La langue française

Tremblement

Sommaire

  • Définitions du mot tremblement
  • Étymologie de « tremblement »
  • Phonétique de « tremblement »
  • Citations contenant le mot « tremblement »
  • Traductions du mot « tremblement »
  • Synonymes de « tremblement »
  • Antonymes de « tremblement »

Définitions du mot tremblement

Trésor de la Langue Française informatisé

TREMBLEMENT, subst. masc.

A. − [À propos d'un animé, d'un ensemble d'êtres animés]
1. Ensemble des légers mouvements musculaires convulsifs et involontaires, souvent accompagnés d'une sensation de froid. Synon. frémissement, frisson, spasme, tressaillement.Être agité, saisi, secoué de tremblements; tremblement continu, imperceptible, profond, sénile, spasmodique; tremblement(s) de tout le corps. Daudet, pris d'émotion et, à la suite de cette émotion, d'un tremblement nerveux, avait toutes les peines à descendre l'escalier à mon bras (Goncourt, Journal, 1895, p. 715):
1. ... l'enfant, comme mordu à l'estomac, se pliait à nouveau, avec un gémissement grêle. Il resta creusé ainsi pendant de longues secondes, secoué de frissons et de tremblements convulsifs, comme si sa frêle carcasse pliait sous le vent furieux de la peste et craquait sous les souffles répétés de la fièvre. Camus, Peste, 1947, p. 1392.
a) [Suivi d'un compl. prép. de désignant une partie du corps] Tremblement des doigts, des genoux, des jambes, des mains. Julie jura qu'elle me suivrait de près. Hélas! ses larmes, sa pâleur, le tremblement de ses lèvres le juraient mieux que ses serments (Lamart., Raphaël, 1849, p. 298). − (...) que dit Montaigne du vertige?Il nous parle des montagnes de deçà, ce qui veut dire, selon M. Villey, les Pyrénées françaises, et il assure que leur grande profondeur lui donne horreur et tremblement des jarrets et des cuisses (Malègue, Augustin, t. 2, 1933, p. 85).
MUS. Procédé consistant en un mouvement rapide de pression des doigts sur les cordes d'un instrument. Synon. trémolo, vibrato.Ce tremblement du doigt de la main gauche appuyé sur la corde [dans les instruments à archet], et qui donne au son une sorte d'ondulation (Berlioz, À travers chants, 1862, p. 169).
b) [Suivi d'un compl. prép. de précisant la cause physique ou psychique du tremblement] Tremblement d'épouvante, de fatigue, de fièvre, d'impatience, de joie. Leurs sourires grimaçaient sur leurs dents entrechoquées par un tremblement de froid (Loti, Pêch. Isl., 1886, p. 84).Il se sentit envahir par un sentiment de peur, d'une affreuse peur qu'il ne connaissait pas, qu'il ne pouvait vaincre, pris d'un tremblement de colère et de honte (Zola, Débâcle, 1892, p. 107).
c) PATHOL. [Pour désigner une des manifestations de certaines affections] Synon. trépidation.Il mourut sénateur de Napoléon III, laissant un fils agité du tremblement héréditaire (A. France, Lys rouge, 1894, p. 43).L'action destructive de l'alcool sur la myéline se manifeste bientôt par le tremblement si caractéristique, par la parésie musculaire, par la paralysie (Macaigne, Précis hyg., 1911, p. 267).Tremblement épileptoïde, éthylique, hystérique, parkinsonien; tremblement d'attitude, de repos (ou statique). (Ds Méd. Biol. t. 3 1972, Méd. Flamm. 1975).
2. Au fig. Vif sentiment d'appréhension, de crainte, d'épouvante. Synon. effroi, frayeur, inquiétude.Il n'est presque pas de moment dans la journée qui ne m'apporte une souffrance produite par l'anxiété et le tremblement d'un esprit sans cesse alarmé (M. de Guérin, Corresp., 1828, p. 16):
2. Sur le point (...) d'être consacré prêtre, applique-toi à recevoir dignement cette auguste fonction et surtout, après l'avoir reçue, à t'en acquitter. Les pouvoirs sacerdotaux sont en effet d'offrir à l'autel, de bénir, de présider, de prêcher et de baptiser. C'est donc avec crainte et tremblement que tu dois monter jusqu'à ce haut degré de la hiérarchie sainte... Billy, Introïbo, 1939, p. 142.
B. − [À propos d'une chose, d'un ensemble de choses]
1. Succession rapide de petites secousses, de petits mouvements d'oscillation. Synon. ébranlement, frémissement, trépidation, vibration.Tremblement des branches, du feuillage. Voilà trois nuits de suite que je suis réveillé en sursaut par un de ces grains qui passent régulièrement vers l'heure de minuit. Ils livrent à la maison un si furieux assaut que tout est mis en tremblement et frissonne dans l'intérieur (M. de Guérin, Journal, 1833, p. 192).Là où mon Amérique finit, là où, se dirigeant vers le Pôle, elle s'effile comme une aiguille toute parcourue de tremblements magnétiques (Claudel, Soulier, 1944, 2epart., 2, p. 1048).
