Blanchir : définition de blanchir


Blanchir : définition du Wiktionnaire

Verbe

blanchir \blɑ̃.ʃiʁ\ transitif ou pronominal 2e groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se blanchir)

  1. Rendre blanc, couvrir d’une couche blanche.
    • Les élégantes composaient les rosés de leur teint à l’aide d’un vermillon habilement nuancé ; le kohl d’Égypte servait à faire ressortir l’éclat des yeux, la pierre ponce calcinée, à blanchir les dents. — (Émile Jonveaux, Curiosités de la toilette - La recherche de la beauté, dans « Musée des familles : lectures du soir »‎ - page 323, 1867)
    • Cette terrible histoire des Vaudois, dois-je en parler ou m’en taire ? En parler ? Elle est trop cruelle ; personne ne la racontera sans que la plume n’hésite, et que l’encre, en écrivant, ne blanchisse de larmes. — (Jules Michelet, Le prêtre, la femme, la famille, Paris : Chamerot, 1862 (8e éd.), p.23)
    • Un oratoire (msalla), simple mur en maçonnerie blanchi à la chaux, avait été construit à la hâte sur une colline voisine, toute blanche de pâquerettes. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 132)
  2. Action chimique pour qu’une matière reflète un blanc éclatant.
    • L’action de blanchir une matière lui permet d’acquérir la couleur blanche telle que nous la reconnaissons communément.
    • Le textile et le papier sont chimiquement blanchis pour éviter qu’ils soient jaunâtre.
    • Les détergents permettent de blanchir le carrelage.
  3. Laver, nettoyer les linges blancs.
    • Blanchir du linge.
    • Donner du linge à blanchir.
    • Blanchir quelqu’un, blanchir son linge.
    • Marthe était blanchisseuse et travaillait dans l’atelier où Blanche faisait son apprentissage. Comme elle le disait, on avait voulu que Blanche pût blanchir les autres. — (Charles-Louis Philippe, Bubu de Montparnasse, 1901, réédition Garnier-Flammarion, page 72)
  4. (Cuisine) Porter à ébullition une viande ou des légumes dans de l’eau salée, avant de les rafraîchir à l’eau froide et de les cuisiner autrement.
    • Si l’on blanchit trop ce chou , il se réduira en bouillie en le cuisant pour la table : et s’il ne l’est pas suffisamment, on ne pourra le cuire assez pour le rendre mangeable; l’expérience seule apprend le point juste ; […]. — (François Rozier, Cours complet d’agriculture ou Nouveau dictionnaire d’agriculture, Paris: ‎Pourrat Frères, 1834, vol.6, p.361)
  5. (Cuisine) Battre des jaunes d’œufs et du sucre pour les faire mousser.
    • Mélanger le sucre et les jaunes d’œufs, sans les blanchir, et ajouter le lait vanillé.
  6. (Figuré) Mettre hors de cause, disculper.
    • Il a été blanchi de tout soupçon dans le procès.
    • (Pronominal) Il est parvenu à se blanchir.
  7. (Figuré) Donner une existence légale à de l’argent issu d’une opération frauduleuse.
    • La plus grande banque privée de la confédération risque une pénalité représentant la moitié des sommes blanchies, soit 5 milliards d’euros, selon les calculs des juges d’instruction. — (Mathilde Damgé, Comment la France a raté le coche de la fin du secret bancaire suisse, Le Monde. Mis en ligne le 18 octobre 2018)
    • Un rapport d’Europol de juillet 2013 avait pointé du doigt les investissements de mafias italiennes dans des parcs éoliens pour blanchir leurs revenus illégaux et bénéficier des aides européennes. — (Assemblée nationale, Proposition de résolution n°1166 tendant à la création d’une commission d’enquête sur le coût économique, industriel et environnemental des énergies renouvelables, 13 juillet 2018 → lire en ligne)
  8. Dégrossir, ôter les inégalités les plus saillantes, donner la première façon.
    • Blanchir avec la lime une pièce forcée et dressée.
    • Blanchir à la meule une serpe, une houe, etc.
    • Blanchir la sole d’un cheval.
  9. (En particulier) (Menuiserie) Dresser le bois, éliminer au rabot les traces de sciage, les aspérités, etc.
