Dignité : définition de dignité


Dignité : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

DIGNITÉ, subst. fém.

A.− Sentiment de la valeur intrinsèque d'une personne ou d'une chose, et qui commande le respect d'autrui.
1. Prérogative ou prestige inaliénables dont jouit une personne en raison de son comportement, ou qui sont attachés à une chose, et qui leur valent considération et respect ou y donnent droit. La dignité de la personne humaine; la dignité de caractère. Synon. noblesse.Saint Augustin (...) insiste plutôt sur l'éminente dignité de la pensée, ouverte à l'illumination des idées divines (Gilson, Esprit philos. médiév.,1932, p. 4):
1. Les révoltés qui veulent ignorer la nature et la beauté se condamnent à exiler de l'histoire qu'ils veulent faire la dignité du travail et de l'être. Camus, L'Homme révolté,1951, p. 341.
2. Attitude de respect de soi-même, fierté. Conserver sa dignité, manquer de dignité; air de dignité. Synon. respectabilité :
2. Ainsi vécûmes-nous plusieurs semaines en contact quotidien avec l'opinion suisse, dont l'indépendance et la dignité pendant toute la guerre, à portée d'un si puissant voisin, ont mérité de faire l'admiration du monde, et nous ont si souvent réconfortés dans notre exil. Ambrière, Les Grandes vacances,1946, p. 122.
Comportement traduisant ce respect. Telle était la dignité des manières auxquelles j'étais accoutumée que je ne pouvais en vouloir à personne de ces refus (Soulié, Mém. diable,t. 1, 1837, p. 350):
3. ... Aimez-vous Calyste? − Non, certes. − Tant mieux, répondit Camille (...). Peut-être a-t-il pour vous un caprice (...) vous êtes svelte, élancée, et moi j'ai trop de dignité dans la taille... Balzac, Béatrix,1839-45, p. 204.
[Appliqué à un inanimé] La dignité de la redingote pastorale accentuait encore l'inélégance de son aspect (Gide, Si le grain,1924, p. 472):
4. Mais vient l'hiver de l'Europe centrale! Le froid immense et plein de dignité. C'est alors que je retrouve mon Allemagne comme une épouse aimable et comme un foyer chaud. Larbaud, A. O. Barnabooth,1913, p. 104.
B.− Prérogative (charge, fonction ou titre) acquise par une personne (un groupe de personnes), entraînant le respect et lui conférant un rang éminent dans la société. Une haute dignité. Il [César] me nomma préfet du prétoire des Gaules, dignité suprême dont l'autorité s'étend sur l'Espagne et sur les îles des Bretons (Chateaubr., Martyrs, t. 2, 1810, p. 108).On décida que le même homme ne serait plus revêtu de cette haute dignité sacerdotale que pendant dix ans (Fustel de Coul., Cité antique,1864, p. 312).Il [M. Briand] m'annonça que le décret m'élevant à la dignité de maréchal de France serait signé le soir même par le président de la République (Joffre, Mém.,t. 2, 1931, p. 432):
5. Les évêques reçoivent le pouvoir apostolique tandis que la dignité apostolique intransmissible repose sur l'Église dans sa totalité. Philos., Relig., 1957, p. 5201.
RELIG. CATH., rare. Bénéfice auquel est annexée quelque juridiction, auquel est attachée quelque prééminence ou quelque fonction particulière au sein d'un chapitre; p. méton., homme détenant ce bénéfice. Il y a des cathédrales où toutes les dignités portent la robe rouge; d'autres où il n'y a que la première dignité (Ac.1798-1878).
[Appliqué à un inanimé personnifié] :
6. − ... Nous devons sagement nous estimer heureux [dit le docteur au malade] quand ces prophéties complaisamment réalisées ne sont pas élevées ensuite à la dignité de lois naturelles. Péguy, De la Grippe I,1900, p. 8.
[P. anal. de situation] Position d'une planète dans le signe de son influence maximale :
7. ... maisons, signes zodiacaux, aspects, dignités telles que domicile ou élévation, sont les caractéristiques les plus importantes de la pratique astrologique car elles font de traits épars une image vivante et organique. Beer, Introd. à l'astrol.,1939, p. 228.
Prononc. et Orth. : [diɳite]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. 1155 « charge qui donne à quelqu'un un rang éminent » (Wace, Brut, éd. I. Arnold, 11114); 2. id. « situation éminente, grandeur (d'une chose) » (ibid., 9644); 3. 1265 « valeur, caractère d'une chose » (Brunet Latin, Trésor, éd. J. Carmody, I, 2); 4. ca 1370 « grandeur, qualité des personnes » (Oresme, Ethiques, éd. A. Menut, 285, 95a); 5. 1690 « manières empreintes de gravité » (Fur.). Empr. au lat. class.dignitas, -atis « mérite, estime, considération; charge, dignité publique; honorabilité », d'où l'a. fr. deintié « seigneurie, puissance » (Roland, éd. J. Bédier, 45) et « morceau d'honneur, de choix; friandise », spéc. « testicules du cerf », v. G. Tilander, Nouv. Mél. d'étymol. cynégétique, Lund, 1961, p. 291 sqq. Fréq. abs. littér. : 3 134. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 5 292, b) 4 128; xxes. : a) 3 498, b) 4 496. Bbg. Darm. Vie 1932, p. 51.