P. métaph. Gauvain sentait tout vaciller en lui. Ses résolutions les plus solides, ses promesses (...) tout cela chancelait dans les profondeurs de sa volonté. Il y a des tremblements d'âme (Hugo, Quatre-vingt-treize, 1874, p. 207).
a) [À propos d'une lumière, d'un phénomène lumineux] Vacillement, variation rapide d'intensité. Tout le chaud jardin se nourrissait d'une lumière jaune, à tremblements rouges et violets (Colette, Sido, 1929, p. 26).Les odeurs et les sons, le bruit de la pluie sur les toits, les tremblements de la lumière, je les laissais glisser le long de mon corps et tomber autour de moi (Sartre, Mouches, 1943, i, 2, p. 24).
b) [À propos d'une source sonore; l'accent est mis sur l'impression auditive] Philippe (...) et Sabine (...) entrèrent ensemble, vers le soir, dans la gare tintante d'un tremblement de vitrage et de fer (Noailles, Nouv. espér., 1903, p. 276).Le tremblement des vitres (...) la réveillait brusquement, la faisait se dresser (Bernanos, Mouchette, 1937, p. 1279).
[À propos du son de la voix] Brusque variation dans la hauteur, l'intensité, sous l'effet d'une sensation, d'une émotion. Synon. chevrotement, trémolo.Vous me détestez donc bien? fit le duc de Vallombreuse avec un tremblement de dépit dans la voix (Gautier, Fracasse, 1863, p. 394).Ils s'efforçaient de garder un ton aisé que démentait le tremblement imperceptible de leurs voix (Estaunié, Ascension M. Baslèvre, 1919, p. 308).
HIST. DE LA MUS., vieilli. Synon. de trille.Dans la musique ancienne le trille, souvent appelé tremblement, est toujours pris par la note supérieure (Arger, Init. art chant, 1924, p. 138).
2. En partic.
a) Tremblement de terre. Ensemble des secousses plus ou moins fortes imprimées à l'écorce terrestre, qui apparaît toujours à une certaine profondeur à partir d'un épicentre. Synon. séisme.Tremblement de terre brutal, dramatique, violent. Le 1ernovembre 1755 un tremblement de terre avait complètement détruit Lisbonne: il y avait eu des milliers de victimes (Guéhenno, Jean-Jacques, 1950, p. 148).
P. métaph. Je fus soulevé de dégoût, de crainte, d'angoisse. Un tremblement de terre intérieur (Jouve, Scène capit., 1935, p. 188).
b) PALÉOGR. Ensemble des sinuosités de l'écriture diplomatique du viiieau xies. (Ds Lar. 19e-GDEL).
C. − Loc. fam. Et tout le tremblement. Et tout le reste, et tout ce qui s'ensuit. Synon. et tout le tralala*, et tutti quanti.Je suis dans les névralgies, les insomnies et tout le tremblement (Valéry, Corresp.[avec Gide], 1896, p. 275).Armand était entré dans l'église. Il y avait un service mortuaire avec l'orgue et tout le tremblement (Aragon, Beaux quart., 1936, p. 386).
Prononc. et Orth.: [tʀ ɑ ̃bləmɑ ̃]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1372 tremblement de la terre (Oresme, Ethiques, éd. A. D. Menut, fo55b, p. 208); 1530 tremblement de terre (Palsgr., p. 291a); 2. ca 1375 « agitation de ce qui tremble » (Oresme, Livre du ciel et du monde, éd. A. D. Menut, fo116d, p. 450: tremblement de la veue); 3. 1538 « agitation involontaire du corps (ou d'une de ses parties) » (Est.); 4. 1637 mus. (Corneille, Excuse à Ariste ds Œuvres, éd. Ch. Marty-Laveaux, t. 10, p. 75, vers 10: Qu'il ait sur chaque ton ses rimes ajustées, Sur chaque tremblement ses syllabes comptées); 5. 1845-46 paléogr. (Besch.: Tremblement. Se dit des sinuosités d'une écriture en usage au moyen âge); 6. 1827 fam. tout le tremblement (Fongeray, Soir. Neuilly, t. 1, p. 235). Dér. de trembler*; suff. -ment1*. Au sens 1, cf. le m. fr. tremblage de terre ca 1380 (Sommaire des Chron. de J. d'Outremeuse, liv. III, Chron. belg. ds Gdf.), tramble de terre xives. [ms.] (Liv. de Sydrac, Ars. 2320, I, ibid.), trembleterre mil. xves. (J. Chartier, Chron. de Charl. VII, ch. CCLXXIX, Bibl. elz., ibid.), et dès l'ac. fr. terremœte dep. ca 1100 (Roland, éd. J. Bédier, 1427). Fréq. abs. littér.: 1 246. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 1 235, b) 2 278; xxes.: a) 2 014, b) 1 812. Bbg. Quem. DDL t. 2, 15, 17.

