICHEL, Argot.
  • 11Se laver, v. réfl. Se nettoyer avec l'eau. Ils se lavaient trois fois par jour, tandis que les Portugais ne se lavent qu'une fois par semaine, Voltaire, Philos. Serm. Rabbin Akib.

    Particulièrement. Nettoyer ses mains. Le sommelier en hâte est sorti de la cave ; Déjà monsieur le maître et son monde se lave, Régnier, Sat. VI.

  • 12 Fig. Se purifier, se justifier. Et ne te souille pas au lieu de te laver, Mairet, Sophon. I, 1. J'ai bien voulu chez vous leur faire compagnie, Pour vous voir vous laver de cette calomnie, Molière, Mis. V, 4. L'hérésie a beau se laver de cet opprobre, Massillon, Pet. carême, Respect. Pouvez-vous vous laver d'un procédé si malhonnête ? Dancourt, Chev. à la mode, V, 6. Plus il [Lally] s'obstinait à vouloir se laver à leurs dépens [les officiers ses subordonnés], plus il se noircissait, Voltaire, Louis XV, 34.

    Être effacé, en parlant des souillures morales. Si mon crime par là se peut enfin laver, Corneille, Cid, V, 7. Une injure répondue à une injure ne suffit point ; cela ne peut se laver, s'effacer que par le sang de votre ennemi ou le vôtre, Marivaux, Double inconst. III, 4.

PROVERBES

Une main lave l'autre, c'est-à-dire les parents, les associés se secourent, se défendent.

À laver la tête d'un âne, d'un More, on perd sa lessive, c'est-à-dire on perd les peines qu'on prend en voulant instruire une personne obstinée, indocile, stupide, ou en voulant lui faire entendre raison.

HISTORIQUE

XIe s. [Les corps] Bien sont lavez de piment et de vin, Ch. de Rol. CCX.

XIIe s. Quant fu fais li services [divin], si sont alé laver, Sax. XII. Icel sanc de pechié covint par sanc laver ; Pur relever le chief covint le chief doner, Th. le mart. 149.

XIIIe s. Li aver [les avares] Qui ne vuelent lor cuer laver De la grant ardure et du vice à la convoiteuse avarice, la Rose, 4822. Pour nient [je] soffri ennui en cest siecle, et lavé mes mains entre les innocenz, Psautier, f° 86. Il me demanda si je lavoie les piez aus poures le jour du grant jeudi, Joinville, 194.

XVe s. Le roy, combien que cest offre ne luy plaisoit gueres, se prinst à laver [on était à dîner], sans trop respondre à propos, Commines, IV, 10. Et luy dictes [au roi] qu'il m'a bien fait laver ici par son chancelier, mais que, avant qu'il soit ung an, il s'en repentira, Commines, I, 1.

XVIe s. Il entroit plusieurs fois le jour dedans le baing pour se laver et nettoyer, Amyot, Sylla, 73. L'armée roiale commença dès le point du jour à laver [nettoyer] les logis, et dans neuf heures les liguez en perdirent trois, au dernier desquels demeura sur la place plus de 800 hommes, D'Aubigné, Hist. III, 266. À main lavée Dieu mande la repeue, Cotgrave En vaisseau mal lavé ne peut on vin garder, Cotgrave Pour laver ses mains on ne vend pas sa terre, Cotgrave Me suis trouvé avec des damoiselles qui se lavoient la gorge des baguenauderies que leur avoient ramagé leurs aimez courtisans, Contes de Cholières, f° 220, dans LACURNE. Les pauvres femmes sont abusées et deshonorées du monde ; et, qui plus est, vous vous en vantez, et lavez vostre bouche de nous comme de vieilles charognes trouvées sur les fumiers, Nuits de Straparole, t. I, p. 405, dans LACURNE.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

LAVER. Ajoutez : - REM. On dit populairement : laver à quelqu'un la tête avec du plomb, le tuer d'un coup de fusil ou de pistolet. Voici une phrase qui explique cette locution : Il ne faut plus se le dissimuler, les aristocrates sont comme les bouteilles, il faut du plomb pour les nettoyer, le P. Duchêne, 255e lettre, p. 2.. On sait qu'on se sert de grains de plomb pour nettoyer les bouteilles.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Laver : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

LAVER, v. act. (Gram.) ce verbe désigne l’action de nettoyer avec un fluide ; mais il a d’autres acceptions, dont nous allons donner quelques-unes.

Laver, en terme de Boyaudier, c’est démêler les boyaux sortant de la boucherie les uns d’avec les autres : quand on sait la maniere dont les bouchers arrachent ces boyaux du ventre de l’animal, cette opération n’a rien de difficile.

Laver, (Draperie.) voyez l’article Manufacture en Laine.

