La langue française

Doucement

Sommaire

  • Définitions du mot doucement
  • Étymologie de « doucement »
  • Phonétique de « doucement »
  • Évolution historique de l’usage du mot « doucement »
  • Citations contenant le mot « doucement »
  • Images d'illustration du mot « doucement »
  • Traductions du mot « doucement »
  • Synonymes de « doucement »
  • Antonymes de « doucement »

Définitions du mot doucement

Trésor de la Langue Française informatisé

DOUCEMENT, adv.

D'une manière douce*.
A.− [Correspond à doux I A]
1. D'une manière douce, délicate, agréable aux sens.
a) Domaine du goût.Tout ça [le mariage de Daniel] pour en venir là, au fauteuil d'osier, au goût doucement pourri du marc dans sa bouche (Sartre, Sursis,1945, p. 107).
b) Domaine de l'odorat.Pour plancher, j'ai l'herbe fine, fleurie d'une minuscule variété d'iris : c'est un beau tapis violet doucement odorant (Loti, Au Maroc,1889, p. 19).Le voyageur solitaire ne perçut d'abord des ténèbres qu'une odeur plus violente et plus âcre, parfois doucement miellée, de la forêt endormie (Bernanos, Nuit,1928, p. 18).
c) Domaine de la vue
α) [En parlant d'une couleur] La femme dans des tons doucement roses, violets et blancs (Goncourt, Journal,1860, p. 818):
1. Coucher de soleil : L'œil se caressait « à le regarder, c'était une couleur si douce, si suave! C'était un mélange de lumière, d'opale et d'azur, tout cela mêlé et fondu si doucement que cela formait une nuance d'un charme inexprimable » : ce devait être là comme le disait si bien Mmede Caud, la couleur de l'Olimpe. Chênedollé, Journal,1817, p. 87.
β) [En parlant d'une forme] :
2. Mon berceau ne fut qu'un sourire, et mon père et ma mère et les montagnes. Et, sans doute, parce que je fus ainsi enveloppé de ces lignes doucement incurvées qui font les lèvres joyeuses pareilles aux Pyrénées ensoleillées, tout au long de ma vie ce qui m'a le plus impressionné dans les physionomies, c'est le sourire. Jammes, Mémoires,1922, p. 147.
En partic. [En parlant d'un élément du relief] Le pays, doucement vallonné, semble un parc de la campagne anglaise (Gide, Retour Tchad,1928, p. 950).
d) Domaine du toucher.D'une main machinale, Laure (...) lui caressait doucement les cheveux (Daniel-Rops, Mort,1934, p. 408).
e) Domaine de l'ouïe.Chanter, parler doucement. On frappa doucement à la porte (Genlis, Chev. Cygne,t. 1, 1795, p. 179).On me dit : « Il [M. Lavisse] n'est pas méchant. C'est un bon homme. » On ajoute doucement : « C'est un faible » (Péguy, Argent,1913, p. 1268).Songez à son application [du tourneur] (...) à marteler sa cloche ou sa cuve de bronze, tout ce qui est doucement et mélodieusement sonore (Faure, Espr. formes,1927, p. 67).
2. P. ext.
a) Avec des mouvements doux, sans brusquerie ni à coups. Ce cheval galope fort doucement (Ac. 1798); voiture qui part doucement (Rob.1955).
b) D'une façon discrète, légère. Et les branches étaient doucement frémissantes (Rostand, Musardises,1890, p. 55).Par-dessus le mur, les lilas aux rameaux touffus balançaient doucement, imperceptiblement, les grappes desséchées de leurs fleurs (Carco, Voix basse,1938, p. 40):
3. Je n'ai pas de conseil à vous donner, ma petite Lucie, disait MmeTroussereau; mais avec votre façon de ranger votre armoire, je me demande comment vous pouvez vous y retrouver. Maman blêmissait doucement car elle avait, juste, toutes sortes d'idées héréditaires sur la façon de ranger les armoires. Duhamel, Chronique des Pasquier,Le Notaire du Havre, 1933, p. 113.
3. De façon progressive. (Quasi-)synon. lentement.Je fais tout doucement ma petite maison, Et j'amasse en été pour l'arrière-saison (Collin d'Harl., Vieux célib.,1792, II, 2, p. 33).Mon cœur, ardent et lourd, est cette poire Qui mûrit doucement sa pelure au soleil (Noailles, Cœur innombr.,1901, p. 18).Elle commence tout doucement à s'accoutumer à Disraëli et les traite, lui et sa femme, avec bonté (Maurois, Disraëli,1927, p. 218).
− Domaine culin. et techn.[En parlant d'un aliment] Cuire* doucement. Au fond du chaudron de fer, un paleron de jeune porc frais gratinait doucement avec un morceau d'échinée (Guèvremont, Survenant,1945, p. 102).