Wiktionnaire

Nom commun

tremblement \tʁɑ̃.blə.mɑ̃\ masculin

  1. Agitation de ce qui tremble.
    • Il y avait un tremblement involontaire dans la voix de cette noble femme et une expression de tendresse dans son accent qui peut-être eût trahi ce qu’elle ne voulait pas exprimer. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Depuis l’aube, les troupes passaient la Moselle. C'était, sur le tremblement des ponts de bois, l’avalanche interminable des régiments. — (Paul et Victor Margueritte, Le Désastre, p.184, 86e éd., Plon-Nourrit & Cie)
    • Je percevais au tremblement de leur voix, au miel de leurs paroles, cette terrible servitude qui les liait à ce qu'on nomme l'amour, d'un mot trop doux parce qu'on ne veut pas lui donner son véritable visage de bestialité et d'animalité. — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954, p. 32)
    • Il s'ensuit diverses sensations physiques (p. ex., rougissements, tremblements, transpiration) et une contre-performance des fonctions cognitives (p. ex., problèmes de concentration, trous de mémoire). — (Stéphane Bouchard & Bernard Rivière, Les troubles anxieux, chap. 3 de Psychologie clinique de la personne âgée, sous la direction de Philippe Cappeliez, Philippe Landreville & Jean Vézina, Ottawa : Presses de l'Université d'Ottawa & Paris : Masson, 2000, p. 57)
  2. (Figuré) Grande crainte.
    • C’est une âme inquiète qui vit dans le tremblement.
    • C’était dans l’habitude une nature enflammée, violente, exagérée, aimant les cris, la casse et les tonnerres ; au fond, un très excellent homme, ayant seulement la main leste, le verbe haut et l’impérieux besoin de donner le tremblement à tout ce qui l’entourait. — (Alphonse Daudet, Le petit chose, 1868, rééd. Le Livre de Poche, page 9)
  3. (Aéronautique) (Militaire) Vibrations aéroélastiques, irrégulières et de basse fréquence, affectant la cellule d’un avion.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