    • Blanchir une planche en la rabotant.
    • (Plomberie) Déposer sur une pièce de plomb une mince couche d’étain.
  10. (Imprimerie) Ménager le plus possible de blancs, d’interlignes.
    • Blanchir une page.
  11. (Jardinage) Empêcher la photosynthèse.
    • Faire blanchir de la salade, la faire devenir blanche en liant ses feuilles quand elles sont encore vertes et en les couvrant avec de la terre ou du fumier.
  12. (Jargon des wikis) Effacer l’intégralité du contenu d’un article.
  13. (Intransitif) Devenir blanc.
    • Les vitres embuées mettaient une doublure de mousseline à la translucidité des rideaux de cretonne blanchissant avec la lumière levante. — (Louis Pergaud, La Vengeance du père Jourgeot, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Les cheveux blanchissent avec l’âge.
    • (Proverbial) Tête de fou ne blanchit jamais, parce qu’on croyait que ceux qui sont exempts de soucis ne blanchissent pas.
    • Cette toile ne blanchit qu’au moyen de substances chimiques.
    • Faire blanchir du fil, de la cire.
    • Le fer blanchit à un feu ardent.
    • Cette couleur jaune n’est pas solide, elle blanchit promptement.
  14. (Intransitif) (Vieilli) N'avoir aucun effet. « Se dit des coups de canon qui ne font qu'effleurer la muraille et y laissent une marque blanche. » (Furetière)
    • Mais une femme habile est bien une autre bête ;
      Notre sort ne dépend que de sa seule tête ;
      De ce qu'elle s'y met rien ne la fait gauchir
      Et nos enseignements ne font là que blanchir.
      — (Molière, L'École des femmes, 1662)
  15. (Par extension) Peiner en vain.
    • La marquise, bien qu'elle n'avouât que vingt-huit ans, pouvait avoir dépassé la trentaine [...]. De combien ? Personne n'eût su le dire, pas même la marquise, tant elle avait ingénieusement introduit la confusion dans cette chronologie. Les plus experts historiens en l'art de vérifier les dates n'y eussent fait que blanchir. — (Théophile Gautier, Le Capitaine Fracasse, 1863.)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Blanchir : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BLANCHIR. v. tr.
Rendre blanc. Cette pâte blanchit le teint, blanchit les mains. De l'opiat pour blanchir les dents. Blanchir des toiles, du fil, de la cire. En termes d'Imprimerie, Blanchir une page, Y ménager le plus possible des blancs, des interlignes. Il signifie particulièrement Couvrir, enduire d'une couleur blanche. Blanchir une muraille avec de la chaux. Blanchir un plafond. Blanchir une pièce de cuivre avec du mercure. Blanchir son habit. Se blanchir en s'appuyant contre une muraille. Il signifie aussi Nettoyer, rendre propre; et, dans ce sens, il se dit surtout en parlant du Linge de table et de corps, des rideaux, des draps de lit, etc. Blanchir du linge. Donner du linge à blanchir. Blanchir des chemises, une robe, des nappes, des mouchoirs de couleur, des rideaux, etc. C'est elle qui blanchit notre linge. Absolument, Elle sait coudre, blanchir et repasser. On dit aussi Blanchir quelqu'un, Blanchir son linge. C'est une telle qui nous blanchit. Fig. et fam., Blanchir quelqu'un, Le justifier, le faire paraître innocent de ce dont il était accusé. Il s'élevait des soupçons assez graves contre lui, mais ses amis sont venus à bout de le blanchir. Il est parvenu à se blanchir. Il signifie par extension, en termes d'Arts, Dégrossir, ôter les inégalités les plus saillantes, donner la première façon. Blanchir une planche en la rabotant. Blanchir avec la lime une pièce forcée et dressée. Blanchir à la meule une serpe, une houe, etc. Blanchir la sole d'un cheval. En termes de Cuisine, Blanchir la viande, Lui donner une première cuisson. Blanchir des fruits que l'on veut confire, Les faire bouillir ou infuser dans de l'eau, pour enlever l'excès de leur saveur. Fig., en termes d'Écriture sainte, Des sépulcres blanchis, Des gens hypocrites.

