La langue française

Grade

Sommaire

  • Définitions du mot grade
  • Étymologie de « grade »
  • Phonétique de « grade »
  • Citations contenant le mot « grade »
  • Traductions du mot « grade »
  • Synonymes de « grade »

Définitions du mot grade

Trésor de la Langue Française informatisé

GRADE, subst. masc.

A. − Chacun des degrés, des échelons dans une hiérarchie, souvent symbolisés par des marques extérieures (insignes, robes, etc.).
1. [Dans la hiérarchie milit.] Degré de commandement. Grade de capitaine, de général; grade élevé, inférieur, modeste, supérieur, suprême; avancer, monter, s'élever en grade; être cassé de son grade. Des soldats de toute arme et de tous grades envahissaient la guinguette (Zola, Débâcle,1892, p. 71).Je n'entends non plus rien aux grades et n'ai jamais su compter les galons (Gide, Si le grain,1924, p. 557) :
1. Wallstein (...) obtint successivement le grade de Colonel, celui de Général, le titre de Duc de Friedland, de Prince d'Empire, et enfin, malgré les réclamations de l'Allemagne entière, la souveraineté du Mecklenbourg. Constant, Wallstein,1809, p. 180.
Loc. fig., fam. En prendre, en avoir pour son grade. Subir une violente réprimande. Je crois qu'elle en a pris pour son grade, hein? (Bourdet, Sexe faible,1931, II, p. 351).
2. P. anal.
a) Degré de dignité, d'honneur. Il fit valoir son grade de représentant du roi (Baudry des Loz., Voy. Louisiane,1802, p. 134).H. Vernet et Dupaty sont promus au grade d'officiers de la Légion d'honneur (Delécluze, Journal,1825, p. 110).
b) [Dans la hiérarchie universitaire] Degré universitaire correspondant à un niveau de connaissances. Collation des grades. Le grade soit de docteur, soit de licencié, soit de bachelier en théologie (Lamennais dsL'Avenir,1831, p. 231).
Vieilli. Prendre ses grades. Obtenir ses diplômes. Un jeune prêtre suisse (...) qui est venu prendre ses grades à Paris (Martin du G., J. Barois,1913, p. 228).
c) [Dans la hiérarchie de la fonction publ.] Degré d'avancement d'un fonctionnaire lui permettant d'occuper un emploi déterminé. Le plus ancien dans le grade le plus élevé. Les fonctionnaires de tout ordre et de tout grade (Sorel, Réflex. violence,1908, p. 294).
d) [Dans d'autres hiérarchies officielles] Des ministres du culte de tout grade (Volney, Ruines,1791, p. 119).La couleur de la ceinture annonçant, comme chacun sait, le grade obtenu par le judoka (Comment parlent les sportifsds Vie Lang.,1954, p. 372) :
2. Cette milice cléricale était rangée par ordre de grade, les files commençant par des séminaristes, des prêtres, des vicaires, des curés, des chanoines, des évêques, archevêques et quelques cardinaux. Delécluze, Journal,1826, p. 346.
3. P. ext. et souvent p. plaisant. Degré atteint dans différents domaines. Débattre enfantinement les grades d'une hiérarchie de l'adultère (Colette, Seconde,1929, p. 163).Pour qu'il postulât au grade de père de famille (Queffélec, Recteur,1944, p. 84).
De tous grades. De toutes sortes, de tout acabit. Chevaux de tous grades, depuis le vieux canard fourbu jusqu'au prestigieux étalon andalou (T'Serstevens, Itinér. esp.,1963, p. 22).
B. − Domaines techniques. (cf. aussi -grade).
1. MÉTROL. [Dans le système centésimal] Unité décimale d'angle équivalant à la centième partie d'un angle droit ou à la quatre centième partie d'une circonférence (abrév. gr.). Cf. Roux, Miellou, Géom., 1946, p. 13.
2. INDUSTR. PÉTROLIÈRE. [Dans le système de classification S.A.E. (Society of Automotive Engineers)] Qualité d'une huile de graissage. Dans chacune d'elles [les huiles de base] existe un certain nombre de grades ayant chacun une viscosité définie et généralement standard (Encyclop. Sc. Techn.,t. 7, 1972, p. 387).
Prononc. et Orth. : [gʀad]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. I. 1. 1578 « degré de dignité, d'honneur » (H. Estienne, Dial. du lang. franç. ital., I, 131 ds Hug.); 2. spéc. 1718 « dignité, titre universitaire » (Ac.); 1798 « degré de la hiérarchie militaire » (Ac.); 3. 1908 loc. fam. en prendre pour son grade (G. Esnault, 1950 : Noté en décembre 1908, avec impression de déjà connu); 1913 (Proust, Swann, p. 252). II. 1803 « centième partie du quart du méridien » (Boiste). Empr. au lat.gradus « pas », utilisé dès l'orig. dans de nombreux sens anal. (TLL s.v., 2152, 58 « échelon, rang, dans la hiérarchie »). Fréq. abs. littér. : 632. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 076, b) 841; xxes. : a) 1 081, b) 667. Bbg. Wind 1928, p. 86, 118.