TREMBLEMENT (tran-ble-man) s. m.
  • 1Agitation de ce qui tremble. Le tremblement d'un pont suspendu.
  • 2Tremblement de terre, secousse qui ébranle violemment la terre. Ce qui mérite bien notre attention, c'est le tremblement de terre que la Chine essuya en 1699, sous l'empereur Cam-hi ; ce phénomène fut plus funeste que celui de Lisbonne ; il fit périr, dit-on, environ quatre cent mille hommes, Voltaire, Mœurs, 195. Y a-t-il des phénomènes météorologiques qui annoncent ou accompagnent les tremblements de terre, comme chaleur extraordinaire, calme, orages, mouvements du baromètre, électricité, vapeurs épaisses dans l'air, pâleur ou couleur particulière du soleil ou des étoiles ? Saussure, Voy. Alpes, t. VIII, p. 307, dans POUGENS. La capitale du Pérou, renouvelée en détail par onze tremblements de terre, fut enfin détruite par le douzième, Raynal, Hist. phil. VII, 31.

    Fig. Mandez-moi… de quelle sorte de tranquillité vous jouissez maintenant qu'il ne peut plus arriver nul tremblement de terre dans vos affaires, Sévigné, à Mme de Guitaut, 29 oct. 1692.

  • 3Agitation involontaire de tout le corps ou de quelques-unes de ses parties. Quand Psyché se vit dans les airs, en si mauvaise compagnie que celle-là [les Furies], un tremblement la saisit ; ses cheveux se hérissèrent, La Fontaine, Psyché, II, p. 171. Le tremblement de colère, l'éblouissement qui me gagnaient en lisant ce billet, Rousseau, Conf. IX. Je la pris, pour l'ouvrir, avec un tremblement d'impatience, dont j'eus honte au dedans de moi, Rousseau, ib. VII.

    Absolument. Terme de médecine. Agitation involontaire du corps ou de quelque membre par petites oscillations compatibles avec l'exécution des mouvements volontaires, qui n'en continuent pas moins de se produire, et qui ne font que perdre de leur précision. Le tremblement des vieillards.

  • 4 Terme de musique. Le tremblement consiste, sur les instruments à cordes, à secouer la main, le doigt restant à la même place, sauf qu'il oscille par le mouvement de la main vers le haut ou le bas de la corde d'une quantité très petite ; sur les instruments à vent où le trou reste toujours ouvert ou bouché, il est produit par le tremblement de l'instrument tout entier. Qu'il ait sur chaque ton ses rimes ajustées, Sur chaque tremblement ses syllabes comptées, Corneille, Excuses à Ariste.
  • 5Fig Crainte, grande frayeur. La louange que l'on donne à Dieu, doit être accompagnée de tremblement, Sacy, Bible, Job, XXXVII, 22. Un saint tremblement de ses jugements [de Dieu], mais une confiance toute fondée sur les mérites infinis de Jésus-Christ, Sévigné, 481. [Les Juifs convertis au christianisme] s'étant retirés, comme Loth sorti de Sodome, dans une petite ville, où ils considéraient avec tremblement les effets de la vengeance divine [sur Jérusalem], dont Dieu avait bien voulu les mettre à couvert, Bossuet, Hist. II, 9. [M. le Prince, fils du grand Condé] tenant tout chez lui dans le tremblement, la fougue et l'avarice étaient ses maîtres qui le gourmandaient toujours, Saint-Simon, 225, 11.
  • 6Se dit des sinuosités d'une écriture en usage au moyen âge.

HISTORIQUE

XIIe s. E firent grant paor e grant tremblement à toz ceaus [tous ceux] des herberges [des camps], Machab. II, 13.

XIIIe s. Poor est tremblement de pensée por cause de perill qui est present ou qui est à venir, Dig. f° 48.

XIVe s. Se aucun estoit qui ne crainsist chose du monde ne mouvement ou tremblement de la terre ne inundations, Oresme, Éth. 81.