BLANCHIR est aussi verbe intransitif et signifie Devenir blanc. Cette toile ne blanchit qu'au moyen de substances chimiques. Mettre des toiles sur l'herbe pour blanchir; les mettre blanchir. Faire blanchir des toiles à la rosée, avec du chlore. Faire blanchir du fil, de la cire. Ses cheveux ont blanchi. Le fer blanchit à un feu ardent. Cette couleur jaune n'est pas solide. elle blanchit promptement. En termes de Jardinage, Faire blanchir de la salade, La faire devenir blanche en liant ses feuilles quand elles sont encore vertes et en les couvrant avec de la terre ou du fumier. En termes de Cuisine, Faire blanchir des légumes, Leur donner une première cuisson dans l'eau bouillante. Il se dit particulièrement des Personnes dont les cheveux deviennent blancs. Cet homme commence à blanchir. On dit de même Sa tête blanchit, commence à blanchir. Une tête blanchie par l'âge. Prov., on dit Tête de fou ne blanchit jamais, parce qu'on croyait que ceux qui sont exempts de soucis ne blanchissent pas. Il signifie au figuré Passer un long temps de sa vie dans quelque occupation. Blanchir dans le service. Blanchir sous les armes, sous le harnois.

Blanchir : définition du Littré (1872-1877)

BLANCHIR (blan-chir) v. a.
  • 1Rendre blanc. Blanchir les dents. Le soufre blanchit la laine. Les frimas ne blanchissent plus les prairies. L'âge a blanchi ses cheveux. Les étoiles qui composent la voie lactée et qui, par leur extraordinaire élévation, ne peuvent percer jusqu'à nos yeux pour être vues chacune en particulier, ne font au plus que blanchir cette route des cieux où elles sont placées, La Bruyère, 16. Et du temple déjà l'aube blanchit le faîte, Racine, Athal, I, 1. Ce globe qui des nuits blanchit le sombre voile, Voltaire, 6e Discours. Quand les neiges viennent blanchir les Alpes et le mont Jura, Voltaire, Lettr. Mme du Deffant, 25 janv. 1775. À peine la lumière blanchissait le fond du vallon, Bernardin de Saint-Pierre, l'Arcadie, livre II.
  • 2Couvrir d'une poudre blanche, d'un enduit blanc. Elle s'est blanchi le visage. Les femmes emploient la céruse pour se blanchir le teint.

    Fig. On a beau blanchir le sépulcre plein de pourriture et d'infection, Massillon, Lazare.

  • 3Nettoyer, laver. Blanchir quelqu'un, c'est-à-dire blanchir son linge.

    Absolument. Cette femme blanchit bien, elle fait bien les blanchissages.

  • 4 Fig. Disculper. Il est selon mon cœur de hasarder une opinion qui tende à blanchir un personnage illustre, Diderot, Essai sur Claude.
  • 5 Terme de menuisier. Blanchir une planche, enlever la superficie qui est ordinairement sale et plus foncée.

    En termes de cuisine, donner une première cuisson dans l'eau bouillante. Blanchir de la viande, des fruits.

    Terme de jardinage. Blanchir du céleri, de la chicorée, en faire blanchir les feuilles vertes en les liant les unes contre les autres.

  • 6Administrer une cure palliative qui ne fait que masquer les symptômes, par exemple, de la syphilis chez l'homme, de la morve chronique chez le cheval. Il n'a pas suivi le traitement assez longtemps, il n'a été que blanchi.
  • 7Donner de l'éclat. Les orfévres blanchissent leurs ouvrages.

    Nettoyer, fourbir. Il avait donné son argenterie à blanchir. Sitôt que nous nous mîmes à table, il alla emprunter trois cuillers de bois, et nous dit qu'il avait donné les siennes d'argent à blanchir, Regnard, Voy. de Pologne, t. IV, p. 418, Paris, Mame, 1810.

    Étamer le plomb au feu ou le couvrir de feuilles d'étain.

    Limer avec une grosse lime le fer sorti de la forge.

    Blanchir la fonte, la décarburer dans l'affinage.

  • 8 Terme d'administration forestière. Blanchir un arbre, en enlever une portion d'écorce pour y mettre l'empreinte du marteau.
  • 9 Terme de typographie. Augmenter le nombre des interlignes.
  • 10 V. n. Devenir blanc. Cette toile blanchira. Voyez tout l'Hellespont blanchissant sous nos rames, Racine, Iphig. I, 5. [La montagne] Montrait son front pointu de neiges blanchissant, Régnier, Ép. I. L'eau blanchit sous la rame et le vaisseau fend l'onde, Delille, Én. V, 1052. … à peine au loin la voile… Blanchit en ramenant le paisible pêcheur, Lamartine, Méd. II, 2.
  • 11Devenir blanc, en parlant des cheveux, de la barbe. Vos cheveux ont un peu blanchi, Fénelon, Tél. IX. Bonne maman, consolez-vous ; Vous ne blanchissez pas encore, Béranger, B. maman. Chaque âge a ses humeurs, son goût et ses plaisirs, Et comme notre poil, blanchissent nos désirs, Régnier, Sat. V.

