Ébranlement : définition de ébranlement


Ébranlement : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ÉBRANLEMENT, subst. masc.

A.− Action d'ébranler ou de s'ébranler; effets de cette action.
1. Secousse, vibration, tremblement. Ébranlement du sol. On venait de sonner à la porte de son boudoir et Pulchérie avait reconnu à l'ébranlement timide de la cloche... la visite clandestine d'un prélat (Sand, Lélia,1833, p. 9):
1. L'écho des cloches à peine transparu s'engloutit dans l'ébranlement donné par le passage du métro sous la chaussée. Butor, Passage de Milan,1954, p. 139.
2. Secousse due au départ d'un véhicule; p. ext. mise en mouvement pour le départ. L'ébranlement d'un train :
2. Des souhaits pour le voyage, des mains serrées et ces regards si longs! si doux! puis un sifflement, un ébranlement, une agitation de têtes et de mouchoirs... Renard, L'Écornifleur,1892, p. 277.
B.− P. anal. et au fig.
1. Menace de ruine. Ébranlement d'un parti, d'une puissance, d'une fortune :
3. Il suffisait de connaître un peu l'Europe et notre histoire pour pressentir un ébranlement du système européen constitué depuis un siècle et demi au profit de la France, un ébranlement dont les conséquences seraient encore plus irrésistibles que celles de la révolution intérieure, ... Bainville, Histoire de France,t. 2, 1924, p. 60.
2. Bouleversement, choc produit par une vive émotion. Ébranlement nerveux. Mina est alitée, elle souffre d'un ébranlement nerveux (Cendrars, Or,1925, p. 236).
Prononc. et Orth. : [ebʀ ɑ ̃lmɑ ̃]. La 1reindication concernant l'élision du e muet se trouve ds Fér. 1768 : ,,e muet et bref`` (souligné par nous). Le schwa omis pour la 1refois ds Fél. 1851. Précisions concernant la quantité de la voyelle (nasale) de seconde syllabe ds Fér. 1768 et Fér. Crit. t. 2 1787 : ,,2e[voyelle] longue``, Passy 1914 : [ɑ ̃], Barbeau-Rodhe 1930 : [ɑ ̃]. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1503 grans esbranlemens de Fortune (J. Lemaire de Belges, Temple d'honneur, 91 (Hornik) ds R.H.L., 11, 492 ap. Quem. Fichier); 1539 (Est.). Dér. du rad. de ébranler*; suff. -(e)ment1*. Fréq. abs. littér. : 443. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 622, b) 619; xxes. : a) 713, b) 591. Bbg. Quem. 2es. t. 2 1971.

Ébranlement : définition du Wiktionnaire

Nom commun

ébranlement \e.bʁɑ̃l.mɑ̃\ masculin

  1. Action d’ébranler ou mouvement de ce qui est ébranlé, de ce qui s’ébranle.
    • L'ébranlement du séisme du 31 mai 1970 a provoqué un phénomène semblable, mais plus important encore. — (Annales de géographie, Volume 82, 1973)
    • Après un si grand ébranlement, il est à craindre que cette muraille ne tombe.
    • L’ébranlement de cerveau causé par cette chute lui affaiblit l’esprit.
    • (Figuré)Les guerres civiles causent de grands ébranlements dans les fortunes.
    • (Figuré)L’ébranlement du crédit.
    • (Figuré)L’ébranlement des trônes, des états.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Ébranlement : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉBRANLEMENT. n. m.
Action d'ébranler ou Mouvement de ce qui est ébranlé, de ce qui s'ébranle. Après un si grand ébranlement, il est à craindre que cette muraille ne tombe. L'ébranlement de cerveau causé par cette chute lui affaiblit l'esprit. L'ébranlement des dents. Fig., Les guerres civiles causent de grands ébranlements dans les fortunes. L'ébranlement du crédit. L'ébranlement des trônes, des États.

Ébranlement : définition du Littré (1872-1877)

ÉBRANLEMENT (é-bran-le-man) s. m.
  • 1État de ce qui est ébranlé. L'ébranlement des vitres par les commotions du tonnerre. Les sons excitent des ébranlements sensibles au tact, Rousseau, Ém. II.

    Les petits ébranlements, ébranlements de tremblement de terre, où l'aire de la surface mise en mouvement n'excède pas un carré de cent kilomètres de côté.

  • 2 Fig. L'ébranlement des fortunes, du crédit, des empires, des États. J'avoue que la transformation totale du gouvernement, par rapport aux finances, cause un ébranlement actuel qui blesse un certain nombre de gens, Lett. sur le nouveau syst. de finances, dans DESFONTAINES.