Dignité : définition du Wiktionnaire

Nom commun

dignité \di.ɲi.te\ féminin

  1. Gravité noble qui inspire la considération, commande le respect, les égards.
    • Elle retira son voile et laissa voir un visage où la dignité le disputait à la timide modestie. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • En revanche, la plus stupide de leurs tristes conceptions, l'esprit de dignité, est venu remplacer parmi nous la gaieté française. — (Stendhal, De l'Amour, 1822, 3e préface du 15 mars 1843)
    • …elles étaient, l’une pour l’autre, l’idéal d’une certaine perfection de manières tant soit peu froides et composées, qu’elles appelaient décence et dignité. — (Julie de Quérangal, Philippe de Morvelle, Revue des Deux Mondes, T.2,4, 1833)
    • Il arborait une manière de dignité burlesque qui préparait la salle en sa faveur, […]. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
    • Révolte de la dignité de la bête contre l'asservissement de l'homme. — (Philippe Delaroche, Caïn et Abel avaient un frère, Éditions de l'Olivier / Le Seuil, 2000, p. 124)
  2. (Philosophie) (Politique) (Droit) Fait que la personne humaine ne doit jamais être traitée comme un moyen, mais comme une fin en soi.
    • La dignité humaine.
    • Pour agir ainsi, il ne faut pas avoir le sentiment, la conscience de sa dignité.
  3. Poste, grade éminent, charge ou office considérable.
    • Il fit sentir à tout le monde le pouvoir sacré des lois, et ne fit sentir à personne le poids de sa dignité. — (Voltaire, Zadig ou la Destinée, VI. Le ministre, 1748)
    • Dans mon dernier passage à Francfort, j’avais trouvé mon oncle en possession de la maison et du jardin ; en sage fils, semblable à son père, il s’éleva aux plus hautes dignités de la république. — (Goethe, Campagne de France, 1822 ; traduction française de Jacques Porchat, Paris : Hachette, 1889, page 138)
    • La vérité est qu’en tout ils auraient voulu dominer, être les premiers, être chefs, et que ni Lebrac, ni Camus, forts du sentiment populaire qui les avaient portés à ces dignités, n’avaient l’intention de leur céder ces postes d’ailleurs tenus par eux avec une majesté en tout digne de l’investiture dont ils avaient été revêtus. — (Louis Pergaud, Deux Veinards, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
  4. (Astrologie) Fait qu'une planète soit valorisée par le lieu où elle est située dans un thème astral.
    • Lorsqu'une planète est complètement - ou un peu - chez elle, elle est en dignité. En dignité, car elle dispose de plus de pouvoir que si elle logeait chez quelqu'un d'autre. — (Denis Labouré, Cours Pratique d'Astrologie: Secrets de l'Astrologie des Anciens, 2004, Éditions Chariot d'Or, p. 133)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dignité : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DIGNITÉ. n. f.
Gravité noble qui inspire la considération, commande le respect, les égards. La dignité du magistrat, du juge, du prêtre. Perdre toute dignité. Compromettre sa dignité. Elle a un air de dignité. Il a beaucoup de dignité dans les manières. Avoir de la dignité dans le caractère, de caractère. Parler, agir avec dignité. Sa conduite manque de dignité. La dignité de la tragédie.

