La langue française

Ébranlé

Définitions du mot « ébranlé »

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉBRANLÉ, ÉE, part. passé et adj.

I.− Part. passé de ébranler*.
II.− Adj. Qui a subi un choc. Bompard dont le cerveau ébranlé gardait la trace d'une terrible secousse (A. Daudet, Tartarin Alpes,1885, p. 260):
... le remords qu'elle [Germinie] n'avait jamais pu tuer en elle, était maintenant tout vivant et tout criant dans son être affaibli, ébranlé, encore mal renoué à la vie... Goncourt, Germinie Lacerteux,1864, p. 158.
Fréq. abs. littér. : 840. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 495, b) 1 389; xxes. : a) 1 251, b) 799.

Wiktionnaire

Adjectif

ébranlé \e.bʁɑ̃.le\

  1. Qui est soumis à des secousses.
  2. (Figuré) Ému.
  3. (Figuré) Qui doute de son point de vue, de ses opinions.
  4. Branlant.
    • Les dents ébranlées de Georgine pouvaient à peine croquer la plus friable des biscottes. — (Marguerite Yourcenar, Souvenirs pieux, 1974, collection Folio, page 150)

Forme de verbe

ébranlé \e.bʁɑ̃.le\

  1. Participe passé masculin singulier de ébranler.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉBRANLER. v. tr.
Amener par des secousses une chose à ne plus être dans une ferme assiette. Les vents ont ébranlé la maison. Ce coup lui a ébranlé le cerveau. Les voûtes du temple s'ébranlèrent. Fig., Un empire que les discordes ont ébranlé. Ébranler le pouvoir de quelqu'un. Ébranler le crédit public. En parlant des Personnes, il signifie Émouvoir quelqu'un, faire qu'il soit moins ferme dans la situation d'esprit où il était, dans ses opinions, dans ses résolutions. Ces raisons l'ont fort ébranlé. Les menaces ne sauraient m'ébranler. Les malheurs, les disgrâces n'ont point ébranlé son courage, sa constance. Une fermeté qui ne s'ébranle jamais. On dit de même Ébranler la résolution de quelqu'un, ébranler son espoir.

S'ÉBRANLER signifie particulièrement, en termes de Guerre, Se mettre en mouvement, commencer un mouvement. Des troupes qui s'ébranlent.

Littré (1872-1877)

ÉBRANLÉ (é-bran-lé, lée) part. passé.
  • 1À qui ou à quoi un mouvement d'oscillation a été communiqué. Les maisons ébranlées par les secousses du tremblement de terre. Le Taygète et les autres monts furent ébranlés jusque dans leurs fondements ; plusieurs de leurs sommets, détachés de leur place, s'écroulèrent, Rollin, Hist. anc. Œuvres, t. III, p. 384.
  • 2 Fig. Un trône ébranlé. Rassurez vos États par sa chute ébranlés, Racine, Alex. IV, 2. Et des Césars un jour la puissance ébranlée, Voltaire, Guèbr. I, 1.

    Une santé ébranlée par les peines morales.

    Nerfs ébranlés, état nerveux dû à des souffrances physiques ou à des émotions morales.

  • 3Emu, séduit, touché. Ébranlé dans sa résolution par les raisons qu'on lui donna. Son esprit ébranlé par les objets présents, Corneille, Hor. I, 1. Il tâche à raffermir leurs âmes ébranlées, Corneille, Cinna, IV, 1. Quand on est loin, la raison n'est pas si ébranlée ; mais elle l'est étrangement en la présence de l'objet, Pascal, Disc. sur l'amour.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « ébranlé »

Adjectivation du participe passé de ébranler.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « ébranlé »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
ébranlé ebrɑ̃le

Citations contenant le mot « ébranlé »

  • Dans cette école, qui a vu passer cinq présidents de la République, des quantités de ministres, bon nombre de patrons et des journalistes en pagaille, le scandale paraît toujours raconter – même injustement – les travers de la fine fleur du pays. Il résume en tout cas ce qu’était le pouvoir de ce professeur que rien n’a ébranlé pendant si longtemps. Le Monde.fr, Sciences Po, cœur du pouvoir d’Olivier Duhamel
  • De même qu'un roc massif n'est pas ébranlé par la tempête, ainsi le sage n'est pas agité par le blâme ou la louange. De Dhammapada
  • Le fragile édifice de la souveraineté populaire qui fonde la non moins fragile démocratie : Ne risque-t-il pas d'être ébranlé par la mondialisation du droit ? De Antoine Spire / Le Monde de l'éducation - Juillet - Août 2001
  • Le secteur de la formation ébranlé par la crise LEFIGARO, Le secteur de la formation ébranlé par la crise
  • Les salles affichent portes closes, les tournages sont interrompus, retardés, perturbés... Le cinéma finit l'année 2020 profondément ébranlé par la pandémie de coronavirus. Même si le Conseil d'État a alimenté un petit espoir, laissant espérer une réouverture des salles quand la situation sanitaire s'améliorera, le 7e art va devoir se renouveler et aborde l'année 2021 dans l'incertitude totale.Des étoiles du Grand Rex à Paris, aux multiplexes des zones commerciales, en passant par les cinés associatifs, c'est une même image désespérante de fauteuils vides et d'écrans noirs qui restera. Confinement et mesures sanitaires obligent, les 2000 cinémas français, parc unique au monde, auront été fermés près de la moitié de l'année. Seuls les mois de janvier et février ont connu une exploitation "normale", sans jauge réduite. Du jamais vu en 125 ans d'histoire du cinéma, même en temps de guerre, se pincent les professionnels. Franceinfo, Ébranlé par une année 2020 catastrophique, le cinéma aborde 2021 dans une incertitude totale
  • Il a appelé à poursuivre tous ceux qui ont été impliqués dans des actes "d'insurrection" le 6 janvier, lors des violences qui ont fait cinq morts et profondément ébranlé le pays. TV5MONDE, A la veille de son "impeachment", Trump rejette toute responsabilité

Traductions du mot « ébranlé »

Langue Traduction
Anglais shaken
Espagnol agitado
Italien scosso
Allemand erschüttert
Chinois 摇动
Arabe اهتزت
Portugais abalado
Russe потрясен
Japonais 振った
Basque astinduta
Corse scuzzulatu
Source : Google Translate API

Antonymes de « ébranlé »

Ébranlé

Retour au sommaire ➦

Partager