Wiktionnaire

Nom commun

grade \ɡʁad\ masculin

  1. Degré de dignité, d'honneur dans une hiérarchie.
    • Monter en grade, se dit d’une façon générale de quelqu’un qui s’élève à un degré supérieur, dans sa condition, ses fonctions, son emploi, etc.
    • Guillaume des Champeaux, né en Brie de parents obscurs, s'éleva par la réputation qu'il se fit, de grade en grade jusqu'à l'épiscopat. — (Denis Diderot, Opin. des anc. philos. (scolastiques).)
    1. (Militaire) Degré dans la hiérarchie militaire.
      • Il fut élevé au plus haut grade.
      • Passer par tous les grades.
      • Les grades inférieurs.
      • Les grades supérieurs.
      • Le grade de caporal, de sergent.
      • Le grade de capitaine, de colonel, de général.
    2. Degré de la hiérarchie universitaire.
      • Le baccalauréat est un grade.
      • Le grade de licencié, de docteur etc.
      • Prendre ses grades dans l’université.
      • On me propose toujours une année d’études libres dans Paris, durant laquelle je pourrais réfléchir sur l’avenir que je devrais embrasser, et aussi prendre mes grades universitaires. — (Ernest Renan, Souvenirs d’enfance et de jeunesse, 1883, collection Folio, page 180.)
  2. (Métrologie) (Géométrie) Unité de mesure d’angle plan égale à la centième partie d’un quadrant dans un système de division centésimale de la circonférence. Son symbole est gon.

Forme de verbe

grade \ɡʁad\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de grader.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de grader.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de grader.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de grader.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de grader.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GRADE. n. m.
Un des degrés qui composent la hiérarchie militaire. Il fut élevé au plus haut grade. Passer par tous les grades. Les grades inférieurs. Les grades supérieurs. Le grade de caporal, de sergent. Le grade de capitaine, de colonel, de général. Il se dit aussi des Degrés de la hiérarchie universitaire. Le baccalauréat est un grade. Le grade de licencié, de docteur etc. Prendre ses grades dans l'université. Monter en grade se dit d'une façon générale de Quelqu'un qui s'élève à un degré supérieur, dans sa condition, ses fonctions, son emploi, etc. En termes de Géométrie, il se dit de la Centième partie d'un quadrant dans un système de division centésimale de la circonférence.