DIGNITÉ, au sens philosophique et moral, désigne Ce fait que la personne humaine ne doit jamais être traitée comme un moyen, mais comme une force en soi. La dignité humaine. Pour agir ainsi, il ne faut pas avoir le sentiment, la conscience de sa dignité. Il se dit aussi d'un Poste, d'un grade éminent, d'une charge, d'un office considérable. Dignité souveraine. Suprême dignité. Les premières dignités de l'État. Les plus hautes dignités. Être investi d'une nouvelle dignité. Être constitué en dignité. Parvenir aux dignités. Élever à une dignité. Les marques, les insignes d'une dignité. Dignité ecclésiastique. La dignité épiscopale ou de l'épiscopat.

Dignité : définition du Littré (1872-1877)

DIGNITÉ (di-gni-té ; au XVIe siècle, Palsgrave, p. 43 et 57, dit qu'on prononçait dinité) s. f.
  • 1Fonction éminente dans l'État ou l'Église. La dignité épiscopale. Le roi qui s'en souvint à son heure fatale, Me laisse comme à vous la dignité royale, Corneille, Pomp. I, 3. Toutes les dignités que tu m'as demandées, Je te les ai sur l'heure et sans peine accordées, Corneille, Cinna, V, 1. Quitte ta dignité comme tu l'as acquise, Corneille, ib. IV, 2. Ma vie est en vos mains, mais non ma dignité, Corneille, Nic. III, 1. Soutenir jusqu'au bout la dignité de reine, Corneille, D. Sanche, II, 1. De votre dignité soutenez mieux l'éclat, Boileau, Lutr. I. Qu'est-ce qu'une dignité, j'entends surtout dans les principes du christianisme, smon une spécieuse servitude, dit saint Basile de Séleucie ? Bourdaloue, Dim. de la Septuagés. Dominic. t. I, p. 368. Il y a pour arriver aux dignités ce qu'on appelle la grande voie ou le chemin battu ; il y a le chemin détourné ou de traverse, qui est le plus court, La Bruyère, VIII. Les versions grecques ni les versions latines ne nous donnent point d'idées justes des dignités chaldéennes marquées dans Daniel et dans Ézéchiel, Fleury, Mœurs des Israél. tit. XXV, 2e part. p. 325, dans POUGENS. Ils [les Pharisiens] étaient des hommes constitués en dignité, Voltaire, Phil. II, 165.
  • 2En quelques églises, certains bénéfices auxquels est annexée quelque juridiction ecclésiastique, quelque prééminence ou quelque fonction particulière dans le chapitre, comme celles de prévôt, doyen, trésorier, archidiacre, ou dans le chœur, comme celle de chantre, etc.

    Personnes qui possèdent ces bénéfices. Il y a des cathédrales où toutes les dignités portent la robe rouge.

  • 3Se dit des choses où l'on sent éminence et noblesse. Il comprit toute la dignité de son sujet. Quand on n'aurait point de considération pour une telle grandeur que celle de Dieu, il en faudrait avoir pour une telle vieillesse que celle de sa parole, et reconnaître le mérite des choses anciennes, quand on ne pourrait pas comprendre la dignité des choses divines, Guez de Balzac, Socr. chrét. disc. 7. Madame, pour laisser toute sa dignité à ce dernier effort de générosité, Corneille, Hérac. II, 7. Pour donner plus de dignité à l'action, Corneille, Ex. de Poly. Je sais peu de mes droits quelle est la dignité, Voltaire, Mérope, IV, 2.

    Sens analogue, en parlant des personnes. Toute la dignité de l'homme est en la pensée ; mais qu'est-ce que cette pensée ? qu'elle est sotte ! Pascal, Pensées, art. XXIV, 53, éd. Lahure, 1860. On ne sent pas les ténèbres d'une raison déchue de sa dignité, Massillon, Myst. Assomp.

  • 4Respect qu'on se doit à soi-même. Compromettre sa dignité. Il a perdu toute dignité.
  • 5Gravité dans les manières. Ses manières sont pleines de dignité. Parler, agir avec dignité. Son port avait de la dignité. Une gravité trop étudiée devient comique, ce sont comme des extrémités qui se touchent, et dont le milieu est dignité, La Bruyère, XII. Et de tout cela ensemble se forme un air de dignité qui n'appartient qu'à la vertu et que les dignités mêmes ne donnent point, Fontenelle, Dodart. Là brillaient sans orgueil mais non sans dignité Les Périclès, et les Alcibiades, Delille, Convers. Prol.
  • 6Affectation d'importance, de grandeur. Son air de dignité fait rire.
  • 7 Terme d'astrologie. Situation d'une planète dans le signe où elle a le plus d'influence.