4. Fam. (Aller) (tout) doucement. Médiocrement, assez mal, couçi-couça. Les affaires vont doucement :
4. ... nous vivons, dit-il, tout doucement. J'ai bien de petits agrémens, je prends tout le bois qu'il me faut dans la forêt; j'ai une bonne basse-cour, mon potager me donne des légumes en quantité, et comme le maître du château ne vient jamais dans sa terre, le père Schmitt est regardé comme le seigneur; il n'y a que l'argent qui manque un peu pour payer exactement le prix de la ferme; ce diable d'argent, ... Sénac de Meilhan, L'Émigré,1797, p. 1643.
B.− [Correspond à doux I B 1] Au fig. D'une manière agréable, calme, tranquille. Dormir, vivre doucement :
5. ... mon cœur ne s'arrête pas à désirer une froide reconnaissance, et je serais malheureux si je n'espérais pas, qu'elle [la Comtesse] regrette un peu les momens que nous avons si doucement passés ensemble sans trouble et sans crainte. Je suis prêt à m'abandonner au désespoir, quand j'envisage l'avenir. Sénac de Meilhan, L'Émigré,1797p. 1712.
C.− [Correspond à doux I B 2]
1. [Correspond à doux I B 2 a]
a) D'une manière douce, sans brusquerie, ni violence; avec des gestes mesurés, des manières délicates. Prendre, pousser doucement. Jésus aussi était un simple berger... Pasteur des cent brebis qui sont demeurées dans le bercail, pasteur de la brebis égarée... La prend doucement et la rapporte lui-même sur ses épaules (Péguy, Porche Myst.,1911, p. 208).
b) D'une humeur égale, avec modération et bienveillance envers autrui. Parler doucement. − Buvez un verre! proposa-t-il [Pascin] doucement, gentiment, de sa voix nasillarde (Carco, Montmartre,1938, p. 27).
P. anal. [En parlant d'un objet personnifié] Le vieux landau se plaint, mais doucement, poliment, sans rien perdre de sa dignité (V. Larbaud, Enfantines,1918, p. 136).
c) Sans heurter, sans faire de peine. Mon père lui reprochoit doucement [à Balahac] de gâter par de tels soins la première éducation qu'il m'avoit donnée (Genlis, Chev. Cygne,t. 3, 1795, p. 232).Il faut me traiter doucement; si vous êtes malade, je le suis aussi; il faut avoir soin l'un de l'autre (Musset, Confess. enf. s.,1836, p. 257).L'on est grondé doucement d'avoir oublié d'anciens amis (Goncourt, Ch. Demailly,1860, p. 77).
En exclamation. [Pour inviter au calme qqn de violent] (Quasi-)synon. tout doux(cf. doux II A 1 c).Puis la peste viendra, puis nous périrons tous. La peste! dit Guillot : doucement, calmez-vous, Je ne vois point cela, compère (Florian, Fables,Deux paysans et nuage, 1792, p. 159):
6. victor (...) d'un ton menaçant. − Et toi qui te charge d'un pareil message, qui que tu sois, tremble de l'avoir outragé. forban, avec le plus grand sang-froid. − Doucement, jeune homme, ne t'y fie pas; tu ne serois pas le plus fort. Adieu : fais ma commission, ou tu es perdu toi même. Guilbert de Pixérécourt, Victor,1798, I, 6, p. 15.
2. Au fig. [Correspond à doux I B c] D'une manière qui touche agréablement l'esprit, le cœur, l'imagination.
a) Domaine affectif.J'aime mieux Mmede La Châtre que François. Nous nous convenons davantage, mais je vivrais très doucement avec tous les deux (Staël, Lettres L. de Narbonne,1794, p. 274).C'était une de ces belles soirées de mai, d'autant plus exquises qu'elles sont, là, plus rares, − un de ces longs crépuscules du Nord appelant les rêveries vagues et doucement tristes (Loti, Journal intime,t. 1, 1878-1881, p. 77).
b) Domaine amoureux.(Quasi-)synon. tendrement.Répondez doucement à cette lettre : qu'à Francfort je trouve un mot qui me soutienne, qui me dise que vous me voyez arriver sans peine et que vous me recevrez avec amitié (Staël, Lettres L. de Narbonne,1794p. 198).Et madame de Fontenay, sans jalousie vive, pensait : Il [Pierre] nous aime Marie et moi si doucement, qu'il ne peut pas choisir entre nous deux (Noailles, Nouv. espér.,1903, p. 158).
Prononc. et Orth. : [dusmɑ ̃]. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. Dernier quart xes. tan dulcement (Passion de Clermont, éd. d'A. S. Avalle, 106). Dér. du rad. fém. de l'adj. doux, douce*; suff. -ment2*. Fréq. abs. littér. : 5 968. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 5 187, b) 9 002; xxes. : a) 10 319, b) 9 925.