XVIe s. La ville de Pisaurum par un violent tremblement de terre fut engloutie, Amyot, Anton. 77.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

TREMBLEMENT. Ajoutez :
7 Familièrement. Tout le tremblement, tout ce qui appartient à une opération, dîner, emménagement, etc., avec une idée d'embarras.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

Tremblement, (Médecine.) un mouvement alternatif, involontaire, lâche, & désordonné dans un de nos organes particuliers, ou dans plusieurs ensemble s’appelle tremblement.

Cette maladie qui consiste dans une violente agitation des membres en directions contraires, est due au manque de ton, & aux efforts des parties attaquées pour reprendre ce ton.

Les Médecins distinguent deux especes de tremblemens, qu’ils nomment tremblement actif & tremblement passif. Le tremblement actif est celui qui arrive dans les violentes passions, telles que la terreur, la colere, la joie subite, &c. l’on doit rapporter cet état à des mouvemens demi-convulsifs. Le tremblement passif est dû à une cause particuliere, & approche des affections demi-paralytiques ; mais les tremblemens passifs considérés comme maladie, doivent être distingués de ceux qui sont produits par des causes accidentelles, telles qu’est le tremblement qui succede au bain dans une eau très-froide.

Causes. Les causes internes des tremblemens passifs considérés comme maladie, sont la flaccidité des nerfs, le relâchement du ton des parties, le manque ou le cours déréglé des esprits animaux ; les causes externes & accidentelles sont en grand nombre, comme l’omission des évacuations accoutumées, les trop grandes évacuations, les longues maladies qui ont précédé, l’abus des liqueurs spiritueuses, les humeurs cacochimiques & mélancoliques, les trop grandes veilles, la débauche du vin & des femmes, les exhalaisons minérales dans ceux qui travaillent aux mines, &c.

Prognostiques. Le tremblement de naissance ou de vieillesse est inguérissable ; en général, plus le tremblement est confirmé par le tems, & moins aisément peut-on y remédier. Le tremblement qui vient du travail des mines de mercure admet rarement des remedes, & fait craindre qu’il ne dégénere en paralysie. Le tremblement qui vient de lui-même dans les femmes grosses, annonce d’ordinaire l’avortement ou l’accouchement prochain ; celui qui succede à l’accouchement & qui est causé par la suppression des vuidanges est très-dangereux, & occasionne quelquefois l’épilepsie.

Méthode curative. L’abus des veilles, celui des plaisirs de l’amour, les trop grandes évacuations du sang & des humeurs, & la diete poussée trop loin, sont autant de choses qui épuisent les esprits & qui produisent en conséquence des tremblemens ; on les guérira en évitant toutes ces causes, en employant des alimens faciles à digérer & propres à réparer les forces, en procurant le repos & le sommeil, enfin en usant des remedes fortifians.

Le mouvement désordonné des esprits, qui précede d’un long abus des liqueurs spiritueuses, d’opiats, & d’usage d’antimoine, de mercure, de dissolutions de plomb, nous présente autant de sources de tremblemens presque sans remedes, même en évitant les causes d’où ils naissent ; mais le tremblement qui procede des boissons d’eaux chaudes, comme des infusions de thé, de caffé, &c. se guérit en en quittant l’usage, & en usant des remedes qui fortifient le ton des visceres. Le tremblement des mains demande en particulier des frictions du bras, des poignets, qu’on lavera fréquemment d’eau ferrée, chargée de décoctions de feuilles d’armoise, de sauge, de marjolaine ; les esprits tirés de ces herbes, & autres semblables nervins sont utiles.

Les passions de l’ame qui, par leur violence, ont causé un grand tremblement dans des personnes pléthoriques, demandent la saignée, s’il y a des signes d’inflammation ; autrement les tremblemens de cette nature cessent d’eux-mêmes par le secours des rafraîchissans.

Les tremblemens qu’éprouvent fréquemment les personnes mobiles & dont les nerfs sont délicats, veulent être traités par les nervins anti-spasmodiques. Les éléosacchara de l’esprit de lavande ou de fleur d’orange, conviennent aux tremblemens des tempéramens pituiteux & phlegmatiques.