Littré (1872-1877)

GRADE (gra-d') s. m.
  • 1Degré de dignité, d'honneur dans une hiérarchie. Rome n'attache point le grade à la noblesse, Corneille, Sertor. II, 2. Il est mille douceurs en un grade si haut [le trône] Où peut-être avez-vous moins pensé qu'il ne faut, Corneille, Othon, III, 5. Rome enfin de ton choix tient-elle un lieutenant ? Le sort pourvoit Narsès de ce grade éminent, Rotrou, Bélis. II, 10. Guillaume des Champeaux, né en Brie de parents obscurs, s'éleva par la réputation qu'il se fit, de grade en grade jusqu'à l'épiscopat, Diderot, Opin. des anc. philos. (scolastiques).
  • 2Se dit de l'armée. Le grade de capitaine, de colonel, de sergent. Les grades supérieurs. Les grades inférieurs. La plupart s'accordèrent sur la possibilité de conquérir la Russie, soit que leur espoir y vît à acquérir, suivant leur position, depuis un simple grade jusqu'à un trône ; soit qu'ils se fussent laissé prendre à l'enthousiasme des Polonais, Ségur, Hist. de Nap. II, 5.
  • 3Il se dit aussi des rangs universitaires. Il y a trois grades dans l'université : bachelier, licencié, docteur. Prendre ses grades dans l'université.
  • 4Anciennement, lettre qu'on obtenait en vertu des grades qu'on avait acquis. Signifier, jeter ses grades sur une abbaye.
  • 5Nom donné, en géométrie, à la centième partie du quart de cercle, et, en géographie, au degré centésimal que l'on a tenté un instant de substituer au degré nonagésimal.

    Nom donné aussi quelquefois aux divisions centigrades des mesures qui se divisaient autrement. Dans le thermomètre centigrade, le grade vaut les 4/5 du degré de Réaumur.

HISTORIQUE

XVIe s. …N'eust voulu recevoir une grade s'il n'eust pensé en estre bien digne, Carloix, I, 19. Honorez du grade de chevalerie, Carloix, III, 25.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

GRADE, s. m. (Jurispr.) se prend quelquefois pour degré d’honneur ou dignité.

Il s’entend aussi des degrés que l’on obtient dans les universités ; on dit faire insinuer ses grades, jetter ses grades sur un bénéfice.

Les grades obtenus per saltum, sont ceux qui ont été obtenus précipitamment sans avoir le tems d’étude nécessaire, & sans observer entre l’obtention de deux degrés les interstices nécessaires. Voyez Degré & Gradués. (A)

Grade, (Jurisp. rom.) L’empereur Justinien établit qu’il faudroit passer par cinq différens grades, avant que d’arriver à celui de docteur ès lois ; il ordonna donc que dans la premiere année on expliquât aux écoliers les institutes qui portoient son nom ; & l’on appelloit ceux à qui l’on enseignoit les principes de cette jurisprudence, justinianæi : dans la seconde année, on leur inteprétoit les édits perpétuels des préteurs ; & ils étoient surnommés edictales : dans la troisieme année, ils passoient à l’étude des décisions de Papinien, dont ils prenoient le nom de papinianistæ : dans la quatrieme année, on leur faisoit expliquer les endroits les plus difficiles des lois, & on les appelloit lytæ, du mot grec λύω, solvo, parce qu’ils étoient plus libres dans leurs travaux : dans la cinquieme année, on les honoroit du titre de prolytæ, ou gens affranchis des études de droit.

Cet établissement de Justinien ne fut pas de longue durée ; toutes les Sciences déjà tombées de son tems, s’éteignirent avec l’empire romain, & les premieres étincelles de leur renaissance ne commencerent à paroître que dans les douzieme & treizieme siecle ; il fallut en exciter l’étude par des honneurs & des grades, qui donnent encore des droits & des priviléges qu’on ne devroit accorder dans des siecles éclairés, qu’à ceux qui les méritent par leurs talens & leurs lumieres. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « grade »

(XVIe siècle)[1] Du latin gradus (« marche », « marche d’escalier », « gradin », « rang », « degré d’éloignement ou de parenté »)[1][2].
Certains[3][4] rapprochent l’usage scientifique de grade et degré de l’arabe درجة, daraja (« marche, degré, gradation ») qui a donné l'espagnol adaraja[5].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lat. gradus, degré, de la même racine que gradi, marcher, rapproché avec raison de l'allemand schreiten, marcher.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « grade »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
grade grad