Wiktionnaire

Adverbe

doucement \dus.mɑ̃\

  1. (Didactique) D’une manière douce.
    • Ce qui venait de tomber sur le lit, en un mince lambeau soyeux, léger et lent, c’était le corsage qui la serrait doucement au cou, et fort à la taille… — (Henri Barbusse, L’Enfer, Éditions Albin Michel, Paris, 1908)
  2. (En particulier) Avec ménagement, délicatement, sans violence, sans brutalité.
    • Il saisit Héloïse, l'enlève entre ses bras […], et la transporte doucement, parmi les couvertures qu'il rabat sur elle. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Cette affaire veut être conduite doucement.
  3. (En particulier) Lentement.
    • Vous marchez bien doucement. — Allez doucement.
  4. (En particulier) Sans bruit, avec peu de bruit.
    • […] ; et l’on voyait déjà quelques embarcations filer doucement sur l’eau que battaient les grands avirons, pareils à des vols de goélands lents et bas. — (Octave Mirbeau, Les eaux muettes )
    • Il faut marcher doucement dans la chambre d’un malade. — Je me glissai doucement auprès de lui. — Frapper doucement à la porte.
  5. (En particulier) À voix basse.
    • Ils parlaient très doucement, de façon à ne pas être entendus.
  6. (En particulier) Sans éprouver d’agitation, avec calme.
    • Sommeiller doucement. — Vivre doucement dans la solitude. — Mourir doucement au milieu de ses amis.
  7. (En particulier) Avec humanité, avec bonté.
    • Un vainqueur généreux traite doucement les vaincus. — Il en use doucement avec son personnel.
  8. (En particulier) Sans sévérité, sans aigreur.
    • Châtier doucement. — Reprendre quelqu’un doucement de ses fautes. — Je lui fis doucement la guerre sur sa négligence.
  9. (En particulier) Sans emportement.
    • Nous nous expliquâmes doucement, et il fut convenu que…
  10. (En particulier) Agréablement.
    • Passer le temps doucement avec ses amis, avec ses livres.
  11. (En particulier) Médiocrement, faiblement.
    • Comment va le malade ? Doucement, très doucement.
    • Cette affaire marche-t-elle ? Tout doucement.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DOUCEMENT. adv.
D'une manière douce. Cet adverbe a des acceptions très variées, dont voici les principales et les plus usitées : Avec ménagement, délicatement, sans violence, sans brutalité. Allez-y plus doucement. Poser une chose à terre doucement. Bercer doucement. Cette affaire veut être conduite doucement. Il faut s'y prendre doucement. Lentement. Vous marchez bien doucement. Allez doucement. Sans bruit, avec peu de bruit. Il faut marcher doucement dans la chambre d'un malade. Entrez doucement. Je me glissai doucement auprès de lui. Frapper doucement. À voix basse. Ils parlaient très doucement, de façon à ne pas être entendus. Sans éprouver d'agitation, avec calme. Sommeiller doucement. Vivre doucement dans la solitude. Mourir doucement au milieu de ses amis. Avec humanité, avec bonté. Un vainqueur généreux traite doucement les vaincus. Il en use doucement avec son personnel. Sans sévérité, sans aigreur. Châtier doucement. Reprendre quelqu'un doucement de ses fautes. Je lui fis doucement la guerre sur sa négligence. Sans emportement. Nous nous expliquâmes doucement, et il fut convenu que... Agréablement. Passer le temps doucement avec ses amis, avec ses livres. Médiocrement, faiblement. Comment va le malade? Doucement, très doucement. Cette affaire marche-t-elle? Tout doucement. Il s'emploie en façon d'interjection, lorsqu'on veut contenir ou réprimer la vivacité, la pétulance, l'impatience, l'emportement, etc., de quelqu'un. Doucement, chauffeur, vous allez trop vite. Doucement, monsieur, vous oubliez les égards qui sont dus à mon âge. Oh! doucement, il me reste encore des objections à vous faire. Doucement, doucement, ne nous échauffons point.