Laver, en terme d’Epinglier, c’est ôter dans une seconde eau le reste de la gravelle qui s’étoit attachée aux épingles dans le blanchissage. Le baquet est suspendu à deux crochets, & l’ouvrier le remue comme on feroit un crible à froment. Voyez les Planches de l’Epinglier.

Laver les Formes dans l’Imprimerie : on est obligé de laver les formes ; pour cet effet, on les porte au baquet, on verse dessus une quantité de lessive capable de les y cacher, on les y brosse dans toute leur étendue ; après quoi, on les rince à l’eau nette : cette fonction essentielle se doit faire avant de mettre les formes sous la presse, quand le tirage en est fini & tous les soirs en quittant l’ouvrage. Voyez Lessive, Baquet.

Laver au Plat, (à la Monnoie.) c’est séparer par plusieurs lotions les parties les plus fortes de métal qui se trouve au fond des plateaux, que l’on apperçoit facilement à l’œil, & qui peuvent se retirer à la main sans y employer d’autre industrie.

Laver, (Peinture.) c’est passer avec un pinceau de l’encre de la Chine délayée dans de l’eau, ou une autre couleur délayée dans de l’eau gommée, sur des objets dessinés au crayon, ou à la plume sur du papier ou sur du vélin. Lorsqu’on lave à l’encre de la Chine, ou avec une couleur seulement, la blancheur du papier ou vélin fait les lumieres ou rehauts, & les ombres perdent insensiblement de leur force en approchant des lumieres suivant qu’on met plus ou moins d’eau dans l’encre, ou couleur qu’on y emploie. Et lorsqu’on lave sur du papier coloré, l’on rehausse avec du blanc pareillement délayé dans de l’eau gommée. L’on lave quelquefois aussi les desseins ou plans, de coloris, c’est-à-dire, en donnant à chaque objet la couleur qui lui convient, autant que cette façon de peindre peut se comporter, & alors on peut se servir généralement de toutes les couleurs dont usent les Peintres, en observant néanmoins qu’elles doivent être délayées dans de l’eau gommée, presque aussi liquides que l’eau même. Les fossés remplis d’eau se lavent d’un bleu clair, les briques & les toiles d’une couleur rougeâtre, les murailles d’un gris un peu jaune, les chemins d’un gris roussâtre, les arbres & les gazons de verd, &c.

L’on dit laver à l’encre de la Chine, desseins, plans, laver de brun, de rouge, de bistre, &c.

Laver, en terme de Plumassier, c’est rinser les plumes dans de l’eau nette après les avoir savonnées.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « laver »

Étymologie de laver - Littré

Bourguig. laivai ; provenç. et espagn. lavar ; ital. lavare ; du lat. lavare ; comparez le grec λούειν ; la racine est lu, qu'on retrouve dans luere, et qui reçoit un gouna dans λούω.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de laver - Wiktionnaire

Du latin lavare (« laver »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « laver »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
laver lave play_arrow

Conjugaison du verbe « laver »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe laver

Citations contenant le mot « laver »