    Fig. Passer un long temps dans un emploi, dans une occupation. Blanchir dans le service, sur les livres, sous le harnais. Malgré tout cela je ne décide pas ; je le laisse à ceux qui ont blanchi sur ces importantes questions, Vauvenargues, Espr. hum. 37, Amour. Ces pères des Romains, vengeurs de l'équité, Ont blanchi dans la pourpre et dans la pauvreté, Voltaire, Brut. I, 2.

  • 12Ne pas réussir. Les douceurs ne feront que blanchir contre moi, Molière, Dép. am. V, 9. Voilà des raisons qui ne valent rien ; tout cela ne fait que blanchir, Molière, Crit. de l'Éc. des f. 7. La rhétorique de l'un ne fit que blanchir auprès du beau sexe, Hamilton, Gramm. 9. Mais tout cela [ces avances] ne faisait que blanchir, La Fontaine, Faucon. Jamais rien n'a pu le fléchir : Vers, prose, soins et complaisance, Discrétion, persévérance, Tout cela n'a fait que blanchir, Pavillon, p. 13.
  • 13Se blanchir, v. réfl. Se salir avec quelque chose de blanc. Il s'est blanchi contre la muraille.
  • 14 Fig. Se disculper. Il n'a pas eu de peine à se blanchir.

    PROVERBE

    Tête de fou ne blanchit jamais, c'est-à-dire ceux qui sont par caractère exempts de préoccupations, ont rarement les cheveux blancs.

HISTORIQUE

XVe s. Qu'on ne dise mie que je le blanchisse trop, pour faveur ou pour amour que aie à lui, Froissart, II, III, 61.

XVIe s. Tu verras tost par force de ramer Autour de toi blanchir toute la mer, Du Bellay, J. IV, 22, verso. Ell' prit son tein de beaux liz blanchissans, Du Bellay, J. II, 8, recto. Les lievres que la neige blanchit aux montagnes, Montaigne, I, 102. J'ay honte que desjà les douleurs inhumaines Me blanchissent le poil sans le congé du temps, La Boétie, 520. Le lendemain sera lavée la face avec eau rose, blanchie avec du son, Paré, XXV, 45. Ce poulcier, en blanchissant l'air, troubloit la veuë, Amyot, Eum. 34. Toute la bravoure de Bertrand ne fesoit que blanchir contre eux, M. s. du G. ch. 12. Blanchir paroy noire, Proverbe dans GÉNIN, Récréations, t. II, p. 235.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

BLANCHIR. - HIST. Ajoutez :

XIIe s. Dunc il veïst le sanc el blanc cervel rogir, Le cervel ensement el vermeil sanc blanchir, St Thomas mart. p. 196, édit. HIPPEAU.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Blanchir : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

BLANCHIR, v. act. c’est, en Maçonnerie, donner une ou plusieurs couches de blanc à colle sur un mur sale, après y avoir passé un lait de chaux, pour rendre quelque lieu plus clair & plus propre. (P)

Blanchir, terme de Boyaudier, c’est tremper les boyaux dans une tinette ou chaudron, immédiatement après qu’ils ont été dégraissés, pour achever de les nettoyer : c’est de cette tinette où on les met blanchir, que des femmes les retirent pour les coudre.

Blanchir, en terme de Chauderonnier ; c’est donner le lustre aux chauderons, chaudieres, poellons, &c. sur le tour avec une paroire. Voyez Paroire .

Blanchir la cire, c’est lui faire perdre la couleur jaune sale qu’elle a, après qu’on en a séparé le miel. Voyez Cire, miel, &c.

La cire séparée du miel, & fondue en gros pain, est ce que l’on appelle de la cire brute. C’est en cet état qu’on l’apporte dans les blanchisseries, où elle passe par les préparations suivantes.

Premierement, un ouvrier la coupe par morceaux gros comme le poing, afin qu’elle fonde plus facilement lorsqu’elle est portée dans les chaudieres A, A, A (Pl. du blanchissage des cires, vignette) où on la remue jusqu’à parfaite fusion avec la spatule de bois, fig. 4. Après qu’elle est fondue, on la laisse couler au moyen des robinets adaptés aux chaudieres, dans les cuves B & C qui sont de bois, & placées de façon que le fond des chaudieres est de quelques pouces plus élevé que la partie supérieure des cuves. On la laisse reposer dans les cuves environ cinq ou six heures, tant pour qu’elle n’ait plus qu’un mediocre degré de chaleur, sans toutefois cesser d’être fluide, que pour donner le tems aux ordures ou feces, dont elle est chargée, de se précipiter dans l’eau, dont le bas de la cuve est rempli à cinq ou six pouces de hauteur.

