La langue française

Vulgarité

Sommaire

  • Définitions du mot vulgarité
  • Étymologie de « vulgarité »
  • Phonétique de « vulgarité »
  • Citations contenant le mot « vulgarité »
  • Traductions du mot « vulgarité »
  • Synonymes de « vulgarité »
  • Antonymes de « vulgarité »

Définitions du mot vulgarité

Trésor de la Langue Française informatisé

VULGARITÉ, subst. fém.

A. − Vieilli, littér. Caractère de ce qui est courant, commun au plus grand nombre; caractère de ce qui est prosaïque, terre à terre. Synon. banalité, prosaïsme.Prenez un homme d'une capacité ordinaire, vous savez toujours ce qu'il va dire dans un cas donné (...) La société d'élite raille impitoyablement cette vulgarité, elle se croit beaucoup plus originale, beaucoup plus personnelle (J. Simon, Devoir, 1854, p. 147).C'est un beau livre que M. Fernand Gregh vient d'écrire, d'une simplicité, d'une franchise, on voudrait pouvoir dire, dans le sens bon et populaire du mot, d'une vulgarité qui est comme une promesse supplémentaire de durée (Proust, Chron., 1922, p. 170).
B. − Péjoratif
1. Caractère de ce qui est vulgaire, de ce qui manque de distinction, de délicatesse, de ce qui choque la bienséance. Synon. bassesse, grossièreté, trivialité.Vulgarité morale, physique; vulgarité prétentieuse; vulgarité de caractère, de conduite, des goûts, des mœurs, de parole, des sentiments, du style, du ton, des traits; vulgarité dans l'esprit, dans les manières; expression de vulgarité. Une salle à manger de la dernière vulgarité, tendue d'un mauvais petit papier briqueté, chargé de mousses par intervalles égaux, ornée de gravures à l'aqua-tinta dans des cadres dorés (Balzac, Illus. perdues, 1839, p. 379). « (...) Il y a des choux et des saucisses, mon vieux, bath (...). » Cet aspect nouveau de vulgarité basse étonna l'invité. (...) Vaton (...) sentait la nourriture, l'alcool et les dents sales (Malègue, Augustin, t. 1, 1933, p. 323).
2. P. méton., gén. au plur. Manière grossière de parler, de se conduire qui révèle un manque d'éducation, de réserve. Dire des vulgarités. Elle ne pouvait se lasser de le contempler, d'entendre sa voix forte et douce qui ne proférait plus de vulgarités (Verlaine, Œuvres compl., t. 4, L. Leclercq, 1886, p. 118).Un jour que la conversation tournait à des vulgarités écœurantes (...) elle dit à Fred: « Je ne sais pas si les gens dont vous parlez sont horribles comme vous le dites, mais je sais qu'ils vous ressemblent (...) » (Aragon, Les Communistes, t. 1, 1982 [1949], p. 20).
Prononc. et Orth.: [vylgaʀite]. Att. ds Ac. dep. 1878. Étymol. et Hist. 1. a) 1495 « grande masse du peuple » (Jehan de Vignay, Mir. hist., IX, 108, éd. 1531 ds Delb. Notes mss); b) xvies. subst. plur. « choses vulgaires, triviales » (Quintilien censeur, p. 199 ds Littré), mot absent des dict. jusqu'au xixes.; 2. 1795 « caractère de ce qui est en usage chez le commun des hommes » (Staël, Essai sur les fictions ds Œuvres compl., éd. Treuttel et Würtz, t. 2, 1820-21, p. 179 cité par B. W. Jasinski ds Corresp. gén., t. 4, p. 59: une langue qui [...] préserve de la vulgarité qu'entraînerait l'emploi continuel des expressions usées par l'habitude); 1800 (Id., De la littérature, ibid., t. 4, p. 382, ibid.: je sais bien que ce mot la vulgarité n'avait pas encore été employé, mais je le crois bon et nécessaire); 3. 1853 péj. « absence totale de distinction et de délicatesse » (Flaub., Corresp., p. 345: quand j'aborde une situation, elle me dégoûte d'avance par sa vulgarité: je ne fais autre chose que de doser de la merde). Empr. au lat. tardifvulgaritas « qualité de ce qui est commun », « la généralité (des hommes), le commun », dér. de vulgaris (v. vulgaire). Les sens mod. 2 et 3 sont prob. dér. de vulgaire*. Fréq. abs. littér.: 398. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 234, b) 396; xxes.: a) 664, b) 880. Bbg. Barb. Loan-words 1921, p. 261.