HISTORIQUE

XIe s. Que nous perdons l'onur ne la deintet, Ch. de Rol. III.

XIIe s. Nel ferai, fait li il ; divine dignité Ne rendrai à lai [laïque] humme en trestut mon eé [âge], Th. le mart. 41. Et quand je fui à Londres esliz et alevez à ceste dignité…, ib. 44.

XIIIe s. Et rescrit ne vaut riens en tel quas, s'il ne fet mention de la digneté, Liv. de Jost. 14.

XIVe s. Il sont pires en tant comme il ne ont en eulx nulle dignité ou esperance de bien, Oresme, Eth. 88. Le fort œuvre et sueffre toutes choses selon la digneté de la vertu, Oresme, ib. 80.

XVIe s. Nous sommes quelque chose, non point par nostre dignité [mérite], mais en tant qu'il [Dieu] nous en estime dignes par sa grace, Calvin, Instit. 442. [Archimède] pensoit en cela [par des applications pratiques] avoir corrompu la dignité de son art, Montaigne, I, 141.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Dignité : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

DIGNITÉ, s. f. (Jurispr.) est une qualité honorable, dont celui qui en est revêtu peut prendre le titre & en accompagner son nom ; c’est une qualité qui releve l’état de la personne, & qui a été ainsi appellée comme pour dire qu’elle rend la personne digne de la considération publique attachée à sa place : comme quand un président ou conseiller de cour souveraine ajoûte à son nom sa qualité de conseiller.

La dignité des personnes est différente de leur condition, qui ne concerne que l’état ; comme d’être libre ou affranchi, pere ou fils de famille, en tutelle, émancipé ou majeur.

Toute qualité honorable ne forme pas une dignité ; il faut que ce soit un titre que la personne puisse prendre elle-même : ainsi les qualités de riche & de savant ne font pas des dignités, parce qu’on ne se qualifie pas soi-même de riche ni de savant.

Les Grecs & les Romains, & tous les anciens en général, ne connoissoient d’autres dignités que celles qui pouvoient résulter des ordres ou des offices. Tout ordre n’étoit pas dignité ; en effet il y avoit trois ordres ou classes différentes de citoyens à Rome ; savoir l’ordre des sénateurs, celui des chevaliers, & le peuple. De ces trois ordres il n’y avoit que les deux premiers qui attribuassent quelque dignité à ceux qui en étoient membres ; aucun de ces ordres, même les deux premiers qui étoient honorables, ne donnoit point part à la puissance publique : mais les deux premiers ordres donnoient une aptitude pour parvenir aux offices auxquels la puissance publique étoit attachée.

Les offices n’étoient pas tous non plus considérés comme des dignités ; il n’y avoit que ceux auxquels la puissance publique étoit attachée : les Grecs & les Romains appelloient ces sortes d’offices honores seu dignitates, parce qu’ils relevoient l’état des personnes, & que les magistrats (c’est ainsi que l’on appelloit ceux qui étoient revêtus de ces dignités) n’avoient la plûpart aucun gage, ni la liberté de prendre aucun émolument ; de sorte que l’honneur étoit leur seule récompense.

En France, les dignités procedent de trois sources différentes ; savoir des offices qui ont quelque part dans l’exercice de la puissance publique, des ordres qui donnent quelque titre honorable, & enfin des seigneuries. Cette troisieme sorte de dignité s’acquiert par la possession des fiefs & des justices que l’on y a attachées ; ce qui est de l’invention des Francs ou du moins des peuples du Nord, dont ils ont emprunté l’usage des fiefs.

On distingue parmi nous les dignités ecclésiastiques des dignités temporelles.

Les dignités ecclésiastiques sont celles du pape, des cardinaux, des archevêques, évêques, abbés, de ceux qui ont quelque prééminence dans le chapitre, comme les doyens, prevôts, chantres, dignitaires, archidiacres, &c.

On distingue dans l’état ecclésiastique les dignités des simples personats & des offices. Dignité est une place à laquelle il y a honneur & jurisdiction attachés ; personat est une place honorable sans jurisdiction, & office est une fonction qui n’a ni prééminence ni jurisdiction.

Les dignités temporelles procedent ou de l’épée, ou de la robe, ou des fiefs : les premieres sont celles de roi ou d’empereur, de prince, de chevalier, d’écuyer, & plusieurs autres.

Les dignités de la robe sont celles de chancelier, de conseiller d’état, de président, de conseiller de cour souveraine, & plusieurs autres.