Littré (1872-1877)

DOUCEMENT (dou-se-man) adv.
  • 1D'une manière douce, délicate, légère. Frotter doucement. Frapper, toucher doucement. Marcher doucement. La fortune passa, l'éveilla doucement, Et lui dit : mon mignon, je vous sauve la vie, La Fontaine, Fabl. V, 11. Elle voyait facilement sa sœur qu'un rayon de lumière éclairait doucement, Staël, Corinne, XVII, 9.
  • 2Lentement. Pour délasser le soldat que cette expédition avait fatigué, il revint doucement à Babylone, Vaugelas, Q. C. 594. Mon avis c'est d'y aller tout doucement à pied, Sévigné, 193. Si l'on travaille tous les jours aussi doucement qu'aujourd'hui, le procès durera encore un temps infini, Sévigné, Lett. 24 nov. 1664.
  • 3À voix basse, sans bruit. Parler doucement. Je me suis doucement esquivé sans rien dire, Molière, Fâch. I, 1.
  • 4Doucement, tout doucement, c'est-à-dire peu à peu, graduellement. Allez doucement pour les austérités, Bossuet, Lett. Corn. 124. Si elles [vos opinions] paraissaient tout à coup dans leur dernier excès, elles causeraient de l'horreur ; mais le progrès lent et insensible y accoutume doucement les hommes et en ôte le scandale, Pascal, Prov. 13. J'approche tout doucement du moment où les philosophes et les imbéciles ont la même destinée, Voltaire, Lett. d'Argence, 3 sept. 1770.
  • 5D'une manière calme, modérée, sans éclat. Je reçois doucement toutes les réprimandes que vous me faites sur ce sujet, Voiture, Lett. 25. Il l'a, grâces aux dieux, doucement amené [le prince], Corneille, Nicom. I, 5. Et la haine à mon gré les fait plus doucement [les divorces] Que quand…, Corneille, Héracl. III, 1. Mais proposer de front ou vouloir doucement Contre ce qu'il résout tourner son sentiment, C'est ce que nous n'osons ni moi ni pas un autre, Corneille, Attila, IV, 1. L'amour de Perpenna le fera révolter ; Souffrez qu'un peu de temps doucement le ménage, Corneille, Sertor. IV, 2. Je veux… Le chasser avec gloire, et mêler doucement Le prix de son mérite à mon ressentiment, Corneille, Nicom. II, 1. Je prends tout doucement les hommes comme ils sont, Molière, Mis. I, 1. On ne peut pas mieux dire ; en effet il est bon D'aller tout doucement…, Molière, Sganar. 13. Vous voulez doucement m'annoncer mon arrêt, Collin D'Harleville, Optimiste, III, 11.

    Aller doucement en besogne a aussi le sens d'agir mollement.

  • 6Avec bonté, sans sévérité. Reprendre quelqu'un doucement. Aussi furent-ils [les Juifs] toujours doucement traités, Bossuet, Hist. IIe, 5.
  • 7Commodément, agréablement, avec douceur. Passer le temps doucement avec ses amis. C'est mourir doucement, mais enfin c'est mourir, Corneille, Théod. V, 6. On se perd doucement quand on perd ce qu'on hait ; Et qui tue en mourant doit mourir satisfait, Rotrou, Hercule mour. II, 2.

    Dans une certaine aisance. On peut vivre doucement à la campagne sans grande dépense.

  • 8Médiocrement bien. Comment va le malade ? - Tout doucement, bien doucement.
  • 9Doucement s'emploie elliptiquement pour avertir quelqu'un de trop prompt, de trop vif. Doucement, monsieur, vous ne songez pas que vous êtes malade, Molière, Mal. imag. I, 5. Doucement ! diras-tu, que sert de s'emporter ? Boileau, Sat. VIII.