Wiktionnaire

Nom commun

vulgarité \vyl.ɡa.ʁi.te\ féminin

  1. Caractère ou défaut de ce qui est vulgaire ou trivial.
    • De plus en plus ce qui, dans ses rapports avec les hommes, lui répugnait le plus, c'était leur vulgarité, leur souci d'être, de penser et d'agir comme tout le monde, […]. — (Isabelle Eberhardt, Le Major,1903)
    • Une patricienne italienne peut ripoliner la façade de son présidentiel époux, et tenter, en vain, de dissimuler sa confondante vulgarité d’activiste, sa vraie nature pointe toujours. — (Derri Berkani, Périple Andalou, p.167, 2011)
    • Quand il drague une fille, ce lourdingue qui s'affranchit des codes de la séduction tombe rapidement dans la vulgarité. — (Vincent Mongaillard, Petit Livre de la tchatche : Décodeur de l'argot des cités, First Éditions, 2013)
  2. (Soutenu) Mot qui est vulgaire, grossier.
    • Une vulgarité lui a échappé, il le regrette maintenant.
    • Tu parles ! C’est impossible d’avoir une discussion normale avec lui sans qu’il nous sorte son lot de vulgarités.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

VULGARITÉ (vul-ga-ri-té) s. f.
  • Néologisme. Caractère, défaut de ce qui est vulgaire, sans distinction. Le style représente, pour ainsi dire, au lecteur le maintien, l'accent, le geste de celui qui s'adresse à lui ; et, dans aucune circonstance, la vulgarité des manières ne peut ajouter à la force des idées ni à celle des expressions, Staël, De la littérature, I, 19. Je sais bien que ce mot la vulgarité n'avait pas encore été employé, mais je le crois bon et nécessaire, Staël, ib. en note. J'ai employé la première un mot nouveau, la vulgarité, trouvant qu'il n'existait pas encore assez de termes pour proscrire à jamais toutes les formes qui supposent peu d'élégance dans les images et peu de délicatesse dans l'expression, Staël, ib. Préface de la 2e édition. C'est elle [Mme de Stael] qui a risqué ce mot pour la première fois ; il devenait indispensable pour désigner l'habitude sociale nouvelle… le mot urbanité avait été mis en circulation, et était entré dans la langue au commencement du XVIIe siècle ; il était juste que le mot vulgarité y entrât à la fin du XVIIIe, Sainte-Beuve, Chateaubriand, 2e leçon.

REMARQUE

À son insu Mme de Stael avait été précédée dans l'emploi de vulgarité par un auteur obscur du XVIe siècle.

HISTORIQUE

XVIe s. Vulgaritez [choses vulgaires, triviales], Quintilien censeur, p. 199, dans LACURNE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « vulgarité »

Du latin vulgaritas.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lat. vulgaritatem, de vulgaris, vulgaire.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « vulgarité »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
vulgarité vylgarite

Citations contenant le mot « vulgarité »