Celles qui procedent des fiefs, sont les qualités de duc, de marquis, de comte, de baron, de simple seigneur de fief avec justice, ou sans justice.

Les fiefs qu’on appelle fiefs de dignité, sont ceux auxquels il y a quelque titre d’honneur attaché ; tels que les principautés, duchés, marquisats, comtés, vicomtés, baronies. Voyez Fiefs.

Sur les dignités romaines, voyez le livre XII. du code ; & sur les dignités en général, le traité de Martin Garat ; ceux de Loiseau, sur les offices, les seigneuries, & les ordres. (A)

Dignités & Foiblesses accidentelles, (Divin.) ce sont certaines dispositions ou affections casuelles des planetes, en vertu desquelles les astrologues croyent qu’elles fortifient ou affoiblissent, lorsqu’elles sont en telle ou telle maison de la figure, &c. (G)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « dignité »

Étymologie de dignité - Littré

Provenç. dignitat, dignetat ; espagn. dignidad ; ital. dignità, degnità ; du latin dignitatem, de dignus, digne. La forme originale est deintet ; les autres ont été refaites sur le latin au XIIe siècle.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de dignité - Wiktionnaire

(XIIe siècle) Du latin dignitas (« mérite, estime, considération, charge, dignité publique, honorabilité »)[1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « dignité »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
dignité dinjite play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « dignité »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « dignité »

