La langue française

Calomnier

Sommaire

  • Définitions du mot calomnier
  • Étymologie de « calomnier »
  • Phonétique de « calomnier »
  • Évolution historique de l’usage du mot « calomnier »
  • Citations contenant le mot « calomnier »
  • Traductions du mot « calomnier »
  • Synonymes de « calomnier »
  • Antonymes de « calomnier »

Définitions du mot calomnier

Trésor de la Langue Française informatisé

CALOMNIER, verbe trans.

Jeter volontairement le discrédit sur quelqu'un ou quelque chose, en faisant courir sur son compte, par esprit de malveillance, des accusations graves et inventées de toutes pièces. Synon. noircir :
1. J'avais presque frayeur des instincts bonapartistes qui se réveillaient en moi quand j'entendais maudire, conspuer, calomnier et avilir tout ce que j'avais vu respecter et redouter la veille. G. Sand, Histoire de ma vie,t. 2, 1855, p. 461.
2. ... il y avait déjà un gouvernement où l'on ne voulait que des esclaves. Nous dénigrer, nous accuser, nous calomnier, nous mettre en prison; nous enlever nos novices, nos postulantes, nos pensionnaires, les enfants de nos écoles, en nous interdisant d'en recevoir d'autres; le tout avec un éclat et un scandale affreux. Montherlant, Port-Royal,1954, p. 978.
SYNT. Calomnier son prochain, son voisin; calomnier une cause, l'innocence, la vertu; calomnier bêtement, indignement, perfidement, avec rage.
Emploi abs. :
3. La diffamation n'est pas la calomnie. Si calomnier, c'est attaquer la réputation et l'honneur de quelqu'un par des imputations graves, que, de plus, on sait fausses, diffamer c'est, surtout, reprocher à quelqu'un un fait vrai mais infamant. G. et H. Coston, L'A.B.C. du journ.,1952, p. 135.
Emploi pronom. réfl. Se rabaisser soi-même par ses propos. Quel amusement de malice ai-je pu prendre à me calomnier ainsi? Me pardonnerez-vous? (Zola, Le Rêve,1888, p. 109).
Rem. On rencontre ds la docum. le part. prés. adjectivé, rare calomniant. Un pamphlet (...), stupide, calomniant, baveux (Flaubert, Correspondance, 1853, p. 348).
Prononc. et Orth. : [kalɔmnje], (je) calomnie [kalɔmni]. Pour le son de passage entre [m] et [n], pour le groupe [mn] cf. calomnie. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1375 calumpnier « dénigrer qqn par des calomnies » (N. Oresme, Le livre du Ciel et du monde, 203b 11-13 ds Mediaeval Studies, t. 5, 1943, p. 298); 1541 calomnier qqc. « id. » (Calv., Lett., t. II, p. 21 ds Gdf. Compl.); 1555 « déprécier qqn, qqc. » (P. Belon, Nature des oyseaux, 345 ds R. Philol. fr., t. 43, 1931, p. 182). Empr. au lat. class. calumniari « intenter de fausses accusations devant les tribunaux » d'où plus gén. « accuser faussement ». Fréq. abs. littér. : 306. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 786, b) 459; xxes. : a) 261, b) 233.
DÉR.
Calomniable, adj.Qui peut être calomnié. Pour les Machiavel et autres génies de la même force, (...), je serai toujours calomniable (Stendhal, Journal,1811, p. 297).Attesté ds Littré, Lar. 19eet 20e, Guérin 1892, Quillet 1965. Seule transcr. ds Littré : ka-lo-mni-a-bl'-. Cf. calomnie. 1reattest. xves. « qui calomnie, calomnieux » (Proc. de J. Cuer, Ars. 2469, fo86 vods Gdf.), attest. isolée; repris au xixes. : 1811, 10 août « que l'on peut calomnier », supra; de calomnier, suff. -able*, plutôt que reprise du lat. médiév. calumniabilis, viies., Braulion, [évêque de Saragosse ✝ 651], Isid. epist., 12, 1 ds TLL s.v., 189, 31.