Au-dessous des cuves B, C, en sont d’autres D, E, de forme oblongue, qu’on appelle baignoires, posées sur le pavé de l’attellier. Ces baignoires qui sont de bois & cerclées de fer, sont revêtues intérieurement de plomb, pour qu’elles tiennent mieux l’eau dont on les remplit, en ouvrant le robinet X, par lequel l’eau vient d’un réservoir. Chaque baignoire a de plus sur le devant & à la partie inférieure, un robinet F, F, par le moyen duquel on vuide l’eau qu’elles contiennent dans le puisart ou égoût soûterrein, dont G est l’ouverture recouverte d’une grille.

Toutes choses ainsi disposées, on place les cylindres de bois H, H en travers des baignoires. Ces cylindres qui ont un pié de diametre, en occupent toute la largeur. Ils sont traversés par un arbre de fer, dont une des extrémités est courbée en manivelle : ensorte que les cylindres peuvent tourner librement sur les tourillons de ces arbres, auxquels des échancrures pratiquées dans les bords des baignoires, servent de collets. Les cylindres doivent être placés dans les baignoires, ensorte que leur centre ou axe soit directement à plomb au-dessous de l’extrémité des canelles K, K par lesquelles la cire contenue dans les cuves doit sortir. On place ensuite au-dessus du cylindre, une espece de banquette de fer ab, ou a b, a c, b c, fig. 2. qu’on appelle chevrette, qui a quatre piés qui appuient sur les bords de la baignoire, comme on voit en C, fig. 2. ensorte que les tourillons du cylindre soient au milieu entre les piés de la chevrette. Cette chevrette a vers chacune de ses extrémités deux lames de fer élastiques 1, 2 ; 1, 2, entre lesquelles on place un vaisseau de cuivre L, L, de forme oblongue, qu’on appelle greloire. Cette greloire est plus large par le haut que par le bas. Sa longueur LL qui est égale à celle du cylindre, est divisée en trois parties ; celle du milieu qui est la plus grande, est percée d’une cinquantaine de petits trous, plus ou moins, d’une ligne de diametre, distans les uns des autres d’un demi-pouce ou environ. Les deux autres parties servent à placer des réchauds pleins de braise, dont l’usage est d’entretenir un médiocre degré de chaleur dans la greloire, dont la fraîcheur ne manqueroit pas de faire figer la cire que l’on y laisse couler.

On met une plaque de fer blanc ou de cuivre 3, 3, fig. 2. inclinée vers la canelle K, pour rejetter la cire dans l’auge ou greloire LL. La plaque 3, 4, posée de l’autre sens, sert au même usage. Par-dessus ces deux plaques, on met une passoire 5 toute criblée de trous. C’est dans cette passoire que coule la cire après qu’on a repoussé dans la cuve le tampon qui bouche la canelle K, au moyen de la cheville 6 qu’on laisse dans la cannule plus ou moins enfoncée, pour modérer, selon le besoin, la vîtesse de l’écoulement.

La cire, après avoir passé dans la passoire ou crible 5, tombe sur les plaques 4, 3 ; 3, 3, & de-là dans la greloire LL, d’où elle sort par les petits trous que nous avons dit être au fond de cette greloire, & tombe sur la surface du cylindre en d. Si en même tems un ouvrier assis en I, fait tourner le cylindre à l’aide de la manivelle qui est de son côté, de d par e vers f, il est évident que le filet de cire qui tombe sur le cylindre, doit s’étendre, & former une bande qui sera d’autant moins épaisse, que le cylindre se sera mû avec plus de vîtesse : mais comme il est mouillé, étant immergé dans l’eau au quart de sa surface, la cire ne s’y attachera point. Mais après avoir descendu en f, elle passera par g, pour aller se rassembler en E, fig. 1. Ce mouvement est encore facilité par celui de l’eau qui est dans la baignoire, laquelle se porte vers E, pour sortir à mesure qu’il en vient d’autre du réservoir par le robinet X ; ensorte que l’écoulement par le robinet F, soit égal à celui par le robinet X. On rechange continuellement d’eau, non-seulement pour qu’elle soit plus propre, mais aussi afin qu’elle soit toûjours fraîche, & qu’elle puisse faire congeler les rubans de cire à mesure qu’ils tombent dans la baignoire.