  • Alors que les soldes d'été ont débuté mercredi 15 juillet, on vous explique pourquoi il faut être patient et laver vos vêtements neufs avant de les porter. En effet, mettre des vêtements neufs sans les laver au préalable présente des risques. Ainsi, les fashion victims ne sont pas victimes que de la mode, elles risquent aussi d’être victimes d’allergies et d’irritations cutanées. En cause, le Nickel, le Chrome 6 ou la Benzidine présents dans les vêtements neufs.  RTL.fr, Soldes 2020 : pourquoi faut-il toujours laver vos vêtements neufs avant de les porter ?
  • Le Rapport contient des informations complètes sur les principaux acteurs du marché Machine à laver automatique de voiture à travers le monde. En outre, il fournit leur part de marché par diverses régions, avec l’introduction de l’entreprise et du produit, et sa position sur le marché Machine à laver automatique de voiture. De plus, le Rapport tient compte de leurs stratégies de marketing ainsi que des développements clés récents ainsi que de l’aperçu général de l’entreprise. En plus de cela, le Rapport intègre les facteurs moteurs de la croissance du marché et les contraintes de ce marché. Instant Interview, Marché mondial des machines à laver les voitures automatiques 2020 – Car Wash Concepts, Inc, Coleman Hanna, Prestige Car Wash Equipment, Carolina Pride Carwash – Instant Interview
  • Les études sont reçues pour les spécialistes des rapports primaires et développés et impliquent des détails qualitatifs et quantitatifs. L’analyse est dérivée Les fabricants spécialisés opèrent jour et nuit pour comprendre les circonstances actuelles consistant en COVID 19, un renversement monétaire possible, l’impact d’un ralentissement de l’entreprise, l’importance du défi sur l’exportation et l’importation, et tous les autres éléments qui peuvent croître ou ralentir la croissance du marché au cours de la période de prévision. Le rapport d’études couvre les développements qui peuvent être actuellement présentés par le biais des principales agences au sein du marché Machine a laver ainsi que l’appropriation des dernières technologies. Ce rapport d’évaluation estime le taux d’expansion du marché et le taux de l’industrie sur la base d’éléments stimulant la croissance, de la dynamique du marché et d’autres données connexes. INFO DU CONTINENT, Machine a laver Marche analyse de la demande, production and Defis futurs|AB Electrolux (publ), Alliance Laundry Systems LLC, Fisher & Paykel Appliances Limited (Haier Group Corporation) - INFO DU CONTINENT
  • Le segment des services publics est principalement stimulé par laugmentation des incitations financières et des soutiens réglementaires des gouvernements à léchelle mondiale. Les denrées Machine à laver les fruits et légumes actuelles sont principalement affectées par la pandémie de COVID-19. La plupart des projets en Chine, aux États-Unis, en Allemagne et en Corée du Sud sont retardés, et les entreprises sont confrontées à des problèmes opérationnels à court terme en raison des contraintes de la chaîne dapprovisionnement et du manque daccès au site en raison de lépidémie de COVID-19. LAsie-Pacifique devrait être fortement affectée par la propagation du COVID-19 en raison de leffet de la pandémie en Chine, au Japon et en Inde. La Chine est le centre épique de cette maladie mortelle. La Chine est un pays majeur en termes dindustrie chimique. Thesneaklife, Marché mondial des Machine à laver les fruits et légumes 2020, principaux acteurs clés | Midea, Ltian, Ruizhi – Thesneaklife
  • Depuis le 13 juillet, il est possible de laver sa voiture sans utiliser une seule goutte d’eau. CosmétiCar, leader en matière de lavage de voitures sans eau, vient d’ouvrir sa première agence dans la Sarthe. Elle se situe au Mans.  , Sarthe. Laver sa voiture sans eau c'est possible | Les Nouvelles de Sablé
  • Le Rapport contient des informations complètes sur les principaux acteurs du marché Machines à laver à travers le monde. En outre, il fournit leur part de marché par diverses régions, avec l’introduction de l’entreprise et du produit, et sa position sur le marché Machines à laver. De plus, le Rapport tient compte de leurs stratégies de marketing ainsi que des développements clés récents ainsi que de l’aperçu général de l’entreprise. En plus de cela, le Rapport intègre les facteurs moteurs de la croissance du marché et les contraintes de ce marché. Instant Interview, Marché mondial des machines à laver 2020 – Haier, Whirlpool, LG, Midea, Electrolux – Instant Interview
  • Obliger les hommes à se laver et ne point leur donner de serviettes, toute l’ânerie militaire est là. De Georges Courteline / Le Capitaine Marjavel
  • Balancer un pet c'est moins sale que de voir les gens se laver les dents. De Jacques Dutronc
  • Il vaut mieux se laver les dents dans un verre à pied que les pieds dans un verre à dents. De Pierre Dac
  • Les célibataires sentent mauvais car ils n’ont pas de femme pour leur dire de se laver. De Frédéric Beigbeder / Nouvelles sous ecstasy
  • Toute l'eau de la mer ne suffirait pas à laver une tache de sang intellectuelle. De Lautréamont / Poésies I
  • Si on veut faire un geste symbolique, il ne faut pas brûler le drapeau, mais le laver. De Norman Thomas
  • Elle sentait distinctement et décidément le savon. Au diable. Autant coucher avec une machine à laver. De Boris Vian / Les Morts ont tous la même peau
  • Une seule main lavée ne peut être propre, on doit laver les deux ensemble. De Proverbe banen
  • L’eau arrive à laver beaucoup de choses, mais pas une mauvaise langue. De Proverbe serbo-croate
  • A laver la tête d’un âne, l’on n’y perd sa lessive. De Proverbe français
  • Quand tu veux te laver, prépare d’abord la serviette pour t’essuyer. De Jérôme Cardan / Ma vie
  • A laver la tête d'un âne, l'on y perd sa lessive. De Jean II Le Bon
  • On peut laver sa robe et non sa conscience. De Proverbe persan
  • Il faut laver son linge sale en famille. De Proverbe français

Images d'illustration du mot « laver »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « laver »

Langue Traduction
Corse lavare
Basque garbiketa
Japonais 洗う
Russe мыть
Portugais lavar
Arabe غسل
Chinois
Allemand waschen
Italien lavare
Espagnol lavar
Anglais wash
Source : Google Translate API

Synonymes de « laver »

Source : synonymes de laver sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « laver »


Mots similaires