On employera les frictions & onctions d’onguent martiatum, ou d’huiles nervines, au dos, aux lombes, & aux cuisses des personnes dont les jambes & les piés souffrent de légers tremblemens.

On rétablira par les remedes accoutumés tout tremblement né de la suppression de quelque humeur habituelle ; celle de la transpiration & de la sueur, par les diaphorétiques ; celle des hémorrhoïdes, par les sangsues ; celle des regles, par la saignée, les emménagogues ; la retention d’urine, par la sonde, les bains, les diurétiques, &c.

Les tremblemens qui doivent leur naissance à des humeurs atrabilaires portées au cerveau, demandent une prompte révulsion, & leur expulsion du corps par des purgatifs.

Les humeurs cacochimiques, scorbutiques, qui produisent le tremblement, doivent être évacuées, corrigées ; ensuite on rétablira le ton des visceres par des corroborans internes & externes, par les antiputrides, par les frictions d’huile de castor & d’esprits de plantes aromatiques.

Il résulte de ce détail que tout tremblement est causé par le déréglement de l’action des solides ou des fluides qu’il faut rétablir pour en opérer la guérison ; mais comme le tremblement fébrile est un épiphénomene de la fievre, nous lui devons un article à part.

Tremblement fébrile, (Médec.) le tremblement de la fievre est mieux connu qu’on ne peut le définir. Il suppose une alternative de tension & de relaxation dans les muscles ; il suppose aussi des causes qui se succédant les unes aux autres, tendent & relâchent les muscles promptement & involontairement ; la circulation du liquide artériel & du suc nerveux, tantôt continuée, & tantôt interrompue, & par conséquent le cours de ces deux fluides suspendu, tantôt au commencement, & tantôt sur la fin de la maladie ; enfin leur longue absence à la suite d’une grande déperdition.

Si le tremblement dure long-tems, il forme des obstacles à la circulation des humeurs, & produit les vices qui en sont des suites. De-là on peut tirer son diagnostic & son prognostic.

Les accès des fievres intermittentes & remittentes, & surtout de la fievre quarte, commencent par le tremblement qui cesse de lui-même, & est succedé par la chaleur ; celui qui subsiste encore après la guérison de la maladie, doit être regardé comme l’effet de la débilité du corps.

Les tremblemens offrent des prognostics différens dans les fievres continues, ardentes, aiguës, inflammatoires ; ainsi, par exemple 1°. les tremblemens qui paroissent au commencement de ces sortes de fievres n’annoncent aucun danger, dès qu’ils ne sont pas durables. 2°. Mais les tremblemens qui augmentent avec le mal, présagent ordinairement le délire, les convulsions, & autres maux de la tête, si on n’y remedie par la saignée, les purgatifs, l’écoulement du ventre. 3°. Ceux qui viennent dans un jour critique avec d’autres bons signes, annoncent une crise ; autrement ils désignent une triste métastase & la mort, si d’autres signes facheux les accompagnent. 4°. Dans le déclin du mal & la destruction des forces ils sont toujours mauvais, car alors ils proviennent de la corruption des humeurs, de quelqu’autre facheuse métamorphose, de l’engorgement spasmodique du cerveau, &c.

La méthode curative des tremblemens fébriles consiste à rétablir l’égalité de la circulation & de la pression du sang artériel & des esprits, de l’un contre les parois des arteres, & des autres sur les fibres motrices : c’est ce qu’on peut faire au commencement de la maladie par l’usage des remedes qui dissipent la lenteur, qui rétablissent les forces ; & à la fin par ceux qui peuvent réparer en peu de tems les liquides qu’on a perdus, & fortifier les fibres & les visceres. V. les beaux commentaires du docteur Van-Swieten. (D. J.)