Par cette opération, la baignoire ne tarde pas d’être remplie de rubans ; un ouvrier placé en M les enleve avec une fourche à trois dents, & les jette de la baignoire dans la manne N qui est un grand panier d’osier revétu intérieurement de toile ; lorsque le panier est plein, un autre ouvrier à l’aide de celui qui a empli la manne, la place sur une broüette O, sur laquelle il la transporte près des quarrés ou chassis sur lesquels sont des toiles tendues & exposées à l’air. Voyez Quarré. Il vuide sa manne sur ces toiles, en un seul tas que des femmes qui sont autour des quarrés ou toiles, éparpillent sur toute leur surface : pendant que cet ouvrier conduit sa broüette, le tireur remplit une autre manne ; ainsi alternativement jusqu’à ce que la cuve soit épuisée.

En réduisant la cire en rubans, les surfaces en sont prodigieusement multipliées, ce qui donne plus de prise à l’action de l’air & du soleil à laquelle on les expose sur les quarrés pour dissiper l’huile volatile qui fait la couleur jaune de la cire.

Les quarrés sont de grands chassis de charpente de dix piés de large sur une longueur telle que le lieu le permet, élevés d’un pié & demi au-dessus du terrein. Sur les chassis sont tendues horisontalement des toiles soûtenues dans le milieu de leur largeur par une piece de bois horisontale qui se trouve dans le plan du chassis. C’est sur cet assemblage de charpente & de toile qu’on étend ou éparpille également la cire mise en rubans ou en pains, ainsi qu’il sera dit ci-après. On entoure encore le quarré d’une bande de toile verticale accrochée à des piquets, dont l’usage est d’empecher que le vent n’emporte la cire, & ne la jette par terre. Lorsque la cire a été exposée un tems convenable sur les quarrés, on la retourne, ensorte que la partie qui étoit dessous paroisse dessus. Et lorsque l’on juge que la cire a acquis un premier degré de blancheur, on la reporte à la fonderie, où on lui fait subir la même suite d’opérations que nous venons de détailler ; c’est-à-dire qu’on la remet en rubans, & qu’on l’expose encore sur les quarrés à l’action du soleil & de l’air : mais comme il ne peut pas manquer d’arriver à cette seconde fonte que les parties intérieures des premiers rubans ne se trouvent à la surface des seconds, il suit que toutes les parties de la cire auront été successivement exposées à l’action de l’air & du soleil. On réitere une troisieme fois cette opération, si on juge que la cire n’ait pas encore acquis le degré de blancheur que l’on desire qu’elle ait.

La cire exposée pour la derniere fois au soleil sous la forme de rubans, est encore remise dans une chaudiere, d’où, après qu’elle a été fondue, on la laisse couler dans la cuve : au lieu de la faire passer par la greloire, comme dans les opérations précédentes, on la laisse couler dans le coffre représenté fig. 7, que l’on substitue à la place de la greloire.

Ce coffre est une caisse de cuivre étamé, portée sur quatres piés de fer semblables à ceux de la chevrette. Aux deux longs côtés de ce coffre sont deux auges de même métal, dans lesquelles on place des réchauds de braise dont l’usage est d’entretenir dans l’état de fluidité la cire dont le coffre est rempli : on tire la cire de ce coffre par le robinet A, dans l’écuellon fig. 5, qui est un vase de cuivre ayant deux anses AA, & deux goulettes BB, avec lequel on verse la cire dans les planches à pains.

Les planches à pains, ainsi appellées parce que c’est dans ces planches que l’on fait prendre à la cire la figure de pains, sont de chêne d’un pouce d’épaisseur, creusées de deux rangées de trous ronds, chacun d’un demi pouce de profondeur sur 4 pouces de diametre ; on remplit deux de ces moules à la fois au moyen des deux goulettes de l’écuellon, observant de mouiller la planche auparavant, afin que la cire ne s’y attache point. Après que les pains sont figés, on les jette dans l’eau de la baignoire pour les affermir : on les porte ensuite sur les quarrés ; on les y laisse jusqu’à ce qu’ils ayent acquis tout le degré de blancheur que l’on desire qu’ils ayent, ou dont ils sont capables, observant de les retourner quand ils sont assez blancs d’un côté, ce qui se fait avec une main de bois qui est une planche de bois mince représentée fig. 3 : cette planche a 3 piés ou environ de longueur sur un demi-pié de large ; elle est percée d’un grand trou vers une de ses extrémités qui est traversée d’une poignée par laquelle on tient cette machine, avec laquelle on retourne les pains comme on feroit avec une pelle plate ; ce qui est plus expéditif que de les retourner les uns après les autres.