  • C'est sûr. Ça va être difficile parce je crains que la culture ne soit pas une priorité par rapport aux énormes problèmes qu'il va y avoir. Les problèmes économiques vont exister, mais la pandémie n'a pas duré trois ans, elle a duré deux mois. C'est sûr que ça a tout coupé, tout arrêté, que ça a ébranlé tout ce qui est fragile. Mais ce que je pense sur l'art, je le pense hors de ce contexte particulier. Je pense que l'art est nécessaire pour la dignité humaine. C'est la question du langage, et ce langage doit se faire sans barrière, sans ségrégation de toute part. En ce moment, l'actualité c'est le déboulonnage - pour de bonnes raisons d'ailleurs - de statues, mais moi je suis absolument contre ça. Je pense qu'il faut laisser les éléments, même s'ils sont témoins de choses terribles, et les expliquer aux gens. Si on déboulonne, si on annule par excès de violence, on n’aura plus de mesure possible pour ce qui est à revoir et à changer. France Culture, Claude Lévêque : "Je pense que l'art est nécessaire pour la dignité humaine"
  • Après une synthèse du thème « liberté » développé dans les 4 émissions précédentes, le père Xavier Dijon aborde le thème de l’égalité sous l’angle juridique. Il développe d’abord l’égalité en dignité de tout être humain. , L'égalité (1) : Egalité en dignité de tout être humain
  • « Défendre la dignité et l’emploi. » Tel est le mot d’ordre de la CGT Haute-Garonne qui organise un meeting public ce jeudi 2 juillet à Toulouse, retransmis en direct sur la page Facebook du syndicat. L’objectif étant de discuter de la situation de l’emploi en Occitanie, mais aussi dans toute la France et de faire connaître les revendications des salariés, tous secteurs confondus. Celles des livreurs, des employés de l’enseigne de grande distribution Auchan, mais aussi d’Airbus et de ses sous-traitants, d’Air-France, et même du CHU de Toulouse, explique Cédric Caubère, secrétaire général de l’Union départementale de la CGT en Haute-Garonne. Ainsi, de nombreux groupes installés dans la région toulousaine annoncent des licenciements en masse, et pour Cédric Caubère, « cette situation est inacceptable ». « Les salariés sont les plus nécessiteux. Ils étaient là pendant la crise. Ils ont continué à travailler pendant le confinement. Ils se sont occupés de leurs enfants. Ils ont fait beaucoup de sacrifices. Et au final leurs emplois sont en danger. » Le Journal Toulousain, journal de solutions et JAL, À Toulouse, un meeting organisé par la CGT, pour « la dignité et l’emploi »
  • B. B. : Bien que ce qui fasse descendre dans la rue soient l’assassinat de Georges Floyd, les violences policières et le racisme contre les Noirs, les manifestations actuelles dans le monde semblent s’inscrire dans une demande globale de respect et de dignité. La Croix, « Une demande globale de respect et de dignité »
  • La Cour constitutionnelle fédérale d’Allemagne a rendu le 26 février 2020 un arrêt qui pousse jusqu’à son point le plus extrême la conception libérale – pour ne pas dire libertaire – d’un sujet face à sa propre mort. De quoi s’agit-il ? En bref : le législateur allemand avait décidé en 2015 de prendre des sanctions pénales contre toute personne qui ferait la promotion du suicide d’un tiers par recours à une institution professionnelle. Plusieurs associations pratiquant le suicide assisté en Allemagne ou en Suisse, ainsi que des médecins et des malades graves, ont alors formé un recours contre cette disposition répressive qui leur apparaissait contredire deux dispositions de la Constitution allemande, et non des moindres puisqu’il s’agit de ses deux premiers articles : “La dignité de l’être humain est intangible. Tous les pouvoirs publics ont l’obligation de la respecter et de la protéger” (art. 1er, 1) ; “Chacun a droit au libre épanouissement de sa personnalité pourvu qu’il ne viole pas les droits d’autrui ni n’enfreigne l’ordre constitutionnel ou la loi morale.” (art. 2, 1). , Le droit à la mort mine la dignité de la personne humaine - La Libre
  • 16 h 45 : À  l'appel du "Front Uni des Immigrations et des Quartiers Populaires de Grenoble", entre 200 et 300 personnes sont actuellement réunies à l'arrêt de tramway La Bruyère, dans le quartier de La Villeneuve à Grenoble, pour participer à une "Marche pour la dignité, la vérité et la justice face aux violences policières, au déni de justice et au racisme d'État". Cette manifestation, déclarée et autorisée, devrait les conduire jusqu'à la place de Verdun dans le centre-ville après un arrêt devant la MC2 où des familles s'estimant victimes de violences policières ou de déni de justice doivent prendre la parole. , Société | Grenoble : la marche "pour la dignité, la vérité et la justice..." est terminée
  • Tout homme ou institution qui essaiera de me voler ma dignité perdra. De Nelson Mandela
  • La dignité s'immole à la tolérance. De Louis Nucera / Ils s'aimaient
  • On ne pense plus à la dignité quand on est désespéré. De Joanna Trollope / De si bonnes amies
  • Le derrière, là se trouve le siège de la dignité ! De Charlie Chaplin / Ma vie
  • La dignité est une vertu à retardement. De Claire France / Et le septième jour
  • La dignité passe par le sentiment qu'on a de son utilité. De Henri Lamoureux / L'affrontement
  • Le courage est le prix de la dignité. De Pierre Billon / Le livre de Seul
  • Vivre coûte beaucoup, mourir également. Faire front exige de la dignité. De Jacinto-Luis Guerena
  • La première composante de la personnalité humaine soluble dans l'alcool, c'est la dignité. De Heywood Broan
  • Il y a une dignité à vieillir comme on a vécu. De Pierre-Henri Simon / Ce que je crois
  • Ne cherchez pas de dignités que vous ne les méritiez. De Proverbe oriental
  • On ne parvient aux dignités que par mille indignités. De Francis Bacon
  • La noblesse du fauteuil détermine la dignité humaine de celui qui est assis dessus, aussi sûrement qu'un mets succulent provoque la dignité du ventre. De Driss Chraïbi / Une enquête au pays
  • Ah, si la plus haute dignité de l'état était la dignité humaine ! De Stanislaw Jerzy Lec / Nouvelles pensées échevelées
  • Un homme digne refuse ce qu'on lui refuse, plus que ne le lui refusent ceux qui le lui refusent. Paul Valéry, Mélange, Gallimard
  • C'est par sa mort parfois qu'un homme montre qu'il était digne de vivre. Francis Ponge, Tome premier, Note sur les otages , Gallimard
  • Il n'existe pas d'autre voie vers la solidarité humaine que la recherche et le respect de la dignité individuelle. Pierre Lecomte du Noüy, L'Homme et sa destinée, La Colombe
  • Car c'est enfin, Seigneur, le meilleur témoignage Que nous puissions donner de notre dignité, Que cet ardent sanglot qui roule d'âge en âge Et vient mourir au bord de votre éternité ! Charles Baudelaire, Les Fleurs du Mal, les Phares

Traductions du mot « dignité »

Langue Traduction
Corse dignità
Basque duintasuna
Japonais 尊厳
Russe достоинство
Portugais dignidade
Arabe كرامة
Chinois 尊严
Allemand würde
Italien dignità
Espagnol dignidad
Anglais dignity
Source : Google Translate API

Synonymes de « dignité »

Source : synonymes de dignité sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « dignité »



mots du mois

Mots similaires