HISTORIQUE

XIe s. Et vers Franceis humbles est dulcement, Ch. de Rol. LXXXIX.

XIIe s. Si doucement ne fu trahis nus [nul] hom, Couci, VI. Là couronna sa fame Guiteclins li poissanz ; Doucement la baisa et estraint par les flans, Sax. v.

XIIIe s. Si vos pri [je vous prie] mout doucement que vos m'i laissiés aler, Villehardouin, CXVI. Au palefroy la montent sa gent mout doucement, Berte, IX. Quant li rois Pepins l'ot [ouït] si doucement parler, ib. CXII.

XVe s. Ce ban fait, on en fit un autre de par la ville de Bruges, que chacun et chacune reçut bellement et doucement en ses hostels les bonnes gens de Gand, Froissart, II, II, 56. Et lors le roy benignement et doulcement luy pardonna et faisoit ce qu'on vouloit, Juvénal Des Ursins, Charles VI, 1407.

XVIe s. Ce lion s'approcha tout doulcement de moy, Montaigne, II, 193. À celle fin que, s'il advient qu'on les perde, qu'on en supporte la peine plus doulcement, Amyot, De la tranquillité, 16.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « doucement »

Dérivé de doux avec le suffixe -ment.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Douce, et le suffixe ment ; provenç. dolzament, doussament ; espagn. dulcement ; portug. docemente ; ital. dolcemente.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « doucement »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
doucement dusmɑ̃

Évolution historique de l’usage du mot « doucement »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « doucement »

  • Je suis rempli de joie lorsque le jour se lève doucement par dessus le toit du ciel. De Anonyme / Chant esquimau
  • À Martigues, les salles de cinéma se remplissent doucement LaProvence.com, Société | À Martigues, les salles de cinéma se remplissent doucement | La Provence
  • En littérature, il faut arriver doucement, de peur d'attraper un chaud et froid. De Jules Renard / Journal 1893 - 1898
  • J'approche tout doucement du moment où les philosophes et les imbéciles ont la même destinée. De Voltaire
  • Les citations sont les pilotis de l'écrivain fantôme : sans elles, il s'enfoncerait doucement dans le néant. De Erik Orsenna / Grand Amour
  • Qui va doucement va sainement. De Proverbe français
  • Un curriculum vitae efficace murmure doucement : je suis un professionnel. De Anonyme
  • La lune bouge doucement mais elle traverse la ville. De Proverbe ashanti
  • Parlez doucement, et tenez un gros bâton, vous irez loin. De Theodore Roosevelt
  • Marchez doucement car vous marcher sur mes rêves. De William Butler Yeats
  • Allons sagement et doucement : trébuche qui court vite. De William Shakespeare / Roméo et Juliette
  • Nul ne skie assez doucement pour glisser sans laisser de traces. De Proverbe finnois
  • Si tu prends le monde comme il vient, il te prendra doucement. De Proverbe breton
  • Partir, c’est mourir un peu, mais rester, c'est crever doucement. De Gilles Veber / Gauthier
  • Le bonheur de nos amis est une lumière qui nous baigne doucement. De Romain Rolland / Lettres à Sofia Bertolini Guerrieri-Gonzanga
  • Au quotidien, la vie tend doucement vers la normale. Si Laetitia Lachieze, la nouvelle gérante du salon de coiffure, prévoit une ouverture fin juillet, début août, après travaux de réaménagement, la terrasse de l'Odyssée propose d'agréables moments de détente à ses clients, en partie retrouvés. Du côté de l'Auberge de la Renaissance, les repas à emporter viennent, chaque vendredi matin, compléter l'activité du marché. www.lejdc.fr, La vie reprend doucement, place de l’Église - Marzy (58180)

Images d'illustration du mot « doucement »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « doucement »

Langue Traduction
Anglais slowly
Espagnol despacio
Italien lentamente
Allemand langsam
Chinois 慢慢地
Arabe بلطف
Portugais lentamente
Russe медленно
Japonais ゆっくり
Basque astiro
Corse lentamente
Source : Google Translate API

Synonymes de « doucement »

Source : synonymes de doucement sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « doucement »

Partager