La cire blanchie & réduite en pains passe entre les mains du cirier, qui l’employe aux différens usages de sa profession. Voyez Cirier.

Blanchir ou faire blanchir, (en terme de Confiseur) c’est enlever de dessus les abricots, amandes, &c. cette espece de bourre ou de duvet dont ils sont chargés, en faisant passer ces fruits par une lessive préparée pour cela. Voyez Amande, Abricots, &c.

Blanchir, (chez les Couteliers) c’est quand la piece est forgée & dressée à la lime, la passer sur la meule pour la premiere fois ; c’est sur la seconde meule qu’on la dégrossit, & sur la troisieme qu’on la met à tranchant : la polissoire succede à la meule.

Blanchir, (en terme de Cuisine) c’est faire revenir une piece, quelle qu’elle soit, dans de l’eau tiede : il ne faut l’y laisser qu’un demi-quart d’heure ou environ.

Blanchir, (en terme de Doreur) s’entend d’une opération par laquelle on enduit de plusieurs couches de blanc une piece qu’on veut dorer. Voyez Dorer. C’est par-là qu’on remplit les inégalités du bois qui empêcheroient l’or de s’étendre par-tout. La figure 5, Planche du Doreur, représente un ouvrier qui blanchit.

Blanchir, (en terme de Cloutier d’épingle) c’est étamer les clous de cuivre. Voyez Etamer.

BLANCHIR, (en terme d’Epinglier) c’est faire changer au laiton, sa couleur jaune en blanche ; pour cet effet, on étend d’abord les épingles au nombre de six ou sept mille sur les plaques. Voyez Plaque. On empile ces plaques les unes sur les autres, tant qu’il y en a de la même espece d’épingle, sur des croisées ; on les lie ensemble avec les fils de laiton des croisées. Voyez Croisée. Soit qu’il y ait une ou plusieurs portées de plaque, voyez Portée, on met le tout dans une grande chaudiere avec de l’eau & de la gravelle, ou lie de vin ; on le fait bouillir trois heures & demie ou environ. On les déteint, on les lave, on les seche, & on les vanne. Voyez ces mots à leurs articles, & les fig. Pl. II. de l’Epinglier ; 13, est la chaudiere ; 12, son couvercle ; 14, la croisée, aux quatre extrémités de laquelle sont attachées des cordes de laiton ; 15, une plaque chargée d’épingles que l’on pose sur la croisée ; 11, plusieurs plaques empilées sur la croisée, que l’on met dans la chaudiere, par le moyen des cordons de laiton attachés à cette croisée.

Blanchir, (en terme de Layetier.) Voyez Rabotter.

Blanchir la sole d’un cheval (Maréchalerie) c’est en ôter simplement la premiere écorce.

Blanchir, (en Monnoyage) l’argent se blanchit en le faisant bouillir dans de l’eau forte, mêlée avec de l’eau commune, ou seulement de l’eau où on a fait dissoudre de l’alun. Les ouvriers en médailles & en monnoie sablonnent tous les flancs, & les frotent dans un crible de fer pour en ôter les barbes. Voyez Blanchiment.

Blanchir, (en terme d’Orfévre en grosserie) c’est mettre un morceau d’orfevrerie dans de l’eau seconde, pour le délivrer des ordures qui empêcheroient de le polir & de recevoir tout l’éclat dont la matiere est susceptible. On blanchit encore en Allemagne avec de l’alun bouilli dans de l’eau, ou même avec de la gravelle & du sel mesuré par portion égale : mais ce blanchiment ne peut servir en France, où l’argent est monté à un titre beaucoup plus haut qu’en Allemagne. Voyez Blanchiment,& Eau seconde.

Blanchir le Plomb, (terme de Plombier) est l’étamer au feu, ou le couvrir de feuilles d’étain. Les plombiers sont obligés de blanchir toutes les pieces de plomb qu’ils placent sur un bâtiment neuf & qui sont en vûe. C’est pourquoi ils ont un fourneau à étamer, sur le foyer duquel chargé de braise, deux compagnons tiennent suspendues & chauffent les tables de plomb, tandis qu’un autre y étend des feuilles d’étain battu, qu’il frotte avec des étoupes & de la poix-résine, à mesure que l’étain se fond. Voyez Plomb & Plombier, & la fig. prem. Pl. III. de Plomberie.