Citations contenant le mot « grade »

  • VIDEO – Olivier Véran « arrogant, incompétent », il en prend pour son grade chez Pascal Praud Gala.fr, VIDEO – Olivier Véran « arrogant, incompétent », il en prend pour son grade chez Pascal Praud - Gala
  • Le grade confère autorité et non supériorité. De Jean-Paul Sartre
  • Je croyais que le grade donnait de l'autorité : il en ôte. De Jules Vallès
  • Le zapping, c'est à domicile et à volonté, le pouvoir absolu : régal des petits chefs, joujou des beaufs, revanche pour les humiliés, les sans-grade. De Bernard Pivot / Le Métier de lire
  • On ne se trompe jamais en conférant à quelqu'un le grade qu'il n'a pas atteint. Celui qui bénéficie de cette erreur est tout prêt à la pardonner, en pensant que le flatteur a simplement un peu d'avance.
  • Il y a dans tout homme, à toute heure, deux postulations simultanées, l'une vers Dieu, l'autre vers Satan. L'invocation à Dieu, ou spiritualité, est un désir de monter en grade ; celle de Satan, ou animalité, est une joie de descendre. De Charles Baudelaire / Mon Coeur mis à nu
  • La grande trouvaille de l'armée, c'est qu'elle est la seule à avoir compris que la compétence ne se lit pas sur le visage. Elle a donc inventé les grades. De Alphonse Allais
  • Bernard Roth n’a pas manqué de souligner l’importance de cette distinction et la rareté de ce grade : La « Légion d’honneur, depuis deux siècles, récompense les actions exceptionnelles ou les mérites éminents rendus aux citoyens ou à la République. Elle contribue à placer la notoriété acquise par le mérite bien devant celle reçue simplement par la naissance. Mais elle implique aussi un devoir de persistance dans l’engagement citoyen, grâce à des actions concrètes. Ce n’est pas un témoin d’usure obtenu par l’ancienneté ou l’âge. Et justement, ce matin, la République récompense tes très nombreux engagements, et surtout leur constance : 15 années après ton entrée dans la Légion d’honneur, tu vas devenir officier. Et rejoindre ainsi… un dix millième seulement de la population française ». , Distinction. Bischheim : Jean-Louis Hoerlé élevé au grade d’officier de la Légion d’Honneur, une cérémonie en comité restreint
  • Une autre sud axonaise a elle aussi été récompensée dans cette promotion du 31 décembre 2019, il s’agit de Patricia Lacoste, présidente-fondatrice de l’entreprise textile Stores Athena à Montreuil-aux-Lions. Déjà chevalier dans la promotion du 14 avril 2012, Patricia Lacoste est élevée au grade d’officier de la Légion d’honneur. Journal L'Union, Michel Fiani élevé au grade de chevalier de la Légion d’honneur à Château-Thierry
  • Le club de karaté-do de Douarnenez a pu organiser, samedi dernier, un passage de grade pour les enfants, le gouvernement ayant de nouveau autorisé la pratique en salle. Les jeunes karatékas ont ainsi pu montrer leur talent et obtenir une nouvelle ceinture de couleur. Malgré un début d’année compliqué pour les associations, les adultes ont désormais hâte de reprendre à leur tour le chemin des tatamis, mi-janvier ou début février, suivant la situation sanitaire, espère le club. Le président dit souhaiter une année 2021 plus sereine pour la pratique des arts martiaux. Le Telegramme, Les jeunes karatékas de Douarnenez ont passé leur grade - Douarnenez - Le Télégramme

Traductions du mot « grade »

Langue Traduction
Anglais grade
Espagnol grado
Italien grado
Allemand klasse
Chinois 年级
Arabe درجة
Portugais grau
Russe оценка
Japonais グレード
Basque kalifikazioa
Corse gradu
Source : Google Translate API

Synonymes de « grade »

Source : synonymes de grade sur lebonsynonyme.fr
Partager