Wiktionnaire

Verbe

calomnier \ka.lɔm.nje\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Attaquer, blesser quelqu’un par des calomnies.
    • Qu’il avoue avoir calomnié la comtesse Ludwig de Godesberg, et je le laisse libre d’aller faire pénitence où il voudra. — (Alexandre Dumas, Othon l’archer, 1839)
    • Il aurait été exclu du groupe de Tiflis pour en avoir calomnié certains membres afin d'acquérir lui-même plus d'autorité. — (Victor Serge, Portrait de Staline, 1940)
  2. Divulguer des informations mensongères sur une personne dans l'intention de lui nuire.
    • Si les pièces qu'on y insère n'ont pas toutes le même mérite, au moins est-on sûr de n'y jamais rencontrer de ces fades et plattes rimailles qui, tant de fois on servi de prétexte à calomnier la Poésie. — (Journal de Paris, n°1, 1er janvier 1777, p. 1)
    • Haï, Épicure le fut et le sera parce qu'il est un des héros de l'humanité. […]. Et si, à sa suite, l'ensemble de l’épicurisme fut maudit, et calomnié comme libertinage dévergondé, c'est parce qu'il guérit de la peur dont tout pouvoir, religieux ou politique, a besoin ! — (Robert Redeker, Les épicuriens, professeurs de liberté, dans Marianne du 5 au 11 février 2011, p.72-73)
    • (Absolument) Se plaire à mentir et à calomnier.
  3. Dégrader, déqualifier la perception, ne pas rendre honneur.
    • Puis l’idée me vint que cet homme était vêtu de cotonnade bleue, alors qu’un sauvage eût été nu, et d’après ce que j’essayai de me persuader qu’il était probablement d’un caractère très pacifique et que la morne férocité de son aspect le calomniait. — (H. G. Welles, L’Île du docteur Moreau, 1896 ; traduit de l’anglais par Henry Durand-Davray, 1901, p. 58)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CALOMNIER. v. tr.
Attaquer, blesser quelqu'un par des calomnies. Les méchants sont enclins à calomnier les gens de bien. On l'a indignement calomnié. Il se dit aussi en parlant des Actions, des intentions, etc. On a calomnié ses intentions, sa conduite. Il se prend aussi absolument. Se plaire à mentir et à calomnier.

Littré (1872-1877)

CALOMNIER (ka-lo-mni-é) v. a.
  • 1Employer la calomnie. On l'a indignement calomnié. On calomniera vos intentions. … Justifiez-vous sans le calomnier, Corneille, Mort de P. III, 2. Si l'on calomniait sa mémoire innocente, Que feriez-vous ? Briffault, Ninus II, I, 1. La reine de Suède disait que la gloire d'un souverain consiste à être calomnié pour avoir fait du bien, Voltaire, Lettr. Rochefort, décembre 1771.

    Absolument. Il ne parle que pour calomnier.

    Familièrement. Calomnier à dire d'experts, calomnier sans retenue.

  • 2Se calomnier, v. réfl. Dire du mal de soi, se faire plus mauvais qu'on n'est.

REMARQUE

Corneille a dit calomnier de : Et Sévère aussitôt courant à la vengeance M'irait calomnier de quelque intelligence…, Corneille, Poly. V, 1. ; Et Molière, calomnier à : Vous osez sur Célie attacher vos morsures Et lui calomnier la plus rare vertu Qui…, Molière, l'Étour. III, 4.

HISTORIQUE

XVe s. Or sçavoit il leur capsieuseté estre telle qu'ils calompnisoient ses dits, Histoire de la toison d'or, t. II, f° 129, dans LACURNE.

XVIe s. Servet nous calomnie que nous faisons deux fils de Dieu, en disant que…, Calvin, Inst. 372. Il alloit mesdisant d'eux, et calumniant tout ce qu'ilz faisoient, envers Tissaphernes, Amyot, Alc. 48. Ceux que l'on s'efforce de calonnier, Condé, Mémoires, p. 640.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « calomnier »

(1375) Emprunt savant au latin calumniari qui avait donné chalengier en ancien français → voir challenge et challenger empruntés à l’anglais.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Calumniari, de calumnia (voy. CALOMNIE) ; bourguig. calainge, cailinge, réprimande ; wallon, calengî, adresser un défi ; rouchi, calenger ; provenç. calonjar, disputer, calumpniar, réclamer, accuser ; anc. catal. calognar ; anc. espagn. calonjar ; espagn. mod. calumniar ; ital. calognare, calonniare. Calomnier a été refait sur le latin ; l'ancienne forme était chalenger, calenger, accuser, provoquer, défier.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « calomnier »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
calomnier kalɔmnje