Blanchir, (en terme de Plumassier) c’est ôter aux plumes le gros de la teinture, en les passant dans de l’eau claire.

Blanchir, (en Serrurerie) c’est enlever à la grosse lime les premiers traits de la forge.

Blanchir la soie, les étoffes de laine. Voyez Soie, Bonneterie, Drapier, Laine.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Blanchir : définitions subjectives sur Dicopedia

Dicopedia est un dictionnaire participatif où n'importe qui peut partager sa propre définition des mots de la langue française. L'intérêt de cette initiative est de proposer des définitions subjectives et très diverses, selon l'expérience de chacun. Nous ajouterons dans cette section les définitions de « blanchir » les plus populaires.

✍️

Étymologie de « blanchir »

Étymologie de blanchir - Littré

Blanc ; picard, blankir ; provenç. blanchir ; anc. cat. blanquir.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de blanchir - Wiktionnaire

Formé à partir de blanc.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « blanchir »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
blanchir blɑ̃ʃir play_arrow

Conjugaison du verbe « blanchir »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe blanchir

Évolution historique de l’usage du mot « blanchir »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « blanchir »

  • Le charbon végétal est obtenu grâce à la carbonisation de plusieurs variétés de bois. Il est utilisé depuis des millénaires pour blanchir les dents, comme en Inde, et ne présente pas de risques pour la santé. Myafricainfos, Comment blanchir naturellement vos dents ?
  • Oups, j'ai les dents blanches et mon dentifrice va les blanchir encore plus, et Persil ne va plus laver plus blanc, malheur, ma voiture est blanche, que faire.....on va tout de même bien s'amuser quand tous les produits spéciaux pour peau noire et cheveux crépus subiront la même censure, il ne faut pas oublier les spécificités biologiques de chaque race, les produits cosmétiques ne sont pas universels, c'est pour cette raison majeure que des produits spécifiques ont été développés pour satisfaire chaque type de peau, peau sèche, peau grâce, peau blanche, peau noire, etc, idem pour les cheveux, etc, etc Et commander un petit noir au bistrot, quand vont ils l'interdire, et manger son pain blanc, etc, etc ladepeche.fr, Mouvements anti-racistes : L'Oréal annonce supprimer certains mots, comme "blanchissant", de ses produits - ladepeche.fr
  • Le prestataire blanchira le gabarit de la zone d’intervention. , Pour blanchir ses champs de tir, la Marine affrétera quatre vedettes : Lignes de défense
  • Les images paraîtraient presque anodines en comparaison des nombreuses vidéos de violences policières diffusées ces derniers mois. Mais les trois courtes séquences sont lourdes de conséquences : elles ont permis à la justice de blanchir un bénévole de Calais (Pas-de-Calais), injustement accusé de violence et d’outrage envers des policiers. Et elles valent désormais à trois CRS d’être renvoyés devant la justice, l’un pour violences volontaires par personne dépositaire de l’autorité publique, et les trois pour faux en écriture publique. Le Monde.fr, Des vidéos filmées à Calais ont permis de blanchir un bénévole accusé de violence envers des policiers
  • Si l'Allemagne d'aujourd'hui tient à la place qui lui revient parmi les nations européennes, elle ne peut et ne doit pas blanchir son passé. De Primo Levi / Si c'est un homme
  • L'eau, si claire qu'elle puisse être, n'a pas de vertu de blanchir du drap teint en noir ; de même, rien n'est capable de faire changer un méchant naturel. De Proverbe oriental
  • Il est plus facile de garder intacte sa réputation que de la blanchir quand elle est ternie. De Thomas Paine
  • Ménagères ! Ne faites plus blanchir votre linge : faites-le noircir ; il ne se salira plus ! De Pierre Dac / L’os à moelle - Décembre 1938
  • Quand les cheveux commencent à blanchir, Laisse la femme et prends le vin. De Proverbe français

Traductions du mot « blanchir »

Langue Traduction
Portugais lavar
Allemand bleichen
Italien riciclare
Espagnol blanquear
Anglais launder
Source : Google Translate API

Synonymes de « blanchir »

Source : synonymes de blanchir sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « blanchir »


Mots similaires