Tremblement, en Musique, est le nom qu’on a donné quelquefois à cet agrément du chant que les Italiens appellent trillo, & que nous ne connoissons aujourd’hui que sous le nom de cadence. Il y en a de plusieurs sortes distinguées sous divers noms par les maîtres de goût du chant. Voyez Cadence, Goût du chant. (S)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « tremblement »

Trembler ; provenç. tremolament.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

De trembler, avec le suffixe -ment.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « tremblement »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
tremblement trɑ̃blǝmɑ̃

Citations contenant le mot « tremblement »

  • Un tremblement de terre d'une magnitude de 5,5 est survenu dans la partie sud de la dorsale médio-atlantique à 09H17 GMT samedi, selon l'Institut d'études géologiques des Etats-Unis. , Un tremblement de terre de magnitude 5,5 frappe le sud de la dorsale médio-atlantique
  • Chaque baiser est un tremblement de terre. De George Gordon, Lord Byron
  • Le tremblement de terre est un mouvement de l'écorce terrestre, qui commence par une oscillation et finit par une tombola. De Aurélien Scholl
  • La télévision utilise toute la force de l'évidence, et elle est capable de présenter immédiatement à la conscience ce que les mots échouent à représenter : le tremblement, un peu trouble, du réel. De Michèle Cotta / Les dossiers de l’Audiovisuel
  • Les causes de ce tremblement de terre sont bien connues. Là où il a eu lieu, la plaque tectonique pacifique plonge un peu plus chaque année sous la plaque nord-américaine. Parfois, les deux plaques s'entrechoquent puis se décoincent lors d'un puissant tremblement de terre. Futura, Brève | Un tremblement de terre de magnitude 7,8 enregistré en Alaska
  • Mauvais moment pour Cardi B ! La Californie se retrouve secouée par un tremblement de terre... Et la rappeuse ne se sent pas très bien ! MCE TV, Cardi B panique face à un tremblement de terre !
  • Un séisme d'une magnitude de 3,7 est survenu ce jeudi matin dans le secteur de Saint-Sauveur-de-Givre-en-Mai, dans le nord des Deux-Sèvres. Le tremblement de terre qui n'a fait ni blessé, ni dégât a été ressenti par de nombreux habitants.  France 3 Nouvelle-Aquitaine, Deux-Sèvres : de nombreux témoignages après un tremblement de terre près de Bressuire
  • Léger tremblement de terre au Sud de Grenoble , Vendée : Un léger tremblement de terre ressenti ce matin
  • jeudi, 30 juillet 2020 à 10:34 - Un tremblement de terre a secoué la Californie, jeudi. L'épicentre se trouve dans la région de Los Angeles. Cet événement ne fait qu'éveiller la crainte d'un séisme apocalyptique. , MétéoMédia - Un tremblement de terre secoue la Californie
  • Nabilla réveillée par un tremblement de terre à Los Angeles Public.fr, Nabilla réveillée par un tremblement de terre à Los Angeles
  • Sur cette longue ligne de faille qui s’étend sur 1 300 kilomètres en Californie, les tremblements de terre sont une préoccupation permanente. Selon une nouvelle étude, la probabilité qu’un séisme de magnitude élevée se produise près de la ville animée de Los Angeles est trois à cinq fois plus importante que prévu. L’étude, publiée dans la revue scientifique Bulletin of the Seismological Society of America, montre que les séismes de Ridgecrest ont augmenté les chances de survenue d’un tremblement de terre le long de la faille de Garlock. Si tel est le cas, il pourrait également provoquer une rupture sismique de la faille de San Andreas qui, selon les chercheurs, a une chance sur 87 de se produire d’ici un an. National Geographic, Les récents tremblements de terre en Californie ont rendu le Big One plus probable | National Geographic

Traductions du mot « tremblement »

Langue Traduction
Anglais tremor
Espagnol temblor
Italien tremore
Allemand tremor
Chinois 震颤
Arabe رعشه
Portugais tremor
Russe тремор
Japonais 身震い
Basque dardara
Corse tremu
Source : Google Translate API

Synonymes de « tremblement »

Source : synonymes de tremblement sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « tremblement »

Partager