    L'ébranlement de sa santé date de la perte de sa fille. L'ébranlement des nerfs.

  • 3Émotion. Si près de voir sur soi tomber de tels orages, L'ébranlement sied bien aux plus fermes courages, Corneille, Hor. I, 1. Craignons ces grands ébranlements de l'âme qui préparent l'ennui et le dégoût, Fénelon, Éduc. filles, ch. 5.

HISTORIQUE

XVIe s. J'ai dit en mon esbranlement : Je suis rejetté du regard de tes yeux. - David confessa qu'il a esté sujet à beaucoup d'esbranlemens, Calvin, Inst. 434. Souventes fois advient une commotion ou esbranlement au cerveau, Paré, VIII, 1. En ceste bataille, laquelle eut plusieurs esbranlements en l'une et l'autre partie, Amyot, Cor. 4.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

ÉBRANLEMENT. Ajoutez : - REM. La provocation [au dire de l'avocat général] résultait de l'ébranlement produit sur le lecteur par l'écrit incriminé. Dupin, qui n'aimait pas les néologismes, accabla de ses sarcasmes cet ébranlement qui de la langue de l'ingénieur et de l'architecte venait faire irruption dans celle du jurisconsulte. L'avocat général, pour se couvrir, déclara que le mot était de l'honorable duc de Broglie, Éloge de Dupin aîné dans Gaz. des Trib. 6-7 juill. 1874, 3e col. Feu Dupin ne s'est pas montré ici juge compétent en fait de langue, et l'avocat général n'avait pas à s'excuser d'un néologisme. Ébranlement au sens figuré et moral est dans Corneille et dans Fénelon.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « ébranlement »

Étymologie de ébranlement - Littré

Ébranler.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de ébranlement - Wiktionnaire

 Dérivé de ébranler avec le suffixe -ment.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « ébranlement »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
ébranlement ebrɑ̃lœmɑ̃ play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « ébranlement »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « ébranlement »

  • Il y a urgence démocratique. Loin des incantations présidentielles sur l'ébranlement collectif de l’épidémie, il y a donc urgence de rétablir une pratique du monde d’avant, indispensable au bon fonctionnement de notre démocratie : le contrôle du gouvernement par le parlement. Europe 1, Déconfinement : bientôt le Parlement ?
  • Les professions libérales, notamment celles des avocats, n’échappent également pas à cet ébranlement. , L'aide de la Région aux professions libérales | Le journal de l'éco
  • Tout au long de la crise, l’équipe du FigaroVox a collecté auprès de philosophes, d’essayistes, d’observateurs français et étrangers, tribunes, interviews et prises de position sur ce qu’il convenait de penser ou de faire. Vincent Trémolet de Villers a eu la bonne idée de réunir en bouquet les plus significatives d’entre elles. Hélène Carrère d’Encausse, Chantal Delsol, François Cheng et Pierre Manent y côtoient Alain Finkielkraut et Mathieu Bock-Côté, François-Xavier Bellamy, Sylvain Tesson, Pascal Bruckner, Laure Mandeville, Bérénice Levet, Jean-Pierre Le Goff, Michel Onfray, Eugénie Bastié, bien d’autres. Présentés dans l’ordre même où ils ont été publiés, ces courts essais composent pour les historiens de l’avenir, le passionnant tableau d’un ébranlement intellectuel, en même temps qu’ils apportent la démonstration de la place du hasard (le cygne noir) dans l’histoire. Dans la multitude de leurs approches - parfois contradictoires, souvent complémentaires -, ils offrent un formidable tremplin à la réflexion. Le Figaro.fr, Michel De Jaeghere: «Les vivants et les morts»
  • Cette préférence du client s’explique par la difficulté à se projeter sur la durée de remboursement (25 ans maximum), faute de visibilité sur les perspectives économiques et l’ébranlement de la confiance vis-à-vis du secteur lui-même, explique M. Meniari. À l’en croire, la pierre ne rapporte plus autant que pendant les années fastes si l’on intègre le coût de financement, les différentes taxes et charges payées tout au long de la période de la détention ou lors de la revente, ou encore l’amortissement du bien. Bladi.net, Maroc immobilier : la location privilégiée à l'achat

Traductions du mot « ébranlement »

Langue Traduction
Corse tremando
Basque dardarka
Japonais 揺れる
Russe сотрясение
Portugais tremendo
Arabe تهتز
Chinois 发抖
Allemand zittern
Italien tremante
Espagnol sacudida
Anglais shaking
Source : Google Translate API

Synonymes de « ébranlement »

Source : synonymes de ébranlement sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « ébranlement »


Mots similaires