Évolution historique de l’usage du mot « calomnier »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « calomnier »

  • Se calomnier soi-même est la grande tentation des âmes nobles. Jean Dutourd, L'Âme sensible, Gallimard
  • Qui sait flatter sait aussi calomnier. De Napoléon Bonaparte
  • Si nous ne parlons que pour calomnier ceux qui nous sont supérieurs, autant se taire. De Anne Brontë / La Dame du manoir de Wildfell Hall
  • Dans un langage des plus poétiques, Steeve Obeegadoo n’a pas manqué de lancer des pics à ses adversaires dès le début de son discours en comparant le député travailliste, Shakeel Mohamed, à un personnage de Shakespeare. Il a par la suite conclu sur ces notes : « Ils peuvent m’attaquer, me calomnier, attaquer le gouvernement, mais ils ne parviendront pas à leur fin ».  Le Defi Media Group, Obeegadoo : «Ils peuvent m’attaquer, me calomnier, attaquer le gouvernement, ils n’y parviendront pas»  | Defimedia
  • Le ministère de l’Intérieur croate a toujours rejeté ces allégations, accusant les personnes migrantes et demandeuses d’asile de calomnier la police croate dans le but d’accéder à l’Union européenne. , Croatie. Les poursuites engagées contre les policiers accusés d’avoir frappé des migrants annoncent la fin des pratiques cruelles à la frontière | Amnesty International
  • Les Etats-Unis n'ont pas le droit d'"abuser" des Nations Unies et de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) pour calomnier l'Iran, a déclaré jeudi le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif. , Le chef de la diplomatie iranienne accuse les Etats-Unis d'"abuser" des institutions internationales pour calomnier l'Iran
  • Regeneration, 6 juin 2020. Dans le texte, l’auteur passe en revue les actions de la sénatrice conservatrice Alejandra Reyes, montrant comment son objectif n’est pas de légiférer ou de débattre, mais de calomnier, précisément parce qu’ils manquent d’arguments, mais qu’ils sont présentés de manière sophistiquée et dans le cadre d’une campagne médiatique plus large en vu les élections de 2021. Breakingnews.fr, COVID-19 : Attaques contre Gatell, banalisation de la calomnie au Sénat
  • Le journalisme est le premier brouillon de l’histoire. Tandis que les révisionnistes, s’affairent à banaliser la vérité, à la falsifier, à l’ensevelir, à calomnier ceux qui la poursuivent, à les museler et, in extremis, à les supprimer, les journalistes captent les images, les sons, les odeurs impérissables du drame humain. , Journalisme : vocation ingrate, métier dangereux - Le journal du Gers
  • Nous avons pourtant 80 000 chômeurs de longue durée et 15 % de la population métropolitaine qui vit sous le seuil de pauvreté. Donc tout ce que la Métropole fait pour le développement économique, on le fait pour qui ? Nous en avons pour 20 ou 30 ans et des milliards d’euros pour régler le problème de congestion de la Part-Dieu, mais nous continuons à vouloir densifier le quartier. Nous n’avons pas prévu de nous opposer à l’installation d’entreprises. Nous créerons même de nouveaux clusters. Mes concurrents nous inventent des mesures que nous n’avons pas prévu sur les Vélos’V, la fête des Lumières ou le zoo du parc de la tête d’or. Nous sommes décroissants, mais sur la consommation d’énergie. Dans ma vie d’entrepreneur, j’ai toujours créé des richesses. Les gens confondent décroissance économique et préservation des ressources de la planète. Gérard Collomb et François-Noël Buffet qui se sont opposés pendant plusieurs mandats préfèrent parler de nous plutôt que du programme qu’ils n’ont pas construit. C’est plus facile de calomnier que de porter un projet. Lyon Capitale, Métropole de Lyon - Bruno Bernard : "Je ne crois pas au mythe de la croissance infinie"

Traductions du mot « calomnier »

Langue Traduction
Anglais slander
Espagnol calumniar
Italien calunniare
Allemand verleumden
Portugais difamar
Source : Google Translate API

Synonymes de « calomnier »

Source : synonymes de calomnier sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « calomnier »

Partager