  • Je ne voudrais pas perdre ma raison. Mais il y a tant de vulgarité à la garder ! De Emil Michel Cioran / Le Crépuscule des pensées
  • Le dégoût est une chose curieuse. Il fait prendre en grippe jusqu'à la raison et au bon sens, par antipathie pour la vulgarité. Henri Frédéric Amiel, Journal intime, 20 janvier 1866
  • Comme il existe une fausse délicatesse, il existe une fausse vulgarité. François Mauriac, Journal, Grasset
  • Aucun crime n'est vulgaire, mais la vulgarité est un crime. La vulgarité, c'est ce que font les autres. De Oscar Wilde / Formules et maximes à l'usage des jeunes gens
  • Le luxe, ce n'est pas le contraire de la pauvreté mais celui de la vulgarité. De Coco Chanel
  • Tout se comprend, sauf la vulgarité. De Louis Pelletier-Dlamini / Pomme-de-pin
  • La bonté est dans la bouche, la méchanceté dans l'oeil et la vulgarité dans le nez. De Jacques de Lacretelle / Journal de bord
  • Qu'elle donne dans la vulgarité ou dans le raffinement, une star est toujours une star. De Denis Bélanger / Rue des petits-dortoirs
  • La pire des décadences n'est point celle qui naît d'un excès de raffinement dans une élite, mais de vulgarité et de la méchanceté générales. De Maurice Martin du Gard / Petite suite de maximes et de caractères
  • On atteint aisément une âme vivante à travers les crimes, les vices les plus tristes, mais la vulgarité est infranchissable. De François Mauriac / Le noeud de vipères
  • La vulgarité, ça ne s'improvise pas. On est vulgaire. On naît vulgaire. C'est une infirmité de l'âme. De Guy Bedos / France Inter - 1980
  • Avec un peu de psychologie et sans vulgarité, on peut tout expliquer à nos chères têtes blondes ! De Philippe Geluck / Le Docteur G. fait le point
  • Le dégoût est une chose curieuse. Il fait prendre en grippe jusqu’à la raison et au bon sens, par antipathie pour la vulgarité. De Henri-Frédéric Amiel / Journal intime
  • Il n'y a que les femmes qui ne savent pas s'habiller qui craignent la couleur. On peut être éclatante sans vulgarité et douce sans fadeur. De Marcel Proust / Sodome et Gomorrhe
  • Est-il rien de si pitoyable au monde que les fonctions de journaliste de province, condamné à ne jamais écrire que des vulgarités pour se mettre au niveau de son public. De Auguste Nefftzer
  • Bien que cet endroit dégageât un subtil parfum de vulgarité, on veillait à en exclure rigoureusement le comble du mauvais goût : la mort et l'échec. De P.D. James / Un certain goût pour la mort
  • Le constat est évident, mais le remède l’est moins. Pierre Étaix (1928-2016) en a fait les frais, avec son génial documentaire fleuve "Pays de cocagne" (1971) qui suit la tournée des plages d’Europe 1 après 1968 : la vulgarité croît. La presse lui reprocha à l’époque sa condescendance. Que dirait-elle aujourd’hui ? Le livre de Bertrand Buffon – Modernité et vulgarité -, aurait pu s’appeler "Extension du domaine de la vulgarité". "Il m’arrive d’être vulgaire", nous a déclaré d’entrée de jeu son auteur. Il nous a reçu "civilement" ! Marianne, La vulgarité est-elle le produit de la modernité ? | Marianne
  • Leur équipement se compose d’« un chapeau de feutre gris, un bâton de maquignon, une paire de souliers forts (clous en dents de crocodile), une veste et un pantalon de toile, un gilet (dont la coupe élégante rachète la vulgarité de l’étoffe), et de plus un couteau, deux gourdes, une pipe en bois, trois chemises de foulard, et ce qu’il faut à un Européen pour ses ablutions quotidiennes ». Ainsi que des souliers vernis, avec « un costume de ville pour les visites diplomatiques ». Chambord, Amboise, Chenonceau, ils avalent les châteaux de la Loire, avant d’arriver à Nantes, le 13 mai 1847. Le Telegramme, Flaubert en Bretagne (1/6) : Le road trip, ou le tro Breizh de Gustave - Il faut faire mentir Flaubert - Le Télégramme
  • « Le plus arménien des Arméniens de la vieille France » comme le décrivait Claude Lebourgeois n’oubliait pas, dans son interview de 2015, son combat pour la reconnaissance du génocide qui a touché son pays en 1915. S’il n’aime « pas la vulgarité », il avouait aussi ne rien s’interdire et livrait à Colmar un show mêlé de tubes intemporels, comme L’Émigrant , et de nouvelles chansons sur des thèmes que ce parolier de talent savait aborder comme personne. , Culture - Loisirs | [Vidéo] Le bonheur d’Aznavour et le succès des danseurs stars

Traductions du mot « vulgarité »

Langue Traduction
Anglais vulgarity
Espagnol vulgaridad
Italien volgarità
Allemand vulgarität
Chinois 粗俗
Arabe ابتذال
Portugais vulgaridade
Russe вульгарность
Japonais 下品
Basque vulgarity
Corse vulgarità
Source : Google Translate API

Synonymes de « vulgarité »

Source : synonymes de vulgarité sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « vulgarité »

Partager